La boutique des nouvelles musiques

Studio — Analogique — Numérique Martin Tétreault, Otomo Yoshihide

Faisant suite à leur exploration électro-mécanique cernant 21 situations (AM 069), Martin Tétreault et Otomo Yoshihide focalisent cette fois-ci leur jeu sur les phonogrammes et les dispositifs amenant à leur transformation.

Tout d’abord une rencontre en «Studio» des plus dynamique enregistrée en direct et sans retouche, compose le cd1. Avec comme source la matière première non utilisée pour le CD 1, chacun en a fait une relecture avec leur équipement respectif. Tétreault s’est servi de magnétophones à bande obsolètes, pour un remix «Analogique» plutôt fluide… CD 2. Otomo a pour sa part fait usage de l’ordinateur moderne, pour une reconstruction percutante et «Numérique» CD 3.

Ce travail de remix, des disques 2 et 3, s’est fait sans aucune consultation. Deux parcours personnels et distinctifs avec un outillage qui a marqué de par leur utilisation respective, la façon de faire et de reproduire les sons. Pour eux, la première écoute fut une surprise. Pour vous ce sera trois surprises!

Studio — Analogique — Numérique

Martin Tétreault, Otomo Yoshihide

La presse en parle

  • BLG, Downtown Music Gallery, 1 juin 2007
  • Jérôme Provençal, Les Inrockuptibles, no 447, 23 juin 2004
    …la chaotique musique que déversent… Otomo Yoshihide et Martin Tétreault tendrait plutôt, avec une vigueur vite perceptible, un ravissement maximal des tympans.
  • Michel Henritzi, Revue & Corrigée, no 60, 1 juin 2004
    Une belle leçon de remix.
  • Philippe Robert, Coda Magazine, no 52, 1 janvier 2004
    En trois cd, ces deux musiciens inventent une symphonie de scratches corrosifs… dont l’architecture fascine.
  • François Couture, Ici Montréal, 4 décembre 2003
    … une rencontre fascinante entre deux innovateurs…
  • François Couture, actuellecd.com, 25 novembre 2003
  • Ron Davies, Splendid E-Zine, 3 octobre 2003
    Tétreault and Yoshihide live up to those expectations, for they have created an extremely thought-provoking collection of sounds.
  • Luc Bouquet, ImproJazz, no 99, 1 octobre 2003
    … de nouveau une réussite exemplaire du label Ambiances Magnétiques.
  • Dolf Mulder, Vital, 11 septembre 2003
  • Phil Zampino, The Squid’s Ear, 1 septembre 2003
    The sheer feedback, interbeats and thunderous sounds threatened to change the listener’s body chemistry, a satisfying and jarring experience.
  • Tom Schulte, Outsight, 1 juin 2003
    … an organic collage of turntables and electronics.
  • Réjean Beaucage, Voir, no 837, 29 mai 2003
    C’est dans les petites boîtes qu’on trouve les meilleurs bruits.
  • Richard di Santo, Incursion Music Review, 19 mai 2003
    … an outstanding release.
  • François Couture, Ici Montréal, 8 mai 2003
  • Eric Normand, JazzoSphère, 1 mars 2003
    … son boîtier lui va si bien à ce petit bijou…

Review

BLG, Downtown Music Gallery, 1 juin 2007

Following the electro-mechanical exploration of 21 Situations, Martin Tétreault and Otomo Yoshihide now focus on phonograms and the devices that transform them. An initial, intensely dynamic Studio encounter, recorded live and with no reprocessing, makes up CD1. Then both artists went to work with their respective equipment to reprocess raw material not used on CD1. Tetreault used obsolete tape recorders to create a flowing analogue remix: Analogique CD2. Yoshihide used an ultramodern computer to generate a vigorous, staccato digital reconstruction: Numérique CD3. Each produced his remix without consulting the other - these are two distinctive personal journeys, each taken with the aid of widely different equipment that marked the way the sounds were produced and reproduced throughout. The first listening was a surprise for them - there are three surprises in store for you!

