Si la radio n’apparaît pas, c’est que vous n’avez pas installé Flash ou que votre version n’est pas à jour. Vous devez également activer Javascript.

Radio ›› Ensemble SuperMusique
Canevas «+»
Septuor (2002), 3m26s [extrait]
Piste 1 de Canevas «+»
CD: Ambiances Magnétiques (2004) AM 124

Artistes ›› Ensemble SuperMusique

  • Articles sur Ensemble SuperMusique

    Les critiques de disques se retrouvent dans les pages de chaque disque (via l’onglet discographie).

    30 mai 2012
    Par Bruce Lee Gallanter in Downtown Music Gallery (ÉU), 30 mai 2012

    Texte

    «I especially like the way each percussionists added something distinctly different to the direction of the set.»

    Ensemble SuperMusique is/are an Ambiances Magnetiques all-star ensemble with ten members for this set, which featured longtime AM players like Jean Derome, Joan Hetu, Michael Cote, Danielle Roger and Martin Tetreault plus some young musicians like Alexandre St-Onge (el. bass) and Guido De Fabro (violin). The musicians sat in a semi-circle so that they could see each other and the music seemed as if it were directed by certain improv guidelines. The instrumentation included two reeds (Derome & Hetu, also on voice, two percussionists (Roger & Cote), cello, violin, electric keyboards or synth and turntables. Considering that there were ten musicians on stage, the music was often sparse yet focused. Much of the set reminded me of John Zorn's early game pieces (which are also directed improv without someone directing up front), although the overall vibe was slower and more cautious. Ms. Hetu did some odd vocal sounds which always fit well within the framework on the piece. Since nothing was explained, there were a series of incidents that took place which we had to interpret for ourselves. Each musician took a turn sitting in the middle of the stage and drawing or putting info into a laptop which directed the next part of the piece. I especially like the way each percussionists added something distinctly different to the direction of the set. There was also a fine sax duo with two founding members of the AM label, Joan Hetu and Jean Derome, which was both charming and quirky. I spoke with a few audience members who were confused as to what was going on on-stage so it did take some effort to figure out how things worked. Fractured fairy tales, indeed.

    blogue@press-4714 press@4714
    2 décembre 2011
    Par Marc Chénard in La Scena Musicale (Québec), 2 décembre 2011

    Texte

    «French double bassist Joëlle Léandre is surely the best known to anyone interested in the area of freely improvised musics.»

    On the short list of name guest performers participating in this year’s festival, French double bassist Joëlle Léandre is surely the best known to anyone interested in the area of freely improvised musics. On the second evening, this musician was heard in two separate sets: starting off with a rather perfunctory half hour solo outing, Léandre was joined by the local Ambiances Magnétiques collective of free improvisers (7 in total comprised of its most usual suspects, Jean Derome, Lori Freedman, Joane Hétu, Jean René, Bernard Falaise, Danielle Palardy Roger, and a relative newcomer to the crowd, trombonist Scott Thompson. After the very well attended opening night double bill, turnout on this evening was rather thin, in spite of much advance billing and promotion. Because of this, there was a lack of atmosphere felt in the usually warm confines or the Lion d’Or, an old-theater space with much character to it. After more than three decades of professional activity and countless solo performances under her belt, Léandre’s musical world is well-established by now, and she offerred her usual fair, bowing for the most part (expected from any classically trained player) and indulging in her semi-onomatopeic vocalese while sawing away on her strings. She has recorded several solo albums over the years, and any of these are far more inspiring than this performance was. After the pause, she melted in the background with the ensemble, though she contributed one piece as an opener to the proceedings. This and the remaining numbers (one even played twice) were more like compositional frameworks, guiding the players according to a number of loosely defined parameters. Listeners familiar with this kind of ’open-ended’ music making know that misses are inevitable, even if they hope to get enough hits to make the evening worthwhile. Truthfully, the latter were in short supply on that night, leaving us with a little too many of the former.

    blogue@press-4686 press@4686
    15 avril 2011
    Par Caroline Marcoux-Gendron

    Texte

    «… une expérience, intellectuelle et sensorielle, d’une musique faite pour être vue autant, sinon plus, que pour être entendue.»

    Les 22 et 23 mars derniers étaient présentés le spectacle Géométries aléatoires par l’Ensemble SuperMusique. Pilier dans la diffusion de la musique actuelle, cette formation était pour l’occasion constituée de dix musiciens aux âges et aux styles très variés, à l’image du répertoire hétéroclite qui allait d’ailleurs être exécuté.

