La boutique des nouvelles musiques

La règle Fünf

  • SODEC

Des échanges sonores sporadiques, suivants des consignes, ou des partitions graphiques, ou complètement improvisés avec un instrumentarium éclaté. L’album La règle a été enregistré entre deux sous-sols résidentiels de la rue Berri et en direct sur une station de radio campus-communautaire entre 2011 et 2014, toujours en formations variées et jamais avec les six membres de Fünf en même temps.

Cet article peut être téléchargé et/ou écouté sur le site funf5.bandcamp.com.

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement.

La règle

Fünf

Magali Babin, Andrea-Jane Cornell, Martine H Crispo

La presse en parle

  • Dave Madden, The Squid’s Ear, 15 juillet 2015
    … the members of Fünf create music that warrants a binge.
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, 1 juin 2015
  • Dolf Mulder, Vital, no 970, 16 février 2015
    … there surely is some poetry in their sonic excursions.
  • François Couture, Monsieur Délire, 6 février 2015
    Le mixage joue avec une séparation stéréo très vaste et une grande précision dans le placement des sons, ce qui donne l’impression d’une minutieuse chorégraphie. L’écoute au casque est chaudement recommandée.
  • Massimiliano Busti, Blow Up, no 201, 1 février 2015
  • Bruce Lee Gallanter, Downtown Music Gallery, 30 janvier 2015
    The music unfolds organically and has a John Cage like vibe. The sounds do a good job of evoking a mood, like slowly changing scenery in a European art house film.
  • Łukasz Komła, Nowamuzyka, 13 janvier 2015

Heard in

Dave Madden, The Squid’s Ear, 15 juillet 2015

I recently had a debate about recipes. Someone presented the idea that following a script with exact precision is how we ensure success. I countered that, sure, this can be true, but think about all the people who break the rules and improve upon the process. "Well you have to know the rules before you can break them." Touché, but what if there are no existing guidelines for a particular design? That’s how Fünf seem to work, as their electroacoustic / concrète fusion is — so to speak — no cake or lamb shank you’ve ever sampled.

Here are the ingredients:

  • Magali Babin: Performer (amplified objects, tape deck, nebulophone, field recordings)
  • Andrea-Jane Cornell: Performer (amplified objects, field recordings, accordion, loops and voice)
  • Martine H Crispo: Performer (circuit bent toys, iDensity, electronics)
  • Anne-Francoise Jacques: Performer (rotation, objects, amplification)
  • Émilie Mouchous: Performer (analogue synthesizers, electronic fabric)
  • Erin Sexton: Performer (oscillators, electromagnetic fields, microphone)

Mix these thoroughly until each performer is unrecognizable "between two residential basements on Berri Street, and live on a campus-community radio station from 2011 to 2014," and don’t include everyone at the same time on each piece. The end result is a seamless production of delicate splendor.

Beginning with "Chaleur", the group introduces an alien communication of reversed spinning plates and ghostly feedback and drones; suddenly, an aural door opens up, and the track is grounded in a lo-fi hiss, snippets of tonal "music" and sputtering circuits. "Aimes-tu ma porte?" features a rhythm bed of camera flash power-on, a cymbal neutered of its attack and the muddled rumbling of Jacques’ "rotating surfaces". On "The Name’s Name", telephone busy signals mix with a chuckling German couple and manipulated airy wisps. Synthetic blips, purrs, pings, flicks and growls push alongside high heel footsteps on "Girl in the Vague"; as those begin to relax and fade, a cat in the distance begins to yowl, capping off the piece with a spooky coda.

The most ambitious work, "Retenue mystique", settles over a flock of humming ambience that comes and goes, providing a somber backdrop for nervy mechanical squeals, thick swells of vowels (think Ligeti’s Lux Aeterna), sinister rasps, a Dopplering monologue and occasional synthesizer blips. The whole thing together makes your body and mind sway until the booming, electrical charge misfires of the appropriately named "Loud Operetta" break the meditation.

La règle belongs in the same world with sonic sculptors Jason Kahn, Tim Olive, Norbert Möslang, Toshimaru Nakamura, The Lappetites etc., but, as previously mentioned, there is something curiously unique about the music. Perhaps it is the group’s patience, economy of sound, tidy frequency choices (i.e. keeping the highs paired with lows à la Stravinsky orchestration for a clear listening experience) and insistent, unresolved tension. Regardless of secret spices, the members of Fünf create music that warrants a binge.

… the members of Fünf create music that warrants a binge.

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, 1 juin 2015

De même que les trois mousquetaires étaient quatre, les Fünf sont six… Six femmes pratiquant une musique électroacoustique improvisée, basée à la fois sur quelques instruments électroniques, électromagnétiques, des objets de leur propre cru, tel le nébulophone (?), amplifiés, manipulés de diverses manières, avec l’adjonction d’un seul instrument acoustique à finalité musicale, l’accordéon. Y-a-t-il une règle? Une seule apparemment, ne pas jouer toutes les six en même temps. Pour le reste, aucune indication… Les instruments sont frottés, triturés, confrontés à du field recording, et des effets électroniques, sans que l’on sache qui fait quoi. Bref, La Règle propose une musique underground ou plutôt underfloor, réalisée en grande partie dans deux caves résidentielles mais qui aboutit à une douzaine de récits de durée variable, dans une ambiance assez feutrée et aux titres évocateurs, voire subtils: Gélée de pomme, Retenue mystique, l’or de Mona Lisa…

