La boutique des nouvelles musiques

Artistes François Couture

CE François Couture (parce que les François Couture sont légion au Québec) est chanteur, compositeur, improvisateur et multi-instrumentiste. Originaire de Sherbrooke, il vit maintenant à St-Faustin, Québec, Canada. Ancien journaliste musical (Monsieur Délire) et animateur radio (Délire musical & Délire actuel à CFLX, Sherbrooke), il est sorti du placard musical à 38 ans. Il joue des claviers, de la theremin, des percussions et divers instruments mal aimés. Il chante aussi, s’inspirant à parts égales de Peter Hammill, Phil Minton et Keiji Haino. Et il adore sculpter des feedbacks aux dimensions multiples à l’aide de consoles de mixage. Il a publié des improvisations solo et en groupe (avec La Forêt rouge, RBC et Square/Sine) chez La Cohu, Cuchabata, Pan y Rosas et Small Scale Music. En août 2016, il a publié son premier album de compositions, Spam Me.

[vii-16]

François Couture

1973

Résidence: Saint-Faustin–Lac-Carré (Québec)

  • Compositeur
  • Interprète

Ensembles associés

Sur le web

François Couture, photo: Marie-Eve Chaput
François Couture, photo: Marie-Eve Chaput
  • François Couture

Parutions principales

Articles écrits

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 6 février 2015

Fünf (cinq en allemand) est un collectif à douze mains féminines: Magali Babin, Andrea-Jane Cornell, Martine H Crispo, Anne-François Jacques, Émilie Mouchous et Erin Sexton. Elles œuvrent toutes à Montréal. Elles expérimentent toutes avec de l’électricité et des bidules faits main ou modifiés. Nous sommes dans le circuit-bending, dans la sculpture sonore miniature, dans l’automate, dans l’art de faire chanter les micros contacts.

Nous sommes aussi dans une forme d’improvisation microsonique où le silence a sa place, sans dire qu’il est roi. Les sons — grattements, frottements, chuintements, déplacements, parasites, larsens contrôlés, enregistrements de terrain, etc. — sont ténus, fragiles, mesurés. Ils racontent des histoires intrigantes, loufoques, touchantes parfois, jamais convenues.

La règle propose douze morceaux qui vont de quelques secondes à près de neuf minutes, enregistrés entre 2011 et 2014 dans diverses permutations, mais jamais en sextuor. Je connaissais déjà trois des musiciennes: Sexton, qui joue avec la lumière et les interférences; Babin, dont on se souviendra du Chemin de fer (No Type, 2002); et Jacques, la dame aux automates, que j’ai entendue pour la première fois sur un disque en duo avec Tim Olive. Malheureusement (et c’est mon seul bémol), rien sur la pochette n’indique qui joue quoi ou dans quoi, ce qui fait que je ne peux pas affirmer avoir fait connaissance (par l’oreille) avec les trois autres.

À bien y penser, ce n’est peut-être pas un malheur. En masquant ses parties, le collectif concentre notre attention sur le tout. Et ce tout présente une unité d’esprit qui m’a charmé dès la première écoute. À qui appartient telle ou telle trouvaille sonore? À Fünf, qui l’intègre aux autres trouvailles de Fünf. Le mixage joue avec une séparation stéréo très vaste et une grande précision dans le placement des sons, ce qui donne l’impression d’une minutieuse chorégraphie. L’écoute au casque est chaudement recommandée.

Moments forts? Retenue mystique, le plus long morceau du disque, parce que son titre décrit parfaitement ce qui s’y passe et qu’on s’y sent dans un “space opera”, en plein calme avant la tempête. Aimes-tu ma porte? aussi, à l’humour subtil mais tordu. Et Morceau de Fünf, où quand on réinvente presque le presque rien selon Luc Ferrari.

Le mixage joue avec une séparation stéréo très vaste et une grande précision dans le placement des sons, ce qui donne l’impression d’une minutieuse chorégraphie. L’écoute au casque est chaudement recommandée.

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 16 septembre 2014

Tilting, c’est le quatuor de jazz du contrebassiste montréalais Nicolas Caloia. Ce disque, enregistré en avril 2013, vient de paraître chez Barnyard, une étiquette ontarienne. Caloia, Jean Derome, Guillaume Dostaler et Isaiah Ceccarelli, plus Lori Freedman et Yves Charuet sur un morceau chacun. Très jazzé mais pas typé, vivant en fait, avec de belles dérapes — Derome joue du saxo baryton et de la flûte basse sur ce disque, ça tire donc beaucoup dans le bas registre. L’écriture rappelle souvent Sun Ra — quelque chose dans l’immédiateté des mélodies, à la fois ancrées dans la tradition du jazz et tournées vers un ailleurs meilleur. Prise de son ambiante (au moins pour la batterie) et une belle chaleur qui se dégage du tout.

… une belle chaleur qui se dégage du tout.

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 9 septembre 2014

Belle session d’improvisation entre la guitariste Sylvie Chenard (aussi à la voix), le contrebassiste Alexandre Dubuc, la saxophoniste Cathy Heyden et le batteur Rémi Leclerc (oui, de Miriodor). Tout ce beau monde utilise aussi des électroniques. Improvisations planantes et granuleuses, à la recherche d’un équilibre entre bruissements délicats et énergie collective. Les pièces sont courtes et l’ensemble s’écoute bien, en offrant à la fois un intérêt immédiat et de la profondeur à l’écoute attentive. Recommandé.

Recommandé.

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 17 juin 2014

Ça fait dix-sept ans que je fréquente le FIMAV et je ne possédais qu’un seul bootleg du festival (Art Bears Songbook, enregistré par un spectateur). Il est exceptionnel que des bootlegs du FIMAV circulent — le festival ne tolère rien en ce genre. Alors, qu’un soundboard soit publié ainsi sur soundcloud, ça relève du rève le plus pur. Le FIMAV n’enregistrait pas officiellement ce concert plus que mémorable (il ne sera pas publié), alors personne n’est lésé ici. Et quel concert, mes amis, quel concert! L’ensemble montréalais dirigé par Nicolas Caloia a fait descendre sur terre l’esprit de Sun Ra, le temps d’une heure de pièces enchaînées sans pause, avec un Marshall Allen en feu et la flûte de Pekoe. Vous ne verrez pas la petite danse de ce dernier. Vous ne verrez pas le sourire ravi d’Allen non plus. Mais vous entendrez une fabuleuse célébration de la musique de Sun Ra. Je vous donne le lien ci-dessous. Allez télécharger cette bande pendant qu’il est encore temps. https://soundcloud.com/user119499001/ratchet-orchestra-fimav-15-mai-2014

Quel concert, mes amis, quel concert!

Autres textes

Monsieur Délire, Monsieur Délire, Monsieur Délire, Monsieur Délire

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.