La boutique des nouvelles musiques

Douleur sourde Paul Grégoire

Ambiances Magnétiques présente le premier disque du sculpteur, performeur et musicien Paul Grégoire. Douleur sourde est un disque de chansons. La musique est lente et mélodique, pigée souvent dans un répertoire connu. Les paroles sont originales, parfois anecdotiques, toujours sensibles, contenant une certaine réflexion sociale et un brin d’humour tout en demeurant noires.

Accompagné par: Drae Rival et sa façon très personnelle de jouer de la guitare par ses accords particuliers et inattendus. Jonas Slowenski à la batterie, qui avec sa philosophie de lenteur se marie si bien avec l’esprit du disque. René Lussier qui interprète au complet la musique de deux des chansons. Il y joue de la guitare, de la basse, des percussions, des pieds et des sifflements. Paul Hubert et sa vitalité, sa façon extrèmement énergique de jouer de la guitare. Fred Boudreault qui avec sa contrebasse, ajoute au côté sombre et vibrant. Jean Derome, à qui l’on doit la subtilité de ses très beaux arrangements, mais aussi un solo poignant. Et finalement Michel F Côté, batteur sur presque toutes les chansons, mais aussi coordonnateur et sans qui ce disque n’existerait pas.

Paul Grégoire, artiste multidisciplinaire travaille en sculpture, en musique, en écriture et en performance depuis 1970. Il était naturel qu’il réalise également la pochette du disque qui comprend un livret contenant les paroles et dont chaque chanson est illustrée. «J’ai voulu laisser des traces, mais aussi comme pour certaines expositions ou certaines performances que l’on réalise pour faire le point, j’avais besoin de boucler une boucle en résumant quelques années de plaisir et de travail musical.» —Paul Grégoire.

Douleur sourde est un disque inclassable, unique et touchant.

Douleur sourde

Paul Grégoire

La presse en parle

  • Luc Bouquet, ImproJazz, no 125, 1 mai 2006
    Fuyant comme la peste les itinéraires fléchés, et brûlant à grand renfort de rires carnassiers tous les feux rouges de la création, Paul Grégoire est un ovni décapant.
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 56, 1 septembre 2005
    … souvent délirants, parfois égrillards, toujours tendres (Qu’cè doux, qu’cè doux).
  • Dolf Mulder, Vital, no 471, 20 avril 2005
    … all the songs have been arranged with taste.
  • Dominique Denis, L’Express, 18 janvier 2005

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 125, 1 mai 2006

Paul Grégoire est un drôle d’oiseau; un de ces durs à cuire que, jamais, l’on ne mettra en cage. Fuyant comme la peste les itinéraires fléchés, et brûlant à grand renfort de rires carnassiers tous les feux rouges de la création, Paul Grégoire est un ovni décapant. Chanteur dégingandé, amateur d’alcools forts et trébuchants, saxophoniste hasardeux (à côté James Chance c’est du Mozart!), doté d’un humour féroce et d’une tendresse voilée, il y a du Bobby Lapointe dans ses histoires absurdes et dérapantes, du Red dans sa voix éraillée et du jazz dans ses reprises hilarantes de standards (Les feuilles mortes, Only You, Every Time We Say Goodbye…). Bref, un joyeux bordel organisé par quelques musiciens amis et familiers du collectif Ambiances Magnétiques (Michel F Côté, Jean Derome, Robert Langlois, René Lussier). Et comme chaque torchon trouve sa guenille, comme le chante si bien Grégoire, nul doute que de ce côté de l’Atlantique, quelques hurluberlus notoires sauront s’amouracher de la poésie lunaire et absurde de notre barde québécois. Hic hic hic hourra!

Fuyant comme la peste les itinéraires fléchés, et brûlant à grand renfort de rires carnassiers tous les feux rouges de la création, Paul Grégoire est un ovni décapant.

