La boutique des nouvelles musiques

Bridge Lori Freedman

Parmi tant d’autres, une des fonctions d’un pont est de relier des parties séparées afin de créer un nouveau tout, plus grand, inclusif. La forme d’un pont, par sa structure et son design, est belle, essentielle en soi. Ce Bridge n’est pas une exception: peu importe si la musique est écrite ou bien improvisée; ce qui prime est la renaissance du musicien, qui, comme autrefois, est à la fois interprète et créateur; un performeur qui fait de la musique en faisant «pont» entre ces deux mondes afin de proposer une nouvelle entité, plus vaste. Ici, Freedman fait la connexion nécessaire entre compositeur et public par sa prestation comme interprète, improvisatrice et compositrice.

  • Collection QB
  • CQB 0909 / 2009
  • UPC/EAN 771028370924
  • Durée totale: 64:32

Bridge

Lori Freedman

Notes de programme

Pourquoi Bridge?

Un: J’adore cette musique.

Deux: Pour documenter un moment dans ma carrière où mon jeu repose autant sur la composition, que sur l’interprétation et la conjugaison spontanée des deux dans mes improvisations. Chaque pratique est indispensable aux autres, pour le bien de ma santé artistique. D’où ce «pont», cette structure qui relie, cette forme qui englobe tout.

Trois: Pour attirer l’attention sur le triangle relationnel entre compositeur, interprète-improvisateur et public, tous des rôles que je connais à fond. C’est le «dehors en dedans»: «dehors», le compositeur; «en» à l’intérieur de moi, l’interprète-improvisatrice; «dedans» ici, maintenant dans vos oreilles.

Quatre: L’offrande d’un programme exceptionnel et extraordinaire de musique pour clarinette seule. La composition la plus récente, ma première exécution et la seule pièce à deux musiciens est Flicker de Michel Galante, un duo pour clarinette en mouvement perpétuel et piano carillonneur, minimal, mais rassurant. La rafale mécanique de cette pièce est pure texture, elle porte sur la surface tangible. La pièce le plus à l’opposé de Flicker est aussi, par hasard, la plus vieille: Maknongan de Giacinto Scelsi. D’un autre monde, elle fait onduler des vagues de code morse au ralenti pour s’adresser aux sensations cachées sous la surface. En plus de faire appel à la richesse du son de la clarinette contrebasse, la partition exige une attention créative au non-écrit. Si on élève la tessiture, le tempo et le volume, on trouve la seconde pièce la plus âgée du disque: Clair de Franco Donatoni. Cet alléluia jazzé apporte un contraste aux autres partitions, plus introspectives et inquisitrices. Il s’agit d’une parfaite exclamation de joie, comme une parade militaire épique. Monique Jean m’a offert une musique de passage, un tunnel, un pont couvert. low memory #3, la seule composition électroacoustique sur ce disque, est multiphonique à dessein, multidimensionnelle à l’écoute et psychiquement multitemporelle: le poids d’un passé vibrant, mais éloigné, emplit l’oreille, se propulse puissamment vers le présent et s’agrippe à la lumière inévitable. Les deux œuvres françaises font contraste elles aussi, entre elles et face aux autres compositions. Si les deux Italiennes offrent des extrêmes quant à l’ambiance musicale, Itou de Pascal Dusapin et Simulacre IV de Georges Aperghis diffèrent radicalement l’une de l’autre dans le traitement des matières sonores. Itou déballe un vocabulaire étoffé pour décrire un personnage singulier, alors que Simulacre contient un petit nombre de motifs qui, réitérés de manière nuancée, multiplient les significations. Itou, portrait angulaire d’un être étrange, inhabituel et assez imprévisible pour évacuer toute inférence programmatique; Simulacre, simple chanson homonymique qui, sans trébucher dans son propre discours, regorge de bafouillages précis. Ma propre composition, Brief Candles se démarque comme la seule partition de ce disque combinant sections écrites et improvisées. Elle exige de son interprète vertu et désobéissance, constamment à cheval entre le connu et la découverte, une dichotomie dont j’abuse effrontément en obscurcissant le sens de son début, son milieu et sa fin.

Cinq: Les «bridges», Bridge One: Firth of Forth, Bridge Two: de Normandie et Bridge Three: 59th Street sont des moments entièrement improvisés en studio, des musiques certainement influencées par les œuvres écrites que j’avais alors en bouche. J’ai voulu, comme en concert, enregistrer ce qui surviendrait spontanément, sous l’influence d’un programme si exigeant, au fil des relations entre entités et de l’organisation des sons dans le temps. Voici donc le résultat de cette démarche, pour vous, à l’intérieur de mon Bridge.

Lori Freedman [x-09]

La presse en parle

  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 51, 1 novembre 2010
  • Héctor Cabrero, Le son du grisli, 31 août 2010
    L’ouvrage d’art qui en ressort est impressionnant…
  • Stuart Broomer, Musicworks, no 107, 21 juin 2010
    It’s a stimulating program, continually revealing Freedman’s inquiring spirit and sonic resourcefulness.
  • Vincenzo Giorgio, Wonderous Stories, no 17, 1 avril 2010
  • Dolf Mulder, Vital, no 722, 15 mars 2010
    Lori Freedman returns with a beautifully recorded solo album…
  • Réjean Beaucage, Voir, 14 janvier 2010
    … elle étonne par sa virtuosité et les sonorités surprenantes qu’elle tire de ses instruments.
  • François Couture, Monsieur Délire, 14 décembre 2009
    Un disque solide, exigeant mais enivrant.

