La boutique des nouvelles musiques

kasi naigo Alexandre St-Onge

«un essai écrit autour et à partir des silences du film Tystnaden (The Silence) de Ingmar Bergman» (Alexandre St-Onge)

kasi naigo

Alexandre St-Onge

La presse en parle

Critique

Manu Holterbach, Revue & Corrigée, no 52, 1 juin 2002

Se plonger dans la musique d’Alexandre St-Onge, c’est un peu comme faire l’expérience de l’ombre. Son univers sonore semble dessiner en obscurité les contours du réel le plus ordinaire, d’une part le magnifiant, et d’autre part le faisant glisser dans une belle confusion. Car cette ombre, dont on ne sait exactement l’origine, trouble, déconcerte. Un peu comme si on pouvait rencontrer une ombre détachée de toute origine, une ombre en soi. Imaginons alors que nous pourrions nous y asseoir, nous y fondre: un petit ilot dans lequel le monde se projetterait par l’obscur. Tout y viendrait troublé, étouffé, atténué. Nous pourrions encore y voir (y entendre), mais tout serait étrangement voile et distant. Voilà ce qui se passe dans la musique d’Alexandre St-Onge, qui contrairement au paradième temporel occidental de la composition, ne contient aucun mouvement narratif quelconque, positionnant le present de l’écoute dans un point tangenciel entre passé et avenir. Raison sans doute de notre culture d’écoute impatiente et superficielle, gavée d’attentes qui exigent d’être résolues. Chez Alexandre St-Onge, il s’avère que la musique est suspendue dans un présent immobile. Pas d’avenir, pas d’avant. Tout est immédiatement là, avec cette perception particuliere que l’on a dans ]es moments de stases, ces instants bouche bée où l’on n’attend plus rien. Peut-être estce dans un instant comme celui-la qu’Alexandre St-Onge a décidé de mettre un micro dans sa bouche pour y filtrer l’insaisissable “reel” quotidien, et de l’y faire résonner en frottements avec les mouvements métaboliques. Corps résonnants de la bouche, qui devient aussi oreille, captant les echos des bruits du monde dans les cavités du crâne. Ce qui tend à révéler l’absurdité de ce que nous nommons le récl: ce n’est jamais que l’ombre de la réalité dont nous parlons. De cette facon qu’a le monde de projeter son contour au travers de nos conduits, de nos muqueuses. Rumeurs sereines, et parfois inquiètes d’un univers déboussolé, allegé de toute cardinalité. Ecouter la musique d’Alexandre St-Onge, c’est un peu s’immiscer dans un point d’une extrême etroitesse, mais qui, du fait de son étroitesse même, permettrait de capter avec une infinie acuité l’etrangeté du monde, sa sonore altérité, sans esperer y trouver quelque chose, simplement en partageant ce quelque chose. Profonde expérience de l’immanence, pour qui acceptera ce jeu secret et bouleversant. Kasi Nago est un hommage à Tystnaden (Le silence) d’Ingmar Bergman, on y trouve aussi un hommage parallèle au silence de 4’33" de Cage.

Sur le même label, Alexandre St-Onge a édité le son d’une performance de Vito Acconci, on comprend pourquoi a l’écoute: deux univers se téléscopent. UNDO (Alexandre St-Onge et Christof Migone) y vont de leur “remix”, excellent disque aussi. Saluons à propos de ces deux disques, le soin particulier porté a la pochette, ce qui en fait des objets particulièrement attrayants. Merci.

… l’expérience de l’ombre.…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.