La boutique des nouvelles musiques

Tout le monde Fanfare Pourpour

De L’Enfant Fort, fanfare spontanée, au Pouet Pouet Band, fanfare de scène, en passant par Montréal Transport Limité, troupe de cabaret underground du Plateau Mont-Royal, voici 20 ans plus tard, par pur désir et plaisir, «Tout le monde», le premier disque aux compositons originales de la Fanfare Pourpour. Accordéon, guitare, clarinettes, cuivres et percussions invitent à la fête où se côtoient bonheur, désordre et poésie. Avec ce premier album, la Fanfare Pourpour nous offre une musique d’une grande souplesse empreinte de complicité. On y découvre une musique soigneusement orchestrée, lyrique, poétique, cinématographique et rythmée. Dans une ère où les génocides et les conflits armés déchirent le présent, l’avenir et la dignité de milliers d’êtres humains, les musiques de la Fanfare Pourpour ravivent le sens du mot liberté.

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement.

Tout le monde

Fanfare Pourpour

Lou Babin, Suzanne Babin, Guido Del Fabbro

  • CD
    MFMV 01
    Épuisé

La presse en parle

Le folklore actuel

François Couture, actuellecd.com, 16 mars 2004

Lorsqu’on m’a demandé de plonger dans le catalogue de DAME à la recherche de points d’intersection ou de thèmes récurrents qui esquisseraient des chemins de découvertes, le filon folklorique s’est imposé de lui-même, non seulement par l’importance de la musique traditionnelle dans le développement de la musique actuelle au Québec, mais aussi parce que les disques qui s’y rattachent s’adressent à nous d’une façon qui sera plus immédiate pour certains néophytes.

Cela peut paraître paradoxal, mais folklore et innovation font bon ménage. Quand les artistes avant-gardistes d’une culture cherchent à outrepasser les diktats de l’industrie musicale, ils se tournent souvent vers les racines, les leurs et celles des autres, à la recherche de nouvelles voies à explorer. Les musiques folkloriques cachent souvent des trésors de liberté et d’improvisation. De plus, leur aspect souvent festif rend l’acceptation de nouveaux paramètres (rythmiques, mélodiques, improvisationnels) plus facile. C’est ce qui s’est passé et continue de se passer au Québec. Voici une piste d’écoute en trois temps, trois approches novatrices du folklore chez DAME: les folklores revisité, réinventé et fantasmé.

Folklore revisité

Fin des années 70: le Québec vit un renouveau folklorique grâce à une nouvelle génération de musiciens (on pense à La Bottine Souriante, au Rêve du Diable, à l’Engoulevent). Parmi ces groupes, dont plusieurs endisquent pour la défunte étiquette Tamanoir, se trouve un collectif de jeunes fous, des guitaristes qui pervertissent le reel et le folk par leurs inventions mélodiques et leurs poèmes post-modernes. Conventum compte dans ses rangs André Duchesne et René Lussier, qui co-fonderont le collectif Ambiances Magnétiques un peu plus tard (les deux albums de Conventum, À l’Affût d’un complot et Le Bureau central des utopies, sont malheureusement discontinués).

Au sein d’Ambiances Magnétiques, René Lussier a poursuivi sa relecture de l’histoire musicale du Québec et d’ailleurs. Sa discographie est parsemée de pièces folkloriques remises à nu et à neuf. Dans les trois albums des Granules (avec Jean Derome), il exacerbe son caractère dionysiaque (Le Boudin de Noël sur Soyez vigilants, restez vivants ou encore La Chicaneuse sur Au Royaume du silencieux). Avec Le Trésor de la langue, il s’est tourné vers notre folklore historique, transformant les mots de René Lévesque, du FLQ et des gens de la rue en un nouveau «Cahier de la bonne chanson». Sa récente collaboration avec le guitariste américain Eugene Chadbourne marque un retour aux sources — leur album L’Oasis sur étiquette Victo revisite plusieurs airs traditionnels des deux côtés de la frontière.

