La boutique des nouvelles musiques

La plante humaine Robert Marcel Lepage

Robert Marcel Lepage, qui travaille avec le cinéaste québécois Pierre Hébert depuis plus de dix ans, nous présente la trame sonore du dernier film de ce grand cinéaste d’animation: La plante humaine.

«Robert Marcel Lepage a choisi, pour son opus phonographique, de s’éloigner du mode vocal du film-opéra. Il offre plutôt la version symphonique de son travail non moins lyrique, en optant pour une continuité de ce qui dans le film est parcellarisé. Par un montage habile et fluide, cette Plante humaine phonographique propose un enchaînement et un legato plus spécifiquement musical qu’audiovisuel. Musiques faites de contrastes entre les emprunts néo-romantiques et les rythmiques plus modernes, percussions africaines ou hard rock, jazz, réminiscences des tapisseries à la Varèse en bruitisme industriel, avec la Plante humaine, Robert Marcel Lepage participe pleinement à l’opéra contemporain.» —Réal La Rochelle

La plante humaine

Robert Marcel Lepage

La presse en parle

  • Toño Sánchez Uribe, Zona Tóxica, no 3, 1 mars 1998
  • Eve Méthot, SOCAN, Paroles & Musique, no 5:1, 1 janvier 1998
  • Chris Atton, Rubberneck, no 26, 1 décembre 1997
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 33, 1 septembre 1997
  • Nicolas Tittley, Voir, 19 juin 1997
    Avec La plante humaine, le compositeur montre l’incroyable étendue de son talent, superposant hard-rock, musiques africaines, jazz et «bruitisme», en un zapping sonore absolument étourdissant (dans le meilleur des sens du terme).
  • Mario Cloutier, Le Devoir, 24 mai 1997
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 20, 1 janvier 1997
  • Georges Privet, Voir, 14 novembre 1996

Discos

Toño Sánchez Uribe, Zona Tóxica, no 3, 1 mars 1998

Otro cd que captará tu atención. En él Lepage presenta el Soundtrack del filme de animación: La plante humaine del realizador Pierre Hébert. Paquete sonoro de ritmos que atraviesan rutas que van desde el jazz, hard rock, ritmos modernos y percusiones africanas que podriamos clasificar (dado el tratamiento musical de Lepage), como una ópera contemporanea.

L’année en film

Eve Méthot, SOCAN, Paroles & Musique, no 5:1, 1 janvier 1998

As de l’impro et de l’innovation, Robert Marcel Lepage a eu l’honneur de voir sa musique du film La plante humaine, du réalisateur Pierre Hébert, inscrite au Gala Génie. En plus d’avoir signé la musique de la téléserie Urgence 2, des auteurs Fabienne Larouche et Réjean Tremblay, Lepage a conçu de nombreuses trames musicales pour le cinéma, dont celle du film La Nouvelle Babylone.

Review

Chris Atton, Rubberneck, no 26, 1 décembre 1997

Things hot up a little with Lepage’s film soundtrack CD, or at least its copious sleevenotes lead me to expect a work of devastating brilliance. But its shuffling between rock and classical passages disappoints: the rock is too anodyne (it’s like a Tina Turner backing track); the string passages too slick. These blocks are edited together with a deliberate aural "channel-changing" device that wears thin after the second ti e it’s deployed. Perhaps you had to be there…

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 33, 1 septembre 1997

S’il y a, certes, un son, ou du moins, une approche musicale «Ambiances magnétiques» (et le second recueil/compilation Hourra pour la bastringue le confirme), Robert Marcel Lepage est peut-être le musicien qui s’en éloigne le plus. C’était particulièrement évident avec Les choses dernières, ça l’est encore, de manière différente, avec La Plante humaine.

Musique de film d’un genre un peu particulier (la musique, mais, à vrai dire, le film semble l’être aussi!), dans la mesure où la trace audio, celle dont il est question ici, diffère dans son traitement et son montage de celle qui accompagne la pellicule! La Plante humaine alterne des séquences musicales variées: un rock vigoureux et charpenté peut faire suite à une séquence plus expérimentale, et précéder des emprunts néoclassiques qui eux-mêmes sombrent dans une mixture plus

industrieile… et on pourrait citer d’autres genre musicaux. Mais La Plante humaine n’est pas un simple patchwork le tout s’inscrit dans une trame sonore et mélodique qui rejaillit de temps en temps, un peu comme les nombreuses images surgissant dans la mémoire du personnage du film, Michel (interprété par Michael Lonsdale). Cette (re)construction obeit toutefois davantage à une nécessité d’ordre musical, éloigné des impératifs du visuel propre au cinéaste Pierre Hébert.

Disques

Nicolas Tittley, Voir, 19 juin 1997

Depuis plus de dix ans, la musique de Robert Marcel Lepage est intimement associée aux superbes films d’animation de Pierre Hébert. Avec La plante humaine, le compositeur montre l’incroyable étendue de son talent, superposant hard-rock, musiques africaines, jazz et «bruitisme», en un zapping sonore absolument étourdissant (dans le meilleur des sens du terme). Bien qu’il ne s’agisse pas ici d’une véritable bande originale (les pièces ont été réarrangées de manière quasi symphonique, pour un ensemble de plusieurs musiciens), cette œuvre éclatée recèle une sorte de découpage cinématographique, encadrée par deux superbes thèmes de générique, de facture plutôt classique. 4/5

Avec La plante humaine, le compositeur montre l’incroyable étendue de son talent, superposant hard-rock, musiques africaines, jazz et «bruitisme», en un zapping sonore absolument étourdissant (dans le meilleur des sens du terme).

