If radio doesn’t appear, it means you haven’t installed the Flash plugin or that your version is too old. You must also activate Javascript.

Radio ›› Pierre Labbé
Parlures et parjures
le roi Renaud, 4m00s [excerpt]
Track 8 from Parlures et parjures
CD: Malasartes musique (2016) MAM 025

Artists ›› Pierre Labbé

  • Articles about Pierre Labbé

    Record reviews are found in the pages for each disc (via the discography tab).

    11 June 2014
    By Bruce Lee Gallanter in Downtown Music Gallery (USA), June 11, 2014

    Text

    “There is now a long history of conducted improvisations to draw from.”

    […] The second set of the night featured the Ratchet Orchestra with special guest Saturnian space-traveler Marshall Allen. The Ratchet Orchestra are a 19-piece avant/jazz orchestra from Canada who are led by bassist Nicolas Caloia and who’ve played a great set at the 2011 Victo Fest. Reeds master, Marshall Allen who is currently 89, became a member of the Sun Ra Arkestra in the late fifties and has been their leader since the passing of Sun Ra in 1993. This year is the 100 anniversary of Sun Ra’s birth on the planet earth. Considering that the Ratchet Orchestra has nearly twenty members for this concert, their sound is rarely too chaotic as Mr. Caloia is a strong leader. The orchestra sounds as if they are playing some of Sun Ra’s charts yet the music is often spacious and rarely held down to the gravity of Earth. I recognize the occasional Sun Ra melody although there are section which float in space sounding unsure of where they are going or will end up. Another Arkestra member named Pico is next to Mr. Allen and plays flute. He gets several chances to solo and is an exceptional flute player. Mr. Allen takes his time and finally solos on alto sax and an electronic wind instrument which sounds like it was being played by Sun Ra himself. There is an amazing duet between Allen on alto and Joshua Zubot on violin, free and intense as well as a couple of spirited solos from the great Lori Freedman on clarinets. Although there were several sections where the orchestra sounded a bit tentative, there were also a number of cosmic interludes when it all came together lifted off to parts unknown, most likely Saturn Sun Ra’s homeworld. […]

    […] Day Two started off up at the Pavillon with a small orchestra (13 piece) from Quebec called GGRIL (Large Regional Group of Liberated Improvisation). I had known about this group of younger Quebecois players since their leader, Éric Normand, sent me some of their discs. GGRIL have collaborated and recorded with Evan Parker and Jean Derome in the past. Their instrumentation is unique: 3 strings, 3 electric guitars, trumpet, reeds player, accordion, electric & acoustic bass and a percussionist who doubles on vibes. Each piece they performed involved different strategies or directions, some involved one or two conductors. The first piece utilized two conductors, each of whom directed half of the ensemble and occasionally trying to take the reins from each other. The players sat in a semi-circle and exchanged ideas carefully. There were always several layers going on simultaneously but it never got too dense or chaotic. The short, spirited solos seemed to fit just right. The second piece involved using a set of playing cards to direct or inspire some of the improvisations. The third piece was conducted & composed by Robert M. Lepage, Ambiances Magnétiques composer & clarinet player. I dug the way the players would repeat certain riffs with assorted shifting drones as the tempo slowly increased. There is now a long history of conducted improvisations to draw from. I could hear elements of a Butch Morris conduction or even the early John Zorn-like approach to small sound sparsity. Considering that the (Quebec-based) Ambiances Magnétiques label has been around for some thirty-plus years, great younger groups like GGRIL are pointing the way for the next generation of experimental musicians. […]

    […] The next set was a sort of Quebecois all-star quartet which featured Michel Faubert on vocals, Pierre Labbé on tenor & soprano sax, electronics & compositions, Bernard Falaise on guitar and Pierre Tanguay on drums. Aside from the vocalist, the other three musicians have long been involved in numerous bands/projects mainly for the Ambiances Magnétiques label: Labbé (solo & band-led discs, Les Projectionnistes), Falaise (Miriodor, Klaxon Gueule, solo CDs) and Tanguay (more than two dozen discs with Jean Derome, Joan Hétu & René Lussier). I wasn’t familiar with Michel Faubert who is a storyteller/vocalist and has worked with a traditional folk/a cappella bands. Mr. Labbé was the central figure here and talked or sang throughout consistently in French. Since my French speaking is minimal, I missed out on the various stories and observations that Mr. Faubert did. The response from the mostly French-speaking audience was most often giggles and laughter. So, I concentrated on the sound of his voice, his gestures and the music which was charming, quirky and consistently inventive. The music started out softly with Tanguay on a jawharp stomping his feet. The other three musicians did occasional backup vocals and there was a certain fun-loving charm that ran throughout the entire set. Each song or piece seemed to create a different mood. I liked the way the musicians used subtle gestures to evoke certain vibes, Falaise played his guitar in his lap and rubbed a cloth on it while Labbé played odd sax sounds & electronics without soloing very much to serve the story. I would’ve no doubt enjoyed the set more if I understood French but this was not the case. […]

    blogue@press-5163 press@5163
    29 June 2009
    By Serge Truffaut in Le Devoir (Québec), June 29, 2009

    Text

    “La hausse notable de l’assistance confirme l’appétit d’un public pour un jazz aventureux, propre à aiguiser la curiosité, sensuel, tendance joyeuse et non racoleur.”

