La boutique des nouvelles musiques

Lieux imaginés Cordâme

Prix Opus 2011-12: Disque de l’année

3e et plus récent disque de Cordâme, Lieux imaginés est issu de l’imagination vibrante de Jean Félix Mailloux. Sans toutefois avoir visité les endroits mentionnés dans les titres des différentes pièces, Jean Félix a mis en musique son impression des lieux. Le résultat est envoûtant et chaleureux et l’auditeur est transporté dans des contrées entre le réel et l’imaginaire.

Le groupe a profité d’une résidence artistique à l’Église du Gesù à Montréal pour y créer et enregistrer la musique de Lieux imaginés. L’acoustique y est exceptionnelle et aucune réverbération n’a été ajoutée artificiellement.

Lieux imaginés

Cordâme

Jean Félix Mailloux

La presse en parle

  • Réjean Beaucage, Voir, 7 mars 2013
    C’est pour ce troisième disque que le trio Cordâme a été récompensé par le prix Opus du «disque de l’année — musiques du monde»
  • Annie Landreville, La Scena Musicale, no 17:7, 1 avril 2012
    Il y a beaucoup d’émotions senties dans ces propositions de voyage où on décolle sans peine pour atterrir en douceur. Enveloppant.
  • Gabriel Bélanger, SOCAN, Paroles & Musique, 1 mars 2012
    Un beau voyage à travers un univers au langage neuf.
  • Yves Bernard, Le Devoir, 18 novembre 2011
    Ainsi va la vie imaginée. Preuve que les tableaux sonores n’ont pas besoin d’être des portraits réalistes. Et les rêveries de Cordâme sont très enveloppantes.
  • François Couture, Monsieur Délire, 2 novembre 2011
    Migration était déjà très solide, mais Lieux imaginés souligne une écriture d’une richesse et d’une finesse que dément presque son accessibilité.

Critique

Réjean Beaucage, Voir, 7 mars 2013

C’est pour ce troisième disque que le trio Cordâme a été récompensé par le prix Opus du «disque de l’année — musiques du monde», un enregistrement où le trio se présente à nous en toute simplicité, sans invités spéciaux. C’est bien une «musique du monde» imaginaire qu’il nous offre ici, et de Madrid à la Cité interdite, en passant par Vancouver, le contrebassiste et compositeur Jean Félix Mailloux nous fait visiter des lieux où il n’a lui-même jamais mis les pieds. Le violon (Marie Neige Lavigne) et le violoncelle (Julie-Odile Gauthier-Morin) sont nos guides, que l’on suit d’un pas léger en tanguant au rythme de la contrebasse. Cordâme invite le pianiste François Bourassa pour un concert à L’Astral ce samedi 9 mars.

C’est pour ce troisième disque que le trio Cordâme a été récompensé par le prix Opus du «disque de l’année — musiques du monde»

Voyages musicaux

Annie Landreville, La Scena Musicale, no 17:7, 1 avril 2012

Madrid, Buenos Aires, Madagascar, Riga ou Brest, voilà des endroits bien réels dont le contrebassiste Jean Félix Mailloux s’est inspiré. Pourtant, ces lieux lui sont aussi totalement imaginaires puisqu’il n’y a jamais mis les pieds, mais cela ne l’empêche pas de s’en imprégner pour mieux les imaginer.

Pour son troisième disque, Cordâme revient à ses sources, soit la formule du trio à cordes (violon, violoncelle, contrebasse). Le compositeur, fin mélodiste et arrangeur, nous transporte avec lui dans ses bagages. Alors que Vancouver lui inspire un tango, le flamenco incontournable de Madrid évite quand même la facilité des clichés par son rythme et sa mélodie, tous deux rendus par les cordes expressives. Par ailleurs, ces portaits de lieux imaginés ne sombrent pas dans le piège de la référence obligée au folklore local, l’inspiration et l’évocation s’avérant plus pertinentes qu’une approche compositionelle relevant du simple pastiche ou de l’exercice de style.

Pourtant, une note produite par-ci évoque une flûte, un jeu en pizzicato nous rappelle un effet de percussion par-là et, un plus loin, une mélodie semble émaner d’un erhu, ce violon chinois à deux cordes. L’acoustique de l’église du Gesù sert très bien le trio, le son résultant étant plein, riche et chaleureux. Il y a beaucoup d’émotions senties dans ces propositions de voyage où on décolle sans peine pour atterrir en douceur. Enveloppant.

Il y a beaucoup d’émotions senties dans ces propositions de voyage où on décolle sans peine pour atterrir en douceur. Enveloppant.

Critique

Yves Bernard, Le Devoir, 18 novembre 2011

Après avoir fait paraître deux disques avec des invités, les membres de ce trio à cordes reviennent à l’essence de leurs compositions: une musique livrée avec contrebasse, violon, violoncelle, grande sensibilité et lyrisme, à la croisée du jazz, du classique et des musiques du monde, mais qui n’est ni l’un ni l’autre. Dans plusieurs pièces, le leader Jean-François Mailloux transmet son impression de villes qu’il n’a pas visitées. Vancouver révèle sa douceur avant son intensité. Madrid dévoile le déchirement rythmique au bout des doigts. Madagascar est plus sautillante; Kisarazu, plus orientale; Buenos Aires, passionnée mais adoucie; Santiago, doucement nostalgique; Veracruz, calme et non frénétique; Riga, en respiration lente. Ainsi va la vie imaginée. Preuve que les tableaux sonores n’ont pas besoin d’être des portraits réalistes. Et les rêveries de Cordâme sont très enveloppantes.

Ainsi va la vie imaginée. Preuve que les tableaux sonores n’ont pas besoin d’être des portraits réalistes. Et les rêveries de Cordâme sont très enveloppantes.

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 2 novembre 2011

Le trio à cordes du contrebassiste Jean-Félix Mailloux s’améliore d’un disque à l’autre — en fait, il fait carrément des pas de géants. Migration était déjà très solide, mais Lieux imaginés souligne une écriture d’une richesse et d’une finesse que dément presque son accessibilité. Treize pièces portant pour titres des noms de villes que Mailloux n’a jamais visité. Santiago et Dans la tête de M. Sakamoto ressortent du lot. Une influence Bar Kohkba, une influence tango, mais une écriture toute personnelle.

Migration était déjà très solide, mais Lieux imaginés souligne une écriture d’une richesse et d’une finesse que dément presque son accessibilité.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.