La boutique des nouvelles musiques

Carré de sable Guido Del Fabbro

120e parution sous l’étiquette Ambiances Magnétiques, «Carré de sable» met en lumière le premier disque solo de Guido Del Fabbro et se compose d’un amalgame d’ambiances sonores et de pièces instrumentales combinant composition et improvisation multi-pistes.

Suite de 19 petites pièces où les rythmes se créent machinalement, par enchaînement progressifs de matériaux électroniques et acoustiques et où se côtoient des bruits, des sons et des mélodies aux influences de musiques du monde. Le jeune compositeur et interprète se découvre, sur cet album, comme un touche-à-tout très prometteur. En plus de son traditionnel violon, Del Fabbro utilise ici une panoplie d’instruments et d’objets divers tels la guitare (acoustique, électrique, préparée), la mandoline, le banjo, la flûte (à bec et irlandaise), l’orgue de danse sociale, le tourne-disque, la cafetière, etc. La philosophie du jeune musicien pour cet album?: «s’amuser avec des matériaux très simples comme un enfant dans un carré de sable.»

Violoniste depuis l’âge de quatre ans, Guido Del Fabbro commença dès 1990, à l’âge de dix ans à peine, à s’intéresser à la composition et à l’improvisation. Membre de la Fanfare Pourpour, et de l’ensemble Rouge Ciel, on peut également l’entendre sur le disque «Sang9», produit par DAME, au sein de la formation Concorde Crash. Âgé de 23 ans à peine, le compositeur affiche un parcours actif qui laisse entrevoir une brillante carrière. Hautement recommandé.

Carré de sable

Guido Del Fabbro

La presse en parle

  • Luc Bouquet, ImproJazz, no 111, 1 janvier 2005
    … autant de petites symphonies bancales et insaisissables.
  • Rigobert Dittmann, Bad Alchemy, no 44, 1 octobre 2004
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 60, 1 juin 2004
  • Justin Steward, Splendid E-Zine, 7 mai 2004
    Del Fabbro is at his best when combining his better, shriller sound beds with his gorgeous violin playing…
  • Dolf Mulder, Vital, no 416, 23 mars 2004
    … a pleasure to listen to. Folky dance tunes and abstract sound experiments succeed each other, and go wonderfully hand in hand.
  • Gilles Boisclair, SOCAN, Paroles & Musique, no 11:1, 1 mars 2004
    Un voyage insolite traversé par des mélodies envoûtantes.
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 39, 1 mars 2004
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 39, 1 mars 2004
  • Glen Hall, Exclaim!, 27 février 2004
  • Solénoïde, 22 février 2004
    … avec une vraie malice créative, il se montre aussi bon sculpteur de fantaisies digitales que compositeur de berceuses ethniques.
  • François Couture, Ici Montréal, 22 janvier 2004
    De cet univers complexe et fragmenté se détachent des mélodies séduisantes.
  • François Couture, AllMusic, 15 janvier 2004
    … variety, lots of imagination…
  • Réjean Beaucage, Voir, 4 décembre 2003
    De l’expérimentation sonore doucement bruitiste…

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 111, 1 janvier 2005

L’angoisse de la chambre d’hôtel: la nervosité d’avant concert, la solitude de l’après concert. No man’s land insupportable. Angoisse sourde et sournoise. Exorcisant cette zone-panique redoutée par la plupart des musicieii(nes), Guido Del Fabbro y a composé, arrangé, improvisé et orchestré quelques dix-neuf courtes pièces à l’illogisme magnifique. Del Fabbro joue du violon, de la guitare, de la mandoliiie, de la flûte, de l’orgue de danse sociale (?), de l’harmonica et s’amuse à détourner les divers objets éparpillés dans les sempitenielles chambres d’hôtels du monde entier (cafetière, téléphone, verre, eau… ). Musicalement, Del Fabbro brouille les pistes: grésillements souterrains, gribouillages aquatiques, essaim de cordes, beats enchevêtrés, balayages stridents, guitare reggae, violon rassurant; autant de petites symphonies bancales et insaisissables. C’est le maître d’hôtel qui va être content.

… autant de petites symphonies bancales et insaisissables.

