La boutique des nouvelles musiques

Les contes de l’amère loi Les Poules

Bonne nouvelle pour les nostalgiques, DAME lance une réédition des Contes de l’amère loi, le seul album du groupe Les Poules.

Les Poules est le résultat d’une des nombreuses collaborations de Joane Hétu, Diane Labrosse et Danielle Palardy Roger. Toujours à l’avant-garde, il se dégage de ces trois compositrices improvisatrices une complicité aujourd’hui légendaire. Alliant à merveille sons synthétiques et acoustiques, elles nous servent un étrange mélange musical, à écouter absolument!

La réédition des Contes de l’amère loi nous ramène quinze ans en arrière, nous replonge dans la découverte de l’album concept que Les Poules nous avaient présenté en 1986 et qui abordait les rapports entre les humains et les machines, entre l’intuition et la programmation.

Retour à la source pour DAME, la réédition de l’album du groupe Les Poules, l’un des premiers pour l’étiquette Ambiances Magnétiques, montre que la maison de disque, tout en étant résolument moderne, reste tout de même fidèle aux premiers classiques. Elle démontre aussi son enthousiasme à garder le catalogue accessible et ouvert à tous.

Les contes de l’amère loi

Les Poules

Joane Hétu, Diane Labrosse, Danielle Palardy Roger

La presse en parle

  • Vincent Lecoeur, Octopus, no 27, 1 mars 2004
    Morceau d’histoire.
  • François Couture, actuellecd.com, 16 septembre 2003
  • Julian Cowley, The Wire, no 230, 1 mars 2003
    … it sounds stronger now than when it first appeared.
  • Dolf Mulder, Vital, no 360, 20 février 2003
    … very introvert, abstract and reflective.
  • Luke Martin, Splendid E-Zine, 6 août 2002
    Scratchings beyond its dayglo carny sleeve will reveal a delightful darkness.
  • Luc Bouquet, ImproJazz, no 88, 1 août 2002
  • Anna Maria Stjarnell, Collected Sounds, 1 juillet 2002
    This cd puts the fun back into experimentation…
  • Tom Schulte, WomanRock, 1 juin 2002
    … the album features abrasive sonic experiments, Residents-like minimalist electro-pop and synthesizer-fueled electronic free jazz…
  • Tom Schulte, Outsight, 17 mars 2002
    … the album features abrasive sonic experiments, Residents-like minimalist electro-pop and synthesizer-fueled electronic free jazz…
  • Réjean Beaucage, Voir, 16 août 2001
    Après les avoirs vues séparément ou ensemble dans les projets les plus variés, ça fera plaisir de revoir ensemble ces trois super-mémés.
  • CW Vrtacek, Option, no 73, 1 mars 1997
    An engaging album, and heavy potential.
  • SOCAN, Le Compositeur Canadien, 1 janvier 1988
    Le tout dans une réalisation indescriptible qu’il faut entendre pour croire.
  • Maurice Lachance, Spirale, 1 mai 1987
    … les œuvres de ces musiciens montréalais cherchent à traduire une réalité.
  • Bernard Gueffier, Notes, 1 février 1987
    … mêlant harmonie et dissonance, contradiction et cohérence, comme toute musique de plénitude.
  • Alain Brunet, La Presse, 14 décembre 1986
    Mais c’est davantage la qualité de leurs assemblages sonores qui ressort avec Les Contes de l’amère loi
  • Mark Miller, The Globe and Mail, 23 octobre 1986
    Rudimentary though many of the songs and instrumentals may seem, there’s no denying their passion, flair or imagination.

Critique

Vincent Lecoeur, Octopus, no 27, 1 mars 2004

Réédition de 1986, cette pépite d’un trio important pour l’histoire du label (formé de Diane Labrosse, Danielle Palardy Roger et Joane Hétu) offre toutes sortes de hurlements de saxophone alto, brassés par des boites à rythmes qui sonnent tellement archaïques aujourd’hui. Le jeu de batterie est bien foutraque qui confère, grâce à l’adjonction des DX7 et autres, un petit côté Tuxedomoon dérangé et piailleur. Morceau d’histoire.

Morceau d’histoire.

