La boutique des nouvelles musiques

Zucchini Interférence Sardines

Le Soleil: 10 meilleurs 2001

Interférence Sardines est une formation loufoque qui fait de la musique sérieuse oups! une formation sérieuse qui fait de la musique loufoque. Si on vous les décrivait, vous hurleriez au canular. Un violoniste classique joue du violon électrique, un batteur analphabète joue de la musique écrite, un lâcheux d’école (à la guitare) est compositeur autodidacte, un luthier sportif est à la basse et une chanteuse électrisante est au violon et au micro acoustique.

Leur nouvel album intitulé Zucchini, contenant 12 pièces et 67 minutes de pur délice sonore, est une combinaison savante d’improvisations et de compositions. Avec deux chansons amusantes, Un nescalier et La Girafe, et des instrumentales bien sonnées on retrouve, tout au long du disque, un goût pour la poésie, arrangée selon la pure tradition sardiniesque. Pour ce deuxième disque, la seule limite est votre imagination et Interférence Sardines s’en fait le narrateur.

Zucchini

Interférence Sardines

Andrée Bilodeau, Sébastien Doré, Lyne Goulet

La presse en parle

Le folklore actuel

François Couture, actuellecd.com, 16 mars 2004

Lorsqu’on m’a demandé de plonger dans le catalogue de DAME à la recherche de points d’intersection ou de thèmes récurrents qui esquisseraient des chemins de découvertes, le filon folklorique s’est imposé de lui-même, non seulement par l’importance de la musique traditionnelle dans le développement de la musique actuelle au Québec, mais aussi parce que les disques qui s’y rattachent s’adressent à nous d’une façon qui sera plus immédiate pour certains néophytes.

Cela peut paraître paradoxal, mais folklore et innovation font bon ménage. Quand les artistes avant-gardistes d’une culture cherchent à outrepasser les diktats de l’industrie musicale, ils se tournent souvent vers les racines, les leurs et celles des autres, à la recherche de nouvelles voies à explorer. Les musiques folkloriques cachent souvent des trésors de liberté et d’improvisation. De plus, leur aspect souvent festif rend l’acceptation de nouveaux paramètres (rythmiques, mélodiques, improvisationnels) plus facile. C’est ce qui s’est passé et continue de se passer au Québec. Voici une piste d’écoute en trois temps, trois approches novatrices du folklore chez DAME: les folklores revisité, réinventé et fantasmé.

Folklore revisité

Fin des années 70: le Québec vit un renouveau folklorique grâce à une nouvelle génération de musiciens (on pense à La Bottine Souriante, au Rêve du Diable, à l’Engoulevent). Parmi ces groupes, dont plusieurs endisquent pour la défunte étiquette Tamanoir, se trouve un collectif de jeunes fous, des guitaristes qui pervertissent le reel et le folk par leurs inventions mélodiques et leurs poèmes post-modernes. Conventum compte dans ses rangs André Duchesne et René Lussier, qui co-fonderont le collectif Ambiances Magnétiques un peu plus tard (les deux albums de Conventum, À l’Affût d’un complot et Le Bureau central des utopies, sont malheureusement discontinués).

Au sein d’Ambiances Magnétiques, René Lussier a poursuivi sa relecture de l’histoire musicale du Québec et d’ailleurs. Sa discographie est parsemée de pièces folkloriques remises à nu et à neuf. Dans les trois albums des Granules (avec Jean Derome), il exacerbe son caractère dionysiaque (Le Boudin de Noël sur Soyez vigilants, restez vivants ou encore La Chicaneuse sur Au Royaume du silencieux). Avec Le Trésor de la langue, il s’est tourné vers notre folklore historique, transformant les mots de René Lévesque, du FLQ et des gens de la rue en un nouveau «Cahier de la bonne chanson». Sa récente collaboration avec le guitariste américain Eugene Chadbourne marque un retour aux sources — leur album L’Oasis sur étiquette Victo revisite plusieurs airs traditionnels des deux côtés de la frontière.