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 60, 1 juin 2004

Pendant ses vingt premières années d’existence, le collectif éditait principalement les réalisations de ses membres, à la rigueur celles de certains de leurs collaborateurs occasionnels. Ce n’est qu’au tournant du millénalre que peu à peu Ambiances Magnétiques décida d’ouvrir son catalogue à de nouvelles entités. C’est ainsi que l’auditeur découvrit peu à peu des musiciens tels que Mirko Sabatini, Bull/Heikalo, des formations comme Zucchini, certains déjà présents sur d’autres labels peu distribués (Sylvie Chénard, Lee Pui Ming, Lori Freedman…).

Plutôt que de sortir une énième compilation des œuvres plus ou moins inédites des artistes «maison», la dernière compilation s’attache donc, tout normalement, à faire découvrir un aspect du foisonnement musical de la province francophone. Probablement pas exhaustif, Sang 9 rassemble une vingtaine de formations qui émargent aux musiques divergentes. La dominante semble être le style proche des duos ou trios de musiques improvisées bruitistes, inspirées des Granules, par exemple (Pascal Desjardins & Frédéric Léonard) ou des bidouillages à la Tétreault (Face dans l’dash). Quelques formations utilisent toutefois des phrasés d’essence plus jazz (Torngat, Malarafe)…

Mais l’écoute d’une seule traite de l’ensemble des titres ne permet pas - c’est le lot de la plupart des compilations - d’entrer pleinement dans l’univers respectif de chaque proposition et l’auditeur, selon son état d’esprit du moment, ne retiendra qu’une ou deux propositions qui d’emblée le feront réagir. Je citerai personnellement In Vitro pour ses sonorités d’harmonica traitées, créant une atmosphére quelque peu étrange ou encore le duo Cléo Palacio Quintin & Pascal Boudreault, avec leur radioglyphe et les sons de flûte transformés par l’ordinateur.

Sang 9 reste cependant un témoignage intéressant de la relève (générationnelle?) qui s’opére autour de Montréal.

Ambiances Magnétiques consacrent justement une de ses récentes productions à un musicien présent sur Sang 9. Guido Del Fabbro y apparaissait au sein de Concorde Crash. Carré de sable est une œuvre soliste dans laquelle le traval du violon est confronté à divers instruments, genre tourne-disque ou machine à café. Le bidouillage y est la règle à travers raclement de cordes et autres bruitages plus ou moins percussifs, mais non exclusivement, certains titres, courts, offrant une sorte de respiration mélodique. Les pièces les plus intéressantes sont toutefois celles qui combinent les deux approches, telle «Drimarni» dans laquelle émarge l’un des deux invités Pierre Emmanuel Poizat à la clarinette basse ou dans les derniers titres aux couches sonores plus denses. Carré de sable se révéle intéressant en particulier pour le savoir-faire de Guido Del Fabbro, qui mêle adroitement un aspect ludique - le côté bac à sable? - et une volonté créatrice.

Pierre Tanguay est lui devenu un pilier du collectif. Sa batterie, ses percussions donnent la réplique à Jean Derome (Plinc! Plonc!) ou à Lussier {les deux volets de La vie qui bat), sans oubiler son délicieux et pétillant album solo, La musique de mon disque. En s’associant dans La boulezaille au souffleur Pierre Langevin (clarinette, flûte, cornemuse, chalumeau, chifonie(?)…), que l’on a pu découvrir aux côtés de René Lussier dans Tabula Rasa (La Tribu Trib21570), il renouvelle une approche intégrant la diversité de son inspiration. Cette propension à marier divers styles trouve un partenaire idéal en Pierre Langevin, lequel passe allégrement d’un contexte folk à un travall plus expérimental de ses instruments.

Review

Justin Steward, Splendid E-Zine, 7 mai 2004

This Canadian-born violinist has been playing since age four, but his work is more about avant-garde abstractions and sonic playfulness than a showy display of his formidable musicianship. He started exploring classical and folk music’s subtler, more experimental sides at around age ten, and has since clocked time with both the street group The Fanfare Pourpour and the challenging prog-fusion band Rouge Ciel. Except for some clutch bass clarinet work (Gaviscon) and eerie background vocals (Un Champs L’été and Migration) from two guests, Carré de Sable is all Del Fabbro. The title means “sandbox” in English, and its goal was to soundtrack the creation of "personal ecosystems", and to have fun with simple tools. Few instruments were off-limits to Del Fabbro; he plays everything from banjo, flute, effects module, and turntable to a coffeepot, a music stand and a telephone. For most of the album, unfortunately, the songs add up to less than the sum of their parts;Del Fabbro’s ambient pieces are largely aimless, lacking a distinct atmosphere, and they’re over-reliant on reverb and delay. Del Fabbro is at his best when combining his better, shriller sound beds with his gorgeous violin playing, which he overlaps on Essaim. His tossed-off kitchen sink improvisations lack guiding orchestration and quality control, and as a result, listening becomes a chore.