Folklore réinventé

Le folklore d’une nation n’est pas qu’un corpus, c’est aussi un état d’esprit, un substrat dont on s’inspire à la recherche d’un nouveau folklore. Plusieurs artistes du catalogue DAME puisent à cette source et réinvente notre folklore (et parfois même celui des autres). Sur La Boulezaille, Pierre Tanguay et Pierre Langevin (eux-mêmes maîtres des musiques traditionnelles européennes dans le groupe Strada) mélangent instruments traditionnels et modernes à la recherche d’un folklore actuel, dépoussiéré du carcan dans lequel aimerait l’enfermer les traditionalistes de tout acabit. Des groupes comme Interférence Sardines et la Fanfare Pourpour donnent à leur pièces originales une forme qui rappelle ici la fougue du violoneux du diable et là la musique des fêtes de rue (la musique du peuple, folklorique par définition). Si sa Musique d’hiver n’a rien de festif, Joane Hétu y redéfinit néanmoins le folklore hivernal québécois, avec beaucoup plus de précision et de force d’évocation que le poème de Nelligan.

Folklore fantasmé

Le folklore réfère à une musique instinctive, créée hors des institutions et de leurs codes, la musique du quotidien, du carnavalesque selon Bakhtine. Et quand on veut sortir du quotidien? Il est toujours possible d’inventer le folklore, de faire de la folklore-fiction. René Lussier et Robert Marcel Lepage établissent leur musique actuelle, mélange d’impro libre à l’européenne et de relents traditionnels, comme le folklore d’un monde futuriste, dernière énigme d’un univers déshumanisé. Même chose chez Les 4 Guitaristes de l’Apocalypso-Bar d’André Duchesne qui incarnent le rock traditionaliste du futur (un futur post-apocalyptique d’ailleurs). Dans le cas des Chants rupestres de Bruire, Michel F Côté et ses acolytes cherchent à travers l’impro libre les traces de la musique folklorique des hommes des cavernes. Si nous sommes maintenant loin des airs faussement naïfs de Conventum, il s’agit encore dans l’esprit d’un retour aux sources primaires de l’expression musicale. Il y a plus d’une façon de swinger la baquèse dans le fond d’la boîte à bois.

En cadeau, élargir des horizons

François Couture, actuellecd.com, 25 novembre 2003

Les Fêtes approchent. Vous vous demandez quoi offrir en cadeau cette année? Vous cherchez le truc original, ce qui étonnera et fera plaisir? Pourquoi ne pas élargir les horizons musicaux d’un être cher, d’une collègue de travail ou d’un cousin que vous n’avez pas vu depuis le dernier Noël. Voici une sélection toute personnelle d’idées cadeaux pour initier quelqu’un (ou vous-même, on peut bien se faire plaisir!) à la musique actuelle.

La chanson

Cela peut paraître un peu simpliste, mais tout le monde apprécie une bonne chanson. Cela dit, nous n’avons pas tous la même définition de ce qu’est une bonne chanson. Et les artistes du catalogue de DAME prennent beaucoup de liberté avec cette forme musicale, c’est d’ailleurs ce qui rend la chose si excitante. Frank Martel et Tomás Jensen sont des chansonniers au verbe ludique et à la musique intemporelle, chacun à sa façon (les amateurs de Richard Desjardins ou d’Urbain Desbois y trouveront leur compte). Et les Chansons d’un jour de Geneviève Letarte plairont à quiconque recherche une chanson au texte poétique et à la mélodie intelligente et accessible. Pour les rockeurs dans l’âme, Locomotive d’André Duchesne (des riffs à fond de train) demeure un classique.

Castor et compagnie de Joane Hétu a déjà un côté plus pernicieux avec ses textes sensuels (voire érotiques) et ses moments de douce folie, une folie qui s’accentue dans le rock déconstruit du groupe féminin Justine: leur premier album, (Suite), tient du rock progressiste, alors que le second, Langages fantastiques, fait plutôt dans la chanson à haute teneur en improvisation. Comme va-tout, la compilation Chante! 1985-2000 offre une vaste sélection de chansons tordues et touchantes.

