La boutique des nouvelles musiques

Musique de Thelonious Monk Évidence, Thelonious Monk

Évidence est un groupe-hommage dédié à la musique de Thelonious Monk, pianiste et compositeur, pionnier du bebop qui a influencé de façon déterminante le jazz moderne. Évidence se situe dans la continuité d’un intérêt toujours grandissant pour les compositions de ce grand musicien.

Fondé à Montréal en 1985, Évidence est composé des musiciens Pierre Cartier (Ensemble Pierre Cartier, Chansons de Douve), Jean Derome (Les Granules, Jean Derome et les Dangereux Zhoms), et Pierre Tanguay (Noma, Icarus, l’Ensemble Steve Watson). Ces musiciens, mieux connus dans les sphères de la musique actuelle, nous démontrent ici leur intimité avec la tradition jazz.

Le répertoire d’Évidence comprend une soixantaine de pièces, amassées progressivement au cours des années. Certaines sont très connues, d’autres peu. Toutes sont révélatrices de la rigueur conceptuelle et de l’humour particulier de Thelonious Monk. Ce premier album, produit à compte d’auteur sur l’étiquette indépendante Ambiances Magnétiques, nous présente dix œuvres dont Ugly Beauty et ’Round Midnight.

Cet album peut être téléchargé et/ou écouté sur le site evidencejazz.bandcamp.com.

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement.

Musique de Thelonious Monk

Évidence, Thelonious Monk

Jean Derome, Pierre Cartier, Pierre Tanguay

La presse en parle

  • François Couture, AllMusic, 1 juin 2002
    … the group gives highly personal renditions of Monk tunes, illustrating why jazz innovators quickly hailed him as major figure.
  • Francine Charrette, Club-culture, 1 janvier 2001
    L’impression d’aisance, de facilité, de plaisir qui s’en dégage est d’ores et déjà une leçon en soi.
  • Manon Guilbert, Le Journal de Montréal, 15 novembre 1993
  • François Couture, AllMusic, 26 octobre 1992
  • Kevin Whitehead, Extra, 1 janvier 1992
    Évidence knows all you ned to know to play Monk right […] They’re the best Monk covers I’ve heard lately.

Portrait: Évidence

François Couture, AllMusic, 1 juin 2002

Évidence is a jazz trio based in Montréal and solely devoted to the repertoire of Thelonious Monk. Its biggest particularity is its lack of a pianist. Led by Jean Derome on alto saxophone, the group gives highly personal renditions of Monk tunes, illustrating why jazz innovators quickly hailed him as major figure.

Évidence started in 1985 but its roots extend as far back as 1973 when Derome and bassist Pierre Cartier included Monk pieces in the repertoire of their duo “Flûte et Basse.” The idea of a Monk-exclusive formation came from saxophonist Sylvain Leroux in 1982. The group included Cartier and Derome and was named “Mysterioso” (the title of one of the pianist’s tunes, of course). They played the Montréal Jazz Festival that year, before Leroux left to work in the United States. The two remaining members kept things alive and when drummer Pierre Tanguay settled in Montréal in 1985 he was immediately drafted and the unit rechristened Évidence. Other musicians have performed with the trio, including pianist Guillaume Dostaler, clarinetist Jean-Denis Levasseur and drummer Michel Ratté, but most of the time it performs and records as a trio.

For many years, the group remained a hobby for the three musicians, an excuse to get together and revel in Monk’s music. Since each of their rare live appearances seemed to draw a big crowd and sympathetic reviews, they decided to record a studio album. Musique de Thelonious Monk came out in 1993 on the avant-garde music label Ambiances Magnétiques (which Derome co-founded in the early 1980s). It remains to this day one of its most listener-friendly titles. In 1999, Évidence embarked on a series of concerts meant to cover the repertoire in its entirety, but plans failed when the art space Casa Obscura had to close down. A couple of evenings had already taken place and the CD Live à la Casa became the group’s second offering in 2000.

… the group gives highly personal renditions of Monk tunes, illustrating why jazz innovators quickly hailed him as major figure.