Folklore réinventé

Le folklore d’une nation n’est pas qu’un corpus, c’est aussi un état d’esprit, un substrat dont on s’inspire à la recherche d’un nouveau folklore. Plusieurs artistes du catalogue DAME puisent à cette source et réinvente notre folklore (et parfois même celui des autres). Sur La Boulezaille, Pierre Tanguay et Pierre Langevin (eux-mêmes maîtres des musiques traditionnelles européennes dans le groupe Strada) mélangent instruments traditionnels et modernes à la recherche d’un folklore actuel, dépoussiéré du carcan dans lequel aimerait l’enfermer les traditionalistes de tout acabit. Des groupes comme Interférence Sardines et la Fanfare Pourpour donnent à leur pièces originales une forme qui rappelle ici la fougue du violoneux du diable et là la musique des fêtes de rue (la musique du peuple, folklorique par définition). Si sa Musique d’hiver n’a rien de festif, Joane Hétu y redéfinit néanmoins le folklore hivernal québécois, avec beaucoup plus de précision et de force d’évocation que le poème de Nelligan.

Folklore fantasmé

Le folklore réfère à une musique instinctive, créée hors des institutions et de leurs codes, la musique du quotidien, du carnavalesque selon Bakhtine. Et quand on veut sortir du quotidien? Il est toujours possible d’inventer le folklore, de faire de la folklore-fiction. René Lussier et Robert Marcel Lepage établissent leur musique actuelle, mélange d’impro libre à l’européenne et de relents traditionnels, comme le folklore d’un monde futuriste, dernière énigme d’un univers déshumanisé. Même chose chez Les 4 Guitaristes de l’Apocalypso-Bar d’André Duchesne qui incarnent le rock traditionaliste du futur (un futur post-apocalyptique d’ailleurs). Dans le cas des Chants rupestres de Bruire, Michel F Côté et ses acolytes cherchent à travers l’impro libre les traces de la musique folklorique des hommes des cavernes. Si nous sommes maintenant loin des airs faussement naïfs de Conventum, il s’agit encore dans l’esprit d’un retour aux sources primaires de l’expression musicale. Il y a plus d’une façon de swinger la baquèse dans le fond d’la boîte à bois.

Tra passato e futuro

Giovanni Pietro Scazzola, L’Ovabese, no 7:10, 11 mars 2004

Tuno proiettato e disteso sul futuro il curioso disco intitolato Zucchini di Interférence sardines.

Dal Canada (per l’etichetta ambiances magnétiques: www.ambiancesmagnetiques.com) una formazione d’avanguardia di corde, ance e percussioni, fa sperimentazione anche con voci e tasti, facendo del rumore suono, trasformando le ispirazioni e la creatività in un’esperienza unica d’ascolto.

Un caldo colore impressionante che ci accoglie glà dalla copertina e ci accompagna in un viaggio di splendide sonorità interiori.

Un caldo colore impressionante che ci accoglie glà dalla copertina e ci accompagna in un viaggio di splendide sonorità interiori.

Recensione

Vincenzo Giorgio, Wonderous Stories, no 20, 1 novembre 2002

Questo è una di quei dischi che obbliga l’ascoltatore a fermarsi: troppo caleidoscopico, barocco (nel senso migliore del termine) ed “onnivoro” il suono di questa band canadese dal nome (e relativo titolo) vagamente dadaista. Due violini, chitarra, percussioni e basso, parti cantate in francese, quattro ospiti ai fiati, percussioni ed arpa per quattordici tracce una più bella dell’altra.

Mai un passaggio scontato ma una miscela sapiente e folle delle più svariate “interferenze” senza mai cadere in miscellanee raffazzonate o rozze addizioni sonore . Il suono scorre spumeggiante e spontaneo come giovane sorgente, nervosi riff violinistici vengono domati da calde armonie chitarristiche dai sapori vagamente jazzati. Giocose melodie vengono sospinte da bizzosi venti percussivi fino a sciogliersi in drammatiche atmosfere cameristiche.

In effetti ciò che più sorprende di questo incredibile quintetto (che mi dicono essere alla seconda prova discografica) è la capacità di passare da una situazione sonora all’altra senza sbavature o forzature di sorta: (facendo ovviamente i debiti distinguo) è dai tempi del più glorioso e creativo Zappa che non avvertivo quel senso di folle eclettismo invadere con violento e dolcissimo impeto le mie (stupite) orecchie.

