La boutique des nouvelles musiques

Copie zéro Les Projectionnistes

Sans l’ombre d’un doute et sans caméra, la musique des Projectionnistes est éclectique et iconoclaste: jazz alternatif, rock actuel, improvisations délurées, fanfare électrique et ambiances cinématographiques. Moteur… action… musique!

Copie zéro

Les Projectionnistes

Tommy Babin, Bernard Falaise, Pierre Labbé

La presse en parle

  • Réjean Beaucage, Voir, 31 janvier 2002
    C’est sur cette base solide… que St-Jean construit ses fanfaronnades éclectiques et déjantées.
  • Frank Rubolino, Cadence, no 26:3, 1 mars 2000
    The band of St-Jean creates sheer energy through its volatile playing. It starts at a gallop and finishes at the same pace. It is “hold on to your hat” music for those in the fast lane.
  • Pierre Boulet, Le Soleil, 25 septembre 1999
    Irrésistible.
  • François Couture, CFLX 95.5 FM, 14 septembre 1999
    … le résultat est frappant de fraîcheur et d’énergie… l’un des meilleurs disques d’Ambiances Magnétiques depuis quelques années… une réussite du début à la fin.
  • François Couture, AllMusic, 6 mars 1999
    Copie Zéro is the kind of album that can turn jazz-rock heads toward more avant-gardist directions. Recommended.

Hommes-orchestre

Réjean Beaucage, Voir, 31 janvier 2002

Sacré début d’année pour le tromboniste Claude St-Jean, en "tournée montréalaise" avec les deux ensembles qu’il dirige, soit Les Projectionnistes et l’Orkestre des Pas Perdus. Il y avait un bout de temps que l’on n’avait vu Les Projectionnistes et ça faisait du bien de les retrouver à la Casa del Popolo, vendredi dernier. Et en format augmenté avec ça. Roberto Murray (sax alto) et Jean Sabourin (sousaphone), deux transfuges de l’O.P.P., se joignant au quintette habituel pour enrichir les arrangements de St-Jean. Le sousaphone couplé à la contrebasse de Tommy Babin, on peut dire que ça donne de la présence dans les graves! C’est sur cette base solide, chauffée par le jeu toujours précis et inventif de Rémi Leclerc à la batterie, que St-Jean construit ses fanfaronnades éclectiques et déjantées. Avec Pierre Labbé au sax ténor et Bernard Falaise à la guitare, les échanges de solos sont nombreux et jamais ennuyeux. Falaise est un joueur important dans la musique en technicolor des Projectionnistes; expert dans la manipulation des traitements du son, il ajuste celui de sa guitare à chaque situation et procure à l’ensemble de la profondeur de champ.

L’Orkestre des Pas Perdus, c’est en quelque sorte la version marching band des Projectionnistes. Les deux ensembles partagent d’ailleurs quelques pièces, Claude St-Jean s’amusant à transcrire ses arrangements pour l’une ou l’autre formation. Que des cuivres cette fois-ci devant la batterie de Rémi Leclerc. Trombone, trompette, sousaphone et saxophones. Roberto Murray prend ici le sax ténor, laissant à Jean-Denis Levasseur le soin de réchauffer l’alto, et c’est Maxime St-Pierre qui pistonne la trompette. Une soufflerie qui décoiffe. Oscillant entre le jazz et le funk, ces cuivres-là donnent une nouvelle définition au terme heavy métal. Ils tournaient aux États-Unis l’année dernière et dans l’Ouest l’année d’avant, et on ne les a pas vus à Montréal depuis le Festival de Jazz de 1998. Faudrait peut-être ajouter quelques chaises…

C’est sur cette base solide… que St-Jean construit ses fanfaronnades éclectiques et déjantées.

Review

Frank Rubolino, Cadence, no 26:3, 1 mars 2000

Similarly, St-Jean uses sampling techniques in his music on, but his approach is oriented more toward spirited forward movement and tess with special effects. His quintet displays a bold attitude and exhibits a lot of brawn in navigating through nine of his compositions and two by band members. St-Jean builds his repertoire around his robust trombone playing and the interplay with the reeds of Labbé. Adding wattage to all selections is a boisterous rhythm section featuring guitarist Falaise. The music has intensity and volume, kicking into high gear at the start and rarely showing signs of downshifting. The group creates a carnival atmosphere through its highly amplified antics. It sports a rock-infused Jazz attitude with playful similarities to the raucous music of Gianluigi Trovesi.

St-Jean’s band is a true collective. All players share in shaping the muscular identity of the band. Power drive is fueled by the power drummer Leclerc who plays with a heavy backbeat and throbbing put sation. He propets at a nonstop pace while the band builds in ever-increasing dynamic increments. Bassist Babin takes on a simitar rote. Onty infrequent y are individual soloists featured. The songs are written as collective expressions of mass commotion, and att five players adhere to the formula. The final selection was recorded over a 1924 surrealistic film by French cubist painter Fernand Léger, who incorporated mechanical images into his work. It has moments of dampened intensity but never forgets where high gear is located.

The band of St-Jean creates sheer energy through its volatite playing. It starts at a gallop and finishes at the same pace. it is’hold on to your hat’ music for those in the fast lane.

The band of St-Jean creates sheer energy through its volatile playing. It starts at a gallop and finishes at the same pace. It is “hold on to your hat” music for those in the fast lane.

