If radio doesn’t appear, it means you haven’t installed the Flash plugin or that your version is too old. You must also activate Javascript.

Radio ›› Quartetski
Le Sacre du printemps
Le Sacre du printemps: Second tableau: Le sacrifice (orch. 2013) [Pierre-Yves Martel, orchestration], 26m51s [excerpt]
Track 2 from Le Sacre du printemps
CD: Ambiances Magnétiques (2013) AM 213
Pierre-Yves Martel, viola da gamba, direction, orchestration; Isaiah Ceccarelli, drum set; Bernard Falaise, electric guitar; Philippe Lauzier, bass clarinet, soprano saxophone; Josh Zubot, violin

Artists ›› Quartetski

  • Articles about Quartetski

    Record reviews are found in the pages for each disc (via the discography tab).

    1 April 2017
    By Marc Chénard in La Scena Musicale (Québec), April 1, 2017

    Text

    “Armé d’une contrebasse et d’une viole de gambe, [Pierre-Yves Martel] s’est pleinement intégré dans notre scène, son succès reposant sur sa polyvalence.”

    Depuis son arrivée à Montréal en 2004, Pierre-Yves Martel a fait un son chemin. Armé d’une contrebasse et d’une viole de gambe, ce fils de la capitale nationale s’est pleinement intégré dans notre scène, son succès reposant sur sa polyvalence. D’une part, il s’est donné de la visibilité comme membre permanent de la formation Constantinople des frères Tabassian, groupe tous azimuts à la confluence de la musique persane et celles d’autres traditions. D’autre part, Martel s’est inséré dans le monde des musiques créatives, autant chez nous - par sa présence au sein du collectif Ambiances Magnétiques - que par ses associations avec des partenaires étrangers (v. référence discographique ci-dessous).

    Autre corde à son arc, il dirige une formation au nom singulier, Quartetski, spécialisée en relectures audacieuses d’œuvres de ­compositeurs classiques. Au fil des ans, lui et ses complices se sont attaqués à des musiques de toutes les époques, commençant en 2006 par Prokofiev (le nom du groupe étant donc un clin d’œil à ce compositeur), puis suivis par Éric Satie, Henry Purcell, Tobias Hume, Igor Stravinski et, le dernier en date, Bela Bartók.

    Début avril, il propose de présenter des extraits de Mikrokosmos, grand opus pour piano solo du célèbre Hongrois. Le concert reprendra les 29 miniatures figurant sur le disque le plus récent, retravaillées considérablement par l’ensemble. Mais Martel nous réserve deux surprises pour cette occasion.

    «J’avais eu l’idée du concert pour marquer les dix ans de Quartetski, explique Martel, avant de faire une mise en garde: j’aurais bien pu reprendre mon premier projet, les Visions fugitives de Prokofiev, pour faire la boucle avec le Bartók, mais cela me semblait trop évident. Je me suis fixé sur une autre œuvre du compositeur russe, Pierre et le loup. Cependant, je vais utiliser le texte littéraire plutôt que la partition comme matière à créer une musique originale, démarche inédite pour mon groupe.»

    Réservée pour la seconde partie de la soirée, cette pièce suivra une autre première avant l’entracte, celle-là intitulée Makrokosmos. Toujours selon Martel: «Après avoir repris Le sacre de Stravinski en 2013 à l’occasion du centenaire de sa création, je voulais me tourner vers quelque chose de moins massif, d’où mon choix des miniatures de Bartók. À celles-ci, je vais ajouter cette autre première, une pièce de plus longue durée et assez minimaliste dans ses matériaux, question d’explorer une autre avenue.»

    Pour l’automne, Martel et ses acolytes reviendront à la charge avec leur projet le plus jazzistique: la musique de Duke Ellington, étirée dans tous les sens avec le concours de Martin Tétreault aux tables tournantes et vinyles assortis. On en reparlera sûr et certain.

    Dernière heure: Josh Zubot, résidant désormais à Vancouver, sera remplacé par un autre violoniste, Guido del Fabro.

    blogue@press-5686 press@5686
    1 October 2013
    By Marc Chénard in La Scena Musicale #19:2 (Québec), October 1, 2013

    Text

    “Le concert de l’ensemble du gambiste Pierre-Yves Martel a présenté une vision tout à fait rafraîchissante du Sacre du Printemps de Stravinski

