La boutique des nouvelles musiques

10 compositions Trio Derome Guilbeault Tanguay

Cet article est aussi inclus dans le coffret 2004-2012 (AM 906).

Véritable groupe culte de la scène de jazz montréalaise, le Trio Derome Guilbeault Tanguay est apprécié pour son swing irrésistible, son audace, son jeu d’ensemble raffiné, l’originalité de son répertoire et l’authenticité de son style qui démontrent une vaste connaissance de l’histoire du jazz sans oublier une vigoureuse proposition quand à son renouveau. Le Trio nous présente, avec ce premier album, dix compositions inédites de Jean Derome.

Chaque note de la ligne de basse de Marcher sur des braises est écrite légèrement avant le temps comme quand on a peur de se brûler en touchant un rond de poêle (ou en marchant sur des braises!). La forme de la pièce est assez classique (elle peut faire penser à Impressions ou So What) mais l’alternance de sections de 8 et de 6 mesures lui confère un dynamisme particulier.

Vérone a été composée (comme son nom l’indique) à Vérone, Italie, pendant une tournée avec Fred Frith et Keep the Dog au début des années 90. La pièce est basée sur une pédale de Ré mais présente différentes couleurs modales spécialement dans la section B où l’harmonie explore des modes qui sont dans un rapport plus tendu avec la fondamentale. Chaque joueur a toujours le choix de jouer l’ostinato ou de jouer en mode «walking» soit lent, soit double vitesse. La section A est en 4/4 mais une mesure de 3/4 est cachée quelque part et sert à déstabiliser la tendance des jazzmen à jouer en mode «pilote automatique». La section B est en 7/4.

L’Africaine propose un climat méditatif établi par une riff de basse en ostinato alternant les mesures de 6 et de 7. Le thème est constitué de quelques notes seulement suivi d’une improvisation modale toujours changeante inspirée par la souplesse et l’inventivité rythmique des chanteurs africains.À noter la percussion de Pierre Tanguay qui joue sur les bûches de bois qui servaient au chauffage du chalet où nous avons enregistré le disque.

Pangolin est une pièce ancienne qui n’a presque jamais jouée en concert mais que je joue souvent au piano. Le thème est présenté 3 fois mais à la troisième fois l’accompagnement passant du 12/8 au 4/8 donne l’impression que le sol se dérobe sous nos pieds. Le pangolin est un gros mammifère lourd, massif, lent et assez bas sur pattes qui ressemble un peu à un tamanoir ou un carcajou qui serait couvert d’écailles.

Étymologie date du début des années 80 et a été composé en hommage à Ornette Coleman. La pièce n’a que 7 mesures et présente de grandes difficultés au niveau rythmique et harmonique, surtout à cause des déplacements rythmiques de la grille d’accords. Le thème est écrit un peu dans le style presque vocal, presque parlé de certains thèmes d’Ornette mais fait aussi référence à Monk. Étymologie a été insérée dans la pièce Les Aventures de Sacha le chat sur le vinyle Le retour des Granules.

La baignade a été composée pour le film Au fil de l’eau de Jeannine Gagné. La pièce est basée sur un ostinato de basse alternant d’une manière assez imprévisible des mesures de 5/4 et de 6/4. Le thème propose d’autre divisions rythmiques principalement des figures de 5/8 qui dansent et ondulent par dessus la ligne de basse.

Que’kun! est le mot que disait ma fille Raphaëlle quand elle était jeune bébé et qu’elle entendait quelqu’un à la porte. Je me rappelle aussi qu’elle disait «noune» pour mouche et «wawane» pour fromage. Le pièce en 3/4 est de forme AAB mais le B ne présente que des différences très subtiles avec le A. Que’kun! évoque un «survenant», un visiteur inconnu et inattendu qui cogne à votre porte et constitue à la fois une menace et une possibilité de changement.

Fluide est une pièce sans mesure fixe écrite un peu à la façon d’un thème grégorien. Le thème est joué ensemble à l’octave par le saxophone et la contrebasse puis les différents choix de gammes que le thème propose sont explorés et développés librement en improvisation.

Cannelle est probablement la pièce la plus ancienne pièce à figurer sur ce disque et a du être composée au milieu des années 70. Je l’ai souvent jouée à la flûte (je ne jouais que de la flûte à cette époque) en duo avec le contrebassiste Claude Simard qui fut un des membres du groupe Nébu fondé par le pianiste Pierre St-Jacques. Le thème de Cannelle me fait penser à la musique de Dave Holland et je lui dédie. L’apparence de simplicité et le caractère bon vivant presque «country & western» de cette pièce cache en fait des complexités rythmiques et harmoniques redoutables pour l’improvisateur.

Michka a été créé par le trio pour la musique du film La position de l’escargot de Michka Saäl. La musique de ce film a été créée par le trio Derome Guilbeault Tanguay presque entièrement en improvisation libre à l’image (à la manière de ce qu’à fait Miles Davis pour le film Ascenseur pour l’échafaud de Louis Malle) par contre Michka avait été enregistrée comme musique de fond pour faire croire que le personnage principal écoutait un disque de jazz. —Jean Derome, Février 04

Cet album peut être téléchargé et/ou écouté sur le site trioderomeguibeaulttanguay.bandcamp.com.

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement.

