La boutique des nouvelles musiques

Karusell Musik Fanfare Pourpour, Lars Hollmer

Enregistré «live» en studio, Karusell Musik réunit dix-sept compositions de et avec l’accordéoniste suédois Lars Hollmer, orchestrées pour la Fanfare Pourpour par Jean Derome. Authentique grand ensemble comme il ne s’en fait plus, la fanfare vous invite avec ses cuivres, saxophones, clarinettes, guitares, banjo, accordéons, violons et percussions à découvrir ou redécouvrir la musique et les chansons de Lars Hollmer.

Lars Hollmer bringuebale ses mélodies hors du temps, empreintes d’une beauté naïve et d’un lyrisme dansant, dans de nombreux projets qui l’ont porté partout dans le monde. C’est aussi un artiste fort versé dans l’art de la collaboration, que ce soit avec des musiciens japonais (le projet Global Home), des accordéonistes virtuoses (l’ensemble Accordion Tribe) ou encore de grandes fanfares québécoises!

À la fin des années 80, il recrutait, sur la recommandation de Fred Frith, le saxophoniste Jean Derome pour son groupe Looping Home Orchestra. C’est ainsi sous l’impulsion de Jean Derome que la Fanfare Pourpour s’est embarquée dans cette aventure avec Lars Hollmer. Il y eut un premier spectacle au Festival International de Musique Incroyable à l’été 2004 puis le concert de clôture au Festival International de Musique Actuelle de Victoriaville en mai 2005, chaque fois avec la participation du compositeur.

En octobre 2006, Lars Hollmer était de retour pour une semaine de répétitions et d’enregistrements: la Fanfare, accompagnatrice de Lars; Lars, compositeur de la Fanfare. Un double ravissement qui donne aux mélodies de l’un une nouvelle dimension et au talent de l’autre des musiques qui lui vont comme un gant.

Karusell Musik

Fanfare Pourpour, Lars Hollmer

Luzio Altobelli, Lou Babin, Suzanne Babin

La presse en parle

  • Stéphane Fougère, Traverses, no 25, 1 mars 2009
    Karusell Musik plonge l’auditeur dans une célébration pleine d’allégresse qu’il souhaitera sûrement faire tourner en boucle.
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 75, 1 mars 2008
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 47, 1 décembre 2007
  • Alessandro Achilli, Musica Jazz, no 63:11, 1 novembre 2007
  • Vincenzo Giorgio, Wonderous Stories, 1 novembre 2007
    Davvero un disco delizioso.
  • Dolf Mulder, Vital, no 588, 6 août 2007
    In one word: this is a fantastic cd!
  • Dave Lynch, AllMusic, 1 juin 2007
    Lars Hollmer and the Fanfare Pourpour pull the listener into a world of joyous celebration, and one wishes the vibe could continue long past the moment when the music has wound down into silence.
  • Alain Brunet, La Presse, 14 avril 2007
    En somme, ce troisième album de la fanfare montréalaise est de loin son meilleur.
  • Louise Jalbert, Échos Vedettes, 7 avril 2007
  • Éric Aussant, Metro, 6 avril 2007
  • 24 heures, 5 avril 2007
  • Nicolas Houle, Le Soleil, 23 mars 2007
    Les pièces prennent en effet la forme de boucles sans fin que l’accordéoniste et la fanfare débobinent avec intelligence et sensibilité.
  • Réjean Beaucage, Voir, 22 mars 2007
    Sans l’ombre d’un doute le meilleur opus de l’ensemble jusqu’à maintenant…
  • Rupert Bottenberg, Montreal Mirror, 22 mars 2007
    It’s all in good fun, though, writ accordingly large
  • Yves Bernard, Ici Montréal, no 10:24, 15 mars 2007
    … une musique contemporaine qui fait chanter, une musique populaire qui s’écarte de sa route, une musique du monde à l’accent insaisissable.

Critique

Stéphane Fougère, Traverses, no 25, 1 mars 2009
Karusell Musik plonge l’auditeur dans une célébration pleine d’allégresse qu’il souhaitera sûrement faire tourner en boucle.

