Work

Résistances (2015), 60m00s
two string instruments, two wind instruments, two brass instruments, two guitars, analogue •, piano, turntables, sampler, electric bass, three double basses, and three drum kits
  • Premiere: May 14, 2015, Année Jean Derome, FIMAV 2015: Jean Derome + 19: Résistances, Salle A — Colisée Desjardins (Victoriaville, Québec)

[English translation not available]

En tant qu’artiste (branché!), je m’intéresse depuis longtemps à l’idée de courant: courant de l’eau, courant d’idées (et même flux monétaire avec la pièce L’argent composée en 2016). C’est dans cet esprit qu’en 2000, j’ai créé la pièce Canot-camping: un vaste territoire constitué de jeux d’improvisation et de pièces écrites pour un groupe de 11 improvisateurs dirigés à l’aide de signes: des lacs, des rivières, des rapides. 15 ans plus tard, c’est comme si la rivière m’avait mené jusqu’à un barrage hydro-électrique. Le courant de la rivière devient électricité, mais le voyage continue.

Le Québec est un des plus gros producteurs d’électricité au monde. L’électricité, produite principalement dans les mégas barrages du Grand Nord québécois, est transportée sous haute tension par des lignes de 735,000 volts jusqu’aux gourmandes villes du Sud grâce à une armée de pylônes plantés comme des samouraïs à travers notre paysage.

Le système électrique québécois a ceci de particulier qu’il n’utilise pas de prise de terre conventionnelle.

Dans chaque maison, le neutre est relié à nos tuyaux d’eau et c’est le fleuve Saint-Laurent qui devient notre «prise de terre». Le Québec entier est «groundé» sur le fleuve Saint-Laurent.

L’électricité est une onde comme le son. Toute l’Amérique du Nord module son électricité à la même fréquence: 60 vibrations secondes. Cette fréquence doit être maintenue parfaitement stable à tout moment en contrôlant la vitesse de rotation des turbines. La moindre défaillance désynchronise les machines dans les usines et cause des pannes, si bien que toute l’Amérique est maintenue en synchro jour et nuit à la fraction de fraction de seconde près.

Même les éruptions sur le soleil influencent et peuvent perturber notre système en nous bombardant d’ondes électromagnétiques. Les aurores boréales, c’est ça: des bombardements, heureusement déviés par le champ magnétique de la terre, mais pénétrant tout de même notre planète par les pôles. Notre planète est un aimant qui tourne comme une toupie sur ses pôles magnétiques.

Des spécialistes surveillent les éruptions solaires, prévoient et analysent les fluctuations qu’elles engendrent sur la fréquence de l’électricité: toute modulation produira une distorsion harmonique qu’ils pourront détecter: un fuzz de guitare géant!

Cette vibration de 60 Hz à la seconde est le point de départ de Résistances. Le chiffre 60 y prend toute une signification. Une fréquence, c’est à la fois un son, une mesure, un rythme. Résistances est bâtie sur des multiples de soixante s’additionnant jusqu’à 60 minutes et, pourquoi pas, jusqu’à ces 60 ans que j’ai fêtés en 2015 avec l’Année Jean Derome.

Cette fréquence ne se retrouve pas normalement dans la musique (60 Hz, ça se trouve à mi-chemin entre si et si bémol) mais, dans Résistances, l’orchestre est accordé sur le 60 Hz si bien que, pour une fois, le buzz des amplis de guitare, des réfrigérateurs à bière ou de l’éclairage vibre en harmonie avec la musique et même y contribue. On va «pogner un bon buzz».

oeuvre@38405