10 compositions

Trio Derome Guilbeault Tanguay

Jean Derome, Normand Guilbeault, Pierre Tanguay

La presse en parle

  • Noël Tachet, ImproJazz, no 111, 1 mai 2005
  • Luc Bouquet, ImproJazz, no 111, 1 janvier 2005
    … le plus malveillant d’entre nous ne peut que se rendre à l’intelligence et au bel à propos du saxophoniste.
  • Julien Jaffré, Revue & Corrigée, no 62, 1 décembre 2004
    … notre attention n’a de cesse de se nourrir des phases élancées et roboratives, chaleureuses et passionnées qui maillent ces dix compositions racées et brillantes.
  • Rigobert Dittmann, Bad Alchemy, no 44, 1 octobre 2004
  • Glen Hall, Exclaim!, 3 septembre 2004
    Long live Trio Derome Guilbeault Tanquay!
  • Thierry Lepin, Jazzman, no 105, 1 septembre 2004
    … une dimension ludique propice aux échappées belles.
  • Scott Yanow, Cadence, no 30:9, 1 septembre 2004
    His improvisations are thoughtful, inventive, subtle, and ultimately logical.
  • Gilles Boisclair, SOCAN, Paroles & Musique, no 11:2, 1 juillet 2004
    Bravo pour ce jazz rayonnant de musicalité, de swing charnu et de mélodies rocailleuses.
  • Enrico Bettinello, Blow Up, no 74-75, 1 juillet 2004
    Un disco superbo, c’è da sperare che gli appassionati di jazz imparino a mettere più spesso il naso da queste parti.
  • Tiina Kiik, The WholeNote, no 9:10, 1 juillet 2004
    Highly recommended.
  • Mike Chamberlain, Coda Magazine, no 316, 1 juillet 2004
    The great joy is in hearing three old friends digging into music that means so much to them and discovering the new in the familiar.
  • Michel Dupuis, Son & Image, no 5:6, 1 juillet 2004
  • Jazz Notes, no 79, 1 juillet 2004
    Nos amis s’évadent, se retrouvent, font leur cinéma en collaborant intimement avec parfois l’humour en prime, le tout dans une bonne humeur où le swing s’infiltre…
  • NP, emoRAGEi, no 22, 1 juillet 2004
    … on a le pied qui swingue, les doigts qui claquent, le groove qui s’incruste. Jetez-vous sur ce disque au plus vite!
  • Matt Pierce, Splendid E-Zine, 24 juin 2004
    … hard-hitting and well-versed in the sort of rebellious, free-thinking spirit that infects all types of jazz.
  • Éric Normand, Mouton Noir, 1 juin 2004
  • Ben Bostwick, Zookeeper Online, 19 mai 2004
    Combining a smoky late night swing with modern Euro-jazz and a little bit of improv, this disc is perfectly accessible without the usual retro-swing blandness.
  • Serge Truffaut, Le Devoir, 1 mai 2004
    … Derome, Guilbeault et Tanguay sont des alchimistes.
  • Geoff Chapman, The Toronto Star, 22 avril 2004
    Jean Derome, a veteran of a zillion experimental enterprises, alwals posseses a warm tone and pushes ideas that have irresistible momenturn- his key targets, he says, are swing, freedom and hapiness.
  • Marc Chénard, La Scena Musicale, no 9:7, 1 avril 2004
    Derome propose des lignes mélodiques bien fignolées; parfois bluesées et swingantes, parfois lyriques…
  • Alain Brunet, La Presse, 27 mars 2004
    Pour tout mélomane, en fait, ce disque de musique improvisée entre vrais complices sur de solides échafauds mérite d’être dégusté.
  • Len Dobbin, Montreal Mirror, 25 mars 2004
    … music that spans the jazz spectrum.
  • Mike Chamberlain, Hour, 25 mars 2004
    Wonderful.
  • François Couture, AllMusic, 18 mars 2004
    … by far Derome’s most accessible album to date.
  • BB, Ici Montréal, 11 mars 2004
    Les 10 compositions de Jean Derome se signalent par des thèmes très forts, vraiment accrocheurs…
  • Irwin Block, The Gazette, 4 mars 2004
    … pure musical values and mastery of the jazz language.
  • L’Express, 25 mai 1999
    Le résultat, qui se prête autant à l’analyse détaillée qu’à une écoute épidermique (ce qui n’a rien de péjoratif), peut d’emblée être classé au rang des triomphes de l’année.

Critique

Noël Tachet, ImproJazz, no 111, 1 mai 2005

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 111, 1 janvier 2005

Si l’on connaît (et apprécie!) le Jean Derome musicien concepteur de quelques projets insolites (Le magasin de tissu: improvisations autour de soixante-neuf pièces enregistrés et réinjectées aléatoirement en concert, Cannot-Camping: récit graphique d’expéditions dans les grands lacs), on oublie trop souvent le Jean Derome saxophoniste inspiré. Avec le trio Evidence (Derome, Cartier, Tanguay), il revisite avec bonheur les thèmes de Thelonious Monk. Avec le Trio Derome Guilbeault Tanguay, il nous offre dix compositions, affichant simplicité et efficacité. Le trio ne s’en cache pas: «nous avons fondé le trio parce que nous adorons jouer du jazz ensemble.» Swing, liberté et joie de vivre sont des mots que nous utilisons souvent. Le retour aux fondamentaux s’effectue dans l’écoute de l’autre, le phrasé tranchant de Jean Derome, s’invitant convulsif dans un vieux blues des familles (Pangolin) ou se jouant des libres structures de L’Africaine. Et surtout, il y a Étymologie, cette révérence faite au Bird, ce blues véloce et inspiré où le plus malveillant d’entre nous ne peut que se rendre à l’intelligence et au bel à propos du saxophoniste. Ce disque se termine par Michka (le Michka de Stevenin?), jazz mi-tempo dans lequel le flûtiste évoque les beaux phrasés d’un Roland Kirk ou d’un Buddy Colette. Remarquable.

… le plus malveillant d’entre nous ne peut que se rendre à l’intelligence et au bel à propos du saxophoniste.

Critique

Julien Jaffré, Revue & Corrigée, no 62, 1 décembre 2004

«Nous avons fondé le Trio parce que nous adorons jouer du jazz ensemble». C’est de cet acte fondateur d’une simplicité déconcertante qu’est né ce trio composé d’une formation traditionnelle à la contrebasse (Guilbeault), percussions (Tanguay), saxophones + flûtes (Derome). Swing, liberté, jazz sont également des termes récurrents de leur vocabulaire musical. Le Trio Derome Guilbeault Tanguay est un groupe culte de la scène jazz montréalaise qui appuie sa renommée sur quelques «orthodoxies» du genre: authenticité du style, originalité du répertoire, audace, swing. L’ambiance et la chaleur des illustrations sonores lorgnent volontiers vers les grandes périodes 60’ du Jazz américain avec des références plus ou moins directes à Thelonious Monk, Coltrane, Sanders entre autres. Un jazz, ainsi, qui enveloppe l’érudition de nombre d’artistes d’Impulse ou d’Atlantic. Plongée dans ce disque, notre attention n’a de cesse de se nourrir des phases élancées et roboratives, chaleureuses et passionnées qui maillent ces dix compositions racées et brillantes.

