La boutique des nouvelles musiques

Danse des breloques Fanfare Pourpour

La Fanfare Pourpour ne cesse de se bonifier, d’aller de l’avant, de rajeunir. Poursuivant sa quête de la beauté, ce grand orchestre unique en son genre, a concocté son quatrième épisode discographique, Danse des breloques.

D’une durée de 56 minutes, l’album a été enregistré live au studio 270 à Montréal. Sous la direction de Jean Derome et Némo Venba, ce quatrième album, aux musiques toujours aussi festives, fraîches et rythmées, réunit quinze compositions originales signées des musiciens de la fanfare: Luc Proulx, Nicolas Letarte, Jean Derome, Guido Del Fabbro, Jacques Duguay, Roy Hübler, Némo Venba, Pierre Emmanuel Poizat, Damian Nisenson, Luzio Altobelli.

Les musiques swingantes et ludiques de ce quatrième album sont interprétés par les vingt musiciens de la Pourpour. Avec ses trompettes, saxophones, clarinettes, guitares, banjo, accordéons, violons et percussions, euphonium, scie musicale, et son Chœur, la Fanfare Pourpour nous livre ici une musique audacieuse et pleine de vie, aux sonorités colorées de lyrisme, de romantisme et de tendresse. À écouter sans modération!

Danse des breloques

Fanfare Pourpour

Luzio Altobelli, Lou Babin, Marie-Soleil Bélanger

La presse en parle

  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 52, 1 juillet 2011
  • Tiina Kiik, The WholeNote, no 16:9, 1 juin 2011
    Sound quality is superb. Time to take out whatever moves you and boogie along with Fanfare Pourpour’s freewheeling musical spirit.
  • François Couture, CFLX 95.5 FM, 21 décembre 2010
    Cette liste regroupe 50 titres aussi variés qu’étonnants…
  • Stephen Fruitman, Sonomu, 14 décembre 2010
    As each new number queues up, a different kind of smile crosses your face.
  • Dolf Mulder, Vital, no 746, 6 septembre 2010
    Fanfare Pourpour […] celebrates their love for accessible dance tunes coming from a diversity of traditions.
  • Dionisio Capuano, Blow Up, no 148, 1 septembre 2010
    Fa mandare a puttane non vi immaginate quanti dischi sentiti in questi ultimi trent’anni.
  • Pierre-Jean Lavigne, CISM, 2 juillet 2010
    Ok, là j’ai juste trop de fun!
  • Québec Info Musique, 29 juin 2010
  • Pascale Gauthier, Ici Montréal, 11 juin 2010
    Quinze compositions originales se baladant habilement entre des tendances klezmer, musique tzigane, cirque, fête foraine, valse musette, chansons françaises swignées, notes latines, ou encore style cajun à banjo… ***
  • François Couture, Monsieur Délire, 7 juin 2010
    Une disque très élégant, charmant et sensuel
  • Serge Truffaut, Truffaut Jazz, 6 juin 2010
    Bravo! Mille fois bravos et autant de mercis.
  • Serge Truffaut, Le Devoir, 5 juin 2010
    Cet album est admirable. Parce qu’il est bon, dans le sens contraire du mal. Parce qu’il est généreux, donc adversaire des tartuffes perclus d’avarices.
  • Alain Brunet, La Presse, 29 mai 2010
    Des arrangements simples et soyeux, dynamiques. En somme, de la suite dans les idées… et les émotions.
  • Olivier Robillard Laveaux, Voir, 27 mai 2010
    Les chansons carnavalesques de la Fanfare nous accrochent de par leur lyrisme contrebalancé par la bonne humeur des musiciens.

Review

Tiina Kiik, The WholeNote, no 16:9, 1 juin 2011
Sound quality is superb. Time to take out whatever moves you and boogie along with Fanfare Pourpour’s freewheeling musical spirit.