CD e DVD

Alessandro Achilli, Musica Jazz, no 63:11, 1 novembre 2007

L’ensemble canadese — un po’ banda da strada e un po’ orchestrina da ballo — affronta il repertorio del tastierista e fisarmonicista svedese con un piede nel folk scandinavo e uno nell’avantprog. Come forse era naturale, le melodie già di per sé più festose e struggenti (Inte Quanta, Boeves Psalm, Simfågeldans e tante altre) ispirano anche gli arrangiamenti più fantasiosi e articolati tra quelli scritti dal sassofonista Jean Derome per una ventina di scanzonati musicisti — professionisti, dilettanti e jazzisti della scena di Montréal — che si dividono tra ottoni, ance, flauti, chitarre, banjo, fisarmoniche, violini, grancassa e rullante.

Recensione

Vincenzo Giorgio, Wonderous Stories, 1 novembre 2007

Dell’ottimo Lars Hollmer, compositore e tastierista svedese, “svezzato” da Fred Frith a rock in opposition e avanguardia nonché irresistibilmente attratto dalla fisarmonica e dal folk nordico (i suoi incredibili Samla Mammas Manna esordirono nel lontano 1971 con un miscuglio esplosivo fatto di rock, jazz, musica popolare svedese e frankzappa….) abbiamo già parlato su WS cinque anni fa in occasione dell’uscita di Sola. Karusell Musik costituisce l’occasione per poterne assaporare più da vicino il suo lato può etnico, quello che abbiamo ammirato in opere come Vandelmassa o Utsikter con il ricco “valore aggiunto” della variopinta Fanfare Pourpour, sterminato combo canadese diretto dal grande fiatista Jean Derome (qui anche in veste di arrangiatore) che annovera musicisti del calibro di Marie-Soleil Belanger (violoncello) e Normand Guibeault (contrabbasso). In altre parole: il ricco songbook hollmeriano rivisitato dalla sensibilità francofona di Derome & Co. Diciassette tracce tutte pregne di impeto danzante inaugurate dall’atmosfera circense di Annu Ingen Pelle (non a caso un album precedente del Nostro si intitolava proprio The Siberian Circus da cui diversi brani sono qui rivisitati) e corroborate dalla ‘roteante’ Änte Flöttar ja te sjöss, gustoso esempio di “liscio nordico” cadenzato da quella voce così tipicamente “composta” di Lars a disegnarne un suggestivo contrasto. Struggente la lieve solennità di Arvevals così come le argute dissonanze dell’omonima Karusell Musik con quei suoi riferimenti impastati di klezemer e Kurt Weill. Poi c’è la contagiosa e squinternata giocosità di Inte Quanta, le cadenze epico-free di Cirkus, Eyeliner con quel suo andamento felliniano e la commovente dolcezza di Boeves Psalm a cui, rispetto all’originale, l’arrangiamento arabescato di Derome aggiunge uno svagato sapore à la Penguin Cafè Orchestra. Davvero un disco delizioso.

Davvero un disco delizioso.

