La boutique des nouvelles musiques

Espaces libres Marianne Trudel

Marianne Trudel vous propose un univers sonore riche et métissé dans lequel la composition et l’improvisation s’entrelacent avec brio. Aux influences du jazz et de la musique classique ajoutez celle des musiques improvisées, le tout en équilibre sur le fil de la création.

Marianne Trudel: piano.

  • [Indépendant]
  • TRUD 2004 / 2004
  • UPC/EAN 771028232826
  • Durée totale: 42:40

Espaces libres

Marianne Trudel

  • CD
    TRUD 2004
    16,95 CAD
    Rupture de stock temporaire

La presse en parle

  • Gabriel Bélanger, SOCAN, Paroles & Musique, no 12:3, 1 septembre 2005
    Les mélodies sont créatives et savoureuses. À mettre entre toutes les mains.
  • Robyn Swanson, Regional Life, 10 juin 2005
  • Nicolas Fréchette, L’Express d’Outremont, 13 mai 2005
    … personnalité créatrice porteuse de liberté et d’imagination […] jeune créatrice qui semble sortir des sentiers battus…
  • Alain Brunet, La Presse, 16 avril 2005
    [Ce] disque solo […] peut être comparé à celui de Gonzales pour la délicatesse qui s’en dégage, pour la richesse de l’intériorité.
  • Dean Cottrill, L’Express d’Ottawa, 17 mars 2005
    Le piano à queue est un instrument soliste lourd, mais elle l’emmène en des endroits où on ne l’a jamais entendu auparavant…
  • Louis-Charles Mignot-Grenier, Quartier Libre, no 12:12, 23 février 2005
    Comme sa musique, Marianne Trudel est vive, passionnée.
  • Denys Lelièvre, Voir, 17 février 2005
    … une douce rébellion, à l’image de cette artiste autonome qui s’occupe de tous les aspects de sa carrière, de la création […] à la production.
  • Christophe Rodriguez, Le Journal de Montréal, 12 février 2005
    Seize plages poétiques finement ciselées, un très beau travail de découpage qui n’est jamais redondant et une sûreté dans l’interprétation qui annonce de beaux jours. À suivre absolument!
  • Paul Serralheiro, La Scena Musicale, 22 novembre 2004
    … le lyrisme français, les souches rythmiques claires inspirées d’artistes comme Keith Jarrett, la musique improvisée et le mélodisme riche de la musique du monde.
  • Anne Drolet, Le Soleil, 2 septembre 2004
    … l’éloge du silence «cette denrée rare» dans un monde où les gens sont toujours hyperstimulés…

Critique

Gabriel Bélanger, SOCAN, Paroles & Musique, no 12:3, 1 septembre 2005

La jeune Marianne Trudel possède une expérience et une maîtrise de son instrument peu communes. Elle a, entre autres, eu la chance et bien sûr le talent d’accompagner Charles Aznavour, et même de composer et arranger pour Bernard Primeau. Elle fait paraître un premier opus très bien réalisé, à la jonction du jazz et du classique. L’improvisation s’y ajoute à ses compositions élaborées qui m’ont beaucoup impressionné. Les mélodies sont créatives et savoureuses. À mettre entre toutes les mains.

Les mélodies sont créatives et savoureuses. À mettre entre toutes les mains.

Riche intériorité

Alain Brunet, La Presse, 16 avril 2005

De prime abord, le disque solo de la pianiste Marianne Trudel peut être comparé à celui de Gonzales pour la délicatesse qui s’en dégage, pour la richesse de l’intériorité.