    Les dimensions modestes de la salle Multimédia du Conservatoire de Montréal forçaient l’auditoire à une sorte d’intrusion dans l’univers du groupe, à une expérience pour le moins singulière. Et c’est justement ce qu’a été ce concert de musique actuelle: une expérience, intellectuelle et sensorielle, d’une musique faite pour être vue autant, sinon plus, que pour être entendue. D’emblée, la pièce Espaces en mouvement était une manière de planter le décor de la soirée: les musiciens se sont déplacés les uns vers les autres, formant de petits groupes aux configurations diverses, dialoguant en musique par de brèves phrases rythmiques, mélodiques, essayant de se répondre en imitant le timbre d’instruments parfois complètement incompatibles au leur. Géométries aléatoires s’annonçait dès lors comme un spectacle totalement imprévisible.

    Le sérieux des musiciens, leur investissement dans la performance, la solennité des postures sont tout autant d’éléments qui contrastaient avec le côté ludique de plusieurs compositions. Par exemple, la pièce Les cahiers, présentée et dirigée par sa compositrice Diane Labrosse, se voulait un jeu de rôles où chacun connut la nature de son personnage en même temps que le public. L’auditeur, qui savait ainsi qui devait jouer quel rôle, pouvait s’amuser à observer les moyens mis en œuvre par les musiciens pour traduire les directives: le jeu dissonant en doubles cordes du violoniste Guido Del Fabbro, dit «le contestataire», le changement constant de petits instruments hétéroclites par «l’indécis» Jean Derome, les solos aériens, usant des harmoniques pour la violoncelliste «rêveuse», Émilie Girard-Charest… Le sourire de Diane Labrosse, entrevu à la fin de la performance alors qu’elle dirigeait son regard vers Magali Babin aux effets électroniques, en disait long sur le plaisir vécu et sans doute partagé entre le groupe et la créatrice de la pièce.

    Autre moment complètement déluré de la soirée: le fameux Oiseaux d’ailleurs de Sandeep Bhagwati, présent dans la salle, alors que tous les musiciens se retournèrent pour mettre un masque d’oiseau coloré. Un moment rafraîchissant qui prouvait, hors de tout doute, que l’Ensemble SuperMusique ne se prend pas trop au sérieux. Et c’est là la plus grande qualité du groupe: si chaque instrumentiste semble investi d’une réelle passion et d’un désir de rendre justice aux diverses compositions mises au programme, on évite de tomber dans l’ambiance trop formelle, rendant ainsi la musique actuelle accessible à tous. Car, si le répertoire a la qualité d’être inventif, force est d’admettre qu’il est plutôt austère à la seule écoute. À ce propos, le coup de cœur musical va à Reinventing the Wheel, ayant offert quelques-unes des rares impressions de structure rythmique familière. Vous me direz qu’exploiter les lieux communs n’est pas l’objectif de la musique actuelle, mais l’oreille humaine ne peut s’empêcher de s’accrocher aux éléments sonores qu’elle connaît; on ne chasse pas les habitudes d’écoute d’une vie sur commande…

    En somme, l’Ensemble SuperMusique est à n’en point douter un collectif de professionnels confirmés. La preuve la plus probante de leur rigueur et de leur talent s’est d’ailleurs manifestée dans Atlas Eclipticalis de John Cage, réduite à dix minutes pour cette soirée. Si le compositeur fut déçu de la création de la pièce en 1961 à Montréal, il aurait sans doute apprécié voir la reprise pendant Géométries variables: un moment d’intense concentration, mais aussi de recueillement, où chacun, les yeux fermés, la posture fière, jouait avec passion. Un extrait au minutage bien serré, divisé en cinq cycles clairement indiqués par les mouvements giratoires des bras de Joane Hétu, chef d’orchestre pour l’occasion. Cette dernière a d’ailleurs terminé la pièce les mains jointes, au-dessus de la tête, comme en signe de prière après ce qui venait d’être ni plus ni moins qu’une communion par et pour la musique.

    blogue@press-4457 press@4457
    15 avril 2011
    Par Paul Bazin

    Texte

    «Le sérieux de leur démarche ainsi que leur total investissement étaient palpable en tout instant et ont contribué à faire de cet événement la preuve indiscutable que la musique est plus que jamais vivante.»