Per tentare l’improbabile (vale a dire rendere l’idea di come questa musica suoni) Interferences Sardines rimandano vagamente alla primissima Penguin Cafè Orchestra (quella più “maleducata” del primo album tanto per intenderci) selvaggiamente intrisa di sonorità RIO e di improvvise aperture armoniche jazzate (certi vocalizzi all’unisono con le parti strumentali sono da brividi), gargarismi etnci (klezmer?) si fondono con musicalità più classicheggainti vicine a certe cose di Satie.

Personalmente non esito a definirlo il disco dell’anno tanta è la sua genialità e la sua limpida bellezza. Da avere assolutamente.

Reviews

Alan Freeman, Audion, no 47, 1 septembre 2002

Getting back in character with the early days of Ambiances Magnétiques (I’m meaning bands like Conventum, Wondeur Brass, Les Granules, et al) Interférence Sardines are certainly the “crazy group that makes serious music” that the press release proclaims, and then questions if it should be the other way round. As eccentric as the name, this 5-piece troupe (plus sundry guests) amalgamate an astonishing array of diverse musics into a blend that welds everything from Balkan folk to power metal together, sometimes seamlessly fusing it into entitely new genres. Such mixtures can be daunting on first listen, but that’s the whole idea with Rock In Opposition, maybe a calypso here, a death dirge there, top it with a freak-out Zappa meets Fred Frith and John Zorn. Why not- indded?!!

…autour des 10 ans du distributeur québécois DAME…

Luc Bouquet, ImproJazz, no 88, 1 août 2002

Tout aussi aboutie est la musique d’lnterférences Sardines, troupe de sales gosses nourris au biberon transgressif. Poésie absurde, free loufoque, ska nonchalant, reggae lunaire, twist bancal, tango suave, nos amis de la sardine joyeuse n’ont pas leur pareil pour mélanger sérieux et gaudriole. Tout comme Rouge Ciel, ils savent éviter la vaine technicité au profit d’une musique-sitcom familière (dominance des cordes, mélodies joyeusement répétitives), sagement barge (plage fantôme, indexage plaisantin, paroles post-dada) et totalement réjouissante. Bref ça fuse et tangue. Personne ne s’en plaindra.

Review

Dolf Mulder, Vital, 28 mars 2002

Three new cd’s on Ambiances Magnétiques and new sublabel Monsieur Fauteux…. Most of the time releases on this label have the newest output from well known artists like Derome, Lussier, Duchesne and others. Although this are often releases of considerable quality, I’m happy that this time we have three new cds from groups of the ’next generation’.

What new talents do we have here? In general the most striking difference with the first generation is that these bands are more rock-orientated. This is also the the case for Papa Boa (1999). Especially with Interférence Sardines and Rouge Ciel we enter a new chapter in the kind of art-rock that Henry Cow developed in the 70s. This kind of rock music flourished in the first half of the 80s with bands like Univers Zero, Samla, Debile Menthol, and many others. But creativity came to end and boring music like that of Art Zoyd was what was left. Since then I have been waiting for new bands to pick up were many ended in the 80s. But listening to Interférence Sardines it became clear to me that we have a new creative outburst here. Let me present the bands in more detail. Interférence Sardines is a quintet: Andrée Bilodeau (violin, alto, voice), Sébastien Doré (electric bass, clap, voice), Marc Gagnon (violin, electric violin, voice), Fréderic Lebrasseur (drums, percussion, piano, voice) and Philippe Venne (guitar, piano, voice). Assisted by four guests. Most pieces are composed by Philippe Venne. Their second cd Zucchini is a very nice piece of work. Their music can be compared in a way with that of Debile Menthol, a famous swiss group from the 80s. Complex art-rock mixing rock, jazz and contemporary in a nice blend of composition and improvisation. The music is full of surprises. The playing is very tight and convincing.

Rouge Ciel is a quartet: Guido del Fabbro (violin, mandoline, pick ups), Simon Lapointe (piano, claviers, melodica), Antonin Provost (acustic and electric guitar) and Nemo Venda (trumpet, drums, percussion). They debute here with a fresh mix of rock and improvisation. They do not reach the creative level of Interférence Sardines, but it still is very good music. Both bands I can recommend to anyone who like - I don’t know a better name - art-rock bands like Curlew, 5uu’s, etc. L’hotel du Bout de la Terre is the more conventional one of these three bands. No new territories here. This group was started in 1995 by Lou Babin (accordeon, voice ), Marie-Hélène Montpetit (voice), Pierre St-Jak (piano), and Norman Guilbeault. On this cd they are assisted by guests like Claude Fradette (guitar) and Pierre Tanguay (drums, perc. ). They present a collection of 12 songs composed by St. Jak and Montpetit. Melancholic and impressionistic songs. Texts written and sung by Montpetit. Although this may be a relatively new group someone like pianist Pierre St-Jak is a veteran of the Montréal jazz scene. Personally I never liked his piano playing very much which can also be heard on this one.

