Blog ›› Archive ›› By Date ›› 2010 ›› May

31 May 2010
By Alain Brunet in La Presse (Québec), May 31, 2010

Text

“C’est un projet familial et humain avant tout.”

Signé Dyane Raymond, un portrait élogieux publié aux éditions Varia a déjà nommé le multi-instrumentiste et compositeur Jean Derome «l’homme musique». Et pour cause, parmi ses innombrables interventions, dont une participation prochaine au Festival international de jazz de Montréal avec ses Dangereux Zhoms, Derome est directeur musical de la Fanfare Pourpour. Cet ensemble d’une vingtaine de musiciens lance aujourd’hui un quatrième album: Danse des breloques.

Rappelons que Pourpour s’inscrit dans une longue tradition contre-culturelle. Dans les années 60 et 70, des musiciens européens et nord-américains avaient entrepris de régénérer le concept de fanfare en lui conférant des répertoires beaucoup plus déjantés que ce à quoi on pouvait s’attendre alors. À Montréal, on ne faisait pas exception à la tendance, qui se prolonge jusqu’en 2010.

«Pour faire la genèse de la Fanfare Pourpour, raconte Jean Derome, il faut remonter à L’Enfant Fort, qui jouait jadis dans les rues du Plateau. Benoît Fauteux et Christine Lajeunesse, qui ont été parmi les fondateurs de la Fanfare Pourpour, étaient de cette première aventure. Dans la même lignée est né ensuite le Pouet Pouet Band, puis la Fanfare Pourpour. Pendant un bon moment, le compositeur principal en était Bernard Poirier, que j’ai remplacé à la direction musicale après avoir été invité spécial de l’orchestre.»

Depuis son accession à la direction musicale de Pourpour, Jean Derome a notamment transposé la musique de l’accordéoniste scandinave Lars Hollmer autour de laquelle la Fanfare a consacré son album précédent.

«Ce qu’il y a de nouveau avec Danse des breloques, souligne notre interviewé, c’est qu’il y a une dizaine de compositeurs qui participent. Pour plusieurs d’entre eux, d’ailleurs, c’est la première composition enregistrée. Ces pièces inédites ont été arrangées par eux-mêmes ou avec l’aide d’autres membres comme le clarinettiste Pierre Emmanuel Poizat (PEP) et le trompettiste Nemo Venba — qui étaient tous deux dans les Faux Monnayeurs de Tomas Jensen

Tango, flamenco, reggae, musiques des Balkans et autres genres variés se déploient ainsi dans le répertoire original de la Fanfare Pourpour. Jean Derome complète l’observation: «Nous jouons de plusieurs styles mais nous ne faisons pas dans la reprise. Nous sommes très ouverts même si nous conservons une touche foraine.»

Le directeur musical insiste en outre sur le caractère multigénérationnel de la Fanfare Pourpour.

«On garde nos vieux piliers, mais il y a beaucoup de musiciens plus jeunes. Benoît Fauteux a joué jusqu’à l’âge de 71 ans, il s’est retiré depuis quelques années. Nemo Venba a commencé à l’âge de 18 ans, il en a 29. L’accordéoniste Luzio Altobelli (Sagapool), Guido Del Fabbro (Pierre Lapointe) sont aussi parmi les jeunes de l’orchestre. C’est donc la rencontre de générations et d’horizons musicaux différents. Certains d’entre nous, par ailleurs, ne sont pas professionnels de la musique.

«La performance technique, insiste Jean Derome, n’est pas un objectif important de la Fanfare Pourpour. Les partitions sont taillées sur mesure sur le potentiel de chacun. C’est un projet familial et humain avant tout. Une tribu! Ce qui est frappant avec les années, toutefois, c’est que le groupe s’améliore. L’intonation, le jeu d’ensemble… on arrive à quelque chose de vraiment bien.»

Jean Derome met de l’avant le caractère autogéré de l’ensemble. «En ce sens, la chanteuse et accordéoniste Lou Babin est l’âme de la Fanfare. C’est elle qui en assume la gestion administrative et la coordination. Tout le monde peut donner son avis et Lou recueille sans cesse les points de vue de chacun. C’est très démocratique comme fonctionnement, mais ça ne marcherait pas si Lou ne faisait pas ce travail formidable. La Fanfare s’engage, d’ailleurs, dans plusieurs causes sociales et humanitaires, comme par exemple l’Action terroriste socialement acceptable. On arrive parfois à générer quelques revenus, mais c’est bien peu par rapport au travail accompli.»

blogue@press-4186 press@4186
30 May 2010

Antoine Berthiaume and MaryClare Brzytwa will be performing together at the Festival des Musiques Innovatrices de Saint-Étienne (France), on June 13, 2010. Not to be missed if you’re in the area!

blogue@nouv-9692 nouv@9692
30 May 2010
By François Couture in Monsieur Délire (Québec), May 30, 2010

Text

“Great music, a great Lussier record, and Lepage’s most demanding album — his music is usually somewhat lighter and more accessible.”