    L’OFF Festival de jazz enregistre une hausse de 20% de son assistance

    La dixième édition de l’OFF Festival de jazz de Montréal s’est conclue, dans un Lion d’Or archibondé, sous le signe de la chaleur, de la passion et des ponctuations rythmées d’un public captivé par la densité et la verve musicale du contrebassiste Normand Guilbeault et de ses complices. L’OFF s’est conclu également sur une note pleine d’encouragement pour l’avenir: le nombre de spectateurs a enregistré une augmentation prononcée (+ 20%).

    Comme cela avait été annoncé, la prestation de Guilbeault s’est déroulée sous le patronage exclusif d’un artiste dont la voix révoltée et sensuelle nous manque toujours. Il s’agit évidemment de Charles Mingus, contrebassiste obsédé par l’essentiel, compositeur obsédé par la pertinence de chaque note, par le poids et la profondeur de celle-ci.

    Pour mener à bien son aventure, Guilbeault a formé un groupe stupéfiant: Jean Derome aux saxos, Mathieu Bélanger aux clarinettes, Ivanhoe Jolicœur à la trompette, Jean Sabourin à la trompette basse et au sousaphone, Karen Young au chant, l’énergique Claude Lavergne à la batterie et Normand Deveault au piano. Un Deveault digne héritier de Don Pullen, dernier pianiste de Mingus.

    À voir et à entendre Guilbeault, à voir le public, à entendre l’écho qu’il lui renvoyait, on se disait que lui et ses compagnons ont ce quelque chose d’indéfinissable qui est ce quelque chose qu’ils ont en plus et que bien d’autres n’ont pas. Comment dire? Lui et Derome, lui et Jolicœur, le trompettiste trop méconnu, lui et son groupe donnent davantage que ce qui est attendu. Bref, il comble des espérances. Ce qui évidemment n’est pas donné, comme dirait La Palice.

    Outre le spectacle Mingus revu par Guilbeault on retient de cette 10e édition, et des spectacles que l’on a entendus parce qu’on n’a pas tout vu, le spectacle d’ouverture Tremblement de Fer. Soit cette suite composée par Pierre Labbé pour une cinquantaine d’instrumentistes et qu’il a présentée dans un lieu inusité: le Hangar n° 16 dans le Vieux-Port. On prie tous les dieux de l’univers, et les grecs en particulier, que ce Tremblement de Fer soit transposé sur un album.

    On retient également la prestation intense du pianiste Pierre St-Jak au Dièse Onze. Souvent insaisissable, St-Jak n’a pas son pareil pour surprendre, pour relancer ses accompagnateurs, pour sculpter des moments musicaux dans l’argile de la beauté. (…)

    Cela étant, cette dixième édition a rencontré un succès inattendu. Les amateurs sont allés en nombre au Lion d’Or, au Cheval Blanc, au Dièse Onze, au Hangar n° 16 et un peu moins à la Chapelle historique du Bon-Pasteur. Et alors? La hausse notable de l’assistance confirme l’appétit d’un public pour un jazz aventureux, propre à aiguiser la curiosité, sensuel, tendance joyeuse et non racoleur.

    blogue@press-3860 press@3860
    22 June 2009
    By Serge Truffaut in Le Devoir (Québec), June 22, 2009

    Text

    Tremblement de fer a été applaudi deux fois plutôt qu’une. Il a été très apprécié. Il a surtout captivé; il y avait de quoi.”

    Depuis son amorce, la dixième édition de l’OFF Festival de jazz de Montréal s’est singularisée par une somme de moments parfois intenses, parfois amples, d’autres fois aussi austères qu’un film suisse ou suédois, mais tout de même intéressants. Quoi d’autre? On a été témoin d’un fait combinant culture et social si étonnant ou plutôt inattendu qu’il mérite mille et un arrêts sur image.

    Voilà, pour le spectacle d’ouverture, les organisateurs de l’événement avaient décidé que le Tremblement de fer de Pierre Labbé se tiendrait au hangar n° 16 situé à l’extrémité est du Vieux-Port. Autrement dit, en un endroit qui nous est géographiquement beaucoup moins familier que le Club Soda, l’Upstair’s, le Lion d’Or, le Monument-National et autres. Deuxio, ce soir-là l’humeur, climatique s’entend, se confondait avec maussade à la puissance dix. Il pleuvait des trombes d’eau.