Critique

Jérôme Provençal, Les Inrockuptibles, no 447, 23 juin 2004

Triple offensive de deux redoutables poseurs de bombes-platines. Splendide désordre. La dématerialisation ne faisant rlen qu’à gagner du terrain (si l’on peut dire), prenons plaisir à parler d’un disque d’abord en tant qu’objet. Ce plaisir sera d’autant plus vif que l’objet-disque qui nous intéresse présente plusieurs signes ostensibles de non-conformismes: prenant la forme d’un coffret miniature semblable à une boîte à bijoux, il contient trois mini-cd,tous trois glissés dans une feuille de papier gris. Miniature, mini, mince… Cela signifie-t-il qu’ici tout est riquiqui? Pas du tout, mais alors pas du tout! Tout entière composée d’ondes de choc, la chaotique musique que déversent, ensemble ou séparément, Otomo Yoshihide et Martin Tétreault, tendrait plutôt, avec une vigueur vite perceptible, à un ravissement maximal des tympans. Cette saine entreprise de décrassage n’étonne guère de la part de deux trublions notoires, platinistes - un platiniste étant, sachez-le, non pas un disciple de Michel Platini, mais un manipulateur plus ou moins indiscipliné de platine-disques - véhéments, persuadés que le bruit est une aventure que chaque enregistrement réitére. Aprés tout, si ce n’est pas pour chahuter l’inconnu, à quoi bon s’en aller en studio? Studio, tel est d’ailleurs le titre du disque, abrasif exemple de dissiddence sonique, né de la rencontre entre nos chercheurs de noises. De ce Studio en splendide désordre, Tétreault a effectué un remix analogique, tandis que le kamikaze Yoshihide lui faisait subir les derniers outrages numériques. Le tout est à prendre ou à laisser. On prend.

…la chaotique musique que déversent… Otomo Yoshihide et Martin Tétreault tendrait plutôt, avec une vigueur vite perceptible, un ravissement maximal des tympans.

Critique

Michel Henritzi, Revue & Corrigée, no 60, 1 juin 2004

Trois mini-cds emballés dans une petite boîte ouatée, enregistrement studio de 2 turntabilists iconoclastes, Martin Tétreault et Otomo Yoshihide, remixés avec l’outil numérique par Otomo, l’autre façon analogique à l’aide de magnétophones à bande) par Tétreault. Ce qui pourrait sembler un disque de plus de platiniste s’avére une expérience étonnante du coté du jeu instrumental et de l’abstraction noise. One, two, three, four! Pur moment de rock’n’roll balancé par les deux platines aveugles, rythmique binaire d’un ploc vinylique boiteux, feedback confondant des têtes de lectures rayant la surface de notre ouïe. La deuxième pièce va se promener du côté des infra-basses et travailler nos fondements. Suivent deux improvisations faites ds scratches suraigus, d’accidents soniques, de buzz et de feedbacks, conduisant leur set à une abstraction radicale, mais là presque plus normal chez les improvisateurs. Aucune citation jouée, Otomo en a fait une règle, sans doute aucun disque non plus, si ce n’est les seules fins de sillons, le vinyle pur scarifié par les têtes de lecture. Concept sauvage asséné à coups de marteaux, platines et surfaces vinyliques malmenées, comme la mise en scène de la théorie du chaos. On entendrait presque leur jubilation d’iconoclastes libertaires à foutre en l’air les appareillages de la répétition et de la reproduction. Le bruit serait le rire de la musique et le leur.

Analog remix. Défilement speedé des bandes voulant l’accident, Tétreault en coureur de fond, scratchant les bandes comme ses vinyles, poussant les manettes à fond, avec l’angoisse que la bande se déchire dans une telle accélération. La matière enregistrée était déjà pas mal abstraite, ce nouveau passage dans ce qui s’apparente à une machinerie roussélienne grandit l’énigme.

Digital remix. Otomo a une capacité à retourner les usages et les attentes inouïe. Là où l’on pouvait s’attendre à une suite de clicks et cuts glissants l’un sur l’autre, il balance dans une arythmie de taulier des sons percussifs brutaux (on songe à Einsturzonde Neubauten des débuts), des débordements sales de craquements et des fréquences aiguës extrêmes, comme s’il choisissait d’opposer à la propreté informatique un son trivial, un son authentique, donc sale. Renvoyant toute la laptop music au rayon de la prophylaxie new age. Difficile d’y entendre un son électronique, méme un sample, c’est un enregistrement qui est remonté, mixé, façon analogique qu’on prend dans l’écoute, un truc qui a des aspérités, un grain concret. On va jusqu’à redessiner des gestes qui pourtant n’ont pas eu lieu tellement son approche est confondante. Une belle leçon de remix.