Les Poules et la basse-cour

François Couture, actuellecd.com, 16 septembre 2003

À l’exception de la pop sirupeuse, tous les genres musicaux sont dominés par le mâle. Qu’il grogne dans le micro, gratte sa guitare ou s’époumone au saxo, l’homme s’accapare l’image du musicien, autant dans le rock des multinationales que sur la scène des musiques actuelles. Quand la femme s’aventure dans le domaine, elle est souvent réduite à adopter les formules toutes faites de l’industrie.

C’est pourquoi il est étonnant de trouver au sein du catalogue de DAME autant de femmes à la démarche artistique novatrice. C’est que dès ses premières années, le collectif Ambiances Magnétiques a accueilli trois créatrices dont l’activité musicale, la force organisationnelle et la forte tête ont servi de pôle d’attraction. Je parle bien sûr de Joane Hétu, Diane Labrosse et Danielle Palardy Roger.

Nos trois protagonistes se sont connues au tournant des années 80 dans Wondeur Brass et ont poursuivi leur association dans Les Poules et Justine. Big band anarco-féministe à ses débuts, Wondeur Brass a servi de laboratoire à Joane, Diane et Danielle qui y ont fait leurs premières armes (Joane, autodidacte, y a littéralement appris la musique). Leur mélange de poésie moderne, de free jazz et de rock-in-opposition est déjà au centre du long-jeu Ravir. Du sextet du premier album, on passe au quatuor avec la bassiste Marie Trudeau pour Simoneda, reine des esclaves. Cette formation prend bientôt le nom de Justine pour trois autres disques (La légende de la pluie, créditée au nom de chaque musicienne, peut être abordée comme une collaboration entre Justine, Zeena Parkins et Tenko) au cours desquels le discours féministe est graduellement sublimé et laisse place à une fantaisie croissante qui connaît son apogée sur le phénoménal Langages fantastiques.

Dès la sortie de Langages fantastiques, les trois filles se consacrent à leurs carrières individuelles. Chanteuse et saxophoniste, Joane Hétu insuffle à sa musique un émerveillement langagier et une interprétation mal dégrossie qui se rapproche de l’outsider art. Elle a d’abord mis sur pied son propre groupe, Castor et compagnie (avec Diane Labrosse, Jean Derome et Pierre Tanguay), qui a commis deux albums de chansons sensuelles et tordues en filiation directe avec Justine. Par la suite elle s’est tournée vers l’improvisation, d’abord avec son compagnon Jean Derome dans le duo Nous perçons les oreilles, puis en solo avec Seule dans les chants, d’une intimité intense. Elle a récemment prouvé ses talents dans la composition à grand déploiement avec le magistral Musique d’hiver.

Vers la fin de Justine, Diane Labrosse a délaissé le clavier pour lui préférer l’échantillonneur. Après un album solo, Face cachée des choses, un disque en duo avec le percussioniste Michel F Côté (Duo déconstructiviste) et une participation à son groupe Bruire (sur Les Fleurs de Léo), elle a tâté de la composition pour ensemble d’improvisateurs (Petit traité de sagesse pratique) avant de se consacrer corps et âme à l’improvisation. Parasites, avec Martin Tétreault, et Télépathie, en compagnie d’Aimé Dontigny, démontrent qu’il est possible de manier l’échantillonneur avec grâce et sensibilité.

Depuis la dissolution de Justine, la discographie de Danielle Palardy Roger progresse à petits pas (c’est qu’elle est très occupée par la direction des Productions SuperMusique). Son conte pour enfants L’oreille enflée (avec les voix et les instruments de Derome, Hétu et André Duchesne, entre autres) s’adresse au jeune public avec une rare intelligence. Et Tricotage, sa rencontre improvisée avec la contrebassiste française Joëlle Léandre, documente la finesse de son jeu de batterie.

En 1986, Joane, Diane et Danielle avaient pris un congé de Wondeur Brass pour explorer les limites de la chanson pop sous le nom Les Poules (Contes de l’amère loi, fraîchement réédité). Dernièrement, elles ont repris le collier du trio, poussant cette fois dans l’improvisation riche en textures subtiles, qui marie bruitisme, écoute et lyrisme. Prairie orange marque ce retour attendu à un travail collectif.