    Inscrit au programme du festival Montréal Nouvelles Musiques (MNM) en février dernier, le concert de l’ensemble du gambiste Pierre-Yves Martel a présenté une vision tout à fait rafraîchissante du Sacre du Printemps de Stravinski. Le mois suivant, il s’est dirigé vers le studio avec son groupe (un quintette pour l’occasion) pour consigner sa version sur disque, lequel sera lancé pendant le festival. Spécialisée dans les relectures du répertoire concertant (entrecoupées de libres improvisations), cette formation ajoute Stravinski à son tableau de chasse, choix qui s’imposait presque en ce centenaire de la première du chef-d’œuvre d’Igor. Après avoir visité les musiques de Prokofiev, Satie, Purcell, Hume, et même un petit détour du côté d’Ellington, Quartetski se présentera donc en concert avec disque à l’appui, son premier en sept ans. Dans la foulée de ce concert, l’ensemble prendra la route, se produisant à Ottawa et à Toronto pour ensuite s’envoler vers la France pour deux autres prestations. Bravo messieurs!

    blogue@press-5012 press@5012
    1 February 2013
    By Marc Chénard in La Scena Musicale #18:5 (Québec), February 1, 2013

    Text

    “Le Sacre n’aura jamais sonné aussi différemment que dans les mains de ce… Quintetsky”

    Si vous ne le savez pas déjà, cette année marque le centenaire de la première du Sacre du Printemps (29 mai au Théâtre des Champs-Élysées de Paris). Des nombreux hommages prévus, un se détachera du lot, en l’occurrence celui de l’ensemble Quartetski au prochain festival Montréal Nouvelles Musiques (MNM). Dirigé par Pierre-Yves Martel (spécialiste en instruments baroques telle la viole de gambe), cet ensemble se distingue par sa manière de conjuguer des répertoires classiques à l’actualité des musiques improvisées. Après avoir «revisité» Prokofiev, Satie, Purcell et Hume, il aborde maintenant son projet le plus ambitieux à jour. Pour son édition précédente, en 2011, le festival avait tendu la perche, mais Martel n’avait rien de concret à offrir. Déléguée par le festival à la programmation d’un volet de musiques créatives, Joane Hétu (voir une critique de son disque dans ce numéro) l’a relancé. Pour Martel, le choix s’imposait de soi: travaillant à partir de la version pour deux pianos et une étude subséquente de la partition orchestrale, il a décidé d’extraire des passages qui serviront comme tremplins à des séquences improvisées ouvertes. Pour cette première, le chef remaniera sa formation, conservant son batteur et son joueur d’anches, mais en remplaçant la trompette par un violon (Josh Zubot) et ajoutant une guitare (Bernard Falaise). Le Sacre n’aura jamais sonné aussi différemment que dans les mains de ce… Quintetsky (sic)!

    blogue@press-4861 press@4861
    1 May 2008
    By Steve Vickery in Coda Magazine #339 (Canada), May 1, 2008

    Press Clipping

    blogue@press-3577 press@3577
    31 March 2008
    By Kate Molleson in The Gazette (Québec), March 31, 2008

    Text

    Quartetski is made up of four seriously creative improvisers […] whose experimenting is as considerate as it is far-flung.”

    At the height of the First World War, as the Russian Revolution loomed and Europe’s musical traditions erupted, Sergei Prokofiev wrote a set of 20 miniature piano pieces called Visions fugitives. Each is only about a minute long; they’re tiny, fleeting glimpses of texture and character. Some are dark, some are dulcet, many have a touch of the burlesque.

    Local jazz-improv group Quartetski does Prokofiev use these miniatures to conjure visions of their own. They play Prokofiev’s music (as orchestrated by bassist Pierre-Yves Martel) then, in a vocabulary that’s dreamy and fearless and tangibly inspired by Prokofiev, they improvise.

    This is a daring and unusual project — daring because it transcends genre boundaries, unusual because it does so without becoming tacky. Quartetski is made up of four seriously creative improvisers (Martel on bass, Gordon Allen, trumpet, Philippe Lauzier, sax/bass clarinet, and Isaiah Ceccarelli, drums) whose experimenting is as considerate as it is far-flung.

    And the arrangements themselves are artfully orchestrated, which isn’t surprising given Martel’s mongrel pedigree: as well as being a leader of Montréal’s musique actuelle scene, he plays viola de gamba with the Studio de musique ancienne de Montréal and Constantinople, and double bass with several orchestras. Such successful genre-hopping is feasible because he’s technically versatile, and, moreover, an extremely intelligent musician. Diversity is a powerful resource.

    Quartetski played at Upstairs on Friday and Saturday, which, considering the cerebral and unamplified nature of the music, was an admirable piece of programming by the jazz bar.

    Both nights finished with work from Quartetski’s impending album of Duke Ellington tunes — again, beautifully orchestrated and explored. Despite the differences between Prokofiev and Ellington, there’s a sound that’s unmistakably Martel’s. Look out for that CD release when it comes — something along the lines of ‘Quartetski does Ellington,’ I believe…

    blogue@press-3513 press@3513