Une belle leçon de remix.

Martin Tétreault, platiniste extrême

Philippe Robert, Coda Magazine, no 52, 1 janvier 2004

Si les disques traditionnels ont déserté la platine du Québecois, c’est au profit d’une exploration sans frontière de la lutherie phonographique. Un coffret en duo avec Otomo Yoshihide fait le point sur ces avancées du turntablism.

Dans le champ des musiques expérimentales sévissent également des DJ qu’on appelle platinistes, probablement pour différencier leur pratique, qui sur le modèle des pistes suscitées par John Cage, est plus étendue. Ainsi en est-il de la démarche de Martin Tétreault qui a commencé, comme beaucoup de ses confrères, par s’intéresser à la citation et à l’idée de piratage, avant d’œuvrer dans un secteur plus bruitiste. S’il a d’abord joué des disques, de leur contenu comme de leurs craquements, variant leur vitesse de lecture et sautant de l’un à l’autre pour générer, à l’instar d’un Christian Marclay, des apparitions lexicales plus ou moins saugrenues, c’est désormais pour les moyens de reproduction en eux-mêmes qu’il se passionne. «Un jour, j’ai pris un disque, l’ai coupé en son milieu, en ai fixé les deux moitiés ensemble, mais inversées, et l’ai mis sur un pick-up pour l’écouter. Tout est parti de là», comme le raconte ce plasticien de formation. «La platine, qui me fascinait depuis l’enfance, était devenu un objet actif». Cependant, plus qu’en lecteur sophistiqué comme il l’a utilisé en duo avec le guitariste René Lussier par exemple, c’est maintenant en tant que véritable générateur de sons que Tétreault a transformé la platine, abandonnant tout ce qui avait trait au détournement pour ne plus se consacrer qu’à elle. En la modifiant et l’explorant ainsi que ses à-côtés. «La platine en elle-même peut produire du son car son aiguille et la cellule peuvent agir comme un microphone. L’aiguille posée directement sur le plateau crée des vibrations dont on peut amplifier le volume». Singulier, son art est centré sur la musique des objets: deux à quatre platines dont il joue, chacune équipée de plusieurs bras, avec des aiguilles préparées reliées à des ressorts ou des ballons, l’ensemble passant au travers d’un mélangeur. «Avec les deux bras» confie-t-il râvi, «je peux obtenir des effets de delay». Effectivement, le résultat sonore est saisissant, comme en témoigne un coffret qui vient de sortir, réalisé en compagnie du Japonais Otomo Yoshihide.

Comme lui, ce dernier, influencé par Sachiko M, a délaissé le zapping (il a longuement théorisé le virus sampling) et tout ce qui est de l’ordre des réminiscences pour ne plus se consacrer qu’au son, notamment au sein d’l.S.O. et de Filament. «À un moment donné» confie-t-il, «j’en ai eu assez de travailler sur le processus d’échantillonnage. J’ai alors trouvé plus intéressant d’expérimenter sans disque, de produire du feedback, des bruits parasites et de les monter ensemble. D’essayer de nouvelles techniques». En trois cd, ces deux musiciens inventent une symphonie de scratches corrosifs (le premier est un véritable duo dans les conditions du live, le second, un remix analogique signé Tétreault, et le troisième, un remix numérique de Yoshihide) dont l’architecture fascine. Une architecture peut-être d’ailleurs indirectement et en partie influencée par la techno qu’il dit apprécier pour certaines de ses qualités: «J’aime son évolution verticale: un élément apparaît, un autre disparait, dans un flux continu propice à la trance». Ce duo, on l’aimera aussi jusqu’au vertige.

Martin Tétreault / Otomo YoshihideS/t LP (Ambiances Magnétiques/Orkhêstra) Martin Tétreault sera en tournée en France avec MXTC au cours du printemps 2004.

En trois cd, ces deux musiciens inventent une symphonie de scratches corrosifs… dont l’architecture fascine.

Guide CD 2003

François Couture, Ici Montréal, 4 décembre 2003

D’abord l’objet: un petit coffret qui renferme trois mini-disques compacts. Puis la musique: une rencontre fascinante entre deux innovateurs dont le tourne-disque est l’outil de prédilection. Vingt minutes d’une rencontre en studio, aux textures variant entre l’atmosphérique et le bruitisme brutal. Puis deux remixes aux antipodes des styles de ces deux maîtres.

