La boutique des nouvelles musiques

Puce à l’oreille Mélanie Auclair

Avec énergie et naiveté, Mélanie Auclair rencontre des musiciens inspirés et inspirants: Guy Thouin, Bernard Falaise, Charles Papasoff et Joane Hétu, entre autres. Une suite de rencontres dans l’instant faisant place à une musique librement émotive et texturée dans un climat d’entente et de souplesse. Un premier album surprenant!

«Puce à l’oreille est né d’un désir de création, de rencontre, d’apprentissage. Suite à diverses expériences de création pour le théâtre et la danse, j’ai eu envie de pousser mes expérimentations en me mettant au service de la musique et non en mettant la musique au service d’un autre médium. J’avais envie de me lancer, de m’exposer, de faire la musique qui se présente à moi tout en profitant du moment, une façon d’interpréter l’instant. J’ai eu envie de m’entourer de gens que j’admire pour leur démarche, leur jeu, leur force à faire leur musique sans compromis. J’avais envie de jouer avec ces gens, de partager un moment avec eux et tous ces gens à qui j’ai fait appel ont tous été extrêmement généreux. Bref, cet album fut conçu sans attentes, mon seul désir étant de passer du temps avec des gens, de connaître des gens par la musique et de connaître la musique par ces gens. Je trouvais aussi très intéressant de faire de la musique avec des gens que je ne connaissais pas, que notre premier contact humain passe par la musique. Le studio s’est donc déroulé comme ça, simplement, comme la vie qui bat avec son lot d’émotions et de surprises. C’est ainsi qu’avec ces gens j’ai eu un contact musical l’espace d’un moment. Ils m’ont chacun à leur tour mis la puce à l’oreille… c’est ce que glisse aux vôtres…» —Mélanie Auclair

Puce à l’oreille

Mélanie Auclair

La presse en parle

  • Nicolas Pelletier, emoRAGEi, 21 janvier 2005
  • Luc Bouquet, ImproJazz, no 111, 1 janvier 2005
    Mélanie Auclair envoûte et s’invite en douces lamentations.
  • François Nadon, Ici Montréal, 2 décembre 2004
    «J’avais besoin de m’exprimer sans balise, avec spontanéité. C’est ce qui m’a attirée vers la musique actuelle.» Et c’est ce qui nous attire vers elle.
  • Julian Cowley, The Wire, no 248, 1 octobre 2004
  • Rigobert Dittmann, Bad Alchemy, no 44, 1 octobre 2004
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 61, 4 septembre 2004
    … elle multiplie ainsi les textures et les sonorités de son instrument, faisant preuve d’une habilité dans ses expérimentations.
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 39, 1 septembre 2004
  • Justin Kownacki, Splendid E-Zine, 23 août 2004
    Auclair is a wonderful cellist with an incredible experimental streak…
  • Réjean Beaucage, Voir, no 740, 29 juillet 2004
    Mélanie Auclair a une palette stylistique assez éclectique.
  • Tiina Kiik, The WholeNote, no 9:10, 1 juillet 2004
    Worth checking out.
  • Dolf Mulder, Vital, no 428, 23 juin 2004
    Auclair delivers a improvised music that is ‘unspectacular’ but of a great emotive quality and honesty.
  • François Couture, AllMusic, 1 juin 2004
  • Thierry Bissonnette, Voir, 20 mai 2004
    … l’album mérite d’emblée son titre et nous révèle les géométries d’une intimité avide de surprises et de dialogue.

De zéro à disque

Nicolas Pelletier, emoRAGEi, 21 janvier 2005

Violoncelliste et chanteuse au parcours hors du commun, Mélanie Auclair utilise son instrument comme les Bernard Falaise, Charles Papasoff ou Joane Hétu utilisent leur guitare, saxophone ou voix: avec originalité, recherche et une certaine complaisance dans la production de sons spéciaux. Cette Puce à l’oreille est un assemblage de diverses rencontres faites au fil des expérimentations ou improvisations. En plus des sus-nommés, le machiniste Papa Sucreah, le pianiste Vincent Réhel, Éric Auclair, Guy Thouin et Michel Dubeau participent aux pièces de Mélanie. Études de sonorité, minimalisme, couleurs internationales (grâce aux percussions indiennes de Thouin et au shakuachi de Dubeau) et dialogues vocaux ou instrumentaux viennent tour à tour illustrer cet album qui s’écoute mieux une pièce à la fois, que les unes après les autres, tellement elles sont différentes, tant dans leur approche que leur résultat. N’y cherchez pas de liens avec Jorane. Rien à voir, c’est complètement un autre univers.