La fête

Moment de célébration, de carnavalesque, de transgression des interdits, la fête est aussi musicale et donne lieu dès lors à une distorsion des règles couramment admises. L’Orkestre des pas perdus insuffle à la musique de fanfare un air de cirque actuel, un R ‘n’ B (rhythm ‘n’ brass, bien sûr) qui rafraîchirait n’importe quelle parade. Son cousin Les Projectionnistes (les deux projets sont pilotés par Claude St-Jean) remplace le cirque par le rock et de fanfare fanfaronne la section de cuivres se transforme en funk frénétique. Pour sa part, la Fanfare Pourpour troque le caractère officiel des costumes de parade pour la spontanéité d’une fanfare de rue, une musique pour Tout le monde qui ne s’abaisse pas au plus petit dénominateur commun.

Dans le même esprit, mais en ajoutant un côté est-européen et une imagination débridée, le groupe Interférence Sardines (qui compte en ses rangs deux membres du groupe néo-trad Les Batinses) brasse fort. Jean Derome et les Dangereux Zhoms adoptent un angle plus jazz avec un côté frivole qui pousse parfois jusqu’à l’exubérance. Les trois albums du groupe sont hautement recommandables, mais Carnets de voyage demeure un excellent point de départ. On trouve le même esprit de démesure et d’émotion pure dans La boulezaille (Pierre Langevin et Pierre Tanguay) et Plinc! Plonc! (Jean Derome et Pierre Tanguay), des disques où s’entremêlent improvisation, musiques du monde, jazz et fantaisie libératrice.

Et pour aller plus loin

Mais peut-être voulez-vous allez plus loin et donner le goût d’une musique actuelle plus audacieuse et abstraite? Voici quelques suggestions de musiques improvisées et électroniques.

Martin Tétreault est l’un des artistes expérimentaux les plus fascinants en ce moment. Son utilisation du tourne-disque projette 45 questions par minute. Son récent disque Parasites avec Diane Labrosse pose la loupe sur de petits bruits inquiétants. Et sa nouvelle collaboration avec le Japonais Yoshihide Otomo, Studio — Analogique — Numérique, offre une musique de recherche étonnante dans une présentation originale: un coffret de trois mini-disques compacts.

Actif sur la scène des musiques d’avant-garde depuis le début des années 70, Fred Frith demeure le favori de plusieurs amateurs du genre. Les deux albums de son Fred Frith Guitar Quartet (avec René Lussier, Nick Didkovsky et Mark Stewart) sont essentiels. DAME offre aussi les titres de son étiquette Fred Records.

L’un des premiers groupes de l’écurie DAME à s’être tourné vers l’improvisation électro-acoustique, Klaxon Gueule donne dans les textures bruitistes et le plaisir exigeant. Les albums Muets et Grain ont été acclamés par la critique internationale. Mentionnons aussi la compilation Ohmix, un projet électronique audacieux où une brochette d’artistes (dont Martin Tétreault, David Kristian, John Oswald, Terre Thaemlitz et Ralf Wehowsky) remixent les disques de l’étiquette Avatar.

Enfin, au lieu d’envoyer les habituelles cartes de souhaits, je vous suggère les cartes postales sonores de l’étiquette Ouïe-Dire, des cartes accompagnées de mini-disques compacts. Et bon temps des Fêtes!

Les francofolies de Montréal

Philippe Renaud, La Presse, 28 juillet 2001

À 22h. La Fanfare Pourpour distillait une musique empreinte de romantisme qui a captivé le public du parc Hydro-Québec. Doux, lyriques, parfaitement exécutés, les airs de valse parfumée aux effluves slaves avaient de quoi séduire. En boni, Mara Tremblay s’était jointe à la fanfare. Du bonheur.

Critique

SOCAN, Paroles & Musique, no 6:8, 1 octobre 1999

Onze résidents du Plateau Mont-Royal, à Montréal, âgés de 18 à 63 ans, ont décidé de former la Fanfare Pourpour. Ces disciples du cabaret underground se révèlent d’excellents musiciens et font sortir du macadam du Plateau une musique branchée sur la vie, mon vieux, avec tout son spectre d’émotions vibrantes et diamétralement opposées. La poussière du rang 4, par exemple, avec ses harmonies vocales discrètes et sans prétention, est représentative du ton très agréable de l’ensemble.

