La boutique des nouvelles musiques

Les salines Normand Guilbeault, Marie-Soleil Bélanger

À l’automne 2005, lors d’une tournée en France, Marie-Soleil Bélanger (qui aime compulsivement l’eau) et Normand Guilbeault (qui adore le sel) ont eu l’occasion de visiter Guérande (Bretagne) et son marais salant. Les deux musiciens ont pu admirer un paysage étrange, divisé en bassins, comme les carreaux d’une immense catalogne, ponctué de petits monticules blancs: le sel. Le tout sur un plan horizontalement tendu et découpé.

Le sel est un des éléments indispensables

à la vie de l’homme. Très tôt, ce produit vital a donné lieu à une exploitation intensive et une commercialisation. Bien que les premiers marais salants aient vraisemblablement été bâtis dès le XIIe siècle par les moines de l’abbaye de Saint-Michel, l’activité salicole n’a réellement pris son essor qu’à partir du XVe siècle. Les producteurs de sel, appelés sauniers, perpétuent aujourd’hui des techniques séculaires, le fonctionnement d’un marais salant n’ayant quasiment pas changé depuis le Moyen Âge.

Les marais salants sont un espace naturel privilégié entre terre et mer qui abrite un écosystème fertile mais à l’équilibre fragile, et forment un milieu naturel particulièrement riche qui héberge une grande variété d’oiseaux et de plantes spécifiques. Le saunier, en assurant le renouvellement de l’eau dans les bassins et en maintenant les niveaux d’eau dans le marais, permet la préservation de ce milieu naturel.

L’eau, quant à elle, fait déjà partie des grands enjeux politiques mondiaux. Qu’il s’agisse d’eau potable, agricole ou d’usage industriel, l’eau est devenue un véritable objet de convoitise et alimente les débats lorsqu’il est question de sa distribution et de son partage. Aujourd’hui dans le monde, un milliard de personnes n’ont pas accès à une source d’eau potable. On entend souvent parler de guerres de l’eau, de gestion des eaux. Sera-t-elle effectivement l’enjeu des conflits du XXIe siècle? La crise actuelle est bien plus qu’une question de rareté. Elle est une crise de répartition, de distribution, et des choix relatifs à l’usage de cette eau.

Le sel appelle la soif et l’eau a besoin du sel pour être absorbée par le corps humain. L’eau salée est imbuvable, mais on y extrait son sel. Ces deux éléments complémentaires ont inspiré le projet Les salines pour lequel les musiciens Guilbeault et Bélanger ont composé quatorze pièces. Une œuvre musicale où l’infiniment petit côtoie l’infiniment grand. Une musique impressionniste, évocatrice de grands espaces plats. Tantôt fragile, tantôt solide, Les salines évoque aussi bien les minuscules cristaux de sel et les marais salants que la mer et l’eau sous toutes ses formes. Mariage réussi entre écriture et improvisation, entre brutismes et lyrisme, entre rigueur et liberté.

Les salines

Normand Guilbeault, Marie-Soleil Bélanger

La presse en parle

Disques

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 74, 1 décembre 2007

Ces deux enregistrements font la part belle aux cordes, et plus particulièrement à la jeune violoniste Marie-Soleil Bélanger. Son violon chante. Et son jeu, plutôt paisible, se nourrit d’influences orientales aussi bien dans son duo avec le contrebassiste Normand Guilbeault - bien que l’inspiration du duo provienne aussi du paysage breton de Guérande - que dans le quartet (ses partenaires, Jean-Marc Hébert, Christophe Papadimitriou, Pierre Tanguay y jouent respectivement de la guitare, de la contrebasse et de la batterie) d’autant plus qu’elle use aussi de l’erhu, un violon chinois. La musique de L’Autre relève aussi d’un jazz plutôt nonchalant quoique parfois plus nerveux, mais séduisant, notamment lorsque la rythmique insoufflée par Pierre Tanguay (à la batterie ou aux percussions corporelles) emprunte des chemins propres à amener l’auditeur vers un peu d’intériorité.

Altrisuoni

Dionisio Capuano, Blow Up, no 110-111, 1 juillet 2007

Un altro reportage emotivo, l’ebbrezza del viaggio: una violinista e un contrabbassista attraversano le saline di Guérande, in Bretagna. Quello delle saline è un ambiente di bellezza struggente e dolorosa, di alto valore simbolico. Luogo dove s’incontrano e sifronteggiano l’acqua e il sale, si amano consumandosi l’una l’altro, mai fino a distruggersi. Contesto socio-antropico di grande rilevanza storico-culturale. Il duo carica sulla musica tutte queste valenze e se, parafrasando, gli strumenti suonano dalla pienezza del cuore, qui è un traboccare d’amore. Non solo per via di La sueur du paludier, sorta di "anonimo bretone" che strappa l’anima. È tutta fantastica la visione musicale del duo. La danza arcaico-progressive che evoca l’alta marea (Marée haute), la visione abbacinante del bianco nell’overlapping armonico (Les salines 2), lo swing che s’immerge nelle falde sotterranee (Nappes souterraines), l’indolente bolero con la melodia grassa del contrabbasso de La marche du sel. Poi, tanto per morire trafitti dalla dolcezza (… ossimoro, visto il contesto), c’è una movenza cantabile, volta ad oriente, che sarebbe piaciuta a Debussy: La source. Da rimanere attoniti.