    Le 23 mars dernier, au Conservatoire de musique de Montréal, avait lieu un concert de l’Ensemble SuperMusique intitulé Géométries aléatoires. Codiffusé par le groupe Le Vivier, ce concert rassemblait sur scène une dizaine d’interprètes chevronnés dont le travail rigoureux ne pouvait que rendre justice aux compositeurs.

    Les quatre pièces formant la première partie du concert — car c’était bel et bien un concert dans le sens le plus classique du terme, beaucoup plus qu’une simple séance d’improvisation (les puristes m’en voudront, mais il faut bien parler franchement!) — possédaient de nombreuses similarités, bien qu’étant d’inspirations fort différentes: toutes m’ont semblées élaborées sur un subtile contrepoint entre les sons et le silence, toutes avaient ce caractère méditatif qui requiert que l’on écoute «à l’intérieur du son». La pièce de Malcolm Goldstein, Espaces en mouvement, possède une texture souple où tout est à sa place. Les événements variés sont échangés, se répondent et contrastent sur un fondu sonore continu. Le caillou de Danielle Palardy Roger s’élabore sur une structure d’intensités où le souffle traverse tout. Des textures granuleuses et méditatives s’y superposent et semblent un collage musical évoquant de nombreux souvenirs. Le très d’actualité Atlas Eclipticalis de John Cage (le festival Montréal/Nouvelles Musiques faisait récemment revivre cette œuvre commandée il y a cinquante ans, à l’occasion de la Semaine internationale de musique actuelle) est d’un pointillisme d’époque où les séquences de timbres servent d’élément unificateur et forment, sur ce fond de ciel étoilé, les constellations voulues par le compositeur et les interprètes. Cette partie du concert se terminait avec la pièce Reinventing the Wheel de Jesse Stewart, commande des Productions SuperMusique. La mouvance des plages harmoniques et l’importance capitale d’un rythme générateur de mouvement y font alterner la musique entre un calme serein et des moments de grande activité, et ne laissent aucun doute quant à l’inspiration puisée par le compositeur dans les traditions musicales orientales.

    La seconde partie présentait des œuvres de Diane Labrosse (Les cahiers) et de Sandeep Bhagwati (Oiseaux d’ailleurs). La première, échafaudée sur de courts épisodes de dynamiques variées, mettait en valeur plusieurs paires de contrastes: l’intensité et le calme, le dense et le dilaté, le continu et le bref, le rythmé et le souple. La pièce de clôture était, quant à elle, d’un magma sonore intense au cœur duquel la simultanéité des événements n’était pas sans rappeler les collages de la musique électroacoustique. Ceci dit, je tiens à souligner que, d’abord victime de la saturation que j’éprouvai à la fin du concert — rassurez-vous, j’aurais sans aucun doute été davantage saturé à la fin d’un concert de même durée ayant présenté des œuvres de Brahms ou de Mozart! — la pièce de M Bhagwati m’a fait l’immense plaisir de me laisser, en toute fin, ce sentiment enivrant de la fraîcheur d’une brume matinale chatoyante, sentiment dont je n’avais auparavant fait l’expérience qu’à l’écoute du mouvement Les Ressuscités et le chant de l’étoile Aldébaran, tiré de l’œuvre Des canyons aux étoiles d’Olivier Messiaen.

    Enfin, comment taire la participation exceptionnelle des musiciens qui, dans pareil contexte de musique actuelle, partagent avec le compositeur le rôle de créateurs. Le sérieux de leur démarche ainsi que leur total investissement étaient palpable en tout instant et ont contribué à faire de cet événement la preuve indiscutable que la musique est plus que jamais vivante.

    blogue@press-4458 press@4458
    15 avril 2011
    Par Florence Leyssieux

    Texte

    «Plus qu’une expérience esthétique c’est une véritable remise en question de notre attitude réceptive que nous avons vécue en nous immergeant dans la musique actuelle et improvisée.»