Critique

Héctor Cabrero, Le son du grisli, 31 août 2010

La palette de la clarinettiste Lori Freedman ne cesse pas de s’élargir au fil des disques. Pour exemple, son Bridge rassemble des improvisations et des interprétations de pièces de musique contemporaine (de Scelsi, Donatoni, Dusapin, Aperghis, Michel Galante ou Monique Jean) qui mettent en avant une dextérité qu’on ne peut qualifier que de «freedmanienne». L’ouvrage d’art qui en ressort est impressionnant et si Lori Freedman était un pont, elle pourrait être par exemple la passerelle Simone de Beauvoir. Sur la Seine, la construction d’acier invoque l’eau en ondulant dans l’autre sens et promène ses visiteurs sur des chemins différents. Sur cet enregistrement, Lori Freedman prend ce visiteur et le fait danser avec une précision d’orfèvre ou sous le coup d’un expressionnisme exacerbé. Agité dans tous les sens, il ne fait plus de différence entre sa droite et sa gauche et la seule chose dont il est encore sûr est que le pont est stable alors que lui ne l’est plus. Mais la clarinette de Lori Freedman a ce son profond que l’on n’oublie pas et ce son est la rampe que le visiteur-auditeur ne devra plus lâcher.

L’ouvrage d’art qui en ressort est impressionnant…

Review

Stuart Broomer, Musicworks, no 107, 21 juin 2010
It’s a stimulating program, continually revealing Freedman’s inquiring spirit and sonic resourcefulness.

Recensione

Vincenzo Giorgio, Wonderous Stories, no 17, 1 avril 2010

Un gioco praticato anche dalla “clarinettista estrema” Lori Freedman che in Bridge si confronta in assoluta solitudine con sette brani a firma (tra gli altri) del già citato Scelsi (Maknongan del 1976) Franco Donatoni (Clair del 1980) e Michel Galante (Flicker che vede l’intervento esterno di Brigitte Poulin al piano).

Review

Dolf Mulder, Vital, no 722, 15 mars 2010

Lori Freedman returns with a beautifully recorded solo album called Bridge. All nuances and colors of her playing can be noticed and fully enjoyed on this crystal clear recording. Freedman leads us through ten works that have her playing bass clarinet, accompanied by Brigitte Poulin (piano) on Flicker (Michel Galante). Some of them are improvisations. Others are compositions by well-known (Scelsi) and not so well-known composers like Monique Jean, Pascal Dusapin, Franco Donatoni, etc. Improvising and playing composed music are equally important for Freedman at this stage of her career and that’s why we find examples of both of them on this record. The contrasts I experienced do not exist between the improvised pieces on the one hand, and the composed ones on the other. Freedman choose very different works to interpret, offering a diverse richness and many contrasts. For instance, Clair (1980) by Donatelli plays intelligently with jazz idiom and is a pleasantly light and positive work. Scelsi’s Maknongen (1976) remains in dark and low sections that are interrupted by almost screaming outbursts. Improvisation and composition are combined in Brief Candles a work composed by Freedman. The closing piece Low Memory 3 by Monique Jean is the only electroacoustic work. The clarinet is surrounded here with sounds that range from ambient-like to very noisy eruptions.

Lori Freedman returns with a beautifully recorded solo album…

Critique

Réjean Beaucage, Voir, 14 janvier 2010

On connaît bien la clarinettiste Lori Freedman, l’une des musiciennes les plus actives sur la scène montréalaise des musiques improvisées. On sait aussi, pour l’avoir vue à la SMCQ, avec l’ensemble Transmission, ou ailleurs, qu’elle peut avec la même extraordinaire aisance interpréter les œuvres les plus exigeantes du répertoire contemporain. Elle nous offre les deux ici, interprétant des œuvres de Michel Galante (avec la pianiste Brigitte Poulin), Pascal Dusapin, Giacinto Scelsi, Franco Donatoni, Georges Aperghis et Monique Jean, et improvisant en studio trois «ponts» reliant le tout. Qu’elle joue de la bonne vieille clarinette en si bémol, de la basse ou de la contrebasse, elle étonne par sa virtuosité et les sonorités surprenantes qu’elle tire de ses instruments. (3,5/5)

… elle étonne par sa virtuosité et les sonorités surprenantes qu’elle tire de ses instruments.

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 14 décembre 2009

Un disque solide, exigeant mais enivrant. La clarinettiste montréalaise Lori Freedman consacre ici un disque à la musique contemporaine, dont elle se fait l’interprète depuis longtemps. Mais au corpus d’œuvres écrites pour la clarinette basse (et signées Michel Galante, Pascal Dusapin, Giacinto Scelsi, Franco Donatoni, Georges Aperghis, Monique Jean et elle-même), elle ajoute trois improvisations intercalaires qui développent des idées, aussi passagères soient-elles, trouvées dans ces œuvres. Cela lie l’album, tout en brouillant un peu la distinction entre compo et impro, compositeur et interprète. Le Monique Jean (seule pièce électroacoustique mixte du lot) est à souligner pour son souffle, le Scelsi aussi, pour la clarté de l’interprétation.

Un disque solide, exigeant mais enivrant.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.