If radio doesn’t appear, it means you haven’t installed the Flash plugin or that your version is too old. You must also activate Javascript.

Radio ›› Alexandre Grogg
Sidereus Nuncius
Sidereus Nuncius, 9m12s [excerpt]
Track 13 from Sidereus Nuncius
CD: [Independent] (2009) SP 01

Artists ›› Alexandre Grogg

  • Articles about Alexandre Grogg

    Record reviews are found in the pages for each disc (via the discography tab).

    1 April 2006
    By Marc Chénard in La Scena Musicale #11:7 (Québec), April 1, 2006

    Text

    En mars dernier, le pianiste Alexandre Grogg s’est produit en solo au Musée d’histoire de Montréal, en marge de l’exposition Montréal:les années folles. Véritable récital, sa prestation a dépassé la routine habituelle du pianiste jazz brodant de longues lignes ponctuées d’accords parcimonieux de la main gauche. Par endroits, il instaurait des ambiances, pourtant sans mièvrerie aucune; ailleurs, il déconstruisait les thèmes en fragmentant les mélodies ou les investissait de nouvelles harmonies semées d’ambiguïtés tonales. L’auditeur pouvait alors reconnaître la belle maturité de ce jeune musicien de 26 ans. Pourtant, ce n’est pas le genre de prestation où il se sent le plus à l’aise, comme il l’affirmait lors d’une conversation ultérieure. Arrivé à Montréal en 1997, Alexandre avait déjà un bon bagage musical. Natif du village de Maskinongé, il a profité du fait que sa mère s’était procuré un piano pour commencer, vers l’âge de quatre ans, l’apprentissage de cet instrument. Il a suivi une première série de cours, a ensuite fait une interruption puis un retour à l’âge de neuf ans. Bien que Bach et Mozart aient été au menu des cours privés de la professeure du village, il a néanmoins eu l’occasion de connaître le ragtime. «Mimi Blais, spécialiste de cette musique, avait mis sur pied un festival à Maskinongé, parce que c’était le lieu de naissance de Jean-Baptiste Lafrenière, qui était comme le Scott Joplin québécois. Elle a fait venir des musiciens de partout et ça m’a ouvert à un autre monde.» Pour ce qui est du jazz, il a été marqué à vif après avoir écouté A Love Supreme de Coltrane. À Montréal, il s’est inscrit au Cégep Saint-Laurent, mais il a interrompu ses études en raison de l’insatisfaction que lui procurait le cursus. En 2002, il a cependant trouvé un vrai maître à penser musical en la personne de Ran Blake. «J’ai obtenu une bourse pour aller le voir au New England Conservatory de Boston, [où il a occupé la chaire des études de la Third Stream jusqu’à sa retraite récente]. Avec lui, tout se fait par oreille, pas de musique écrite, et il mise sur l’importance d’avoir un concept, ou un cadre conceptuel clair avant même de jouer une note. C’est un singulier personnage, amateur entiché de films noirs, mais c’est très enrichissant dès qu’on apprend à entrer dans son monde.» Au chapitre du disque, Alexandre a fait partie du quintette l’Ensemble en pièces, groupe dissous depuis, mais qui a publié un disque chez Ambiances Magnétiques. Par ailleurs, il accompagne la chanteuse Sonia Johnson, mais le projet qu’il caresse le plus est un trio avec Isaiah Ceccarelli et Clinton Ryder à la basse. «On commence à monter quelque chose avec cette formation, que j’ai baptisée Steppe, et je veux m’engager dans une voie plus exploratoire que par le passé. Je suis du genre qui préfère creuser un sillon plutôt que de m’étaler sur plusieurs fronts à la fois, comme le font la plupart des jeunes musiciens d’aujourd’hui.»

    blogue@press-3057 press@3057