Review

Dolf Mulder, Vital, no 588, 6 août 2007

In one word: this is a fantastic cd! Hollmer and Fanfare Pourpour would have fitted perfectly in the program of the resurrected RIO-festival last april in France. Between the dark - but more then excellent!! - music of Guapo, Présent and others, their positive and uplifting music would have been a great contribution. Why linking this Karusell with RIO? Well, Lars Hollmer with Samla Mammas Manna, was one of the groups involved in the RIO-network in the early 80s, as were Stormy Six, Étron Fou, Univers Zero, Henry Cow, etc. RIO had its function in creating a global audience for these groups. Now, so many years later, we can say this was a success. Accordionplayer Lars Hollmer made friends in Canada (Jean Derome, a.o.), and travels the world with his Accordion Tribe. But before that Hollmer made several great solo-albums in the 80s and 90s. From these lps come most of the compositions that we hear on Karusell Musik. Great tunes, all inspired on Swedish folk music. Jean Derome did a great job in arranging them for the fanfare. Fanfare Pourpour are some 20 musicians playing a diversity of wind instruments of course, but also several string instruments (mandoline, guitar, banjo, violin) plus percussion. And accordion not to forget, one of them played by Lars Hollmer himself who also sings on several pieces. The pieces were rehearsed and recorded with Lars Hollmer during a week in October 2006. They must have had a lot of fun, as the Fanfare gives way to a very joyous interpretation of Hollmer’s pieces. They embraced his music with great enthusiasm. For Hollmer it is the second time that his super melodic tunes are interpreted by musicians somewhere else on this planet. In 2000 he recorded with a group of japanese musicians (Global Home Project). Fanfare Pourpour has a history going back to the 70s, but since they are working together with musicians from the impro scene, they release every now and then a cd. The first one in 1999 (Tout le monde), the second one (Le bal) in 2004 with compositions by band members. And now the irresistible Karusell Musik, a very successful collaboration. Chapeau!

In one word: this is a fantastic cd!

Review

Dave Lynch, AllMusic, 1 juin 2007

In his many years of music-making the world over, perhaps nowhere has Swedish composer, keyboardist, and accordionist Lars Hollmer consistently found as many kindred spirits as in Quebec. Thankfully, Montréal musique actuelle godfather Jean Derome has continued a transatlantic conversation with Hollmer in the years since Derome joined the Swede’s Looping Home Orchestra back in the early ‘90s, as documented on the Victo label’s Door Floor Something Window live CD from 1993. Hollmer and Derome have certainly kept busy with separate endeavors during the years hence, but they are back together again on 2007’s Karusell Musik, and a huge bunch of Derome’s Quebec friends are along for the ride this time, recording in a Montréal studio during the fall of 2006 following a pair of festival appearances in la belle province during 2004 and 2005. Top billing on the CD cover goes to the wild, unruly, and fun-loving Fanfare Pourpour big band, whose ranks swelled to 20 musicians (including Hollmer and Derome), pumping away on instruments including accordions, clarinets, saxophones, violins, flutes, guitars, mandolin, banjo, melodica, piccolo, trumpet, euphonium, sousaphone, bass, drums, and percussion. Derome, whose baritone sax is particularly impressive, orchestrated new versions of Hollmer chestnuts dating all the way back to the first tune on his first solo album, the sprightly waltz Avlägsen Strandvals from 1981’s XII Sibiriska Cyklar. This song, featuring a vocal turn from Hollmer that pushes well past merely enthusiastic, is one of 17 concise little numbers — usually in the range of two to three minutes long and nearly entirely instrumentals — performed with high energy and infectiously good spirits by the gargantuan yet nimble aggregation. The opening tune, Ännu Ingen Pelle, first heard on 1985’s Tonöga in a version with Hollmer overdubbing all the instruments, leaps out of the gate with nearly outrageous exuberance; it’s the sound of a berserk brass band running amok as the composer rushes through the melody on his squeezebox, shouting encouragement as the bandmembers clustered around him ratchet up the intensity still further before the song slams to an abrupt finish.There are plenty of appealing tunes on Karusell Musik that would seem ideal for revving up the crowd at an Oktoberfest beer garden, driven by emphatic backbeats or Hollmer’s signature syncopated rhythms (Ante Flöttar Ja Te Sjöss, also from XII Sibiriska Cyklar; Skiss Mellan Brest Och Segosero, again from Tonöga), along with interludes that take a more avant-gardist stance but are refreshingly without the high-mindedness that sometimes afflicts “serious” musical experimentalists. In fact, there is a piece simply called Experiment, with herky-jerky stops and starts as the Fanfare members shout and generally carry on in a crazy counterpoint to Lars, who, way up front in the mix with a deep bass-baritone vocal, speak-sings in cracked English that “This might be the most difficult I ever made.” He wonders “if there is any reason at all…to even try to do it,” except of course that “this gives me always fun.” Appropriately, Experiment is followed by a brief free-form improvised intro to the two Cirkus pieces from Hollmer’s Swedish Grammy-winning Andetag, here given utterly madcap big-top readings. And, as in its previous incarnations on the LHO’s Vendeltid in 1988 and the aforementioned Door Floor Something Window, Karusell Musik winds faster and faster until it threatens to tumble off the rails, with its dissonant two-chord intro and bridge hinting at the sometimes dark RIO world that included not only Samla Mammas Manna but Univers Zero and Art Zoyd in its roster of bands back in the day. This tune cried out for a full-on large-ensemble arrangement, and the version here is arguably definitive. The same might be said for the ever-popular Boeves Psalm and the album-closing Simfågeldans, songs that ideally capture Hollmer’s singular ability to mix the innocent with the bittersweet. Ever since Boeves Psalm first appeared on XII Sibiriska Cyklar in a version with all instruments overdubbed by Hollmer in his Chickenhouse studio, it has remained one of his most well-known and best-loved numbers. Those who have heard and admired Boeves Psalm played solo or by a small group need to hear it performed by a 20-piece ensemble with diverse instrumentation and variegated textures and timbres, and Karusell Musik provides just such a chance. This is, after all, a piece that Guy Klucevsek described as “one of the most beautiful melodies ever written” and “Blue” Gene Tyranny has compared to Mozart. Here, as the charming theme progresses, it receives the expected embellishments from strings and flute, horns, and then the bass instruments and percussion with just the beautiful and dramatic buildup you would hope for, and the Fanfare Pourpour prove themselves up to the challenge in their expert balancing of neo-classical nuance and power. Simfågeldans touches the emotions in a similar fashion to Boeves Psalm, but with a livelier and more upbeat approach — and as rendered on Karusell Musik seems a perfect meld between Scandinavian folk melodicism and the exuberant polyphony of New Orleans classic jazz. As they jam out past two minutes after the closing theme, reaching and then retreating from crescendos like a single ebbing and flowing organism, Lars Hollmer and the Fanfare Pourpour pull the listener into a world of joyous celebration, and one wishes the vibe could continue long past the moment when the music has wound down into silence.

