La boutique des nouvelles musiques

Décor sonore Mélanie Auclair

«Interpréter un lieu, s’approprier un espace…
Décor sonore est la rencontre entre la musique et
les bruits qui colorent notre quotidien.
Une fenêtre sonore qui s’ouvre sur un lieu, un moment.
Il est un recueil de nouvelles aussi réaliste que fantastique.
Il est un temps pour écouter les sons que nous entendons
mais que nous n’écoutons plus.»

Mélanie Auclair

«Compagnon de vie quotidiennement ignoré et sous-estimé, le bruit s’écoute avec les yeux. Pas de bruit sans mouvements, pas de mouvement sans bruits. À chaque battement de cœur, à chaque respiration, la vie impose son rythme tout comme la ville impose sa symphonie ambiante qui garde nos sens à vif. Qu’est-ce que tout cela sinon qu’un perpétuel changement de décor sonore? L’instant peut durer 4’33”… Souvent des esquisses banales se dessinent sans laisser de marque, mais parfois des tableaux grandiloquents changent à jamais nos idéaux… suffit de fermer les yeux pour voir.»

Antoine Berthiaume

Décor sonore

Mélanie Auclair

La presse en parle

  • Ken Waxman, The WholeNote, 1 février 2008
    … non-specific buzzes and wheezes as well as trilling chalumeau split tones, hollow wood cello thumping…
  • Dionisio Capuano, Blow Up, no 112, 1 septembre 2007
    Rumore ignorato e sottostimato, che genera l’emozione, trasforma il mondo in un immaginifico laboratorio di eventi inattesi.
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 72, 1 juin 2007
    Avec délicatesse, ces musiciens tracent un paysage mouvant et chalereux, vivifiant
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 46, 1 juin 2007
  • Frédéric Cardin, La Scena Musicale, no 12:7, 1 avril 2007
  • Luc Bouquet, ImproJazz, no 134, 1 avril 2007
    Oui, j’ai tellement aimé cette couleur mauve et vive, si tendre, si intense que je n’ai qu’une seule envie: refaire, à nouveau, ce voyage sonore.
  • Gilles Boisclair, SOCAN, Paroles & Musique, no 14:1, 1 mars 2007

Review

Ken Waxman, The WholeNote, 1 février 2008

Even more non-categorical are the timbres and textures exposed on cellist Mélanie Auclair’s Décor Sonore, another aural stunner. Leading a seven-piece ensemble including clarinetist Lori Freedman and guitarist Antoine Berthiaume as well as musicians manipulating a laptop, a foley for sound effects, and a piano, plus narration, the Drummondville, Que.-born, Montréaler uniquely melds music and everyday sounds. With the 20 tracks encompassing, foley-created scrapes and squeaks and non-specific buzzes and wheezes as well as trilling chalumeau split tones, hollow wood cello thumping and under the bridge finger-picking, the results touch on musics New, free, concrète and folkloric. Most notable is an unintentional four-track intermezzo (Le fil, Les volets mous, Mon cerf-volant and Dream Alarm which uses the cello’s shuffle bowing with a thick vibrato to joins floating, tongue-stopping reed lines, string plinks, tangled ring modulator clangs, natural thunder approximations into agitato but exhilarating patterns.

… non-specific buzzes and wheezes as well as trilling chalumeau split tones, hollow wood cello thumping…

Altrisuoni

Dionisio Capuano, Blow Up, no 112, 1 septembre 2007

Frammentato in venti schegge di durata breve, salvo i sette minuti di Sunday Driver, il lavoro della violoncellista canadese trova proprio nel violoncello un centro di (bassa) gravità musical-narrativo, sgretolato nell’esecuzione ma con memoria melodica. In alcuni casi, ad esempio La brouette o Rizières, la forma cameristica (chiaro: rigorosamente “contemporaneo”), richiama al pentagramma la chitarra di Berthiaume e il clarinetto di Lori Freedman. Tuttavia peculiarità di Décor sonore, disco non “decorativo”, sono il pervasivo rumorismo elementale (l’acqua di Séquestration des breuvages), i trucioli del laptop-tornio sonoro di Jean-Sébastien Cyr (Dream Alarm, L’atelier de Paul Émile, Jour 2: l’adaptation), il passo laterale degli strumenti (geniale il thriller free Les volets mous), l’infiltrarsi del rumore tra le pieghe quotidiane (La «Singer» de tante Jeanette). Rumore ignorato e sottostimato, che genera l’emozione, trasforma il mondo in un immaginifico laboratorio di eventi inattesi.