    C’est à un concert stimulant et intelligent de musique actuelle et improvisée que nous conviait l’Ensemble SuperMusique le 23 mars dernier dans la Salle Multimédia du Conservatoire de musique de Montréal. Dix interprètes, six compositeurs et un public très réceptif étaient réunis pour explorer des espaces sonores aléatoires, inédits et éphémères. Tant pour les interprètes que pour les auditeurs, aborder la musique actuelle c’est désapprendre ce que l’on a appris: pas d’académisme ni de conformisme ou d’émotions préfabriquées dans cette forme d’expression; mais une utilisation non conventionnelle des instruments et de la voix pour en retirer toutes les possibilités sonores et expressives, des partitions graphiques ou des indications verbales du compositeur, des sons enregistrés, des bruits, des textes quelques fois. Il faut lâcher prise et accepter de se laisser surprendre pour pénétrer dans un territoire vierge où rien n’est figé ni standardisé mais où tout est à découvrir et à construire. Pour les interprètes, chaque représentation est un nouveau défi à relever. Qu’ils soient des vétérans ou des nouvelles recrues, les musiciens de l’Ensemble SuperMusique savent maîtriser l’imprévisible et être à l’affût d’une idée nouvelle sur laquelle ils pourront rebondir. Ils allient instinct et savoir-faire tout en jonglant avec spontanéité et réflexion. Ils associent improvisation et virtuosité dans un geste créateur qui prolonge et finalise la pensée de l’auteur.

    La sincérité et la générosité qui émanent du jeu des interprètes nous invitent à pénétrer dans l’univers des compositeurs. Progressivement, on se laisse envoûter par une musique dont on perçoit peu à peu l’organisation, la logique et le sens. À travers les dissonances se crée une fusion harmonieuse entre la salle et la scène. On apprend ainsi à goûter la saveur particulière des silences de John Cage et à se laisser happer par l’univers méditatif de Danielle Palardy Roger. On explore l’aléatoire en feuilletant Les cahiers de Diane Labrosse. Tel un magma se mouvant lentement, les strates sonores de Jesse Stewart nous enveloppent progressivement, tandis qu’en se déplaçant, les musiciens recomposent l’espace sonore de Malcolm Goldstein. Quant à Sandeep Bhagwati, c’est à une réflexion musicale et spirituelle qu’il nous invite avec ses Oiseaux d’ailleurs.

    La grande part de liberté, mais aussi de responsabilité, que le compositeur laisse à l’interprète valorise ce dernier et reflète le respect mutuel et la relation de confiance qui s’est instaurée entre eux. Quant aux qualités humaines des membres de l’Ensemble SuperMusique, elles se manifestent dans la complicité, l’émulation et le plaisir de jouer ensemble qui transparaissent tout au long de la prestation.

    Plus qu’une expérience esthétique c’est une véritable remise en question de notre attitude réceptive que nous avons vécue en nous immergeant dans la musique actuelle et improvisée.

    blogue@press-4459 press@4459
    10 octobre 2009
    Par Mario Cloutier in La Presse (Québec), 10 octobre 2009

    Coupure de presse

    blogue@press-10564 press@10564
    9 octobre 2009
    Par Frédérique Doyon in Le Devoir (Québec), 9 octobre 2009

    Texte

    «… compositions disent où et quand jouer, mais pas quelle matière»

    Les trajectoires de 20 musiciens et de 10 danseurs dans les galeries de l’édifice Belgo du centre-ville de Montréal feront écho, demain, aux 30 années de parcours des Productions SuperMusique (PSM). BELGOrientation convie le public à ce dédale auditif, visuel et proprioceptif, sous la gouverne du compositeur topographique de Toronto, Scott Thompson.

    «Une partition typique dit aux musiciens quoi jouer, mais pas quand ni où. Ma philosophie, c’est l’envers de ça: mes compositions disent où et quand jouer, mais pas quelle matière», résume ce dernier.

    Il crée des mises en situation pour chacune des cinq étapes du spectacle: un violoncelliste et une danseuse dans la galerie Joyce Yahouda du cinquième étage; une saxophoniste, un tromboniste et un danseur dans la galerie [SAS] du quatrième étage. Puis il orchestre leurs déplacements, dans le temps et dans l’espace, faisant la part belle au hasard des rencontres dans les corridors. Un tel langage devient ainsi lisible tant pour un danseur que pour un musicien ou un simple spectateur, lui aussi créateur de la proposition artistique par ses choix.

    «Ses partitions sont comme des circuits à l’intérieur desquels les gens se rencontrent et le public décide lui-même son parcours; il n’est pas statique dans la perception de l’œuvre», précise, à propos du compositeur de 34 ans, Joane Hétu, directrice et fondatrice de PSM avec Danielle Pallardy Roger et Diane Labrosse, qui a quitté le navire l’an dernier.

    Cette grande fresque mouvante, imprévisible, en devient même impossible à saisir dans son ensemble, ce qui fait aussi partie de son charme.