Le Top 50 des musiques éclectiques de Délire musical, édition 2010

François Couture, CFLX 95.5 FM, 21 décembre 2010

L’émission radiophonique éclectique Délire musical (CFLX-FM, Sherbrooke, Québec) annonce aujourd’hui la liste des 50 disques retenus par son équipe pour son émission de fin d’année. Cette liste regroupe 50 titres aussi variés qu’étonnants, dans des genres disparates comme le folk, le post-rock, le rock progressif, la chanson, les musiques du monde, l’électronique et bien plus.

Cette liste regroupe 50 titres aussi variés qu’étonnants…

Review

Stephen Fruitman, Sonomu, 14 décembre 2010

Quebec has one of the most heterogeneous avant-jazz scenes in the world, and all that hard work bending the form has found an outlet for at least twenty of them to let off a little extra steam in the form of Fanfare Pourpour.

Under the direction of Jean Derome, the grand poobah of Montréal´s musique actuelle scene, and Némo Venba, who plays trumpet and manages the label, half of them have written tunes hitched together in one fifty-six minute long freight train hurtling along but never going off the rails for this, their fourth release.

Inside the beautifully-designed wallet, there is a photo of the orchestra gathered round the dinner table (stocked with oranges and bottles of wine) which immediately brings to mind the famed portrait of Bob Dylan and The Band on The Basement Tapes. Another crowd of equals vastly enjoying one another´s company. It´s impossible to say for sure, but it seems that everybody gets at least one solo. Still, the main thing is the flawless ensemble play — made more impressive by the fact the whole record was recorded live in the studio.

Literally beginning with a chugga-chugga choo-choo rhythm and conductor´s whistle, we are off on a milk run to Vaudeville with stops at the circus, a gypsy camp, a Balkan booze-up, a Jewish wedding, and a village fête in rural Quebec. Fanfare Pourpour freshens up classic popular music forms like the tango, waltz, pasodoble and chanson, and treats us to unclassifiable anthems to joy like Pour des ours (which ends with a meow).

The band includes actor/guitarist Luc Proulx, who sings the first of only two songs, Partir, like M. Hulot on a day not fraught with small catastrophes. Nicolas Letarte brings out his singing saw. Violinist Guido Del Fabbro, who presides over a large ensemble of young improvising experimentalists in his Mouvement de Musique Présente, has penned three wildly divergent numbers. Argentinian-born saxophonist Damian Nisenson, reputedly ”a man who will say anything and can play anything”, is true to both his roots and the motley nature of this crew helming an hilarious avant-klezmer tushy-shaker which translates as “Big Magpie”. Marie-Soleil Bélanger, experimental vioinist, is right in her element, as her day job is to play with traditional genres.

Also on board are demon accordionist Luzio Altobelli, Dany Nicolas and his banjo and lugging the biggest instrument, Christine Lajeunesse on euphonium.

Lajeunesse gets to blow that leviathan on Willi grosse baleine, big-band reggae showcasing the brass section; the waltz Transport Suzanne by Del Fabbro is diginified and actually quite moving. It´s nice too sit one out, too, and cool off in the tiki-lounge breeze of Croise le pont.

As each new number queues up, a different kind of smile crosses your face.

As each new number queues up, a different kind of smile crosses your face.

Review

Dolf Mulder, Vital, no 746, 6 septembre 2010

After their joyful CD with works by Lars Hollmer, who sadly died in 2008, Fanfare Pourpour now returns with a bunch of self-made compositions. One of them is again a homage to Lars Hollmer. And in a way this ensemble is close to the spirit of Hollmer’s repertoire. Folk-based music with dominant melodic and harmonic features. Many of the members of this ensemble we know from more experimental and unusual music. But in Fanfare Pourpour they celebrate their love for accessible dance tunes coming from a diversity of traditions. The title track Danse des Breloques has balkan roots, but elements of tango, waltzes, pasodoble, chanson, etc. also pass by.

Fanfare Pourpour […] celebrates their love for accessible dance tunes coming from a diversity of traditions.

Altrisuoni

Dionisio Capuano, Blow Up, no 148, 1 septembre 2010
Fa mandare a puttane non vi immaginate quanti dischi sentiti in questi ultimi trent’anni.