I have had the LP for ages, but not the 1996 CD reissue. So I grabbed at FIMAV, where René Lussier performed. From 1984, the very first official Ambiances Magnétiques release is an excellent example of what would be called Quebec “musique actuelle”. Lepage on multiple, often multitracked clarinets; Lussier on guitar, foot-tapping, and I think some daxophone. A sequence of rather short semi-improvised pieces with rough textures like concrete, dissonances like a trafic jam, and very lively, like a bustling city. The reissue added a new session recorded in 1996 (9 tracks, at the cost of eliminating Beyrouth, à défaut d’être mort from the original LP, don’t know why). These are just as creazy and creative as the original pieces. Great music, a great Lussier record, and Lepage’s most demanding album — his music is usually somewhat lighter and more accessible.

blogue@press-4190 press@4190
29 May 2010
By Alain Brunet in La Presse (Québec), May 29, 2010

Text

“Des arrangements simples et soyeux, dynamiques. En somme, de la suite dans les idées… et les émotions.”

Ceux qui ont vécu les alternatives musicales au cours des années 70 se rappellent ces fanfares déglinguées du Québec, qui s’inscrivaient dans un courant européen de ce type de fanfare. Hippie, tzigane, jazzy, Nino Rotaïsant, esprit forain… Enfant Fort, Pouet Pouet Band, Fanfafonie, Petite Fanfare, etc.

Que reste-t-il de ces utopies orchestrales? Certains y croient encore. Au point de peaufiner, étoffer, hausser le niveau technique, varier les propositions. Cette bonne vieille bande du Plateau entretient toujours la flamme, recrute encore parmi ses meilleurs éléments que coordonne Jean Derome. Flamenco, balkanité, jazz attitude, reggae, tango, enfin un large spectre de références est ici bellement survolé. Le travail y est collectif, vu les différences de calibres au sein du même orchestre. Les solos y sont brefs, on n’insiste pas sur la virtuosité de certains, tout est au service de la fanfare. Quelques chants, Luc Proulx, Jean Derome, dont les textes ne passeront certes pas à l’histoire. Quelques vocalises de Lou Babin, dont les fréquences poignantes devraient être plus présentes sur nos ondes. Des arrangements simples et soyeux, dynamiques. En somme, de la suite dans les idées… et les émotions.

blogue@press-4185 press@4185
28 May 2010
By Danny Trobu in Chez Danny Trobu (Québec), May 28, 2010

Text

“Fascinant!”

Cette année, le FIMAV n’était pas fait seulement de spectacles en salle. Au Théâtre Parminou il y avait cette curieuse installation faite de 6 pianos qui ont connus de meilleurs jours et de hauts-parleur qui jouaient des solos de piano.

Il faut dire que l’entrée en matière était assez particulière: J’arrive au Parminou et il y a une petite dame à l’entrée. «Venez-vous voir les pianos?» me demande-t-elle d’un air comme si j’étais le premier à me présenter. Elle me fait signe que c’est au bout du couloir à gauche. «Attendez, je vais vous ouvrir la porte» fait-elle comme si la porte était barrée pour garder les pianos à l’intérieur.

J’entre dans cette pièce aux murs noirs où seulement 6 spots éclairent les 6 pianos et il y a un piano qui gronde. La porte se referme derrière moi dans CLANG sonore. Ça y est, je suis pris au piège et les pianos vont avoir ma peau.

Après quelques secondes, je confirme que les pianos ne bougent pas. C’est déjà ça, mais maintenant 3 pianos grondent furieusement. Tout d’un coup, il se taisent. Le piano recommence doucement dans les hauts-parleurs et un piano enchaine en grondant légèrement. Plus le solo de piano s’emballe, plus les pianos entrent dans la mélodie et grondent en chœur.

Les pianos ont vraiment connus de meilleurs jours. Ils sont carrément hors d’état de jouer. Du coup, je voyais une maison de retraite pour vieux pianos séniles. Il y a un délai entre la musique et les réactions des pianos, comme des vieux gâteux qui passent leur temps à dire «Heille! C’est moi qui jouait ça!».

Les pianos grondent car d’Orion a placé un moteur électrique désaxé dans chacun d’eux. Après avoir discuté avec d’Orion entre deux show du FIMAV, j’ai appris que c’est un ordinateur qui contrôle les moteurs en les activant selon les fréquences présentes dans la trame de piano; un piano gronde sur les graves, un autre sur les moyennes-graves, un autre sur les hautes et ainsi de suite. Le délai entre la réaction du moteur par rapport à la musique est dû au temps que prends le moteur avant de démarrer, soit environ un quart de seconde.

J’ai dû passer 15 minutes planté là, seul, au milieu de 6 pianos qui grondent à étudier leurs réactions.

Mon avis: Fascinant!

blogue@press-4187 press@4187
27 May 2010

The Fanfare Pourpour will be in concert at event Nuit blanche sur tableau noir, on June 11, 2010, at 6:30pm; and also, on June 12, 2010, it will play as part of the Péristyle Nomade at 6:30pm.

blogue@nouv-9697 nouv@9697