Si la radio n’apparaît pas, c’est que vous n’avez pas installé Flash ou que votre version n’est pas à jour. Vous devez également activer Javascript.

Radio ›› Jean Derome
Résistances
Résistances: Orage, 1m23s [extrait]
Piste 16 de Résistances
CD: Ambiances Magnétiques (2017) AM 235

Artistes ›› Jean Derome

  • Articles sur Jean Derome

    Les critiques de disques se retrouvent dans les pages de chaque disque (via l’onglet discographie).

    16 avril 2016
    Par Serge Truffaut in Le Devoir (Québec), 16 avril 2016

    Texte

    «… le Maître des musiques.»

    Au sud de la frontière, il y a John Zorn, le saxophoniste défricheur, l’arrangeur iconoclaste, le compositeur de fond comme on dit coureur de fond. Au nord, donc ici comme là, il y a Jean Derome qui est ce qu’est John Zorn, qui est également un homme de la renaissance, un encyclopédiste, un oulipien. Oulipien? Eh oui, il a même mis George Pérec et son Chapitre sans E en musique il y a deux décennies de cela.

    Il y a 12 mois moins 12 jours, donc le 28 avril 2015, Jean Derome a amorcé la bien nommée Année Jean Derome. Bien nommée? Grâce à l’obtention de la Bourse de carrière accordée par un jury regroupant des personnalités de divers horizons et formé par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), Derome a pu monter une série de spectacles déclinant, entre autres choses, ses 45 ans de carrière.

    Parmi les signes et les faits qui distinguent cette dernière, on retient celui qui les tient tous ensemble, qui est leur dénominateur commun: l’énorme travail accompli jour après jour. On insiste: notre saxophoniste et flûtiste travaille 48 heures en 24. «Tous les jours, je consacre une heure de pratique à la flûte et autant aux saxophones. Tu ne peux pas arriver sur scène et jouer à froid du baryton. L’aspect physique propre à cet instrument t’oblige à rester en forme, car il est lourd et exige beaucoup de respiration. Tu dois également faire attention à l’entretien de ces instruments.»

    Il joue des saxophones et non pas d’un, il joue des flûtes et non pas d’une, et il compose abondamment. Pour lui et ses diverses formations, soit Jean Derome et les Dangereux Zhoms, l’extraordinaire trio avec Normand Guilbeault à la contrebasse et Pierre Tanguay à la batterie, et celle dont il est membre depuis des lunes, soit la Fanfare Pourpour, mais aussi pour les films d’animation et des compagnies de danse.

    «Je compose tout d’abord dans ma tête. Puis avec un crayon et un papier, je fais des esquisses. Ensuite, j’ai recours au piano. Je n’utilise pratiquement jamais les saxes et les flûtes. Puis je termine à l’ordinateur.» Et les arrangements de Monk, Ellington, Roland Kirk et autres? «Je fais tout d’abord un portrait-robot. Puis, j’essaye d’oublier l’original. Avec Guilbeault et Tanguay, je donne un ou deux éléments, guère plus, car il y a une grande confiance entre nous. Tout est fait pour qu’il y ait une grande marge de manoeuvre.»

    Jusqu’à présent, l’Année Jean Derome a mis en relief le Derome compositeur davantage que le Derome instrumentiste. Ainsi, au dernier Festival international de musique actuelle de Victoriaville, Derome a dirigé un orchestre de 20 musiciens qui ont joué une de ses créations originales intitulée Résistances. Le quatuor de saxophones Quasar, dont André Leroux au ténor, a fait la tournée des maisons de la culture en interprétant la pièce Rouge. La Fanfare Pourpour a sorti un 5e album et se produira les 10 et 11 juin pour décliner Coïncidences, que Jean Derome a écrit cette année. Le 12 juin, Derome et ses amis concluront cette année à La Sala Rossa. La conclusion appartient à ce cher La Palice: chaque année devrait être une Année Jean Derome pour la bonne et simple raison qu’il est ce que l’on dit peu souvent: le Maître des musiques.

    blogue@press-5493 press@5493
    19 janvier 2016
    Par Nicolas Tittley in SOCAN, Paroles & Musique (Canada), 19 janvier 2016

    Texte

    «C’est une musique parfaite pour moi [en parlant de musique actuelle], car elle est une espèce de zone grise permanente, poursuit Derome . C’est une musique de flexibilité, de mobilité: on peut emprunter au jazz, au folklore, au rock, à la musique contemporaine.»

    Si l’on se fie aux Nations Unies, 2016 serait l’année internationale des légumineuses. Nourrissant, peut-être, mais pas très excitant du point de vue artistique, vous en conviendrez. On préfère donc vous rappeler que 2016 marque également la deuxième moitié de ce qui a été désigné comme «L’année Jean Derome» par nul autre que… Jean Derome lui-même. Après avoir obtenu une bourse de carrière du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), le saxophoniste et flûtiste, compositeur et improvisateur chevronné, a décidé de célébrer son 60e anniversaire de naissance en revenant sur quatre décennies de musiques audacieuses.

    L’idée était d’offrir au public une petite partie de son imposant répertoire lors d’une série de concerts échelonnés sur 12 mois, des shows conçus pour petits et grands ensembles, qui balanceraient entre improvisations et interprétations, créations et reprises. L’année Derome serait aussi marquée par un documentaire, Derome ou les Turbulences Musicales, une expo de photos et un disque, Musiques de chambres 1992-2012.

    «Dans le genre de musique que je pratique, une première mondiale, c’est aussi souvent une dernière mondiale!»

    «J’ai parfois l’impression d’être passé directement de la relève à la bourse de carrière», lance le musicien, qui a fait ses débuts professionnels au début des années 1970. «Je trouvais ça intéressant de faire le point et surtout de pouvoir mesurer l’évolution de ma musique au fil des ans. Mais ce qui était certain, c’est que je ne voulais pas faire de rétrospective classique: j’aime l’idée que si on ne l’indiquait pas clairement, le public ne saurait pas vraiment si telle ou telle pièce est ancienne ou récente.»

    Voilà une belle façon de décrire cette fameuse «musique actuelle» à laquelle le nom de Jean Derome est associé depuis si longtemps. Elle puise à tous les genres et toutes les époques et son audace et son absence de codes précis la rendent aussi intemporelle qu’insaisissable. «C’est une musique parfaite pour moi, car elle est une espèce de zone grise permanente, poursuit Derome. C’est une musique de flexibilité, de mobilité: on peut emprunter au jazz, au folklore, au rock, à la musique contemporaine.»

    Sans surprise, c’est à Victoriaville qu’a débuté l’Année Derome en mai 2015. À l’invitation du fondateur et programmateur du Festival de Musique Actuelle, Michel Levasseur, Jean Derome s’est amené dans les Bois-Francs avec Résistances, une création électrisante réunissant 20 musiciens (pour la plupart des amis et complices de l’étiquette Ambiances Magnétiques, cofondée il y a une trentaine d’années par Derome, Joane Hétu et René Lussier, naviguant entre improvisation et composition, sous la houlette du chef. Inspiré de Canot Camping, un autre projet pour grand ensemble, ce spectacle, malgré son ampleur, semblait être destiné à demeurer unique, comme c’est souvent le cas avec les événements de musique actuelle.

    «Dans le genre de musique que je pratique, une première mondiale, c’est aussi souvent une dernière mondiale!» lance Derome avec un petit rire jaune. C’est un autre avantage de cette année de célébrations: faire revivre des trucs qui n’ont existé qu’une seule fois, revisiter des pièces qui n’avaient pas dit leur dernier mot!»

    Multi-instrumentiste, Derome est surtout associé au saxophone, son instrument de prédilection depuis maintenant plusieurs années «J’ai passé la première moitié de ma vie de musicien en jouant surtout de la flûte et la deuxième en jouant surtout du saxophone. Si on me demande ce que je suis, je réponds généralement «musicien» ou saxophoniste.»

    Même s’il semble faire corps avec son instrument, Jean Derome lui est souvent infidèle: en concert, il n’est pas rare de le voir empoigner l’un des nombreux appeaux de chasse qu’il collectionne depuis des années, un instrument jouet ou simplement un objet quelconque dont il apprécie la sonorité. On l’a même déjà vu faire un solo de sac de chips dans un show de danse… «Quand j’ai découvert les appeaux et sifflets, j’ai pu étendre mon langage musical. Je sais que pour le public, il y a quelque chose de presque comique à me voir jouer de ces objets bizarres, mais pour moi, ils sont simplement un moyen de faire sortir les sons que j’ai en tête.»

    S’il gagne sa vie en multipliant les compositions de commande pour le cinéma, le théâtre, la danse et la télé (il n’hésite pas à se qualifier de working musician), Jean Derome demeure un explorateur dans l’âme, prêt à se lancer à corps perdu dans l’inconnu. Il continue de pratiquer un art exigeant et résolument anti-commercial, destiné à un public avide de surprises. Par le passé, Jean Derome a déjà décrit sa pratique comme un véritable sacerdoce. Sa carrière ne serait-elle qu’un long parcours du combattant?

    «C’est peut-être un combat, mais je ne me suis jamais battu contre des gens. Contre moi-même, peut-être, contre la tentation de devenir aigri ou blasé. Des fois je me dis que je pourrais prendre ma retraite, mais ça ne dure jamais longtemps parce que plein de nouveaux projets débarquent et je suis incapable de dire non. Un pommier, ça fait des pommes. Un musicien, ça fait de la musique. C’est pas plus compliqué que ça!»

    blogue@press-5474 press@5474
    1 août 2015
    Par Josef Woodard in Downbeat (ÉU), 1 août 2015

    Texte

    Many qualities weigh into the lofty reputation of the annual spring festival in Victoriaville, Quebec, known as FIMAV (Festival International Musique Actuelle de Victoriaville). Founded and run by the soft-spoken but determined Michel Levasseur, it’s one of the premiere and venerable avant-garde festivals in the Americas.

    The festival weaves its patchwork tapestry from strands in jazz, free improvisation, non-main- stream rock, world music hybrids, beatless electronica and experimentalism of all sorts for three-and-a-half densely packed days in Quebec’s idyllic farmland region.

    FIMAV’s identity involves elements of what it isn’t and doesn’t pretend to be. Now in its 31st year, this expansive jazz festival is not a place one goes to hear musicians blowing over changes.

    So it made perfect sense when guitarist Marc Ribot launched into a punk-ish version of Dave Brubeck’s “Take Five” with his power trio Ceramic Dog and opted out of the chord changes in the “B” section, letting the bass line rumble forth instead, despite the contours of the chord pattern. It was a ges- ture of sly reinvention in a trio (Ches Smith on drums, Shahzad Ismaily on bass and keyboards) that is restless and cosmopolitan.

    After Ribot ended his set in the stunning hilltop Pavilion Arthabaska venue, he raced downtown to the largest festival venue, the Colisée, to join the expanded ranks of guitarist Nels Cline’s Singers Unlimited project, one of the special occasions at this year’s edition.

    Cline — the Wilco member who, like Ribot, has excelled in a rock context while maintaining his more marginal, experimental persona — was obviously excited to have a chance to expand his core trio with four additional members. It was another momentous hour in the history of FIMAV.

    After last year’s 30th anniversary edition, this year’s post-milestone was a touch cooler in terms of programming, but also louder, surveying the many variations of rock music to the left of conventional or commercial. But rock wasn’t the only game in town, starting with the fine festival opener, Jason Kao Hwang’s “Burning Bridge,” a proverbial east-meets-west venture for eight musicians.

    A recurring theme in keeping with past fests was the presence of two ambitious improvisation-oriented large ensembles led by dynamic conductors/conductionists working around small structured modules and cueing on the fly. Montrealer Jean Derome outdid himself with his texturally sweeping piece “Resistance.” His 20-musician group (including three bass/drum components) was led via hand gestures. By contrast, New Yorker Hans Tammen directed his Third Eye Orchestra—in its first show outside of New York City—with a system of cue cards and stage-roaming action painting.

    An intriguing theme this year had to do with the unusual—and unusually sensitive—pairing up of like instruments. We got an initial taste of this concept with the refreshingly soft and low-key festival debut set by the German clarinet duo wryly calling itself The International Nothing. Reedists Michael Thieke and Kai Fagaschinski ended their set with a minimal, melancholic piece reminiscent more of 20th- century composer Morton Feldman than anything in the jazz clarinet cosmos.

    From another double-up angle, the rarely heard sound of two trumpets collaborating is at the cen- ter of the group Kaze. Japanese pianist Satoko Fujii and her husband, trumpeter Natsuki Tamura, teamed up with musicians from Lille, France—trumpeter Christian Pruvost and drummer Peter Orins—five years ago to form the bass-less quartet, which has honed a strong distinctive group sound over the course of three albums. At FIMAV, their set list slalomed from structured parts to free-spirited abandon. For the record, they did navigate a few chord changes on the way “out.”

    blogue@press-5373 press@5373
    13 mai 2015
    Par Alain Brunet in La Presse (Québec), 13 mai 2015

    Texte

    «… son univers foisonnant rejaillira pendant une année entière.»

    Classique, baroque, rock, prog, jazz-rock, jazz, free jazz, trad, tonal, atonal, sériel, dodécaphonique, cacophonique, bruitiste, essentiellement actuel. L’infatigable et multipolaire Jean Derome est de toutes ces moutures, et c’est pourquoi son univers foisonnant rejaillira pendant une année entière. Et ce, à compter de jeudi.

    Compositeur, interprète, improvisateur, leader d’ensemble, multi-saxophoniste, multi-flûtiste, tripoteur d’innombrables bidules sonores au service de son imagination foisonnante, le bientôt sexagénaire cumule 45 années de carrière. Son œuvre comprend des centaines de compositions et jeux d’improvisation, dont plusieurs ont été enregistrés sous Dame/Ambiances Magnétiques. Sa réputation déborde des cadres québécois ou canadien, ses collaborations avec nombre de musiciens étrangers (Fred Frith, Lars Hollmer, Louis Sclavis, etc.) le positionnent parmi les incontournables de ladite musique actuelle.

    L’Année Jean Derome

    Ainsi donc, l’Année Jean Derome s’amorce ce jeudi avec la création mondiale de Résistances, œuvre inédite conçue autour du thème de l’électricité, et qui réunira un ensemble de 20 musiciens en ouverture du 31e Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV). L’Année Jean Derome a reçu l’appui du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) soit une bourse de carrière de 60 000 $ pour la réalisation de cet ambitieux programme dont voici les principaux événements:

    Trio Derome Guilbeault Tanguay au Festival international de jazz de Montréal, le 29 juin prochain à l’Astral. Jean Derome et les Dangereux Zhoms augmentés de neuf musiciens à l’Off Jazz, le 7 octobre au Lion d’Or. Transposition en musique de la pièce Phèdre de Racine pour l’Ensemble Supermusique, le 20 novembre au Gesù. Duo de Jean Derome avec la clarinettiste Lori Freedman, le 27 novembre à la Chapelle historique du Bon-Pasteur. Jean Derome de concert avec le percussionniste Michel F. Côté, la saxophoniste Joane Hétu et l’ensemble GGRIL de Rimouski, le 28 avril 2016. Jean Derome avec la Fanfare Pourpour et l’Enfant Fort aux Escales Improbables de Montréal, les 10 et 11 juin 2016. Jean Derome aux Suoni Per Il Popolo de juin 2016, on en passe une dizaine d’autres!

    Film documentaire réalisé par Richard Jutras, Derome ou les turbulences musicales sera projeté en avant-première le 25 juin à la Cinémathèque québécoise. On vient de lancer l’album Musiques de chambres 1992-2012, soit six œuvres composées durant la période qu’indique le titre de l’enregistrement. L’exposition de photographies Jean Derome vu par… est présentée à la maison de la culture du Plateau-Mont-Royal jusqu’au 14 juin 2015. Lancement d’un site internet officiel consacré à l’univers de Jean Derome.

    Au café de l’avenue du Mont-Royal où il accorde cette interview, Jean Derome est égal à lui-même: parle lentement et sûrement, garde son calme et son sourire. Il est ainsi depuis les années 70, seuls quelques sédiments de chair ont à peine transformé cet artiste inoxydable, imperturbable devant la difficulté de créer hors des cadres convenus.

    «Les jeunes musiciens ont une meilleure formation que jamais, le niveau général ne cesse de monter. Pourtant, je connais des musiciens de très fort calibre qui ne trouvent pas de travail. Être musicien aujourd’hui est un apostolat. Tu restes pauvre, mais t’as du fun! C’est un beau métier. L’art véritable, c’est comme du chiendent : ça pousse à travers l’asphalte.»

    Force est de déduire que sa capacité d’émerveillement n’a pas été altérée par la difficulté économique.

    «Je suis presque content de n’avoir jamais eu de grand succès commercial. En fait, quand tu as du succès, tu es plus ou moins forcé à jouer tes tubes. Je ne suis pas pris dans cet étau. Ça reste toujours ouvert, je suis libre d’avancer là où je le veux.»

    Plus que la famille du jazz ou celle de la musique contemporaine, Jean Derome est associé au label Ambiances Magnétiques dont il est un cofondateur. On parle néanmoins d’une niche et… notre homme n’a que faire de ces considérations.

    «Je ne veux pas trop savoir dans quel marché spécialisé je me trouve. Mes collaborateurs et amis me soutiennent et je les soutiens. Ce qui m’intéresse surtout, c’est la musique vivante, pétillante. Celle qu’on crée à l’instant. C’est ce que je fais depuis 1971.»

    Il avait 15 ans lorsqu’il donné son premier concert devant public. Il jouait alors dans un groupe de jazz-rock alors dirigé par le pianiste Pierre Saint-Jak. Ce groupe devint Nébu en 1973, Derome y a participé pendant un moment avant de s’inscrire au Conservatoire en flûte traversière. En 1977, il renouait avec Nébu, alors devenu trio avec Saint-Jak et le contrebassiste Claude Simard. En route vers les années 80, il fut un membre actif de l’Ensemble de musique improvisée de Montréal (EMIM), dirigea la Grande Urkestre de Montréal (GUM), et on se souvient particulièrement des Granules, duo de choc qu’il forma avec le guitariste et compositeur René Lussier.

    «J’ai toujours alimenté cet intérêt pour l’improvisation. Dans plusieurs styles, autour de la branche du jazz. De manière générale, je n’ai pas joué la musique de compositeurs réputés. Encore aujourd’hui, je ne joue que ma musique et celle de mes amis… sauf Monk et Mingus. Dans les années 80, j’ai fait partie de cette vague de musiciens qui ont incarné ce regain d’intérêt pour Monk. J’avais alors participé au groupe Mysterioso avant de former Evidence avec le contrebassiste Pierre Cartier et le percussionniste Pierre Tanguay. Plus tard, c’est-à-dire il y a 20 ans (!), j’ai été très heureux d’accepter l’invitation de Normand Guilbeault dans son ensemble consacré à la musique de Charles Mingus. Oui, je viens du jazz mais au fond, je plus tourné vers l’improvisation libre et cette communauté d’affinités qu’on appelle (au Québec) la musique actuelle.»

    Grands jeux d’improvisation, (Canot-Camping), vastes projets de musique actuelle (Confitures de gagaku, Je me souviens - Hommage à Georges Perec, etc.), musiques de chambre, musique de théâtre, musiques de films… À l’évidence, Jean Derome est un pilier de cette «musique actuelle» qui a connu connu son âge d’or dans les années 80 et 90. En 2015? Notre interviewé refuse de la voir flétrir.

    «Elle a été vieillissante pendant un moment, convient-il, mais ce n’est plus aussi vrai. De plus jeunes musiciens la pratiquent, certains arrivent à maturité, je pense à Pierre-Yves Martel, Isaiah Ceccarelli et plusieurs autres. Mais… oui, il y a quand même un problème avec les musiques de concert en général, ces musiques qui ne sont pas du divertissement ou de la variété. On peut se poser la question: y a-t-il un appétit des mélomanes pour vivre ensemble la musique? Ou bien veut-on la vivre en mode virtuel?»

    Poser la question, c’est y répondre. «Ce qui m’intéresse personnellement, c’est le concert. Ce moment de partage dans l’instant, ça demeure pour moi LA musique. C’est comme le sexe: je me fous de la porno, je veux vivre une vraie relation, en temps réel. Cette relation physique est pour moi irremplaçable.»

    blogue@press-5334 press@5334
    7 mai 2015
    Par Manon Toupin in La Nouvelle Union (Québec), 7 mai 2015

    Texte

    «Les gens de Victo ont un trésor entre les mains et ne s’en rendent pas compte», souligne-t-il. Le musicien va même jusqu’à dire que le FIMAV, c’est les chutes Niagara de Victoriaville…»

    C’est le 29 juin que Jean Derome célèbrera son 60e anniversaire. Mais l’année de festivités et de grands projets qui y est reliée commencera au FIMAV avec la présentation du projet Résistances.

    En entrevue téléphonique, le musicien et compositeur a expliqué que ce projet regroupera 20 musiciens sur scène, dirigés par lui-même. Une partie de la musique est composée, mais une autre est improvisée, modelée sur place par Derome qui a élaboré toute une série de signes que les musiciens devront suivre.

    «Ça poursuit le travail de Canot-camping, présenté à Victoriaville en 2000», raconte-t-il. Parce que depuis ce temps, il a continué d’élaborer des signes qui lui permettent de façonner, «live», la musique.

    Résistances, comme son nom l’indique, s’inspire de la thématique de l’électricité, selon plusieurs points de vue. D’ailleurs, Jean Derome a fait plusieurs recherches sur le sujet depuis trois ans. Qu’il s’agisse des aimants, des aurores boréales ou même du système nerveux, l’électricité est au centre de sa musique qui se veut une grande mosaïque contenant des petites pièces.

    «Pour moi, il était important de venir au FIMAV pour mes 60 ans. J’avais offert à Michel Levasseur (directeur général et artistique) de venir au début de l’année ou à la fin. Il a choisi le début», explique-t-il. Ainsi, cette année soulignant les 60 ans du musicien et compositeur sera bien occupée avec 19 concerts, 5 créations, 38 œuvres, 86 participations, un nouvel album, 2 projections de films et une exposition photo.

    Jean Derome estime que Victoriaville est un pilier de la musique actuelle. «C’est le FIMAV qui a contribué à identifier ce style.» Il va même jusqu’à dire que c’est le festival qui est fondateur de cette musique, d’où l’importance d’y présenter un grand concert en cette année de célébrations

    Il est très excité, content et anxieux de ce concert qui se tient lors de la soirée d’ouverture du FIMAV (22 h le 14 mai au Colisée). Et à une semaine de la soirée, cinq répétitions avaient eu lieu sur huit. Des répétitions décisives, selon lui.

    Bien entendu, il invite les gens de Victoriaville à venir apprécier son concert et les autres présentés au FIMAV. «Ça m’a toujours frappé de voir que le festival a de la difficulté à rejoindre les gens de Victo. Mais on voit que ça change, entre autres, avec les installations sonores», note-t-il.