Trop de fun pour dormir jazz

Pierre-Jean Lavigne, CISM, 2 juillet 2010

Ok, là j’ai juste trop de fun! Arrêtez moi quelqu’un sinon, j’ai bien peur que mon jeune cœur ne pourra plus le supporter pour longtemps! Mais attention, il ne faut pas écouter le disque de la Fanfare au travail. On rit, on hoche de la tête, on se prend au bureau pour faire rouler sa chaise par devant et par derrière, puis l’on est hanté par le doux fantasme de tout jeter à l’eau pour se consacrer au désir enfouit de se joindre à un cirque aquatique, voyageant autour de l’équateur pour répandre l’émoi et le plaisir de port en port. J’pense que je vais juste écouter ça à partir de maintenant, quin toé!

Ok, là j’ai juste trop de fun!

Fanfare Pourpour

Québec Info Musique, 29 juin 2010

La fanfare est un concept musical qui remonte à la nuit des temps, associée d’abord et avant tout aux activités officielles, qu’elles soient militaires ou civiles. Il s’est toutefois trouvé, à différentes époques, des musiciens pour en détourner la pratique et en présenter une version populaire, qui peut sembler anarchique aux oreilles non prévenues.

Deux des utilisations dérivées les plus célèbres de l’esthétique de la fanfare demeurent le jazz (les fameuses parades mortuaires de la Nouvelle Orléans) et la musique de cirque. À l’époque moderne, on ne peut passer sous silence le faux groupe Lonely Hearts Club Band des Beatles et toute une esthétique héritée des années psychédéliques. C’est dans cette voie que sont nées des expériences comme le Grand Cirque Ordinaire, qui y jouxtait une activité théâtrale, puis l’Enfant Fort et le Pouet Pouet Band, au cours des années 1970.

On retrouve d’ailleurs des membres de ces deux dernières formations (Benoît Fauteux, Christine Lajeunesse, Claude Vendette) à l’origine de La Fanfare Poupour, qui prenait forme une quinzaine d’années plus tard, en 1995. À ces fanfarons s’ajoutaient aussi des membres de collectifs tels Conventum (René Lussier), Montréal Transport Limité (Lou Babin, Bernard Poirier), Ambiances Magnétiques (Jean Derome) et d’autres musiciens d’horizons divers.

Un premier album Fanfare Pourpour… Tout le monde est produit sur la nouvelle étiquette DAME / Monsieur Fauteux m’entendez-vous? (MFMV 01), en 1999. Ses membres ont toutefois des occupations multiples, en plus de mener divers projets personnels et ce n’est que cinq ans plus tard qu’on retrouve un second album Le bal. Il sera suivi par deux autres projets, plus rapprochés, en 2007 et 2010.

Maintenant composée de vingt musiciens, dont une majorité de compositeurs, La Fanfare Pourpour propose avec Danse des breloques un éventail de leurs différentes écritures, qu’il s’agisse de musiques sautillantes comme la pièce titre ou Le retour de Pelle, de valses expressives telles que Transport Suzanne, voire de flirts avec la musique western, Partir ou bien la pop Croise le pont. L’éclatement de la scène musicale actuelle ferait-il mentir le verdict porté sur Montréal Transport Limité en 1984, prouvant que, oui, en 2010 «Le monde est prêt pour La Fanfare Pourpour»?

Orchestre festif

Pascale Gauthier, Ici Montréal, 11 juin 2010

Orchestre carnavalesque, mixte et multigénérationnel de 20 musiciens, la joyeuse troupe que diriqe Jean Derome et Némo Venba récidive avec un quatrième opus. Quinze compositions originales se baladant habilement entre des tendances klezmer, musique tzigane, cirque, fête foraine, valse musette, chansons françaises swignées, notes latines, ou encore style cajun à banjo… Mais si vous voulez saisir en «live» l’énergie et l’enthousiasme de cette réunion de cuivres, bois, accordéons, cordes et tambours, deux occasions ce week-end de rencontrer la Fanfare Pourpour: ce soir, 18h30, coin Mont-Royal et De Bullion, dans le cadre de Nuit blanche sur Tableau Noir, et samedi, 18h, à la Place Dufresne du Quartier Sainte-Marie. ***

