La boutique des nouvelles musiques

Seule dans les chants Joane Hétu

Premier disque solo de Joane Hétu pour saxophone alto et voix, «Seule dans les chants» est un voyage à travers l’univers intime de cette musicienne; un langage infiniment personnel qui se révèle au fil des juxtapositions de sonorités et d’où émerge un authentique chant du corps.

Réalisé et produit par Joane Hétu, cet album déroutant, résolument actuel, nous permet de découvrir ses chants de bouche et de vent. «Seule dans les chants»; une poésie du son pour un espace imaginaire.

Cet album peut être téléchargé et/ou écouté sur le site joanehtu.bandcamp.com.

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement.

Seule dans les chants

Joane Hétu

La presse en parle

  • François Couture, actuellecd.com, 16 septembre 2003
  • Bruce Coates, Rubberneck, 1 avril 2001
    Her transparent minimal approach allows the listener greater intimacy with the musician…
  • Luc Bouquet, ImproJazz, no 72, 1 février 2001
  • Nick Mott, Audion, no 43, 1 septembre 2000
  • Frank Rubolino, Cadence, no 26:6, 1 juin 2000
    Free spirited alto player and vocalist Joane Hétu digs into her inner self during a solo performance on Seule dans les chants.
  • SM, emoRAGEi, no 10, 1 juin 2000
    Pour oreilles très averties et aventureuses à la recherche de quelque chose d’inédit.
  • IS, Pasazer, no 14, 1 juin 2000
  • Dolf Mulder, Vital, no 220, 7 avril 2000
  • Roberto Municchi, Blow Up, no 23, 1 avril 2000
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 28, 1 avril 2000
  • Dwight Loop, Earwaves Network, 1 avril 2000
    … work of soul-bare-ing new music.
  • François Couture, CFLX 95.5 FM, 21 mars 2000
    Un disque intime et intimidant. Recommandé.

Les Poules et la basse-cour

François Couture, actuellecd.com, 16 septembre 2003

À l’exception de la pop sirupeuse, tous les genres musicaux sont dominés par le mâle. Qu’il grogne dans le micro, gratte sa guitare ou s’époumone au saxo, l’homme s’accapare l’image du musicien, autant dans le rock des multinationales que sur la scène des musiques actuelles. Quand la femme s’aventure dans le domaine, elle est souvent réduite à adopter les formules toutes faites de l’industrie.

C’est pourquoi il est étonnant de trouver au sein du catalogue de DAME autant de femmes à la démarche artistique novatrice. C’est que dès ses premières années, le collectif Ambiances Magnétiques a accueilli trois créatrices dont l’activité musicale, la force organisationnelle et la forte tête ont servi de pôle d’attraction. Je parle bien sûr de Joane Hétu, Diane Labrosse et Danielle Palardy Roger.

Nos trois protagonistes se sont connues au tournant des années 80 dans Wondeur Brass et ont poursuivi leur association dans Les Poules et Justine. Big band anarco-féministe à ses débuts, Wondeur Brass a servi de laboratoire à Joane, Diane et Danielle qui y ont fait leurs premières armes (Joane, autodidacte, y a littéralement appris la musique). Leur mélange de poésie moderne, de free jazz et de rock-in-opposition est déjà au centre du long-jeu Ravir. Du sextet du premier album, on passe au quatuor avec la bassiste Marie Trudeau pour Simoneda, reine des esclaves. Cette formation prend bientôt le nom de Justine pour trois autres disques (La légende de la pluie, créditée au nom de chaque musicienne, peut être abordée comme une collaboration entre Justine, Zeena Parkins et Tenko) au cours desquels le discours féministe est graduellement sublimé et laisse place à une fantaisie croissante qui connaît son apogée sur le phénoménal Langages fantastiques.