    «Mon inspiration principale, ce sont les musiciens et les danseurs. J’essaie de créer un environnement hors du commun pour leur talent et pour l’expérience du public. Et pour créer cet environnement, je m’inspire de l’architecture spécifique d’un lieu», explique Scott Thompson, à qui le Belgo s’est imposé d’emblée par son amour pour les édifices industriels investis par l’art contemporain.

    Cette grande manifestation reflète bien l’esprit qui préside aux créations des PSM, nées Wondeur Brass en 1979, puis Productions SuperMémés jusqu’en 2002. Nouvelles, actuelles, créatives: les noms pour désigner leur genre musical se multiplient, justement parce que ce genre reste fuyant, indomptable, allant des musiques fondées sur des partitions, et interprétées avec des instruments traditionnels, jusqu’aux musiques bruitistes et improvisées à partir de bidules et d’objets courants. Mais surtout, ces musiques ont toujours frayé avec les autres disciplines artistiques (danse, arts visuels, performance) et mélangé les générations d’artistes.

    C’est à PSM qu’on doit la perfusion musicale de la superbe installation Each and Every Inch du Cryptic Theater de Glasgow, à l’Usine C en 2002. Les PSM sont aussi entrées dans la danse pour Treize lunes, coproduction avec Danse-Cité qui jumelait 10 danseurs et 10 musiciens.

    BELGOrientation convie à son tour autant la relève (Emmanuel Jouthe et les soeurs Lombardo pour la danse, Mélanie Auclair, Rémy Bélanger de Beauport, Antoine Berthiaume pour la musique) que des chorégraphes-interprètes (Louise Bédard, Sophie Corriveau) et des musiciens au long parcours (Pierre Tanguay, Lori Freedman).

    «C’est un très grand honneur d’être invité à faire un projet avec PSM, qui est un modèle inspirant pour la diffusion et la promotion des musiques créatives au Canada et à l’étranger», dit Scott Thompson.

    blogue@press-10563 press@10563
    17 décembre 2008
    Par Alain Brunet in La Presse (Québec), 17 décembre 2008

    Coupure de presse

    blogue@press-10555 press@10555
    2 avril 2008
    Par Alain Brunet in La Presse (Québec), 2 avril 2008

    Coupure de presse

    blogue@press-10554 press@10554
    29 mars 2008
    Par Philippe Meilleur in Le Journal de Montréal (Québec), 29 mars 2008

    Coupure de presse

    blogue@press-10550 press@10550
    2 février 2008
    Par Dyane Raymond in SuperMusique (Québec), 2 février 2008

    Texte

    «C’est une musique personnelle, au sens où elle transmet l’incroyable générosité de l’artiste dans son adresse à l’autre.»

    Trois soirs, trois concerts pour présenter Récits de neige, troisième volet du tryptique Musique d’hiver de Joane Hétu.

    La musique, elle, continue d’exister au-delà du spectacle, va plus loin. Elle ouvre l’atelier de Joane Hétu et permet d’en découvrir et d’en explorer la structure: des lieux bâtis avec force, une incroyable patience et une vision bien ancrée dans le réel, temps et espace. Comme dans Filature sa précédente composition, la musique de Récits de neige donne à voir et à entendre la complexité de la construction, l’enchevêtrement des idées, des images, des sons, des paroles. C’est une musique personnelle, au sens où elle transmet l’incroyable générosité de l’artiste dans son adresse à l’autre - l’écoute, la perspicacité, l’attention: un donné jamais posé comme certitudes, mais comme chants pour le dire, annoncer les couleurs, clamer l’amour, réclamer le juste et la paix.

    blogue@press-10549 press@10549
    31 janvier 2008
    in 24 heures (Québec), 31 janvier 2008

    Coupure de presse

    blogue@press-10551 press@10551
    31 janvier 2008
    Par Alain Brunet in La Presse (Québec), 31 janvier 2008

    Coupure de presse

    blogue@press-10553 press@10553
    30 janvier 2008
    Par Frédérique Doyon in Le Devoir (Québec), 30 janvier 2008

    Texte

    «Ce qui m’intéresse aujourd’hui, c’est de créer des shows-concepts, plus habillés, plus complexes qu’un concert…»

    Joane Hétu conclut son triptyque sur l’hiver avec Récits de neige

    Et de trois. La compositrice Joane Hétu conclut son triptyque sur l’hiver avec Récits de neige. On aura beau lui reprocher d’être trop longue, la saison froide peut être inspirante, surtout quand elle enveloppe la ville de son manteau blanc.