La chaleur qu’exalte ce disque, l’amitié et la complicité qui s’en dégagent sont de toute évidence responsables (dans une large mesure) du réchauffement climatique de la planète.

… notre attention n’a de cesse de se nourrir des phases élancées et roboratives, chaleureuses et passionnées qui maillent ces dix compositions racées et brillantes.

Review

Glen Hall, Exclaim!, 3 septembre 2004

The long-standing trio of saxophonist Jean Derome, bassist Normand Guibeault and drummer Pierre Tanguay is one of Canada’s national treasures. The harsh realities of surviving composing and playing creative music of the quality evidenced in the present CD wears down all but the most dedicated, persistent and just plain strong. The cliché "familiarity breeds contempt" is proven false in this case, as the threesome has not only survived for over a decade but has developed the rapport that is the sine qua non of great improvised music. Derome’s compositions show a fertile imagination, strong sense of structure, and an open-mindedness that includes materials from world music and the European scene but is firmly rooted in the jazz tradition. Squeak and blat stuff this isn’t. Meticulously detailed, magically interactive, exquisitely recorded, this is a listener-friendly introduction to free jazz for those who haven’t been exposed to the idiom and a polished gem of abstract lyricism. It encompasses the Ornette-ish Étymolgie, the humorously lugubrious Pangolin and the military Marcher sur des braises with intelligence and grace without sacrificing the tightrope-walking tension that is the true mark of spontaneous creation, which demands the kind of telepathic communication that is this trio’s hallmark. Long live Trio Derome Guilbeault Tanquay!

Long live Trio Derome Guilbeault Tanquay!

Critique

Thierry Lepin, Jazzman, no 105, 1 septembre 2004

Agitateur de la scène québécoise des musiques actuelles depuis plus de trente ans, le saxophoniste Jean Derome reprend la route avec l’une de ses formules de prédilection. Le trio qu’il forme avec le contrebassiste Normand Guilbeault et le batteur Pierre Tanguay, lui offre, dans un confinement déjà classique, une dimension ludique propice aux échappées belles. Sur des pièces composées entre 1974 et aujourd’hui, la rencontre n’a heureusement pas le parfum d’une rétrospective. Que ce soit au saxophone (timbre saisissant) ou à la flûte (une ivresse bucolique), il fait preuve d’une aisance de jeu parfois aérienne, parfois portée par une tension latente. L’assise sereine de la contrebasse, et les éclats attentifs de la batterie, font de ce trio un pari collectif réussi.

… une dimension ludique propice aux échappées belles.

Review

Scott Yanow, Cadence, no 30:9, 1 septembre 2004

The trio of saxophonist Jean Derome, bassist Norman Guilbeault, and drummer Pierre Tanguay performs ten of Derome’s originals on this intriguing set. Many of his pieces feature a structure built off of a rhythmic pattern played on bass while sticking to one chord throughout. As with the early Ornette Coleman Quartet, the music has a forward momentum and often utilizes a walking bass. Derome is in the lead almost all of the time, improvising in a lyrical and melodic style that occasionally erupts into more intense sounds, particularly during his two features on baritone. Guilbeault holds the music together while Tanguay plays very quietly much of the time.

The final piece, Michika, features Derome’s flute on a strong melody and is fairly conventional, but the remainder of the set is surprising in the trio’s ability to hold one’s interest despite jamming over one chord. Strong credit should be given to Derome who is heard on four different instruments.

His improvisations are thoughtful, inventive, subtle, and ultimately logical.

Recommended.

His improvisations are thoughtful, inventive, subtle, and ultimately logical.

Critique

Gilles Boisclair, SOCAN, Paroles & Musique, no 11:2, 1 juillet 2004

Dix compositions aux ambiances profondes, signées Jean Derome, et trois musiciens d’exception, voilà ce que nous présente la première trace phonographique du trio Derome, Guilbeault, Tanguay. Nos compères se connaissent depuis longtemps et cela s’entend. La rythmique soudée de Tanguay et de Guilbeault permet à Jean Derome de construire des improvisations enivrantes. Bravo pour ce jazz rayonnant de musicalité, de swing charnu et de mélodies rocailleuses.

Bravo pour ce jazz rayonnant de musicalité, de swing charnu et de mélodies rocailleuses.

Recensione

Enrico Bettinello, Blow Up, no 74-75, 1 juillet 2004

Il trio composto dal sassofonista e flautista Jean Derome con il contrabbassista Normand Guilbeault e la fantastica verve batteristica di Pierre Tanguay è una formazione ben conosciuta nei jazz club di Montréal e le dieci composizioni – scritte nell’arco dell’ultimo trentennio – che troviamo in questo bellissimo disco sono la testimonianza viva e palpitante che anche questo lato più schiettamente jazz di Derome è di grande valore. Una musica che guarda ovviamente a Thelonious Monk – che Derome aveva omaggiato con il gruppo Evidence – ma che sa rielaborare diversi piani e livelli della storia del jazz, Ornette Coleman, Jimmy Giuffre, Steve Lacy… in una serie di raffinatissime triangolazioni, dalle sensualità evocate da L’Africaine all’irresistibile baritono di “Pangolin”, tra visioni swing e leggerezze flautistiche, insofferenze free e magnifici momenti collettivi. Un disco superbo, c’è da sperare che gli appassionati di jazz imparino a mettere più spesso il naso da queste parti. (8/9)

Un disco superbo, c’è da sperare che gli appassionati di jazz imparino a mettere più spesso il naso da queste parti.

Review

Tiina Kiik, The WholeNote, no 9:10, 1 juillet 2004

With the hot and hazy weather upon us, here are four recent releases from Ambiances Magnétiques to help you savour that great Canadian pastime called summer.