    Malgré ces adversités physiques et météorologiques, le hangar s’est rempli. On tient à le répéter: ce hangar où l’humidité s’est installée, si l’on peut dire évidemment, à demeure était plein. Plus de 400 personnes ont assisté à ce spectacle. Quand on sait, et non suppute, que des amateurs ne sont pas venus parce qu’ils ont cru que le Tremblement de fer se déroulerait à l’extérieur, ce fait, ce nombre, est remarquable. Les plus surpris ont été les responsables de la programmation qui n’avaient jamais imaginé dans leurs rêves les plus fous que tant de gens seraient au rendez-vous.

    Chose certaine, cette histoire de nombre comporte ou présente un enseignement: les amateurs de la note bleue sont beaucoup plus enclins à l’aventure et plus curieux que ne le sont les responsables des diverses salles sans parler de ceux des ondes radio qui devraient méditer ce phénomène plutôt que de le… moquer!

    D’autant que Tremblement de fer a été applaudi deux fois plutôt qu’une. Il a été très apprécié. Il a surtout captivé; il y avait de quoi. L’œuvre, car il s’agit bel et bien d’une œuvre, de Pierre Labbé se démarque par ce savant ou plutôt très subtil dosage entre la pesanteur, dans le sens le plus noble du terme, et le rythme, entre l’équilibre des solos et d’un ensemble rassemblant une cinquantaine d’instrumentistes. Moitié cordes, moitié cuivres, le tout poussé par une double formation rythmique.

    Quand on sait le travail de moine, tendance bénédictin, que Labbé a dû accomplir pendant des mois pour composer son Tremblement, quand on sait que tenter l’accouplement des violons avec les saxos, c’est prendre le risque de se casser la gueule deux fois sur trois et quand on s’arrête au résultat, on ne peut espérer qu’une chose: un enregistrement. Il serait aussi regrettable que triste que Tremblement de fer soit né et décédé le 18 juin 2009.

    blogue@press-3844 press@3844
    19 June 2009
    By Alain Brunet in La Presse (Québec), June 19, 2009

    Text

    “C’était aussi très sympa de voir autant de compétence et d’enthousiasme réunis sur scène”

    De la pêche à la zizique en début de semaine. Je suis rapidement passé de l’Off pour les mouches noires à l’Off Festival de jazz, dont c’est la dixème édition. L’ouverture a eu lieu jeudi soir au Hangar 16 des Quais du Vieux-Port. Pierre Labbé, saxophoniste, compositeur, arrangeur, instigateur de ce Tremblement de fer, a certes vécu des moments inoubliables lorsqu’il s’est adjoint une cinquantaine de musiciens, professionnels et étudiants de niveau universitaire — une interview à ce sujet explique le concept. C’était beau et touchant de voir ce rassemblement de jazzophiles (350 entrées payantes) ayant répondu à “l’appel d’Off”. C’était aussi très sympa de voir autant de compétence et d’enthousiasme réunis sur scène. Derome, Leroux, Falaise, en veux-tu en v’la. Ainsi, l’Off et la demande étaient en parfaite collusion pour un tel lancement de programmation. Tous les ingrédient y étaient… sauf la sonorisation. Le Hangar 16 est un lieu complexe à sonoriser, force est de constater. Y faire sentir la puissance des cordes. Trouver l’équilibre entre les sections et en témoigner des jeux de structures. Fournir une toile orchestrale audacieuse et propice aux improvisations collectives ou individuelles. Faire en sorte que les solistes puissent vraiment émerger de l’orchestre lorsque nécessaire. Faire en sorte que la direction d’orchestre puisse maximiser les effets acoustiques lorsqu’elle distribue les consignes ici et maintenant. On en passe. Ces exigences n’ont pas toujours été satisfaites. À plusieurs moments, le son était trop flou, trop mince, il fallait s’approcher de la scène pour ressentir un vrai buzz orchestral et encore… Cette carence acoustique produisait parfois une impression exagérée de linéarité dans l’écriture de ce Tremblement de fer. J’aimerais bien écouter un enregistrement bien calibré de cette soirée, j’ose croire que ce serait clairement supérieur à ce que j’ai entendu. Enfin… ce fut quand même une soirée agréable, qui laisse présager un 10e Off assez relevé merci. L’Off Festival de jazz de Montréal, d’ailleurs, atteint sa vitesse de croisière dès vendredi. Ça se poursuit ce week-end, la semaine prochaine, le week-end qui suit.

    blogue@press-3843 press@3843
    13 June 2009
    By Alain Brunet in La Presse (Québec), June 13, 2009

    Text

    “«Ma musique est un mélange. Jazz contemporain, harmonisations modernes, mesures composées, musique classique de souche européenne, musiques de film d’aujourd’hui, musique contemporaine... lorsque celle-ci n’est pas engloutie sous une démarche intellectuelle. Tremblement de fer, en ce sens, exprime bien mon esthétique. J’y ai mis tout ce qui me ressemble.»”