Rumore ignorato e sottostimato, che genera l’emozione, trasforma il mondo in un immaginifico laboratorio di eventi inattesi.

Disques

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 72, 1 juin 2007

Puce à l’oreille, son premier enregistrement pour Ambiances Magnétiques, présentait, dans le cadre de divers duos, une violoncelliste usant de textures et de sonorités variées. Un peu comme un catalogue de possibilités, séduisant certes, mais auquel il manquait peut-être un fil conducteur. Avec Décor sonore, il y a une unité conceptuelle dévoilant un projet très personnel auquel Mélanie Auclair associe d’autres intervenants (laptop, bruitage, piano ,guitare, clarinette basse, récitant). Avec délicatesse, ces musiciens tracent un paysage mouvant et chalereux, vivifiant, dans lequel l’auditeur ne peut que se fondre avec exaltation, un paysage sonore parcouru de souffles et de marées, de frémissements berçant ses oreilles. C’est finalement davantage qu’un simple décor.

Avec délicatesse, ces musiciens tracent un paysage mouvant et chalereux, vivifiant

Critique

Frédéric Cardin, La Scena Musicale, no 12:7, 1 avril 2007

La distribution musicale et les titres des pièces de ce disque (Les volets mous, Bhâvana, Dessinemoi du temps, Séquestration des breuvages, etc.) semblaient laisser présager une aventure musicale éclatée et foisonnante de timbres et de sonorités diverses. Les premières pièces donnent l’impression de remplir cette attente: grincements de violoncelle (solidement maîtrisé par Mélanie Auclair), éclats de guitare, bruits échantillonnés… Mélanie Auclair crée une poésie des sons et des bruits qui flirte avec un certain surréalisme. Cependant, après une quinzaine de minutes, l’auditeur constatera que la palette initiale ne s’est pas élargie et que certains instruments (telle la clarinette basse, jouée par Lori Freedman, ce qui n’est pas rien!) demeurent trop discrets, voire carrément sous-utilisés, et ce jusqu’à la fin. Auclair semble posséder beaucoup d’imagination, mais elle ne l’utilise pas à son plein potentiel expressif. À souligner, la réjouissante participation de Martin Léon dans des versions disjonctées de deux fables de Lafontaine.

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 134, 1 avril 2007

Au Québec, s’activent toujours les trublions d’Ambiances Magnétiques. Au Québec, Damian Nisenson, saxophoniste argentin vient de créer le label Malasartes. Au Québec, voici que nous arrive le label Tour de Bras… De l’impro de chambre au noise, petite visite guidée.

Décor sonore est le second disque en leader de Mélanie Auclair. La violoncelliste nous donne d’emblée quelques précieuses indications d’écoute(s): «le bruit est un mouvement, le mouvement un son, le son une parole…».

L’archet de Mélanie Auclair est un vent chaud, enveloppant. La source y est finalement de peu d’importance car seuls comptent ici ces espaces sonores et ouverts qui percutent et sondent nos oreilles. Ce disque s’écoute dans son intégralité et n’admet pas le fractionnement. Il ne s’agit pourtant pas d’une suite mais d’un territoire où s’entremêlent des univers pluriels, sensibles.

J’ai aimé ces bercements imperceptibles, ce mouvement faussement métronomique où s’échangent et se troquent les fables de La Fontaine. J’ai aimé les frémissements d’eau, l’air tremblant, les montées et descentes d’archet. J’ai aimé cette mer agitée où tout se dénoue dans l’embrasement des violoncelles, clarinettes et guitares mêlées. Oui, j’ai tellement aimé cette couleur mauve et vive, si tendre, si intense que je n’ai qu’une seule envie: refaire, à nouveau, ce voyage sonore. Voilà, c’est reparti!

Oui, j’ai tellement aimé cette couleur mauve et vive, si tendre, si intense que je n’ai qu’une seule envie: refaire, à nouveau, ce voyage sonore.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.