… une rencontre fascinante entre deux innovateurs…

En cadeau, élargir des horizons

François Couture, actuellecd.com, 25 novembre 2003

Les Fêtes approchent. Vous vous demandez quoi offrir en cadeau cette année? Vous cherchez le truc original, ce qui étonnera et fera plaisir? Pourquoi ne pas élargir les horizons musicaux d’un être cher, d’une collègue de travail ou d’un cousin que vous n’avez pas vu depuis le dernier Noël. Voici une sélection toute personnelle d’idées cadeaux pour initier quelqu’un (ou vous-même, on peut bien se faire plaisir!) à la musique actuelle.

La chanson

Cela peut paraître un peu simpliste, mais tout le monde apprécie une bonne chanson. Cela dit, nous n’avons pas tous la même définition de ce qu’est une bonne chanson. Et les artistes du catalogue de DAME prennent beaucoup de liberté avec cette forme musicale, c’est d’ailleurs ce qui rend la chose si excitante. Frank Martel et Tomás Jensen sont des chansonniers au verbe ludique et à la musique intemporelle, chacun à sa façon (les amateurs de Richard Desjardins ou d’Urbain Desbois y trouveront leur compte). Et les Chansons d’un jour de Geneviève Letarte plairont à quiconque recherche une chanson au texte poétique et à la mélodie intelligente et accessible. Pour les rockeurs dans l’âme, Locomotive d’André Duchesne (des riffs à fond de train) demeure un classique.

Castor et compagnie de Joane Hétu a déjà un côté plus pernicieux avec ses textes sensuels (voire érotiques) et ses moments de douce folie, une folie qui s’accentue dans le rock déconstruit du groupe féminin Justine: leur premier album, (Suite), tient du rock progressiste, alors que le second, Langages fantastiques, fait plutôt dans la chanson à haute teneur en improvisation. Comme va-tout, la compilation Chante! 1985-2000 offre une vaste sélection de chansons tordues et touchantes.

La fête

Moment de célébration, de carnavalesque, de transgression des interdits, la fête est aussi musicale et donne lieu dès lors à une distorsion des règles couramment admises. L’Orkestre des pas perdus insuffle à la musique de fanfare un air de cirque actuel, un R ‘n’ B (rhythm ‘n’ brass, bien sûr) qui rafraîchirait n’importe quelle parade. Son cousin Les Projectionnistes (les deux projets sont pilotés par Claude St-Jean) remplace le cirque par le rock et de fanfare fanfaronne la section de cuivres se transforme en funk frénétique. Pour sa part, la Fanfare Pourpour troque le caractère officiel des costumes de parade pour la spontanéité d’une fanfare de rue, une musique pour Tout le monde qui ne s’abaisse pas au plus petit dénominateur commun.

Dans le même esprit, mais en ajoutant un côté est-européen et une imagination débridée, le groupe Interférence Sardines (qui compte en ses rangs deux membres du groupe néo-trad Les Batinses) brasse fort. Jean Derome et les Dangereux Zhoms adoptent un angle plus jazz avec un côté frivole qui pousse parfois jusqu’à l’exubérance. Les trois albums du groupe sont hautement recommandables, mais Carnets de voyage demeure un excellent point de départ. On trouve le même esprit de démesure et d’émotion pure dans La boulezaille (Pierre Langevin et Pierre Tanguay) et Plinc! Plonc! (Jean Derome et Pierre Tanguay), des disques où s’entremêlent improvisation, musiques du monde, jazz et fantaisie libératrice.

Et pour aller plus loin

Mais peut-être voulez-vous allez plus loin et donner le goût d’une musique actuelle plus audacieuse et abstraite? Voici quelques suggestions de musiques improvisées et électroniques.

Martin Tétreault est l’un des artistes expérimentaux les plus fascinants en ce moment. Son utilisation du tourne-disque projette 45 questions par minute. Son récent disque Parasites avec Diane Labrosse pose la loupe sur de petits bruits inquiétants. Et sa nouvelle collaboration avec le Japonais Yoshihide Otomo, Studio — Analogique — Numérique, offre une musique de recherche étonnante dans une présentation originale: un coffret de trois mini-disques compacts.