    Derome considère que les Victoriavillois ont une chance inouïe de pouvoir entendre des créations pour la première fois. «D’entendre quelque chose de différent de ce qu’ils peuvent entendre à la télévision. D’ouvrir des horizons et se familiariser avec ce monde musical. Les gens de Victo ont un trésor entre les mains et ne s’en rendent pas compte», souligne-t-il. Le musicien va même jusqu’à dire que le FIMAV, c’est les chutes Niagara de Victoriaville…

    blogue@press-5327 press@5327
    7 mai 2015
    Par Irwin Block in The Senior Times (Québec), 7 mai 2015

    Texte

    «It might sound incongruous to label a confirmed modernist a “Renaissance Man”, but the moniker fits Jean Derome’s many modes of expression.»

    It might sound incongruous to label a confirmed modernist a “Renaissance Man”, but the moniker fits Jean Derome’s many modes of expression.

    Montrealer Derome began a 45-year career in jazz, contemporary, and improvised music, or musique actuelle, by playing descant recorder by ear at 15, before any formal training. He graduated to flute, saxophone and clarinet, which he plays with imagination and verve.

    Thanks to a $60,000 lifetime achievement award from the Conseil des arts et des lettres du Québec, Derome has prepared a 13-month creative celebration that kicks off May 14, with the first of 18 planned concerts, a new work called Résistances, at the Festival Internationale de Musique Actuelle in Victoriaville. He will play with and direct 19 musicians — the cream of Quebec improvisers. In the year ahead, he will play 38 different pieces, five of them totally new and still under development, with a total of 86 musicians. In all his musical work, Derome can be both serious and playful, often simultaneously.

    Approaching his 60th birthday in June, Derome builds delight and innocence into his music, a determination to carve out new territory, but retains artistic integrity. You hear it in his latest CD, Musiques de Chambres 1992-2012 (Ambiances Magnétiques), an anthology of six previously recorded works for various ensembles. It is a truly unique and inspired collection.

    Launching his celebration, Derome mused that once he started playing in the jazz-rock group Nébu at 16, he knew music would be his life.

    When he auditioned on flute at Montreal’s Conservatoire de musique, and was asked to play a piece by Handel, he had to tell the prof: “You play it for me first, then I will play it — I was not yet able to read music.”

    “Every style has its value system, like the monetary currency of a country. I enjoy travelling between the various musical countries.”

    Résistances is a composition for improvisers, with sections for spontaneous creation that he will direct, using “a dictionary of hand signals that the musicians are learning which will allow future versions to be very different.”

    On his latest CD: “I have always resisted the desire to notate everything, as if we were already dead … Composing is like gardening or rearing children: It is not enough simply to plant the seed! We are obliged, instead, to nurture young life and guide it to maturity.”

    The orchestra is a who’s who of veteran and younger Montreal-based improvisers, including clarinetist Lori Freedman, drummers Pierre Tanguay and Isaiah Ciccarelli, electric guitarist Rainer Wiens and Bernard Falaise, violinists Guido del Fabbro and Josh Zubot, trumpeter Elwood Epps, trombonist Scott Thompson, and sampler Diane Labrosse, and saxophonist/vocalist Joane Hétu, Derome’s life partner.

    He lauds the Victoriaville festival for providing a platform for Quebec’s high quality and wide-ranging creative musicians. It has enabled him to play with such world-class players as French saxophonist Louis Sclavis. As for the festival celebrating its 31st year, Derome noted that avant-garde projects are able to survive in Quebec. His Ensemble SuperMusiques, now in its 36th year performs at the Gesù in Montreal as part of his concert series.

    “They do not have high commercial values but they resist — which underlines a central theme of my work Résistances.”

    blogue@press-5381 press@5381
    6 mai 2015
    Par Réjean Beaucage in Voir (Québec), 6 mai 2015

    Texte

    «Un secret trop bien gardé qui se dévoile enfin à tous!»

    Le compositeur et multi-instrumentiste Jean Derome lance «L’année Jean Derome» avec un projet d’envergure en soirée d’ouverture du FIMAV.

    «Mon premier concert, c’était en 1971, avec Pierre St-Jak (le duo Octogaf, qui deviendra Nébu); un vrai concert, avec un prix d’entrée, du public, etc. C’est là que je situe le début de ma carrière professionnelle.» Jean Derome pourra donc célébrer 45 ans de carrière en 2016, mais cette année, le 29 juin, c’est son 60e anniversaire de naissance qu’il fêtera. Et pourquoi pas le fêter toute l’année! «Je vais profiter de cette année pour reprendre des pièces de mon catalogue et en faire de nouvelles versions. J’essaie de ne travailler qu’avec des interprètes qui sont difficiles à remplacer, parce que ce sont ceux qui m’intéressent, alors c’est évidemment un défi!»

    Le saxophoniste et compositeur explore le jazz d’avant-garde, l’improvisation et les musiques risquées depuis plus de 40 ans. Les différentes reprises présentées tout au long de l’année nous permettront de découvrir des œuvres qui nous avaient échappé, comme Sudoku pour pygmées que l’ensemble Upstream a créée à Halifax et que l’on pourra entendre durant le Off Festival de jazz, interprétée par Jean Derome et les Dangereux Zhoms (le saxophoniste participera aussi au Festival international de jazz de Montréal, un doublé assez rare!). On trouve aussi certaines de ces pièces sur le plus récent disque du compositeur, Musiques de chambres, 1992-2012, qui s’ajoute à la centaine d’enregistrements auxquels il a collaboré et qui paraît évidemment sous étiquette Ambiances Magnétiques, une maison dont Jean Derome fut l’un des cofondateurs en 1984.

    Cette année de célébration débutera le 14 mai avec la création de la pièce Résistances par une vingtaine de musiciens au Festival international de musique actuelle de Victoriaville. «Ça part de mon projet Canot-camping [présenté en 2000 au FIMAV], alors on peut dire que nous étions déjà dans le courant, et il nous a menés à un barrage hydro-électrique!» Jean Derome est certainement l’un des plus dignes représentants de ce courant alternatif québécois que l’on nomme «musique actuelle». Comme il est aussi pataphysicien à ses heures, et donc amoureux des mots, il a bâti sa plus récente œuvre autour d’un thème relié à une autre ressource naturelle bien de chez nous: l’électricité. «Toute l’Amérique du Nord module son électricité à la même fréquence, 60 hertz. C’est sur cette fréquence que l’orchestre sera accordé pour jouer Résistances, qui durera 60 minutes. C’est un thème tellement vaste que je ne vais pas l’épuiser avec cette seule pièce, alors ce sera à suivre!»

    Les nombreuses activités qui jalonneront cette «Année Jean Derome» sont rendues possibles grâce à une bourse de carrière que le CALQ a octroyée à Derome en 2013 (c’était évidemment un hasard, mais il a alors reçu… 60 000$!). Il y a aussi une exposition de photos (à la Maison de la culture du Plateau-Mont-Royal jusqu’au 31 mai), un documentaire de Richard Jutras (le 26 juin à la Cinémathèque québécoise) et une vingtaine de concerts dont on trouvera le détail sur le tout nouveau site web du compositeur (jeanderome.com). Un secret trop bien gardé qui se dévoile enfin à tous!

    blogue@press-5339 press@5339
    25 avril 2015
    Par Serge Truffaut in Le Devoir (Québec), 25 avril 2015

    Texte

    «… Derome est de facto universel.»

    Le saxophoniste, flûtiste, compositeur et oulipien Jean Derome est un homme de la Renaissance. Rien de moins. Il est ainsi car il civilise le monde depuis des lunes aussi antiques qu’indiennes. Bref, depuis le temps long de l’histoire. C’est d’ailleurs pour cette raison, et beaucoup d’autres, qu’une année Derome débutera en mai prochain et se conclura en juin 2016. Au ras des pâquerettes comme du bitume, sachez, ami lecteur, que le détail de ce marathon gréco-musical sera décliné le 28 avril dans l’enceinte de la Maison de la culture du Plateau-Mont-Royal. C’est dit.

    En attendant l’amorce, à 17 h pour être aussi exact qu’une montre suisse défiscalisée, de ce rendez-vous très singulier, on va, pour notre part comme de notre côté, déposer une requête auprès du Conseil de sécurité des Nations unies. Quand ? À l’ouverture des marchés le lundi 27 avril. L’objectif? Que l’année Derome soit métamorphosée, toutes affaires cessantes, en décennie Derome. On a fumé de la moquette à l’acrylique ? Pas du tout! Si cela avait été commis, on aurait fait une faute de goût augmentée d’une injure à l’égard, et non à l’endroit, dutapis persan, qui en verlan se mue en «pi-ta sans père». Comme quoi les ayatollahs sont des freudiens qui s’ignorent.

    Si satisfaction n’est pas accordée par le CS de l’ONU, alors on déclenchera illico la troisième guerre mondiale. On exagère ? Pas du tout! On l’a déjà écrit, on va le répéter pour mieux le souligner: Jean Derome est un homme de la Renaissance. À l’instar des ancêtres italiens, il est d’une immense culture. Aussi musicale que livresque. On se souvient, par exemple, qu’il y a une vingtaine d’années il avait consacré tout un album à la purée de Vie, mode d’emploi de Georges Perec. On se souvient qu’il a accompagné des danseurs, des cinéastes, des poètes. Bref, tout ce qui fait la beauté de la vie sans recours à un mode d’emploi.

    On a toujours été épaté, subjugué, séduit par l’aisance comme par l’à-propos avec lesquels il fait résonner les chants d’oiseaux tant chéris par Eric Dolphy, avec lesquels il met en relief les rythmes chaloupés si chers à Duke Ellington et à Billy Strayhorn. On a toujours été ce qu’on a confié avoir été par le génie — oui! le génie — avec lequel il décline les oraisons «bluesées» de ce cher Roland Kirk comme par sa manière de commenter les déambulations de Thelonious Monk dans le territoire du chaos sans jamais avoir sombré.

    Jean Derome est un homme de la Renaissance comme un grand homme. Si d’aventure on conjugue ce constat, qui n’est donc pas une opinion, avec une limitation géographique ou nationale, alors on déclenchera la quatrième guerre mondiale. Car étant ce qu’on dit qu’il est, Derome est de facto universel. C’est clair ? Eau quai! Ave et surtout pas amen. […]

    blogue@press-5325 press@5325
    1 avril 2015
    Par Marc Chénard in La Scena Musicale #20:6 (Québec), 1 avril 2015

    Texte

    En janvier 2013, le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) décernait à Jean Derome l’une de ses prestigieuses bourses de carrière. Le récipiendaire en était tout aussi ravi qu’étonné, car il était un de 59 candidats en lice.

    Électrique d’abord

    Dans ces pages, il avait expliqué que cette bourse s’adressait aux créateurs dans tous les domaines artistiques, cinéma exclu. Pour obtenir le joli pécule de 60 000 $, les candidats devaient soumettre un plan. Dans son cas, il voulait mettre sur pied une année complète de performances musicales à compter du printemps 2015. Année choisie à dessein aussi, car le musicien marquera ses 60 ans en juin prochain. Chose dite, chose faite: «l’année Jean Derome» se met en branle le 14 mai avec une création pour 20 musiciens en soirée d’ouverture du Festival de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV). À l’affiche, une grande fresque musicale intitulée Résistances, œuvre dont la durée prévue sera de… 60 minutes !

    Mais ce chiffre magique sert de «fil conducteur» au projet. Lors d’un entretien récent, Derome nous livre ses intentions: «L’électricité m’a toujours fasciné, si bien que mon premier titre de travail était ça, mais je le trouvais trop général. Toutes sortes d’événements sont survenus depuis - le Printemps érable pour ne prendre qu’un exemple - et tout à coup le mot "résistance" a surgi dans mon esprit. Je le trouve si riche en significations, qui débordent le seul phénomène physique.»

    Pourtant, l’un des piliers conceptuels de l’œuvre repose sur ce phénomène. Derome s’est inspiré de la fréquence sur laquelle toute l’infrastructure électrique du continent module, soit 60 Hz. Pourtant, ce choix n’est pas sans poser quelques problèmes, le plus épineux étant sa hauteur sur l’échelle sonore, qui, elle, se situe entre le si bémol et le si naturel. Le compositeur observe: «Les instruments à cordes peuvent s’ajuster à ce diapason (les basses, guitares ou violons), mais cela sera plus difficile à calibrer pour les vents; pour ce faire, il faudra que je trouve des doigtés aptes à produire des quarts de ton. Mais j’ai un piano qui, lui, restera au la 440. En fait, je veux qu’il y ait frottement entre ces deux diapasons au cours du morceau.»

    Côté instrumentation, Derome la conçoit en trois strates, la première avec trois anches, deux violons, deux cuivres, la seconde avec piano, synthé, deux guitares, basse électrique, échantillonneur et platines et la dernière avec trois batteurs et trois contrebasses. Côté forme, il compte diviser sa pièce en quatre sections d’une quinzaine de minutes chaque et employer un large éventail de procédés musicaux, certains de nature compositionnelle (partitions traditionnelles et graphiques, systèmes de signes), d’autres à caractère organisationnel (répartition en sous-groupes, ou ««circuits» qu’il placera tantôt en série, tantôt en parallèle). Tout un casse-tête, dira-t-on, et son maître en est très conscient, car il se doit de rapiécer le tout dans les six semaines précédant la première répétition (de neuf) fixée pour le 10 avril. Dans un texte liminaire (inclus en annexe dans le format html de cet article), Derome écrit: «J’espère créer tout un choc à Victoriaville avec cette nouvelle création […] de mon "année Jean Derome". On va “pogner un bon buzz”.»

    Éclectique ensuite

    Deux semaines avant cette première, Jean Derome dévoilera à Montréal l’ensemble des activités de son année qui se poursuivra jusqu’en juin 2016. Le public est convié à la Maison de la culture Mont-Royal le 28 avril prochain à 17 h pour ce lancement. Outre la programmation, l’artiste présentera sa toute nouvelle galette, le recueil intitulé Musiques de chambre 1992-2012. Outre deux courtes prestations, on pourra aussi voir un extrait d’un film documentaire dont la première est prévue pour la fin juin à la Cinémathèque québécoise. À ce sujet, Derome explique qu’en l’an 2000, le réalisateur Richard Jutras avait amorcé ce film, mais sa sortie a toujours été remise, faute d’appuis financiers. Tournant autour des 60 (!) minutes, Turbulences musicales - Portrait de Jean Derome est le titre de travail de ce moyen métrage qui en est encore au montage.

    En guise d’avant-goût de cette année, Derome révèle quelques-uns de ses projets, commençant par l’année en cours:

    » prestation de son trio avec Normand Guilbeault et Pierre Tanguay au FIJM;

    » concerts d’automne à Montréal et à Québec avec son ensemble les Dangereux Zhoms;

    » reprise d’une œuvre ancienne (Phèdre sans mots - de Racine) avec l’ensemble SuperMusique et le chœur Joker sous la direction de Joane Hétu.

    Et pour 2016:

    » jeux d’improvisation pour l’ensemble SuperMusique;

    » création d’une œuvre commandée par l’ensemble de chambre contemporain Transmission

    » propositions pour le FIMAV et le Suoni per il Popolo.

    D’autres collaborations sont à prévoir et quelques surprises aussi.

    Notons du reste que l’artiste veut aussi mettre en ligne son propre site Internet. «Je veux constituer une archive de mon œuvre, mais je dois avouer que le travail est colossal. J’ai des partitions, cassettes, bobines, dossiers de presse, affiches, mais je ne peux faire qu’un premier tri là-dedans. Même si on est au numérique et que le gouvernement a un programme pour la création, il n’y a rien pour l’archivage, alors je ne peux qu’entamer la chose. Je travaille avec Jean-François Denis et son équipe et on devrait avoir quelque chose à montrer le 28.»

    À quelques semaines maintenant de son coup d’envoi, Jean Derome voit l’état des lieux musicaux de chez nous d’un œil circonspect. «Ce qui m’a frappé le plus, c’est de voir la fragilité du milieu. Quand j’approchais des gens en 2013 avec des projets pour cette année, ils étaient pris de court, certains ne savaient même pas s’ils allaient être encore en affaires. En musique classique, ils ont un meilleur suivi, ce qui n’est pas le cas dans les domaines des musiques créatives. Eux, ils sont salariés, mais pas nous.» Toutefois, en homme habile qu’il est, Jean Derome sait comment composer avec cela.

    blogue@press-5311 press@5311
    1 mars 2015
    Par Lawrence Joseph in Musicworks #121 (Canada), 1 mars 2015

    Texte

    «It is a fight to keep this flame, and I do not think I have lost it yet. I hope to keep it as long as I go.»

    Over the past four decades, Jean Derome’s musical interests have spanned everything from standards to skronk. He has composed graphic scores for large ensembles, created multimedia works for string quartets, and devised music for dance, theatre, and cinema works. But what Derome is best known for is his key role in the development of the unique movement in Quebec avant-garde music known as musique actuelle, a phantasmagorical mixture of rock, jazz, folk, and contemporary music. Its fast-cut breakpoints have structural similarities to film scores and electroacoustic works, but musique actuelle is largely improvised in the moment on acoustic instruments.

    “When you improvise, first you have to interest yourself, otherwise you will be playing on automatic pilot. If you stop listening like it is the first time, you lose something,” says Derome, sitting at the kitchen table of his home in Montreal’s Plateau neighbourhood one afternoon in late 2014. “Then you have to interest the other players, to create something that will demand some response from them. It is a game in which you are trying to create something unpredictable. If you are totally new at every moment, you will lose the audience and the other players. So you need some continuity and then a break. It is almost a spiritual experience to share a moment of sound in a room. I feel the spiritual presence of the audience when I play, and this is very important. So the three levels are yourself, the other players, and the audience.”

    Throughout his diverse range of musical activity, Derome’s musical voice—with its pleasing yet modern melodic quality—is instantly recognizable. His engaging music-imitates-life sensibility often manifests itself subtly in performance, as he plays flute or saxophone with eyes closed, swaying in bare feet. It also permeates entire projects. In his large-scale composition Canot-camping the listener is transported through forests and lakes on a canoe trip by the use of explicit and implicit sonic and visual references. In a work composed for Joker, the a cappella choir founded and directed by Derome’s musical and life partner Joane Hétu, Derome and fellow choristers embark on a nocturnal journey through dreamland, conjuring fantasies and nightmares. In another project with Hétu and the Bozzini String Quartet, Le mensonge et l’identité, the musicians wander about the hall knocking over music stands while relating anecdotes about their lives.

    This affirmation of life felt in so much of Derome’s work is shared by longtime collaborators such as drummer Pierre Tanguay, bassist Pierre Cartier, and bassist Normand Guilbault. Guitarist Rainer Wiens recalls his first impression of Derome, whom he met in the early 1980s at a show at the Art Gallery of Ontario, “Jean’s great gift in music is transmitting the joy a child has. Many older musicians become jaded and lose this, but Jean never did. At the AGO, Jean set up several stations, each with a different instrument, and he walked around from station to station playing solo at each one. Jean was not afraid to play beautifully, unlike some other improvisers.”

    In June 2013, the Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) paid homage to Derome with a lifetime achievement award, a multiyear grant (bourse de carrière) that he is using to support various projects, including an extensive tour through Quebec that will start at the Festival International de Musique Actuelle de Victoriaville (FIMAV) in May 2015. So, while his musicmaking remains — as always — in the moment, Derome himself is in more of a reflective mood these days, and happy to talk about the turning points along his singular creative path. I ask what inspired him to move from his conservative flute training to jazz.

    “My early meetings with Pierre St-Jak were influential, also Robert Leriche, Robert Marcel Lepage and Yves Bouliane,” he begins. “All these players were a bit older than me and already active in jazz and avant-garde music, and had knowledge of improvised music. My father was a TV producer, so I had access to the CBC music library, and he brought a lot of records home. While at the conservatory I was like Jekyll and Hyde. Playing anything outside the curriculum was strongly discouraged, but I was very active at that time playing about one hundred concerts a year, learning both inside and outside the conservatory. We did lots of noon concerts in CEGEPs and high schools, then rushed back to the conservatory to play Prokofiev, with the improvised noon-hour music still in my head. My first group was Octogaf in 1971, which gradually became Nébu, originally lead by St-Jak. We started as a septet, narrowing down to a trio that released two records. Nébu played at L’Amorce, which was the club of the Quatuor de jazz libre du Québec.”

    Derome added saxophone to his musical arsenal early on, in order to solve some specific problems of perception and audibility. “In my early career I was established as a jazz flute player, but I was hoping to be seen as a composer too, as the path of a jazz flautist seemed too narrow. I was listening to sax-players more than flute players, so it was a natural choice to play sax. I started with the help of a few sax-playing friends. Musicians like Yves Charuest provided great advice at the beginning. With the sax, nobody will say ‘Wow! A flute player’ anymore. They will listen to the music the player is playing, rather than what instrument the player is playing.

    “Choosing a more common instrument also ended my crusade to show what the flute can do in all contexts. Another reason was that it was the 1980s and bands were playing very loud, drummers were very loud. As a flautist, I was spending whole evenings scratching my nose on the mike, and even yelling into the mike rather than playing flute, since the instrument could not manage to get what I needed. The sax was louder.”

    These early experiences laid the groundwork for Derome’s role in the development of musique actuelle. “Being Québécois jazz musicians, we did not have high hopes of fitting anywhere within the jazz tradition per se, so we were less constrained [about trying] new things, and [about finding] a basis for improvisation other than jazz. Robert Marcel Lepage already had game pieces that you could play without any reference to jazz. Another source of inspiration was Québécois folklore. And yet another factor was that we wanted to play with musicians that were not part of traditional jazz or even traditional avant-garde jazz scenes. In this context, a lot of things you might share with other players had no value. It was like quoting Shakespeare to someone who doesn’t know his work. So you needed to find a common denominator among musicians from very different backgrounds—it was the culture of each musician, what they had heard in their lives, that they brought to the pot.”

    Derome and other musicians involved with musique actuelle were also experimenting with studio overdubs, particularly in film music. “From there we started to realize that you could create strata of sound that start with one specific sound, and then superimpose different styles of music—foregrounds or backgrounds. In a film you can have background music, but at the same time someone in the film is listening to a radio: these two sounds cohabit. Of course, a lot of these ideas also came from John Cage, who did collage work. We accepted all these sources easily and went bravely into them, and out of that came musique actuelle.”

    Passiflora, a 1986 abstract impressionist film directed by Fernand Bélanger and Dagmar Teufel, was the first Dolby stereo film made in Canada. Derome, René Lussier, and André Duchesne contributed score music, and all three explored the possibilities and limitations of what could be done with sound in film. I ask Derome why the wider public seems to embrace new ideas in visual art more than it does analogous ideas in sound art. “The brain does not like to fool around as much with sounds as it will allow with visual art, so the ear is slower to progress than the eye,” he replies. “We are more fearful with our ears, the sense of balance is in the ear, and your ears tell you what is in back of you where you cannot see.

