La boutique des nouvelles musiques

20h17 rue Darling Robert Marcel Lepage

Couverture: d’après l’affiche de Yvan Adam

Robert Marcel Lepage compose de la musique de films. Robert Marcel Lepage compose beaucoup de musique de films. Il nous a déjà présenté la musique de Full Blast sur disque compact, et maintenant c’est celle de 20h18, rue Darling qu’il nous propose.

Un envoûtant motif musical s’incruste dans le long métrage de Bernard Émond. Le second mouvement du Trio «Fantôme» de Beethoven (piano, violon, violoncelle) s’entrelace à la composition de Robert Marcel Lepage, musique de film d’un lyrisme lancinant et noir, à dominante de cordes graves; il se mêle aussi à la voix évanescente du journaliste Gérard (joué par Luc Picard).

Voix, bruitages, musiques originales, musiques pré-enregistrées: un tout indissociable. Ce qui est passionnant, c’est que la musique de Lepage pour 20h18, rue Darling, tout en manifestant son originalité propre, s’est imprégnée des pièces de Beethoven choisies par le réalisateur, qu’elle en épouse les rythmiques, les harmoniques mélancoliques, voire le parti pris des instruments à cordes.

Les rapports entre la bande sonore filmique et la phonographie sont, règle générale, assez singuliers. Sur disque, on appelle «bande originale» ce qui n’est, en fait, que la musique d’un film, triomphante, expurgée de tout bruitage, de toute voix. Peu de disques dérivés d’un film osent ce choix d’extraits de la bande sonore intégrale. Robert Marcel Lepage le fait avec son édition de 20h17 rue Darling. Le compositeur ne lâche pas son rêve: musique de film et autres éléments sonores doivent cheminer en parallèle, faire surgir la cohérence et l’unité, participer de la même musicalité d’ensemble. Quelquefois, ne serait-ce que furtivement, le disque doit témoigner de ce rêve.

20h17 rue Darling

Musique originale du film de Bernard Émond

Robert Marcel Lepage

La presse en parle

  • SOCAN, Paroles & Musique, no 10:3, 1 septembre 2003
    … les compositions de Lepage nous attirent inexorablement vers le bout de la nuit, le bout de la tristesse.
  • Le Journal de Montréal, 26 avril 2003
  • Réjean Beaucage, Voir, no 837, 10 avril 2003
    … le disque est plutôt un petit film sonore…

Critique

SOCAN, Paroles & Musique, no 10:3, 1 septembre 2003

Compositeur prolifique de la scène contemporaine montréalaise, Robert Marcel Lepage est un touche à tout qui compose pour le cinéma, le théâtre, la télévision, etc. Dans 20h17 rue Darling, il a rendu avec justesse la lourdeur et le désespoir qui habitent le personnage principal du film. Partageant l’espace musical avec des extraits de l’œuvre de Ludwig Van Beethoven, les compositions de Lepage nous attirent inexorablement vers le bout de la nuit, le bout de la tristesse. La beauté se cache parfois dans l’ombre. Robert Marcel Lepage sait nous la faire découvrir avec brio.

… les compositions de Lepage nous attirent inexorablement vers le bout de la nuit, le bout de la tristesse.

Critique

Le Journal de Montréal, 26 avril 2003

Compositeur et musicien discret, Robert Marcel Lepage est de la trempe des alchimistes. Seul dans son studio, mais la tête pleine d’idées, il «concocte» depuis plus de vingt ans des musiques de films tout aussi belles les unes que les autres. De La plante humaine a Full Blast en passant par Callas: la diva et le vinyle, il a su donner à ces courts et moyens métrages un son et une musique essentielle. 20hl7, rue Darling, qui court sur nos écrans avec en vedette Luc Picard, ne fait pas exception a la règle. La musique est sombre, envoutante et touchante, surtout quand le pianiste Richard Raymond fait son apparition dans la Sonate pour piano et violon no 7 ainsi que, dans la Sonate pour piano no 21 de Beethoven. Absolument remarquable! 5/5

Disques

Réjean Beaucage, Voir, no 837, 10 avril 2003

Lepage est un compositeur très éclectique, un touche-à-tout de génie dont on reconnaît habituellement tout de suite l’empreinte stylistique, que sa musique soit expérimentale (avec René Lussier ou Martin Tétreault, par exemple), rock ou médiévale. Ici, pourtant, le compositeur s’efface un peu pour se laisser emporter par la musique de Beethoven, à travers quelques extraits d’œuvres du maître (principalement le Trio no 5, bizarrement appelé ici «en mi bémol», alors qu’il est en ré…), qui conditionnent ses propres compositions. Beaucoup plus qu’une simple «bande originale du film», le disque est plutôt un petit film sonore narré par Gérard (Luc Picard), dont le monologue intérieur ponctue l’ensemble entre les très belles mélodies mélancoliques et graves de Lepage. 4/5

… le disque est plutôt un petit film sonore…

Autres textes

ImproJazz no 111

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.