Si Gonzales fait dans un impressionnisme un peu trop proche d’Érik Satie, impressionnisme auquel il injecte des éléments de jazz primitif et de pop classique, la jeune pianiste montréalaise s’inspire aussi d’œuvres pianistiques créées au tournant du siècle précédent. Or, dans le cas de Marianne Trudel, le tournant musical du siècle précédent est (parfois) mis au service du jazz, et ce jazz solitaire est à la fois accessible et moderne. Les harmonies et le contrepoint ne s’y limitent certes pas au primitivisme du genre ou encore aux concepts de Broadway reconstruits par les jazzmen au fil des années 30, 40 et 50. La pianiste se permet même des incursions contemporaines dans les miniatures En amont et En aval qui émaillent ces 42 minutes et 40 secondes. Qui plus est, la musicienne a eu la sagesse de ne pas relever des défis techniques hors de sa portée, d’où l’impeccable livraison d’une musique relativement simple (dans un contexte jazzistique, entendons-nous bien), mais assez substantielle pour nourrir bien des âmes. *** 1/2

[Ce] disque solo […] peut être comparé à celui de Gonzales pour la délicatesse qui s’en dégage, pour la richesse de l’intériorité.

Spins: Espaces libres

Dean Cottrill, L’Express d’Ottawa, 17 mars 2005

Trudel weaves some intriguing Freudian slips of the fingers in with some sprightly tonal essays that evoke the work of Jarrett at times (Ciel variable and Sur la route). A grand piano is a heavy solo instrument, but she takes it places it hasn’t quite been before, passing fluently from spacey atonal fields of sound to more rhythmic inside confines. The miniature improvs (En amont 1-5) act as buffers between the more lengthy compositions, lending an edginess to the overall mood. Her sources in part derive from an eclectic resumé, having worked with artists as varied as Charles Aznavour and Juan Carlos Cáceres, as well as composing for Bernard Primeau’s Jazz Ensemble. In all, it seems to cast something of a Debussian Nocturnes or Preludes shadow.

****

Le piano à queue est un instrument soliste lourd, mais elle l’emmène en des endroits où on ne l’a jamais entendu auparavant…

La liberté comme inspiration

Louis-Charles Mignot-Grenier, Quartier Libre, no 12:12, 23 février 2005

Comme sa musique, Marianne Trudel est vive, passionnée. Boursière du Conseil des arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec, elle étudie maintenant en ethnomusicologie à l’Université de Montréal. Le 1er février dernier, elle sortait un premier album, Espaces libres, produit et réalisé par elle-même. À 25 ans, elle est invitée par Charles Aznavour à l’accompagner au piano lors d’une tournée. Elle a donné des concerts en Europe et au Canada.

À Quartier Libre: Pourquoi avoir intitulé ton CD Espaces libres?

Marianne Trudel: Le premier aspect est artistique. Comme j’ai produit et réalisé l’album moi-même, j’avais envie de me laisser toutes les libertés. Au niveau musical, je ne voulais pas m’ancrer dans un créneau très précis. Ainsi, on y trouve du jazz, mais aussi des influences de la musique classique, de la musique du monde et de la musique actuelle. Le deuxième aspect concerne la nature. Il y a un fil conducteur dans l’album. Les notions de nature, d’espace et de liberté sont importantes pour moi. Voilà pourquoi le CD se nomme Espaces Libres.

QL: Pourquoi le jazz?

MT: Mon parcours n’est pas seulement jazz. J’ai d’abord étudié la musique classique au conservatoire de musique de Québec. Ensuite, j’ai étudié au Cégep de Ste-Foy en musique classique. C’est par la suite que j’ai décidé de bifurquer vers le jazz. Vers l’âge de sept ou huit ans, dans mes cours de piano, j’adorais improviser. Je suis donc allée en jazz principalement pour l’improvisation et la liberté qu’offre cette musique. L’improvisation offre aussi une très grande créativité.

QL: Que t’apportent tes études en ethnomusicologie?

MT: Ces études me permettent de situer la musique dans son contexte. J’ai toujours aimé la philosophie, l’histoire, la sociologie. En ethnomusicologie, on aborde la musique par rapport au rôle qu’elle joue dans la société. On l’aborde donc de façon historique, sociale, on regarde sa relation avec la politique. On regarde la musique autrement que comme un langage musical.

QL: Qu’est-ce que les différentes bourses reçues t’ont permis de faire?