10 compositions from Trio Derome Guilbeault Tanguay is just that: ten compositions by band member Jean Derome dating from 1974 to present. The release finds this “cult Montréal jazz band” in excellent form, proving yet again that when musicians get together to play for fun and continue to do so on a regular basis for a number of years, the music ages like fine wine. The most musically accessible of the four releases reviewed here, there is no doubt that this is clearly a jazz disc with both its compositional and performance roots clearly entrenched in the music of Dave Holland, Ornette Coleman and Thelonius Monk. There is an underlying charm which permeates throughout regardless whether the cut is straight ahead jazz like Michka or the more free qualities of Fluide. Highly recommended.

Highly recommended.

Reviews

Mike Chamberlain, Coda Magazine, no 316, 1 juillet 2004

Saxophonist Jean Derome, bassist Normand Guilbeault, and drummer Pierre Tanguay are mainstays of Montréal’s musique actuelle scene, as likely to be found working in the chamber atmosphere of Pierre Cartier’s work as in the rock-tinged Fred Frith zone. However, all three are very fond of jazz and blues, viz. Pierre Tanguay’s neo-swing quintet Reunion or Guilbeault’s Hommage à Mingus sextet.

This recording, which features compositions by Derome going back some thirty years, is squarely within the jazz tradition. The tunes are catchy without sacrificing harmonic and rhythmic complexity. Guilbeault and Tanguay provide a sure-footed, swinging bottom end for Derome’s improvisations. On most tunes Derome plays alto, altering histone according to mood, from the round sound of Marcher sur des braises to the acidic Verone. Pangolin is a slow blues, this time with Derome on baritone digging deep in the bottom end, and on La baignade he switches to flute, with a light-but not precious-feel. Typically, Derome, Guilbeault, and Tanguay work out variations on what appear to be relatively simple themes. The great joy is in hearing three old friends digging into music that means so much to them and discovering the new in the familiar. This album is going to make a few “best of” lists this year, I’m quite sure.

The great joy is in hearing three old friends digging into music that means so much to them and discovering the new in the familiar.

Critique

Michel Dupuis, Son & Image, no 5:6, 1 juillet 2004

On ne peut pas tout deviner mais il me semble, aprés avoir consulté l’impressionnante liste des œuvres sorties des forges d’Ambiances mgnétiques, que ce disque 10 Compositions est la première trace concrète que les trois compères aient laissée dans l’histoire de ce Trio. Jean Derome nous livre cette confidence à l’intérieur de la pochette: «Nous avons fondé le trio parce que nous aimons jouer du jazz ensemble. Swing, liberté et joie de vivre sont des mots que nous utilisons souvent…» Ont-ils assez joué et performé ensemble ces sympathiques gueules qui ne peuvent venir que d’une seule place: le Plateau Mont-Royal? Leur son est de ce coin, les crevasses du trottoir en face du Quai des Brumes en sont remplies et leurs notes créent une appartenance urbaine réconfortante, reconnaissable, dès que leurs instruments crachent, roulent, claquent leur poésie. Ce sont le saxophoniste et le flûtiste Jean Derome, le contrebassiste de l’urgence Normand Guilbeault et le batteur, percussionniste et tapeux de bébelles Pierre Tanguay. Et simplement, ils nous livrent l’une des plus belles productions jazz 2004 - je ne mâche pas mes mots! Tout ça sur la pointe des pieds.

On s’attendrait bien à voir sortir un son de bar enfumé jusqu’aux petites heures du matin. Il n’en est rien. Une balade chez des amis à la campagne, la vraie, celle qui n’est pas encore dénaturée. Le petit village de Saint-Jacques-le-Majeur juché au bout de cette vallée qui s’enfonce dans les pré-Appalaches offre sa quiétude. C’est la première neige et les lièvres courent comme des fous car ils n’auront plus à cacher leur fourrure blanche aux chasseurs. Et de but en blanc, de la chaumière s’élève un son lancinant, une volute de saxo et les cordes bondissent à l’appel des doigts de Guilbeault. Tanguay se prend à penser qui rira le dernier. Une longue session de sons rageurs, caressants, commence comme un bouquin dont ne sait surtout pas le dénouement.

Jean Derome officie. Il pige dans son sac à souvenirs et en ressort avec malice Cannelle, une «vieille» issue des années 70 avec le contrebassiste Claude Simard et Pierre St-Jak du groupe Nébu. Un p’tit côté country’n’ western pour mieux s’identifier. S’enchaînent la complexe Étymologie pour célébrer Ornette Coleman (1981), le Pangolin, petit animal si curieux qu’on a peine à croire qu’il existe et le Que’kun qui sortait de la bouche de sa fille lorsqu’on frappait chez lui. Un superbe album de famille qu’il nous laisse consulter sans pudeur. Je me suis complètement viré le dedans à l’écoute de l’Africaine (1990) en retrouvant tout le jeu modal de Coltrane. Aujourd’hui, ça m’arrive encore. Quel jeu bouleversant de l’intérieur hurlé par l’instrumentiste. Derome travaille depuis un certain temps au service de la cinématographie; il nous en livre deux facettes avec son Mischka composé en direct alors que se déroule l’action du film (l’ombre de Miles dans L’Ascenseur pour l’échafaud se profile) et une Baignade impromptue au fil de mesures 5/4 et 6/4. Moi, je veux bien! Son discours est toujours ponctué de ces notions qui font de lui un sage savant sans vouloir nous imposer son érudition musicale. Est-il besoin d’appuyer sur le jeu de cette belle basse ronde qui se transforme sous l’archet de Normand? Quant à Pierre, pour jouer le jeu des «ti-noms», il ne se retient plus, se tire une bûche et commence à taper dessus pour se fontre avec le décor environnant. Quelle belle complicité avec la chaleur des «bouttes» de bois qui ronronnent dans le gros poêle à deux-ponts. Tout doucement, j’ai refermé la porte derrière moi pour ne pas…

Sur la couverture de la pochette, un massif de pierre gris-vert avec de la mousse glissante qui empêche qu’on grimpe dessus. Il n’a pas bougé depuis l’Ère des Glaciers. Et derrière, trois farfadets se font des clins d’œil comme des témoins de ce qui vient de se passer.

