La boutique des nouvelles musiques

Fléchettes Jean Derome, Lê Quan Ninh

Une improvisation passionante par deux maîtres musiciens. Enregistré live à Rimouski (Québec) dans le cadre des Rencontres de musiques spontanées, en novembre 2009.

Jean Derome et Lê Quan Ninh sont deux figures incontournables de la musique improvisée. Ils sont aussi actifs dans d’autres genres musicaux, tels que le jazz et la musique contemporaine. Ils ont été invités par Tour de Bras à faire un concert entièrement improvisé qui s’est avéré un moment de musique intense et sublime. Fléchettes documente cette rencontre, ce dialogue tout en surprises, en éclats et en sourires, à la fois ludique et physique, à la fois aéré et sans réserves.

Fléchettes

Jean Derome, Lê Quan Ninh

La presse en parle

  • Ken Waxman, The WholeNote, 11 septembre 2014
    Highly praised for his mastery of contemporary notated music, Ninh is equally proficient as an improviser as he demonstrates with Montreal saxophonist Jean Derome on Fléchettes.
  • Guillaume Belhomme, Le son du grisli, 29 novembre 2011
    Les fléchettes que décochent Jean Derome et Lê Quan Ninh délivrent un poison qui saisit en un rien de temps.
  • Andrew Choate, Signal to Noise, no 62, 1 juillet 2011
    Fléchettes features a single 44-minute duo performance.
  • Dolf Mulder, Vital, no 779, 3 mai 2011
    A very rich album.
  • Julien Héraud, Improv Sphere, 1 mai 2011
    Un disque aux reliefs saisissants et remarquables, dans l’énergie comme dans l’intensité, d’une richesse éprouvante. Recommandé!
  • Bruce Lee Gallanter, Downtown Music Gallery, 11 mars 2011
    Well recorded and able to cast a spell upon all those take the time to listen closely without distractions.
  • Joël Pagier, ImproJazz, no 173, 1 mars 2011
    Les Fléchettes de Jean Derome et Lê Quan Ninh ne se jouent pas au Bar des Sports, mais dans la tête de chaque auditeur, qu’il se suppose cible ou se rêve en archer.

Critique

Guillaume Belhomme, Le son du grisli, 29 novembre 2011

Les fléchettes que décochent Jean Derome (flûte, saxophone alto, appeaux et petits instruments) et Lê Quan Ninh (grosse caisse environnée) délivrent un poison qui saisit en un rien de temps.

Derome avait pourtant prévenu du danger: maugréant d’abord avant de se ranger à l’opinion vindicative de son partenaire: Lê Quan Ninh qui vitupère, frappant fort ou faisant rugir sa grosse caisse à force de caresses multipliées. Ce sont ainsi des râles tenaces et des drones insistants que le percussionniste dépose au second plan.

Contraste: maintenant Derome siffle. À l’alto, il défend une intensité bruitiste qui annule et remplace la gentillesse de son usage des petits instruments, que les graves profonds de Ninh avalent de toute manière. À la flûte, Derome évoque alors Prokofiev avant que sonne l’instant d’une autre saillie: sifflements, grognements que domptera un lot de baguettes sèches. Le bois dont on fait les fléchettes cédera sous les effets de derniers tremblements. Le souvenir, ravissant, est d’engourdissement.

Les fléchettes que décochent Jean Derome et Lê Quan Ninh délivrent un poison qui saisit en un rien de temps.

Review

Andrew Choate, Signal to Noise, no 62, 1 juillet 2011
Fléchettes features a single 44-minute duo performance.

Review

Dolf Mulder, Vital, no 779, 3 mai 2011

On invitation by Tour de Bras Jean Derome and Lê Quan Ninh did an entirely improvised set. This worked out so well it is released here on CD. French-based Lê Quan Ninh is classically trained percussionist who worked with contemporary music ensembles and is a founder member of Quatuor Hélios. As an improvisor, he participates at numerous meetings in Europe and in North America. I remember an intriguing duo concert with Cor Fuhler. Jean Derome needs no further introduction. As a duo they give way to some very adventurous improvisations. They had a lot to share. Absolutely a very successful meeting, showing many sides of their improvisational skills. The improvisations are full of many colors, energy and surprises. A very rich album.

A very rich album.

Critique

Julien Héraud, Improv Sphere, 1 mai 2011

Pour des musiciens qui n’ont pas l’habitude de collaborer, le duo est certainement la formation la plus adéquate pour se découvrir et s’appréhender dans l’improvisation libre, dans la mesure où la liberté et les potentialités propres au solo sont encore possibles tout en étant enrichies par l’écoute. Sur Fléchettes, le percussionniste français Lê Quan Ninh s’associe au polyinstrumentiste québécois Jean Derome qui n’hésite pas à s’essouffler dans des appeaux à la manière de Joseph Jarman.

Plus que sur les timbres pourtant très recherchés, cette unique improvisation de 45 min. joue sur les dynamiques et les intensités, et c’est sur ce plan que l’écoute bat son plein. L’intensité émise par les objets en résonance sur la grosse caisse est toujours appuyée par la diversité des vents, diversité des instruments, des modes de jeux, des voix, et des techniques étendues. Si le son est hétérogène et diversifié, l’intention n’est jamais scindée en deux individus, elle est toujours une et jouée pleinement par chacun des musiciens. L’improvisation se fait donc très intense et organique, clairement structurée par une conscience unifiée et une volonté commune. L’exploration sonique de Lê Quan Ninh qui s’attache plus à la résonance des métaux et des peaux qu’à l’attaque ou au rythme (presque complètement absent), est superbement enrichie par le très énergique Jean Derome.