    “If you are walking in the woods, you have your ears open as a survival instinct,” he continues. “In one scene in Passiflora there is a screen with two gigantic faces facing each other, twenty feet high, and they are talking. If you pan the dialogue so that they follow the place where the mouths are, there will be twenty-five feet between the two mouths. The brain accepts the visual setting, but the ear does not accept the same change in scale that the eye accepts. So you have to be more conservative with the sound than with the image. In early movies, you did not see large faces talking to you, it was more like theatre, no extreme close-ups. The eye adapted more quickly than the ear to these close-ups. The ear is more sensitive and less supple, more touchy.

    “My whole life has been one of action to try to tame the ear and to make the ear of the listener accept all the things that are already integrated into visual art.”

    Throughout his career, Derome has been jumping from one genre to another, and from one medium to another. His unique career trajectory illustrates a way forward for many of today’s young musicians. “It was not a conscious decision, but in retrospect I am happy I did so. There is not a big market in Montreal or Canada for any one thing you can do in creative music. For example, if you are just composing film music, you can saturate the market quickly. Or if you play only the music of Thelonius Monk, you can play four places and that will be it for the year. Just by the chance of life, I found a way to continue each project, but never pushed more on one than the other, I just followed whatever was possible at each moment. The way music is structured in society, some go only to classical music, or only ancient music, others like jazz, some that like jazz do not like free jazz. There are so many little niches but I am trying to enter into the worlds of all these little families and do some cross-pollination. It is all integrated.”

    The result of this activity is a thriving Montreal scene that has blossomed from seeds sewn more than thirty years ago. “There were few players doing this when I started, but they were very dynamic,” says Derome, who founded EMIM (Ensemble de musique improvisée de Montréal) with like-minded fellow musicians in the late 1970s. “There were many places to play in Montreal. Many of them disappeared over time when prerecorded music started to invade cafés and bars, and we lost a few places of great importance. The audience was getting older too, which concerned me.”

    Fortunately, a new wave of musicians has moved to Montreal over the past few years, inspired in part by the welcoming presence of Derome and others associated with Ambiances Magnétiques, the label Derome cofounded in 1984 with Hétu and seven other producers. Derome is grateful for this turn of events. “What I see now is a fantastic change, with younger musicians rediscovering this kind of music. The emergence of people around the Souni per il Popolo, and the loft places like L’Envers and Casa Obscura, Café Resonance and La Passe are a great help,” he says. “This brings closer meetings between Anglo and Franco musicians in Montreal, which is positive. A lot of musicians have come here to play with me and others from the scene, which is a bit of a responsibility, but definitely Montreal has become a magnet for creative music in general.”

    Several of Derome’s younger collaborators I spoke with were full of praise for his work ethic and professionalism, and appreciative of his role as a trailblazer. Ellwood Epps, a trumpet player and concert promoter who runs L’Envers, has frequently played with Derome in settings ranging from Monk tunes to impromptu groupings with touring musicians such as bassist Henry Grimes. “When Jean started there was not much history of improvised music in Quebec or even in Canada,” comments Epps. “He was important in getting Canada Council for the Arts recognition for improvised music, which benefitted musicians who came up after him. Despite exploring many different areas, Jean is not just following trends or choosing a flavour of the month; he has had the same interests for forty years. He might be a chameleon, but he has remained the same chameleon all this time.”

    Composer and bassist Nicolas Caloia directs Montreal’s avant big-band ensemble the Ratchet Orchestra, which includes Epps and Derome in its ranks. “Derome is important largely because he leads by example. He is committed to the art regardless of circumstances, and he makes you want to keep playing this difficult music. For example, at the end of the show he will wrap wires and put chairs away, and he is always available for rehearsal, even for nonpaying gigs.”

    “He helped carry my drums out to the car after a show one evening,” recalls composer and percussionist Thom Gossage, “which is pretty rare. Then he said ‘We like to keep our drummers happy.’ I was pretty impressed.”

    Derome’s wry sense of humour in the context of the more mundane facets of a working musician’s life is also appreciated by trombonist Scott Thomson, another recent Montreal arrival, who is the former artistic director of Toronto’s Somewhere There performance space and codirector of AIMToronto Orchestra. “Jean says that he prizes his lack of success, since successful musicians are obliged to play the same music night after night,” Thomson remarks. “I recall a moment during a pop music recording session when Jean and I were playing forgettable music, backing a singer I’d never heard of. Jean leaned over between takes to say ‘Remember how you feel right now. Some pop-music journalist will call you in a decade to ask you about it.’ It was a moment of profound delight in the face of the absurdity of the pop-music star system.”

    Derome’s bourse de carrière prize from CALQ coincides with his sixtieth birthday in June 2015, and allows him to fulfill a few dreams that have long been percolating. The Quebec concert tour starting at FIMAV 2015 includes the Festival des Musiques de Création in Jonquière, the OFF Fest in Montreal, the Montreal Jazz Festival, the Quebec Jazz Festival, Suoni per il Popolo, and concerts and workshops in Rimouski, which has a vibrant improvised music scene led by Éric Normand. “Other ensembles will play my music during their seasons,” adds Derome, mentioning new pieces for Transmission and the Quasar Saxophone Quartet that will premier in 2015. Another portion of the grant will support archival work. “Many pieces for tape will be transferred to digital media before the tapes disappear, along with digitizing photos and old newspaper clippings,” says Derome. “Many compositions were done quickly and only played once, so there is much lying about that needs to be archived. The grant will allow me to properly structure and preserve all of this material.”

    The range of works will match the range of locales in which they will be performed, and the list of collaborators is a who’s who of the Quebec scene he’s been at the centre of all these years. The 2015 edition of FIMAV will open with a new Derome composition for twenty musicians. Based on electricity and titled Résistances, the piece has reawakened his delight in playing electronic instruments, a practice he had put aside in recent years. “My pleasure now is to learn about electricity, so I am studying a lot of physics,” he explains. “Just like I did with Canot-camping, I am trying to find concepts within the subject that trigger ideas for composing. There will be written parts as well as signs for improvisation. Some ideas will be played on synthesizers, but it is not a piece only for electronic instruments. Some wind players have started to sound like synthesizers—for example, John Butcher, Axel Dörner, and Xavier Charles. The textural exchange between different instruments is fascinating.”

    There will also be a new recording of Derome compositions largely performed by others, written over many years but finally collected onto a single CD. The works include a clarinet solo by Lori Freedman, a piece for eight flutes, a saxophone quartet, and chamber ensembles, including Cinq études pour Figures, an older work originally written for quintet of musicians from SMCQ and NEM. A third recording from his Thelonious Monk tribute project Évidence, Monk Work, was released in late 2014.

    Derome will undoubtedly be busy at the start of his seventh decade, but it is a safe bet that he will welcome the activity. “I believe that the joy in life is the reason to make art, with some sad things too. I once wrote that I am not interested in what is new, I am interested in what is alive. I am looking for the sparkle in life, contact between players and between the music and audience. Everyone feels together in the moment where the music is happening. It is a fight to keep this flame, and I do not think I have lost it yet. I hope to keep it as long as I go.”

    blogue@press-5277 press@5277
    14 novembre 2011
    Par John Murph in Downbeat (ÉU), 14 novembre 2011

    Texte

    «Like many Québécois jazz musicians, Derome and L’Orchestre d’Hommes are shamefully under-recorded, but such unforgettable performances will have festival attendees returning to Quebec to encounter other rare treasures.»

    At Largo — the festival’s unofficial headquarters in the city’s Saint-Roch downtown district — multi-reedist Jean Derome paid homage to Strayhorn with an energetic performance that alluded to Lovano’s formative years in Cleveland. Derome focused on the alto saxophone but showed equal wherewithal on the baritone saxophone and bass flute. He fronted an extremely agile band — pianist François Bourassa, bassist Normand Guilbeault and drummer Pierre Tanguay — who brought their restive urgency to the forefront. Much of the performance’s delight came from Derome’s devil-may-care flair and finesse with Strayhorn’s material. While the sets didn’t rely upon unnecessary whimsy, the musicians brought inventive vigor to warhorses like Take The ‘A’ Train and Passion Flower. Occasionally, Derome shared the front line with vocalist Karen Young, who evoked Billie Holiday with the improvisational guile of Betty Carter. She meshed and contrasted deftly with Derome’s vinegary timbres on the saxophones and flutes, hitting high points on poignant readings of Strange Feeling, Imagine My Frustrations, Something To Live For and an encore performance of Lush Life. […]

    Like many Québécois jazz musicians, Derome and L’Orchestre d’Hommes are shamefully under-recorded, but such unforgettable performances will have festival attendees returning to Quebec to encounter other rare treasures.

    blogue@press-4576 press@4576
    1 mars 2011
    Par Lucie Renaud in La Scena Musicale (Québec), 1 mars 2011

    Coupure de presse

    blogue@press-4444 press@4444
    19 février 2011
    Par Chantale Laplante in Cette ville étrange (Québec), 19 février 2011

    Texte

    [Entretien audio #1: à propos de Nous perçons les oreilles, 9min20sec; Entretien audio #2: à propos de la pièce Le mensonge et l’identité, 19min20sec]

    blogue@press-4410 press@4410
    29 janvier 2011
    Par Serge Truffaut in Le Devoir (Québec), 29 janvier 2011

    Texte

    «Parce que Jean Derome, sans surnom particulier, est l’un des dix musiciens appartenant à la catégorie des artistes les plus passionnants, et donc incontournables, en Amérique du Nord.»

    Jean Derome, ça vous dit? On l’espère et cent fois plutôt qu’une. Parce que Jean Derome, sans surnom particulier, est l’un des dix musiciens appartenant à la catégorie des artistes les plus passionnants, et donc incontournables, en Amérique du Nord. On exagère? On fait dans l’enflure? À peine comme un peu. Mettons des vingt. Là, ça va? Bon.

    Toujours est-il que la maison de la culture Côte-des-Neiges a donné carte blanche à Derome Jean, sans accent circonflexe sur le e, pour le mois de février. La nouvelle, qui n’est pas une ficelle, est si grosse qu’on attend que les autres maisons en fassent autant. À tour de rôle évidemment. Parce que cet amateur de Georges Perec et de sa Vie mode d’emploi n’a pas son pareil pour glisser le do là où il faut. Bref, Derome est la version oulipienne du jazz et de ses filiales à lui tout seul. Bien.

    La série de cinq concerts va commencer le 1er. Ce soir-là, à compter de 20h, le saxophoniste et flûtiste va animer un groupe qu’il anime depuis une vingtaine d’années et qui s’appelle Evidence, comme dans Evidence, pièce écrite par Thelonious Sphere Monk.

    Autrement dit, ce trio qui comprend aussi Pierre Cartier à la basse et Pierre Tanguay à la batterie s’attache à interpréter du Monk sans… piano! Écrire Monk, c’est dévoiler le programme. C’est dire qu’ils vont jouer Crepuscule with Nellie, Straight No Chaser, Ask Me Now, Monk’s Mood, Pannonica, Ruby My Dear, Light Blue et certainement Round About Midnight, qui sous la plume de Claude Nougaro a été augmenté de mots.

    Le 4 février, la scène sera occupée par le TGG, comme dans Très Grand Groupe, parce qu’il est le TGD, comme dans Tanguay, Guilbeault (Normand de son prénom, à la contrebasse) et bien sûr Derome. À eux trois, un pianiste dynamique, puissant, intense, un pianiste qui nous rappelle le regretté Don Pullen, va se joindre. Son identité? Normand Deveault.

    Le TGD + Deveault va décliner les compositions écrites par les grands pianistes de jazz. CQFD: ils devraient s’attarder à l’appropriation de pièces portant les empreintes de Billy Strayhorn, Bud Powell, John Lewis, Misha Mengelberg, Jelly Roll Morton, du moins on l’espère, Horace Silver, peut-être Bobby Timmons, Duke Jordan, Sun Ra — pourquoi pas? — et deux ou cinq autres.

    Ensuite, le 9 février, un groupe qu’on ne connaît pas du tout: Derome entouré de Caloia à la contrebasse, de Ceccarelli à la batterie et de Dostaler aux claviers, qui vont interpréter les originaux signés par Caloia. Le 11 février, Derome sera à la tête de sa formation la plus oulipienne, celle qui, comme dans un poème de Raymond Queneau, «Maigris du bout des doigts / Parce que c’est ce qu’il y a de plus distingué».

    Toujours est-il (bis) que Derome et les Dangereux Zhoms vont jouer les pièces conçues, arrangées par Derome. Les bonshommes qui effraient sont Cartier, Dostaler, Tanguay et bien sûr Derome dans la fonction d’éclaireur et de chef de bande. Puis, le 15 février, le TGG alias le TGD sera de retour. Cette fois-ci, Deveault va laisser sa place à François Bourassa, à qui se joindra la chanteuse Karen Young. Et que vont-ils faire? Revoir le grand livre écrit par Billy Strayhorn, auteur notamment du splendide Ispahan, de Passion Flower, de Chelsea Bridge et d’autres pièces à conviction qui sont devenues des pièces d’anthologie une fois jouées par Duke Ellington. Vive Ellington! Vive Derome!

    blogue@press-4367 press@4367
    1 mars 2010
    Par Ken Waxman in Musicworks #106 (Canada), 1 mars 2010

    Coupure de presse

    blogue@press-4101 press@4101
    6 juillet 2009
    Par Juan Rodriguez in The Gazette (Québec), 6 juillet 2009

    Texte

    Montréal’s long-reigning avant-garde-and-mainstream horn explorer Jean Derome, after seeing iconic alto sax explorer Lee Konitz, 80, at the Gesù late Friday night at the Montréal International Jazz Festival: “I’ve listened to him for a long time. At the beginning I didn’t understand anything about what he was doing. But then I began to realize that he always plays the same tunes, but in different ways, even at a solo concert at Théâtre Saint-Denis, lots of silences and abstractions. I always come back to certain discs, among others his record with Sal Mosca, Spirits, and Motion with Elvin Jones. I remember when I was young Robert Daudelin filmed a dinner with Lee Konitz and I was very shy in his presence. Now it’s always nice to see artists that are in fine form despite diminished physical resources. His also has a great rapport with his group Minsarah; one of his great strengths has always been his deep ears. I feel fortunate to see him now and seem him en forme with creative juices. He’s always surprising. Now I can’t wait to see Ornette [Coleman, 79, on Thursday].”

    blogue@press-3861 press@3861
    6 novembre 2008
    Par Alexander Varty in The Georgia Straight (Canada), 6 novembre 2008

    Texte

    Language and geography pose formidable challenges to those who’d like to see more interplay between Quebec and British Columbia, but many artists are working to bridge that gap—most notably in improvised music, where there’s been a strong connection between Vancouver and Montréal for more than 20.

    The two cities share some common attributes, notably a degree of isolation from the mainstream and a willingness to experiment. But affordable housing and superior funding have allowed Montréal’s players to develop an idiom all their own: musique actuelle, which blends elements of American-style free jazz, progressive rock, contemporary chamber music, and Gallic joie de vivre in a sound that’s as sophisticated as haute cuisine and as earthy as joual.

    Vital though this music is, until recently some of its practitioners were feeling like it might be an endangered species.

    “I was really worried to see the players and the audience always getting older and older, with no renewal,” says saxophone and flute specialist Jean Derome, reached at his Montréal home. “It was like we were just kind of an error in history—something that happened that won’t happen again. But now we’re seeing a lot of younger musicians starting to do free improv, or mixing acoustic instruments with electronics and so on. There’s a new generation of musicians that is thinking creatively and not just standing on the shoulders of a few originals.”

    As one of the key architects of musique actuelle, Derome is understandably pleased by this influx of new talent—a phenomenon, he adds, that’s happening in Vancouver, too. This weekend, he’ll guest with Vancouver’s NOW Orchestra at its annual Hear It NOW festival, and while he’s long been familiar with bandleader Coat Cooke’s work, many of the faces in the recently revamped septet will be new to him.

    “I was really surprised to see that the lineup has changed, that it’s not anymore the big 19-piece band,” he says. “But I had the feeling that Coat was finding it difficult… there was so much history between all the players, and sometimes that can almost be a trap. You feel that things can’t change.”

    The new NOW band, which features a mix of jazz-based and rock-influenced players, is well suited to the material Derome’s bringing with him, which includes a few numbers culled from the repertoire of Les Dangereux Zhoms, the extroverted quintet that was for many years a fixture on the Montréal scene. The reed virtuoso will also have his own powers taxed: NOW has commissioned Vancouver New Music artistic director Giorgio Magnanensi to write a new piece for the band, and Derome reports that it includes a saxophone line that’s so complex even he’s having difficulty figuring it out.

    Telephone conversations with the composer are helping, however. “The music is difficult, but the guy is not,” says Derome of Magnanensi — an assessment that could be applied equally well to this engaging saxophonist and his work.

    blogue@press-3828 press@3828
    1 septembre 2008
    Par Lawrence Joseph in Signal to Noise #51 (ÉU), 1 septembre 2008

    Texte

    The eighth annual Suoni per il Popolo spanned a month and covered a huge range of musical genres. Over 50 concerts took place in two venues located across the street from each other in Montréal’s artist-filled Mile End neighborhood. It gave fans of free jazz, experimental rock, avant folk, contemporary classical, electronic, and improvised musics plenty to get excited about. Add a workshop with the Sun Ra Arkestra, street performance art, DJ sets and an outdoor day of music and children’s activities, and you have an unbeatably eclectic event. […]

    The festival kicked off with two shows that exemplified what it does best. The more intimate Casa del Popolo was the venue for a free jazz blowout with saxophonist Glen Hall, bassist Dominic Duval, and drummer William Hooker, […] Hall keeps a relatively low profile, despite having studied with Ligeti and Kagel and played with the likes of Roswell Rudd, Jimmy Giuffre and John Scofield. The compositions in the first set paid tribute to some of his influences, while the second set shifted to freely improvised territory, with Montréal’s young trumpet luminary Gordon Allen sitting in to add blistering sound blasts and overblowing to the mix. At times this resembled the more noise-based music Hooker has made with Thurston Moore. […]

    Allen was a fixture at the festival, playing in seven shows during the month, including guitarist Rainer Wiens’ version of Riley’s In C.

    Another evening featured the debut of All Up In There, a trio of Allen, Michel F Côté on percussion, and Frank Martel on Theremin. Martel often played the theremin as if it were a stand-up bass, while Côté, when not playing kit, obtained a surprising variety of sounds from winging two mics around Pignose amps. The overall effect was more like a group of virtuosic Martians than a standard jazz trio. […]

    Christof Migone’s performance piece Hit Parade took place outside on a busy Saint-Laurent Boulevard, taking over the sidewalk and one lane of traffic. Eleven people lay face down on the pavement, each pounding a microphone into the ground exactly one thousand times, at varying speeds. The sound of a giant asynchronous metronome prompted ironic thoughts in this listener about the usual meaning of the phrase “hit music,” and about pounding the pavement as a metaphor for life. […]

    The Quatuor Bozzini, a string quartet dedicated to contemporary music, performed a selection of pieces by experienced improviser/composers. Malcolm Goldstein’s four-part structured improvisation A New Song of Many Faces for in These Times (2002) was by turns gentle and harsh, agitated and introspective, as melodic and rhythmic fragments were passed from one member of the quartet to another. Goldstein himself performed Hardscrabble Songs, a 13-minute solo piece for voice and violin. Jean Derome and Joane Hétu’s Le mensonge et l’identité (“Lies and Identity”) is an hour-long tour de force with a strong socio-political component. The Bozzinis’ spoken contributions (both live and on prerecorded tape) ranged from pithy quotes from philosophers and politicians to personal anecdotes. The music deliberately unraveled into chaos, the players moving music stands and chairs about the room in response to unsynchronized metronomes, tipping over stands as the scores on them were completed. […]

    blogue@press-3629 press@3629
    1 septembre 2008
    Par Mike Chamberlain in Signal to Noise #51 (ÉU), 1 septembre 2008

    Texte

    While the 2008 edition marked the 25th anniversary of the Festival international de musique actuelle de Victoriaville, and while the festival grid looked, in some respects, like a tribute to certain mainstays of the festival that’s not quite the way that Victo’s director, Michel Levasseur, set out to put the milestone program together. The 25th anniversary nonetheless has a resonance for many people, Levasseur found. “You can’t hide the reality of this history,” he said in an interview before the festival. “Some people have 25 years of marriage. Some people think of where they were 25 years ago. Some of our audience weren’t even born then. […]”

    And there was, in fact, a certain symmetry to the lineup, with Jean Derome et les Dangereux Zhoms + 7 and John Zorn’s project The Dreamers opening the festival at 8 and 10 pm respectively. Both Derome and an expanded lineup of Les Dangereux Zhoms and Zorn’s Dreamers delivered performances that demonstrated that their leaders were still making interesting, relevant music. Les Dangereux Zhoms did two pieces. The first, Traquen’Art, was first performed late last year in homage to the Montréal production company of the same name, while the second, Plateforme, was a premiere, written in tribute Levasseur’s creation and life work. With the lineup expanded to include the voice of Joane Hétu, the reeds of Lori Freedman, and the turntable of Martin Tétreault, among others, the two compositions encompassed a wide palette that drew together almost everything Derome has done over the past thirty years. Ranging from delicate interplay between voice, violin and viola to full-on collective improvisation with screeching guitar and muted trombone pyrotechnics, the music exploded generic considerations in the best Victo tradition. […]

    A lot of festival-goers skip the midnight shows, but this year’s edition featured two of the best I have seen in a decade of attending the festival, the Friendly Rich Show on Thursday and Michel F Côté’s post-rock soul sextet (juste) Claudette on Sunday. […] While the collective intrigue of the three Thursday concerts were hard to match, there was much to savor over the weekend. Among these […] the premiere performance by the trio of René Lussier, Martin Tétreault and Otomo Yoshihide, whose nakedly human endeavors to improvise as a trio had to overcome their long histories of playing with one another in duos, the results demonstrating both the promise and the pitfalls of improvised music.

    blogue@press-3630 press@3630
    1 septembre 2008
    Par Stéphane Lépine in 24 images #138 (Québec), 1 septembre 2008

    Texte

    «L’homme-orchestre et musicien tout-terrain qu’est Jean Derome a toujours démontré des affinités électives avec tous les autres arts.»