La présence de ces trois créatrices au sein d’Ambiances Magnétiques a attiré l’attention de quelques artistes aux intérêts similaires. Première autre femme à joindre l’écurie, Geneviève Letarte a produit deux superbes albums de chansons poétiques (Vous seriez un ange et Chansons d’un jour). Dernièrement, le catalogue de DAME a accueilli la performeuse Nathalie Derome, la guitariste Sylvie Chenard, la pianiste Pui Ming Lee, ainsi que Lori Freedman et Marilyn Lerner du duo Queen Mab, qui nous ont chacune donné un album solo (respectivement: À un moment donné et Luminance).

La musique actuelle, un monde de gars? Suivez ces quelques pistes, vous verrez bien.

Soundcheck Review: The Boomerang

Julian Cowley, The Wire, no 230, 1 mars 2003

Canadian trio Les Poules existed at a point where ambitious oppositional rock churned up in the wake of Henry Cow converged with the lawless new wave energies of groups like The Raincoats and lUecoex. Les contes de l’amère loi (Ambiances Magnétiques), recorded in 1986, is a concept album of sorts, addressing relationships between human emotions and technology, but there’s nothing grandiose or inflated about it. Joane Hétu, Diane Labrosse and highly effective drummer Danielle Palardy Roger all play synthesizers and manage to make them gutsy and urgent. All three sing too, carefully stylised and dramatic. Added pungency comes from Hetu’s alto playing, at times reminiscent of the feisty approximations of Lora Logic. The Iyrics are vivid and witty. It’s an album that always impressed, in much the way Cassiber’s reconds have done, and arguably it sounds stronger now than when it first appeared.

… it sounds stronger now than when it first appeared.

Review

Dolf Mulder, Vital, no 360, 20 février 2003

In 1986 Les Poules debuted with the LP Les contes de l’amère loi. This LP was rereleased in 2001 on CD and maybe it is because of this that the members of Les Poules thought by themselves: “Why not make a second work?” Anyway Les Poules had some reason after an interval of some 15 years, for sticking together again. Of course differences between two albums are obvious and big. There are more differences then similarities in my perception. The first album has song-structured pieces. The music is extravert, loud, often melodic. Quirky and jumpy saxplaying. Electronics are played by keyboards. They sing self written texts. Prairie orange shows in some aspects an opposite face: the music now is very introvert, abstract and reflective. It has a non-verbal use of voice.

Comparing both albums it is also possible to demonstrate or illustrate a development that has taken place in the more experimental regions of jazz and rock in the last 20 years. Conventional musical forms and techniques have been left behind, due to integration of what radical improvised music and noise music has brought to us. The focus is more on texture, colour, musical potential of sound. For this purpose all kind of extended techniques are discovered and used.

Another point is that the pool of Ambiances Magnétiques musicians has many women amidst them. It is an important characteristic for this scene that women form a considerable part of this family. Some groups or projects have - intented or by coincidence - an all-women line up (Wondeur Brass). This is also the case for Les Poules. In 1986 and now in 2003 Les Poules is formed by: Joane Hétu (alto sax, voice), Diane Labrosse (electronics, voice) and Danielle Palardy Roger (percussions, voice). Together they succeeded in this phase of their careers and development in making an interesting album again. In 9 pieces they evoke what they experienced being in a desert, a Prairie orange.

… very introvert, abstract and reflective.

Review

Luke Martin, Splendid E-Zine, 6 août 2002

Originally part of an arts project from 1986, Les contes de l’amère loi is a remastered re-release of one of the odder sections of keyboard-heavy strangepop that you’re likely to hear. Les Poules are a three-piece with largely-electronic instrumentation, and their album seems to mine the “there’s something not quite right here” vein pretty heavily. Shades of music-for-insane-royalty flow through the disc, particularly when it dips into the sort of tonal palette favoured by Drew Neumann’s score for Aeon Flux — a cross between high-tech and high-cheese.

At times sounding like a couple of kids fumbling on an old Casio, Les Poules display a naive approach to music-making that pays off immensely; the simplicity of children’s television soundtracks is invoked, only with a sense of something darker involved. The sense of an unbalanced world is perhaps best described in Chanson du pain, which sounds like it was ripped out of an episode of Inspector Gadget. There’s slightly jaunty, slightly creepy synthwork, and upbeat harmonies… sung about a missing — only to conclude with the thought that it’d be nice if she returned, because the narrator’s getting hungrier and skinnier. It’s like an evil fairy tale, and portrays the best part of the album: the sense of unease that permeates some kinds of happiness, the same sort of thing that makes some people terrified of clowns. Whatever that lurking horror is, it’s here in spades.