… listening to Interférence Sardines it became clear to me that we have a new creative outburst here.

Review

Tom Schulte, Outsight, 17 mars 2002

This innovative Quebec quintet features two violinists, one sometimes on electric violin. Their sophisticated Rock In Opposition sound boasts the jazz stylings, sound samples, bold strokes and occasional humor of modern art rock. Breathing beyond technique with crazy wisdom, the dozen largely instrumental pieces here mix composition and improvisation. Bright alto and soprano saxophones are often the voice of these witty works. A controlled use of sonic pyrotechnics and a brisk montage of instrumental timbres make Zucchini a smart and memorable disc.

Breathing beyond technique with crazy wisdom…

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 51, 1 mars 2002

C’est un enregistrement déroutant auquel nous convie cette formation de Québec (comme son nom ne l’indique pas) dont les notes de presse nous précisent qu’il s’agit de leur second opus.

Déroutant, non parce que la musique en est inattendue. Au contraire, elle est parfaitement identifiable. Le paradoxe réside dans le fait qu’il s’agirait de plusieurs musiques identifiables. Un côté musique de chambre (deux pianos, deux violons ou altos en fournissent les éléments principaux), mâtinée de passages proches du cabaret (la voix de Andrée Bilodeau), d’accents plus jazz lors de fugitifs instants (avec en particulier les interventions des saxophones des invités Jocelyn Guillemet et Lyne Goulet), le tout rythmé par la basse, la guitare, et bien sûr les percussions, elles-mêmes parfois décalées et agrémentées d’instruments incompris manipulés par un invité (leur seul musicien dont le nom nous est familier), Pierre Tanguay. Et cela sans nuire à la fluidité de l’ensemble et à la cohérence du projet. Les titres eux-mêmes participent de cet esprit où l’absurde s’insinue presque logiquement dans une trame néo-dada: luthier sportif, un nescalier, un autre poisson dans l’mur…

"L’interférence sardines" ne révolutionnera certes pas la musique actuelle - ce n’est pas son propos - mais contribuera sûrement à introduire un instant de poésie et d’humour dans un(des) genre(s) musical(aux) trop souvent figé(s).

… un instant de poésie et d’humour…

Le choix des chroniqueurs

Pierre Boulet, Le Soleil, 22 décembre 2001

Aussi réjouissant qu’angoissant, revoici donc le rituel annuel de l’arrachage de cheveux. Les 10 meilleurs? Allons donc! Il me suffit de penser à ce que j’ai dû discarter (Nick Cave et Mara Temblay, notamment) pour me concentrer sur mon petit potager de jazz, de musique actuelle et d’échos du monde. Et si je me permets, à l’occasion, d’aller pigrasser dans les plates-bandes de mes colocs, je dois avouer que 2001 s’est montrée fort généreuse dans ma portion de jardin. Alors j’irai tout simplement de coups de cœur en surprises.

En accouchant enfin de Zucchini après quatre ans de silence discographique, les Sardines confirment qu’on peut faire une musique typiquement québécoise qui soit en même temps complètement ouverte sur le monde. Une vraie musique d’identité collective, brûlante d’actualité. Ça nous brasse d’est en ouest, d’aujourd’hui en demain. D’une originalité désarmante et, souvent, désopilante. Ça touche à tous les genres au point d’en devenir un. Et ça s’écoute comme on regarde un film. Un cadeau!

Blogue

  • «… les Sardines confirment qu’on peut faire une musique typiquement québécoise qui soit en même temps complètement ouverte sur le monde.» (Le Soleil, Québec) Quatre ans après leur premier disque, Mare Crisium, le groupe de Québec {bio:inte…

    mardi 29 janvier 2002 / Nouveautés

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.