Actif sur la scène des musiques d’avant-garde depuis le début des années 70, Fred Frith demeure le favori de plusieurs amateurs du genre. Les deux albums de son Fred Frith Guitar Quartet (avec René Lussier, Nick Didkovsky et Mark Stewart) sont essentiels. DAME offre aussi les titres de son étiquette Fred Records.

L’un des premiers groupes de l’écurie DAME à s’être tourné vers l’improvisation électro-acoustique, Klaxon Gueule donne dans les textures bruitistes et le plaisir exigeant. Les albums Muets et Grain ont été acclamés par la critique internationale. Mentionnons aussi la compilation Ohmix, un projet électronique audacieux où une brochette d’artistes (dont Martin Tétreault, David Kristian, John Oswald, Terre Thaemlitz et Ralf Wehowsky) remixent les disques de l’étiquette Avatar.

Enfin, au lieu d’envoyer les habituelles cartes de souhaits, je vous suggère les cartes postales sonores de l’étiquette Ouïe-Dire, des cartes accompagnées de mini-disques compacts. Et bon temps des Fêtes!

Review

Ron Davies, Splendid E-Zine, 3 octobre 2003

Studio — Analogique — Numérique’s packaging alone screams “art”. It’s a trio of three-inch CDs, individually wrapped and presented in the sort of white box more typically used to deliver jewelry. The packaging creates a hell of an expectation for the contents. Depending on your level of tolerance for noise, Tétreault and Yoshihide live up to those expectations, for they have created an extremely thought-provoking collection of sounds.

Disc one, Studio, pairs the two for a quartet of avant-garde compositions — the first of which, Duo 2, combines feedback and pink noise to create a hearing test from hell. This crashes into the silent brick wall of Duo 4, an almost entirely sound-free four minute interlude. Duo 6 returns with static snippets, slamming doors and unsettling hints of human voices that slowly fade into the abstract tones of Duo 8. While the material amounts to little more than noise (or, if you prefer, thoughtfully-assembled acousmatic compositions), it’s purposeful noise that, when combined with the duo’s extended bursts of silence, creates distinct images of isolation and ruin. Maybe it’s not fun, but it is effective.

Disc two, Analogique, features Tétreault alone, exploring the ways in which he can use wind-sounds. This is no ambient recording, though; Tétreault begins with the gusting, otherworldly, analog howl from Duo 2 and puts it through its paces over five tracks (Analogique 5, 6, 4, 7, and 2, in that order). The key difference here is that he eliminates most of the surrounding sounds — no slamming doors or glitchy radios this time — stripping the piece of even distant connotations of humanity. Again, this may not be a lot of fun, but it’s an effective experiment, for, as the name implies, these manipulations are done in analog. To the non-techie, this means that all the changes in tone are achieved by hand, slowly twisting knobs and switching between reel-to-reel tape decks. Thus, through a thoroughly human process, Tétreault makes an alien statement.

The final disc, Numérique, contains a single, twenty minute remix by Yoshihide. Again, the title informs the process, for in contrast to Analogique’s construction, this piece was created digitally. It also contrasts with Tétreault’s solo disc, in that it lacks the tones and concentrates on percussion — or more precisely, on ticking clocks, falling girders and the generic sound of one thing smashing into another. Although it carries the “remix” tag, this is more indicative of the piece’s focus on these more atonal sound sources than explorations of actual rhythms. It may not be fun, but… well, you get the idea.

So if this trio of tiny CDs is not much fun, what’s the point? The pleasure here is an intellectual one, because the process of their creation reveals a lot about music. Analogique is all tone but lacks a human heartbeat. Numerique is all percussion but is devoid of emotional nuance. Analogique is created by grades — all instinct without precision. Numerique is the precise construction of quantified snippets with empty space in between. Only when these two sides come together for Studio do you get a sense of humanity, albeit a somewhat bleak one. We are tones set to rhythm, logic tempered by emotion. Music, as one of our most primal art forms, expresses these two sides of our souls as a seamless whole. By separating them, not only sonically but physically on two CDs, Tétreault and Yoshihide make a powerful statement that we work best when these aspects are combined. Thus, while Studio — Analogique — Numérique may not be something to throw in the stereo during your next party, it’s worth listening to when you have an hour (or several) to think.

