La boutique des nouvelles musiques

Le Silence des hommes D. Kimm, Bernard Falaise

Couverture: [archives D. Kimm]

Une rencontre artistique entre la poète et performeuse D. Kimm et le musicien Bernard Falaise. On y parle de silence mais surtout d’amour, celui qui marque, qui bouleverse, qui transforme, qu’on n’oubliera jamais. Des textes puissants et incarnés sont portés, chuchotés, scandés ou chantés par la voix rauque et fragile de D. Kimm. Un dialogue charnel avec la musique envoutante de Falaise et ses complices. Et cadeau inespéré: trois chansons d’amour interprétées par Michel Faubert, André Duchesne, Pierre Cartier. Tout ça comme une décharge électrique proposé par la directrice des Filles électriques et du Festival Voix d’Amériques.

Le Silence des hommes

D. Kimm, Bernard Falaise

La presse en parle

Nulle n’est muette en son pays

François Nadon, Ici Montréal, no 10:32, 10 mai 2007

Pour une rare occasion, on pourra revoir le spectacle tiré du Le silence des hommes de D Kimm et Bernard Falaise.

Après avoir fait un malheur l’automne dernier lors du Coup de cœur francophone, le projet de la poète D. Kimm et du musicien Bernard Falaise revient sur scène avec la participation de Michel Faubert. Les musiciens Frédéric Boudreault, Alexis Martin et Alex McMahon les seconderont.

«On reprend le spectacle du 2 novembre 2006, d’affirmer D. Kimm. Ce sera notre fête du printemps. On le reprend pour le plaisir et ça va déménager! Le silence des hommes est un spectacle de textes performés avec de la musique. Les musiciens ouvrent l’espace. Ils donnent toutes les possibilités. C’est alors à moi de faire quelque chose avec ça. Dans ce contexte, la musique permet aux performeurs d’aller chercher un état second, d’entrer dans un genre de transe.»

Le spectacle «parle d’amour mais pas de façon racoleuse. Les textes sont très impudiques. J’ai mis dans la bouche de Michel Faubert, d’André Duchesne et de Pierre Cartier [ces deux derniers ne seront pas de la soirée] des mots qu’ils pourraient dire. L’amour, c’est réel, c’est charnel. C’est de cet amour-là que je parle.»

«C’est exigeant pour les gars. Ce n’était pas évident pour eux de dire “oui, c’est vrai que je veux te baiser, mais je veux aussi t’aimer”, mais ils aimaient ça. Ils sont totalement engagés. Je l’ai écrit pour eux», poursuit D. Kimm.

«Sur scène, je suis complètement engagée avec les musiciens. Mon énergie est beaucoup plus rock. C’est pour ça que je me sens plus proche de Patti Smith que d’un écrivain.»

Le silence des hommes est né du désir de D. Kimm de travailler avec Bernard Falaise. «Je collaborais déjà avec lui dans plein de projets. C’est un musicien fantastique. Il est très à l’écoute et très permissif dans le processus de création. Bernard m’aura permis de travailler autrement. Il est très encourageant. Je chante même une chanson! C’est une soirée pour les curieux. C’est de la poésie, de la musique sur l’amour incarné. Je pense que ce sera une soirée vraiment délirante.» À la Sala Rossa, le mercredi 16 mai, 20h30.

Stéréo. D. Kimm et Bernard Falaise: le silence de monsieur, les attentes de D.Kimm

Alain Brunet, La Presse, 4 février 2007

Poétesse, performeuse, front woman, leader esthétique, directrice artistique (du festival Voix d’Amériques qui bat son plein), D.Kimm s’adresse ici à “monsieur”. Sans détour, elle lui indique ce qu’elle espère de l’amour: intensité, bouleversement, vertige, dévastation, commotion, ébranlement et, oui mesdames, virilité. L’amour selon D.Kimm ne mènerait qu’à la secousse sismique? N’exagérons rien. L’apaisement que procure monsieur, ses caresses lénifiantes, sa protection paradoxale émaillent aussi la vision amoureuse de l’écrivaine. Ces messieurs, d’ailleurs, ont été invités ici à briser le “silence” dans le cas qui nous occupe: Michel Faubert, André Duchesne et Pierre Cartier donnent bellement la réplique à madame. Constat? Cette écriture rentre-dedans a certes atteint sa complète maturité, on en ressent illico le caractère viscéral, on en salue l’esprit. Autour de D.Kimm, le guitariste (compositeur et improvisateur) Bernard Falaise et ses collègues ont créé un univers sonore qui sied fort bien aux textes de leur collaboratrice. Avant-rock, bruitisme, électroacoustique de garage, improvisations circonspectes enrobent ainsi les mots. Voilà un travail achevé, bien que D.Kimm et Falaise n’aient pas encore atteint le plein potentiel de leur association. (3,5/5)

Avant-rock, bruitisme, électroacoustique de garage, improvisations circonspectes enrobent ainsi les mots.

Disques de la semaine

Réjean Beaucage, Voir, 11 janvier 2007

Rarement un projet poétique aura-t-il bénéficié d’un enrobage sonore d’une telle luxuriance. D. Kimm interprète ses propres textes, soliloques de l’intimité ou dialogues pour interlocuteurs imaginaires, et Bernard Falaise fabrique pour souligner ces mots des ambiances aux textures étonnantes et aux coloris changeants. Bernard Grenon a encore une fois fait un magnifique travail de prise de son. Kimm chante sur un titre, et invite aussi d’autres voix à le faire: celles de Michel Faubert, André Duchesne et Pierre Cartier (ces deux derniers signent aussi leur musique). Cette variété, conjuguée à la réalisation sonore impeccable, contribue à dynamiser l’écoute. Une vraie petite soirée de poésie portative!

Rarement un projet poétique aura-t-il bénéficié d’un enrobage sonore d’une telle luxuriance.

Sélection CD

François Nadon, Ici Montréal, no 10:11, 7 décembre 2006

L’auteure D Kimm et le guitariste Bernard Falaise ont concocté un album d’atmosphère où la musique fusionne à la parole, de la même façon que s’amalgament les individualités dans un couple. D. Kimm signe la plupart des textes et Falaise, la majorité des musiques. Avec poésie, D. Kimm sait parler de façon franche de nos travers amoureux qui oscillent entre le désir et la soumission, le fantasme et le réel. Bernard Falaise appuie les textes sans les écraser de musique rock au bruitisme éthéré. Un disque réussi. (4/5)

Un disque réussi.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.