La boutique des nouvelles musiques

Feldspar Matana Roberts, Sam Shalabi, Nicolas Caloia

GAMIQ 2014: album jazz / musique contemporaine de l'année

Although this disc sounds improvised, it does create a series of moods and scenes. Downtown Music Gallery, ÉU

Et on ne les remerciera jamais assez de les avoir cherchées, recherchées. Et ici, trouvées. Le son du grisli, France

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement.

Feldspar

Matana Roberts, Sam Shalabi, Nicolas Caloia

  • CD
    TDB 9008
    Épuisé

La presse en parle

  • Bruce Lee Gallanter, Downtown Music Gallery, 9 octobre 2015
    Although this disc sounds improvised, it does create a series of moods and scenes.
  • Luc Bouquet, Le son du grisli, 11 septembre 2014
    Et on ne les remerciera jamais assez de les avoir cherchées, recherchées. Et ici, trouvées.
  • Julien Héraud, Improv Sphere, 1 septembre 2014
    … il faut écouter dans le détail cet album qui fourmille de détails innovants et de superpositions esthétiques inédites.
  • Ken Waxman, The WholeNote, no 19:9, 1 juin 2014
    Feldspar is as rugged as it is remarkable.
  • François Couture, Monsieur Délire, 7 avril 2014
    Surprise, donc, devant le caractère posé de cette musique, mais une rencontre digne d’intérêt.

Review

Bruce Lee Gallanter, Downtown Music Gallery, 9 octobre 2015

This trio effort was recorded in Montreal in December of 2011. You no doubt know of saxist/composer Matana Roberts from her rich and various catalogue, especially from her wonderful ongoing and ever-evolving series of “Coin Coin” projects, from solo to various group versions. Montreal-based guitarist Sam Shalabi also leads several bands, like Land of Kush and Shalabi Effect as well as collaborating with Alan Bishop and others. I’ve caught bassist Nicolas Caloia with the Ratchet Orchestra in Canada on a couple of occasions as well as with a great string trio with Tristan Honsinger and Joshua Zubot, who played here at DMG last week (10/1/15).

Although this disc sounds improvised, it does create a series of moods and scenes. While Ms. Roberts and Mr. Caloia are more straight forward, it is the work of Mr. Shalabi that creates that mysterious aura of reflection and quiet desperation. Since there is no drummer involved, it is Caloia’s bass that is the central rhythmic bottom-end anchor. Mr. Roberts’ alto sax sails, soars, shifts and sings calmly on top, dancing like a flame at times and often providing the focal point. A modest yet somehow intriguing effort that is calm, restless, intense and often fascinating at the same time.

Although this disc sounds improvised, it does create a series of moods and scenes.

Chronique

Luc Bouquet, Le son du grisli, 11 septembre 2014

Souffle sablé et phrasé jazz, grain filou: voici Matana Roberts. Cordes insistantes, denrées métalliques et traits rigides: voici Sam Shalabi. Walking bass empoisonnée, archet droit et poison rythmique: voici Nicolas Caloia. On pourra s’étonner des excès atmosphériques du trio. On regrettera cette interaction déjouée, ce calme jamais vraiment rompu. On questionnera ce jazz incongru, cette distorsion des matières. On s’étonnera de l’un cherchant et de l’autre percutant. Et l’on ne comprendra jamais vraiment l’indifférence du troisième. Alors, l’on écoutera de nouveau. Et l’on comprendra. On comprendra que l’effort n’est pas uniquement dans l’écoute, dans le renvoi à l’autre, dans les dialogues ânonnés, bredouillés. On comprendra que les virginales glaises se méritent, ne se donnent jamais facilement. Et on ne les remerciera jamais assez de les avoir cherchées, recherchées. Et ici, trouvées.

Et on ne les remerciera jamais assez de les avoir cherchées, recherchées. Et ici, trouvées.

Guitare à l’honneur (4)

Julien Héraud, Improv Sphere, 1 septembre 2014

Bien sûr, depuis plusieurs décennies pour l’un et depuis plusieurs années pour l’autre, le Japon et la Suède sont reconnus pour être des terreaux très fertiles au niveau du free jazz et de la noise. Mais un pays dont on parle moins et qui possède également plusieurs scènes intéressantes de musiques innovatrices, c’est le Canada, et plus particulièrement le Québec. On connaît bien le platiniste Martin Tétrault, mais c’est à Rimoulski, autour du bassiste Eric Normand, que gravitent également de nombreux musiciens intéressants.