In short, you should really check this disc out; it’s got enough weirdness to keep any Bungle-head occupied. Scratchings beyond its dayglo carny sleeve will reveal a delightful darkness.

Scratchings beyond its dayglo carny sleeve will reveal a delightful darkness.

… autour des 10 ans du distributeur québécois DAME…

Luc Bouquet, ImproJazz, no 88, 1 août 2002

Poule, n.f. 1 Femelle du coq. 2 Nom familièrement donné aux prostituées de haut vol. 3 Trio formé de Joane Hétu, Diane Labrosse et Danielle Palardy Roger, auteur des Contes de l’amère loi, mythique album enregistré en 1986. Faites votre choix. Le mien est tout fait et je me réjouis de voir enfin réédité cet OVNI déglingué. C’est que Les Poules c’est quelque chose: de l’électro artisanale, du beat garage, des accélérés et ralentis de voix, de l’absurde première classe, des contes (celui de l’amère loi justement) dont on ne connaîtra jamais la fin. Les Poules avaient trouvé un cure-dent (synthétiseurs analogiques, batterie électronique) et faisaient avec. Toutes griffes acérées, curieuses et avides d’absolu, elles s’élançaient pour le grand plongeon (Ode au parachute que n’auraient pas renié les grands frères de ZNR). Reines de la bricole, elles contaminaient la bizarrosphère. Depuis, silence radio. Pour la pétition: On veut Les Poules! signez à droite en bas de page. Prière de faire suivre.

Review

Anna Maria Stjarnell, Collected Sounds, 1 juillet 2002

In 1986 three women issued this record. Now we have a reissue of Joane Hétu, Diane Labrosse and Danielle Palardy Roger’s work. The music is synthetic sounding and has gloriously imaginative lyrics. En criant su l’perron has a discordant saxophone that reminds me of Lora Logic’s playing in X-Ray Spex. The synths sounds truly offbeat as well. Human Pinball is playful yet sinister with some hellishly cackling vocals loitering in the background. This cd puts the fun back into experimentation, which means its reissue is cause for celebration.

This cd puts the fun back into experimentation…

Review

Tom Schulte, WomanRock, 1 juin 2002

Les Poules is a 1990 experiment in improvisation and electronic music by figures that later loom large out of the Montréal electroacoustic scene. The female trio is Joane Hétu (alto saxophone, synth and vocals), Diane Labrosse (synthesizers and voice) with Danielle Palardy Roger on percussion and synthesizers. Long out of print from the original LP issue until this CD, the album features abrasive sonic experiments like Les siamoises, Residents-like minimalist electro-pop (Chanson du pain) and synthesizer-fueled electronic free jazz around Hétu’s sax as on En criant su’l’perron. About half the pieces are instrumental and for those that contain lyrics, those words are provided in the French and translated into English.

… the album features abrasive sonic experiments, Residents-like minimalist electro-pop and synthesizer-fueled electronic free jazz…

Review

Tom Schulte, Outsight, 17 mars 2002

Les Poules is a 1990 experiment in improvisation and electronic music by figures that later loom large out of the Montréal electroacoustic scene. The female trio is Joane Hétu (alto saxophone, synth and vocals), Diane Labrosse (synthesizers and voice) with Danielle Palardy Roger on percussion and synthesizers. Long out of print from the original LP issue until this CD, the album features abrasive sonic experiments like Les siamoises, Residents-like minimalist electro-pop (Chanson du pain) and synthesizer-fueled electronic free jazz around Hétu’s sax as on En criant su’l’perron. About half the pieces are instrumental and for those that contain lyrics, those words are provided in the French and translated into English.