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 111, 1 janvier 2005

Mélanie Auclair dont les notes de pochettes indiquent un parcours périlleux (c’est quoi, un parcours périlleux?) est le genre de musicienne dont la sensibilité, palpable de la première à la derniére note de ce disque, n’a d’autre choix que de nous toucher, totalement, corps et âme. Il y a une timidité dans le chant de la violoncelliste chanteuse, un désir de s’extraire du tonitruant (voir comme elle adoucit les débordements de Charles Papasoff, Joane Hétu et Bernard Falaise) et de laisser s’étirer l’improvisation. Par petites touches, se nourrissant de l’écoute de l’autre, croisant parfois une autre timidité (le très beau duo avec le contrebassiste Éric Auclair), anticipant l’instant, la voix-appel de Mélanie Auclair envoûte et s’invite en douces lamentations. Une voix singulière, dépouillée et bouleversante. Ça valait peut-être le coup de passer par un parcours périlleux.

Mélanie Auclair envoûte et s’invite en douces lamentations.

Compact!

François Nadon, Ici Montréal, 2 décembre 2004

L’étiquette de musique actuelle Ambiances Magnétiques lançait plus tôt cette année l’album Puce à l’oreille de la jeune musicienne Mélanie Auclair.

Bien qu’elle soit nouvelle dans le milieu de la musique actuelle, la chanteuse et violoncelliste a accumulé un impressionnant bagage en collaborant avec des musiciens de tous les horizons.

Mélanie Auclair s’est rapidement détachée de sa formation classique pour se joindre à de nombreux musiciens pop et de musiques du monde tels que Chloé Sainte-Marie, Freeworm, Steve Hill, Haïku, Martin Léon et Michel Rivard. Elle parcoure présentement le monde avec Lhasa de Sela.

Pour son premier album cependant, la jeune prodige s’est plutôt entourée de plusieurs musiciens de talent comme Charles Papasoff, Joane Hétu et Bernard Falaise. Le choix des musiciens s’est fait en fonction d’un objectif: apprendre. «Ceux qui sont sur l’album sont des gens que j’admire énormément pour leur travail, leur jeu et leur musique. La meilleur façon d’apprendre, pour moi, c’est s’asseoir et jouer ensemble.»

Avant son premier effort, Mélanie avoue qu’elle ne connaissait pas vraiment la musique actuelle. C’est la musique de théâtre qui l’a amenée à l’expérimentation musicale. «J’ai travaillé pour les pièces de Pascal Contamine (Five Woffs Deatov Circus, Oportet). C’est surtout ça qui a causé le déclic. J’avais besoin de m’exprimer sans balise, avec spontanéité. C’est ce qui m’a attirée vers la musique actuelle.» Et c’est ce qui nous attire vers elle.

«J’avais besoin de m’exprimer sans balise, avec spontanéité. C’est ce qui m’a attirée vers la musique actuelle.» Et c’est ce qui nous attire vers elle.

Jazz & Improv

Julian Cowley, The Wire, no 248, 1 octobre 2004

Mélanie Auclair sings and plays cello. Instrumentally, she is straightforward and unsentimental; vocally, she is free from melodrama, sounding quietly excited and a touch vulnerable. One solo, six duets and a trio with other Canadian musicians are offered as a suite of instants and prove to be a most agreeable flea in the ear.

She engages with piano, colourful mixed percussion, double bass, baritone sax, Joane Hétu’s vocalising, Bernard Falaise’s splendidly compliant electric guitar and a combination of vibes and shakuhachi flute. Auclair’s lightness of touch coupled with her unassuming directness make for more intimate and satisfying music than is usual in such episodic projects. Puce à l’oreille has the appeal of meetings that just scratch the surface of common ground, the attractiveness of the still finding out stage.