Critique

Jazz Notes, no 79, 1 juillet 2004

Trio mythique de la scène montréalaise qui, cette fois, enregistre les compositions du leader. Au saxophone et à la flûte, Jean Derome, à la contrebasse, Normand Guilbeault et aux percussions, Pierre Tanguay. Une musique dont le saxophoniste a le secret, pleine de surprises, qui parfois part dans tous les sens. Nos amis s’évadent, se retrouvent, font leur cinéma en collaborant intimement avec parfois l’humour en prime, le tout dans une bonne humeur où le swing s’infiltre, Quek’Un!. Dix petites pièces où Derome utilise différents saxes et flûtes et où sa capacité est totale. Les deux autres sont toujours en éveil pour se distinguer. À découvrir si vous voulez connaître la modernité de nos cousins canadiens.

Nos amis s’évadent, se retrouvent, font leur cinéma en collaborant intimement avec parfois l’humour en prime, le tout dans une bonne humeur où le swing s’infiltre…

De zéro à disque

NP, emoRAGEi, no 22, 1 juillet 2004

Il est plutôt rare, dans les pages d’emoRAGEi, d’entendre parler de grands disques de jazz, et c’est à moi que revient l’honneur de vous faire découvrir cet exceUent album de compositions de Jean Derome. Saxophoniste et flûtiste très actif dans le cercle de la Musique Actuelle au Québec, reconnu mondialement pour son talent et sa versatilité, Derome m’étonne cette fois avec un jazz très accessible, presque rétro, définitivement swing. Je ne suis pas un grand expert en jazz ni en Actuel, mais il me semble que les fois où j’ai eu la chance d’entendre Derome en concert, sa musique était beaucoup plus bordélique, lancée à tous vents, 100% improvisée, folle et assez difficile à suivre pour le commun des mortels. J’y découvre ici un Derome quand même énergique, mais relativement doux et mélodique, variant les ambiances, restant dans un jazz à la Eric Dolphy. Un album qu’on aurait presque plus attendu chez Verve, tellement il sonne «standard»! Dès les premiers sons émis par la contrebasse de Normand Guilbeault, ou aux premiers habiles coups de cymbales de Pierre Tanguay, deux autres «vieux de la vieille» de l’univers Ambiances Magnétiques, on a le pied qui swingue, les doigts qui claquent, le groove qui s’incruste. Jetez-vous sur ce disque au plus vite!

… on a le pied qui swingue, les doigts qui claquent, le groove qui s’incruste. Jetez-vous sur ce disque au plus vite!

Review

Matt Pierce, Splendid E-Zine, 24 juin 2004

The official history of jazz, with its New-Orleans-to-swing-to-bop-to-cool-to-fusion-to-free-to-?? continuum, reads like an evolutionary epic, and contemporary fans who like to think of jazz as a living, even controversial art form, rather than a chapter in a high school textbook on American history, might balk at the fact that this French-Canadian trio play swing, play notes, play songs, when that sort of thing went the way of the dinosaur after Ornette Coleman dropped Free Jazz way back in 1960. But on this bare-bones recording, Jean Derome (sax, flutes), Normand Guilbeault (bass) and Pierre Tanguay (drums) prove that a visit to a couple of old forms doesn’t have to rest on a bed of nostalgia, that walking bass and key changes don’t necessarily preclude freer sounds, and, most importantly, that good jazz is less a style than a spirit, a way of interacting and playing that swings, in the most liberal sense of the word.

Marcher Sur Des Braises starts the album off with a spare shuffle from Tanguay and a little in-joke from Guilbeault, who plucks a rudimentary version of those three chords you can find in every Guide to Playing Rock Guitar under “Blues Chug” or some such heading, as if to say, “Rock can get away with the same thing decade after decade, so why can’t we?” Derome follows up with a low, crystal-clear theme straight from the Coltrane songbook, and when Guilbeault walks away from his blues progression into higher registers, Derome follows with a minimal but hard-hitting solo that touches a few blue notes in between its more refined runs. Both Vérone and Pangolin keep up this hard-boiled, hard-thinking approach to swing, the first with dark and gorgeous open chords from Guilbeault, unassuming melodicism from Derome and a punchy beat with a generous bass end from Tanguay, and the second with Tanguay’s slow and spacious drum work and Derome’s slinky turn on baritone sax, which erupts into a few Dolphy-like squeals near the end of the track. When the trio decide to take on worlds outside the explicit parameters of swing, they take their focus with them and make every exploratory minute worth the trip: refer to the loosely-bound mini-epic L’Africaine, on which Derome takes off for high-altitude abstractions, and Fluide, an exercise in classical serialism.

In spite of their straight-up beat, rockish bass touches and moments of clear melody, this trio plays anything but NPR jazz. Their approach is hard-hitting and well-versed in the sort of rebellious, free-thinking spirit that infects all types of jazz. As a result, 10 Compositions is an intense success.

… hard-hitting and well-versed in the sort of rebellious, free-thinking spirit that infects all types of jazz.

Le Noir compact

Éric Normand, Mouton Noir, 1 juin 2004

Jean Derome et Pierre Tanguay sont des collaborateurs de longue date. Musiciens polyvalents, ils ont touché à tous les styles, mais leurs principaux faits discographiques, les plus personnels du moins, documentent l’aspect le plus radical de leur démarche.

Pourtant, leur amour du jazz ne se dément pas. Avec Normand Guilbeault à la basse, les deux musiciens étiquetés «actualistes» forment un trio culte du jazz à Montréal, avec raison. Guilbeault est plus facilement associé à la scène jazz, bien qu’il aime faire des détours par d’autres musiques, traditionnelles ou actuelles, ou accompagner le chanteur Richard Desjardins.