… the album features abrasive sonic experiments, Residents-like minimalist electro-pop and synthesizer-fueled electronic free jazz…

Les Poules

Réjean Beaucage, Voir, 16 août 2001

Il y a bien longtemps que l’on a vu ce trio sur une scène à Montréal. Bien longtemps aussi que leur seul disque — vinyle, bien sûr —, est épuisé. Paru en 1986 entre deux albums de Wondeur Brass, celui des Poules sera réédité cet automne dans la foulée du 10e anniversaire de DAME. La compilation Ambiances Magnétiques volume 5: Chante! 1985-2000 parue l’année dernière, nous a permis de redécouvrir Les Poules, caquetant sur La chanson du pain. Hé bien Les Poules sont de retour! Le concert du dimanche 19 août nous ramènera le trio en mode improvisation alors qu’elles nous présenteront des variations sur les projets personnels de chacune des trois musiciennes compositrices. C’est qu’il en a coulé de l’eau sous les ponts depuis 1986! Chacune de ces pionnières de la musique actuelle montréalaise a participé à plusieurs projets d’autre membres du collectif Ambiances Magnétiques en plus de proposer des projets solos: Joane Hétu (saxophone, voix) avec Seule dans les chants, Diane Labrosse (échantillonneur, claviers, voix) avec son Petit traité de sagesse pratique et Danielle Palardy Roger (percussions, voix) avec Voyage en aphasie mineure, entre autres. Après les avoirs vues séparément ou ensemble dans les projets les plus variés, ça fera plaisir de revoir ensemble ces trois super-mémés.

Après les avoirs vues séparément ou ensemble dans les projets les plus variés, ça fera plaisir de revoir ensemble ces trois super-mémés.

Review

CW Vrtacek, Option, no 73, 1 mars 1997

Les Poules (The Chicks) are Joane Hétu (alto sax, synth, voice), Diane Labrosse (synth, voice) and Danielle Roger (drums, drum machine, synth and voice), and together they have one of the strongest grasps of how to manipulate sound that I’ve heard in a long time. There are some vague traces of early Henry Cow, even earlier Gong, and Matching Mole, but past that the album moves quickly off to define itself on its own terms. "Human Pinball" sets up a skittery and sometimes silly sonic edge, while Solliloque pour Simone uses a slow, open drum pulse to pin together watery washes of synths and a lonely, poetic sax line, all to great effect. Faust et son pain is a muscular and tense,bit of music quite apart from the two pieces I first described. In fact, if there’s a weakness to this album, it might be that it’s a little disjointed. All the cuts stand up just fine on their own, but strung together as an album, the overall effect is an unpredictable mood, shifting emotions and some bits that shine more than others. But these women have really got a handle on their sound structures, and l’d like to hear them focus their musical efforts around a central theme with more Iyrics. An engaging album, and heavy potential.

An engaging album, and heavy potential.

Critique

Le moins qu’on puisse dire du disque des Poules, c’est que c’est un projet pas comme les autres. Comme le déclarent eux-mêmes les auteurs en pochette, «la matière de cet album fut composée avec imprudences, accidents, hasards, plaisirs, conflits et synchronicités en système MIDI, programmation & improvisation, dans le cadre de Human Feelings et Programming Time, projet subventionné par le Conseil des Arts du Canada.» Tout un programme, en effet, mené à bien en français et en anglais par Joane Hétu (saxe alto, synthétiseur CS-S, voix), Diane Labrosse (synthétiseurs CZ-5000, Poly 6 et DX7, voix) et Danielle Roger (batterie acoustique et électronique RX II synthétiseur Poly 6, voix). Le tout dans une réalisation indescriptible qu’il faut entendre pour croire.

Le tout dans une réalisation indescriptible qu’il faut entendre pour croire.

Plus que de l’ambiance

Maurice Lachance, Spirale, 1 mai 1987

Des poules qui pensent

Une autre formation attire l’attention parmi la dizaine de disques produits par Ambiances Magnétiques. Les Poules, qui réunissent trois anciennes musiciennes du groupe Wondeur Brass (Joane Hétu, Diane Labrosse, Danielle Roger), présentent un album remarquable par son audace et son originalité. Les contes de l’amère loi sont une dizaine de pièces anti-séductrices qui provoquent l’auditeur. Aussitôt qu’une mélodie commence à prendre forme, on arrête le mouvement. Aussitôt qu’un travail harmonique devient facile, on ajoute des dissonances. Utilisant synthétiseurs, saxophone, batteries, ces musiciennes font reposer leurs compositions sur la répétition. Les rythmes se veulent lourds et les solos bruyants. Mais on aime, et la raison est simple: ce groupe a une pensée musicale. Entre Laurie Anderson, le free jazz, Kurt Weill, Carla Bley, Les Poules se font entendre et ne laissent pas indifférent.

