Blog

1 February 2007
By Guy Darol in Jazz Magazine #578 (France), February 1, 2007

Text

“Un édifice de munificence, un hommage à la musique naturelle, dénuée d’adjuvants électroniques et de tout overdub.”

Ses idoles étaient Jimmy Page, Andy Summers, David Gilmour mais la rencontre de Fred Frith a tout chamboulé. Antoine Berthiaume, jeune guitariste québécois, eut l’opportunité d’être à la fois formé par le fondateur de Henry Cow et de réaliser un album avec lui. Il n’avait pas 25 ans. L’album intitulé Soshin avait un troisième partenaire: Derek Bailey. Entouré de tels maîtres, Antoine Berthiaume ne pouvait délivrer qu’un style compositionnel libéré, une musique aggravant l’agréable. Avec Michel Donato et Pierre Tanguay, il confirme sa prédilection pour le trio et surtout la qualité d’une jeu guitaristique à la fois véloce et souriant. Le titre de l’album est un battement de paupière adressé au souvenir d’Ellen Bar, une danseuse du New York City Ballet qu’Antoine Berthiaume connut autrefois, au temps qu’il reçut le coup de foudre du jazz. La passion n’est pas flapie comme en témoigne cet opus sans temps mort ni déchet. Un édifice de munificence, un hommage à la musique naturelle, dénuée d’adjuvants électroniques et de tout overdub. Légèreté de la guitare posant chaque note sur l’aile d’un papillon, efficacité de la section rythmique qui ne s’accorde aucun fracas. Quelque chose de grand s’annonce qu’il convient désormais de guetter.

blogue@press-3240 press@3240