Bernard Poirier, Luc Proulx et René Lussier participent à l’écriture du matériel.

Critique

Le Sorteux, no 6:8, 1 octobre 1999

Dire que la fanfare PourPour provient du plateau Mont-Royal c’est aussi définir le style de l’ensemble et de sa musique: sans âge, bigarée et «féllinien». La formation montréalaise nous transporte dans un univers qui n’est pas sans nous rappeller l’ambiance du cirque ou de la fête foraine. La musique est joyeuse ou triste, légère ou lourde, ordonnée ou chaotique. Les amateurs de musique tzigane ou jazz y trouveront certainement leur compte. (Une suggestion de Jean Lamarche, L’Oreille cassée de Trois-Rivières)

Critique

Catherine Perrey, Ici Montréal, 27 mai 1999

Les 11 membres de cette fanfare n’ont qu’un seul but: nous donner le goût du plaisir de la vie et du sens de la fête. Les nostalgiques des Cabarets de l’incantation à la pleine lune retrouveront avec joie les pieces qui cristallisaient l’émotion collective de toute une salle et nous donnaient l’envie de danser avec tous nos amoureux à la fois. C’est frais, c’est beau, c’est simpie comme la musique de Nino Rota. Triste et gaie a la fois, sans superflu. La vie est un air de fanfare. Visa general. Pour tous. 8/10

Le vrai vent de l’été

Pierre Boulet, Le Soleil, 22 mai 1999

De la fanfare? Y va pas bien, le bonhomme? Hop là, on se calme! S’il vous plait, oubliez les corps de tambours et clairons qui font branler les glands de leurs bottes de cowboys sur l’asphalte glacé des carnavals. Pensez plutôt à l’été. Aux vents chauds. Aux musiques d’un film dont vous seriez l’acteur. À des climats remplis de continents.

Essayez, pendant une petite minute, d’imaginer une musique qui serait à la fois complètement champêtre et tout à fait urbaine. Un tantinet racoleuse, mais parfaitement intelligente. Une musique qui voudrait que tout le monde (mais là, vraiment tout le monde) soit joyeux, sinon heureux, pendant 56 minutes et neuf secondes. Eh bien, ça porte un nom: la Fanfare PourPour. Et ça donne un disque: … tout le monde. Fanfare PourPour… tout le monde. Un délice inattendu. Le vrai vent de l’été.

Je vous parlais de climats. Ne niaisons pas avec la puck. Essayez d’imaginer. Un roulement de caisse claire, et c’est parti. Des échos de Nino Rota et de Kurt Weill. Un prétexte pour amener ce petit son tout à fait montréalais, actuel et irremplaçable, qui fait la vraie beauté du Festival de jazz. Un mélange de vents d’Est parfumés de klezmer, de fête foraine, d’atmosphères à la Radio Days de Woody Allen, de Nouvelle-Orléans et de musique de char qu’on pousse «au boutte», en traversant le rang de gravelle d’une verte campagne.

Un son. Extrêmement confortable. Admission génélale. Et pourtant saisissant et dérangeant pour peu qu’on s’arrête à l’originalité des compositions, à la nervosité subtile des arrangements, à la spontanéité de l’invention. Ça sent le bitume et ça souffle des fleurs.

Une fanfare merveilleuse, une petite messe, qui porte l’empreinte de Bernard Poirier, réalisateur et directeur musical (clarinette, clarinette basse, harmonica, guitare). Et qui ramasse ce qu’il y a de plus hot en musique intemporelle à Montréal: Lou Babin (accordéon, voix), Némo Vemba (trompette), Guido Del Fabbro (violon, alto),,Jaco Duguay et Benoît Fauteux (caisse claire et percussions), Stéphane Ménard (saxos), Luc Proulx (guitare), Suzanne Babin (clarinette), (Christine Lajeunesse (euphonium). Et des invités de marque, qui sont pourtant de la famille depuis toujours:Jean Derome (saxo alto), Claude Vendette (saxo ténor), Normand (G uilbeault (contrebasse) et René Lussier (guitare acoustique et composition).