Quinze compositions originales se baladant habilement entre des tendances klezmer, musique tzigane, cirque, fête foraine, valse musette, chansons françaises swignées, notes latines, ou encore style cajun à banjo… ***

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 7 juin 2010

Enfin, un nouveau disque de la Fanfare Pourpour! La marche est haute après Karusell Musik, la splendide collaboration avec Lars Hollmer. On retrouve ici la Fanfare du disque Le Bal, avec Jean Derome et Némo Venba à la direction artistique, et des compositions de plusieurs membres. Une disque très élégant, charmant et sensuel, moins fou que Karusell Musik, peut-être moins cérébral que Le Bal. Des mélodies simples et touchantes, des arrangements suaves et riches. À souligner, les chansons Immense bricolage (de et chanté par Derome) et Partir (de et chanté par Luc Proulx), la pièce-titre et Le Retour de Pelle (hommage à Hollmer) de Pierre Emmanuel Poizat, ainsi que Pié grande, une contribution du saxophoniste Damian Nisenson, le petit dernier de l’ensemble. Danse des breloques est peut-être un tantinet trop sobre pour son propre bien, mais je n’en serai certain qu’après plusieurs écoutes, question de le connaître aussi bien que les albums précédents.

Une disque très élégant, charmant et sensuel

Le centre des fanfares

Serge Truffaut, Truffaut Jazz, 6 juin 2010

Il y a les fanfares qui rythment les efforts des joueurs de football universitaire tous les dimanches d’automne de ce côté-ci de l’Atlantique comme de celui du Pacifique. Il y a celles qui rassemblent les gauchos comme celles qui regroupent les servants des toréadors. Il y a celles qui défendent les accents balkaniques et celles des chasseurs alpins italiens, sans oublier celles des gendarmes de la République, versées en commémorations historiques. Il y a les lointaines suédoises et les bavaroises enclines à laisser s’exprimer les accords populaires de l’accordéon. Il y en a beaucoup d’autres qui animent les bals de pompiers en Hongrie ou en Belgique.

Si on l’aborde par la face géographique, le sujet du jour, c’est qu’il y a l’autre. Celle qui se distingue de toutes les autres parce qu’elle est le point de convergence de ces dernières. Elle n’est certainement pas la seule à être le croisement des points cardinaux des fanfares. Mais bon… on ne les connaît pas, les autres. Alors qu’on connaît bien la Pourpour. Siège social? Montréal.

Eh bien, la Pourpour, elle vient de publier un chef-d’œuvre du genre musical qui marie la marguerite aux légendes des cabanes à sucre, à la faconde gitane, aux ponctuations orientales, aux mélancolies climatiques du Nord, qu’il soit kanadian ou «sue-et-doigt», avec bien d’autres objets non identifiés dans l’univers des paillettes et du strass. Le titre du chef-d’œuvre en question? Danse des breloques.

Lorsque tel morceau est joyeux, tel autre est cinématographique, lorsqu’il n’invite pas à la danse dans sa version java sans la javanaise ou vous mène dans le détroit du Bosphore dont nous sont revenues certaines gammes au lendemain de la bataille des Dardanelles. On pourrait en rajouter long, très long.