Tétreault and Yoshihide live up to those expectations, for they have created an extremely thought-provoking collection of sounds.

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 99, 1 octobre 2003

Coincés dans un mignon coffret blanc à l’esthétique amoureusement sobre, les trois mini-CD’s de cette rencontre Tétreault-Yoshihide raviront les amateum du genre. Au début, l’enregistrement, le 1er novembre 2000 au studio La Varenne de Saint-Hilane, de quatre improvisations déchaînées. Sustain, saturations, glissements continus, grésillements, scratches à profusion, sifflements perçants, soit l’alphabet sidérurgique quotidien de nos deux bricoleurs en herbe. Trois ans plus tard, les deux musiciens remixeront séparément le matériau originel. Martin Têtreault préfère passer par le mode analogique de ses vieux magnétophones à bandes tandis que Yoshihide remixe le tout numériquement. Le Québecois aime les soubassements malades, les sons fantômes et les sirènes stridentes. J’aime chez lui son sens inné des progressions fiévreuses et des montées incertaines. Le Japonais favorise le tranchant, l’effet percussif. Ça commence par des coups secs (ça finira d’ailleurs ainsi) avant que ne s’invitent chaos et roulements à billes corrodés. Le champ sonore ne cesse alors de s’élargir de métaux déviants tout au long d’un remix d’une vingtaine de minutes (Tétreault, lui, découpera son remix en cinq séquences). De nouveau une réussite exemplaire du label Ambiances Magnétiques.

… de nouveau une réussite exemplaire du label Ambiances Magnétiques.

Review

Dolf Mulder, Vital, 11 septembre 2003

More splintered and fragmented sounds from this duo that we already know from earlier work (21 Situations). We find their new work physically not on one CD but distributed on three mini-CDs. Objectively there was no reason to do so. All the music would perfectly fit on one CD. At the center of this triptych is the Studio CD. It is recorded live in the studio and has Tétreault and Yoshihide playing turntables and electronics. No reprocessing afterwards took place. After this job was done both gentlemen split. Tétreault took the analogue road and Yoshihide the digital one. Both used recordings that were not used for the Studio CD. On Analogique Tetréault used obsolete tape recorders and created a flowing analogue remix, resulting in 5 short pieces. Yoshihide choses for another approach. With the newest facilities computers have to offer he created a heavy reconstruction, called Numérique. It that lasts some 20 minutes. So the left and right panel of this triptych are both soloworks. They knead their analogue and digital sound material into objects that are hard to judge and compare. What point of reference shall I and can I take? Is this music? The answer makes no difference. But as a listerner I want to conquer this strange sound object one way or another. In order to give it some meaning, etc. But concerning this release, I’ll try again another time. For this moment the sounds remains sounds, although manipulated by both gentlemen in a bruitiste way

Heard Out

Phil Zampino, The Squid’s Ear, 1 septembre 2003

The state of turntablism has undergone rapid transformation over the last decade or so. No longer content with manipulating vinyl in unexpected ways, some artists have now turned on the tables themselves, utilizing every inch of the case, platter, motor, tone arm and stylus of the venerable record player.

Martin Tétreault, part of Montréal’s Ambiances Magnétiques collective, is one such artist. He began this evening with a solo turntable set. Looking something like an impish scientist he sat pensively behind his mixer and two turntables, if turntables you can call them. In fact, one was simply a spinning platter raised high on the table, a piece of rotating metal with a disembodied stylus and tone arm that he used to probe various items at hand. His other turntable was a standard Technics, although Tétreault often eschewed vinyl in preference to metal plates, and he often used open RCA cables in deference to the stylus to generate rumbly, sparking and oddly explosive sounds. He ended one piece by throwing a 7" record onto a pile of objects he had built up on his stylus, eliciting audience laughter, though his more frequent slamming of the tone arm would cause a serious vinyl addict to cringe in horror. At times his approach seemed chaotic or even spastic, while at other times he built revolving grooves that were glitchy and intense. It’s difficult to call Tétreault a DJ in this context, but as a turntablist he sees many unexpected possibilities.

