La boutique des nouvelles musiques

Rubedo’ ro Rubedo’ ro

L’ensemble des compositions du disque Rubedo’ ro s’étend sur une période de six ans depuis sa gestation jusqu’à sa réalisation.Il s’agit d’une création qui me tient à cœur de par son processus et les multiples expériences dont elle découle.

D’une part, un cheminement intérieur habité de solitudes et de silences, d’autre part la magie des voyages et des rencontres qui ont donné vie à chacune des pièces,

s’étant toutes frottées à des musiciens, instrumentations et à des géographies diverses.

Enfin, indubitablement, la présence et musicalité de mes compagnons de route, Stéphane, Sheila, Julie et Marie-Lys qui ont donné leur temps et leur talent à la réalisation de ce disque.

Il me semble que l’œuvre s’inscrit avec justesse et originalité dans le paysage musical d’aujourd’hui; langues et langages multiples, jazz et folklore, classique et contemporain, improvisation et écriture, tout en gardant le sens de la poésie, l’ouverture vers l’imaginaire sonore et le souhait secret qu’elle puisse donner sincèrement une touche de beauté, de joie et d’ humanité au monde.

Géraldine Eguiluz

Rubedo’ ro

Rubedo’ ro

Géraldine Eguiluz

La presse en parle

  • Paul Serralheiro, The Squid’s Ear, 19 juin 2015
    A more magical cauldron of composition and improvisation could hardly be concocted than this creative collection of pieces for voice and string quartet.
  • François Couture, Monsieur Délire, 13 juin 2014
    Je suis conquis de but en blanc et vous le serez aussi.
  • Yves Bernard, Le Devoir, 11 avril 2014
    Elle joue dans le chant, incarne ses personnages intérieurs, connecte avec l’au-delà. En pénétrant le souffle de la terre.

Heard In

Paul Serralheiro, The Squid’s Ear, 19 juin 2015

A more magical cauldron of composition and improvisation could hardly be concocted than this creative collection of pieces for voice and string quartet. I had the opportunity of attending the premier performance of this project in Montreal before it got "waxed," and the recording is every bit as magical as the live rendition of the pieces.

Composer and singer Equiluz has imagined a finely inflected set of nine movements. Not always articulating an explicit text, the voice is used as a fifth instrument in a kind of multilingual scat style. The strong geo-historical connotations of the string quartet (i.e. Europe’s noble courts c. 1700s and on) are here subverted in idiomatic writing combining indigenous sounds of the Americas along with free improvisation and tightly rendered ensemble writing that evokes many local colors, from the lush valleys of Mexico, to the Brazilian Rainforest, to the shouting of the Thunder Beings on the North American plains, and more.

Born in Mexico, the cosmopolitan Equiluz has lived in Columbia, Paris and Lisbon, before coming to Montreal by way of Quebec City. She has performed internationally and is a frequent collaborator with musicians in the thriving Musique Actuelle scene in the province of Quebec. In this ambitious project, a polyglot sensibility comes through loud and clear in the multi-stylistic qualities of the compositions, with titles in a number of languages, like the opener "Aluxes" which announces the music to come via allusions to a playful Maya spirit being, and other titles, like "Tiempo Herido," that reflect a more mournful mood, or the rhythmically possessed piece called "Tonnere."

In Rubedo’ro, Equiluz is joined by four Montreal string players: violinist Marilys Trudel, viola player Julie Babaz, cellist Sheila Hannigan and bassist Stéphane Diamantakiou. The ensemble is honed to render in very precise playing the music Equiluz has penned, but as mentioned before, there is also plenty of improvisation, and individual expression worked in, which makes this release so interesting: it sings with a clear authorial voice, but is emboldened by the multiplicity of personalities, making this a very living, vibrant set of music. The stylistic twists and turns make for an exotic ride along the fine edge that composed material meets improvisation can provide, but the writing here is also a solid and taut high wire along which dance the many colors of Equiluz’s richly textured, warm and expressive voice.

A more magical cauldron of composition and improvisation could hardly be concocted than this creative collection of pieces for voice and string quartet.

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 13 juin 2014

Merveilleuse! Géraldine Eguiluz est tout simplement merveilleuse! Chanteuse pleine de charme, d’émotion et de créativité, elle évoque fortement, sur ce premier disque, la grande Iva Bittová, si celle-ci s’inspirait de l’Amérique latine au lieu de l’Europe centrale, et c’est une comparaison qui ne déprécie pas du tout madame Eguiluz! Rubedo’ro propose neuf pièces de son crû, où elle est accompagnée par un quatuor à cordes, ce qui en fait de ce projet un quintette à cordes (+vocales). Arrangements léchés qui voguent entre musique de chambre, danses latino-amércaines et musique actuelle. Je suis conquis de but en blanc et vous le serez aussi.

Je suis conquis de but en blanc et vous le serez aussi.

Critique

Yves Bernard, Le Devoir, 11 avril 2014

Au cœur des mutations entre langues réelles et langages inventés, à travers le parcours géographique ou imaginaire des peuples qu’elle a fréquentés ou rêvés, Géraldine Eguiluz refait son monde, chante et vocalise sa folie, improvise, libère son enfant intérieur et marie sa voix à celle des cordes qui l’accompagnent. Elle vient du Mexique, est passée par la Colombie, la France et le Portugal, puis s’est installée à Québec et à Montréal, où elle vit maintenant. Mais dans sa musique, elle est de partout. Ou plutôt de l’alchimie, de la force mystérieuse, de la puissance tragique et de la composition instantanée, quelque part entre la musique contemporaine écrite ou improvisée, la musique de chambre, les sons afro-américains, la valse déconstruite, l’opéra volontairement croche et le chant autochtone. Elle joue dans le chant, incarne ses personnages intérieurs, connecte avec l’au-delà. En pénétrant le souffle de la terre.

Elle joue dans le chant, incarne ses personnages intérieurs, connecte avec l’au-delà. En pénétrant le souffle de la terre.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.