Review

Dolf Mulder, Vital, no 970, 16 février 2015

Fünf is a new voice. It is a collective of Magali Babin, Andrea-Jane Cornell, Martine H Crispo, Anne-Françoise Jacques, Émilie Mouchous and Erin Sexton. As an all female ensemble they fit however in a tradition with Wondeur Brass and Justine as earlier all-women line ups in the Ambiances Magnétiques circles. They use a wide range of electronics, synthesizers, microphones, field recordings, loops, amplified objects etc. Only accordion and voice as conventional instruments. They spread their ideas over 12 tracks varying in length between 0:39 and 8:53 minutes. It is radical noise improvisation what they practice, but not of a kind that attracts much attention. The music makes no immediate appeal on the listener, who by his turn has really to concentrate. Is this rewarding? I think so. They don’t choose for an overkill of noise, but for very stripped down sound improvisations. And there surely is some poetry in their sonic excursions.

… there surely is some poetry in their sonic excursions.

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 6 février 2015

Fünf (cinq en allemand) est un collectif à douze mains féminines: Magali Babin, Andrea-Jane Cornell, Martine H Crispo, Anne-François Jacques, Émilie Mouchous et Erin Sexton. Elles œuvrent toutes à Montréal. Elles expérimentent toutes avec de l’électricité et des bidules faits main ou modifiés. Nous sommes dans le circuit-bending, dans la sculpture sonore miniature, dans l’automate, dans l’art de faire chanter les micros contacts.

Nous sommes aussi dans une forme d’improvisation microsonique où le silence a sa place, sans dire qu’il est roi. Les sons — grattements, frottements, chuintements, déplacements, parasites, larsens contrôlés, enregistrements de terrain, etc. — sont ténus, fragiles, mesurés. Ils racontent des histoires intrigantes, loufoques, touchantes parfois, jamais convenues.

La règle propose douze morceaux qui vont de quelques secondes à près de neuf minutes, enregistrés entre 2011 et 2014 dans diverses permutations, mais jamais en sextuor. Je connaissais déjà trois des musiciennes: Sexton, qui joue avec la lumière et les interférences; Babin, dont on se souviendra du Chemin de fer (No Type, 2002); et Jacques, la dame aux automates, que j’ai entendue pour la première fois sur un disque en duo avec Tim Olive. Malheureusement (et c’est mon seul bémol), rien sur la pochette n’indique qui joue quoi ou dans quoi, ce qui fait que je ne peux pas affirmer avoir fait connaissance (par l’oreille) avec les trois autres.

À bien y penser, ce n’est peut-être pas un malheur. En masquant ses parties, le collectif concentre notre attention sur le tout. Et ce tout présente une unité d’esprit qui m’a charmé dès la première écoute. À qui appartient telle ou telle trouvaille sonore? À Fünf, qui l’intègre aux autres trouvailles de Fünf. Le mixage joue avec une séparation stéréo très vaste et une grande précision dans le placement des sons, ce qui donne l’impression d’une minutieuse chorégraphie. L’écoute au casque est chaudement recommandée.

Moments forts? Retenue mystique, le plus long morceau du disque, parce que son titre décrit parfaitement ce qui s’y passe et qu’on s’y sent dans un “space opera”, en plein calme avant la tempête. Aimes-tu ma porte? aussi, à l’humour subtil mais tordu. Et Morceau de Fünf, où quand on réinvente presque le presque rien selon Luc Ferrari.

Le mixage joue avec une séparation stéréo très vaste et une grande précision dans le placement des sons, ce qui donne l’impression d’une minutieuse chorégraphie. L’écoute au casque est chaudement recommandée.

Review

Bruce Lee Gallanter, Downtown Music Gallery, 30 janvier 2015

Sporadic sonic exchanges exploring guidelines, graphic scores, or completely improvised with an expansive instrumentation, La Règle was recorded between two residential basements on Berri Street, and live on a campus community radio station from 2011 to 2014 in various formations. None of the pieces feature all six members of Fünf simultaneously. What’s interesting about this Quebecois sextet is that they are all women and the liner notes doesn’t quite list their instrumentation other than amps, objects, homemade synths and oscillators, all DIY analog stuff. The sounds are carefully created, tapping on mics, humming, soft drones, static, German spoken word samples, test patterns, a busy signal, sniffles, quiet feedback, etc. The music unfolds organically and has a John Cage like vibe. The sounds do a good job of evoking a mood, like slowly changing scenery in a European art house film.

The music unfolds organically and has a John Cage like vibe. The sounds do a good job of evoking a mood, like slowly changing scenery in a European art house film.

Recenzje

Łukasz Komła, Nowamuzyka, 13 janvier 2015

Żeński kolektyw Fünf z Montrealu na swoim albumie „La Règle” zabiera nas do świata muzyki improwizowanej. Twórczość tych znakomitych artystek cechuje ich nietuzinkowe podejście do tworzenia systemów amplifikacji i instrumentów, a mam tu na myśli: własnej roboty syntezatory, oscylatory, hydrofony, różnego rodzaju odbiornik generujące fale radiowe i wiele innych instrumentów zrobionych z niepotrzebnych rzeczy, które w ich rękach dostają nowe życie. „La Règle” to dwanaście kompozycji z okolic elektroakustyki i improwizacji, a także czuć w nich fascynacje tym, co można było usłyszeć w latach 60. w zbiorach bibliotek muzycznych BBC.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.