Blog ›› Archive ›› By Date ›› 2010 ›› August

31 August 2010
By Héctor Cabrero in Le son du grisli (France), August 31, 2010

Text

“L’ouvrage d’art qui en ressort est impressionnant”

La palette de la clarinettiste Lori Freedman ne cesse pas de s’élargir au fil des disques. Pour exemple, son Bridge rassemble des improvisations et des interprétations de pièces de musique contemporaine (de Scelsi, Donatoni, Dusapin, Aperghis, Michel Galante ou Monique Jean) qui mettent en avant une dextérité qu’on ne peut qualifier que de «freedmanienne». L’ouvrage d’art qui en ressort est impressionnant et si Lori Freedman était un pont, elle pourrait être par exemple la passerelle Simone de Beauvoir. Sur la Seine, la construction d’acier invoque l’eau en ondulant dans l’autre sens et promène ses visiteurs sur des chemins différents. Sur cet enregistrement, Lori Freedman prend ce visiteur et le fait danser avec une précision d’orfèvre ou sous le coup d’un expressionnisme exacerbé. Agité dans tous les sens, il ne fait plus de différence entre sa droite et sa gauche et la seule chose dont il est encore sûr est que le pont est stable alors que lui ne l’est plus. Mais la clarinette de Lori Freedman a ce son profond que l’on n’oublie pas et ce son est la rampe que le visiteur-auditeur ne devra plus lâcher.

blogue@press-4237 press@4237
5 August 2010
By Réjean Beaucage in Voir (Québec), August 5, 2010

Text

“Cette musique a quelque chose de primitif, qui nous ramène à l’aube des temps de la création musicale.”

Le groupe est un projet du multi-instrumentiste Michel F Côté, qui nous a habitués à aller dans, littéralement, toutes les directions. Cette fois-ci, après le country désabusé ou le jazz du troisième type, le voici plus méditatif que jamais, dirigeant une douzaine de musiciens dans un exercice de retenue extrême. Cette musique a quelque chose de primitif, qui nous ramène à l’aube des temps de la création musicale. Le tout baigne dans une simplicité volontaire qui n’est pas du tout désagréable, mais qui manque quand même singulièrement de dynamique (aucune piste ne troublera votre méditation). Pas sûr que je supporterais 10 minutes en concert, mais pour le taï chi, ça doit être idéal. (3/5)

blogue@press-4236 press@4236
3 August 2010
By François Couture in Monsieur Délire (Québec), August 3, 2010

Text

Jean René releases his very first album under his own name, and a solo opus to boot. Well, congratulations. First of all, it was about time! Second of all, it’s an excellent record.”

Jean René has a long and illustrious career in avant-garde music behind him. His viola has accompanied near everybody on the Montréal scene. Now, Jean René releases his very first album under his own name, and a solo opus to boot. Well, congratulations. First of all, it was about time! Second of all, it’s an excellent record. Fammi features ten compositions, most of them multitracked, where René plays acoustic and electric viola, plus some electric guitar. The title track is fascinating: its counterpoint brings to mind Bach, while its harmony is resolutely modern. And this record boasts a form of musical humour that once was the trademark of Quebec “musique actuelle” (titles like La triste vie d’une puce and Le grand boudin evoke Les Granules). Yet, mischieviousness is not the key trait of this record — that would be intelligence and complex emotions.

blogue@press-4234 press@4234
3 August 2010
By François Couture in Monsieur Délire (Québec), August 3, 2010

Text

“Beautiful, aerial”

My first reaction was: FINALLY a second album from Mecha Fixes Clocks. My second reaction: Is this REALLY Mecha Fixes Clocks? Let me explain: this project led by Michel F Côté (notice the initials) has gone through a few (per)mutations since its beginnings and its eponymous debut released on alien8 recordings. This second album sounds far from that first step. In fact, it sounds closer to Bruire’s Les Fleurs de Léo (another MFC project). The tracks ally composition and improvisation in overlaid stratas, there’s a ton of guest musicians, there’s an irreverent aura about the project, and the album has the feel of a ‘90s Ambiances Magnétiques CD — not that À l’inattendu les dieux livrent passage is backward-looking, but it’s a comeback to a more… musical form of music. Beautiful, aerial, with two Max Steiner tunes funnily inserted, and a duet with Diane Labrosse that almost takes us back to their Duo déconstructiviste CD.

blogue@press-4235 press@4235