Del Fabbro is at his best when combining his better, shriller sound beds with his gorgeous violin playing…

Review

Dolf Mulder, Vital, no 416, 23 mars 2004

Carré de sable is the hard to classify debut of Guido del Fabbro. Fabbro (1980) is a violonist and composer from Montréal. Interested in both improvised and written music he gathered his experience in groups like Fanfare Pourpour, L’Hotel du boût de la terre, and Rouge Ciel. On his first solo effort sound experiments and instrumental pieces succeed each other. Both of them are nor extremely experimental nor plainly conventional. But his music fits perfectly with the esthetics of the Ambiances Magnétiques label. Throughout the album Del Fabbro plays violin and a great diversity of instruments: violins, guitars, mandoline, harmonica, flutes, and many more. He is helped by Marie-Claude Lamoureux on voice in two tracks and Pierre-Emmanuel Poizat on bass clarinet also on two tracks. With Carré de sable he composed a multitracked work that is a pleasure to listen to. Folky dance tunes and abstract sound experiments succeed each other, and go wonderfully hand in hand. Del Fabbro explains, “This collection of hotel chamber music pieces is the soundtrack to the time taken to create personal ecosystems & to have fun with very simple materials, like a child in a sandbox”

… a pleasure to listen to. Folky dance tunes and abstract sound experiments succeed each other, and go wonderfully hand in hand.

Critique

Gilles Boisclair, SOCAN, Paroles & Musique, no 11:1, 1 mars 2004

Violoniste de la Fanfare Pourpour et de Rougo Ciel, Guido Del Fabbro s’aventure pour son premier projet solo dans l’univers du bruitisme et de l’électroacoustique. Le titre Carré de Sable n’est pas un hasard, puisqu’il y joue avec les ambiances sonores et les improvisations multi-pistes, mariant instruments acoustiques (violon, flûtes, banjo), tourne-disque et cafetière. Un voyage insolite traversé par des mélodies envoûtantes. Âgé de 23 ans, Guido Del Fabbro nous étonne par son originalité.

Un voyage insolite traversé par des mélodies envoûtantes.

Review

Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 39, 1 mars 2004

Solowe wydawnictwo przedstawiciela mlodego pokolenia skupionego wokól Ambiances Magnetiques. Urodzony w 1980 roku muzyk gra na skrzypcach od czwartego roku zycia. My znamy go z udzialu w takich przedsiewzieqciach jak: Fanfare Pourpour, L’hôtel du bout de la terra, Rouge ciel oraz mozemy zobaczyé go na kasecie video "Confidences d’une Fanfare" Richard Lavoie. W latach 2000-2001 wspólpracowal z Gaetan Leboeuf tworzac muzyke do tanca w choreografii Magie Gillis.

Jego podstawowym instrumentem sa oczywiscie skrzypce ale tym razem daje sie nam poznac jako multiinstrumentalista a takze znalazca nowych dzwiekow tworzonych przez uzywanie przedmiotów. Ten CD wypelnione jest miniaturkami, prawie ze szkicami krókich chwil, mgnien i emocji z nimi zwiazanymi. Dominuje tradycja nowej elektrycznej muzyki kameralnej wzbogacona w awangardowy jezyk wspólczesnej muzyki elektro-akustycznej i preparowanej. Przewazaja pogodne, nieco zamyslone, nostalgiczne opowiadania, chociaz w paru momentach robi sie zlowieszczo, groznie i tajemniczo. Nawet brudne dzwieki preparu nie burza, glównego nastroju muzyki. To abstrakcyjna pozycja ale poprzez zdecydowane opisywanie namietnosci konkretyzuje sie, w nas bardzo jednoznacznie. On sam mówi, ze tworzyl muzyke zachowujac sie jak dziecko w piaskownicy i nie szukal wyrafinowanych struktur. I rzeczywiscie jego muzyka jest prosto bodowana ale przez charyzmat osobowosci twórcy uzyskuje potezna magie, i rytual stajac sie wazna w kazdym momencie, nie traca przy tym wspomnianej pozytywnej prostoty i poruszajac sie w przestrzeni wielu kolorów i odleglosci