It was clear from the two Technics decks on Yoshihide’s table that he would focus on the turntables, so it came as a bit of surprise that Yoshihide played much of his solo set on guitar, playing through a blond Marshall amp. His playing was drenched in feedback, starting with a buzzy intro that crescendoed into a ringing harmonic pallette, growling and angry. His playing was urgent, piercing, and vicious, a dirty blues with strong tremolo. Out of this slowly emerged the strains of Ornette Coleman’s ”Lonely Woman,” drifting in the feedback, a languorous rendering of the song. This slowly receded as Yoshihide began applying clips and various tools to his strings to effect, generating blocks of feedback and rich tones that rung and dropped under his thoughtful control. Yoshihide then turned to the tables to complete his solo set. He began by slamming on a disc, generating strong feedback, shaking the decks and probing at his discs to create long looping harmonic grooves punctuated with sudden collisions, unlikely beats and internote interference. The set ended with something sounding like an alien death ray, a fitting end to a charged set.

After an intermission the players returned as a duo, with both players at their turntables. The similarities in style were as striking as the contrasts: both used their styli as a probe, striking at objects that occasionally included vinyl records, but also included metal plates, cymbals, and seemingly anything loose and nearby. Yoshihide had springs mounted on his styli to force them into repetetive grooves. Tétreault picked up a vinyl record and scratched at it with a free stylus as though it were a guitar. Both developed long grooves over which they busily worked, but generally Yoshihide tended towards more patient development of sounds relying often on delays, including an extended interaction with the package from a battery against his tone arm, making a wailing melodic cry. Meanwhile Tétreault jumped between sound sources in percussive and disruptive ways. As the set developed both settled into grooves, and the point of applying their approaches to turntables as opposed to any other solid object became apparent, as the rhythmic, cycling nature of their sound became more obvious. Dueling airplanes, industrial washing machines, droning noise with the beating of construction nightmares married and exploded, the factory gone haywire under the hands of these two noise pilots. The sheer feedback, interbeats and thunderous sounds threatened to change the listener’s body chemistry, a satisfying and jarring experience.

The sheer feedback, interbeats and thunderous sounds threatened to change the listener’s body chemistry, a satisfying and jarring experience.

Review

Tom Schulte, Outsight, 1 juin 2003

A prolific label of fascinating albums, Ambiances Magnétiques is now working a bevy of new and current releases. From the duo of Martin Tétreault and Otomo Yoshihide comes the three-mini-CD box set Studio-Analogique-Numérique. The pair recorded “Studio” live in the studio, with no reprocessing, although the set was edited. Letting in chance and eschewing compositional form, this is an organic collage of turntables and electronics. Like a gathering storm this collection of monstrous sounds is ominous and almost unsettling. Then, each took the tapes “back to the lab” for lone reconstruction without input from the other. Tétreault opted for antique tape equipment on “Analogique,” which adds warmth and even charm to the sounds. Yoshihide went the opposite route and employed state-of-the-art digital reshaping on “an ultramodern computer” and a crisper, sharper piece emerges of low volume, high-pitched drones and alien, cybernetic ruminations… Instead of contrasting styles, personalities merge in the following case.

… an organic collage of turntables and electronics.

Disques

Réjean Beaucage, Voir, no 837, 29 mai 2003

À son retour du 20e FIMAV, où il participait à l’un des rares concerts qui ont suscité une belle unanimité, Martin Tétreault s’attelait à la tâche de préparer 500 nouvelles copies de ce coffret de 3 mini-CD tout juste paru chez Ambiances Magnétiques. Avec son comparse Yoshihide, Tétreault a d’abord enregistré une séance live au New 28 Studio, en France, dont certains extraits forment le premier disque. Repartis chacun de leur côté avec les bouts non utilisés pour ce premier mini-CD, Tétreault a produit un montage sur magétophone et Yoshihide sur ordinateur. On est ici dans le ronflement de la lutherie: frottements de l’aiguille sur le plateau du tourne-disque, respiration électronique, sifflements parasites et vents stellaires. C’est dans les petites boîtes qu’on trouve les meilleurs bruits. 4/5

C’est dans les petites boîtes qu’on trouve les meilleurs bruits.

Review

Richard di Santo, Incursion Music Review, 19 mai 2003

Beautifully packaged in a shimmering white jewellery box, the latest collaboration between improv innovators Martin Tétreault and Otomo Yoshihide (who released 21 situations together back in 1999, also on Ambiances Magnétiques) is an intense listening experience born from what we are told was an intense studio encounter.