MT: Cela m’a permis de former, entre autres, un ensemble de quinze musiciens avec un quatuor à cordes, des cuivres… Ç’a été une belle expérience de direction d’orchestre et d’écriture. Ces bourses m’ont aussi permis de faire un séjour à Paris pour aller étudier le tango et l’histoire de la musique argentine, avec Juan Carlos Cáceres. Enfin, j’ai fait un stage au Centre des arts de Banff en Alberta. J’ai été privilégiée.

QL: Qu’est-ce que ça fait d’être remarquée par Charles Aznavour et de jouer avec lui?

MT: Cela a été une surprise complète pour moi. La première fois que je suis allée à Paris, c’était pour découvrir cette ville. Après deux mois à Paris, Juan Carlos Cáceres, que j’ai rencontré, a aimé la façon dont je jouais. Il m’a proposé de faire une audition pour Aznavour qui cherchait alors un pianiste. Je suis allée à l’audition en me disant que je n’avais rien à perdre. J’y suis allée et tout s’est très bien déroulé. Aznavour m’a alors proposé de partir en tournée avec lui… au Canada! Ce fut une super belle expérience.

Comme sa musique, Marianne Trudel est vive, passionnée.

Improvisation libre

Denys Lelièvre, Voir, 17 février 2005
… une douce rébellion, à l’image de cette artiste autonome qui s’occupe de tous les aspects de sa carrière, de la création […] à la production.

Notes de jazz

Christophe Rodriguez, Le Journal de Montréal, 12 février 2005
Seize plages poétiques finement ciselées, un très beau travail de découpage qui n’est jamais redondant et une sûreté dans l’interprétation qui annonce de beaux jours. À suivre absolument!

A Tale of Two Pianists

Paul Serralheiro, La Scena Musicale, 22 novembre 2004

Jazz musicians in Montréal come in different stripes. Take Marianne Trudel and Holly Arsenault, for example, two Montréal pianists and composers. Although they had the chance to play duets together at the 2000 Jazz Workshop in Banff, they do not usually work in the same circles. Coming from varied musical and cultural backgrounds, each displays a highly individual style, as can be heard in their recent first disc releases.

Marianne Trudel’s solo effort, Espaces libres, is a distinct pastiche of her influences — French lyricism, clear rhythmical strains derived from listening to artists like Keith Jarrett, free improvisation and the wide-ranging melodicism of world music. Initially trained in classical music, Trudel was soon drawn to jazz, even though she admits she “never fit into the jazz mould.” What attracted Trudel, was the improvisational aspect of composition: “I liked to compose, to sit down and fine-tune musical ideas,” she explains. Still in her twenties, Trudel is currently working on a Master’s degree in ethnomusicology at the University of Montréal, and has some interesting formative experiences behind her. These include playing with Charles Aznavour in France, and writing arrangements for Altsys, Hugh Fraser and Bernard Primeau. She has rubbed shoulders at the Jazz Workshop in Banff with people like American trombonist George Lewis and Dutch drummer Han Bennink, and plans to work with Paul Rucker, a Seattle-based musician whom she met there. In addition to all this, Trudel, originally from Saint-Michel-de-Bellechasse near Quebec City, has recently been honing her skills as an accordionist, since, she explains, “I love the breath aspect of the instrument. It adds a whole other dimension to the playing.” Finally, political involvement is also a concern: “I have always been interested in the links between music and identity, and I’d like to do music for films that are socially engaged, things like documentaries about environmental issues.”

… le lyrisme français, les souches rythmiques claires inspirées d’artistes comme Keith Jarrett, la musique improvisée et le mélodisme riche de la musique du monde.

Pianiste militante à ses heures

Anne Drolet, Le Soleil, 2 septembre 2004

La pianiste Marianne Trudel donnera dimanche un concert au Carrefour mondial de l’accordéon de Montmagny, qui débute aujourd’hui.

Plus qu’une simple interprète, la pianiste Marianne Trudel compose ses propres mélodies. Inspirée par la nature, l’environnement et les changements dans les valeurs sociales, la jeune femme de 27 ans saupoudre ses pièces de ses idéaux militants.