10 compositions de Jean Derome, réunit des pièces que le trio a progressivement intégrces à son répertoire constitué aussi de morceaux d’Ellington, de Mingus, comme de Lee Konitz. Ludique et enjouée, cette musique se laisse d’abord entendre comme un jazz plus conventionnel, mais dangereusement imprégné de l’esprit tordu de ses créateurs. Sobre, mais généreux, le trio nous entraîne dans les contrées du swing, là où le plaisir est contagieux. Les trois instrumentistes font encore une fois preuve de leur grande subtilité, se jouant sans cesse des dynamiques et des timbres dans la prétendue linéarité du jazz qui coule légèrement. Derome, en avant, est irréprochable; jouant sax baryton et flûte, c’est à l’alto qu’il se montre le plus convaincant. Son jeu, à la fois sensible et calculé, mesure l’excès et dose ses effets comme jamais, évoquant tantôt Sonny Rollins par son emphase rythmique, tantôt Ornette ou Dolphy, mais conservant avant tout ses caractéristiques propres. Sachant contrôler parfaitement les inflexions de son instrument sans jamais chercher à en mettre plein la vue, Derome est fascinant, drôle et touchant tout au long de l’enregistrement. Derrière ce souffle de fraîcheur, la batterie de Tanguay, comme toujours, répand la joie et la liberté avec une désinvolture et une musicalité unique pendant que Guilbeault tient la barre et parfume le tout d’une rondeur qui voudrait nous faire croire que tout arrive si facilement. Disque de maturité pour trois musiciens exceptionnels, 10 compositions est un grand disque de jazz. Tout sauf conventionnel, en fait.

Album review

Ben Bostwick, Zookeeper Online, 19 mai 2004

A wonderfully twisted straight-ahead jazz album from this Montréal trio. Derome’s compositions, while certainly acknowledging the jazz tradition, aren’t necessarily beholden to it. Combining a smoky late night swing with modern Euro-jazz and a little bit of improv, this disc is perfectly accessible without the usual retro-swing blandness.

*1. Med straight swing

2. Relaxed bluesy mood with double-time solos

*3. Drifting free improv

**4. Lumbering low-sax groove

5. Faster floating swing

*6. Flute-led quiet melody

7. Med swing

*8. Wandering, searching improv

9. Lazy jazz-funk

10. Mellow flute-led cocktail jazz

Combining a smoky late night swing with modern Euro-jazz and a little bit of improv, this disc is perfectly accessible without the usual retro-swing blandness.

Le jazz des alchimistes

Serge Truffaut, Le Devoir, 1 mai 2004

C’est fait. Le trio formé du saxophoniste Jean Derome, du contrebassiste Normand Guilbeault et du batteur Pierre Tanguay propose depuis peu un premier album. Il n’a pas été baptisé d’un nom propre ou singulier, si ce n’est que sur la pochette on a précisé que le programme est constitué de dix compositions originales de Derome. Il s’agit donc d’un disque éponyme, comme on dit en langue pointue. L’étiquette? Ambiances magnétiques

Les faits, si l’on peut dire, sont exposés. Il reste, c’est ce que l’on espère, à convaincre. À vous convaincre. De quoi? Que ce groupe n’est pas un autre groupe mais bien un grand groupe. Un de ceux qui se détachent du lot. C’est ainsi parce que le trio Derome-Guilbeault-Tanguay…

Il était une fois un saxophoniste d’origine texane que sa maman avait prénommé Ornette. Le papa se nommait, chacun l’aura deviné, Coleman. C’est lui, Ornette Coleman, qui instilla dans le jazz des notes déstabilisantes. À cette époque, celle du début des années 60, l’air du temps se conjuguait avec les manifestes.

Certains étaient en phase avec l’ébullition politique du temps. Il y eut la Freedom Suite de Sonny Rollins, les Fables Of Faubus de Charles Mingus, le We Insist, Freedom Now de Max Roach. D’autres avaient une tonalité plutôt religieuse. On pense au Love Supreme de John Coltrane. Et puis, il y avait les libertins. Coleman était de cette eau. Surtout le Coleman qui formait un trio avec David Izenzon à la contrebasse et Charles Moffett à la batterie.

Avec ces derniers, Coleman a ouvert l’horizon du jazz aux musiques actuelles ou nouvelles. On ne sait trop comment dire. Toujours est-il qu’avec cet orchestre, Coleman se posa, en quelque sorte, en un affranchi du jazz. Il l’a pelé comme on pèle une pêche pour mieux l’exposer à d’autres musiques et à de nouvelles interrogations. Bref, Coleman l’a acoquiné aux musiques dites actuelles.

On raconte cela parce que c’est l’exact contraire que Derome et ses amis nous présentent aujourd’hui. Réputé pour sa mise en lumière des musiques actuelles davantage que pour sa fréquentation du jazz, Derome vient de suivre la route inverse de celle que Coleman creusa en son temps. Racontons un peu son histoire.

Un moment important

Jean Derome a donné son premier concert professionnel en 1971. «C’était avec Pierre St-Jak» (le pianiste). À l’époque, il était flûtiste. Dans la vingtaine d’années qui a suivi,Derome s’est frotté, de près, aux musiques actuelles. À l’improvisation, au décoiffage des poncifs. En 1984, il fait la rencontre de Pierre Tanguay. Ensemble, ils vont multiplier les collaborations. Puis…

Puis au milieu des années 90, Guilbeault invite Derome à participer à son projet consacré aux compositions de Charles Mingus. «J’étais très content que Normand me demande cela. Ça m’a plongé davantage dans le jazz. Quand on joue cette musique, l’énergie finit toujours par émerger. Je ne sais pas exactement comment nous nous sommes retrouvés en trio, mais je me souviens que l’on s’est mis à jouer ensemble dans l’esthétique swing.»

«Peu à peu, nous avons bâti plusieurs programmes. On a transcrit des compositions de Coleman Hawkins, Billy Strayhorn, Sonny Clark, Duke Ellington, Eric Dolphy, certaines de Roland Kirk. Depuis plusieurs années, nous sommes en mesure de consacrer des sets complets à ces auteurs. C’est assez vaste.»

Ceux et celles qui ont assisté à certains de leurs shows connaissent leur maîtrise des sujets abordés. Mais on apprécie surtout cette manière bien à eux de se distinguer d’autrui lorsque autrui s’approprie Ellington ou Dolphy ou Clark. Leur manière? Elle est faite de ferveur. Les pièces de Strayhorn et des autres revues par ce trio ont ce quelque chose de… comment dire? Rafraîchissant! C’est toujours joyeux ou léger.