Ainsi, sur Tour de Bras, label dirigé par Normand justement, on trouvait récemment quelques courts CD très innovants. Le premier est Allochtone, un quartet formé par Sylvie Chenard (guitare, erhu, voix, électronique), Alexandre Dubuc (contrebasse, électronique), Cathy Heyden (saxophone, objets, électronique), et Rémi Leclerc (batterie, percussions, électronique). Ici, ces quatre musiciens proposent une musique singulière et innovante de musique qu’on pourrait peut-être qualifier de post-eai, mais du post-eai teinté de rock et de jazz, de free et de noise. La guitare ici est rarement rock, moins que la basse en tout cas, il n’y a pas d’effets, et Sylvie Chenard n’hésite pas à utiliser des accentuations jazz. C’est plutôt la section rythmique qui est souvent lourde et grasse et apporte une touche de rock et de vivacité à ces neuf courtes pièces; en plus de l’électronique abrasive omniprésente. Quant au saxo, il joue la plupart du temps dans un mode très free-rock à la Zu et compagnie.

Je décris en gros à quoi ça ressemble, et ça ne paraît peut-être pas très original dis comme ça, mais il faut écouter dans le détail cet album qui fourmille de détails innovants et de superpositions esthétiques inédites. Il faut entendre la voix ténue de Sylvie Chenard accompagnée d’électronique discrète, de contrebasse lyrique, ou de souffles au saxophone; de même que les impros jazz sur fond d’électronique harsh, ainsi que la touche discrète de rock qui est omniprésente sur ce disque.

Feldspar est un autre excellent disque publié sur le même label et qui se déploie sur un terrain proche du quartet précédent. Ce trio est composé de Matana Roberts au saxophone alto, Sam Shalabi à la guitare, et Nicolas Caloia à la contrebasse. Cette autre formation québécoise est similaire dans la mesure où elle se situe également à la croisée du rock et du jazz, mais de manière encore plus claire je trouve. D’une part, il n’y pas d’électronique, ce qui renforce l’identité des instruments. Et d’autre part, on retrouve le guitariste Sam Shalabi qui est surtout connu pour ses projets rock et electro-rock aux côtés d’une saxophoniste et d’un contrebassiste qui évoluent principalement dans les milieux jazz.

Shalabi et Caloia sont les deux musiciens les plus ouverts de ce projet, et évoluent indifféremment entre les voies suivies par le groupe, qu’elles soient plus binaires, répétitives et rock, ou plus ternaires, accentuées et swinguantes. Matana Roberts ne quitte pas trop par contre un mode de jeu et un phrasé beaucoup plus jazz, avec les mêmes accents et intonations. Elle est moins ouverte d’une certaine manière, mais elle fait très bien ce qu’elle fait, et c’est aussi bien qu’elle s’y cantonne un maximum je trouve. Son phrasé est rond, dansant, virtuose, intense, bref, elle assure. Quant à Shalabi, parce que je m’intéresse surtout aux guitaristes dans cet article, il pose parfois des nappes avec pas mal de distorsion, il peut aussi improviser un solo plutôt jazz, ou faire des soli moins swing avec plus d’effets qui se rapprochent plus de solo rock, jazz-rock.

Les compositions sont originales et variées, chaque musicien a sa singularité et apporte sa touche personnelle au son de groupe qui est aussi innovant. Je préfère encore ce trio car il assume pleinement ses influences et en joue avec virtuosité et talent. Du lyrisme et du swing du jazz à l’intensité du rock, en passant par la spontanéité de l’improvisation libre, tout est conservé dans ces sept pièces très prenantes, volontairement idiomatiques mais innovatrices et créatives.

… il faut écouter dans le détail cet album qui fourmille de détails innovants et de superpositions esthétiques inédites.

Review

Ken Waxman, The WholeNote, no 19:9, 1 juin 2014
Feldspar is as rugged as it is remarkable.

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 7 avril 2014

Session enregistrée à Montréal en décembre 2011 et qui vient de paraître chez la rimouskoise Tour de bras. Improvisation libre disons à intensité moyenne. Il y a des moments où on pourrait prendre son erre d’aller pour de la paresse, mais c’est que le discours suit sa propre voix, qui n’est pas celle d’une grande excitation, comme la présence de Roberts pourrait nous faire attendre. Surprise, donc, devant le caractère posé de cette musique, mais une rencontre digne d’intérêt.

Surprise, donc, devant le caractère posé de cette musique, mais une rencontre digne d’intérêt.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.