S’il en est ainsi, si cet album est un tourbillon d’horizons divers mais fort bien touillés par des musiciens qui sont des maîtres dans leur partie respective, c’est qu’elle est vieille, la Pourpour, elle a de l’expérience. Beaucoup. Et comme Lou Babin, accordéoniste et animatrice de l’ensemble, connaît depuis des lunes le saxophoniste, compositeur oulipien, Jean Derome, le contrebassiste beat Normand Guilbeault, le trompettiste Némo Venba, les saxophonistes Claude Vendette, Stéphane Ménard et Damian Nisenson, les guitaristes et banjoïstes Luc Proulx, Roy Hübler et Dany Nicholas, l’accordéoniste Luzio Altobelli, les violonistes Marie-Soleil Bélanger et Guido Del Fabbro ainsi que les percusionnistes Pierre Tanguay, Jacques Duguay et Nicholas Letarte, comme ils se connaissent donc depuis longtemps, c’est pile-poil, right on time. Bravo! Mille fois bravos et autant de mercis. Danse des breloques a paru sur étiquette Dame/Monsieur Fauteux m’entendez-vous, rattachée à Ambiances magnétiques.

Bravo! Mille fois bravos et autant de mercis.

La fanfare des dieux

Serge Truffaut, Le Devoir, 5 juin 2010

Supposons ou admettons, c’est au choix, qu’on n’aime plus le jazz, qu’on lève le nez sur le blues et ses succédanés, qu’on prend la poudre d’escampette dès qu’une note de country ou de folk ou de folk-country fait écho. Pour faire court, mettons qu’on n’aime plus les musiques mais qu’on aime toujours la musique. Que nous reste-t-il à faire? Une seule solution: appeler le dieu des dieux, soit Cronos «hymne-selfe».

Allo Cronos, ça gaze? T’as le moral? T’as la santé? Bon. On te propose un troc. D’abord, faut que tu saches que ton fils Zeus veut te zigouiller. En échange de cette info d’initié, on te demande de nous envoyer de la zizique en t’abstenant de la faire livrer par Pandora. Tu nous as fait le coup une fois… on a beaucoup donné… ça suffit. Eau quai?

On vous parie n’importe quoi, des dollars de qualité caviardée par le pétrole, des euros ISO zéro déficit, des palettes d’or ou des tapis persans tissés par Pénélope, on vous parie donc qu’il va nous refiler la nouvelle galette de la fanfare Pourpour intitulée — notez bien le titre — Danse des breloques, qui a pour synonyme: La valse des babioles bariolée de sympathies, de joies, de rires, de subtilités, de rythmes contraires à la tristesse du tango…

Respect et admiration

Cet album est admirable. Parce qu’il est bon, dans le sens contraire du mal. Parce qu’il est généreux, donc adversaire des tartuffes perclus d’avarices. Parce qu’il est aussi essentiel que l’eau l’est à Pernod, le seul alcool qui fait boire de l’eau. Parce qu’il est fait de palettes sonores propres à satisfaire le bipède de 7 à 77 ans sans qu’il soit besoin d’envoyer Tintin au Congo, ou Gocon en verlan.

Ça commence à la gare avec 6250 la track de Luzio Altobelli, accordéoniste de son état. Au début, on s’est demandé: de quel chemin de fer s’agit-il? En vingt secondes, on a saisi. La Fanfare Pourpour, dont le seul défaut est son nom qui interdit le verlan comme l’envers, est à Istanbul. On s’est dit ça parce que c’est aussi orientalisant qu’enlevant. Tenez, on s’est même dit que, si François Truffaut ou Fautru avait adapté ce roman d’Éric Ambler baptisé Le Masque de Dimitrios, il aurait choisi 6250 la track comme musique de son film, musique si limpide qu’elle n’a rien de byzantin… Oui, d’accord, byzantin… elle est facile. C’est ça pareil.

Ensuite, ils embrayent avec Pour des ours de Guido Del Fabbro, violoniste de son état. Savez quoi? On a revu Amarcord de Fellini avec cette chorégraphie dédiée aux ours comme bande sonore, et non la musique de Nino Rotta. Et Dieu sait, Cronos et pas l’autre, si on l’aime, le Rotta.

Ensuite (bis), c’est Partir, écrit et composé par le guitariste Luc Proulx, que le trompettiste Nemo Venba, ou Money Basvent, interprète. Là, on a fait un bond dans l’espace des Amériques. Ça débute… On entend la guitare de Johnny Cash puis des pirouettes sonores irlandaises. Décontenancé mais joyeux, on a pris Ricard, histoire de décompresser un peu, parce que Pernod est l’alcool des Parigots têtes de veau.

