La boutique des nouvelles musiques

Hommage à Mingus Normand Guilbeault Ensemble, Charles Mingus

Il se pourrait bien que Normand Guilbeault soit le premier musicien de jazz né au Québec qui reconnait la grande influence exercée par Charles Mingus. Comme Mingus, Guilbeault est bassiste, chef d’orchestre et compositeur. Et, contrairement à bon nombre de ses confrères, Guilbeault a consacré beaucoup de temps et d’énergie personnelle à débrouiller les mystères de la musique de Mingus.

Normand Guilbeault est parvenu à trouvé cinq musiciens qui partagent avec lui la conviction que des compositions brillantes et un style de performance unique sont les éléments qui stimulent la créativité individuelle et son expression. Par conséquent, ce groupe a un son distinctif différent de celui que l’on entend d’habitude sur la scène de jazz actuelle.

Mathieu Bélanger est celui des musiciens du groupe à qui revient la première mention, puisqu’il a eu le courage de faire de la clarinette l’instrument de son art. Mathieu, qui joue aussi la clarinette basse - instrument difficile à manier - a prouvé, comme Eric Dolphy, le musicien dit-on le plus innovateur de Mingus, que la clarinette se prête parfaitement à l’expression des émotions les plus complexes.

Le trompettiste Ivanhoe Jolicoeur joue aussi le flügelhorn et on l’entend, au cours de cet enregistrement, exercer sa maîtrise de toute une gamme d’expressions musicales qui font la particularité des compositions de Mingus. Le joueur de trombone Michel Ouellet a trouvé un style qui lui est propre grâce à son flair pour des instrumentistes innovateurs moins connus tel que Lawrence Brown, Bill Harris et Jimmy Knepper, qui faisaient partie du groupe de Mingus. Le batteur Paul Léger est, pour Guilbeault, ce que Dannie Richmond était pour Mingus: un collaborateur fidèle prêt à l’aventure et apparemment capable de lire dans les pensées de sorte à pouvoir anticiper le moment où un des joueurs prendra un virage insolite.

Jean Derome, musicien invité, dirige ses propres groupes et a la distinction d’être un des compositeurs et interprètes les plus respectés dans le monde de la musique actuelle du Québec. Ses réalisations récentes sont très nombreuses. Lorsqu’on l’entend jouer la flûte et le saxophone alto ou baryton, on ne peut avoir de doute que le talent de cet homme mérite une reconnaissance internationale. Mais le plus beau c’est que Derome s’est joint au groupe de Guilbeault comme un membre à part entière et un des six solistes du groupe. Il est clair que l’affection de Jean pour Normand et pour la musique de Mingus est ce qui a motivé cet homme très occupé à s’impliquer dans le projet avec tant d’enthousiasme.

Pour ce qui est du leader du groupe, précisons que Normand Guilbeault, qui n’a pas encore quarante ans, est un des bassistes les plus recherchés à Montréal. Il sait s’intégrer à une équipe et assumer comme soliste les exigences des chefs d’orchestres et les complexités des compositions musicales très variées qu’on lui demande d’interpréter. De plus, il lit très bien la musique. Dans son rôle de chef d’orchestre (avec l’aide et l’appui de sa compagne, Anne), il a surmonté les difficultés d’organisation, de préparation de matériel, de recherche de travail, de réalisations de concerts et d’enregistrements, transigé avec ses musiciens, tout en continuant à jouer la basse très bien.

Je crois que dans cet enregistrement, Guilbeault réussit ce que très peu de gens ont eu le courage d’essayer: jouer la musique de Mingus en restant fidèle à l’esprit de son créateur, tout en y apportant une touche distincte et personnelle.

Andrew Homzy, compositeur et professeur de musique spécialisé en jazz à l’Université Concordia, Montréal, 1997

Hommage à Mingus

Normand Guilbeault Ensemble, Charles Mingus

Matthieu Bélanger, Jean Derome, Normand Guilbeault

La presse en parle

  • Dolf Mulder, Vital, no 703, 1 novembre 2009
    The music is very intense. But there is also room for humor and charm.

Review

Dolf Mulder, Vital, no 703, 1 novembre 2009

Normand Guilbeault Ensemble. With an earlier CD in mind of this ensemble, Mingus Erectus, their new one is again dedicated to the work of jazzgigant Charlie Mingus. In a line up of six musicians plus guest a singer (alt and baritone saxes, flute, voice, clarinet, bass clarinet, trumpet, fluglehorn, piano, drums, doublebass) they interpret six compositions by Mingus. It is a very demanding and heavy kind of jazz. It not so easily opens itself up for the listener. The music is very intense. But there is also room for humor and charm. The piano solo in Prayer for Passive Resistance is hard to resist. It is difficult for me to judge how this combo actualizes the music of Mingus, but for sure not in a conservative retro way.

The music is very intense. But there is also room for humor and charm.

Autres textes

Coda Magazine no 275

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.