Dès la sortie de Langages fantastiques, les trois filles se consacrent à leurs carrières individuelles. Chanteuse et saxophoniste, Joane Hétu insuffle à sa musique un émerveillement langagier et une interprétation mal dégrossie qui se rapproche de l’outsider art. Elle a d’abord mis sur pied son propre groupe, Castor et compagnie (avec Diane Labrosse, Jean Derome et Pierre Tanguay), qui a commis deux albums de chansons sensuelles et tordues en filiation directe avec Justine. Par la suite elle s’est tournée vers l’improvisation, d’abord avec son compagnon Jean Derome dans le duo Nous perçons les oreilles, puis en solo avec Seule dans les chants, d’une intimité intense. Elle a récemment prouvé ses talents dans la composition à grand déploiement avec le magistral Musique d’hiver.

Vers la fin de Justine, Diane Labrosse a délaissé le clavier pour lui préférer l’échantillonneur. Après un album solo, Face cachée des choses, un disque en duo avec le percussioniste Michel F Côté (Duo déconstructiviste) et une participation à son groupe Bruire (sur Les Fleurs de Léo), elle a tâté de la composition pour ensemble d’improvisateurs (Petit traité de sagesse pratique) avant de se consacrer corps et âme à l’improvisation. Parasites, avec Martin Tétreault, et Télépathie, en compagnie d’Aimé Dontigny, démontrent qu’il est possible de manier l’échantillonneur avec grâce et sensibilité.

Depuis la dissolution de Justine, la discographie de Danielle Palardy Roger progresse à petits pas (c’est qu’elle est très occupée par la direction des Productions SuperMusique). Son conte pour enfants L’oreille enflée (avec les voix et les instruments de Derome, Hétu et André Duchesne, entre autres) s’adresse au jeune public avec une rare intelligence. Et Tricotage, sa rencontre improvisée avec la contrebassiste française Joëlle Léandre, documente la finesse de son jeu de batterie.

En 1986, Joane, Diane et Danielle avaient pris un congé de Wondeur Brass pour explorer les limites de la chanson pop sous le nom Les Poules (Contes de l’amère loi, fraîchement réédité). Dernièrement, elles ont repris le collier du trio, poussant cette fois dans l’improvisation riche en textures subtiles, qui marie bruitisme, écoute et lyrisme. Prairie orange marque ce retour attendu à un travail collectif.

La présence de ces trois créatrices au sein d’Ambiances Magnétiques a attiré l’attention de quelques artistes aux intérêts similaires. Première autre femme à joindre l’écurie, Geneviève Letarte a produit deux superbes albums de chansons poétiques (Vous seriez un ange et Chansons d’un jour). Dernièrement, le catalogue de DAME a accueilli la performeuse Nathalie Derome, la guitariste Sylvie Chenard, la pianiste Pui Ming Lee, ainsi que Lori Freedman et Marilyn Lerner du duo Queen Mab, qui nous ont chacune donné un album solo (respectivement: À un moment donné et Luminance).

La musique actuelle, un monde de gars? Suivez ces quelques pistes, vous verrez bien.

Review

Bruce Coates, Rubberneck, 1 avril 2001

Solo improvisation has come to represent the highest expression of the improvisor. Perhaps for good reason as it takes a special imagination or careful tactician to keep it interesting for sustained periods. As a practice, it has grown progressively since Eric Dolphy’s great deconstructions of God Bless The Child in the early 60s. While not all of these three saxophonists provide great examples, they all approach the problems of solo improvisation in interesting and varied ways.

Saxophonist Lazro’s work owes much to the Dolphy model, particularly in the way that figures are repeated, elaborated and transformed. This of course has become a standard methodology for the solo improvisor, Evan Parker being the most extreme example. If Lazro’s approach provides no real surprises, it is the rigor and consistency of its application that is out of the ordinary. This attention to craft gives many of the pieces a strong inner logic and satisfying unanimity. Ironically, perhaps, it is when Lazro attempts his own deconstruction of existing material - in this case an Albert Ayler tune - that the music is at its structurally most incoherent. This nod to history is also reflected in his use of the instrument as a sound-making device. While he uses the usual range of extended techniques, Lazro also relishes the standard sounds of his instruments and there are times when for a few minutes the ghosts of earlier eras are audible.