    Les œuvres théâtrales existent sur le papier. Elles sont publiées, peuvent être lues et relues. Mais elles n’acquièrent leur véritable sens qu’à la scène, incarnées dans le temps et dans l’espace par des comédiens de chair et de sang. Et, on le sait, une pièce peut prendre un sens fort différent selon le metteur en scène qui lui donne vie scénique. De même, les partitions de toutes les œuvres que nous ont léguées les compositeurs existent bel et bien, mais ne sont que du papier mort jusqu’à ce que des musiciens en prennent possession: ainsi redécouvre-t-on Le clavier bien tempéré grâce à Till Fellner et en vient-on à croire possible l’interprétation des suites de Rameau au piano grâce à Alexandre Tharaud. Mais s’il en était de même au cinéma?? Si The General de Buster Keaton, L’homme à la caméra de Dziga Vertov et Entr’acte de René Clair devenaient en partie autre chose, se transformaient grâce à la musique, tels ces petits morceaux de papier jusque-là indistincts plongés dans l’eau qu’évoque Proust dans La recherche?? «Un livre, écrit Michel Tournier, est un oiseau sec, exsangue, avide de chaleur humaine, et, lorsqu’il s’envole, c’est à la recherche d’un lecteur, être de chair et de sang, sur lequel il pourra se poser afin de se gonfler de sa vie et de ses rêves.» Nous tous, cinéphiles, le savons: nous lisons et rêvons les films que nous voyons. Dix séances de cinéma muet en musique présentées par Robert Daudelin cet été à la Cinémathèque québécoise permettaient de voir à l’œuvre Jean Derome, François Bourassa et leurs invités en conversation avec des chefs-d’œuvre des années 1920: des musiciens, certes, mais aussi des lecteurs de films, faisant entendre leur lecture, leur recherche du sens à chaque seconde du défilement des images, faisant également voir des films s’échapper pour ainsi dire de leurs prisons pelliculaires, transformer leur achèvement qu’on aurait pu croire jusqu’alors intouchable en art vivant, appelé à être sans cesse recréé. Une dame, à la sortie de la deuxième séance, qui réunissait des films sous le titre «Avant-garde des années 1920», se dirigeait, émue, vers Jean Derome en lui disant: «Je n’avais jamais aimé, je n’avais jamais compris Le pont de Joris Ivens avant d’entendre ce que vous en avez fait.» Indiscret, j’écoutais ses propos, troublants et éclairants: cette dame n’a pas dit «avant d’entendre votre accompagnement musical», mais bien «avant d’entendre ce que vous en avez fait». Comme Gould s’appropriant la musique de Bach, Derome avait bel et bien fait quelque chose avec le célèbre court métrage de Joris Ivens. De même que les premières images de Mort à Venise de Visconti auraient un autre impact et un autre sens avec une autre musique que l’adagietto de la Cinquième Symphonie de Mahler, le film d’Ivens acquérait, aux yeux et aux oreilles de cette spectatrice, un sens qu’il n’avait jamais eu, cela grâce au lecteur Jean Derome, à ses saxophones, ses flûtes et ses objets. Les partitions d’Ennio Morricone ou de Bernard Hermann sont à tout jamais liées aux images des films, nombreux, qu’ils ont pour ainsi dire cosignés. Dans ce cas, Derome, Bourassa, Joane Hétu (véritable réincarnation de Cathy Berberian!), Robert Marcel Lepage et tous les autres ont interprété Walter Ruttmann et Rupert Julian, Boris Barnet et Josef von Sternberg, René Clair et Germaine Dulac de la même manière que Matthias Goerne interprète Schubert et Toros Can les Études de Ligeti. Le sens des images n’est pas fermé: voilà une évidence crasse dont j’ai repris conscience au fil de ces projections. Lues ainsi, dans la fièvre de l’instant (les musiciens n’avaient revu qu’une seule fois le film avant de se livrer à leur improvisation), les œuvres bénéficiaient d’une véritable lecture, c’est-à-dire, comme le suggère Baudrillard dans Le crime parfait, d’une lecture qui tienne «compte de l’écriture, de la force poétique, ironique, allusive du langage, du jeu avec le sens». L’homme-orchestre et musicien tout-terrain qu’est Jean Derome a toujours démontré des affinités électives avec tous les autres arts. Lui et François Bourassa, grand pianiste de jazz, en véritables passe-muraille qu’ils sont tous deux, sournoisement attentifs à la présence répétée de références sonores (trains en mouvement, coups de feu, etc.) et musicales (représentations de Faust dans The Phantom of the Opera et La souriante Madame Beudet, allusions à Debussy chez Clair et Dulac, personnages au piano dans plusieurs films), mais jamais soumis à elles, n’ont pas résolu le sens, ne l’ont pas fermé ou réduit, mais ont proposé le leur et démontré que chaque visionnement d’un film, que chaque lecture musicale en direct possède une rythmique, une durée, un son qui lui est propre. Devant les mêmes œuvres, d’autres musiciens auraient proposé d’autres lectures et démontré que les interprétations de ces immortels chefs-d’œuvre et de ces œuvres ouvertes sont aussi nombreuses que le nombre de leurs lecteurs.

    blogue@press-3684 press@3684
    1 juillet 2008
    Par Kurt Gottschalk in All About Jazz New York #75 (ÉU), 1 juillet 2008

    Texte

    Guitars reigned supreme at this year’s Festival International de Musique Actuelle de Victoriaville. The saxophones were there to be sure; Jean Derome, Joe McPhee and Roscoe Mitchell are not ones to sneeze at. But the 25th edition of FIMAV centered on the six-string, with Raymond Boni, Tim Brady, Nick Didkovsky, Fred Frith, René Lussier, Joe Morris, Marc Ribot and Elliott Sharp all on the bill. (…)

    Sets by the members of the Ambiances Magnétiques collective from Montréal (100 miles southwest of Victoriaville) are always a much anticipated part of the week and this year made for three strong sets: Jean Derome’s Les Dangereux Zhoms revived as a sextet; Michel F Côté’s excellent organ lounge (juste) Claudette and a trio of René Lussier, Martin Tétrault and Otomo Yoshihide. The latter was an especially exciting outburst of two turntables and two guitars ( Yoshihide manning one of each), running from energy to abstraction. Yoshihide was originally set to play just turntables, but arrived with guitar in hand. Perhaps he sensed something about the frenzy of FIMAV 2008.

    blogue@press-3641 press@3641
    20 juin 2008
    Par Bruce Lee Gallanter in Downtown Music Gallery (ÉU), 20 juin 2008

    Texte

    «Jean Derome’s composing continues to get better and better […] Bravo!»

    The Victo fest began with Jean Derome et les Dangereux Zhoms at the cinema. It seemed only appropriate that one of Quebec’s most creative composers, musicians and multi-bandleaders, would open this great fest in Victoriaville, a small town in the center of Quebec. Jean Derome is reeds wizard and a most successful and diverse composer and one of the reasons we go keep going back to the Victo Fest every year. Mr. Derome brought his dynamic 5-piece all-star ensemble plus another seven musicians were added. Derome and his 12-piece small orchestra performed two new long pieces called Traquenards and Plates-formes. The musicians included Derome (alto sax & flutes), Lori Freedman (clarinets), Tom Walsh (trombone), Martin Tétreault (turntables) & Joane Hétu (vocals). The rhythm team of Pierre Cartier (el. bass) and Pierre Tanguay (drums) was in especially fine form as they played their cosmic throb undertow while the clarinet and strings played a lovely repeating theme on top. Joane Hétu did a good deal of odd bird-like vocal sounds that blended well with Martin Tétreault’s turntables effects. Jean Derome’s composing continues to get better and better, I dug the way he interspersed more melodic sections with directed freer parts. This piece seemed darker than anything I’ve heard from Jean Derome previously, yet it was quite successful on a variety of levels. Bravo! […]

    blogue@press-3599 press@3599
    1 juin 2008
    Par Marc Chénard in La Scena Musicale #13:8 (Québec), 1 juin 2008

    Coupure de presse

    blogue@press-3569 press@3569
    24 mai 2008
    Par Serge Truffaut in Le Devoir (Québec), 24 mai 2008

    Texte

    Enfin! Bravo! Merci aux organisateurs de L’OFF Festival de Jazz de Montréal d’avoir accompli un retournement temporel. La neuvième édition de cet événement ne se tiendra pas simultanément à l’autre, le «gros», si l’on peut se permettre. Après s’être rendu compte que l’offre musicale se confondait avec hyperinflation au début de l’été, les responsables de l’Off ont décidé de devancer les dates. Bref, il se déroulera du 13 au 21 juin.

    La deuxième modification apportée est géographique. Adieu le Patro Vys, bonjour le Dièse Onze, qui a ceci de bien qu’il est un club de jazz à l’année. Jazz et resto situé au 4115 A du boulevard Saint-Denis, pour être précis. Les autres points de chute sont les mêmes que ceux de l’édition antérieure: le Lion d’or et le Pub Saint-Ciboire. Auxquels s’ajoutent cette année…

    … La Sala Rossa. Et là, si l’on peut dire, c’est l’autre bonne nouvelle de cette année. Voici de quoi il s’agit: les organisateurs de l’Off se sont associés à ceux du festival Suoni per il popolo, qui se tiendra du 1er au 30 juin. Cette alliance, selon les confidences de Jean-Jules Pilote, cheville ouvrière de l’Off, devrait s’étoffer au cours des prochaines années.

    C’est à espérer. Car au cours des prochaines semaines, ce duo d’organisateurs va proposer deux spectacles à La Sala Rossa: le Sun Ra Arkestra, dont on a parlé la semaine dernière, le 14 juin, et le Barnyard Drama, le quartet Lauzier, Myhr, Martel, Tétreault ainsi que Gordon Allen le 15 juin. Prix du billet de Sun Ra: 25$, alors que celui du lendemain se détaille entre 14 et 16$.

    Puisqu’on décline les histoires d’espèces sonnantes, il faut insister sur un fait économique fondamental. C’est sérieux, très sérieux même. Le rapport qualité/prix inhérent aux shows de l’Off est REMARQUABLE! Le coût d’entrée des spectacles à l’affiche du Dièse Onze est de 8$. Ceux du Pub Saint-Ciboire sont gratuits. Ceux du Lion d’or: 20$ en prévente ou 25$ à la porte pour deux shows ou 15$ pour celui débutant à 21h30. Pour les détails, on peut se renseigner au lofffestivaldejazz.com

    Bon. Après lecture du programme, six des shows au Lion d’or sont à retenir: la Fanfare Pourpour, qui aura l’accordéoniste et chanteur suédois Lars Hollmer pour invité. Cette fanfare à la veine humoristique indéniable est toujours dirigée par l’immense Jean Derome. Quoi d’autre? Il suffit d’écouter leur album paru sur étiquette Ambiances Magnétiques pour s’apercevoir que les membres de cette grande formation excellent dans l’alchimie des folklores du monde.

    Le 18 juin, le saxophoniste et clarinettiste Chet Doxas va proposer un spectacle propre à aiguiser toutes les curiosités: Le Mur de Jean-Paul Sartre. Doxas a composé une série de thèmes inspirés, donc, de ce chef-d’œuvre littéraire qu’il interprétera en compagnie de Stéphane Allard et Zoé Dumais aux violons, de Jean René à l’alto, de Sheila Hannigan au violoncelle, de Zack Lober à la contrebasse, de son frère Jim à la batterie, tous sous la direction de Jon Sapoway.

    Le même soir, mais après Doxas, les musiciens phares des labels DAME et Ambiances Magnétiques vont occuper la scène pour improviser à tout va. Autour de Derome, on retrouvera Joanne Hétu au saxo, Charity Chan au piano, Diane Labrosse à l’échantillonnage, Lori Freedman à la clarinette basse, Guido Del Fabbro au violon, Rainer Wiens à la guitare et l’incontournable Pierre Tanguay à la batterie.

    Le 20 juin, le très courageux, le musicien essentiel, le contrebassiste battant Normand Guilbeault va décliner ses compositions retraçant la vie de Louis Riel. Il sera flanqué de quatorze musiciens, narrateurs et projectionnistes. C’est au Lion d’or le 20 juin à 20h. La veille, au même endroit, on aura droit à l’accouplement jazz et poésie avec José Acquelin, Renée Gagnon, Hélène Monette, Carole David et Jean-Marc Desgent.

    Enfin, le 21 juin, l’affiche est alléchante parce que… parce que… le saxophoniste Janis Steprans a réuni trois autres saxos autour de lui pour clôturer cette 9e édition. André Leroux sera au soprano, David Bellemare au ténor, Jean Fréchette au baryton et Steprans, bien entendu, à l’alto. Simon Lévesque à la contrebasse et Dave Laing à la batterie vont rythmer le tout.

    Les billets sont en vente à L’Oblique, à L’Échange, à L’Articulée ainsi qu’à la Casa Del Popolo et à Cheap Thrills pour les shows du 14 et du 15 juin.

    blogue@press-3578 press@3578
    22 mai 2008
    Par John Kelman in All About Jazz (ÉU), 22 mai 2008

    Texte

    «Derome’s two pieces were a fitting opening for the festival, demonstrating the boundary-busting, genre-defying breadth of Musique Actuelle.»

    Montréal-based saxophonist Jean Derome has been on the bleeding edge of the contemporary blending of complex, cued composition and unfettered free improvisation for over twenty years. For his performance — which kicked off FIMAV’s 25th edition at the Cinema Laurier — he brought an expanded edition of his Dangerous Zhomes quintet, fleshed out with an additional seven musicians, premiering two new pieces, the 35-minute Traquenards and the shorter, but no less challenging Plates-formes, named after Productions Platforms, the organization behind FIMAV.

    It was an expansive palette, featuring reeds, strings, voice, guitar, bass, drums and turntables. Contemporary classicism reminiscent of groups like Univers Zero juxtaposed with moments of chaotic collective spontaneity, with a sonic landscape reliant equally on conventional acoustic sounds as it was the unorthodox, most notably from vocalist Joane Hétu, who brought her own multi-media project, Filature, to the final day of FIMAV 2007. More about texture than melody, Hétu comes from the same school as vocalists like Meredith Monk and Sidsel Endresen, but has her own unconventional slant to making the voice guttural, percussive and, at times, akin to white noise.

    Traquenards took full advantage of the potential for subsets within the group, with pianist Guillaume Dostaler and trumpeter Gordon Allen creating a lulling sense of ease before suddenly being engulfed in a flurry of reckless, anarchistic free play from the entire twelve-tet. Rock beats from bassist Pierre Cartier and drummer Pierre Tanguay — another Montréal actuelle mainstay, whose 2007 performance at the Ottawa Jazz Festival with bassist John Geggie and viola da gamba player Pierre-Yves Martel was a highlight of that festival—alternated with dark, complex ensemble passages where clarinetist Lori Freedman meshed with Derome’s various saxophones and flute along with Nadia Francaville’s violin and Jean René’s viola to paint a chamber music soundscape at once appealing and foreboding. Guitarist Bernard Falaise ran the gamut from scratchy tones to wild feedback, contributing sonic colors alongside turntablist Martin Tétreault, last heard at FIMAV 2005 with Michel F Côté.

    Derome’s two pieces were a fitting opening for the festival, demonstrating the boundary-busting, genre-defying breadth of Musique Actuelle.

    blogue@press-3562 press@3562
    22 mai 2008
    Par Alain Brunet in La Presse (Québec), 22 mai 2008

    Texte

    À son tour, L’OFF festival de jazz de Montréal a dévoilé sa 9e programmation: la Fanfare Pourpour, le projet de Normand Guilbeault consacré à Louis Riel, les improvisateurs d’Ambiances Magnétiques, le quatuor de saxophones mené par Janis Steprans, Chet Doxas inspiré par Jean-Paul Sartre ou encore le doué jeune bassiste Rémi-Jean Leblanc s’inscrivent dans cette plus que trentaine de concerts.

    Du vendredi 13 au samedi 21 juin, donc plus tôt que les années précédentes, ces concerts de l’Off se déclineront quotidiennement dans quatre salles: le pub Saint-Ciboire, le Lion d’Or, le Dièse Onze et La Sala Rossa.

    «Ce festival est mené par une équipe de bénévoles musiciens. Chaque année, nous essayons de représenter le plus fidèlement possible la scène montréalaise dans le milieu du jazz et de la musique créative. Nous portons une attention particulière à la présentation de projets originaux, tous d’une grande qualité artistique», explique le contrebassiste Christophe Papadimitriou, président de l’Off.

    «Également, poursuit-il, nous avons la grande joie d’accueillir des musiciens étrangers et des musiciens canadiens issus de plusieurs provinces qui viennent collaborer avec les musiciens québécois. Nous aimons beaucoup cette dimension de l’échange.» L’Off, aurons-nous déduit, n’est pas une simple tapisserie de jazz local. On y fait des choix artistiques bien au-delà d’une simple idéologie de représentativité.

    Au Lion d’Or, donc, la Fanfare Pourpour y présente son projet réalisé de concert avec l’accordéoniste suédois Lars Hollmer, le «quartetski» du contrebassiste Pierre-Yves Martel (prix François-Marcaurelle l’an dernier) s’y consacre à Érik Satie, le quartette de la trompettiste torontoise Lina Alemano s’amène avec notamment le très singulier saxophoniste Brodie West.

    Aussi au menu principal, on retient l’ambitieux sextuor du contrebassiste Miles Perkins, un concert du trio du saxophoniste Chet Doxas avec quatuor à cordes (et inspiré par ses lectures de Jean-Paul Sartre), une soirée Ambiances Magnétiques consacrée à l’improvisation (sous la direction de Jean Derome). On suggère aussi Cantouque du contrebassiste Joel Prenovault qui évoque l’œuvre du violoneux Louis «Pitou» Boudreault, on reprend le concept jazz et poésie (animé par l’écrivain José Acquelin), on emprunte La 5e route bleue (arabo-occidentale) de la compositrice Katia Makdissi-Warren avec notamment le contrebassiste autrichien Peter Herbert, on relance le Projet Riel du contrebassiste Normand Guilbeault, sans compter le quintette du contrebassiste Dave Watts, le septuor de la pianiste Marianne Trudel ou le Quatuor du Nord, ensemble de saxophones de Janis Steprans.

    À la Sala Rossa, l’Off se joint aux Suoni per il Popolo pour y coproduire le Sun Ra Arkestra, le groupe Barnyard Drama (mis de l’avant par le batteur Jean Martin et la chanteuse Christine Duncan), le jazz électroacoustique du saxophoniste Philippe Lauzier, le trio du trompettiste Gordon Allen.

    Au Dièse Onze, on compte attirer les nuitards avec le Soundclash du saxophoniste Eric Hove, l’ensemble Ka Noo du saxophoniste Jason Sharp, le quartette du contrebassiste Alex Bellegarde, les Jazz Warriors du batteur Adam Miller, le sextuor du batteur Isaiah Ceccarelli, l’ensemble de la chanteuse Sonia Johnson et du contrebassiste Frédéric Alarie, le groupe du jeune bassiste Rémi-Jean Leblanc (prochain Alain Caron?), le quintette du contrebassiste Dave Watts.

    Prévue de 17h à 19h, la série du pub Saint-Ciboire privilégie les jeunes loups de la scène locale, sauf exception: le quartette de la saxophoniste Anna Weber, le quintette du saxophoniste (alto) Mario Allard, l’ensemble CLH, le quartette du pianiste Malcolm Sailor, le trio du violoniste Robin Bouliane, le quartette du guitariste Carlos Jimenez, le trio du guitariste Greg Amirault, le trio Turtle Boy.

    blogue@press-3579 press@3579
    17 mai 2008
    Par Alain Brunet in La Presse (Québec), 17 mai 2008

    Texte

    «On a eu droit à toute la palette de ce très doué compositeur, déployée sur deux fresques de musique actuelle de chambre.»

    […] Un peu plus tôt jeudi, ont sévi les Dangereux Zhoms de Jean Derome, enrichis de sept autres musiciens — dont trois femmes. On a eu droit à toute la palette de ce très doué compositeur, déployée sur deux fresques de musique actuelle de chambre. Je garde l’impression que Traquenards est plus achevée et plus cohérente que Plates-formes, présentée pour la première fois. Quelques ajustements, et la seconde fresque aura la force et la pertinence de la première…

    blogue@press-3583 press@3583
    14 mai 2008
    Par Antoine Léveillée in Voir (Québec), 14 mai 2008

    Texte

    Nous n’avons qu’à faire le compte des participations de Jean Derome au Festival international de musique actuelle de Victoriaville pour constater l’importance du saxophoniste et compositeur sur la scène de la musique actuelle québécoise. Nous pourrions presque dire qu’il a un compte parfait tellement ses visites ont été fréquentes au cours des 24 éditions précédentes.

    Pour cette 25e année, il était tout à fait naturel pour le directeur général de l’événement, Michel Levasseur, de convier le musicien à participer au concert d’ouverture avec une création afin de souligner ce quart de siècle d’activité musicale. «Quelquefois, je deviens presque jaloux des artistes étrangers qui passent par le FIMAV», avoue Jean Derome en se remémorant le nombre de créations qu’il a présentées lors de ce festival. «Nous, les artistes ‘locaux’, sommes très souvent approchés pour une commande. Je comprends parfaitement Michel lorsqu’il nous demande une exclusivité, mais dans ces circonstances, je me ramasse toujours avec ce stress énorme de jouer une composition pour la première fois. Les artistes qui viennent de l’extérieur ont eu le temps de se familiariser avec leur répertoire. Des fois, j’aimerais bien m’en sortir de cette façon.»

    Plongé dans ce contexte de célébration, le saxophoniste renoue avec son orchestre fétiche, les Dangereux Zhoms, et présente Plates-formes en compagnie de ces 12 virtuoses de l’improvisation. «Lorsque je compose, j’ai en tête la personnalité d’un musicien et la couleur de son jeu. C’est un prétexte pour une rencontre. Très souvent, je m’amuse et je pose une simple question aux compositeurs que je croise: ‘C’est une pièce pour qui?’ Ils vont me répondre que c’est une pièce pour clarinette, saxophone et contrebasse, par exemple, en faisant totalement abstraction des interprètes et du son qu’ils ont en tête. Quand l’improvisation est au cœur d’une composition, c’est fondamental.»

    Et des musiciens, il en a beaucoup en tête: Pierre Tanguay (batterie), Tom Walsh (trombone) et Guillaume Dostaler (piano), pour en nommer quelques-uns, sont autant d’instruments de musique que de personnalités uniques qui concrétisent ses idées musicales. Pour le prouver, nous n’avons qu’à faire l’exercice en lui demandant quels sont ses souvenirs les plus marquants après toutes ces participations au festival. «Il y en a tellement! Dans mes souvenirs personnels les plus marquants… Ma collaboration avec l’accordéoniste Lars Hollmer fut exceptionnelle. C’était pour le concert du Looping Home Orchestra, qui a d’ailleurs été immortalisé sur disque. Il y a eu aussi les concerts avec le guitariste Fred Frith et celui avec Louis Sclavis… Il y en a trop!»

    blogue@press-3603 press@3603
    26 mars 2008
    Par Kate Molleson in The Gazette (Québec), 26 mars 2008

    Texte

    «What distinguished last night’s group was how varied and refined the sounds were.»