Critique

Francine Charrette, Club-culture, 1 janvier 2001

Évidence, un trio fondé en 1985, formé de Pierre Cartier à la basse électrique, de Jean Derome au saxophone alto et de Pierre Tanguay à la batterie. Ce trio est entièrement consacré à la musique de Thelonious Monk, un des plus grands compositeurs de l’histoire du jazz. Je vous présente deux disques, l’un enregistré en 1992 et le petit dernier en 1999.

Retrouvez un batteur époustouflant, capable d’intensité incessantes, avec une drive et un rythme à toute épreuve. On sent le plaisir de l’échange et du partage entre eux, émouvant, permettant des moments intenses. Pierre Cartier utilise toute l’étendue et les possibilités que lui offre la basse électrique, il joue avec une assurance et une maîtrise indéniable. Pour sa part, Jean Derome apporte de belles qualités sonores, parfois veloutées et limpides quelques fois dithyrambiques mais toujours en accord avec le style et la complexité de Monk. Il ne faut pas oublier que sa musique était visionnaire, osée et surtout, très avant-gardiste pour son temps.

Le disque est bien ficelé, avec beaucoup de goût. L’impression d’aisance, de facilité, de plaisir qui s’en dégage est d’ores et déjà une leçon en soi.

Deux disques au répertoire: Évidence Musique de Thelonious Monk et Evidence, Live à la Casa, toujours avec la musique de Thelonious Monk. Deux albums chargés d’émotion, d’humour, de rythmes et surtout, plus souvent qu’on veut généralement l’admettre, de douleur…

Les arrangements respectent l’esprit de Monk, du solide joué avec authenticité. Round Midnight, Ask Me Now, soulignent à elles seules la grande complexité harmonique de ces compositions tout en gardant la tradition classique du jazz.

Si vous aimez Monk, vous serez emballé par la qualité de ces deux albums.

L’impression d’aisance, de facilité, de plaisir qui s’en dégage est d’ores et déjà une leçon en soi.

Critique

Manon Guilbert, Le Journal de Montréal, 15 novembre 1993

«J’avais juré de ne jamais interpréter des pièces de quelqu’un à qui je ne pourrais parler. mais j’aime trop Thelonious Monk pour garder tout ça pour moi. C’est un sentiment de partage nécessaire dans le domaine de la création qui nous a animés. Bien sûr, ça demande beaucoup de la part de l’auditeur mais il découvrira sans doute comme nous la polyvalence de Monk, un univers qui n’appartient qu’à lui seul et qui a été vénéré par plusieurs grands musiciens. De plus il n’est pas joué très souvent à cause des difficultés de sa musique et l’étrangeté de ses pièces. Pour les jouer, il faut toujours être attentif. Pas question de se mettre sur le pilote automatique», dit Derome en riant.

Review

François Couture, AllMusic, 26 octobre 1992

The Montréal trio Évidence approaches Thelonious Monk’s songbook from a new-jazz perspective. Alto saxophonist Jean Derome, electric bassist Pierre Cartier, and drummer Pierre Tanguay all have extensive experience in avant-garde music fields. This first album, simply titled Musique de Thelonious Monk, was recorded in October 1992, six years after the trio’s inception. The repertoire highlights classic Monk compositions like ’Round Midnight, Misterioso, and Well You Needn’t, but also gives attention to lesser-known tunes such as Hackensack and Ugly Beauty. Évidence’s second album, Live à la Casa (2000) will feature more adventurous choices. In any case, the selection itself matters little, the force of this trio residing in its arrangements. The lack of a pianist gives these tunes new life, thanks mostly to the way Derome uses split-tones to simulate Monk’s minor seconds (especially in Hackensack) and plays around the chords to suggest them. The musicians interpret Monk’s music the way they hear it in their heads. Respect for the original was a ground rule, but since the pianist himself was known to take many liberties with his compositions (and those of others), Derome, Cartier, and Tanguay didn’t refrain from pursuing their pleasure… and ours. Yet, Musique de Thelonious Monk sounds more sober than its follow-up.

Review

Kevin Whitehead, Extra, 1 janvier 1992

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.