Des moments forts?

La poussière du rang 4: Ça commence FarWest, à l’harmonica les cuivres font rouler la basse, l’accordéon et la clarinette vous déménagent chez les Juifs de l’Est et puis, d’un coup, le violon vous sort quelque chose qui ressemble à un reel. Un choeur vous achèveça à l’unisson. Insaisissable.

Le vaisseau d’or (mon hit), composé et interprété par René Lussier à la guitare acoustique. Avec la voix de Lou Babin qui copule littéralement sur une trompette wa wa des années 20. De la musique venue de la peau. Un frisson épouvantable!

Vous l’entendez, le son? Pas encore? Placez-le quelque part entre la valse, le tango, Tom Waits, un côté bon enfant tordu el la dernière bouffée qu’on tire, au lever du soleil, à la fin d’une nuit d’été. Ajoutez-y pigue-nique en famille ou un party de mariage en plein air… Ça, c’est de la fanfare. PourPour… tout le monde!

Review

Charlie McKenzie, Hour, 20 mai 1999

This classical work of musical cabaret art is brought to you by the same people who’ve provided the Plateau with a good slice of its joie de vivre for the past 25 years. PourPour a highly polished, impromptu band of Plateau musicians, ranging in ages from 16 to 60, that takes a very definite Fellin-esque approach to life in general and music in particular. It’s funny that in an area where so many revel in the self-inflicted "underground" label, the real thing isn’t at all what you’d expect. Its much better.

Un premier disque de musique de Fanfare

Alain Perron, Le Plateau, no 3:33, 16 mai 1999

La fanfare Pourpour existe depuis quatre ans. Mais ses membres se connaissent depuis 25 ans s’étant tour à tour retrouvés au sein des formations l’Enfant Fort, fanfare spontanée, du Pouet Pouet Band, fanfare de scène, et de Montréal Transport Limité, une troupe de cabaret underground du Plateau Mont-Royal.

«On a commencé à jouer ensemble pour le plaisir et on continue à le faire juste pour le plaisir. Ce serait utopique de croire que nous pourrions vivre de ce projet», affirme Bernard Poirier, compositeur de la formation ayant travaillé aux arrangements, clarinettiste et guitariste.

De toute façon, la plupart des prestations de la fanfare Pourpour n’entrainent pas de réels bénéfices pour ses membres. «Nous offrons beaucoup de spectacles bénéfices. Il en est ainsi d’un prochain spectacle offert à Sherbrooke, le 17 mai, pour des enfants de Tchernobyl. Prochainement aussi, Pourpour participera à une campagne de financement pour permettre aux enfants défavorisés de profiter des camps de vacances au cours de l’été. Cette campagne est organisée par Radio-Canada et aura lieu le 13 juin prochain.

On pourra entendre les airs de fanfares de Pourpour en plein air au parc Jeanne-Mance lors du Tour de l’ile, le 6 juin, de 10h à 14h.

Les membres de la fanfare Pourpour ont été invités lors du dernier Salon du livre à Paris. «lls ne voulaient pas avoir de rigodon ni de ceinture fléchée. Alors nous avons animé l’exposition qui mettait le Québec à l’honneur.

La formation de fanfare Pourpour

Les gens ont apprécié de découvrir un nouveau genre de musique enfin offert par le Québec», raconte Bernard Poirier.

«Notre musique provient d’un métissage d’influences, ce qui correspond à ce qui se vit ici au Québec grâce à l’apport des communautés culturelles», insiste-t-il.

À la saveur du plateau

La formation est composée principalement de musiciens du Plateau Mont-Royal: Bernard Poirier, composition, arrangement, clarinettes et guitare, Luc Proulx, guitare acoustique, composition, Lou Babin, accordéon, voix, Suzanne Babin, clarinette danse, Guido del Fabbro, violon, mandoline, Jacô Duguay, grosse caisse et voix, Benoit Fauteux, caisse claire, percussions, Roy Hübler, guitare acoustique, banjo, Christine Lajeunesse, euphonium, Stéphane Ménard, saxophones, et Nemo Venha, trompette.