Critique

Pierre Boulet, Le Soleil, 25 septembre 1999

D’abord des images. Fortes, percutantes, comme lancées à un train d’enfer en quête d’un écran. D’entrée de jeu, la rythmique est carrée, endiablée (Tommy Babin, contrebasse; Rémi Leclerc, batterie). Tempo quasi industriel! Le saxo ténor de Pierre Labbé et le trombone de Claude St-Jean entrent dans la danse: mélodies serrées, saccadées, bâties rupture sur rupture. Puis, la guitare électrique de Bernard Falaise s’amène comme un grand coup de balai. Le métal de la machine devient rutilant. Voilà Les projectionnistes de Claude St-Jean et leur CD, Copie Zéro, dernier né au catalogue d’Ambiances magnétiques. Un son énergique et contagieux, aux confins de la musique actuelle et du jazz progressif. Un rapport étonnant entre des compos extrêmement ficelées, marquées par le rapport harmonique des instruments à vent, et l’impro déchaînée, fouettée par la guitare, qui s’immisce avec le plus grand bonheur jusque dans les méandres du free. Des points de repère? De Zappa à Interférence Sardines… en plus coup de poing. Une musique décidément urbaine, qui tisse sa trame sur le fil de l’instant. Et à travers cette fougue qui donne parfois envie de danser, quelques plages où se reposer. On pense à Pour toi ma chérie… un latino aux accents santaniques. Irrésistible.

Irrésistible.

Délire actuel: Critique

François Couture, CFLX 95.5 FM, 14 septembre 1999

L’étiquette montréalaise Ambiances magnétiques reprend du poil de la bête, c’est le moins que l’on puisse dire! Après s’être embourbée pendant deux ou trois ans dans une certaine complaisance où ses bonzes (les Lussier, Côté, Lepage, Labrosse, Tétreault et al. ) sortaient des disques bons, mais loins d’être fracassants (à l’exception du Mets ta langue de Joane Hétu), voilà qu’Ambiances magnétiques est habité d’un nouveau souffle. C’est une nouvelle fournée de musiciens, les Bernard Falaise, Pierre Labbé, Tommy Babin, Nicolas Masino, Rémi Leclerc, Claude St-Jean, qui renouvelle l’effectif créatif du meilleur label québécois.

La formation dernière-née: Les Projectionnistes. Dirigé par le tromboniste Claude St-Jean (de l’Orkestre des Pas Perdus), ce groupe comprend le noyau de la formation Papa Boa (Pierre Labbé aux saxos, Bernard Falaise à la guitare, Rémi Leclerc à la batterie) et le contrebassiste Tommy Babin (qui fait entre autres partie du groupe blues yiddish Jeszce Raz). Le projet Les Projectionnistes était né du désir d’improviser sur des projections de vieux films surréalistes. Mais rapidement le groupe s’est transformé en un hybride de l’Orkestre des Pas Perdus et de Papa Boa. Est-ce un Papa Boa dont St-Jean écrirait les musiques? Ou un OPP augmenté d’une guitare? Ou bien encore Miriodor (dont Falaise et Leclerc font partie) sans claviers?

Chose certaine, le résultat est frappant de fraîcheur et d’énergie. Rock, funk, RIO, jazz, le tout livré à grands coups de cuivres chauds et de guitare hurlante. Les fans de l’OPP et de Papa Boa ne seront pas déçus. La musique des Projectionnistes décape, mais demeure néanmoins relativement accessible grâce à ses mélodies recherchées et ses rythmes endiablés et son humour omniprésent. Il faut souligner la pièce d’ouverture Hiboux, très OPPienne de facture, 7e balcon et le Cacao Chaos de Bernard Falaise, à la fois subtile et brutale. Le disque se termine avec Ballet mécanique, une improvisation de onze minutes, la seule du disque, enregistrée en spectacle lors de l’une des premières incarnations du groupe, avec Nicolas Masino (Miriodor) à la basse.

Aucune pièce faible sur Copie zéro, qui constitue une réussite du début à la fin et, avec le Tête à queue de Papa Boa, l’un des meilleurs disques d’Ambiances magnétiques depuis quelques années.

… le résultat est frappant de fraîcheur et d’énergie… l’un des meilleurs disques d’Ambiances Magnétiques depuis quelques années… une réussite du début à la fin.

Review

François Couture, AllMusic, 6 mars 1999

In 1998-1999, the Montréal label Ambiances Magnétiques recruited a handful of new artists to update its roaster. Les Projectionnistes (“The Projectionists”) belong to this second generation. Lead by trombonist Claude St-Jean (of the Orkestre des Pas Perdus), this band also features the core of Papa Boa (Pierre Labbé on saxophones and flutes, Bernard Falaise on guitars, Rémi Leclerc on drums), along with bassist Tommy Babin. The name of the band comes from its first concerts, back when it improvised over projections of silent surrealist films from the 1920s-1930s. But the band quickly mutated into a strange hybrid. Is this St-Jean writing tunes for Papa Boa? Or the Orkestre des Pas Perdus adding Falaise’s avant-rock guitar crunch? Or even the avant-prog band Miriodor (in which Falaise and Leclerc are), without keyboards, plus trombone? One thing is sure, the result is strikingly fresh and energy-driven. Rock, funk, Rock In Opposition, jazz, all of it blended with a pinch of humor and delivered with big blows of hot brass and screaming electric guitar. Fans of the above-mentioned groups will feel at home. Les Projectionnistes’ music has an “in your face” quality (a constant feature in St-Jean’s projects) while remaining quite easy to listen to, thanks to inventive melodic lines and devilish rhythms. The opening track Hiboux (“Owls”), very OPP-ish in nature, 7e Balcon (“7th Balcony”) and Falaise’s Cacao Chaos, rank among the best tracks on this CD. The album closes with the only improvisation of the disc, Ballet Mécanique, recorded live in October 1997 at one of the band’s early shows, with Nicolas Masino (of Miriodor) on bass. Copie Zéro is the kind of album that can turn jazz-rock heads toward more avant-gardist directions. Recommended.

Copie Zéro is the kind of album that can turn jazz-rock heads toward more avant-gardist directions. Recommended.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.