Une chanson, Au mur la chair, commence avec une cadence soutenue par une batterie électronique et des cymbales, au loin. Quelques notes graves de synthétiseur s’ajoutent et c’est tout. Ce son simple et brut demeurera tel jusqu’à la fin. Mais trois voix filtrées à travers les labyrinthes de la technologie viennent réciter des paroles sur la passion du corps. C’est paradoxal: une plainte qui dit le désir de la promiscuité charnelle au moyen de voix robotisées. Voilà ce que j’appellerais une musique engagée dans une signification qui déborde le cadre de la simple écoute passive. L’auditeur est convié à une réflexion.

Si j’ai choisi de ne parler que de deux disques, c’est qu’ils m’apparaissent comme les plus représentatifs de cette musique que l’on appelle «alternative». Une chose est sûre: la musique veut faire sens. Elle ne se contente pas d’être une suite de notes. On la charge de références sociales, d’un discours politique. Sa structure veut nous donner une image du monde. Un peu à la façon dont les critiques disaient de la musique répétitive de Philip Glass qu’elle représentait le monde rapide et insensé de la vie moderne, les œuvres de ces musiciens montréalais cherchent à traduire une réalité. Ce processus de traduction musicale est également une quête de sens.

… les œuvres de ces musiciens montréalais cherchent à traduire une réalité.

Critique

Bernard Gueffier, Notes, 1 février 1987

Pour ceux qui n’ont pas la mémoire trop courte, Les poules c’est Joane Hétu (sax. synthé, voix), Diane Labrosse (synthés, voix) et Danielle Roger (batterie, synthé, voix), toutes trois également membres de Wondeur Brass (cf NOTES n°23). Ces deux formations participent aux côtés de la "famille" des ex-Conventum au collectif Ambiances Magnétiques, qui regroupe l’essentiel de la scène des musiques nouvelles du Québec.

Les trois Poules se sont livrées ici à une expérience ponctuelle parallèle à Wondeur Brass, en tentant une approche improvisée des structures mécaniques suggérées par l’instrumentation moderne.

Et la tentative est réussie: déroutante, accidentée, bancale à souhait. Toujours pleine de surprises, de méprises, de reprises, de hasards et de conflits, mêlant harmonie et dissonance, contradiction et cohérence, comme toute musique de plénitude. Comme la vie elle-même.

… mêlant harmonie et dissonance, contradiction et cohérence, comme toute musique de plénitude.

Les dernières couvées d’Ambiances Magnétiques

Alain Brunet, La Presse, 14 décembre 1986

Voici les septième et huitième albums du petit label Ambiances Magnétiques. Cette étiquette offre les musiques montréalaises les plus actuelle, les plus iconoclastes, les plus éclatées. Mais aussi des musiques qui n’ont rien de débutantes, encore moins frimeuse, Voici donc le duo Derome-Lussier et Les Poules.

Ce label ne rassemble pas des enfants d’école. Le guitariste René Lussier, le flûtiste-saxophoniste Jean Derome, le guitariste chanteur André Duchesne, le ventiste Robert Lepage, le collectif féminin Wondeur Brass, le pianiste St-Jak. Tous ces artistes produisent eux-mêmes leurs albums et se sont ainsi regroupés autour d’une seule étiquette. Bien entendu, le caractère osé, de leurs approche n’a jamais séduit les compagnie de disques, ce qui les ont obligé de s’organiser eux-mêmes. Il ont ainsi appris à maîtriser toutes les étapes de la confection d’un disque.

Ainsi donc, ce nouveau label allait succéder aux premières tentatives de ce milieu proche de la musique improvisée et de moult influences contemporaines. L’étiquette a déjà huit disques, et quatre autres sont prévus pour un avenir rapproché. Un disque de Robert Lepage solo, un autre Derome-Lussier (volume 2), et puis un nouvel album de Wonder Brass.

Évidemment, Ambiances Magnétiques s’adresse à des publics restreints, pour le moins ouverts aux plus novatrices des tentatives. Des petits auditoires disséminés dans tout l’Occident. «Lorsque tu fais l’addition ça fait beaucoup de monde, de constater Jean Derome. Mais ça pourrait aller mieux à Montréal, j’suis toujours surpris du marché alternatif, si peu branché sur ce qui se passe ici. Nos maniaques de nouvelle musique se font venir du rock polonais ne sachant pas ce qu’on a fait depuis cinq ans!» ajoute-t-il, désireux de s’implanter davantage dans son propre patelin. Nul n est prophète en son pays, dirait-on… Mais parlons plutôt des récents produits d’Ambiances Magnétiques.