Pourpour vient de lancer un disque sur lequel on trouve 16 pièces, dont la majorité sont originales, composées par les membres du groupe. Huit pièces sont de Bernard Poirier, quatre de Luc Proulx, deux de Jean-Marc Zelwer, une de René Lussier et une de Tom Waits.

Les influences de ce genre de musique de fanfare proviennent des gitans et de l’Europe de l’Est. À l’époque du Pouet Pouet Band, la troupe a d’ailleurs vécu comme des gitans en voyageant en Europe au début des années 1980. «Nous avancions de village en village en offrant des mini-concerts pour financer notre voyage. L’aventure a duré trois mois. Au début nous avions deux véhicules, à la fin c’était toute une caravane qui nous suivait avec des musiciens locaux», se souvient Bernard Poirier. La musique de fanfare rejoint de plus en plus d’adeptes et connait une certaine popularité «Il s’agit d’une musique vivante et joyeuse. On entend aussi de la musique de fanfare dans les bandes sonores de plus en plus de films» fait-il remarquer.

Avec la popularité de ce type musical, Bernard Poirier et sa troupe caressent un projet de créer un festival de la musique de fanfare. Un festival qui s’ajouterait aux autres tendances musicales mises en évidence lors d’événements publics à Montréal.

La Fanfare

Sylvain Cormier, Le Devoir, 15 mai 1999

À la parade, je n’ai jamais été. Ni Saint-Jean, ni Saint-Patrick, ni rallye politique. Pas plus pour regarder passer la parade sur les épaules de papa que pour parader moi-même. Jamais soufflé dans une trompette. Jamais tenu la cadence au tambour dans l’harmonie de la polyvalente secondaire Henri-Bourassa, encore moins un bâton de majorette. C’est dire à quelle distance je me suis tenu des fanfares et leur tintamarre et leurs notes à côté de la note. C’est dire combien je suis surpris d’être tombé amoureux fou de ce premier disque de la Fanfare Pourtour.

Que c’est beau, une fanfare, quand c’est joué avec intelligence et sensibilité. Que c’est fou, une fanfare d’esprits libres. Que c’est plein de toutes sortes de choses à la fois, une fanfare sans frontières: il y a dans celle-là la frénésie des orchestres klezmer, les musiques de Nino Rota pour Fellini, I’improvisation collective des jazzbands de La Nouvelle-Orléans, les rythmes de musiques d’un peu partout dans le monde.

C’est joué par onze copains-copines de l’«idiot professionnel» François Gourd, habitués du regretté Cabaret de l’incantation à la pleine lune, anciens de L’Enfant Fort, du Pouet Pouet Band et du Montréal Transport Limité, infatigables et irrépressibles saltimbanques du Plateau, qui ont appris à jouer en jouant ensemble pour le plaisir.

Qu’il s’agisse des compositions maison de Bernard Poirier et Luc Proulx ou des versions du Russian Dance de Tom Waits et du Vaisseau d’or de René Lussier, tout là-dessus exalte l’émerveillement, la beauté, la liberté, mais sans nier la tristesse et la cruauté. Pour tout dire, la Fanfare Pourpour joue pour tout le monde. Même moi. Foi d’ancien exclu de la parade.

… suite d’une tradition

Alain Brunet, La Presse, 1 mai 1999

Une tribu du Plateau Mont-Royal s’était donné rendez-vous au Centre-Sud, coin Ontario et Champlain. Comme si le Quai des brumes s’était transformé en… Lion d’or. Lundi soir, une fanfare y klaxonnait des airs de vieux cirque, on y imaginait des roulottes de saltimbanques sillonnant les chemins de Hongrie en direction de… Saint-Fortunat.

Là où est née la fanfare Pourpour, qui vient de lancer l’album Tout le monde (étiquette DAME) à sa troisième année d’existence.

Arrangements un tantinet déglingués, tantôt tziganes, tantôt germaniques (époque république de Weimar), tantôt italiens. Guitares acoustiques, accordéon, violon, cuivres, anches, cris d’allégresse et gracieuses steppettes.

