La boutique des nouvelles musiques

Tête à queue Papa Boa

Issu de la rencontre des trois musiciens, Bernard Falaise, Rémi Leclerc et Frédéric Roverselli, auxquels s’est joint plus récemment Pierre Labbé, Papa Boa est une formation montréalaise de musique actuelle. Il nous présente leur premier album «Tête à queue» où s’est joint une liste impressionnante d’invités complices pour nous offrir un bouquet de chansons aussi varié que surprenant, avec des explorations loufoques menant à des métissages inouïs et explosifs.Largement basé sur l’improvisation, leur processus compositionnel intègre la technologie par l’utilisation de l’échantillonnage et du studio. Ici, l’improvisation, utilisée comme matière brute, est captée, manipulée, réorganisée par différents outils numériques. Cette matière remodelée est ensuite étoffée ou confrontée par de nouvelles improvisations.Il en résulte une musique réjouissante, savamment mixé et indéniablement déroutante.

Tête à queue

Papa Boa

Bernard Falaise, Pierre Labbé, Rémi Leclerc

La presse en parle

  • IS, Pasazer, no 14, 1 juin 2000
  • Hans Haley Bédard, Club-culture, 2 mai 2000
    Audacieux; discordant; expérimental; provoquant; cohérent; brillant; amusant; Papa Boa est là!
  • Jim Barker, Rubberneck, 1 mai 2000
  • François Couture, CFLX 95.5 FM, 1 mai 2000
  • Luc Bouquet, ImproJazz, no 58, 1 février 2000
    Tête à queue ne se laisse enfermer dans aucune sphère musicale.
  • Dolf Mulder, Vital, no 196, 25 octobre 1999
  • Dolf Mulder, Vital, no 196, 25 octobre 1999
    A very up-to-date kind of “rock music” that is very enjoyful
  • Tom Schulte, Slug, 15 octobre 1999
    Tête à queue bounces about like an unruly creation.
  • Tom Schulte, WomanRock, 15 octobre 1999
  • Jeff Bugz, emoRAGEi, no 8, 1 septembre 1999
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 41, 1 septembre 1999
  • George Zahora, Splendid E-Zine, 19 juillet 1999
  • François Couture, AllMusic, 1 juillet 1999
    Bernard Falaise, a new creative force to reckon with.
  • Nicolas Tittley, Voir, 13 mai 1999
  • Dwight Loop, Earwaves Network, 1 janvier 1999

Review

IS, Pasazer, no 14, 1 juin 2000

Czerpiacy z doswiadczen rockowej awangardy kwartet kanadyjski. Rockowo-jazzowoetniczne instrumentarium wzbogacaja dwa samplery, ale nie ma fetyszyzowania techniki, est za to prawdziwa namietnosc grania. Frankofoni maja zupernie odmienne od Anglosasow wyczucie formy i tresci. Sa bardziej otwara, lecz i subtelni w wyrazaniu uczuc, a tym samym nam blizsi Dziwne piosenki-nieposenki konstruowane jak eksperymeritalna muzyka powazna Duzo ruchu, zgielku, zmian, barw zaskoczen Proba uwspolczesnienia idiomovv znanych w kregru Rock in Oppositiun Udana Sadzc ze grupa cieszyladv sie w Polsce rownyn, powodzeniem, co Volapuk, gdyby sorowadzic ja do nas na Koncerty To ten sam nurt angazujacych emojonalnie korstruji Pytaj u Palzewskiego.

Critique

Hans Haley Bédard, Club-culture, 2 mai 2000

Quatre musiciens-vocalistes (Bernard Falaise, Pierre Labbé, Rémi Leclerc et Frederick Roverselli) s’adonnent à un second opus, par le biais d’une improvisation qu’ils apprivoisent et ce, afin de donner une cohésion au démantèlement de leur création à saveur de musique actuelle.

Se servant de nouvelles technologies, pour organiser le modelage étoffé d’un laborieux délire d’échantillonnage, Papa Boa est avant tout de la basse; de la batterie; de la percussion; du saxophone et des flûtes; des synthés; des guitares mais aussi d’étonnants invités.