Lacy is an example of a particularly special imagination. His ability to create in the kind of unfettered way that many assume to be the Holy Grail of free improvisation is remarkable but untypical of improvisors as a whole; there are few other improvisors that can deliver this consistent level of surprise and delightful ingenuity. Steeped in the jazz tradition, Lacy makes use of compositional structures to kick-start and then shape his imaginings but one still feels that his improvisations could go anywhere and indeed one expects it of him. Although he makes use of a range of extended techniques, like Coxhill who comes closest to him in approach, his improvisation is deeply tonal and deals with the creation of rhythmically varied melody. The variety of Lacy’s approaches to the solo makes this recording the closest thing you’ll find to a masterclass on the subject.

Hétu’s approach is not dissimilar to that of Lazro but her improvisations stand as haikus to Lazro’s sonnets. Lacy and Lazro constantly remind you that they are playing an instrument with a wealth of tradition and associations while Hétu appears to want to strip away this heritage and leave the listener with a fresh understanding; in some ways the fact that it is a saxophone she is playing is irrelevant. This is further heightened by her use of voice. This is deceptively simple music. While she has an obvious technical sophistication, she uses it to explore tiny fragments of music or sound. The music is almost never developmental and this gives it a static abstract quality. Her transparent minimal approach allows the listener greater intimacy with the musician than the grander statements of the other two. One is held in rapt attention as she coaxes and cajoles sound from her instrument.

Her transparent minimal approach allows the listener greater intimacy with the musician…

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 72, 1 février 2001

Chant d’oubli, de perte, d’attente, de convulsion pour la saxophoniste et chanteuse Joane Hétu. Là aussi dépouillement, là aussi réflexion (Pourquoi? se demande Joane dans le livret interieur). Seule dans les chants peut dérouter de par ses extrémes. Joane cherche la note inaccessible (chant de plainte), éructe (chants de bêtes, chants de la «buzzée»), détruit, s’écoute, s’offre. Seule dans les chants, solitaire. Parfois intense, souvent bouleversante. Entendue. La solitude partagée est-elle encore solitude?

Review

Nick Mott, Audion, no 43, 1 septembre 2000

Joane Hétu is becoming both a regular producer and musician for the label these days. Her Seule dans les chants (AM 077 CD), in spite of its title "Alone in The Songs" has no songs! It’s mostly an album of squeaky sax, vocal effects, mundane laughter and such like, and is very basic. The laughter and musical phrasing is all handled rather dead-pan, though there is humour in some bits where it sounds like a miniature Joane is running around and kissing the sax from inside! Overall it doesn’t amount to much.

Review

Frank Rubolino, Cadence, no 26:6, 1 juin 2000

Free spirited alto player and vocalist Joane Hétu digs into her inner self during a solo performance on Seule dans les chants. Using a combination of vocal utterances, verbal expressions, and interruptive or linear saxophone pronouncements, she explores a world of unusual musical and non-musical sounds. Naturally, all words and music were created by Hétu (Chant de plainte / Chants de bouche / Cris dans les champs / Chants portuaires / Chants de bouche / Chants de bêtes / Chants de brume / Chants de la buzzée. The selections incorporate her voice as an avantgarde instrument that competes with the irregular tones emerging from her alto. She makes use of mouth expressions and throat utterances often in repetitive sequences, to establish a pattern of communication that is unpredictable and extreme. Words are typically not part of her vocabulary, but all the other sounds the mouth is capable of making are. As an alto player, Hétu spews out equally unsettling sounds of either elongated or fitful nature. She bends a series of notes in lengthy analysis of their meaning or creates a jagged series of staccato blasts to dislodge any passivity that may have settled in. Often her playing and singing are merged together as one collage of sound. Hétu takes a very serious look at discourse from an instrumental and vocal stance. She pushes the envelope of creativity to achieve a unique recording of introspective sound analysis.

Free spirited alto player and vocalist Joane Hétu digs into her inner self during a solo performance on Seule dans les chants.

