La boutique des nouvelles musiques

Artistes Andrea-Jane Cornell

Andrea-Jane Cornell improvise avec le son de l’environnement, les ondes radiophoniques, et les objets devenus instruments. Elle cherche à créer des environnements enveloppants, sans narration forcée et peuplée d’harmoniques, dont la résonnance parfois balayée par le vent, révèle une multitude de sons qui grouillent sous la surface onduleuse des choses. Glaneuse de sonorités, elle transforme et transmet des ambiances via la performance, l’installation et sur les ondes radiophoniques de longes et petites portées. Elle cherche à cristalliser l’effet sharawadji, ce phénomène sonore fulgurant qui apparait lorsque s’échappe d’un motif sonore des échos sublimes et insaisissables. Son travail solo a été présenté au festival Htmlles (Montréal), Signal and Noise Festival (Vancouver), NSCAD (Halifax), Modern Fuel Vapors Series (Kingston), Kunstradio (Vienna), et Free103point9 (New York). Des performances et compositions radiophoniques en collaboration avec Émilie Mouchous ont été présentées sur plateforme Radius de Chicago (Rise and Shine), à Espace Projet à Montréal (Organes quelconques) et la Galerie Verticale à Laval (Radio tricycle). En 2011, elle fond avec Marie-Douce St-Jacques le duo de musique hypnotique Le fruit vert, qui présente des concerts à Skol, au Festival Écho, Mutek, Suoni per il Popolo et Tone Deaf. Elle sème aussi le bourdonnement dans un duo bruitiste-spoken word avec Tim Beeler.

[xi-14]

Andrea-Jane Cornell

Résidence: Montréal (Québec)

  • Compositrice
  • Interprète (objets amplifiés, field recordings, accordéon, boucles, voix)

Ensembles associés

Sur le web

Andrea-Jane Cornell, 2014
  • Erin Sexton, Émilie Mouchous, Anne-Françoise Jacques, Andrea-Jane Cornell, Magali Babin, photo: Erin Sexton, Montréal (Québec), 1 mai 2013
  • Musiciennes et musicien de l’édition du 13 mars 2012 de Les filles à l’envers. De gauche à droite: Magali Babin; Nicolas Dion; Andrea-Jane Cornell; Émilie Girard-Charest; Danielle Palardy Roger, photo: Élisabeth Alice Coutu, Montréal (Québec), 13 mars 2012
  • Les filles à l’envers en concert, le 13 mars 2012. De gauche à droite: Émilie Girard-Charest; Andrea-Jane Cornell; Nicolas Dion; Magali Babin; Danielle Palardy Roger, photo: Élisabeth Alice Coutu, Montréal (Québec), 13 mars 2012

Parutions principales

La presse en parle

Akousma: premier contact

Normand Babin, Montréalistement, 24 octobre 2013

Le festival des musiques numériques immersives Akousma s’est ouvert hier soir avec un concert consacré aux nouvelles générations d’électroacousticiens et électroacousticiennes. Car oui, il y a enfin un peu plus de elles chez les compositeurs en général et en électroacoustique en particulier.

Le concert s’ouvrait avec deux pièces de factures assez classiques des David Arango-Valencia et Martin Bédard. L’oreille a apprivoisé le large spectre sonore que représente le grand orchestre de haut-parleurs composé de plus de 40 enceintes. Bien entendu, les deux compositeurs s’en sont donnés à cœur joie, faisant circuler des trombes de sons d’un bout à l’autre de la salle, faisant tournoyer les glissades, les orages et les bruits d’avion. Au plan des sonorités, cela m’a semblé un peu trop près de ce qu’on peut entendre au cinéma. Sans le film. Une bonne structure dans l’écriture réchappait la donne et donnait à entendre une musique cohérente, deux véritable compositions. Les meilleurs moments arrivent souvent lorsque peu d’enceintes sont utilisées, lorsque des bruits semblent se mouvoir délicatement autour de notre tête. La partie aquatique de Burundanga d’Arango-Valencia m’a semblé très réussie en ce sens.

Terminal Burrowing du Torontois Nick Storring nous a démontré toutes les possibilités de cet orchestre, toutes les nuances de l’expérience acousmatique. L’intégration de sons d’instruments acoustiques ajoute beaucoup de richesse au texte musical. Fort brillante donc au plan des sonorités, la pièce souffre d’un manque de plan et fait plus penser à un catalogue de sons qu’à une véritable musique organisée. À suivre…

Le moment le plus fort de la soirée nous est venu avec le duo Schoen / Chioini. Droits devant l’audience, armés de leurs laptops, ils s’amusent et improvisent à partir d’une banque de sons et d’images une œuvre qui curieusement démontre un grand sens de la structure. Les images, en noir et blanc, ponctuent le rythme, imitent les sons dans leurs mouvements. Une véritable merveille de synchronisme de la part des deux performeurs. L’aspect vivant de la performance ajoute beaucoup d’intérêt à la soirée, et en fait la musique électroacoustique nous séduit bien plus facilement avec une touche humaine et performative.

Toute la deuxième partie de ce (trop?) long concert était consacrée au quintette Fünf. Cinq filles qui bidouillent, triturent et manigances devant nous sur une grande table remplie d’étranges instruments. Réels ou inventés, cette panoplie d’appareils intriguent. Mouvements se veut une «chorégraphie gestuelle de matériaux sonores». À partir d’un schéma établi, les performeuses improvisent dans ce qui m’a paru une interminable démonstration de bibittes à sons. Quelques beaux moments, quelques idées de génie, mais aussi différents sons absolument insupportables, suraigus et ultrasons qui arrachent le tympan. Pas du tout convaincu de la pertinence de ce propos qui a toutefois été très longuement applaudi, je retourne au festival Akousma entendre maintenant les compositeurs séniors, voire mythiques tel François Bayle et vous reviens sur le sujet ce week-end.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.