D’entrée de jeu, à l’accordéon, en chantant, Marie-Jo Thério est de la partie. Puis se succèdent sur des plages respectives, Marie-Hélène Montpetit à la voix, Michel Faubert et Michel F Côté en conteurs de récits; ainsi que Marcelle Hudon, dans une fantaisiste pièce chantée: Automate. Avant le final, Sabin Hudon se livre avec saxophone et zagadou.

Audacieux; discordant; expérimental; provoquant; cohérent; brillant; amusant; Papa Boa est là!

Le manifeste de ce regroupement de créateurs hors du commun, symbolise un état d’esprit libre et ouvert, en très bonne forme, tant au niveau de la résultante musicale que lyrique. Longue vie à Papa Boa! Incontestablement original.

Audacieux; discordant; expérimental; provoquant; cohérent; brillant; amusant; Papa Boa est là!

Review

Jim Barker, Rubberneck, 1 mai 2000

Papa Boa are another grand display of the talent that the Canadian avant-garde/out-rock/post-rock/whatever-it’s-called-this-week scene can call on. Falaise, Labbé, Leclerc, Roverselli and guests - most notably female vocalists Monpetit and Thério - have produced a widely varied selection of musics, marrying indie pop, smooth grooves, distortion, folk, eastern soundtracks, no wave guitar skronk, introspective soundscapes and wild jazz elements perfectly. Many of the tracks have an infectious rhythm which should get feet tapping all over the dance-reluctant avant world. Some of this is reminiscent of those 1980s Belgian discomforting popsters The Honeymoon Killers, who also mixed jazz, pop, wobbly space noise and chansons to equal effect. So diverse is this stew that even bits of what could be Einsturzende Neubauten and John Zorn can be detected. As you can see, this is a very hard disc to pin down, but what I do know is that it is imaginative, ambitious and all-but-perfectly realised. A winner. How much more quality product can the Canadian scene produce?

Délire actuel: Critique

François Couture, CFLX 95.5 FM, 1 mai 2000

Tête à queue sera-t-il l’un des grands disques de l’année 1999? Il en a certainement l’étoffe! Premier disque du quatuor Papa Boa, formé de Bernard Falaise à la guitare, Pierre Labbé au saxo et aux flûtes, Rémi Leclerc à la batterie et Frédéric Roverselli à la basse, Tête à queue est un feu roulant d’énergie. On trouve douze chansons sur ce disque, douze petits bijoux de rock tordu, dénaturé, revisité, douze hymnes dominés par la guitare déchirante de Falaise et les rythmiques imprévisibles de Leclerc.

Et que dire des invités! Marie-Jo Thério prête sa voix et gonfle son accent acadien sur Un lutin, le conteur Michel Faubert nous hurle l’histoire de Jean Baribeau, Normand Lalonde pousse La mer à boire en s’accompagnant à l’harmonica. Les structures rythmiques et le lyrisme évoque Miriodor et la branche plus accessible du RIO (comme Etron Fou Leloublan et plus récemment le trio Volapuk), mais en allant au-delà des clichés. Et que dire de Mono ferraille au climat angoissant et de la très belle instrumentale Didgi boa. Tête à queue arrive à point nommé pour les fans de Miriodor (dont Falaise et Leclerc font partie) en manque de nouveauté, ainsi que pour Ambiances magnétiques dont le catalogue s’essouflait dernièrement. Tête à queue est un disque qui frappe fort et qui nous rappelle que la chanson est également un domaine susceptible d’avant-gardisme. Bravo!