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 61, 4 septembre 2004

Découverte dans La douleur in Sang9, il y a quelques mois, Mélanie Auclair (violoncelle et chant) fait désormais l’objet d’un album en entier. Comme dans la pièce issue de la compilation Dame, elle s’y exprime surtout dans le cadre de petites structures, une série de duos (avec un contrebassiste, un percussionniste, un saxophoniste, un clavier, une guitare) et un trio (contrebasse et shakuhacbi), mise à part la première pièce, en soliste. Créatrice à l’aise dans l’improvisation (même sur le plan vocal avec Joane Hétu) quoique aussi familière d’autres genres musicaux, elle multiplie ainsi les textures et les sonorités de son instrument, faisant preuve d’une habilité dans ses expérimentations. Toutefois les huit pièces du recueil, simplement symbolisées par une iconographie stylisée d’essence naturaliste apparaissent souvent à l’auditeur comme des études, des exercices dans lesquelles manque un peu de spontanéité, de vie, de sorte que l’auditeur n’y adhère pas pleinement.

… elle multiplie ainsi les textures et les sonorités de son instrument, faisant preuve d’une habilité dans ses expérimentations.

Review

Justin Kownacki, Splendid E-Zine, 23 août 2004

Albums like Puce à l’oreille divide the audience into three groups: those who get it, those who don’t get it and think it’s ludicrous, and those who don’t get it but are willing to believe that someone out there probably does. I like to think I’m in camp three, though there are times when I start to look toward the second camp and suspect that they may have a point. Then I realize that I’ve learned more about myself and my own tastes while listening to Puce à l’oreille than I did about the album itself.

The disc is the product of an afterthought: Mélanie Auclair, a singer and cellist, wanted to explore music with several artists who had influenced her over the years. What began as an informal jam session evolved into the tracks we hear on the album. However, this is no Phish concert; this is minimalist, modal jazz, world music, ambient acoustics and verbal noises that don’t pass for lyrics in the Western world. As such, I’m reluctant to dismiss the album out of hand because it’s clearly not targeted at my own personal demographic — and especially as I enjoyed a good deal of it. Auclair is a wonderful cellist with an incredible experimental streak and the musicians she has surrounded herself with are all highly skilled, if unconventional. The raw string duets between Mélanie and Eric Auclair on Puce à l’oreille 4, and her pairing with saxophonist Charles Papasoff on Puce à l’oreille 5, engage me because these are instruments I can relate to, albeit played in nouvelle (to me) ways. But as the album veers into the occasional vocals, which are really a barrage of guttural noises somewhere between sex and death, and which at one point resemble vomiting parakeets, I’ll admit that I can’t help but glance back at camp two and wonder if they’re the ones who are missing something, or if I am.

Auclair is a wonderful cellist with an incredible experimental streak…

Critique

Réjean Beaucage, Voir, no 740, 29 juillet 2004

Le seul fait qu’elle ait frotté les cordes de son violoncelle dans des projets avec Lhasa de Sela, Martin Léon ou Mario Pelchat et que ses cordes vocales aient secondé la voix de Steve Hill prouve déjà que Mélanie Auclair a une palette stylistique assez éclectique. Son prernier effort solo creuse cette veine en proposant six improvisations en duo (et un trio) qui sont autant de «rencontres» avec différents musiciens: claviériste, percussionniste chanteur, etc. Les rencontres semblent souvent rester au niveau du premier contact, chacun demeurant assez réservé, mais certains moments valent le détour: entre autres, le duo avec le guitariste Bernard Falaise ressort vraiment du lot. Le sax baryton Charles Papasoff et le contrebassiste Éric Auclair offrent également de grandes collaborations.

Mélanie Auclair a une palette stylistique assez éclectique.

Review

Tiina Kiik, The WholeNote, no 9:10, 1 juillet 2004

Mélanie Auclair’s Puce à l’oreille is an experimental exploration of first-time improvisational interactions between this cellist/vocalist and seven improvisers who have been inspirational for her. In stark contrast to the [Trio Derome Guilbeault Tanguay] 10 compositions release, this “Hi, who are you?” musical approach may lead to a more fulfilling musical experience for the performers than for the listener. The tracks here are successful mainly for the ingenuity of the performers. Auclair especially shows great promise and a mature musical sensibility. Worth checking out.