Une improvisation vraiment puissante, riche d’inventivités et de trouvailles, de variations d’intensité et de timbres. Un disque aux reliefs saisissants et remarquables, dans l’énergie comme dans l’intensité, d’une richesse éprouvante. Recommandé!

Un disque aux reliefs saisissants et remarquables, dans l’énergie comme dans l’intensité, d’une richesse éprouvante. Recommandé!

Review

Bruce Lee Gallanter, Downtown Music Gallery, 11 mars 2011

French-based percussionist Le Quan Ninh has a completely unique approach to playing his bass drum, if you get a chance to see him live, you know what I mean. Still his sound is also quite distinct. This duo disc was recorded live at Coop Paradis in 2009 and it also features Quebec-based reeds wiz Jean Derome. Both of these men concentrate on small yet focused sounds. Mr. Derome at times recalls early John Zorn when Zorn worked with mouthpieces, bird calls & a cup of water. The duo works together extremely well, their odd sounds often blending together marvelously. The brittle bent notes of the sax and the cymbals rubbed on top of the bass drum often sound very similar, so it difficult to tell who is doing what. Derome also plays whistles and toys at times, occasionally adding bits of humor or other surprising sounds to the mysterious environment. Well recorded and able to cast a spell upon all those take the time to listen closely without distractions.

Well recorded and able to cast a spell upon all those take the time to listen closely without distractions.

Critique

Joël Pagier, ImproJazz, no 173, 1 mars 2011

Dès les premiers sons partagés, on sait que les musiciens présidant aux destinées de cet album ont opté pour une radicalité sans fard inscrite dans la seule authenticité de leurs échanges. Point de concept ici, de prétexte philosophique ni de nouvelles technologies! Nulle déclaration fracassante d’intention! Pas la moindre trace de projet préalable appelant au secours la danse, la sculpture ou la vidéo! Rien de tout cela, mais l’implacable présence, dans le même temps et le même espace, de deux hommes verticaux au bagage impeccable et à la détermination indemne! Le passé les a faits ce qu’ils sont et a saturé leur mémoire et leur âme d’un vécu différent qu’ils peuvent fondre dans un langage commun glané, pourtant, au hasard d’expériences diverses. Ces deux-là improvisent et savent se comprendre puisqu’ils ont les yeux et les oreilles ouverts aux vibrations qui passent de l’un à l’autre et glissent alentour, dans l’air qu’ils respirent et l’atmosphère qui les enveloppe.

Aussi, nul n’est besoin de s’observer, d’effleurer la musique avec toute la prudence requise lorsque l’on est en face d’un étranger qui, peut-être, ne saisira pas la portée de votre propos. C’est avec gourmandise qu’ils se lancent dans le vide, raclant une surface, soufflant dans un tuyau. Le Canadien Jean Derome est venu chargé de son alto, de quelques flûtes ou appeaux et d’un matériel tout personnel composé des objets les plus hétéroclites. Le Français Lê Quan Ninh a pris la grosse-caisse constituant son seul outil depuis quelques lustres déjà et l’a environnée de divers ustensiles propres à détourner les bruissements du bois, de l’air et de la peau: pommes de pin, archets, petites cymbales, bols tibétains, graviers… Puis ils se sont regardés et, chacun disparaissant dans l’inconnu de sa concentration, ont entamé cette conversation universelle que tous peuvent entendre et que si peu savent alimenter. Il faut dire qu’ils avaient emmagasiné tant de matériau amassé depuis si longtemps que la discussion aurait pu soutenir l’éternité.

La violence des échanges étonne tout d’abord. Que cela crisse, hurle, grince, dérape et se rejoigne dans l’ultime expression d’une colère enfouie qui, soudain, exploserait, n’est pas la moindre surprise de cet enregistrement en tous points essentiel. Une autre réside également dans l’opiniâtreté avec laquelle les deux hommes perpétuent ce climat d’un bout à l’autre de leur entretien. Ninh a beau, quelquefois, susciter le silence du bout d’une cymbale ou dans le bourdonnement lointain de sa paume sur le tambour, Jean Derome peut toujours convier le jazz et, en quelques phrases, tenter d’apaiser le bouillonnement continu de l’improvisation, la rage reste là, perceptible en filigrane avant de sourdre soudain dans le cri d’un alto, le sifflement d’un appeau ou la stridence imprévisible du métal rayant le métal ou de la peau froissant la peau.

S’il n’est pas le plus immédiat, parmi les enregistrements récemment parus, le plus aisément audible entre ses aigus déchirants et ses heurts constants, le Fléchettes de Jean Derome et Lê Quan Ninh me semble cependant atteindre son but supposé et réveiller la conscience de quelques cibles encore assoupies. Nos temps sont difficiles, écrasés par une profonde impression de malaise. La douleur s’étale partout, sur écran plasma ou dans les mensonges des politiques visant à nous faire oublier que le monde est plus que jamais une fournaise agréée par les marchands d’armes et leurs commanditaires. Alors que peut faire un artiste si ce n’est rappeler à ceux qui voudront bien l’entendre qu’ils doivent rester vigilants? Les Fléchettes de Jean Derome et Lê Quan Ninh ne se jouent pas au Bar des Sports, mais dans la tête de chaque auditeur, qu’il se suppose cible ou se rêve en archer.

Les Fléchettes de Jean Derome et Lê Quan Ninh ne se jouent pas au Bar des Sports, mais dans la tête de chaque auditeur, qu’il se suppose cible ou se rêve en archer.

Autres textes

Monsieur Délire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.