Critique

SM, emoRAGEi, no 10, 1 juin 2000

Un saxo qui se lamente. Des souffles, des cris déchirants, des balbutiements, des râlements et différents bruits de bouche (parfois à la limite du supportable). Et des textes archi simplistes récités à la manière d’un robot. Voilà précisément ce que comporte le premier album solo de I’ex saxophoniste de Justine, des Poules et de Wondeur Brass, réalisé et produit par la principale intéressée. Attention! Ce n’est pas de la "musique" à proprement parler mais plutôt un "trip" sonore extrêmement personnel et extrêmement minimaliste. Un exercice très déroutant a travers l’univers restreint de Hétu. Un "chant du corps" qui relève plus souvent qu’autrement du pur nombrilisme et du n’importe quoi. La musique de Justine semble pop à comparer avec ceci! Pour oreilles très averties et aventureuses à la recherche de quelque chose d’inédit. Les noninitiés s’ennuieront à mourir. Soyez prévenus! (5/10)

Pour oreilles très averties et aventureuses à la recherche de quelque chose d’inédit.

Review

IS, Pasazer, no 14, 1 juin 2000

Review

Dolf Mulder, Vital, no 220, 7 avril 2000

The title of the new cd by Joane Hétu describes exactly what it is: Seule dans les chants. It is her first solo effort for voice and alto sax. The recordings were made between 1997 and 1999. What we hear is the result of an intense process of montage and mixing that followed after the recordings. So although the music makes the impression of being improvised, it is in fact composed in the studio. The music is poetic and intimate in character. Hétu investigates the sounds she can make by her mouth. Just singing is not her interest. To this she added her favorite alto sax sounds: “I am a sax player and a singer, I am not a sax player or a singer”. A very personal document

Critique

Roberto Municchi, Blow Up, no 23, 1 avril 2000

Seule dans les chants, "un voyage à travers l’univers intime de cette musicienne", est le premier album complètement solo de Joane Hétu, une saxophoniste et chanteuse importante (ou qui ressort) de la relève avec Wonder Brass, Justine, Castor et Compagnie et une variété d’autres combinaisons avec des collègue de la scène avant-garde canadienne et autre. C’est une musique qui broie (ou craque) composé de sons singuliers: respirations, explosions, frémissements, hurlements, souffles, jappements, cris de gorge, pleurs, éclats de rire… comme l’évoquent quelques titres; (Chants de plainte, Chants de bouche, Chants portuaires, Chants des animaux… ). L’étonnement s’évanouit cependant après quelques moment d’écoute; il sont plusieurs autres à me faire apparaître des situations que peuvent exalter ce type de projets (telle la performance sur le vif (ou live?). Imposture est un peu prévisible et une grande partie de la fascination repose dans l’obscurité. des sillons du perfide album. Pour les fanatiques de l’improvisation radicale. 6

Review

Dwight Loop, Earwaves Network, 1 avril 2000

Also, Joane Hétu Seule dans les chants is an intimate journey of alto saxophone and vocal compositions that is the composers first and hopefully not last solo effort. Hétu deserves accolades for this work of soul-bare-ing new music.

… work of soul-bare-ing new music.

Délire actuel: En bref

François Couture, CFLX 95.5 FM, 21 mars 2000

Joane Hétu, saxophoniste, vocaliste, ex-membre de Wondeur Brass, Justine, Les Poules, leader de Castor et Compagnie et directrice de l’étiquette Ambiances magnétiques nous offre son premier disque solo (en près de vingt ans de carrière!), Seule dans les chants. Il s’agit d’un album à la signature hyper-personnelle (comme on parle d’art hyper-réaliste). Tellement personnel que l’auditeur se sent parfois de trop. Hétu s’y met à nue, s’y écorche vif, dans des improvisations qui combinent toutes les facettes de son jeu, autant au saxo qu’à la voix. Étrangement, cette mise à nue a pour résultat de mettre à jour les limites de l’artiste. Cela dit, on sent l’artiste dans chaque note, chaque cri, chaque son. Un disque intime et intimidant. Recommandé.

Un disque intime et intimidant. Recommandé.

Autres textes

Exclaim!, Splendid E-Zine

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.