Une cuvée magnétique

Mario Cloutier, Le Devoir, 24 mai 1997

Micro et macro musique, implosion et explosion, voyage intérieur et périple extra-planétaire, autant d’influence moussorgskienne que pinkfloydienne, la musique qu’a composée Robert Marcel Lepage pour le très beau film de Pierre Hébert, La Plante humaine, célèbre d’abord et avant tout le pouvoir évocateur des contrastes.

Cette trame musicale agit telle une extension du film et de ses images mais contient en elle-même des pièces qui «extensionnent» le propos, le contenu, la forme, l’une de l’autre. En deux mots, Robert Marcel Lepage a de la suite dans les idées. La stridence d’un violoncelle amène à celle d’une guitare hard rock; l’expérimentation se marie à la mélodie; le bruit prolonge l’harmonie. À cet égard, le mariage Lepage-Claude Beaugrand, magnifique concepteur sonore s’il en est un déjà remarqué dans le film Les Pots cassés de François Bouvier, continue de donner des fruits savoureux. Car le jeu et l’humour de Lepage ne se cachent jamais loin derrière le mystère, la peur ou la colère qu’il sait susciter en musique.

Aidé en cela par un big band actuel magistral, dont l’inimitable Pierre Tanguay, maître des baguettes qui peut soutenir n’importe quelle orchestration, qu’elle privilégie les cordes pincées ou frottées comme dans la magnifique pièce La Poursuite du sens. Seul hic, la durée de ces morceaux de choix. Le cinéma veut du court et varié. On aurait aimé voir se prolonger Gog et Magog, Babel et Vous devez trouver le temps long? … Non, M. Lepage, on en redemande.

Gravure d’ombres

Georges Privet, Voir, 14 novembre 1996

Disons-le d’emblée: La Plante humaine est l’un de ces rares films qui sont si originaux, audacieux et inclassables qu’il est virtuellement impossible de les décrire d’une manière qui leur rende justice. Disons donc que pour son premier long-métrage, après trente ans de carrière dans le cinéma d’animation, Pierre Hébert a choisi de méler gravure sur pellicule et prises de vue réelles au fil d’un film éclaté et extrêmement complexe sur le culte de l’image et la guerre,:la culture orale et le monde moderne. Déroutés? Il y a de quoi…

En fait, La Plante humaine est - comme toute œuvre purement cinématographique - à peu près impossible à décrirè, elle n’existe que dans la rencontre du son et de l’image, vingt-quatre fois par seconde… Essayons tout de même de dire, pour être un peu plus précis, que cette coproduction entre l’ONF et la Franœ (tournée à Montréal, à Paris et au Burkina Faso) nous plonge au centre du maelstrom d’images entourant Monsieur Michel, un veuf qui mène une vie tranquille avec son chien Léonard

Monsieur Michel (qui nous apparaît tantôt sous la forme d’un personnage animé, tantôt joué par l’excellent Michad Lonsdale) est un bibliothécaire récemment retraité. Passant ses journées entre la solitude de son appartement et quelques sorties dàns un voisinage inquiétant, il se réfugie graduellement dans un monde où se mêlent ses souvenirs et ses songes, ses livres et la télévision. Le tout, au fil d’un «zapping» narratif qui mêle la violence de son quartier et les reportages sur la guerre du Golfe, le souvenir d’un vieux conte africain, et une réflexion sur le langage et la communication.

Œuvre extrémement touffue, risquée et ambitieuse, La Plante humaine désarçonne d’abord le spectateur; le mariage entre les scènes animées et les prises de vue réelles, le côté brut, primitif et nerveux de la gravure sur pellicule, ainsi que la complexité narrative (et thématique) de l’ensemble, autant d’éléments qui risquent de dérouter le spectateur. Puis, peu à peu, les éléments de la vaste tapisserie tissée par le superbe scénario de Pierre Hébert et d’Anne Quesemand se mettent en place et le film exerce — lentement mais sûrement—un charme incontestable. Un charme qui doit beaucoup à l’excellente musique de Robert Marcel Lepage, à la trame sonore de Claude Beaugrand, et à un travail remarquable sur le son…

On peut, certes, reprocher à La Plante humaine quelques redites et longueurs, ainsi qu’une ambition excessive qui l’amène parfois à courir trop de thèmes en même temps. Et il est clair que le film de Pierre Hébert risque de décevoir sérieusement ceux qui ont une idée classique de ce qu’est un film d’animation. Les autres, en revanche seront sans doute captivés par ce film original, fascinant et inclassable, qui repousse à la fois les limites du cinéma d’animation et du long-métrage de fiction.

Autres textes

Border Zone Zero, Quarta-feira

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.