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 58, 1 février 2000

Voulez-vous enfin découvrir la vraie genèse du flamenco? Savoir pourquoi Marcelle Hedon ne sait pas chanter, meme si parfois ça lui arrive? Voulez-vous connaitre la veritable histoire de Jean Baribeau? Savoir où est passé le malin petit lutin? Bref êtes-vous tenté par le déraisonnable? Si oui, allez donc faire un tour du côté de chez Papa Boa et de son grand cirque du non sens. Collages, rafistolages, montages, le studio d’enregistrement devient lieu de création et d’expérimentation; Ies pistes se chevauchent, se mixent, se mélangent et forment un kaléidoscope insaisissable. La richesse de Papa Boa saute d’emblée aux oreilles: les paroles sont incompréhensibles (La mer à boire), Ies guitares sont chaufféees à blanc (Un lutin), Ie sax s’énerve souvent (Champêtre), la variété devient innovante (Sango), Burroughs déboule dans une étrange et acide rengaine technoïde obsédante (W. B. est mort). Véritable objet pedagogique de l’absurde, OVNI perturbateur, Tête à queue ne se laisse enfermer dans aucune sphère musicale. Libre donc! Mutin et lutin!

Tête à queue ne se laisse enfermer dans aucune sphère musicale.

Review

Dolf Mulder, Vital, no 196, 25 octobre 1999

An impressive debut by a new band from Montréal: Papa Boa. Four musicians Bernard Falaise, Rémi Leclerc, Frédéric Roverselli and Pierre Labbé assisted by seven other musicians present 12 songs that are very wild and hybrid. All band members are new to me, except Rémi Leclerc, who is known for his participation in Miriodor, making a kind of Canterbury-styled music. The music of Papa Boa originated from a process where improvisation and composing techniques go hand in hand. Although of this complex process the music sounds very direct and raw, Rock “primitivism” and improvisation make a perfect explosive mixture. The result is a very up-to-date kind of “rock music” that is very enjoyful, sometimes reminding of Etron Fou Leloublan. Must be great fun to see them live!

Review

Tom Schulte, Slug, 15 octobre 1999

Papa Boa explores the art of noise, and speaks French while doing it. This art-punk free jazz arises from group improvisation later torn about and reassembled into a Frankenstein audio collage. Tête à queue juggernauts about like an unruly creation. Rock- and R&B-like rhythms emerge in the sometimes-harsh finished product. Making up the group is guitarist Bernard Falaise (Farniente Salon, Miriodor), percussionist and wacky brass band drummer Remi Leclerc (l’Orkestre des pas perdus, Miriodor), bassist and keyboardist Frederic Roverselli and Pierre Labbé on saxes, flutes and didgeridoo. Numerous guests form the Montréal musique-actuelle scene help out. Salient in these collaborations is the dulcet voices of actress-singers Marie-Hélène Montpetit and Marie-Jo Thério singing in French. The juxtapositions of these mellifluous tones in that beautiful language against the alternating rhythmic or abrasive constructions pull it together. (4 out of 5)

Tête à queue bounces about like an unruly creation.

Review

Tom Schulte, WomanRock, 15 octobre 1999

Papa Boa explores the art of noise, and speaks French while doing it. This art-punk free jazz arises from group improvisation later torn about and reassembled into a Frankenstein audio collage. Tête à queue juggernauts about like an unruly creation. Rock- and R&B-like rhythms emerge in the sometimes-harsh finished product. Making up the group is guitarist Bernard Falaise (Farniente Salon, Miriodor), percussionist and wacky brass band drummer Remi Leclerc (l’Orkestre des pas perdus, Miriodor), bassist and keyboardist Frederic Roverselli and Pierre Labbé on saxes, flutes and didgeridoo. Numerous guests form the Montréal musique-actuelle scene help out. Salient in these collaborations is the dulcet voices of actress-singers Marie-Hélène Montpetit and Marie-Jo Thério singing in French. The juxtapositions of these mellifluous tones in that beautiful language against the alternating rhythmic or abrasive constructions pull it together. (4 out of 5)

Critique

Jeff Bugz, emoRAGEi, no 8, 1 septembre 1999

"Considérer le studio non pas comme un instrument de production mais aussi comme un instrument de création" est un petit paragraphe que l’on peut lire à l’intérieur de la pochette colorée. Quelques lignes expliquent les directions de Papa Boa, un groupe improvisateur, expérimentale qui mélange mélodie et son spontané et qui remodelle le tout par la suite. En plus de jouer avec Ies effets sonores Papa Boa joue avec la voix. Le résultat est très intéressant pour les oreilles curieuses, qui aiment être surprises. 9/10

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 41, 1 septembre 1999

Papa Boa, un quartet de base guiare, vents (saxe. flûte, didjeridou), percussion et basse, usant d’échantillonnages est plus varié: le côté ludique des textes, souvent recités, les rythmes un peu décalés croissent une pratique instrumentale nourrie d’expériences sonores au servie de courtes pieces qui s’apparentent parfois à des Hörspielen.