Pour bien saisir ce qui s’est passé au Lion d’or lundi soir, il faut remonter le temps. Un quart de siècle, en fait. En 1975,l’Enfant fort fut l’une des premières manifestations sonores de cette tribu du Plateau. A l’époque, la fanfare était devenue un véhicule important de la contre-culture. Réappropriation de la rue, ouverture au répertoire populaire mais aussi à l’innovation orchestrale. En Europe, plusieurs fanfares alternatives avaient déjà mis en œuvre différents alliages aiants de modernité et de progressisme. L’Enfant fort avait importé la tendance.

Fin des années soixante-dix, le Pouet Pouet Band reprit le flambeau, et ce avec beaucoup de vigueur. On se plaisait alors à comparer la facture de cet orchestre ambulant aux musiques de Kurt Weill composées pour Brecht, à celles de Nino Rota imaginées pour Fellini.

«Du Pouet à aujourd’hui, il y a tout un espace-temps. Et l’on ne voulait surtout pas retourner en arrière. La musique de Pourpour ne se fait pas de la même façon. Dans le plaisir, bien sûr, mais pas de la même façon» amorce Luc Proulx, qui écarte d’emblée toute tentation nostalgique. Il fut membre à part entière du Pouet Pouet Band bien avant d’amorcer une brillante carrière de comédien (Carbone 14, Bouscotte, etc. ), il renoue avec la musique de fanfare pour des motifs essentiellement ludiques.

«On n’a pas fait ça pour faire renaître une fanfare, mais bien pour faire de la musique. Par un bel été, on s’est dit que ça serait bien de monter une fanfare pour les gens de Saint-Fortunat, dans les Bois-Francs —où j’ai une petite ferme. On a alors joué quatre pièces à l’hôtel de la place, puis on s’est dit que ce serait bien de continuer à répéter. Parce qu’on avait un prétexte pour se faire à souper, boire un verre, parce qu’on avait du plaisir.»

Au tournant des années quatre-vingt, Bernard Poirier était aussi du Pouet Pouet Band. Dans la fanfare Pourpour, il est devenu le principal compositeur. Luc Proulx dit aussi composer, mais Poirier achève le travail d’arrangements.

«Pour ce qui est de l’apprentissage du répertoire, ça va de plus en plus vite. Pendant la première année, on était restés pris avec nos quatre premières chansons!», indique Bernard Poirier, suscitant l’hilarité auprès de ses collègues.

«A l’époque du Pouet, reprend-il, peu de gens savaient lire la musique, ce qui n’est plus le cas, bien que plusieurs membres de Pourpour ne vivent pas exclusivement de la musique.»

La fanfare Pourpour propose un métissage traversé par les musiques du monde. «Toutes sortes de cultures qu’on a entendues et absorbées, une fête intérieure, des sons à la fois tristes et gais. On s~est aussi permis Russian Dance, une toune de Tom Waits, on a même composé un country», explique Poirier. Présente à cette interview, la chanteuse et accordéoniste Lou Babin a toujours brillé au sein de cette tribu du Plateau. Elle sait, par ailleurs, que l’avant-garde de la culture montréalaise est beaucoup plus fragmentée qu’elle ne l’était il y a 20 ans.

«Nemo, conte-t-elle, était dans mon ventre à l’époque où je jouais dans le Pouet. Maintenant il est trompettiste de formnation, il joue avec nous dans la fanfare. Je me sens bien par rapport à cette continuité. En arts visuels, en cinéma ou en musique actuelle, on forme encore une communauté active. Une communauté peut-être moins flamboyante, mais toujours présente.

«Moi, je pense qu’on va jouer encore longtemps. Tant qu’on va avoir du fun à partager, on va jouer. Le nom de Pourpour, on va le faire.»