Ensuite (re-bis), Willi grosse baleine de Venba arrangé par Venba. Et alors? On a été hypnotisé. Pas par Pandora et sa boîte à malices, mais par le son du ténor, celui de Stéphane Ménard. Eau nom dé diou! Il a un gros son. Autrement dit, il n’a pas le son sec, le son académique. Dit autrement, il a un son qu’aurait apprécié Buddy Tate ou Lester Young. On exagère? Ben voyons… un sudiste qui exagère… qu’est-ce qu’il faut pas entendre!

Ensuite (bis + 4), c’est Sujet à changement, écrit par qui? Jean Derome, dont l’en-soi du nom est gage de qualité. C’est magique. C’est beau. Bonté divine! Tellement qu’on a abandonné Ricard pour l’ouzo, histoire de trinquer avec le Grec aujourd’hui désargenté par Moody’s, ou Dix-maux. Les dix-maux du malheur écono.

Zut! On manque d’espace. Bon. Madame Lou Babin, madame au sens grec ancien, celui de la politesse préalable obligée à la politique, madame Babin accordéoniste qui animez cette fanfare depuis des lunes, on tient à vous transmettre tous les verbes qui se conjuguent avec respect et admiration. On vous tire le chapeau. Pas le petit béret auvergnat, mais bien le haut-de-forme.

Cet album est admirable. Parce qu’il est bon, dans le sens contraire du mal. Parce qu’il est généreux, donc adversaire des tartuffes perclus d’avarices.

Fanfare Pourpour: de la suite dans les idées… et les émotions

Alain Brunet, La Presse, 29 mai 2010

Ceux qui ont vécu les alternatives musicales au cours des années 70 se rappellent ces fanfares déglinguées du Québec, qui s’inscrivaient dans un courant européen de ce type de fanfare. Hippie, tzigane, jazzy, Nino Rotaïsant, esprit forain… Enfant Fort, Pouet Pouet Band, Fanfafonie, Petite Fanfare, etc.

Que reste-t-il de ces utopies orchestrales? Certains y croient encore. Au point de peaufiner, étoffer, hausser le niveau technique, varier les propositions. Cette bonne vieille bande du Plateau entretient toujours la flamme, recrute encore parmi ses meilleurs éléments que coordonne Jean Derome. Flamenco, balkanité, jazz attitude, reggae, tango, enfin un large spectre de références est ici bellement survolé. Le travail y est collectif, vu les différences de calibres au sein du même orchestre. Les solos y sont brefs, on n’insiste pas sur la virtuosité de certains, tout est au service de la fanfare. Quelques chants, Luc Proulx, Jean Derome, dont les textes ne passeront certes pas à l’histoire. Quelques vocalises de Lou Babin, dont les fréquences poignantes devraient être plus présentes sur nos ondes. Des arrangements simples et soyeux, dynamiques. En somme, de la suite dans les idées… et les émotions.

Des arrangements simples et soyeux, dynamiques. En somme, de la suite dans les idées… et les émotions.

Critique

Olivier Robillard Laveaux, Voir, 27 mai 2010

Née des cendres du mythique Enfant Fort, la Fanfare Pourpour nous refait le coup. Au moment où nous commencions à l’oublier, le grand orchestre sous la direction de Jean Derome et Némo Venba réapparaît avec un disque pertinent, caractérisé autant par l’esprit bon enfant de la troupe que par la dextérité de ses 20 membres au sens accru de la composition. Les chansons carnavalesques de la Fanfare nous accrochent de par leur lyrisme contrebalancé par la bonne humeur des musiciens. Mention spéciale pour les pièces du violoniste Guido Del Fabbro, qui exploitent avec efficacité les clarinettes, cuivres et accordéons de l’ensemble.

Les chansons carnavalesques de la Fanfare nous accrochent de par leur lyrisme contrebalancé par la bonne humeur des musiciens.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.