    Pas moins de 50 musiciens issus de tous les horizons sonores se retrouveront sur la même scène, jeudi prochain, histoire d’ouvrir le 10e Off Festival de jazz de Montréal. Tremblement de fer, qui évoque le métal de la ville et la structure du hangar, est une initiative du saxophoniste, compositeur et improvisateur Pierre Labbé. Voilà un musicien très occupé qui se présente au journaliste. Ce dernier conclut vite au profil idéal du créateur autonome qui a eu tôt fait de se prendre en main. Hormis sa participation aux formations Les Projectionnistes et l’Orkestre des Pas Perdus, outre la composition de musique de théâtre, la direction d’une compagnie de spectacles destinés au jeune public, la création deux albums de jazz contemporain (Risque et pendule, lancé en 2003, Manivelle, prévu pour l’automne sur Ambiances Magnétiques), en plus de diriger un quartette de jazz contemporain avec pour complices le guitariste Bernard Falaise, le batteur Isaiah Ceccarelli et le contrebassiste Clinton Ryder, Pierre Labbé nous propose cette pièce montée: 25 professionnels et 25 étudiants seront au service de son Tremblement de fer. «L’image que j’avais au départ, c’était une grosse gang de musiciens montréalais de tous les genres et qui jouent une mélodie à l’unisson. C’était ça, mon fantasme. D’ailleurs, une des sept pièces au programme sera une simple mélodie jouée à l’unisson par 50 musiciens. J’ai proposé l’idée à la direction de l’Off Festival de jazz de Montréal; Christophe Papadimitriou et ses collègues ont accepté d’emblée.

    «J’ai alors contacté les musiciens que je connais, tout le monde a dit oui, go! Pour les étudiants, je suis passé par les facultés de musique - Conservatoire, Université de Montréal, McGill, etc. J’ai contacté les profs, André Moisan pour les clarinettes, par exemple. Je cherchais de jeunes musiciens techniquement solides, mais aussi capables d’improviser. J’ai déclenché une tempête de courriels!» Une configuration singulière Sept pièces seront créées au Vieux-Port. Pierre Labbé promet un encadrement maximum et une configuration des plus singulières. «D’un côté, j’ai un orchestre de chambre dont l’instrumentation pourrait être comparable à celle du Nouvel Ensemble Moderne: seize cordes, sept bois, quatre cuivres. De l’autre côté, ce sont les vents d’un big band: six saxophones, trois trompettes, trois trombones, un tuba. «Derrière ces deux groupes, deux sections rythmiques identiques se font face, de manière à créer un effet miroir: deux batteries, deux contrebasses, deux pianos, deux claviers électroniques et un intrus: le guitariste Bernard Falaise. Pendant que les sections rythmiques se répondent, Bernard intervient. Chaque pièce comporte au moins un solo, et je peux compter sur des solistes d’enfer!» On donnera raison au chef: feront trembler le fer du Hangar 16, dans le Vieux-Port, les saxophonistes André Leroux, Jean Derome, Frank Lozano et Roberto Murray, le batteur Pierre Tanguay, l’altiste Jean René, le violoniste Josh Zubot, le guitariste Bernard Falaise, le tromboniste Jean-Nicolas Trottier, la clarinettiste (basse) Lori Freedman, le trompettiste Aaron Doyle. La musique de ce Tremblement de fer est écrite, elle comporte aussi des consignes d’improvisation que déclenchera son concepteur en temps réel. «Ma direction comprend aussi une part d’improvisation», souligne-t-il fièrement. Formé à l’Université de Montréal, Pierre Labbé se résume: «Je suis un hybride.» Études de flûte, études de composition, musique classique, jazz, choix définitif du saxophone ténor comme véhicule de son expression. À 47 ans, notre homme était certes dû pour que son œuvre émerge du souterrain. «Ma musique est un mélange. Jazz contemporain, harmonisations modernes, mesures composées, musique classique de souche européenne, musiques de film d’aujourd’hui, musique contemporaine… lorsque celle-ci n’est pas engloutie sous une démarche intellectuelle. Tremblement de fer, en ce sens, exprime bien mon esthétique. J’y ai mis tout ce qui me ressemble.» Tremblement de fer est présenté le jeudi 18 juin, 20h30, au Hangar 16 des Quais du Vieux-Port.

    blogue@press-3842 press@3842