È tutta fantastica la visione musicale del duo.

Review

Dolf Mulder, Vital, no 571, 9 avril 2007

[…] Another exotic instrument we hear on the duo CD by Bélanger and Guilbeault. Marie-Soleil Bélanger plays the ehru, a chinese string instrument, in some of the tracks on their cd Les salines. Most of the time however she sticks to the baritone violin. Norman Guilbeault plays double bass. He may be known to you from his recent Charles Mingus tribute that I reviewed for Vital Weekly. Besides he worked and works with many other musicians from the Ambiances Magnétiques collective like René Lussier, Jean Derome and many others. Bélanger is active in the Montréal scene since 1994, and plays currently with Fanfare Pourpour. On a tour in France in 2005 both found inspiration for their CD, a very nice and inspired work by two excellent string players from Canada. The compositions are very transparent and open and give plenty of room this way to the capabilities of both musicians. Most of all they prove themselves as great vehicles for the musical expression of both players. They communicate in well balanced improvisations, that are not far out concerning their structure. And although they make use of extended techniques, they don’t push things to the extreme. With great ease and joy they move between traditionalist and modern approaches, creating some very warm and human music.

Jazz & blues - Le duo du courage

Serge Truffaut, Le Devoir, 30 mars 2007

En fait, ce n’est pas tout à fait cela. Il n’y a pas deux cordes mais deux séries de cordes. Celles du violon manipulée par Marie-Soleil Bélanger et celles maîtrisées par Normand Guilbeault. Bon, il y en a plus de deux, mais on admettra que l’éventail sonore choisi par ce duo propose en fait un énorme…coefficient de difficulté! Mettons qu’entre un violon et une contrebasse d’un côté et un big band de l’autre, il y a un écart, toujours pour ce qui est de la palette, égal à celui du désert de Gobi.

Bien, allons-y au ras des pâquerettes. De prime abord, on pourrait craindre que l’association de ces deux instruments débouche sur un résultat aussi aride que sans relief. Il n’en ai vraiment rien. Car cette combinaison de l’eau et du sel, pour emprunter à nos instrumentistes l’un de leur qualificatifs, finit en majesté.

Pièce après pièce, Bélanger et Guilbeault, pour reprendre un lieu commun, nous font voyager. Un coup, nous sommes plongés dans l’univers de Béla Bartok. Un coup, nous voici à l’écoute de l’univers sonore en vogue au Moyen Âge. Un coup, nous voilà projetés dans un univers échevelé ou plus exactement déstabilisant; il s’agit évidemment de l’improvisation. Un coup, on est au Japon. Et à moins d’avoir la berlue, on a entendu les accents de cette valse qui se jouait, non pas dans la chic et toc Vienne, mais bien dans les guinguettes populaires des bords dela Marne.

Si vous appréciez être étonné, cette production vous comblera. Chose certaine, du chapitre des risques ainsi que des curiosités, sans oublier celui du courage, Bélanger et Guilbeaultsont les héros. Une dernière décision? Normand Guilbeault n’est pas un grand musicien montréalais, québécois, canadien ou nord-américain. Il est un immense musicien. Point.

Un huis clos où deux cordes s’aiguisent mutuellement quand bien évidemment elles ne s’entremêlent pas.

Kritik

Rigobert Dittmann, Bad Alchemy, no 54, 1 mars 2007

In Les salines von Marie-Soleil Bélanger & Normand Guilbeault mischen sich Wasser und Salz… würde ich beginnen, wenn ich diese durch einen Besuch von Guérande in der Bretagne angeregten Reibungen ihrer Geige, Baritongeige & Erhu und seines Kontrabasses beschreiben sollte. Aber da das Digibag leider keine CD enthält, schweige ich mich notgedrungen aus über die 14 Improvisationen des Bassisten und Bandleaders (Trio Derome Guilbeault Tanguay, Normand Guilbeault Ensemble etc.) mit der Montréaler Geigerin, die seit 2004 bei Fanfare Pourpour oder in Richard Desjardins Kamasuta fiedelt.

Au rayon du disque

Marc Chénard, La Scena Musicale, no 12:4, 1 décembre 2006

Les cordes sont un univers en soi, surtout celles qui résonnent par l’archet. Et lorsqu’il s’agit d’un duo de violon et contrebasse, la proposition est d’autant plus singulière. Marie-Soleil Bélanger joue du violon, du violon baroque, et même du erhu chinois d’une manière souveraine; son comparse, le bassiste jazz par excellence Normand Guilbeault, demeure encore l’un des piliers de chez nous sur son instrument, tant arco que pizzicato. Ensemble, ces complices offrent quatorze morceaux qui couvrent un éventail varié de modes et de techniques de jeu, recoupant aussi bien de purs effets sonores que des mélodies d’une simplicité parfois désarmante. Seule une plage dépasse les sept minutes, les autres couvrant entre deux et cinq minutes. Pas de bavardage donc, juste des essences bien distillées et une intériorité qui vient poser sa signature sur ce disque d’ambiances… bien acoustiques. Pas besoin de jouer d’instrument à cordes pour apprécier, mais ça aide. À écouter dans vos moments les plus recueillis. (4/6)

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.