Lars Hollmer and the Fanfare Pourpour pull the listener into a world of joyous celebration, and one wishes the vibe could continue long past the moment when the music has wound down into silence.

Fanfare Pourpour & Lars Hollmer: Pourpour… toutes les oreilles férues de fanfares

Alain Brunet, La Presse, 14 avril 2007

Issue de la mouvance des fanfares d’avant-garde, Pourpour fait grimper sa cote d’un cran en s’associant à l’accordéoniste et chanteur suédois Lars Hollmer, bien connu dans les réseaux d’avant-garde.

Classiques, folkloriques ou ultramodernes, les repères de cette «musique de carrousel» sont bien assez clairs pour attirer un public ouvert sans être connaisseur.

L’effort collectif et certaines performances individuelles s’avèrent assez concluants pour séduire les mélomanes tous azimuts. Les propositions sont assez riches et comportent bien assez de complexité pour satisfaire les férus d’avant-gardisme musical.

La qualité des arrangements de Jean Derome, directeur musical de cet orchestre à pied, ne fait pas non plus de doute. Les différences de niveaux de virtuosité dans cet ensemble ne constituent en rien un irritant, vu l’approche de Pourpour.

En somme, ce troisième album de la fanfare montréalaise est de loin son meilleur. Tous les ingrédients de cette plongée dans l’univers passé et présent de la musique foraine de tradition occidentale concourent à une véritable réussite artistique. Avec une touche particulière de Scandinavie dans le cas qui nous occupe, puisque Lars Hollmer y signe les compositions originales.

+: L’équilibre des ingrédients traditionnels et avant-gardistes

-: La rythmique de l’orchestre un peu limitée

4/5

En somme, ce troisième album de la fanfare montréalaise est de loin son meilleur.