Review

Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 39, 1 mars 2004

Solowe wydawnictwo przedstawiciela mlodego pokolenia skupionego wokól Ambiances Magnetiques. Urodzony w 1980 roku muzyk gra na skrzypcach od czwartego roku zycia. My znamy go z udzialu w takich przedsiewzieqciach jak: Fanfare Pourpour, L’hôtel du bout de la terra, Rouge ciel oraz mozemy zobaczyé go na kasecie video "Confidences d’une Fanfare" Richard Lavoie. W latach 2000-2001 wspólpracowal z Gaetan Leboeuf tworzac muzyke do tanca w choreografii Magie Gillis.

Jego podstawowym instrumentem sa oczywiscie skrzypce ale tym razem daje sie nam poznac jako multiinstrumentalista a takze znalazca nowych dzwiekow tworzonych przez uzywanie przedmiotów. Ten CD wypelnione jest miniaturkami, prawie ze szkicami krókich chwil, mgnien i emocji z nimi zwiazanymi. Dominuje tradycja nowej elektrycznej muzyki kameralnej wzbogacona w awangardowy jezyk wspólczesnej muzyki elektro-akustycznej i preparowanej. Przewazaja pogodne, nieco zamyslone, nostalgiczne opowiadania, chociaz w paru momentach robi sie zlowieszczo, groznie i tajemniczo. Nawet brudne dzwieki preparu nie burza, glównego nastroju muzyki. To abstrakcyjna pozycja ale poprzez zdecydowane opisywanie namietnosci konkretyzuje sie, w nas bardzo jednoznacznie. On sam mówi, ze tworzyl muzyke zachowujac sie jak dziecko w piaskownicy i nie szukal wyrafinowanych struktur. I rzeczywiscie jego muzyka jest prosto bodowana ale przez charyzmat osobowosci twórcy uzyskuje potezna magie, i rytual stajac sie wazna w kazdym momencie, nie traca przy tym wspomnianej pozytywnej prostoty i poruszajac sie w przestrzeni wielu kolorów i odleglosci

Review

Glen Hall, Exclaim!, 27 février 2004

Youthful Montréal composer/improviser Guido Del Fabbro wilfully and playfully — the CD’s title means “sandbox” — flouts the music industry’s Big Rule: keep your music consistent (often to the point of dumbing it down). Del Fabbro, a marketing department’s worst nightmare, clearly doesn’t give a damn about the Big Rule as his 19 pieces, ranging in length from 52 seconds to a hair over five minutes, break it with gleeful abandon. The tunes — all multi-tracked by the composer playing a welter of instruments (violin, coffeepot, turntable, living room organ, telephone, etc.) with two guests, vocalist Marie-Claude Lamoureux and bass clarinettist Pierre-Emmanuel Poizat—wistfully wander from musique concrete, Mahavishnu skronk and ambient grooves to exotica. Some pieces like Jaka and especially Ipp Tv, which shows a highly developed ear for sound colours, felt like they could go on longer. While Del Fabbro could be criticised for not developing his pieces, what seems clear is that his approach is focussed on creating musical aphorisms not detailed novels. Not that he never develops an idea, but expansion is merely one strategy in his modus operandi. The label’s chief Joane Hétu is to be applauded for supporting the beautifully recorded work of this adventurous iconoclast’s aural bravado.

