La boutique des nouvelles musiques

Artistes Brigitte Poulin

Brigitte Poulin est reconnue autant comme soliste, chambriste, qu’accompagnatrice et pédagogue. Son répertoire englobe toutes les époques: de l’invention du piano jusqu’à sa déconstruction. Aussi se fait-elle un devoir de consacrer une part importante de son temps aux œuvres du 20e et 21e siècles. Elle a commandé et créé plus d’une trentaine d’œuvres pour piano seul et différents ensembles de musique de chambre. Elle vit présentement à Montréal.

Elle a étudié à la Hochschule für Musik und Darstellende Kunst Wien (Académie de musique de Vienne), au Banff Centre for the Arts, au Conservatoire de musique de Montréal et elle détient un doctorat en interprétation de la musique actuelle pour piano de l’Université de Montréal. Parmi ses professeurs, mentionnons Lorraine Vaillancourt, Krassimira Jordan, Hans Graf, David Lutz et le Quatuor Alban Berg. Dans le cadre de cours publics, Brigitte Poulin a eu l’occasion de bénéficier des conseils de nombreux musiciens, dont Gyõrgy Sebõk, Menahem Pressler, Leon Fleisher, John Perry, Lorand Fenyves, Martin Isepp et János Starker.

En plus d’avoir joué pour de nombreux festivals de musique contemporaine en Europe, au Canada et aux États-Unis (MNM et MusiMars de Montréal, June in Buffalo, Ars Musica de Bruxelles, Edmonton New Music Festival, York Late Music Festival et Brighton’ Adur Arts Live), elle a également dirigé des ateliers de piano et de musique de chambre dans des universités canadiennes et étasuniennes. Au cours des dernières années, Brigitte Poulin a participé aux saisons artistiques des ensembles montréalais SMCQ, ECM+ et Bradyworks ainsi que de l’ensemble Continuum de Toronto. Elle a à son actif quelques enregistrements commerciaux: musiques d’Érik Satie pour piano seul; œuvres de Brahms, Schumann et Cherney avec l’altiste Laura Wilcox, ainsi que l’intégrale des mélodies de Jean Langlais avec la soprano Louise Marcotte. Ses récitals sont souvent enregistrés par Radio-Canada / CBC. Son concert avec D’Arcy Philip Gray (percussions) pour la SMCQ figurait au “Top 5, musique classique” de Réjean Beaucage (Voir), une sélection des meilleurs concerts de l’année. Membre fondateur du Trio Phoenix (pour flûte, violoncelle et piano), un ensemble entièrement voué à la nouvelle musique, Brigitte Poulin a effectué plusieurs tournées à travers la Belgique, l’Angleterre et le Canada.

Comme professeure, Brigitte Poulin enseigna pendant près de dix ans le piano, la musique de chambre et la musicologie à la Bishop’s University.

Au cours des dernières années, on a pu entendre Brigitte Poulin jouer avec la clarinettiste Lori Freedman, le percussioniste D’Arcy Philip Gray, les flûtistes Guy Pelletier et Patrick Healey, la violiniste Silvia Mandolini, la soprano Ingrid Schmithüsen, ainsi que les pianistes Laurent Philippe, Sara Laimon et Moritz Eggert. Sa saison 2007-2008 est marquée par l’enregistrement de trois disques — dont un entièrement dédié à la nouvelle musique montréalaise pour piano — ainsi que par le lancement d’un tout nouveau collectif composé de six instrumentistes, l’ensemble Transmission.

[iv-08]

Brigitte Poulin

Résidence: Montréal (Québec)

  • Interprète (piano)

Ensembles associés

Sur le web

Parutions principales

Apparitions

Compléments

  • Hors-catalogue
  • Hors-catalogue

La presse en parle

  • Claude Gingras, La Presse, 30 octobre 2006
    De telles musiciennes nous changent d’une music business encombrée de médiocrités qui n’ont pas la moitié de leur talent et sont dix fois plus célèbres et dix fois mieux rémunérées.
  • Claude Gingras, La Presse, 15 septembre 2006
    Poulin demeure l’héroïne de la soirée.
  • Réjean Beaucage, Voir, 15 décembre 2005
    … la pianiste Brigitte Poulin et le percussionniste D’Arcy Philip Gray ont surtout offert une interprétation à couper le souffle…
  • Claude Gingras, La Presse, 12 octobre 2004
    Très forte pianiste et très forte musicienne, Brigitte Poulin assura la continuité et l’atmosphère des six mouvements où figure le piano.

Ingrid Schmithüsen

Claude Gingras, La Presse, 30 octobre 2006

Jeudi soir, à la Chapelle historique du Bon-Pasteur, la soprano Ingrid Schmithüsen et la pianiste Brigitte Poulin partageaient un passionnant ‘Liederabend’ entre Schubert et Schoenberg. De Schubert: onze lieder inconnus sur des poèmes tirés du cycle naturiste Abendröte («Crépuscule») de Friedrich Schlegel et qui, bien que composés en deux étapes, pourraient former un cycle chanté. De Schoenberg: le cycle Das Buch der hängenden Gärten («Le Livre des jardins suspendus»), sur des poèmes tourmentés de Stefan George. Loin de gêner, la voix petite et par endroits imparfaite de la frêle Schmithüsen (qui est l’épouse du compositeur Denys Bouliane) sert la simplicité des Schubert et l’angoisse des Schoenberg. Chantant tout de mémoire, cette grande artiste méconnue traduit chaque mot et chaque note avec une concentration, une intelligence, une sensibilité et une attitude scénique qui, appuyées sur un piano respirant à chaque instant avec elle, rejoignent et envoûtent l’auditeur. De telles musiciennes nous changent d’une music business encombrée de médiocrités qui n’ont pas la moitié de leur talent et sont dix fois plus célèbres et dix fois mieux rémunérées.

De telles musiciennes nous changent d’une music business encombrée de médiocrités qui n’ont pas la moitié de leur talent et sont dix fois plus célèbres et dix fois mieux rémunérées.

Deux sons de piano pour Chostakovitch [extrait]

Claude Gingras, La Presse, 15 septembre 2006

… La très exigeante présentation de vendredi faisait également appel au courage féminin. Dès que Brigitte Poulin posa sa main sur le clavier, la couleur se transforma et, comme par miracle, le piano cessa de sonner faux. Poulin demeure l’héroïne de la soirée.

Poulin demeure l’héroïne de la soirée.

Top 5, musique classique [extrait]

Réjean Beaucage, Voir, 15 décembre 2005

… mais la pianiste Brigitte Poulin et le percussionniste D’Arcy Philip Gray ont surtout offert une interprétation à couper le souffle de Kontakte (1959-60) de Karlheinz Stockhausen, rivalisant de puissance et de précision avec la bande qui les accompagnait. On revivrait ça n’importe quand.

… la pianiste Brigitte Poulin et le percussionniste D’Arcy Philip Gray ont surtout offert une interprétation à couper le souffle…

L’OUM quantité et qualité [extrait]

Claude Gingras, La Presse, 12 octobre 2004

Une seule œuvre au programme: l’étrange Quatuor pour la fin du Temps, pour violon, clarinette, violoncelle et piano que Messiaen écrivit pendant la guerre de 1939-45 dans un camp de concentration et qu’il créa, comme pianiste, avec trois compatriotes, comme lui prisonniers des Allemands. Très forte pianiste et très forte musicienne, Brigitte Poulin assura la continuité et l’atmosphère des six mouvements où figure le piano.

Très forte pianiste et très forte musicienne, Brigitte Poulin assura la continuité et l’atmosphère des six mouvements où figure le piano.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.