Marianne Trudel n’est pas née dans une famille de musiciens. Pourtant, l’artiste originaire de Saint-Michel de Bellechasse a été exposée à la musique dès sa tendre enfance. C’est sa gardienne qui lui a insufflé sa passion pour la mélodie, alors que la petite n’avait que deux ou trois ans. Cette dame animait des soirées dansantes et s’exerçait au piano devant la jeune Marianne. «J’ai tout de suite associé musique à joie de vivre», relate l’artiste.

Ses parents ont donc décidé de l’inscrire à des cours de piano privés lorsqu’elle avait six ans. Elle commencera le conservatoire six ans plus tard, puis viendra le cégep, l’université. Après avoir décroché son bac en interprétation piano jazz en main, Marianne Trudel décide de partir en Europe en janvier 2002, «un peu sur un coup de tête».

Un premier voyage qui lui permettra de se joindre à l’équipe de Charles Aznavour pour une tournée… au Québec! Marianne Trudel s’esclaffe. Son rire puissant et franc tranche l’air. Quelle ironie du sort, se rappelle-t-elle. La pianiste était tombée en amour avec Paris et n’avait pas l’intention de revenir avant plusieurs mois. Aujourd’hui, par contre, elle désire rester dans la Belle Province.

Militante

Très tôt dans son cheminement, c’est la composition qui l’a intéressée. Sans avoir la prétention de diffuser un message dans ses pièces, son côté militant en dirige l’écriture en partie. «La nature m’inspire beaucoup, mais aussi tout ce qui se passe dans le monde». Elle parle de ses peurs pour l’environnement, de la société de consommation. Elle dit être sortie dans la rue pour faire valoir son opinion sur la culture, le Suroît ou des projets qui menacent ce fleuve qu’elle affectionne tant. «Des fois je me demande ce que ça donne, mais oui, je m’implique». D’ailleurs, un des poèmes publiés dans le livret de son premier disque est à saveur environnementaliste. «Le vent s’essouffle, la forêt meurt, le fleuve rage», récite-t-elle.

Tout ce qui l’habite peut devenir le sujet d’une composition. «Ça part de rien, ça peut être une conversation dans le métro, le regard de quelqu’un pour une autre personne».

Premier disque

Lorsqu’il lui est venu le goût d’enregistrer son premier disque, Marianne Trudel n’a pas attendu la collaboration d’une maison de disques. Elle s’est lancée, tout simplement. «J’ai porté tous les chapeaux», explique-t-elle. Faute d’avoir signé avec un distributeur officiel, Trudel est consciente que son œuvre ne sera peut-être qu’«un truc local, pour l’instant».

Mais peu importe, l’important c’est qu’elle a atteint son but. Elle tient maintenant Espaces libres dans ses mains. Seize pièces originales, dix compositions et six improvisations. Deux cours textes de son cru accompagne aussi l’album. Le premier fait l’éloge du silence «cette denrée rare» dans un monde où les gens sont toujours hyperstimulés, raconte Trudel. Paradoxal pour une musicienne? Il semble que non. «Ça transpire dans l’album, c’est assez aéré. Je n’ai pas voulu surcharger».

Bien qu’aucun de ses écrits n’ait encore été mis en musique, l’auteure envisage la rencontre des deux arts, mais pas tout de suite. Elle a aussi d’autres projets, dont celui de composer de la musique de film, pour des documentaires plus spécifiquement. «Pour faire la jonction entre mes préoccupations et mes occupations», philosophe-t-elle.

Marianne Trudel participera au 16e Carrefour de l’accordéon de Montmagny, qui commence aujourd’hui. Elle jouera en duo avec l’accordéoniste français Didier Ithursary dimanche à 20 h. Adepte de cet instrument depuis son enfance (encore l’influence de la gardienne probablement), Trudel admire beaucoup ce musicien français. Et elle ajoute qu’elle adore le festival. «Il y a du monde de partout, l’ambiance est superbe!». La voilà donc ravie de pouvoir être plus qu’une spectatrice cette année.

… l’éloge du silence «cette denrée rare» dans un monde où les gens sont toujours hyperstimulés…

Autres textes

Hour

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.