La boutique des nouvelles musiques

Do Bernard Falaise

Guitariste de Klaxon Gueule, Les Projectionnistes et multiples projets de la scène actuelle montréalaise, Bernard Falaise nous présente son premier disque solo. Un exercice d’ubiquité:15 compositions pour ensembles de guitares, un seul guitariste. Éclectique, dense et surprenant.

Do

Bernard Falaise

La presse en parle

  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 48, 1 juin 2001
  • Luc Bouquet, ImproJazz, no 72, 1 février 2001
  • Mike Chamberlain, Hour, 7 décembre 2000
    Falaise has produced a tour de force on his first solo album.
  • Nicolas Tittley, Voir, no 713, 19 octobre 2000
  • Catherine Perrey, Ici Montréal, 12 octobre 2000
    … entre un héritage teinté de Robert Fripp et des constructions franchement actuelles.
  • François Couture, AllMusic, 1 octobre 2000
    Falaise’s musicianship needs no presentation: he is a master of his instrument.

Disques

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 48, 1 juin 2001

Bernard Falaise me semble agir davantage dans un registre plus narratif. Certes, l’écoute d’un seul titre est possible, mais chez lui, la quinzaine de pièces semble davantage former un tout cohérent donnant un sens à la continuité des morceaux. Son approche globale par l’auditeur en est donc plus accrocheuse.

Les deux se rejoignent dans l’humour des intitulés. C’est secondaire? Certainement pas, cela traduit un état d’esprit que l’on partage.

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 72, 1 février 2001

Toute autre est la démarche de Bernard Falaise. Do est le fruit de deux années de travail. Ici, les couches se superposent, se multiplient. Pas de sécheresse mais une autre forme de dépouillement. Un alphabet d’accords, de résonances, de choix (les trois notes de l’accord de do choisies comme unique mais luxueuse possibilité de construction), des beats souterrains et lancinants, tout ici prouve que le dédoublement et la multiplication peuvent aussi s’inviter en dépouillé.

Review

Mike Chamberlain, Hour, 7 décembre 2000

A throbbing, low-end drone is wedded to country-style finger picking and overlaid with a layer of slashing, feedback-laden scratches. An acoustic guitar joins in to duel in good-ole-boy fashion. The strings are slashed - once, twice, three times. The song ends. But what’s this? Is it a band of funky techno-geeks, or an experiment from the backwoods of North Carolina gone wrong? In fact, all the sounds on this remarkable album are made by one man, Bernard Falaise, and they’re all made on electric and acoustic guitar, with no synthesizers or sample~s. Falaise, a member of Klaxon Gueule and Avatar, has produced a tour de force on his first solo album, a wide-screen presentation in a series of miniatures of the possibilities of one man, several guitars and as much processing as they can be subjected to The use of stereo effects and the overall sound quality make this a perfect headphone album. 4. 5

Falaise has produced a tour de force on his first solo album.

Critique

Nicolas Tittley, Voir, no 713, 19 octobre 2000

«Tous les sons sur ce disque ont été produits avec des guitares électriques ou acoustiques. Pas de basse, synthé ou percussions.»

Ça a beau être écrit noir sur blanc, c’est parfois difficile à croire tant le résultat est stupéfiant. Membre actif d’un tas de groupes de la scène actuelle (Klaxon Gueule, Miriodor, Papa Boa), accompagnateur de Marie-Jo Thério et réalisateur de Jorane, le caméléonesque Bemard Falaise nous a maintes fois prouvé son talent. Sur ce premier album solo, il explore la guitare sous des angles inédits, avance en grattant, tirant et caressant, allie salves punk et échos électroacoustiques. La variété de textures obtenues, par déformations, accumulations et torsions en tous genres, témoigne aussi de ses aptitudes de réalisateur Ici, pas d’esbroufe ou de démonstrations techniques inutiles (I’homme n’a rien d’un Yngwie Malmsteen!), simplement un guitariste qui joue comme il respire. ****

Compact!

Catherine Perrey, Ici Montréal, 12 octobre 2000

Un premier disque solo pour un guitariste de choix et un réalisateur qui a eu la (bonne) touche avec Marie-Jo Thério et Jorane. Dans sa courte note sur la pochette, Falaise nous signale que tous les sons ont été produits avec des guitares électriques ou acoustiques et que la composition, l’interprétation, l’enregistrement, les traitements et le mixage lui sont entièrement redevables. Une notice ultra importante, pour un disque qui éclaire bien les qualités de compositeur et de guitariste de Falaise et qui reflète intensément ses passions bien digérées: entre un héritage teinté de Robert Fripp et des constructions franchement actuelles. 8/10

… entre un héritage teinté de Robert Fripp et des constructions franchement actuelles.

Review

François Couture, AllMusic, 1 octobre 2000

Do (as in C) is Montréal guitarist Bernard Falaise’s first solo release. This CD contains 15 pieces for multiple guitars (all played by him). Although one can hear traces of every project Falaise worked with during the late 1990s (Papa Boa, Les Projectionnistes, Klaxon Gueule, Marie-Jo Thério}), the one influence that comes the most forward on Do is his prog rock background with the band Miriodor. These are very structured pieces drawing as much from Robert Fripp’s guitar loops than René Lussier’s early works(Fin du Travail, Soyez vigilants, restez vivants! with Jean Derome}) and the avant-prog aesthetics of the label Cuneiform Records (for which Miriodor records), namely bands like Otolithen and Blast. Falaise’s musicianship needs no presentation: he is a master of his instrument. But to discover him a very capable composer is a real treat. Most pieces have a three-level structure: in the background are Frippertronics-like soundscapes or textures produced by softly scratching the guitar strings (a technique he used on Klaxon Gueule’s Muets); then comes the riff or rhythmical frame of the piece, the structure itself, complete with changing time signatures, intricate patterns, etc. In the foreground is a melody, a solo or another guitar line acting as counterpoint to the frame. The result makes beautiful guitar craft. The almost-epic Entonnoir is a fantastic piece of work and the solo on “Acte II” is heart-wrenching. The violent setting of Croco n’est pas mort is another highlight showcasing great percussive work all created with the guitar. Even though some of Falaise’s techniques might seem a little dated (like backward soloing and Frippertronics), the guitarist reminds us all that it is possible to make cutting-edge demanding guitar music without resorting to the extremely abstract. Do comes very close to masterpiece.

Falaise’s musicianship needs no presentation: he is a master of his instrument.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.