    French improv bassist Joëlle Léandre has a mighty impressive biography — she’s worked with Pierre Boulez, John Cage, Steve Lacy, Fred Frith, John Zorn — and judging by her appearance at La Sala Rossa last night, she’s a fierce enough lady to live up to it.

    She arrived late, hair wild and dress scruffy black, peered callously into the audience and picked up her instrument. Waiting for her on stage were local musique-actuelle fixtures Jean Derome and Danielle Palardy Roger, both impressive and fearless improvisers. Together the three produced an hour of music that, though not for the faint-hearted, passed through moments of surprising beauty.

    The process would be familiar to most improvisers: One musician introduces an idea — a short melody or rhythm or sound or gesture, or even, in Léandre’s case, fragments of spoken words — then the others play with and around it. The idea develops and eventually morphs into other ideas. Hopefully, somewhere in the process, the group will have arrived at some interesting sounds.

    What distinguished last night’s group was how varied and refined the sounds were. Derome played alto and baritone sax, flute and alto flute, and came equipped with an arsenal of toys: ocarinas, slide whistles, things that scrape and scratch and pop and hoot. His saxophone sound is aggressive, but works fabulously in this context, and I love the way he hints at standard jazz gestures amidst the abstract swells and screeches.

    Léandre, meanwhile, commands her bass forcibly, producing uncanny wails and sniffles and, at one point, a smacking walking bass line. She uses her bow a lot, more than most jazz bass players dare, and to great effect. When things got really heated, she’d wave the bow around in the air to make swooshing noises. It’s a visual spectacle (one reason I have trouble listening to this kind of music on record) and Léandre’s fierce personality became integral to the performance.

    People have strong feelings about this kind of improvised music (my brother, for example, calls it ‘public wanking’). Some say it’s intimidating because it’s so experimental, but I reckon that it’s because it is just so experimental that anybody can listen to it. You don’t need any background knowledge; the whole point is to experience the sounds as they come. In that sense, it’s very accessible.

    blogue@press-3559 press@3559
    6 février 2008
    Par Marvin in Free Albums Galore, 6 février 2008

    Texte

    «They mix well with the larger ensemble creating a well thought out atmospheric work.»

    Le GGRIL is that most cumbersome of all musical monsters, the avant-garde big band. The nature of the big jazz band is to allow improvisation over tightly structured arrangements. The big band is practically the opposite of avant-garde jazz which often respect freedom of sound over tonality, structure, or even rhythm.

    Le GGRIL is centered in Québec, Canada and walks a tightrope between the improvised and the structured. The band’s arsenal of imaginative players borrow as much from post-classical as from free jazz. Their personnel is changeable but the unusual assortment of saxes, clarinet, accordions, violins, guitar and percussion seems to be the norm. The free self titled album has four tracks. Tracks 1, 2, 4 are directed by alto saxophonist Jean Derome with Fire + Bebelle most closely related to jazz. Tracks 2 and 4 are quieter and makes good use of long tones and well placed silence. Derome’s direction and playing is center toward exploring sounds and environment more so than totally free improvisation.

    The same can be said for track 3 which is an extended 11 minute work featuring the improvisatory trio of Les Poules. Alto saxist Joane Hétu, percussionist Danielle Palardy Roger, and samplist Diane Labrosse tends to prefer long drones with free improvisation as accent. They mix well with the larger ensemble creating a well thought out atmospheric work.

    The album is available from the excellent Insubordinations netlabel in 320kbps MP3.

    blogue@press-3499 press@3499
    1 décembre 2007
    Par Félix-Antoine Hamel in La Scena Musicale #13:4 (Québec), 1 décembre 2007

    Texte

    On ne compte plus les concerts produits par l’organisme montréalais Traquen’Art au fil des années, aussi bien du côté des musiques du monde - par sa maison de production parallèle Crosscurrent Musics - que du jazz contemporain et de la musique actuelle. Impliqué dans l’aventure depuis les tout premiers débuts - il a participé à la tournée de Steve Lacy avec l’Ensemble de Musique Improvisée de Montréal en 1982 - Jean Derome présentera à la Sala Rossa le 13 décembre prochain une pièce pour 11 musiciens, nouvelle composition commandée par le fondateur de Traquen’Art, Patrick Darby, pour marquer ses 25 ans d’activités. Utilisant son ensemble-phare les Dangereux Zhoms (Tom Walsh au trombone, Guillaume Dostaler au piano, Pierre Cartier à la basse et Pierre Tanguay à la batterie), Derome (au sax alto et à la flûte) y greffera six musiciens invités, soit sa compagne Joane Hétu (voix), Nadia Francavilla (violon), Lori Freedman (clarinettes), Bernard Falaise (guitare), Gordon Allen (trompette) et, dans certaines pièces, Martin Tétreault (tables tournantes). La première partie du concert sera constituée de quelques pièces plus anciennes (Seven Dances for Fifteen et Cinq pensées pour le caoutchouc dur) puis, en deuxième partie, une toute nouvelle composition, que Derome décrit comme «moderne, urbaine et mordante et qui se veut à la fois un portrait de Traquen’Art et un genre de mise au point sur la conjoncture et l’évolution de la musique actuelle mmontréalaise».

    blogue@press-3428 press@3428
    27 septembre 2007
    Par Réjean Beaucage in Voir (Québec), 27 septembre 2007

    Texte

    «Multiinstrumentiste débridé, jazzman virtuose, compositeur actualiste et champion de l’impro sans filet, Jean Derome respire la musique, et pas seulement à travers ses flûtes et saxos.»

    Afin de souligner la Journée internationale de la musique et à l’invitation du Conseil québécois de la musique (CQM), Voir a adopté, cette année, Jean Derome.

    Multiinstrumentiste débridé, jazzman virtuose, compositeur actualiste et champion de l’impro sans filet, Jean Derome respire la musique, et pas seulement à travers ses flûtes et saxos. Il est étonnant, lorsqu’on connaît un peu son travail, d’apprendre qu’il est le fruit d’une vocation tardive. Ce n’est que vers 14 ans qu’il commence à s’intéresser à la flûte à bec, mais la piqûre est aussi soudaine que puissante. «Ça a commencé tout d’un coup, et à partir de là, je jouais de la flûte à bec sans arrêt, à l’école, en regardant la télé, etc. Ça devenait insupportable à la maison, et je devais me réfugier au sous-sol…» Parallèlement, il démonte le vieux piano donné par un voisin, joue directement dans les cordes comme s’il s’agissait d’une harpe, et embrigade son frère et ses trois soeurs dans des expériences musicales qu’il enregistre sur un magnétophone Uher (à quatre vitesses). Il n’a pourtant pratiquement jamais eu de cours de musique. «J’ai eu un cours de musique en sixième année, au primaire; il était donné par un professeur d’histoire qui a réussi le prodige de donner son cours durant un an sans nous faire entendre une seule pièce de musique. Ça m’ennuyait encore plus que le catéchisme… Cette musique sur papier ne semblait s’attacher à aucune réalité acoustique.» De la flûte à bec, il passe à la traversière. «J’improvisais sans arrêt, mais je ne savais pas lire. Le professeur de musique de l’école a accepté, en secondaire 4, de me donner des cours de rattrapage, sur l’heure de dîner, pour que je puisse envisager de m’inscrire en flûte au cégep.» Avant même d’y entrer, il jouait déjà dans le groupe du pianiste Pierre St-Jak. Il devra suivre des cours d’été pour parfaire ses connaissances théoriques. «Je passais mes journées à dévorer de l’information sur la musique, j’étais survolté!» Au bout de deux ans, soliste dans l’orchestre du cégep, c’est lui qui donnera ces cours aux nouveaux arrivants… Vient ensuite le conservatoire et, parallèlement, une double vie avec l’Ensemble de musique improvisée de Montréal et le groupe Nébu. «On nous décourageait au conservatoire de faire de la musique populaire parce que ça allait “briser notre technique”; ces années-là, j’ai participé à des centaines de concerts de jazz et de musique improvisée…» On le voit aussi bientôt au sein d’ensembles de musique ancienne. «J’ai éventuellement réalisé que Mozart n’avait peut-être pas besoin de moi, et que je devais plutôt m’occuper de ce qui pouvait se faire aujourd’hui.» À 29 ans, Jean Derome adopte le saxophone, qui deviendra son instrument de prédilection.

    En 1982, il fondait avec André Duchesne, René Lussier et Robert Marcel Lepage l’étiquette de disques Ambiances Magnétiques, dont le noyau de base grossira rapidement et qui deviendra l’incontournable porte-étendard de la musique actuelle à la québécoise. Le catalogue de Jean Derome compte aujourd’hui six enregistrements sous son propre nom, mais de nombreux autres avec son groupe Jean Derome et les Dangereux Zhoms, en duo (Les Granules, Nous perçons les oreilles) ou avec diverses formations, et on le retrouve aussi comme participant sur plus de 60 autres enregistrements avec une multitude de collaborateurs.

    La série des Mercredimusics, organisée par Lori Freedman, Joane Hétu et Jean Derome, qui présente des concerts de musique improvisée, reprendra du 10 octobre au 12 décembre à la Casa Obscura. On entendra la musique de Jean Derome interprétée par 10 musiciens, en décembre, pour célébrer le 25e anniversaire des Productions Traquen’art, et on aura au même moment un nouveau disque des Dangereux Zhoms. Les 3 et 4 octobre Derome sera en trio avec Normand Guilbeault et Pierre Tanguay au Upstairs Jazz Club.

    blogue@press-3399 press@3399
    1 juin 2007
    Par Dave Lynch in All-Music Guide (ÉU), 1 juin 2007

    Texte

    Quebec’s circusy big band Fanfare Pourpour have their roots in a number of musical and artistic groupings dating back to the mid-’70s through the early ‘80s, including L’Enfant Fort, a Saturday-afternoon Montréal street band; the Pouet Pouet Band, which incorporated theatrical and cabaret elements into their mix; and Montréal Transport Limité, an underground cabaret and progressive pop group. The musicians all went their separate ways until the summer of 1995, when their love of playing and performing brought them together as the Fanfare Pourpour. Their street band attitude gives the Fanfare Pourpour a ramshackle charm, and their open and friendly embrace has seemingly welcomed to the fold any friend or family member who can toot on a horn or whack a caisse claire, as long as the proper spirit is maintained. Since the band’s “formal” founding in 1995, however, the Fanfare have grown into a tight and formidable outfit, with no diminution of the raucous spirit that has always been central to their, well, raison d’être.The band’s first album, released in 1999 on their Monsieur Fauteux m’entendez-vous? label, was entitled Tout le monde — the CD featured an 11-piece core ensemble, notably featuring Montréal singer/accordionist Lou Babin, supplemented by a handful of high-profile guest musicians from Quebec’s jazz and musique actuelle scenes on selected tracks, including saxophonist Jean Derome and guitarist René Lussier. On follow-up CD Le Bal from 2004, the group’s ranks had swelled to 15 with an additional six guest musicians scattered here and there; by now Derome had taken on musical direction responsibilities and penned five of the album’s 16 tracks. On these two releases the ensemble members proved highly capable on practically any and every musical instrument imaginable, including accordion, clarinet, saxophones, violin, flute, guitar, banjo, trumpet, euphonium, sousaphone, harmonica, darbouka, bass, drums, and percussion, playing exuberant music that blended brass band and New Orleans classic jazz traditions with elements of Québécois folk and avant-garde musics.In 2004 Swedish composer, accordionist, and keyboardist Lars Hollmer (Samla Mammas Manna, Accordion Tribe) was invited to Quebec to appear with the Fanfare Pourpour at the Festival International de Musique Incroyable, and this successful encounter was followed up with additional rehearsals and a second festival appearance at the Festival International de Musique Actuelle de Victoriaville in 2005. The following year Hollmer was back in Quebec with the Fanfare yet again, this time to record the album Karusell Musik in a Montréal studio. By now it would appear that the distinction between full-fledged Fanfare bandmembers and invited guests had been erased, and the 19-piece ensemble supporting Hollmer included such notable Montréal and Quebec artists as Babin; other longstanding Fanfare members such as violinist Guido Del Fabbro and trumpeter Némo Venba (also members of avant-proggers Rouge Ciel), guitarists Luc Proulx and Roy Hübler, saxophonists Claude Vendette and Stéphane Ménard, clarinetist Pierre Emmanuel Poizat, and euphonium player Christine Lajeunesse; musical director/orchestrator/multi-instrumentalist Derome, bassist Normand Guilbeault, and percussionist Pierre Tanguay from the swinging Trio DGT and numerous other jazz/musique actuelle projects; sousaphonist Jean Sabourin from the impossibly tight brass band L’Orkestre des Pas Perdus; and violinist Marie-Soleil Bélanger, former member of the long-lived and ever-challenging Miriodor. So when it came to negotiating Hollmer’s sometimes tricky rhythms, emphatic backbeats, and multi-layered arrangements with the proper balance of roughness and precision, it would prove hard to top the Fanfare Pourpour. Karusell Musik was released in March 2007, with a CD launch concert by Hollmer and the band held that month at Montréal’s Lion d’Or.

    blogue@press-3340 press@3340
    1 mars 2007
    Par Mike Chamberlain in Signal to Noise #44 (ÉU), 1 mars 2007

    Texte

    «He likes to listen to early Duke Ellington recordings when he’s relaxing at home.»

    Jean Derome is one of the busiest saxophonists in Quebec, performing a diverse range of creativive musics alongside Montréal’s finest improvisers as a founder of the Ambiances Magnetiques collective. […]

    blogue@press-3281 press@3281
    23 septembre 2005
    in Le Devoir (Québec), 23 septembre 2005

    Texte

    Demain et dimanche, la deuxième édition des Escales improbables prend d’assaut le quai King Edward du Vieux-Port de Montréal.

    L’événement éclectique conjugue cette année autant de disciplines diverses que le théâtre de marionnettes, le chant lyrique, le cinéma et surtout la musique. Des musiciens-performeurs interprètent des œuvres du compositeur Michel Smith à partir de machines-instruments ambulants. Nicolas Brault fait tomber des baleines du ciel dans un film-conte animé. Jean Derome et SuperMusique proposent une expédition de canot-camping allégorique le long d’une rivière imaginaire. Les côtes gaspésienne et italienne se croisent dans Cargo, théâtre d’image et de marionnettes. On découvre ces performances extravagantes et audacieuses en déambulant au bord du fleuve, comme une invitation au voyage.

    blogue@press-3100 press@3100
    6 septembre 2005
    Par Mark Miller in The Globe and Mail (Canada), 6 septembre 2005

    Texte

    «“The first time you play music,” he suggests, “there’s something there that will always be your way of being a musician. The rest is just learning how to do it, how to say it, how to be more accurate each time you play. But even in the ’nest,’ everything is already there.”»

    It’s the proverbial tale of two cities at the Guelph Jazz Festival this year. This modest but always visionary event, which begins its 12th season tomorrow, honours Chicago’s Association for the Advancement of Creative Musicians on the occasion of its 40th anniversary and acknowledges Montréal’s vibrant musique actuelle scene, now into its third decade.

    The Americans, of course, will get most of the attention, culminating Saturday night when the lately reconstituted and still legendary Art Ensemble of Chicago performs at the River Run Centre. But the Québécois, with their up-to-the-moment mix-and-match of ideas from the jazz, rock, pop and classical avant-garde, should not be overlooked.

    Some 50 Montréal musicians will have appeared in this Southwestern Ontario university town before the festival concludes on Sunday. One of their number, saxophonist and flutist Jean Derome, likens them collectively to “a tribe of Indians,” with the important qualification that “the chief changes all the time.”

    It is, in other words, a highly collaborative and co-operative community. Derome estimates its representation in Guelph this year to be “more than half of what’s happening in Montréal,” where, he notes rather provocatively, “maybe there are even more groups than there are musicians.”

    As that suggests, many of the players do double, triple and quadruple duty in each other’s bands.

    Indeed, ask Derome about the number of groups to which he himself is a party, either as leader or band member. “Now, not too many,” he responds mildly, in a telephone interview from his home in Montréal’s Plateau neighbourhood. “The active ones -- around 10 or 12. Less than usual.”

    Derome, a stout yet soft-spoken fellow just turned 50, has been a pivotal figure in Montréal’s left-of-centre musical circles since the mid-1970s, predating the advent of musique actuelle as a catch-all category for the city’s funky, largely Francophone avant-garde. His activities, well documented on CD by the Ambiances Magnétiques label that he and others established in 1983, are remarkable for both the breadth of music and the amount of sheer hard work that they represent.

    One of those aforementioned 10 or 12 bands of the moment is Évidence, whose raison d’être for more than 20 years has been the music of Thelonious Monk. The trio -- Derome, bassist Pierre Cartier and drummer Pierre Tanguay -- will appear on Friday at the Guelph Youth Music Centre.

    Another is the Fanfare Pourpour, a street band that is scheduled on Saturday afternoon to lead a parade along Wyndham Street and then give a free concert of waltzes and other traditional European music at the festival’s Carden Street tent. There can be as many as 20 musicians in the Fanfare, which often performs in Montréal for social or political causes.

    Derome calls it a “very beautiful, utopian group,” noting that it is run by two of its members, guitarist Luc Proulx and singer-accordionist Lou Babin, as if it were a family rather than a business. “They decided I was artistic director,” he admits rather uncomfortably, referring to the Fanfare’s otherwise wholly egalitarian membership. “I don’t know about that.”

    A third band of those 10 or 12 is the Pierre Cartier -led sextet that will offer the bassist’s classically informed, jazz-song settings of several Québécois poems on Thursday night at Mitchell Hall. A fourth is guitarist Rainer Wiens’s sextet Follow Follow, whose African-derived rhythms will rock the Carden Street tent on Saturday afternoon. That’s an impressive range of musical idioms for one musician to embrace in just three days, and it still scarcely touches on Derome’s work in free improvisation as heard last ear at Guelph in the form of Nous perçons les oreilles (We Pierce Ears), a duo with his wife, the singer and saxophonist Joane Hétu.

    So what makes Jean, um, blow?

    He harks back to his earliest experience as a musician. “The first time you play music,” he suggests, “there’s something there that will always be your way of being a musician. The rest is just learning how to do it, how to say it, how to be more accurate each time you play. But even in the ’nest,’ everything is already there.”

    And Derome’s “way” of being a musician? “First of all, I try to approach music with an open mind. I think that music can be many things. I try to be aware of different cultures, different eras, different styles -- and not just as if they’re different clothes that you can wear. I’m always surprised to see that some musicians treat a style of music with disrespect, like a symphony musician who laughs at mariachi musicians, for example. You know, there’s something in the triplet ’swing’ that a mariachi band has that no symphony musician can play.”

    Not to mention the triplet swing of Thelonious Monk -- whose compositional trickery continues to tease and taunt even the wisest of jazz musicians. Derome, however, heard something quite basic when he first encountered the American pianist’s music. “It was really open; there was space for me to learn. It’s like Johann Sebastian Bach’s music: There’s something that’s… well, I wouldn’t say neutral… but there’s not so much dramatic ego -- the way there is in [Charles] Mingus’s music. For a long time I felt you couldn’t play Mingus’s music if you were not Mingus, it was so personal.”

    Rest assured, Derome knows his Bach and he knows his Mingus. Years ago, he studied the classics at the Conservatoire de musique du Québec à Montréal; lately, he has come to terms with Mingus as a member of the Normand Guilbeault Ensemble, which recently released its second CD devoted to the American bassist’s music.

    “In Monk,” Derome continues, “the tunes are like puzzles. There’s always something. It’s like having a rock outside your house and each time you go by, you stub your toe on it; each time you arrive at bar seven, second beat, there’s a strange note. So you have to be very aware. It’s always very exciting to play and it doesn’t let you just show off your technique; you have to think about the pieces and find a specific feeling for each one.”

    In the end, Monk, Bach, Mingus, waltzes, African grooves, free improvisation and mariachi music are all, in Derome’s eyes, simply “different facets of the same diamond.” Accordingly, it’s only right that he should add on his own behalf, “Sometimes maybe I’m a bit of a chameleon and I change, depending on the context. But I think, deeply inside, it’s always the same musician.”

    blogue@press-5603 press@5603
    1 septembre 2005
    Par Marc Chénard in La Scena Musicale #11:1 (Québec), 1 septembre 2005

    Coupure de presse

    blogue@press-3101 press@3101
    12 mai 2005
    Par Alberto Francavilla in Jazz Convention (Italie), 12 mai 2005

    Texte

    Per la rassegna Idillio màgico, organizzata dai musicisti pugliesi Gianni Lenoci e Mario “Jillo” Volpe, in collaborazione con Dream Lab, in scena, alla Taverna del Maltese di Bari, il duo canadese Nous perçons les oreilles (NPLO).

    Gli NPLO, fondatori dell’etichetta Ambiances Magnétiques, sono senza dubbio due tra gli artisti più interessati alla sperimentazione e alla contaminazione di linguaggi nel panorama mondiale. Come ben esplica la breve presentazione che precede il concerto, amano definirsi «due sax, due voci, due gorgogliatori, due satiri, due forze della natura che si dimenano, cinguettano, soffiano, mordono e trasformano la musica in incantazione profana e festa di suoni.»

    Non è una caso che Jean Derome (sax, flauto, voce e “small instruments”) e Joane Hétu (sax e voce) abbiano deciso di essere accompagnati da Gianni Lenoci (tastiere) e Mario “Jillo” Volpe (elettronica, oggetti sonori), che da sempre hanno cercato di smuovere il panorama musicale pugliese con progetti originali e d’avanguardia. Ed infatti il concerto, completamente improvvisato, si articola in pratica in una sola traccia, all’interno della quale, però, è costante il mutamento di suoni e, conseguentemente, la creazione atmosfere diverse.

    Derome e Hétu si confermano nella veste di agitatori, sovvertendo i tradizionali canoni della melodia sonora, grazie all’utilizzo insistito di vocalizzi, ma anche di particolari sonorità ottenute con le labbra e persino con i denti!

    Dal canto loro, Lenoci conferma la sua consolidata fama di pianista versatile e foriero di soluzioni armoniche alternative. Si integra perfettamente con le stravaganze del duo canadese, partecipandovi anzi attivamente con particolari vocalizzi; Jillo assume una funzione quasi di «regista», essendo incaricato alla distorsione di suoni e voci, e partecipando alla costruzione di questo particolare clima con il ricorso a strumenti improvvisati (per es. legnetti, una scodella e persino un tubo!):ancora una volta, quindi, ribadisce il suo caratteristico ruolo di «manipolatore di suoni».