Les joyeus troubadours

Nicolas Tittley, Voir, 22 avril 1999

«On est un groupe d’amis avant tout, et nous aimons faire de la musique.» La formule, émise par Luc Proulx, homme de théâtre bien connu mais également guitariste à ses heures, est aussi simple que définitive, et rien ne pourrait mieux decrire l’essence de la Fanfare Pourpour. Posez la question à n’importe lequel de ses membres, que ce soit le directeur musical Bernard Poirier, I’accordeoniste Lou Babin, le percussionniste Benoît Fauteux, on n’importe lequei des onze musiciens que compte l’ensemble, et vous obtiendrez sans doute la méme réponse. C’est l’amitié qui a réuni cette bande de joyeux troubadours multidisciplinaires il y a plus de vingt-cinq ans, sous le nom de L’Enfant fort. À l’époque, il s’agissait d’une véritable fanfare populaire, qui se produisait à l’improviste dans les rues du Plateau Mont-Royal. Puis, quelques membres ont formé le Pouet Pouet Band, dans le but avoué de faire plus de scène, objectif fortifié par la création de Montréal Transport Limité, collectif quasi légendaire des années 80. Depuis trois ans, le groupe existe sous le nom de Fanfare Pourpour, dont le premier album, Tout le monde, sera lancé cette semaine au Lion d’or.

«Ce n’est pas un orchestre qui a été pensé en termes d’instrumentistes, par un individu qui aurait soigneusement choisi chacun des musiciens, explique Luc Proulx. C’est arrivé par hasard: chacun d’entre nous savait jouer d’un instrument, alors on a composé pour ce genre d’orchestrations. On avait des clarinettes, une trompette, une caisse claire, une guitare: on a joué avec ça.» Cet esprit collegial, véritable ciment qui unit tous les membres de la Fanfare, est d’autant plus évident lorsqu’on se rend au studio du groupe. L’endroit est aménagé dans l’ancien entrepôt frigorifique (d’où le nom charmant, de studio Free Go) situé dans là cour du logement dont le couple formé par Luc Proulx et Lou Babin habite le rez-dechaussee, et Bernard Poirier, I’étage. «C’était l’endroit idéal pour enregistrer, lance ce dernier. Comme les membres du groupe ne sont pas tous des musiciens professionnels, certains d’entre nous doivent répeter un peu plus que d’autres et dans un studio à plus de 100$ de l’heure, les trente sous disparaissent vite! Ici, on était libres de recommencer autant de fois qu’on le voulait.

Pour ses membres, la Fanfare est une passion plutôt qu’un gagne-pain lls gagnent tous leur vie ailleurs: qui au théâtre, qui dans une boite de graphisme, qui en informatique, qui dans la danse. Et, bien qu’ils entretiennent des liens étroits avec le milieu de la musique actuelle (leurs amis René Lussier, Normand Guilbeault et Jean Derome contribuent à l’album), leurs compositions demeurent très accessibles. Fortement teintee de musiques tzigane et klezmer, avec des références allant de Nino Rota à Kurt Weill, la Fanfare fait du folklore moderne et ouvert. «Si on se lançait dans des trucs trop compliqués, on serait tous tendus et on perdrait le plaisir de jouer. Tout ce qu’on veut faire, c’est essayer de rendre belles les choses simples», explique Bernard. De plus, cette Fanfare pas comme les autres préfère le mode mineur au majeur traditionnel de ce genre d’ensembles, ce qui explique son côté mélancolique. «Un jour, une vieille dame nous a dit que notre musique était triste et gaie a la fois, se souvient Luc. C’est assez simple comme définition, mais c’est très juste.» Pour l’instant, cette joyeuse bande se concentre sur la musique, mais lorsqu’on connait les multiples talents de ses membres, on peut imaginer la direction que prendra la Fanfare dans les années à venir. «On va toujours garder le côté spontané de nos débuts, mais on caresse aussi des projets de plus grande envergure, en y intégrant la poésie et le théâtre», lance Bernard Poirier. Pas étonnant qu’ils soient devenus des piliers des Cabarets de la Pleine Lune, soirées de délire collectif organisées par l’imprévisible François Gourd, où l’on pourra les apercevoir le 30 avril prochain. En attendant, la Fanfare donnera un spectacle de lancement qui, tradition oblige, sera absolument gratuit.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.