Disques

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 56, 1 septembre 2005

Les oreilles du collectif montréalais croisent parfois d’étranges personnage, lesquels n’ont a priori que peu de liens avec les musiques dites "nouvelles". Déjà en 1999, on nous présenta un succulent poéte, Patrice Desbiens (Les moyens du Bord AM 065). Avec Paul Grégoire, nous avons affaire à un artiste multidisciplinaire. Sculpteur, écrivain, chroniqueur, à l’aise dans un humour reflétant entre autres des réflexions sur la société avec un brin de noirceur, notre bonhomme est aussi performeur (cf. une installation "hippique" dans un salon intitulé L’urbaine urbanité). Auteur d’un recueil de petites histoires plus ou moins autobiographiques et parues initialement sous forme d’un hebdomadaire (Le p’tit Grégoire: l’œil de l’ours qui louche), il participe aussi à des formations musicales diverses, teintées de jazz (lui-même joue du saxophone). Douleur sourde reprend en partie le répertoire des groupes dans lesquels il se produisit dans les années 90, agrémenté de pièces plus récentes et bénéficiant d’un accompagnement instrumental fournit notamment par Jean Derome, René Lussier, Michel F Côté, Fred Boudreault. L’ensemble est quelque peu kitsch, repose parfois sur des airs connus revisités par des textes originaux (ainsi, TiMinou sur l’air de Only You, Le Petit Chat sur une musique de Dylan…) souvent délirants, parfois égrillards, toujours tendres (Qu’cè doux, qu’cè doux).

… souvent délirants, parfois égrillards, toujours tendres (Qu’cè doux, qu’cè doux).

Review

Dolf Mulder, Vital, no 471, 20 avril 2005

Paul Grégoire is a multidisciplinary artist from Canada. Since 1970 he has been active in the fields of sculpture, music, literature, and performance. In the 90s he played saxophone in several groups in the bars and galleries of Québec. From 1996 till 1999 he was the sax-player and singer of Whisky Blanc. In 2004 he recorded some of the songs he played with this group for his first solo album Douleur Sourde. It’s an album of traditional songs. The music is slow and melodious, and often borrowed from a known repertoire. The album opens with Jardin d’ogives. It has a great solo by Jean Derome on sax. We hear more evergreens of this kind on this album. Not exactly my cup of tea. But I must say all the songs have been arranged with taste. Grégoire has the company of some reputated musicians like Jean Derome (sax), René Lussier (guitar, etc.) and Michel F. Coté (drums). Also lesser known musicians were invited like guitarist Drae Rival and drummer Jonas Slowenski. They do a good job, and give funny and interesting interpretations of the songs. Grégoire wrote all the lyrics that are sung by him in french, a language I do not speak. So I can’t tell you what the lyrics are about. But the information says they are “unique, occasionally anecdotal, always sensitive, and present a certain level of reflection on social matters and a touch of humor, while remaining dark”.

… all the songs have been arranged with taste.

Chansons sans pitié

Dominique Denis, L’Express, 18 janvier 2005

La notice biographique nous présente Paul Grégoire comme un «sculpteur, performeur et musicien» qui occupe la scène artistique québécoise depuis le début des années 70. À l’écoute de Douleur sourde (Ambiances magnétiques/SRI), son premier CD, on aurait pu ajouter «poète, chanteur country, crooner impénitent et saboteur de repères familiers».

Je serais presque tenté d’inscrire «humoriste» au bas de la liste, vu l’esprit tordu-et tordant-qui habite ces détournements de monuments, transformant Only You en Ti-Minou et Blue Monn en… Moumoune, selon un procédé d’adaptation aussi libre que grivois qui sévit dans toutes les cours de récréation dignes du nom.

Mais pour emprunter la devise d’une ancienne revue satirique, ce n’est pas parce qu’on rit que c’est drôle. Comme tous les gratteurs de bobos, Grégoire ne se fait pas saigner pour nous choquer ou nous divertir, mais bien pour rendre visible-et audible-sa douleur sourde.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.