Côté jazz, tout un chacun en conviendra, nos amis sont équipés. Et pas à peu près. Au milieu des uns et des autres, entre Dolphy et Hawkins, «mes pièces demandaient à vivre. Peut-être que… peut-être qu’il aurait été logique de faire un album sur les autres. Mais bon, il y avait ces pièces. Je crois que la genèse de ce disque est dans la musique que Mischka Saäl nous avait demandé de faire pour son film La Position de l’escargot.»

«Pour cette fiction, explique Derome, je suis entré en studio sans avoir des idées bien arrêtées. On a employé la méthode adoptée par Miles Davis pour Ascenseur pour l’échafaud. Nous avons improvisé sur plans. Nous avons associé la musique éditoriale et la musique distanciée. Tout le reste de la musique était libre. Je crois que cette aventure constitue un moment important dans l’histoire du trio.»

Et pour cause, puisque c’est lors de cet enregistrement que, à la maturité qu’oblige l’interprétation de compositions signées par les grands du jazz, s’est ajoutée celle qu’il faut pour jouer et ciseler les pièces de Derome. Ce qu’il y a de remarquable dans ce premier disque, c’est la fusion très prononcée des personnalités musicales qui forment ce trio. Celui-ci ne sonne pas comme l’addition de trois instrumentistes. Il a un son d’ensemble qui interdit toute quantification du travail respectif à chacun. Un son fluide, tout en légèreté.

Sur les pièces de Derome, le trio et non chacun de ses membres se promène. Il s’arrête là pour mieux ausculter les propriétés sonores qui se présentent, ici pour mettre en relief certaines beautés. Tout cela tient de la magie. Remarquez qu’il ne pourrait pas en être autrement puisque Derome, Guilbeault et Tanguay sont des alchimistes.

… Derome, Guilbeault et Tanguay sont des alchimistes.

Review

Geoff Chapman, The Toronto Star, 22 avril 2004

Avant-garde players in Quebec have the knack of producing music to which everyone can relate, as opposed to the scratch-and-honk brigade so commun here and in Europe. Saxophonist Jean Derome, a veteran of a zillion experimental enterprises, alwals posseses a warm tone and pushes ideas that have irresistible momenturn- his key targets, he says, are swing, freedom and hapiness. This trio, with Normand Guilbeault and the drummer Pierre Tanguay, is a popular Montréal group and closely attuned to the swelling and subsiding in Derome’s original compositions that have notions that are hold and bringht and can move from calm to fullthrottle anguish in a trice, convoluted and churning and part of a sufficiency of fascinating mix-nd-match lines. The driving opener Marcher sur des braises and L’Africaine are especially good.

Jean Derome, a veteran of a zillion experimental enterprises, alwals posseses a warm tone and pushes ideas that have irresistible momenturn- his key targets, he says, are swing, freedom and hapiness.

Critique

Marc Chénard, La Scena Musicale, no 9:7, 1 avril 2004

Au fil des ans, messieurs Derome, Guilbeault et Tanguay se sont retrouvés sur scène à d’innombrables reprises et dans les contextes les plus divers. A trois, ils aimaient bien explorer la tradition du jazz en dépoussiérant certains vieux thèmes méconnus. Pour son premier disque, ce trio s’attaque a dix compositions du premier comparse. Laissant de côté ses concepts plus abstraits et ses bidules sonores, le saxophoniste et flûtiste Derome propose des lignes mélodiques bien fignolées; parfois bluesées et swingantes, parfois lyriques, parfois aspergées de subtiles touches de Monk ses pièces parviennent à dépasser le simple calque, atteignant même une signature personnelle, comme dans la sinueuse ligne de Fluide. Est-il besoin de le dire, la rythmique basse-batterie est irréprochable, Guilbeault assurant une assise de béton avec ses ostinatos harmoniques et pédales bourdonnantes, et Tanguay se promenant allégrement avec et autour des tempos battus. Inscrite dans le giron du post-bop, cette musique est aussi pimentée d’un tout petit brin de free jazz. Outre son fidèle saxo alto, Derome enfourche pour notre plus grand plaisir son gros baryton musclé sur deux numéros, et ses flûtes bien aiguisées sur deux autres (dont la basse sur le mystérieux Étymologie et sa flûte en do toute pimpante sur Michka). Si d’aventure vous avez des amis newyorkais, faites leur tourner ce disque sans qu’ils sachent ce qui en est: parions qu’ils n’y verront que du feu en pensant qu’il s’agit d’un ensemble de chez eux.

Derome propose des lignes mélodiques bien fignolées; parfois bluesées et swingantes, parfois lyriques…

Ambiances jazzistiques

Alain Brunet, La Presse, 27 mars 2004

Avant de faire éclater toutes les équations et mettre au point un langage incomparable, Jean Derome était jazzman —les mélomanes de mon âge se rappellent de Nébu. Trois décennies plus tard, le voIet jazz de ce compositeur exceptionnel s’ouvre moins souvent, mais la lumière de l’idiome pénètre encore régulièrement dans son laboratoire et celui de ses complices —dans le cas qui nous occupe, le contrebassiste Normand Guilbeault, le plus jazzman des trois, et le batteur Pierre Tanguay. Pour qui n’écoute que des musiciens dédiés à l’idiome, l’éclectisme de ce trio se ressent et s’entend. Pour qui le jazz représente une couleur du spectre musical, cette nuance est à peu près imperceptible. Pour tout mélomane, en fait, ce disque de musique improvisée entre vrais complices sur de solides échafauds mérite d’être dégusté. Dans les règles de l’art jazzistique, nos trois improvisateurs mènent ainsi les 10 pièces de Derome à un niveau plus que respectable, malgré les petites limites qu’on pourrait leur prêter. Limites surtout techniques, en fait. Un exemple? Flûtiste de haut niveau, improvisateur brillant, compositeur hors de pair, Derome a mis du temps à trouver le timbre idéal de ses saxos. Ce son autrefois trop mince n’est plus vraiment un irritant.

Pour tout mélomane, en fait, ce disque de musique improvisée entre vrais complices sur de solides échafauds mérite d’être dégusté.