Disc one, Studio, was recorded direct to DAT with no remixing or reprocessing, a true collaborative session performed on turntables and electronics. Listening, it seems that the electronic elements (shifting drones, dissonant crossings of feedback and static) are the more dominant features in these four tracks, harsh and grating, surely, but also with a surprising sense of calm, of being grounded, as if on firm footing.

Disc two, Analogique, is Tétreault’s analogue reworking of that live session into five new pieces, using old, “obsolete” tape recorders as his tools. Things become much more restless in Tétreault’s revision, with busying activity, in turns spacious and densely layered, with sounds that seem to have been torn apart at the seams fluttering to and fro. It’s an incredible exercise in tape manipulation with some surprising, challenging results.

Disc three, Numérique, as one might imagine, is Yoshihide’s reconstruction, a single, continuous mix that was generated using purely digital tools. His treatment is charged with immense energy and momentum, a bomb ready to explode. Concrete and electronic elements collide in fierce clashes, and even as this piece remains dynamic from the first to the last, it also seems grounded by long drones behind the scenes that occasionally weave in and out of the mix, remnants of the original sessions, mere traces of the past. Dividing the release into three discs was an excellent decision for this project in particular, and not only for aesthetic reasons; the format also allows the listener a short break between sets, allowing each one to be more fully digested, thought about, remembered, before moving on to the next one. In all respects, an outstanding release.

… an outstanding release.

Compact!

François Couture, Ici Montréal, 8 mai 2003

Ne me demandez pas pourquoi, mais il y a quelque chose de très sexy dans un mini CD. En plus, a dunée réduite (20 minutes) permet de ne pas fatiguer l’oreille, ce qui en fait un format idéal pour les musiques exigeantes. Tétreault et Yoshihide l’ont bien compris. Pour leur seconde collaboration, ils nous offrent un coffret de trois minis, une heure de musique. Le disque Studio présente une série de duos abstraits aux textures parfois abrasives. Sur le disque Analogique, Têtreault remixe le matériel à l’aide de magnétophones à bande (vous savez, les vieux Revox). Sur le Numérique, c’est au tour de Yoshihide, à l’ordinateur. Ardu mais étonnant. 9

Critique

Eric Normand, JazzoSphère, 1 mars 2003

Deuxième rencontre (après 21 situations) sur l’étiquette AM de ce duo de tripatouilleurs de phonogrammes, cette boite à bijoux (admirablement bricolée) se présente comme un véritable cadeau, bilan d’un travail sur l’instrument de capture du son élargi sur plusieurs niveaux. Si le premier des trois disques (studio) présente une improvisation (2000) où le phono prend sa valeur instrumentale, les deux autres s’inscrivent sous le signe de la relecture (2003), de la manipulation a posteriori du matériel sonore selon des méthodes distinctes: analogique, pour Tétreault, numérique pour Yoshihide. Le premier CD est le fruit d’une rencontre tandis que les deux autres sont marqués de l’individualité, de la réappropriation originale par chacun des musiciens du résultat de cette rencontre. L’album studio fait entendre à la fois le plaisir de jouer et de laisser jouer la machine; de la manipulation à l’automatisation, le jeu s’emballe jusqu’à la stabilité de la saturation ou de bourdonnement presque silencieux. Les différents disques nous entraînent sur la piste de trois façons de faire et surtout de trois résultats bien distincts dans un format d’écoute (3 x 20 minutes) qui oblige aussi l’auditeur à une certaine manipulation. Effectués sans concertation, les travaux de remontage font ressortir des facettes différentes de cette matière incandescente: un travail plus paisible sur le parasite et le crépitement rythmique chez Tétreault fait contrepoids au focus sur les feedbacks sur-aigus et sur les sons percussifs que privilégie Yoshihide. Travail de traitement et de bilan de la part de deux vétérans de la table, studio - analogique - numérique nous présente un phonogramme prit à son propre jeu de capture, récupéré par d’autres technologies du son; I’enregistreur enregistré. Après écoute, on constate que son boîtier lui va si bien à ce petit bijou qui ne saurait manquer d’intéresser tous les amateurs de phono, d’électro et autres arts audios - sans oublier les amateurs de disques-objets originaux. Une des belles surprises de l’année.

… son boîtier lui va si bien à ce petit bijou…

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.