    Risulta chiaro l’intento, peculiare dell’attività di ciascuno dei quattro artisti sul palco, di ricercare nuovi linguaggi sonori, dimostrando che la musica è un elemento intrinseco alla natura, e dunque che si possono creare melodie utilizzando oggetti tipici della nostra vita quotidiana. Inoltre è propria l’intenzione dei NPLO di «suonare il corpo», in modo da esprimere una nuova dimensione della fisicità, che diventa «naturalmente» melodica, anche se in alcuni momenti sfiora l’abrasione uditiva. Non si può comunque negare che la performance risulti molto originale, ed ottiene indubbiamente l’effetto di provocare in taluni punti una sensazione di inquietudine, se non proprio di angoscia. Questa percezione sarebbe forse stata ancora più efficace, se fosse stata accompagnata dalla proiezione di immagini (diapositive o video), che ne avrebbero aumentato il potenziale suggestivo; purtroppo la fusione tra arte sonora e arte visiva (che è una particolarità del duo Lenoci-Volpe, nda) non è stata in questo caso possibile, dato che era la prima volta in assoluto che essi si trovavano ad esibirsi col duo Derome-Hétu, e perlopiù si trattava di un’improvvisazione.

    Per concludere, il concerto è risultato di difficile comprensione per un pubblico che è apparso «improvvisato» e impreparato; d’altronde è questo il rischio di esibirsi in un pub, solitamente ricco di avventori e gente «di passaggio». Ciò ha causato in più momenti un fastidioso brusio che impediva una ascolto accurato, per un’esibizione che aveva bisogno di più attenzione e, quindi, di maggiore silenzio. Rimane innegabile, però, che la Taverna del Maltese risulti ancora una volta tra i locali più attenti, nel panorama barese, nel dare voce a nuove forme artistiche e musicali, promuovendo prodotti ed iniziative che si muovono su terreni nuovi, un fenomeno che è difficile riscontrare da queste parti.

    blogue@press-2821 press@2821
    1 novembre 2004
    Par David Dupont in One Final Note (ÉU), 1 novembre 2004

    Texte

    Edgefest in Ann Arbor, Michigan is an avant-garde jazz Brigadoon. Walking into the Kerrytown Concert House, the same folks are settling into the same seats as they were just over a year ago, and as they have been in the six years I’ve been making the trek up here. And even the leader of the band ready to take the stage was familiar. Guitarist James Emery had been here last year with the String Trio of New York. In fact, Edgehead-in-chief David Lynch likes to present musicians in different formats. This year he presented Emery leading his own quartet featuring ace reedman Marty Ehrlich with the rhythm team of bassist Drew Gress and percussionist Kevin Norton.[…]

    But Thursday I’m ready to make the short six-block walk to the Firefly Club, a cozy nightspot in the heart of Ann Arbor’s downtown. Opening the two-band show was Nous Percons les Oreillles (We Pierce the Ears) featuring Jean Derome and Joane Hétu. Derome’s appearance is an example of how festival producer David Lynch likes to work. In 2002, Derome was at the festival with two different groups. In 2004, he returned with a third aggregation, a duo with his wife. Together they delivered their own brand of urban bohemian folk music. Their sounds seemed rooted in the urbane detritus of a cosmopolitan household. They both sing—she in a powerful, malleable voice and he in a rich, but unaffected voice. They both play saxophone, though on this night the saxophone playing seemed more of an emulsifier than the key ingredient.

    Derome adds a toy chest full of little instruments—toys, whistles, animal calls, which the duo brought together in odd, whimsical combinations. Sometimes their singing seemed to be emanating from a church. Or on one number, Hétu produced gagging sounds as if she had something lodged in her throat. It had the audience on edge, caught in that odd place wondering whether this was to be taken seriously. I smiled, and breathed a sigh of relief when Hétu’s voice suddenly rang free. Following the piece, Derome explained the text. Sure enough, it was about having something caught in the throat. Yet this was more than the reprise of an unfortunate scene one might witness at the dinner table. Even at her most strangled gagging, the overtones in Hétu’s voice resonated.

    "We’re from Montréal", Derome said. "This is the kind of music we do." Not everywhere, he added dryly. "So you can visit." At one point between numbers, the bar’s ice machine clattered—an aberration, the Firefly is very solicitous of performers. "The ice is nice", Hétu commented, thinking I suspect about how it could be integrated into the music. The duo closed its set with a game of avant-garde patty-cake, beating hands together while singing a simple four-bar, nursery-song like phrase. That little melodic nugget stayed lodged in my ear during the break between shows.[…]

    So how did Edgefest 2004 stack up? The festival is always a high point of my year, and this year was no exception. As usual the variety of acts that fell under the cover of the festival’s large umbrella was impressive. I suspect the strongest images I’ll retain from this festival will be Rashied Ali’s torrential drumming, the fine balance of James Emery’s quartet, the out-lyricism of Joe McPhee, and those few fleeting moments of Jenny Scheinman’s Salagaster. Those are the kind of memories that will keep me in anticipation of next year’s festival.

    blogue@press-2676 press@2676
    15 octobre 2004
    Par Will Stewart in The Ann Arbor News (ÉU), 15 octobre 2004

    Texte

    «… “challenging” isn’t a pejorative when it comes to Edgefest — the duo frequently found harmonic plateaus that, while frequently dissonant, had an unmistakable beauty.»

    Avantjazz’s outer edge isn’t only razor sharp; it’s also broad enough to accommodate a range of artists who at once push the envelope of improvisatory music to glorious effect, but also, at times, test the patience of the casual listener’s attention span.[…]

    And the fact that some of these performers are pretty far out there only adds merit to their accomplishments. That a vocalist squealing and grunting in French and slapping her torso in time to her accompanist’s caterwauls on various whistles can come across not only as listenable, but enjoyable and oddly soothing, is a tribute not only to the artists’ abilities but to the patience of an open-eared audience.[…]

    Derome and Hétu performed for an hour, their unique sound occasionally living up to their performance moniker: "We Pierce the Ears." Oddly, for as challenging as their sound was - and "challenging" isn’t a pejorative when it comes to Edgefest - the duo frequently found harmonic plateaus that, while frequently dissonant, had an unmistakable beauty.[…]

    blogue@press-2636 press@2636
    1 mars 2004
    Par Alan Freeman in Audion #49 (RU), 1 mars 2004

    Texte

    «… an extremely varied ride…»

    A case of bad planning, the day we happened to start up Ultima Thule as an official business, I’d already booked to see Keep The Dog at the South Bank in London. That was Monday July 3rd, 1989, and an excellent concert it was too. Keep The Dog then consisted of: René Lussier (guitar), Jean Derome (winds), Zeena Parkins (piano, synth, harp and accordion), Bob Ostertag (sampling keyboard) and Kevin Norton (drums, percussion). The only downside of that concert was the guest appearance of John Zorn, whose mad squawking winds ruined a couple of otherwise excellent numbers. Two years down the line, and we have basically the same international troupe, but with ex-This Heat drummer Charles Hayward instead, and no John Zorn. Recorded at various gigs in Austria, Germany and Italy, it amounts to an extremely varied ride through the musical history of Fred Frith. There’s lots of familiar stuff, done in unfamiliar ways, and as much that’s unique to the Keep The Dog band that has never been released before. This includes a number of improvisations, and lots romping rollicking stuff. It’s a shame really that Keep The Dog never made a studio album, but at least there’s now this document to prove their existence to all those that missed out. I wonder if they’ll ever issue anything from the 1989 version of the band?

    blogue@press-2527 press@2527
    1 septembre 2003
    Par Nicolas Brémaud in Jazzman #94 (France), 1 septembre 2003

    Texte

    «… poignantes et mystérieuses mélopées…»

    À l’opposé du concept d’improvisation simulée cher à André Hodeir, on parlerait volontiers dans ce concert enregistré au Canada, de composition simulée, car la spontanéité et la liberté y semblent toujours guidées par un sens très exigeant du développement collectif, de la nécessité musicale sans lesquelles le free conduit rapidement à une grisaille informe. Un intervalle mélodique, une idée d’articulation, une trouvaille sonore due à quelque acrobatie buccale, sont autant de matériaux élémentaires à partir desquelles les quatre musiciens construisent au fil de l’imagination des édifices aux formes magnifiquement organiques. Cette étonnante faculté d’organisation instantanée vient sans doute en partie d’une fréquentation assidue de la musique contemporaine dont le jeu du flûtiste, saxophoniste alto et compositeur canadien Jean Derome se fait parfois l’écho, déployant une infatigable invention instrumentale et une aisance exceptionnelle dans le maniement de lignes mélodiques complexes, atonales et distendues. Il va sans dire que le batteur Pierre Tanguay, compagnon de longue date, et les invités Louis Sclavis et Bruno Chevillon, ne sont nullement effrayés par ces dangereuses explorations, qu’ils se délectent même de ces chemins escarpés qui les maintiennent perpétuellement sur le qui-vive. Enfin, pour ceux qui suspecteraient quelque aridité, on ne saurait trop recommander d’écouter directement Le Baiser et Jonas, où flûtes et clarinettes étirent de poignantes et mystérieuses mélopées, merveilles qui justifieraient à elles seules notre enthousiasme.

    blogue@press-2296 press@2296
    1 juin 2002
    Par François Couture in All-Music Guide (ÉU), 1 juin 2002

    Texte

    «… in the Ambiances Magnétiques roster it stands as the most popular act abroad.»

    In the mid-’90s, Jean Derome et les Dangereux Zhoms was Montréal saxophonist Jean Derome’s prime project. The group released three albums from 1994 to 1998. Although activities have slowed down, it continues to perform around the world — in the Ambiances Magnétiques roaster it stands as the most popular act abroad.

    1992 was a good year for Jean Derome. He recorded the final (and best) album by his duo Les Granules with René Lussier and the first by his trio Évidence, among many other projects including music for dance and theatre. He was touring like crazy and began to keep a travel diary in which he jotted down musical impressions. It appeared to him that this “road music” screamed for a band of its own. Drawing from all of his activities, he put together Jean Derome et les Dangereux Zhoms (“Jean Derome and the Dangerous Guyz,” to pick up the intentional misspelling in the last word). The group, conceived as a road band just like the music, consists of the avant-garde jazz trio Évidence (Derome, bassist Pierre Cartier and drummer Pierre Tanguay), plus Les Granules (guitarist Lussier), plus two of Derome’s regular sidemen, trombonist Tom Walsh and keyboardist Guillaume Dostaler.

    For this unit Derome penned a repertoire of pieces that blend avant-jazz, avant-rock and free improv, focusing on jazz stylings Évidence derived from Thelonious Monk, the saxophonist’s idiosyncratic contrapuntal writing and the warped stage humor that was the trademark of Les Granules. They gave one hell of a dynamite show. The Dangereux Zhoms began to perform in Montréal and the East Coast. A first CD, Carnets de Voyage (“travel diaries”) was recorded and released in 1994. Navré came out a year later. The group continued to tour extensively, in the US and soon in Europe too. By the end of 1997, tensions between Derome and Lussier had reached new heights and the two parted ways after two decades of close collaboration. The group was put on hiatus and Derome produced a live album from tapes recorded at the Théâtre La Chapelle in Montréal in February 1996. Torticolis was released in 1998 and the three Dangereux Zhoms CDs were packaged together as the box set 1994-96. The chapter was closed… or so it seemed.

    In 1999 Derome reactivated the unit, minus Lussier. Local performances have been sparse and limited to special events (like a two-week Derome residency/retrospective at the same Théâtre La Chapelle in 2000), but the group still performs regularly outside Montréal and has appeared at jazz festivals in Guelph and Vancouver and at the 2001 RingRing festival in the Czech Republic.

    blogue@press-2099 press@2099
    13 mars 2002
    Par Alain Brunet in La Presse (Québec), 13 mars 2002

    Texte

    «… une variété de climats sonores…»

    Chaque été, Jean Derome se paie immanquablement une semaine de canot-camping avec sa tendre moitié, la saxophoniste Joane Hétu. Sacs en bandoulière, le couple prend l’autobus au terminus Voyageur. Les tourtereaux traversent ainsi les Laurentides et descendent au Domaine du parc de La Vérendrye afin d’y louer une embarcation et y vivre un rituel de quelques jours en pleine nature, sans l’intention de se prendre pour l’explorateur dont le fameux parc national porte le nom. «On se remarie chaque année, on signe pour une autre», blague le compositeur et multi-instrumentiste, à la veille d’une nouvelle expédition. Sonore, cette fois: ce soir et demain à la Cinquième Salle de la Place des Arts, 10 instrumentistes-improvisateurs regroupés sous la bannière Super Musique seront conviés aux cinquième et sixième expéditions de Canot-camping.

    «Tout dépend du climat, de la température, de l’humeur des acteurs, explique Jean Derome. C’est donc comme une expédition. En canot-camping, tu es obligé d’inventer sans cesse car tu n’as que peu de moyens pour réagir aux éléments. Tout est toujours sommaire, rien n’est établi. J’y vois beaucoup de rapports avec l’improvisation. «Ce qui est transposé à la musique, ajoute le musicien ce n’est pas tant de reproduire les sons perçus lors des vraies expéditions de canot-camping que les idées qui s’en dégagent -vagues des lacs, courant des rivières, vent, pluie, orages, insectes, etc. Ce qu’on écoute au parc de La Vérendrye n’est, d’ailleurs, pas si riche, c’est pourquoi les pièces improvisées par l’ensemble Super Musique s’avèrent souvent contemplatives.»

    Ce qui n’empêche aucunement une variété de climats sonores, assure l’interviewé. Les 11 improvisateurs réunis autour de Jean Derome (le contrebassiste Normand Guilbeault, la claviériste-échantillonneuse Diane Labrosse, le tromboniste Tom Walsh, la saxophoniste Joane Hétu, on en passe) n’essaient pas de reproduire des sons perceptibles dans les Hautes-Laurentides.

    «Il ne s’agit pas d’une description sonore, tranche Derome. Toutefois, plusieurs idées de mes voyages en canot-camping me servent d’images. Par exemple, il m’arrive de diviser la formations en parties distinctes; dans chaque «canot», un leader émet une consigne visuelle et déclenche une pulsation qui rappelle le coup d’aviron. Cette métaphore est le point de départ d’un travail de pulsation en déphasage - puisque chaque canot a son rythme propre. «Les idées du canot-camping, donc, sont fertiles pour les improvisateurs. En fait, ce n’est pas tant le canot-camping qui m’intéresse, mais faire en sorte que les musiciens soient stimulés et puissent improviser un matériel riche. Tu peux ainsi faire en sorte que leur jeu se modifie à chaque expédition.»

    Encore faut-il distribuer des consignes précises, voire évocatrices. Les Butch Morris, John Zorn et autres Fred Frith ont leurs codes distincts lorsqu’ils mettent en branle ce qu’ils nomment des game pièces, jeux d’improvisation sonore répandus au sein des avant-gardes sonores. Or, puisque les consignes de tels jeux improvisés ne sont pas universelles, chaque leader doit inventer les siennes. Jean Derome y a vu: «Nous nous sommes entendus sur une soixantaine de signes visuels, dont plusieurs s’inspirent du langage des sourds-muets.» Voilà qui ajoute à la dimension visuelle!

    On rappellera que la première expédition sonore avait eu lieu en avril 2000 au Théâtre La Chapelle, Jean Derome y était alors artiste en résidence. Puis l’équipée a pagayé sur les ondes sonores au Festival international de musique actuelle de Victoriaville, une autre fois au Festival de jazz d’Ottawa avant d’enregistrer un disque l’automne dernier à la Société Radio-Canada -lancé tout récemment sur l’étiquette Ambiances Magnétiques. Compte-t-on reproduire cette quatrième expédition? Pas du tout, improvisation oblige. «Les expéditions 5 et 6 seront différentes, de garantir Jean Derome. Tout ce qu’on y conservera, ce sont les préparatifs du voyage… qui sont toujours les mêmes lorsque je me rends avec ma blonde au parc de La Vérendrye. Cette approche musicale, en somme, est aussi vaste que le parc lui-même; à chaque représentation, on en explore un coin, on y effectue un trajet différent.»

    blogue@press-2003 press@2003
    20 mai 2001
    Par Kathleen Lavoie in Le Soleil (Québec), 20 mai 2001

    Texte

    Association magique que celle de Louis Sclavis, Bruno Chevillon, Jean Derome et Pierre Tanguay

    Quatre as. Quatre magiciens. Quatre maîtres-instrumentistes. Leur rencontre ne pouvait qu'être magistrale. En associant les Français Louis Sclavis (clarinette, clarinette basse, saxophone soprano) et Bruno Chevillon (contre-basse) aux Québécois Jean Derome (saxophones, appeaux, voix) et Pierre Tanguay (batterie), le FIMAV a réussi tout un coup de génie, hier!

    Cette formation à géométrie parfaite à livré en première mondiale une performance ahurissante où virtuosité et originalité ont tout simplement sidéré l'assistance du Cinéma Laurier.

    Née dans le sillage du passage de Sclavis au festival en 2000, cette rencontre a dépassé toutes les espérances. D'abord, en raison de cette musique mi-notée mi-improvisée particulièrement inventive, évoquant une faune sonore dense et mystérieuse, que le quatuor a créée au cours des derniers jours, mais aussi à cause de performances en solos et en duos d'une fougue inattendue.

    Bien sûr, la réputation des quatre collaborateurs n'est plus à établir, mais il fallait quand même entendre les envolées synchronisées monumentales des Sclavis et Derome et voir les improvisations très physiques des Tanguay et Chevillon! Quel spectacle!

    Dans ce dernier cas, on ne saurait trop vanter la dextérité du contrebassiste… Cordes fouettées, grattées au pic, instrument frictionné imitant le travail du platiniste, tout y est passé !

    Certainement l'un des moments les plus marquants de ce 18e festival. Et peut-étre même de toute son histoire.

    blogue@press-10049 press@10049
    1 octobre 2000
    Par Luc Bouquet in Écouter voir #106 (France), 1 octobre 2000

    Texte

    Derome, Jean: Un Zhom passionnant

    Figure de proue des musiques de traverse quéhécoises Jean Derome, compositeur, multi-instrumentiste, improvisateur et interpréte s’est acoquiné à nombre d’écoles; classiques, anciennes, baroques, contemporaines, jazz, populaires tout en renouvelant et régénérant le style approché. A l’origine du label Ambiances Magnétiques, le saxophoniste explore avec une délectation rare les inconnus musicaux. Avec Les Dangereux zhoms il convoque l’inattendu, le rebondissement élégant (Jean Derome & Les dangereux Zhoms / AM 901), avec Joane Hétu il racle, torture bec et clés de son saxophone pour en falre sortir un ahurissant festin de sons (Nous perçons les oreilles / AM 054). Inventeur de folklores chimériques, metteur en sons de bandes originales de film (Strand Under The Dark Cloth / AM064) ou de spectacle de danse (La bête / AM 048) Jean Derome crée une architecture musicale parmi les plus surprenantes du moment.

    blogue@press-1573_004 press@1573_004
    13 avril 2000
    Par Catherine Perrey in Ici Montréal (Québec), 13 avril 2000

    Texte

    Ça se présente un peu comme la couverture d’Astérix et Cléopâtre,avec une énumération époustouflante: 26 musiciens, 3 danseurs, 5 lecteurs, 14 projets musicaux, 1 expositions, 1 rencontre, 17 répétions publiques, 2 ateliers et 8 concerts. Ouf! En entrevue Jean Derome et moi nous sommes penchés sur le programme général comme si nous étions en train de consulter une carte géographique, pour nous repérer dans cette jungle luxuriante.«Dans la perspective d’Une exposition de musique, il s’agit de montrer des œuvres qui n’ont pas, entre autres, fait l’objet de disques, et de les présenter dans l’esprit d’une rétrospective, pour voir où elles sont rendues et leur redonner une nouvelle vie.

    Et puis, il y a également les ensembles qui existent déjà, mais qui vont poursuivre leur démarche, précise Derome. C’est une vraie résidense d’artiste; je vais essayer un tas d’affaires pendant deux semaines et j’ai le luxe incroyable d’avoir des musiciens presqu’à temps plein à ma disposition». Et comment! Malgré une discographie comportant 15 enregistrements, Jean Derome ne représentera rien de figé sur ces galetes. Les Dangereux Zhoms, par exemple, son populaire ensemble dédié à l’exploration des œuvres extraites de ses carnets de voyage, travailleront uniquement du matériel inédit pendant quatre répétions publiques- et gratuites- en journée, et présenteront le fruit de leur labeur pendant deux soirs différents. Tout un chacun pourra ainsi assister à la genèse des œuvres. Il y aura également les cinq répétitions publiques et le concert du Grand ensemble canot-camping, un orchestre de 11 musiciens improvisateurs qui constitue la matrice d’une bonne partie des sous-ensembles présentés tout au long de cette folle quinzaine: «Les 11 musiciens sont employés à toutes sortes d’autres tâches. Un lien va se créer entre tous les concerts, comme par exemple, l’dée de nature.»