Review

George Zahora, Splendid E-Zine, 19 juillet 1999

If your listening tastes run to punk rock or wilder jazz, Tête à queue will be the best and most enjoyable opportunity to get your foot in the Ambiances Magnétiques door, figuratively speaking. This musique-actuelle ensemble, based in Montréal, deals heavily in improvisation; material is created and recorded on the fly, then dismantled, reassembled, sampled, manipulated and augmented by further improvisation. While such a process could easily produce compositions that sound less like music and more like a brain-damaged giraffe loose in a cookware shop, Papa Boa’s recognizable use of rock and jazz trappings — conventional applications of guitar, bass, keyboards, sax, flute, etc. — should make it easier for new listeners to understand and appreciate the creative methodology involved in the bi-directional transition from chaos to order. Tête à queue frequently rocks, albeit in a lurching, chaotic and exhilarating fashion (and isn’t that the best way?), as on the frenzied Champêtre or the syncopated seether La mer à boire. There are quieter and more esoteric moments, too, but the overall approachability of the disc makes even its less distinctly musical elements seem far more immediate. If you’ve ever been curious about musique actuelle, electro-acoustic composition or Ambiances Magnetiques, you’ll find Tête à queue to be a perfect diving board, plunging you into a deep and fascinating pool of music and ideas.

Review

François Couture, AllMusic, 1 juillet 1999

The first album from the avant-rock quartet Papa Boa, Tête à Queue (“Tailspin”) is a rollercoaster of energy and surprises. The group featured Bernard Falaise on guitars, Pierre Labbé on saxophone and flute, Rémi Leclerc on drums and Frédéric Roverselli on bass. This CD presents twelve short songs (nothing over six minutes), twelve examples of twisted, deconstructed, revisited rock, twelve anthems dominated by Falaise’s screaming guitar and Leclerc’s octopusian rhythms. Papa Boa benefited from guests on this record. Acadian singer Marie-Jo Thério lends her voice and exaggerates her accent on Un lutin, while storyteller Michel Faubert screams the story of Jean Baribeau. Song structures and melodies recall Miriodor’s album Elastic Juggling (Falaise and Leclerc make two thirds of that band) and bands like Etron Fou Leloublan and Volapük, but going beyond the cliches and further integrating improvisation in compositional and interpretational processes. Tête à Queue delivered a strong punch and reminded us all that the song format is also a field for avant-garde exploration. It also marked the arrival at Ambiances Magnétiques of Bernard Falaise, a new creative force to reckon with.

Bernard Falaise, a new creative force to reckon with.

Critique

Nicolas Tittley, Voir, 13 mai 1999

Bernard Falaise, Pierre Labbé, Rémi Leclerc et Frédéric Roverselli sont des habitués de la scène de la musique actuelle, et leur facilité à improviser les a bien servis sur ce premier disque de Papa Boa. Rock, électro, free, pop, jazz ou country rien ne résiste à leurs pulsions créatrices éclatées, et pourtant, ils ont accouché d’un album d’une formidable cohérence. Des invités viennent poser leur voix sur les musiques, parfois avec des petits contes surréalistes (sur Un lutin, Marie-Jo Thério plaque son plus bel accent de Moncton contre les guitares tonitruantes de Falaise) qui contribuent à l’esprit joyeux et imaginatif de Papa Boa. Le groupe ne compte pas faire de spectacles, mais Falaise sera à Victo avec Kllaxon Gueule, le 2] mai.

Review

Dwight Loop, Earwaves Network, 1 janvier 1999

Avant rock band attitude and intensity, real grooves, studio experiments and voices. Wow!

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.