Critique

Louise Jalbert, Échos Vedettes, 7 avril 2007

La vingtaine de chanteurs et musiciens de la Fanfare Pourpour (héritière de l’Enfant Fort et du Pouet Pouet Band) interprète ici des œuvres du compositeur et accordéoniste suédois Lars Hollmer. En tout, 17 pièces chantées ou instrumentales, avec des arrangements de Jean Derome qui assure la direction musical de cet album très original. Dans une ambiance de fête foraine, avec des sonorités empruntant autant à la musique tzigane que contemporaine, ce troisième album de la Fanfare est très expressionniste par moments. Avec son look fellinien, cette belle équipe nous a habitués à une douce folie et visite l’univers d’un spécialiste de la fanfare sur ce Karusell Musik très réjouissant. (4/5)

Top 5 disques

Éric Aussant, Metro, 6 avril 2007

Sans majorette

L’accordéoniste suédois Lars Hollmer est connu dans le monde pour être le membre fondateur du groupe Samla Mammas Manna qui a jeté les bases du premier réseau de musiques actuelles. La Fanfare Pourpour est, comme son nom l’indique, une fanfare (cuivres, saxophones, banjo, violon, etc.) québécoise. Tout ce beau monde arrive aujourd’hui avec un CD enregistré avec les moyens du bord et qui réunit des compositions presque indescriptibles du Suédois. C’est qu’elles sont très souvent mélodiques, festives, comme de la musique d’Europe de l’Est. Mais parfois, pour des oreilles pop, ça glisse vers le cacophonique.

Nouveautés

24 heures, 5 avril 2007

Grand retour de la colorée et de la festive Fanfare PourPour qui a collaboré avec le célèbre accordéoniste et compositeur suédois Lars Hollmer, qui a signé les 17 œuvres qui se retrouvent sur son troisième album enregistré «live». Grand orchestre comme il ne s’en fait plus, la Fanfare Pourpour, qui regroupe des cuivres, saxophones, clarinettes, guitares, banjos, accordéons, violons et percussions, interprète les mélodies dansantes et empreintes d’une beauté naïve du célèbre compositeur.

Drôle de mariage

Nicolas Houle, Le Soleil, 23 mars 2007

Heureuse rencontre que celle entre Lars Hollmer et la Fanfare Pourpour. Bien qu’il ait fallu attendre 2004 pour qu’il soit célébré, ce mariage de déraison prend racine au début des années 90, lorsque l’artiste suédois, alors à bord de son Looping Home Orchestra, œuvrait avec Jean Derome. On en trouve des traces sur Karusell Musik, la pièce-titre et Eyeliner étant présentées dans de nouvelles moutures. De toute évidence, Hollmer a trouvé en la Fanfare un formidable véhicule pour donner vie à ses compositions nerveuses, inspirées de la folk scandinave. Prêter l’oreille à Karusell Musik, c’est embarquer à bord d’un manège où chaque tour apporte son lot de surprises. Les pièces prennent en effet la forme de boucles sans fin que l’accordéoniste et la fanfare débobinent avec intelligence et sensibilité. Car ici, la simplicité est toujours illusion. Et la folie ou l’exubérance qui se dégagent en surface cachent parfois une mélancolie qui va droit au cœur.

Les pièces prennent en effet la forme de boucles sans fin que l’accordéoniste et la fanfare débobinent avec intelligence et sensibilité.

Disques de la semaine

Réjean Beaucage, Voir, 22 mars 2007

J’avais été littéralement jeté par terre par la performance de la Fanfare Pourpour dans ce répertoire d’œuvres de Lars Hollmer au 22e Festival de Victo, en 2005. Ce disque, enregistré de main de maître par Robert Langlois, fait renaître l’énergie de cette première rencontre, mais une fois l’effet de surprise passé, la magie reste, et s’installe. Sans l’ombre d’un doute le meilleur opus de l’ensemble jusqu’à maintenant, ce troisième disque ne contient que le meilleur de ce que peut offrir la Fanfare: le folklore du troisième type de Lars Hollmer (qui pousse quelques chansonnettes) dans des arrangements brillants de Jean Derome, un dépaysement à saveur surréaliste, et surtout, surtout, des musiciens (19) dans une forme incroyable. Un hymne à la joie. (4,5 / 5)