Review

Len Dobbin, Montreal Mirror, 25 mars 2004

Two CDs that have in common both the playing and writing of two very different saxophonists, both always worth a serious listen. The first, as the title suggests, focuses on a cutting-edge local trio playing Jean’s music, music that spans the jazz spectrum. The other is by a 14-piece ensemble led by Masters, this time joined by altoman Lee Konitz on six of his renowned compositions including Palo Alto and 317 East 32nd plus Ram Ramirez’s Lover Man, all beautifilly arranged by Masters, abetted by solos from Lee, Celilia Coleman, Gary Foster, Steve Huffatetter, Bill Perkins and Jack Montrose. There’s lots to digest here. Both 9.5/10 (Len Dobbin)

… music that spans the jazz spectrum.

Review

Mike Chamberlain, Hour, 25 mars 2004

At first listen, 10 Compositions comes off as a uncomplicated, straight-up jazz album, but closer inspection reveals many, many nuances in the music. Broadly speaking, there’s a lot of blues inside the jazz of Jean Derome (alto sax, baritone sax, flute), bassist Normand Guilbeault and erstwhile swingmaster Pierre languay (drums), with strong influences from Ornette Coleman, Eric Dolphy and the AACM. (Indeed, the album would not sound out of place on the Delmark label.) But thers’s a lot more than that going on; one can hear it in the tricky harmonies of Etymologie, and in the shiffing rhythms of a number of tunes, and in the timbre of Derome’s alto. Wonderful. (Mike Chamberlain)

Wonderful.

Review

François Couture, AllMusic, 18 mars 2004

Jean Derome is a prime mover on Montréal’s new music scene, but despite all his free improv units and large-scale projects, the man is first and foremost known in his native city as a jazzman. And the Trio Derome Guilbeault Tanguay he formed with his trusty sidemen Normand Guilbeault (bassist) and Pierre Tanguay (drums) is a regular fixture in the city’s modern jazz clubs. Yet, Derome’s jazziest side has rarely been documented on record (his two albums with the trio Évidence aside). For its first CD, the Trio DGT focuses on its leader’s compositions — the unit is also known for its sizzling tributes to many neglected jazz heroes. Derome has selected 10 pieces written between the mid-’70s and early 2000s. Those familiar with the saxophonist’s work will not be surprised to find a strong Thelonious Monk influence in many tracks (especially the opener Marcher sur des Braises), but several other names could be mentioned, from Lennie Tristanoto Ornette Coleman and Joe McPhee. The melodies are developed in unpredictable ways (Pangolin), the musicians fool around with polyrhythmical layers (Marcher sur des Braises again, where Tanguay plays a game of hide and seek with the beat) and are given a lot of freedom to weave their own voices into the written material. Highlights also include the tender Vérone, the spiky Étymologie, Guilbeault’s solo in Quek’un!, and Derome’s limping baritone sax in Pangolin, a track named after an anteater-like animal. This reviewer only has one complaint: a redoubtable flutist, Derome picks up the flute only once, for the closing Michka, which is a shame. 10 Compositions is by far Derome’s most accessible album to date. Fans of his more daring projects (his long-standing duo with Tanguay, for instance) may find this one a bit light in the offering, but the Trio DGT’s modern jazz still steers resolutely clear from the mainstream.

… by far Derome’s most accessible album to date.

Critique

BB, Ici Montréal, 11 mars 2004

Nonobstant la maison de disques, plus volontiers associée à la musique actuelle, c’est bel et bien d’un album de jazz (du free au third stream en passant par le post-bop, parfois pastoral, parfois presque sournois) qu’il est question ici. Les 10 compositions de Jean Derome se signalent par des thèmes très forts, vraiment accrocheurs (je vois très bien le No Name Jazz Sextet reprendre Pangolins, par exemple), et l’interaction entre Derome, le contrebassiste Nornand Guilbeault et le percussionniste Pierre Tanguay est tout à fait télépathique. Meilleur flash: Tanguay utilisant les bûches du poêle à bois sur L’Africaine. Ça chauffe! (BB)

Les 10 compositions de Jean Derome se signalent par des thèmes très forts, vraiment accrocheurs…

Review

Irwin Block, The Gazette, 4 mars 2004

Showcases the musical achievement of Jean Derome, the Montréal saxophonist and flutist who, in his playing and writing, celebrates the marriage of form and freedom. It features 1O pieces he’s written over 30 years, recorded in a snowy rural Quebec cottage with his long time partners, drummmer Pierre Tanguay and bassist Normand Guilbeault. Playing alto sax, baritone and flute, Derome produces music that’s all about humanity and humility. It evokes the warmth and loftiness of the creative spirit, pure musical values and mastery of the jazz language. And in this intimate setting, you hear how a trio can cook when players know each other this well.

… pure musical values and mastery of the jazz language.

À table, le jazz est servi!

L’Express, 25 mai 1999

S’il est vrai que la musique alimente l’âme et l’intellect, alors Jean Derome est probablement le plus nourrissant des jazzmen canadiens. En multipliant les champs d’action avec une insatiable curiosité (de la fanfare la plus festive à l’avant-garde la plus décoiffante), le multi-instrumentiste et co-fondateur de l’étiquette Ambiances magnétiques nous concocte au fil des ans un régime savemment équilibré.

10 Compositions (Ambiances magnétiques/SRI) décortique le jazz à travers la lentille du trio qu’il forme avec le contrebassiste Normand Guilbeault et le batteur Pierre Tanguay. Tantôt, Derome arrache des viscères de son baryton un blues lascif, qui inciterait les plus pudiques au strip-tease, tantôt il souffle un hommage délicieusement aérien à Eric Dolby, tandis que Marcher sur des braises, sur lequel ouvre l’album, est ancré dans un pattern de basse piqué à Chuck Berry. Pourtant, dans la façon dont il traduit les idées les plus complexes dans un langage conversationnel, 10 Compositions est plus près de l’esprit du génial Ornette Coleman, pour qui le jazz ne sera toujours qu’une chanson que chacun module à sa façon. Le résultat, qui se prête autant à l’analyse détaillée qu’à une écoute épidermique (ce qui n’a rien de péjoratif), peut d’emblée être classé au rang des triomphes de l’année.

Le résultat, qui se prête autant à l’analyse détaillée qu’à une écoute épidermique (ce qui n’a rien de péjoratif), peut d’emblée être classé au rang des triomphes de l’année.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.