Worth checking out.

Review

Dolf Mulder, Vital, no 428, 23 juin 2004

On the compilation CD Sang 9 reviewed for Vital several months ago, the Ambiances Magnétiques label presented new and lesser known talents from Canada on the new music scene. One of them was Mélanie Auclair who now presents her first solo effort. On most of the pieces on this debut she either sings or plays cello. Most pieces have accompanied with another musician. On one piece we hear a trio and in the opening track Auclair plays a solopiece for cello. Auclair started playing cello at the age of 4 and later she was trained in classical singing. Nowadays Auclair likes to play improvised music because of her interest and drive to let emerge music spontaneously. She recorded with Joane Hétu, Bernard Falaise and Klaxon Gueule a.o. Auclair also has some experience in composing for theatre and dance productions. But now she wanted her music to stand on it’s own feet. For this project she asked and received the cooperation of several musicians she admires. We hear Auclair in duo with Vincent Réhel (piano), Guy Thouin (percussion, voice), Eric Auclair (bass, vibraphone), Charles Papasoff (bariton sax), Joane Hétu (voice) and Bernard Falaise (electric guitar). The cd closes with a trio by Eric Auclair and Michel Dubeau (Shakuachi). So it should not surprise that the 8 tracks on this cd make up a varied collection of improvisations. In all these meetings Auclair was interested in letting the improvisations come as spontaneoulsy as possible. If you ask me what they have in common, I would say that most pieces develop in the same slow pace. The intense vocal piece by Auclair and Hétu forms the exception. Because Auclair likes to play the low ranges of the cello most pieces have a dark and melancholic atmosphere, which is escpecially the case for the moving opening track. A common quality is also that most improvisations are textural explorations. Another musician mysterously named Papa Sucreah plays a role here. He seems to involved in most of the tracks doing some electronic extras that I’m unable to identify. Anyway with Puce à l’oreille Auclair delivers a improvised music that is ‘unspectacular’ but of a great emotive quality and honesty.

Auclair delivers a improvised music that is ‘unspectacular’ but of a great emotive quality and honesty.

Review

François Couture, AllMusic, 1 juin 2004

Puce à l’oreille is Mélanie Auclair’s debut album, released soon after her appearance on the compilation CD Sang 9, a survey of the new generation of Quebec avant-garde artists curated by DAME, Ambiances Magnétiques umbrella company. This new addition to the label’s roster is not all that impressive. Consisting of one solo piece, six duets and one final trio, the album constantly showcases the limitations of the young cellist and vocalist, by pitting her against much more experienced improvisers. The opening track tracks are designated by drawings instead of bearing titles) is basically a drone, elegant and intimate, but lacking in character. The duet with keyboardist Vincent Réhel is interesting, Auclair again sticking to droning textures. Her meetings with tabla player Guy Thouin, saxophonist Charles Papasoff, guitarist Bernard Falaise of Miriodor and Klaxon Gueule and vocalist Joane Hétu feature a wide variety of approaches. Auclair is clearly dominated by the ferocious baritone sax of Papasoff and by Falaise’s ever-fascinating guitar textures, although the piece with the latter is the disc’s highlight, thanks to some highly lyrical passages on the cello and a surprising use of electronic treatments. At the other end of the spectrum, the duet with doublebassist Éric Auclair is weak, failing to go anywhere as it runs from one incomplete idea to another. Measuring yourself up to established musicians on your debut album is certainly a daring move, but in this particular case it works against, not for Auclair.

Critique

Thierry Bissonnette, Voir, 20 mai 2004

Décrit comme une «suite d’instants», ce premier disque solo de Mélanie Auclair est un envoûtant chapelet d’improvisations, où la violoncelliste-chanteuse rencontre des collaborateurs aussi pertinents que Bernard Falaise (guitare électrique), Joane Hétu (voix), Charles Papasoff (saxophone) et Guy Thouin (percussions). Sans trop de prétention, sans trop de failles non plus, l’album mérite d’emblée son titre et nous révèle les géométries d’une intimité avide de surprises et de dialogue. Huit pistes à savourer comme autant de rafraîchissements sonores.

… l’album mérite d’emblée son titre et nous révèle les géométries d’une intimité avide de surprises et de dialogue.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.