Sans l’ombre d’un doute le meilleur opus de l’ensemble jusqu’à maintenant…

Disk of the Week

Rupert Bottenberg, Montreal Mirror, 22 mars 2007

Hollmer’s a noted Swedish accordionist and composer with a thing for offbeat collaborations, and in the 18 members (plus choir, at points!) of Quebec’s boisterous big band Fanfare Pourpour, he found a good one. Imagine a wild but well-organized mix of Danny Elfman, Yann Tiersen and Balkan brass-master Boban Markovic, and you’ve grasped the sonic circus let loose here-but hold on, the Fanfare is actuellista Jean Derome’s project, so a fair bit of avant-weirdness pokes through too. It’s all in good fun, though, writ accordingly large. (8 / 10)

It’s all in good fun, though, writ accordingly large

Toutes voiles ouvertes!

Yves Bernard, Ici Montréal, no 10:24, 15 mars 2007

La Fanfare Pourpour s’associe à la musique du Suédois Lars Hollmer pour la réalisation du disque Karusell Musik. Le carrousel tournoie dans un mouvement incessant. La Fanfare Pourpour processionne et fait intensément pénétrer dans une musique contemporaine qui fait chanter, une musique populaire qui s’écarte de sa route, une musique du monde à l’accent insaisissable. Violonistes, accordéonistes, flûtiste et joueurs de cordes se la swinguent subtilement au milieu d’un bataillon de cuivres et de grosses caisses qui se liguent parfois contre eux, pour mieux soudainement s’effacer abruptement, et doucement les faire ressurgir. Mais les 20 musiciens peuvent ensemble faire les pompes avant qu’un chanteur scandinave lance des airs loufoques. Comme si les MacGarrigle faisaient poum poum… Mélodique, joyeuse et enflammée avec ses rythmes presque naturellement «reelés», la fanfare peut aussi livrer des moments plus tristes sur des airs de valse. On entre parfois au cirque, et Kurt Weill n’est pas loin. Le rythme se casse, l’effet dramatique s’accentue le temps d’un anti-climax, puis l’orchestre continue à augmenter la cadence. Tout semble s’édifier et s’écrouler en même temps dans cet univers pourtant vitaminé. «Le nom du groupe vient du poème "Les nacelles de pour pour"de Claude Gauvreau», se rappelle Lou Babin, accordéoniste et porte-parole de la Pourpour. «Le personnage nous convient parfaitement avec son imaginaire hors normes, toutes voiles ouvertes». En effet, le son de la rue s’élève puissamment, surtout que, pour son troisième disque, Karusell Musik, la grande famille réarrange et interprète des pièces de Lars Hollmer, compositeur et vieux routier des musiques de création européennes qui, depuis la venue de Samla Mammas Manna, groupe culte suédois des années 70, repousse les frontières du pensable. «Lars nous apporte une musique aux accords simples, mais très complexe au niveau de la rythmique. On passe du 15/7 au 5/4 ou au 6/6 dans une même pièce. C’est assez troublant. Moi, j’apprends les musiques à l’oreille parce que, si je me mets à compter, je deviens complètement perdu», explique en riant Luc Proulx, guitariste du groupe. D’abord connus pour leur sympathique déglingue, les rescapés du Pouet Pouet Band, de l’Enfant Fort et des différentes versions de Montréal Transport Limité, ont d’abord opté, à leur création en 1995, pour une musique festive aux parfums est-européens et aux accents de fanfare à la Kusturica avant d’intégrer plus de jazz. «L’arrivée de Jean Derome, Normand Guilbault, Pierre Tanguay et Claude Vendette nous a donné beaucoup de profondeur alors que plusieurs jeunes qui évoluent avec d’autres formation ont insufflé une énergie nouvelle», souligne Babin. Et Lou de conclure: «Même si ça s’est ouvert au jazz et que Karusell Musikest est plus éclaté que les autres disques, la musique qui sort est toujours celle de la Pourpour.»

… une musique contemporaine qui fait chanter, une musique populaire qui s’écarte de sa route, une musique du monde à l’accent insaisissable.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.