    L’impro. c’est du sport

    En effet, Derome, qui est également féru de littératures (comme en témoigne son disque Hommage à George Perec), proposera une soirée Littérature et musique où cinq lecteurs accompagnés de cinq improvisateurs déclameront des textes de Ferron, Caneti, Brosse… et dont le thème principal est la nature. D’autres projets sont étonnants, parce que Jean Derome quitte son saxophone et ses appeaux pour se transformer en pianiste, avec Nathalie Derome et en batteur au sein d’un quatuor de tambombours, ce qui est totalement inédit (en public) pour ce travailleur de sax. «Je me domme un concert, je me fais cette confiance-là alors que je joue très mal du piano et que je suis très nerveux. L’idée primordiale, c’est de toujours renverser l’aspect «performatif» et de se laisser la chance de faire des choses», précise le musicien. Quant à l’improvisation, elle est la cheville ouvrière de la vie musicale de Derome (voir le superbe texte sur l’improvisation dans le programme), qui ajoute:«En improvisation libre, il y a une ouverture incroyable à tout ce qui se passe.On se sent à la fois complètement libre de prendre n’importe quelle décision.»Et de conclure: «Pour moi, la musique, c’est la forme supérieure de pensée. C’est incroyable, lorsque quelqu’un me parle, j’entends parfois des réponses en musique. Ça n’arrive parce qu’on senrait vite dans une voie de non-communication!»

    blogue@press-1907 press@1907
    13 avril 2000
    Par Nicolas Tittley in Voir (Québec), 13 avril 2000

    Texte

    Du 11 au 22 avril, les murs du Théâtre La Chapelle vont vibrer au rythme de l’un des musiciens les plus prolifiques de la scène actuelle montréalaise. Durant ces deux semaines, le saxophoniste Jean Derome présentera quatorze projets musicaux différents, et croisera le fer avec pas moins de vingt-six musiciens, parmi lesquels on retrouve les suspects habituels (les Tanguay, Hétu, Labrosse, Guilbeault et autres habitués de l’écurie Ambiances Magnétiques). Outre les concerts à proprement parler, les spectateurs pourront - chose plutôt rare - rencontrer l’artiste, découvrir son penchant pour les arts visuels à l’occasion d’une exposition, et assister à de nombreuses répétitions publiques d’œuvres en développement. Ambitieux et démesuré, cet événement permettra, pour citer l’artiste, de «réaliser des rêves plutôt que de rêver à des réalisations». Un esprit moins aventureux aurait peut-être considéré une telle entreprise comme un véritable suicide, alors qu’un homme plus compétitif aurait pu y voir l’occasion de briser un record Guinness. Jean Derome, lui, l’a fait comme ça, parce qu’on lui en a donné l’occasion. «J’ai déjà joué plusieurs fois au TLC et je ne voyais pas comment je pourrais continuer de susciter l’intérêt simplement en reprenant une série avec les Dangereux Zhoms ou un autre de mes ensembles, explique-t-il. «Je le fais un peu par bravade, mais aussi par jalousie, presque. Les gens de théâtre ou de danse qui jouissent de ce luxe: pouvoir travailler tous ensemble durant un mois sur un show.» La série, intitulée Jean Derome: Une exposition de musique, est exactement le genre d’événement dont Richard Simas, directeur artistique et programmateur visionnaire du Théâtre La Chapelle, raffole. «Ça fait plus de vingt ans qu’on se connaît, Richard et moi. On a fait beaucoup de choses ensemble et, cette année, lorsqu’il m’a offert une carte blanche et qu’il m’a demandé ce que je désirais faire, j’ai tout de suite voulu habiter le théâtre pendant un mois. Je e suis vite rendu compte que c’était un peu trop, mais même à deux semaines, on garde l’idée d’occuper le théâtre d’une façon plus globale qu’on ne le ferait pour une série normale de concerts.» Pour qui connaît un peu l’auteur, adepte de l’Oulipo (il a déjà consacré une œuvre à Perec) et spécialiste de l’interdisciplinarité (lors des deux semaines, on retrouvera de la performance, de la danse, des lectures), Une exposition de musique est un titre qui colle très précisément à la démarche de Derome. D’abord, parce qu’il permet aussitôt quelques dérapages sémantiques. «C’est une exposition de musique, mais aussi une façon d’exposer les musiciens à ma musique, comme on dit "être exposé à des radiations", explique Jean. En même temps, c’est une question qui est (ex)posée au public: Y-a-t-il un intérêt à voir des répétitions et à suivre l’évolution d’un projet?» Il y a aussi, il faut le reconnaître, une certaine ironie dans l’idée de proposer une «exposition» à caractère musical. La musique, surtout lorsqu’elle comporte une grande part d’improvisation, comme ce sera le cas, est un art périssable, fugace. «Ce ne sont pas des tableaux que je peux sortir d’un entrepôt; lorsque je reviens sur des œuvres passées, il faut que je les remonte dans le passé, que je retrouve les instruments qui m’ont servi, que je les remette en état, et que je réapprenne certaines choses…»

    Bien que Derome profite de l’occasion pour revisiter quelques pièces de son répertoire (la plus vieille, Serge accordéoniste, est un solo qui remonte à 1985, et sera accompagnée d’une performance de Nathalie Derome), il ne s’agit pas d’une rétrospective à proprement parler. En fait, l’artiste en mouvement est résolument tourné vers l’avenir. «Dans le fond, je suis très jaloux d’un gars comme Robert Lepage, qui se permet de montrer des work in progress qui coûtent un quart de million, dit en riant le saxophoniste. Plus modestement, j’aimerais seulement dédramatiser l’angoisse du projet inachevé, et offrir aux gens l’accès au processus créatif. Il y a un aspect didactique dans tout ça; je pense que c’est le genre de chose qui pourrait intéresser beaucoup de jeunes musiciens.» C’est exactement ce qui se passera avec Canot-Camping, qui sera présenté en mai au Festival international de musique actuelle de Victoriaville, et qui fera ses premiers pas au TLC. «Avec onze musiciens, c’est le plus gros projet du lot. Les musiciens vont voir les partitions pour la première fois le soir de la répétition; et c’est là qu’on va monter le spectacle.» Il ne s’agit là que d’une infime partie du programme, où se succéderont duos, solos, trios, improvisations, pièces arrangées pour fanfare, j’en passe et des meilleures. Derome est un compositeur et un interprète tellement prolifique qu’il faudrait plusieurs années pour faire le tour de son œuvre. Mais si, d’aventure, il nous prenait l’envie d’assister à tous les événements, découvrirait-on le vrai visage de Jean Derome? «J’espère que ça donnerait l’impression d’une mosaïque qui me ressemble. Mais je ne sais pas s’il y aurait une réponse claire. Au fond, je pense que chaque œuvre d’art est une question.»

    blogue@press-1908 press@1908
    1 février 2000
    Par Luc Bouquet in ImproJazz (France), 1 février 2000

    Texte

    «… l’auditeur sera frappé par la sobre et limpide beauté d’une musique immense d’humanité.»

    Strand — Under The Dark Cloth est la b.o.f. du film de John Walker consacré au photographe et cinéaste underground Paul Strand (1890 — 1976). Signées par le saxophoniste Jean Derome, les dix-huit pièces de ce compact sont le plus souvent les illustrations musicales des photographies de Strand. Comme toujours en pareil cas l’image manque. Informé ou non du contenu, l’auditeur sera happé par la sobre et limpide beauté d’une musique immense d’humanité. Mais l’on aurait aimé goûter à l’œuvre dans son intégralité, car point besoin d’être devin pour deviner que le film de Walter ne sera probablement jamais distribué en France. Reste la musique; captivante, douce, mystérieuse, comme toujours chez Derome.

    blogue@press-1694 press@1694
    9 septembre 1999
    Par David Lewis in Exclaim! (Canada), 9 septembre 1999

    Texte

    «Strand… is one of Derome’s most satisfying projects and confirms why his music deserves wider acclaim.»

    Derome has to number among Canada’s most diverse, entertaining and prolific composers. This film soundtrack features him on flutes, tin whistle, alto saxophone, piano and percussion, as he leads a 12 piece orchestra in a program of 18 miniatures distinguished by their cohesive suite-like flow. The composer’s melodic flair shines as Claude Maheu’s oboe states the lovely theme of Rebecca while timpani (Abstraction), steel drums (Blind Woman) and delicate percussion fills (La Galerie,) show Derome’s rhythmic invention and his mastery of harmonic colour and minimalist detail. Pascale Beaudry’s violin and the wordless vocals of Karen Young add consistent charm and dramatic strength to a project that ranges from the vibrant African vamp of the heavily percussive Ghana (Hope) to the sprightly folk themes of Hébrides (A Song & A Dance). Paul Strand, Under the Dark Cloth is one of Derome’s most satisfying projects and confirms why his music deserves wider acclaim.

    blogue@press-1487 press@1487
    1 juin 1999
    in Octopus (France), 1 juin 1999

    Texte

    «… ses improvisations sont celles d’une avant-gardiste et festive fanfare hissant très haut les couleurs d’un «jazz» canadien…»

    Aprés Navré et Carnets de voyage,Torticolis est le troisième album de Jean Derome et ses Dangereux Zhoms (René Lussier au saxophone et à la guitare, Tom Walsh, etc)enregistré live au Théâtre La Chapelle à Montréal. Fortement rythmées, les cadences infernales de ses improvisations sont celles d’une avant-gardiste et festive fanfare hissant très haut les couleurs d’un «jazz» canadien dont les représentants les plus caractéristiques seraient Joane Hétu, Diane Labrosse, Robert Marcel Lepage et Martin Tétreault.

    blogue@press-1730 press@1730
    1 mars 1999
    Par Frank Rubolino in Cadence #25:3 (ÉU), 1 mars 1999

    Texte

    «The use of voice to complement music has become standard fare with Derome , and he and Hétu use it intelligently…»

    Joane Hétu (alto and voice) and Jean Derome (alto, small instruments, percussion, and wice) appear as a duet on Nous perçons les oreilles (Ambiances magnétiques). This time, the music is the more dominant influence, with the vocals adding color and texture to the fierce alto screams rather than acting as a story-telling device. Hétu again uses scatting vocal utterances in conjunction with the music, but she devotes equal concentration on this set to the alto that she blows with reckless abandon on many of the selections (Nous Perçons / Le Poinçon / Jonquille / Les osselets / Lea / Les oreilles / L’enclume et le marteau / L’étrier / La ouate / Les orteils / Ça va pas). The use of voice to complement music has become standard fare with Derome (he scripted all the text), and he and Hétu use it intelligently on this date as an alternate for additional instrumentation. Their voices interact with their instruments in staccato fashion to provide a diverse sound stage of irregular beat and freedom playing. When the two are in tandem on alto, they play either a cat and mouse sound game or blow intensely in freeform style. The cacophony of the horns melts into screechy vocal outbursts or guttural tones to yield strange but musical results. This recording is unusual but certainly excitinq and original.

    blogue@press-1528 press@1528
    1 mars 1999
    Par Pierre Durr in Revue & Corrigée #39 (France), 1 mars 1999

    Texte

    «une confrontation ludique et presque innocente de saxophones alto, de divers instruments à vents, de percussions, de voix à l’image d’une iconographie enfantine.»

    Justement, c’est le registre qu’a choisi — encore elle — Joane Hétu dans un second opus en compagnie de Jean Derome (par ailleurs compagnon de Castor et compagnie) Nous perçons les oreilles s’inscrit en effet dans la suite logique des récents enregistrements bruitistes de Lussier / Tétreault ou de Labrosse / Mori / Tétreault, avec une approche nettement plus acoustique: ici ni échantillonnages, ni tourne-disques, mais une confrontation ludique et presque innocente de saxophones alto, de divers instruments à vents (appeaux, etc.), de percussions, de voix à l’image d’une iconographie enfantine.

    blogue@press-1529_102 press@1529_102
    21 février 1999
    Par Alain Brunet in La Presse (Québec), 21 février 1999

    Coupure de presse

    blogue@press-10119 press@10119
    20 février 1999
    Par Alain Brunet in La Presse (Québec), 20 février 1999

    Coupure de presse

    blogue@press-10118 press@10118
    1 février 1999
    Par Chris Blackford in The Wire #180 (RU), 1 février 1999

    Texte

    «… a more rough and ready celebration of unusual sound creation.»

    Derome’s duo album with Joane Hétu is also suffused with playful elements, especially Jonquille. In which a list of single words is recited to charming rhythmic effect. Mostly however the duo explores abstract improv. Hétu’s wordless vocals (and occasional,alto sax) rising expressively against Derome’s alto sax and numerous small wind instruments. Use of the latter lends the improvising a refreshing anti-virtuosic feel, where technical polish is abandoned for a more rough and ready celebration of unusual sound creation. L’étrier typifies the physical thrill of extreme sounds in extraordinary juxtapositions. Fans of Phil Minton and Doger Turner’s duo will welcome this equally adventurous Canadian pair with wide open minds.

    blogue@press-1530_103 press@1530_103
    22 octobre 1998
    Par Vincent Collard in Ici Montréal (Québec), 22 octobre 1998

    Texte

    «Ici, on est dans le ludisme pur.»

    Ici, on est dans le ludisme pur. Un duo d’improvisation où la complicité du couple est un sine qua non. Les ressources sonores de la voix, des instruments à vent et de toutes les «gogosses» possibles pouvant produir un son quelconque sont exploitées à outrance, sans compromis. Le plus aigu, le plus grave, le plus fort, le plus doux; tout s’enchaîne dans la spontanéité folle de ces deux enfants qui déconnent, comme sans se rendre compte qu’on les observe. Forcément, tout n’est pas d’un égal intérét. Mais cette façon de faire les choses donne parfois des résultats étonnants…

    blogue@press-1531 press@1531
    15 octobre 1998
    Par Vincent Collard in Ici Montréal (Québec), 15 octobre 1998

    Texte

    «Un beau mélange de maturité et de folie.»

    Déjà un troisième CD pour les Zhoms. Cet album, enregistré live au théâtre La Chapelle, impressionne en premier lieu par la qualité de la prise de son signée Pierre Léger (on n’aurait guère mieux en studio), ensuite par la solidité des musiciens {dont la callaboration remonte à bien plus loin que la naissance du band), qui passent avec une tranquille assurance du jazz le plus sage au bruitisme le plus violent, en passant par tous les rythmes rock, latins, funk ou dixieland. La construction des pièces est savante, ce qui n’empêche pas les solos d’être complètement éclatés. Un beau mélange de maturité et de folie.

    blogue@press-1739 press@1739
    14 septembre 1998
    Par Andrew Magilow in Splendid E-Zine (ÉU), 14 septembre 1998

    Texte

    «… tightly-wound tracks that are strict in arrangement yet mathematically complex, ranging in style from sultry jazz to circus music to mod-sounding surf music.»

    If authenticity is your main attraction to revivalist music, Jean Derome and company should be right up your alley. On this stunning 43-track CD, Derome leads the way through two compositions that are subdivided into smaller pieces. The first 26 tracks, recorded in 1994, pay homage to the Oulipian Georges Pérec. In a true Oulipian approach, Derome produces tightly-wound tracks that are strict in arrangement yet mathematically complex, ranging in style from sultry jazz to circus music to mod-sounding surf music. There are even a few sprinklings of Monk emanating from some of the tunes, and the disc will be easily accessible to swing-band fans yet still eccentric enough to entice those searching for musical peculiarity. The second half of the CD, entitled Tu r’luttes, shows the more improvisational side of Derome and crew, as a chaotic, free jazz strain runs through the tracks. Think Zorn’s extremism without his aural ferocity. With many of your favourite Ambiances Magnetiques artists in tow, including Pierre Tanguay, René Lussier and Frank Lozano, Derome proves his amazing compositional ability while showcasing the outrageously overlooked Canadian talent that’s available. We’ve said it before, but if you haven’t checked out the Canadian experimental scene, you’re missing out on some awesome musical energy.

    blogue@press-1876 press@1876
    1 juin 1998
    Par Spike Taylor in Musicworks #71 (Canada), 1 juin 1998

    Texte

    Over the past fifteen years or so, Montréal composer and improvisor Jean Derome has built a body of work that expresses a singular musical vision that pushes out in many directions—for small, mid-sized, and large ensembles; for theatre, film, dance, and any other manner of collaboration. Derome is game for all of them. Two recent releases on the excellent cooperative label Ambiances magnétiques, features headfuls of musical ideas for three very different groups under similarly diverse circumstances. That is to say, there is unity to the entirety of Derome’s projects, but they are madly each their own and beautifully so. Je me souviens is not so much a large-ensemble work as one for big band. Thirteen players have a ball playing through a cycle of Derome’s knock-offs of swing, doo-wop, and big-band jazz, all laced with a characteristic sense of humour—note the front line of Martin Tétreault’s scatting turntable and a section for three jews-harps. This work is dedicated to the memory of French experimental writer Georges Pérec, whose comically enigmatic inventions on the page are well remembered by the composer and arranger with a sympathetically inventive will to swing. Listen to Je me souviens, read Pérec, and invent your own from there. There is an additional bonus band appended to the big band on this disc, namely a sextet of Québec improvisors playing up their differences against a Belgian side in what is called “17 jeux variés pour 12 improvisateurs”. There are furious moments of creation captured in moments of intense—and again, very humourous—sound effecting. The tunes are live collaborations, but evoke the image of a tape splicing bender from a bottomless source. They do this music boldly and all game for the game. La Bête—The Beast Within is original music commissioned from Jean Derome by the Montréal dance company O Vertigo. It’s a more careful work than Pérec hommage. More impressive, too, I think, in the way that it stands back from the focus of the project (the choreography, as opposed to the memory of Pérec or seventeen games) as a mature and highly original major work. It is no less chaotic than the other, yet Derome handles the content (I have not seen the O Vertigo production) with an openness and intensity that is a dance itself. Nine musicians are enlisted for La Bête, among them René Lussier, Diane Labrosse, Pierre Tanguay, and extra-specially Joane Hétu, doing vocal acrobatics. She tears into the centre of the action here amid textures of reeds, flutes, and piano, and holds the centre as lead instrumentalist—no lyrics, just new ideas pouring out of them all from Derome on down. I recommend this disc highly, and though you’ll wish you had been able to take in the entire experience of La Bête—The Beast Within, the CD stands with Jean Derome’s best works of any size.

    blogue@press-1003_001 press@1003_001
    23 avril 1998
    Par Alain Brunet in La Presse (Québec), 23 avril 1998

    Texte

    Sur papier, Bar Kokhba était le plat de résistance du 18e FIMAV. La prédiction s’est avérée juste. Une foule vibrante et considérable venue à la renconire du plus influent des compositeurs de la musique actuelle un alignement d’étoiles au servicé du Ieader, une livraison aussi virtuose qu’intense.

    Présenté hier après-midi au Colisé des Bois-Francs, ce fin mélange de musiques traditionnelles juives, de patrons rythmiques latins, de jazz manouche ou même de surf rock (mais si !) est en quelque sorte le volet «musique de chambre» de l’univers John Zorn. À trois reprises au Québec, le musicien avait livré la version jazz de cette approche ouvertement sémite (Masada) il nous fallait Bar Kokhba pour compléter le portrait.

    Installé à,notre droite, encore affublé de sa tenue de combat, John Zorn ne jouait pis de sax -ce qu’il a fait plus lard dans la soirée avec les compères Laswell, Lombardo et Frith.Dans le cadre de Bar Kokhba, il se contentait de diriger balancait les consignes orchestrales, ordonnait les solos ici et maintenait. En-cela, sa direction différait fondamentalement de celles auxquelles sont habitués les mélomanes de musique classique.

    Au plan collectif comme au plan individuel, les consignes élaient parfaitement saisies, magnifiquement exécutées. On aura eu droit à de fabuleux échanges entre les cordes acoustiques (le violoniste Mark Feldman, le violoncelliste; Erik Friedlander, le contrebassisie Greg Cohell), à de surprenantes tirades du guitariste Marc Ribot, au merveilleux soutien rythmiquc du batteur Joey Baron ainsi que du percussionniste Cyro Baptista.

    On ne dira pas autant de bien du «plus gigantesque», des projets de Dave Douglas, pour reprendre le superlatif de Michel Levasseur, directeur artistique du FIMAV. Conçu pour neuf musiciens, Witness associait le talent de compositeur du fameux trompetiste à ses préoccupations sociales, notamment à l’histoire de plusieurs artistes victimes de répression politique aux quatre coins du monde. Noble projet, il va sans dire, mais…

    Au sortir de ce concert livré samedi soir au Colisée devant un auditoire enthousiaste d’entrée de jeu, gonflé à bloc par les récents disques de Dave Douglas (excellents pour la plupart), plusieurs mélomanes étaient restés sur leur appétit. Trop de mesures aléatoires, trop d’impros anguleuses, trop de bruitisme mal orienté, trop peu d’écriture serrée pour tant de virtuoses—Mark Feldman, Erik Friedlander, Chris Speed, etc. L’équilibre entre les structures et l’improvisation libre n’etait pas toujours évident, la cohésion ne semblail pas parfaite, on sentait le caractère inachevé de l’œuvre somme toute, pas du toul gigantesque. Dommage…

    Ce n’est pas la première fois, remarquez, que la direction artistique du FIMAV mise sur des projets d’envergure qui décoivent une fois concrétisés sur scène —rappelons entre autres le plus ou moins bide signé David Thomas, I’an dernier.

    L’improvisation, il ne faut jamais l’oublier, laisse planer le doute de rencontres avortées. Dimanche, Kim Gordon (membre de Sonic Youth et compagne de Thurston Moore), Ikue Mori, Jim O’Rourque et DJ Olive ont servi aux festivaliers une perfommance paresseuse, molle, vide de substance. Les mots psalmodiés indolemment par Mme Gordon se fondaient dans une épaisse sauce d’échantillonnages numériques, de textures acidulées et de rythmes quelconques. Mauvaise poutine, pour reprendre une image culinaire chère aux BoisFrancs.

    Heureusement, il arrive que des rencontres de musique improvisée s’avèrent parfaitement concluantes. Comme celle de samedi au Cinéma Laurier à notre droite, le Français Louis Sclavis, illustre clarinettiste, saxophoniste et compositeur reconnue sur toute l’Europe. A notre gauche, Jean Derome, flûtiste, saxophonisie et grand compositeur de musique actuelle, un des plus brillants au Québec. Lorsque deux compositeurs fournissent chacun un de Ieurs plus valeureux collaborateurs (le batteur Pierre Tanguay du côté de Derome, le contrebassiste Bruno Chevillon du côté de Sclavis), lorsque leur génie compositionnel les conduit à soumettre des thèmes d’envergure, lorsque quatre improvisateurs de premier plan affichent la grande forme et se montrent prêts à échanger virilemenl et transgresser leurs propres règles (distorsion de la contrebasse, notammenl), nous avons droit à un grand concert de musique actuelle.

    Quoi qu’en pensent Ies spécialisles de jazz contemporain pour la presse spécialisée, encore nombreux el vieillissant à Victo cette année (voire recluse dans ses chapelles), le méta-métal de Fantômas avait sa place au programme. Voilà qui ouvre les horizons des 950 metalheads qui out paquelé Ia place en toute connaissance de cause;c’est qu’ils ont manifesté une écoute attentive malgré le caractère expérimenlal du concept imaginé par Mike Patton. Pour l’ex-Faith No More, c’était la meilleure performance FIMAV, Ie dhapteur et ses collègues ont brillamment déconstruit, déchiqueté et reconstruit les clichés du métal… sans en perdre l’esprit. Les fans de métal semblaient s’y retrouver, manifestaienl un plaisir évident à se frotter à ctte avant-garde taillée à leur mesure.

    Parmi les autres faits saillants du 18e FIMAV, on retiendra la limpidité du message d’Otomo Yoshihide. Dimanche aprés-midi, on aurait pu rendre le même verdict qu’au sortir du concert de Poire_Z c’est-à-dire une superposition de sediments sonores, recherche de textures concues à partir de fûtés concepts cybernétiques, concept néanmoins vieillot.Il n’en fut rien.

    Pendant l’heure de celle véritable odyssée du calme, nous avons senti le Japon ancien, celui du présent et celui de l’avenir. Le sho (instrument à vent traditionel) se mêlait avantageusement aux fréquences et échantillons électroniques tricotés sur place. Même la guitare électrique sonnait comme un instrument ancien. On étail parti du point A pour aboutir au point B, reposé, ravi.

    blogue@press-10050 press@10050
    19 mars 1998
    Par François Tousignant in Le Devoir (Québec), 19 mars 1998

    Texte

    «… des musiciens genéreux donnent réalité à cet art mystérieux qu’est la musique, offrent leur amour profond des idées neuves et du son.»