Radiobalisage

Solénoïde, 22 février 2004

Après quelques apparitions remarquées dans diverses formations locales (Rouge Ciel, L’hôtel du bout de la terre), le Montréalais Guido Del Fabbro sort ce premier opus en solo. Un album cocasse et raffiné composé, selon les termes de l’auteur, de «19 pièces de musiques de chambre… d’hôtel»! Vous l’aurez compris, ce violoniste de formation possède plus d’une corde à son arc, dont celle de l’humour. Dans ce disque, l’énergumène module, bricole et emboîte sans distinction éléments populaires et savants. Sans véritable fil conducteur, mais avec une vraie malice créative, il se montre aussi bon sculpteur de fantaisies digitales que compositeur de berceuses ethniques. Multi-instrumentiste touche-à-tout, Del Fabbro utilise tout ce qui lui tombe sous la main, passant allégrement du darbouka à la cafetière ou encore du téléphone à la flûte à bec. Filant avec brio la métaphore infantile, voici un album qui séduira à coup sûr les amateurs de valses des étiquettes… musicales!

… avec une vraie malice créative, il se montre aussi bon sculpteur de fantaisies digitales que compositeur de berceuses ethniques.

Compact!

François Couture, Ici Montréal, 22 janvier 2004

Violoniste de Rouge Ciel et de la Fanfare Pourpour, Guido Del Fabbro se révèle homme orchestre sur son premier album solo. Il y joue de 29 instruments: cordes, vents, percussions et électroniques. Ce joyeux fouillis bourlingué d’une chambre d’hôtel à l’autre (l’album a été enregistré sur deux ans, à la maison et en tournée) se reflète dans l’éclectisme des styles abordés: éléments de musique traditionnelle, d’électronica lo-fi, d’ensembles de jouets et de détritus, en plus d’une influence provenant du courant néopsychédélique de l’underground américain (Jewelled Antler Collective, Tower Recordings). Et de cet univers complexe et fragmenté se détachent des mélodies séduisantes.

De cet univers complexe et fragmenté se détachent des mélodies séduisantes.

Review

François Couture, AllMusic, 15 janvier 2004

Known for his participation to the Fanfare Pourpour (an avant-garde street fanfare) and Rouge Ciel (a hyper-complex avant-prog group), violinist Guido Del Fabbro reveals his inner sound world with Carré de Sable (or Sandbox). Truly a one-man band, he is credited for playing 29 different instruments ranging from his trusty violin to banjo, recorder, turntable, outdated keyboard, various hand-held percussion instruments, voice, even water. Each one of the 19 tracks features a different instrumentation and the music itself shifts from one style to another, eluding classification. There are elements of Quebec and Irish folk (Del Fabbro’s other projects are all influenced by folk music to some degree), bedroom electronica, the naive junk/toy ensembles of Frank Pahl or Pascal Comelade, and home-brewed sound experiments reminiscent of the Jewelled Antler Collective. The whole thing is a bit dizzying at first and can be seen as a case of hit and miss. The track list occasionally jumps out of hand: for instance, the beautiful pastoral overture La Bergerie I is followed by Jaka, a rather miserable attempt at lo-fi techno (even if it is meant as an ironic take on the genre, and it may very well be). Other sections on the other hand are obviously the result of careful attention to editing. Adventurous listeners will find gems buried in this pile of fragile melodies and strange textures, and they will differ for each person. But the best moments arise when Del Fabbro throws everything into the pot, like when an elegant duet between violin and bass clarinet (Pierre-Emmanuel Poizat, a rare guest) is backed by gritty guitar drones in Gaviscon. These short pieces recorded while on the road give the impression of a little meddler (to pursue the childhood metaphor developed by Del Fabbro in the booklet). The album has the pros and cons of a scrapbook: variety, lots of imagination, but a lack of organization and cohesion.

… variety, lots of imagination…

Disques

Réjean Beaucage, Voir, 4 décembre 2003

Le violoniste Guido Del Fabbro est bien loin, sur ce premier opus en solo, du swing de La Fanfare Pourpour ou des explorations vaguement jazzées du quatuor Rouge Ciel, deux formations qui nous l’ont fait connaître. De l’expérimentation sonore doucement bruitiste au jam de feu de camp postmoderne, il se fait ici multi-instrumentiste, passant de la guitare à «l’orgue de danse sociale», ou de la flûte à bec à la cafetière, et s’éparpille sans vraiment laisser de trace. Malgré une certaine unité de ton entre les 19 pièces présentées, le propos souffre d’un manque de définition, la plupart des pièces étant apparemment trop courtes pour connaître un véritable développement. On s’enlise plus qu’on ne s’amuse dans ce carré de sable.

De l’expérimentation sonore doucement bruitiste…

Autres textes

WDBX: It’s Too Damn Early

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.