Les Poules, heureuse couvée de Wondeur Brass

Les Poules: Diane Labrosse, Joane Hétu et Danielle Roger, toutes trois membres du groupe de femmes-musiciennes Wondeur Brass. Mais n’allez pas imaginer que les Poules sont des GoGos ou des Bangles, version québécoise! Aux antipodes de ces démarches pop…

De plus, les Poules n’empruntent pas le chemin de leur formation d’origine: «Wonder Brass est plus acoustique, s’inscrit dans un processus de big band et de musique très structurée. Mais on ne se sent pas en conflit; on a le goût des Poules, on a le goût de Wonder Brass; il s’agit de deux approches complètement différentes, qui se complètent», de préciser la batteuse (moissonneuse itou) du groupe, Danielle Roger.

Les Poules ont pris un an pour arriver à l’éclosion; elles ont travaillé six mois en atelier puis au printemps dernier, elles ont envahi un studio aux conditions intimes et pas trop dispendieuses. Et le disque des Poules prit sa forme finale cet automne. Une panoplie nuancée de sons hétéroclites s’en dégage. L’harmonie de leurs chants se transforme abruptement en portraits vitrioliques, où la dissonance se mêle pertinemment à la pulsation rythmique. Les instruments y sont libres au maximum, bien que très bien encadrés par leurs canevas. Mais pas question de dégueuler les sons pour avoir l’air avant-gardiste ou radical.

«Le leitmotiv, c’était l’improvisation. Tous les canevas étaient placés, écrits. Sauf qu’on ne voulait pas enregistrer comme dans le cadre de Wonder Brass, avec une pièce immuable», précise Danielle.

Or avec des canevas ouverts, la composition ne se termine pratiquement pas. «On était toujours en processus d’écriture: en atelier, à l’enregistrement, au mixage, on a retravaillé la manière jusqu’à la gravure de l’album! Alors en show, on retravaillera la matière en show. Dans ce cas-ci, on était très libre, même si la liberté était parfois souffrante. Tu sais pas toujours où tu t’en vas, mais tu y vas quand même car le plaisir l’emporte sur l’insécurité.»

On a donc affaire à des musiciennes-conceptrices améliorées. Joane Hétu, la saxophoniste, a fait un très gros pas dans sa recherche de textures, maîtrisant nettement mieux son instrument. Harmoniquement, le travail de Diane Labrosse s’avère aussi fort intéressant; un très beau choix d’accords (parfois tout à fait «normaux»), qui se combine à un judicieux travail de textures. D’autre part, le travail percussif de Danielle Roger s’avère relativement schématique, mais révèle de très intéressantes stratégies qui enrichissent le son d’ensemble. En somme, les améliorations techniques et conceptuelles élèvent ces dames. Mais c’est davantage la qualité de leurs assemblages sonores qui ressort avec Les Contes de l’amère loi (titre de l’album).

Mais c’est davantage la qualité de leurs assemblages sonores qui ressort avec Les Contes de l’amère loi

Les contes de l’amère loi

Mark Miller, The Globe and Mail, 23 octobre 1986

"This album," so the liner notes to "The tales of Mother Goose" explain, "was composed with hazards, accidents, imprudence, pleasure, conflicts and synchronicities in midi programs and improvisations."

Midi programs aside, that could describe the processes of jazz. But Les Poules of Montréal—Joane Hétu (saxophone), Diane Labrosse (keyboards) and Danielle Roger (percussion), all of whom also play in Wondeur Brass—are onto something else quite different and quite personal.

Theirs is a kind of kitchen music for the eighties, high-tech but everyday music, very new but very human — midi programs aside. They have ideas aplenty, but simple and effective ideas this time out closer in proportion (than has sometimes been the case with Wondeur Brass) to the musicians’ abilities to execute them. Rudimentary though many of the songs and instrumentals may seem, there’s no denying their passion, flair or imagination.

Rudimentary though many of the songs and instrumentals may seem, there’s no denying their passion, flair or imagination.

Autres textes

Euro-Rock Press no 12, Le Journal de Québec, The Wire no 39

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.