    Loin, loin, trés loin des hauts endroits où l’on étudie des choses qu’on aime limiter à un état cadavérique pour s’emparer d’elles comme objet loin. Loin, très loin de ceux qui savent, il existe un jardin enchanté et secret, pas toujours raffiné ou très beau, mais où la musique vit celui de ceux qui la font. En cet enclos particulier, des musiciens genéreux donnent réalité à cet art mystérieux qu’est la musique, offrent leur amour profond des idées neuves et du son.

    Le premier spectacle de Nous perçons les oreilles, sorte d’édition-festival de fin d’hiver des «actualistes» montréalais, s’est révélé un franc succès. Il est malaisé de tenter de rendre justice à ce qui s’est passé mardi soir, à la Maison de la culture Plateau Mont-Royal; tout au plus peut-on essayer d’en témoigner.

    La modernité revient!, enfin!, et de la plus belle manière. Loin des circuits savants (et fermés), l’héritage des Cage, Kagel, Berio reste bien vivant et fertile. Il fallait entendre la première «improvisation» de Jean Derome et Joane Hétu pour comprendre ce qu’est la musique vivante, celle qui s’imagine avec des petits riens, qu’on invente sans jamais l’apprendre parce qu’on l’a prise à bras-le-corps avec amour et passion.

    Sur le fil tenu de l’instant fugace qui jamais ne reviendra s’élève un torse magnifique qui tire tout son pouvoir expressif de ses fulgurances géniales et de ses faiblesses décevantes. Au crépuscule d’un art encroûté dans l’académie se dressent les turions d’une nouvelle forme provocante et revendicatrice par sa simple existence: jouer de la musique. Dans ces constructions sonores de Jean Derome résonne le plus bel écho soixante-huitard: l’imagination au pouvoir!

    Terrains et émotions vierges, voilà ce qu’on entend. Magie de la poésie et du sens renouvelés. Impossible d’analyser cela de l’épingler pour objet d’étude. Il faut y être, se soumettre à ses méandres, oser se tromper — ou triompher — en direct. Derome remporte la palme, dominant sa matière magistralement. Sa compagne reste plus en retrait. Elle essaie trop de le rejoindre plutôt que de se laisser aller.

    Au risque de passer pour snob, je trouve qu’il manque encore un peu de verni, voire de respect (Derome par moment, semble maladroit avec ce statut d’artiste qu’il invente — plus de fierté de votre part, s’il vous plait, vous y avez droit!) envers l’acte qui se pulvérise en son. La présence du magnifique texte de Sylvie Massicotte (efficacement lu par l’auteure) a prouvé que la prestation musicale doit aspirer à un «niveau» plus responsable, ce qui veut dire qui n’a plus honte d’être ce qu’il est. Derome et Hétu méritent mieux que ce qui leur est généralement reconnu, ne serait-ce que pour les vertiges du cœur qui, tout à coup, emplissent nos oreilles.

    Cette première soirée dialoguait avec le cinéma. L’idée est naïvement mignonne. MacLaren a déjà fait cent fois mieux et le processus est stérile. On sourit à la tentative, sans plus. Mercredi, nos acolytes se colletteront avec la danse puis, ce soir, entre eux. Ce dernier spectacle musique-musique sera repris vendredi à la Maison de la culture Villlerav/Saint-Michel/Parc-Extension. À prendre un risque, vous serez peut-étre déçu, mais vous serez peut-étre aussi complétement ébloui.

    blogue@press-1532 press@1532
    12 mars 1998
    Par Michael D Hogan in Ici Montréal #1:25 (Québec), 12 mars 1998

    Texte

    «On peut faire confiance à Hétu et Derome, férus de musique improvisée depuis plus de vingt ans, pour bien s’entourer et s’organiser pour se faire entendre.»

    Les saxophonistes Joane Hétu et Jean Derome, complices dans la vie comme en musique, présentent une série de quatre concerts en deux parties, pour lesquels ils ont invité des artistes de différentes disciplines à improviser, par paires, en leur compagnie. «Méme si c’est un spectacle qu’on ne présente pas souvent, c’est un projet très vivant pour nous, raconte la musicienne. Ce n’est pas quelque chose qui est dans l’agenda. Nous sommes conjoints dans la vie et on se retrouve parfois le soir, quand les enfants sont couchés, pour improviser et composer. A la diffêrence de Castor et compagnie[son dernier CD], où l’on retrouve mes musiques et mes textes, ici, le résultat se développe à la faveur de notre rapport. C’est une façon de travailler qui me permet beaucoup de liberté et qui suppose énormément de complicité. Nous perçons les oreilles, ce sont des chansons très courtes, naïves et humoristiques. accompagnées de musiques bruitistes radicales. Ça porte bien son nom.»

    Chaque soir, un autre duo se joindra aux musiciens en deuxième partie. Pierre Hébert et Sylvie Massicotte, dans une rencontre musique-cinéma-littérature, ont déjà travailié ensemble et avec Derome. Louise Bédard et Andrew de L. Harwood sont rompus à l’improvisation en danse. De leur côté, Danielle P. Roger et Pierre Tanguay sont deux percussionnistes bien connus de la scène de la musique actuelle. «Nous trouvions intéressante l’idée de réunir différentes disciplines artistiques pour montrer comment elles peuvent influer l’une sur l’autre. Par exemple, la musique ne sera pas reçue de la méme façon si elle est mise en rapport avec la danse ou l’image cinématographique. On pourrait dire que le duo de saxophones reste le pilier du spectacle, mais qu’il prend un éclairage dffférent chaque soir. Tout dépend du rapport qui s’installera avec les autres. L’improvisation, qu’elle soit musicale ou multimédia, reste un art de la conversation, Chacun doit être à l’écoute des autres et ne pas avoir d’idées préconçues. Sinon, on prend le champ dès le départ.»

    On peut faire confiance à Hétu et Derome, férus de musique improvisée depuis plus de vingt ans, pour bien s’entourer et s’organiser pour se faire entendre. A preuve, cette série de concerts est le prélude à la sortie d’un album, et le premier de trois événements qu’organisent cette année Les Productions Super Mémé, la boïte qui met en scène les musiques audacieuses à Montréal.

    blogue@press-1533 press@1533
    12 mars 1998
    Par Nicolas Tittley in Voir (Québec), 12 mars 1998

    Texte

    Joane Hétu et Jean Derome seraient-ils échangistes? À en juger par la série de rencontres organisée par le couple d’actualistes montréalais — sous le nom de groupe, Nous perçons les oreilles -, on pourrait bien le croire. Trois soirs durant, les deux musiciens multiplieront les échanges à quatre sur la scène de la maison de la culture du Plateau Mont-Royal, et confronteront leurs méthodes d’improvisation à celles d’artistes issus de disciplines différentes. Arméss de leurs saxos, de leur voix et de la fameuse collection de flûtes et d’apppeaux en tous genres de Jean Derome, les deux artistes de musique actuelle livreront chaque soir le fruit de leur collaboration intime d’être rejoints sur scène par des tandems de cinéastes, d’écrivains, de danseurs et bien sûr de musiciens. «On voulait travailler avec l’idée de couple et, chaque soir, on va collaborer avec un homme et une femme explique Joane. Le premier soir est consacré à la littérature et au cinéma avec les textes de Sylvie Massicotte et les grattages de pellicule en direct dc Pierre Hébert. Dans le deuxième, on aborde la danse avec Louise Bédard et Andrew Harwood; et le troisième est une rencontre entre nos deux sax et deux percussionnistes Danielle P. Roger et Pierre Tanguay.»

    Comme les deux membres du couple sont constamment occupés par des projets divers Nous perçons les oreilles n’a donné que quelques rares performances underground jusqu’à présent mais il s’agit d’un projet en constante évolution auquel Hétu et Derome semblent consacrer beaucoup d’énergie. «C’est quelque chose qui est assez facile à garder vivant du fait qu’on habite ensemble», explique Joane. «Ça se fait spontanément le soir quand les enfants sont couchés; on se met à faire de la musique ensemble.»

    Leurs échanges se font généralement sur le terrain de l’improvisation musicale mais Joane a aussi un fort penchant pour la chanson comme elle l’a démontré brillamment avec l’un de ses autres groupes (Castor et compagnie). Elle s’empresse toutefois de piéciser que les deux formations fonctionnent de façon complètement différente. «Castor est vraiment un groupe de chanson alors que Nous perçons les oreilles est un ensemble musical dans lequel on retrouve des chansons nuance-t-elle. Dans Nous perçons les oreilles les textes sont surtout choisis en fonction de leur musicalité parfois, il s’agit de simples listes d’objets de tous les jours.» Quant à la musique elle semble suivre des voies plus imprévisibles mais la complicité entre les deux artistes/amoureux est telle que l’improvisation semble couler de source. «Il v a deux plans distincts dans ce groupe» poursuit Derome. «D’un côté on développe un répertoire de chansons écrites et de l’autre on expérimente en improvisation avec toutes les combinaisons imaginables entre nos instruments que ce soit à deux voix, une voix et un sax, deux sax et toutes les possibilités que nous permettent les flûtes et les appeaux. Ce qui est intéressant, c’est le contraste entre les chansons — qui sont à la fois complètement absurdes et très proches du quotidien — et les improvisations qui sont plus près du côté hard de la musique actuelle»

    Même si Hétu et Derome se proposent d’explorer à fond les deux pôles de Nous perçons les oreilles au cours de leurs spectacles ils ont choisi la voie instrumentale pour leur premier album qui devrait paraitre sous peu chez Ambiances Magnétiques. Mais comme tout semble arriver par paires chez ces deux-là on aura aussi droit à un disque mettant l’accent sur la version chantée avant longtemps.

    blogue@press-1796 press@1796
    8 novembre 1997
    Par Alain Brunet in La Presse (Québec), 8 novembre 1997

    Texte

    On les voit partout. Sur les petites scènes des musiques insituabies, Derome et Lussier sont omniprésents par les temps qui courent. La communauté des improvisaleurs-compositeurs iconoclastes est pourtant restreinte à Montréal, mais elle lance pourtant disque par dessus disque, elle s’immisce progressivement sur la scène internationale. offrant un produit vraisemblablement concurrentiel a toute tentative nord-americaine ou européenne du méme genre. Le dernier chapitre? Le retour des Granules!

    À l’intérieur de la pochette de ce douzieme produit Ambiiances Magnétiques (en moins de quatre ans; voilà ce qu’on appelle un label indépendant tout à fait dynamique!), il y a un texte qui décortique avec talent les proprietés du sable (signé Jacques Brosse. tiré de son livre intitule L’ordre des-choses). Le sable. pour faire le lien avec le concept de granules, les granules pour parler de ces petites particules qui s’immiscent dans la grande mécanique, la grande mécanique pour parler evidemment de l’ordre en place dans le monde musical.

    Bienfaisantes ou malfaisantes granules? À vous de choisir. Le lien devient évident: peu de moyens pour bousculer l’ordre sonore, mais quelques granules qui foutent le bordel dans le conformisme musical. Derome et Lussier y chantent même des textes qui font état de leurs visions du monde. Visions pour le moins critiques, qui ramènent la perspective d’un chant engagé. Démodé? Alors U2 est démode, Springsteen, Sting, Anne Clark, Rivard le sont aussi.

    Au lancement du disque mardi dernier, j’ai pu voir un échantillon significatif de ce que Derome et Lussier peuvent faire valoir en direct. en temps reel. Percussions et guitare pour Lussier, saxophone, flûte et claviers pour Derome, chant et multiples cossins supplémentaires pour les deux. Des multi-instrumentistes qui reproduisent une bonne portion de ce qu’on peut entendre sur disque.

    Surprenant. car Le retour des granules est foncièrement un travail de studio, où les pistes d’instruments se superposent intelligemment. Un disque où la recherche des rythmes, des textures et des orchestrations s’avère tres dense. Pour le moins unique. Les cris se mélent aux lampées d’instruments à vent des synthés et de la guitare. Les montages électroacoustiques surgissent, virevoltent au gré de textes parfois ironiques. parfois corrosifs.

    «Le problème qui se pose. c’est de jouer en temps réel ce qu’on a révé en studio. On se ramasse les deux dans le local et on essaie de reconstituer ce qu’on a réalisé en 24 pistes», de souligner Jean Derome, pour qui ce travail devient celui d’hommes-orchestres. Et René Lussier de renchérir: «On est des hommes-orchestres qui ne fonctionnent pas foncièrement par les mémoires de l’instrumentation électronique mais bien à la mitaine. C’est plus mécanique que synthètique». «Pour reproduire vraiment le disque sur scène, ça prendrait 15 musiciens, 4 flûtes, 5 saxes, etc. Mais la somme d’énergie que ça represente pour le peu de diffusion et le peu de possibilités de jouer dans ce cadre, c’est infaisable pour le moment. Ce que certains musiciens plus connus peuvent faire, on ne peut encore le faire, car notre marché n’est pas encore suffisamment développé», rajoute Derome, qui aimerait évidemment se permettre les possibilités du faste orchestral. Mais le concept d’un duo carrément orchestral, compact, serré, semble aussi seduisant.

    Voilà donc le volume 2 de cette collaboration des plus fructueuses, dont le premier volet est paru l’an dernier, intitulé Soyez vigilants, restez vivants. Voilà d’excellentes Granules, mon disque favori sur Ambiances magnétiques.

    blogue@press-1453 press@1453
    1 septembre 1997
    Par Pierre Durr in Revue & Corrigée #33 (France), 1 septembre 1997

    Texte

    Déjà l’intitulé est clair. Et que rajouter aux indications du livret/dépliant? Tout y est dit: une sélection d’une soixantaine de «souvenirs» musicaux de Georges Perec, résumés en 26 tableaux, dont on nous indique à la fois la dédicace, le modèle/pastiche, les procédés, et même les lectures qui s’y rapportent. Mais vous n’avez pas tous, sous les yeux, ces indications. Disons alors que cette suite dédiée à Georges Perec reflète son environnement musical, fait d’ambiance de baloches, de musique de cirque, d’orchestre de jazz et de trompette bouchée, de St Germain et de rive gauche des années 50 et des années 60 débutantes, époque pleine de dérision insouciante, époque d’une aprés-guerre en pleine renaissance où l’optimisme affiché dissimulait avec plus ou moins de réussite des interrogations plus existentielles.

    Jean Derome, dont nous connaissions déjà les qualités d’arrangeur pour une grande formation (Confiture de Gagaku Victo 05) fait montre ici de toute sa finesse et de son propre sens de l’humour, par ailleurs des plus communicatifs.

    De facture plus actuelle, les "17 jeux varies pour 12 improvisateurs" (les six Québécois de l’Ensemble Flammeches, et les six Belges de l’EnsemWe White Wine Dark Grapes) de Tur’luttes faits de collages, bruitages, et rappelant quelque peu certains procedés utilisés par John Zom, participent cependant du même esprit, non sans une référence (volontaire?) à un dessinateur-humoriste français, Gotlib ("pervers pépére").

    Au final, un certain esprit français, des Québécois, des Belges… Jean Derome a bien mérité de la francophonie!

    blogue@press-1448 press@1448
    7 novembre 1987
    Par Serge Truffaut in Le Devoir (Québec), 7 novembre 1987

    Texte

    «Voici un album plein de sensibilité et de révolte, de clins d’oeils et de sourires.»

    Avant de se mettre entre parenthèses, Jack Kerouac a usé sa vie à formuler des idées qui, n’en déplaisent aux comptables ringards de la «Culture Mossieu», possédaient la fabuleuse vertu de la lucidité.

    Parmi ses bons mots, on se doit de retenir cette dédicace d’un de ses poèmes ou romans: «Pour les gens qui savent mais se taisent». Pour les hommes et les femmes, ou vice-versa, qui demeurent silencieux par refus de s’impliquer dans le jeu nauséabond de l’imbécilité.

    Affirmons-le tout net, l’album intitulé Le retour des granules de Jean Derome et René Lussier s’adresse aux gens qui ne sont pas dupes de ce petit jeu. Peut-être faut-il préciser que ce 33-tours est la suite de Soyez vigilants paru il y a plus d’un an sur l’étiquette Ambiances magnétiques.

    Lorsqu’une production musicale est habillée avec un certain souci d’integrité et de surprise, comme c’est ici le cas, la critique, par convention ou par paresse, se contente généralement des poncifs du style «voici une musique engagée». On se livre mécaniquement à la dissection en utilisant les lieux communs les plus commodes et on se retrouve gros-jean comme devant à allonger des phrases qui n’ont plus de sève.

    Plutôt que de se contenter d’expressions cuisinées dans les fours micro-ondes de la facilité, on se doit de parler ici de musique qui, tout simplement, n’est pas indifférente à ce qu’il est convenu d’appeller le monde.

    Voici un album plein de sensibilité et de révolte, de clins d’oeils et de sourires. Voici un album qui possède méme la qualité de ses défauts. Voici un album où, c’est devenu tellement rare, des artistes prennent des risques.

    Au moment où l’on nous casse les pieds avec le groupe Uzeb qui a décidé de produire sa musique pubère à trois au lieu de quatre, au moment où les actions et autres obligations expriment leur «RÉA le bol» boursier, Le retour des granules, en dosant avec bonheur mille et un ingrédients frappe juste.

    A bien des égards. le disque de Derome et Lussier fait état d’une démarche analogue à celle de l’Art Ensemble of Chicago ou de Don Cherry. Comme ces merveilleux iconoclastes, nos deux compères tissent une toile avec tous les styles qui se rattachent à cet arbre dont les branches ont été sculptées par Duke Ellington et les musiques ethniques, par Nino Rotta et les fanfares, par Fred Frith et les instruments les plus hétéroclites. Et-par… le blues, «nom de Diou»!

    Ceux qui ont suivi ces deux musiciens vont trouver cela bien étrange, ce lien avec le blues. S’il est vrai qu’on n’entend pas de ces rythmes célébrés par Muddy Waters ou Willie Dixon, il reste que le blues compris comme regard sensible sur les autres est présent.

    La pièce-titre de l’album, soit Le retour des granules, «est un hommage à la cendre, au sable, à la poussière, à la «rippe», à la poudre, au pollen, aux miettes». Les instruments? Flûtes, cendriers, clarinette basse, bongos, eau qui bouille, et synthétiseur qualifié de désuet. Sur Nombril/fusil. Derome hurle qu’il lui faut de la fibre, qu’il a des entrailles et que son corps est rendu tout digital. Nombril/fusil pourrait fort bien constituer une satire exemplaire de ce narcissisme physique béatement entretenu par des cohortes de moutons de… Selon le mot de Derome, cette composition est un hommage (sic) aux existentialistes.

    On trouve même un Gloire au seigneur où il est dit «Gloire au seigneur, méme sous la mitraille. Allons-y car nous sommes de taille. Allons-y. Délogeons ces canailles. Pour la liberté» On l’aura compris, il s’agit-là d’une satire de «cette confusion que l’on crée-parfois entre politique et religion». Nombril/fusil Si d’aventure vous êtes de ces gens qui savent mais se taisent, alors procurez-vous vite, très vite cet album qui a tout pour réconforter nos petits neurones plus que fatigués par le concert d’hypocrisie auquel on assiste depuis une semaine… Deux disquairés seulement proposent cet album, soit le Va-et-vient sur Mont-Roval, et Obliques sur Rivard.

    blogue@press-1455 press@1455
    11 septembre 1987
    Par Charles Guilbert in Voir (Québec), 11 septembre 1987

    Texte

    «Ensemble, Derome et Lussier concoctent une musique bigarrée où se bousculent le rock psychédélique, le jazz, la musiqne contemporaine, l’improvisation et le folklore.»

    Avec Le retour des granules, Derome et Lussier triturent la musique… un duo à voir, avant qu’il ne se propulse en orbite.

    Tumulte musical en vue: deux hommes-orchestre se rencontrent sur disque et sur scène! Il s’agit de Jean Derome et René Lussier, deux audacieux musiciens qui travaillent côte à côte et fouillent la musique comme une terre sans fond depuis presque dix ans… Le premier a fait ses débuts avec Nébu; le second avec Conventum. Ils ont formé des dizaines de trios, de quatuors, de quintettes et autres commandos, fait des centaines de spectacles et produit quelques disques.

    Ensemble, Derome et Lussier concoctent une musique bigarrée où se bousculent le rock psychédélique, le jazz, la musiqne contemporaine, l’improvisation et le folklore. En 86, ils lançaient leur premier vinyle ensemble: Soyez vigilants, restez vivants! -(un très beau disque!).

    Aujourd’hui, c’est à grands coups de saxos, flûtes traversières, claviers, jouets, appeaux, bandes sonores, batterie électronique, voix et gimbarde -pour Derome-, et de guitare électrique, basse, percussions, voix et "plaque de gigueux électrifiée" - pour Lussier-, qu’ils plongent dans Le Retour Des Granules.

    C’est le titre de leur nouveau spectacle et de leur projet. Un titre qui indique une façon toute particulière de faire de la musique: en regardant des éléments microscopiques à la loupe, en écoutant Ies plus petits bruits au cornet et en Ies assemblant pour créer de véritables toiles d’araignée musicales. «Notre travail en studio est en train dc changer complétement notre manière de jouer de la musique, confie Jean Derome.

    On joue maintenant plusieurs instruments, plusieurs pistes à la fois. On s’est habitué à entendre notre musique mêlée à toutes sortes de fonds sonores. On a donc décidé d’intégrer dans notre musique des sons qui la situent dans différents contextes».

    Le résultat est étonnant! Les ambiances sonores se succèdent à une vitesse folle et provoquent une multitude d’émotions. On dirait une musique déchiquetée, triturée, émiettée. En spetacle, Ies musiciens sont innondés, entourés d’une panoplie d’instruments. «Il faut retrouver le sens du spectacle. On oublie de plus en plus les arts de la scène pour les remplacer par Ia vidéo, le cinéma, le disque. On perd le sens des vraies personnes». Peut-être est-ce parce que les spectacles sont dceenus trop prévisibles et les artistes prisonniers de l’image qu’on fait d’eux… Ce n’est pas le cas de Derome-Lussier! Ils n’essaicront pas, en show, de jouer exactement "comme sur disque", et laisseront beaucoup de place à l’improvisation.

    On prend un vif plaisir voir ces musiciens utiliser leur instruments tantôt avec une virtuosité presque classique, tantôt en les trafquant de façon iconoclaste. Avec eux, tous les bruits peuvent devenir un événement.

    blogue@press-1456 press@1456

    Autres textes dans

    • Voir (Québec), 9 février 2015
      «… Jean Derome soulignera son 60e anniversaire et lancera l’Année Jean Derome…»
    • L’Union (Canada), 17 mai 2000
    • The Globe and Mail (Canada), 18 avril 2000
    • Montréal Campus (Québec), 21 octobre 1998
      «chaque pièce recèle un monde à découvrir, une histoire à inventer. Du cinéma pour les oreilles.»
    • La Presse (Québec), 10 octobre 1998