    «J’aime l’hiver, j’aime le son, l’effet cocon que ça produit», confie la saxophoniste-vocaliste, aussi membre de l’étiquette Ambiances magnétiques et présidente de la maison de disques DAME. «C’est une saison qui a toujours été créative pour moi. Dans l’industrie du disque, janvier, février et mars sont plutôt tranquilles, ça laisse du temps pour composer. C’est précieux.»

    Elle amorçait l’aventure hivernale en 2000 avec Musique d’hiver, alors que les Productions SuperMusique (qu’elle codirige) articulaient leur programmation autour des quatre saisons. Trois ans plus tard, la saison blanche lui inspirait Nouvelle musique d’hiver, avec promesse d’un troisième et dernier chapitre.

    Comme ses deux spectacles frères, Récits de neige se divise en quatre mouvements. Mais ce spectacle-ci, qui réunit sept musiciens-improvisateurs (les routiers Jean Derome, Diane Labrosse, Pierre Tanguay, deux nouveaux collaborateurs, Alexandre St-Onge et Scott Thomson, en plus de Joane Hétu elle-même), recentre son propos sur la neige, plus spécifiquement sur la géométrie du flocon.

    «Il fallait que j’aille à l’essence même de l’hiver: la neige. J’espérais composer 30 courtes pièces que les musiciens pourraient amalgamer comme ils veulent, comme des flocons, qui ont chacun une géométrie différente.» L’esprit des petits fragments est resté, mais la complexité du procédé et le manque de temps de création ont obligé la musicienne à prendre une autre direction.

    «J’ai demandé aux musiciens de raconter des anecdotes, des souvenirs liés à l’hiver et à la neige», raconte-t-elle.

    Après l’approche plus personnelle et ambiante du premier volet et celle, plus documentaire et bruitiste, du second, le troisième opus pour instruments acoustiques et électriques réunit les deux factures, avec des moments parlés, des mélodies et des segments plus abstraits. Les projections visuelles, discrètes dans les deux autres productions, prennent de l’ampleur sous la gouverne de Mélanie Ladouceur.

    «Je voulais m’investir dans l’idée que les autres formes d’art sont au service de la musique», explique Joane Hétu. Sa dernière production, Filature (2006), la plus ambitieuse de sa carrière, mettait en scène danseurs et images vidéo, constituant une forme de théâtre sonore qu’elle souhaite approfondir. Cette production lui a d’ailleurs valu le prix Freddy Stone.

    «Ce qui m’intéresse aujourd’hui, c’est de créer des shows-concepts, plus habillés, plus complexes qu’un concert», dit celle qui a d’abord joué les rockeuses déjantées au sein des formations Wonder Brass et Les Poules avant de se tourner vers la musique actuelle.

    Cette nouvelle création de théâtre sonore fera l’objet d’un CD l’an prochain, à l’instar des deux premières productions hivernales.

    blogue@press-10548 press@10548
    1 janvier 2008
    Par Patrick Caron in Bang Bang (Québec), 1 janvier 2008

    Texte

    Figure de proue de la musique actuelle au Québec depuis plus de 25 ans, la compositrice, vocaliste et saxophoniste alto clôt son triptyque hivernal amorcé en 1999 avec la série de spectacles Récits de neige qui sera présentée du 31 janvier au 2 février au Théâtre La Chapelle. En compagnie de l’Ensemble Super Musique, formé des virtuoses aguerris au langage de la musique actuelle Jean Derome, Diane Labrosse, Pierre Tanguay, Scott Thompson, Alexandre St-Onge et Mélanie Ladouceur, Joane Hétu propose une chronique sur les sensations reliées à l’hiver. Autant la fascination qu’il exerce du côté scientifique que des souvenirs de chacun quant à ce qu’on appelle les hivers d’antan, Récits de neige se divisera en quatre mouvements (Neige, Jamais froid, Récits de et Blancs paysages), dans une œuvre écrite pour instruments acoustiques et électriques, avec une bonne bordée d’improvisations qui rendra chaque soirée unique. Avec l’hiver qu’on connaît, ça tombe à point.

    blogue@press-10552 press@10552
    1 décembre 2007
    Par Stuart Broomer in Musicworks #99 (Canada), 1 décembre 2007

    Texte

    «… the work combined medieval and contemporary music elements in a seamless way…»

    […] One of the things FIMAV does best is provide a window on what’s lively in current Quebec music. A longtime collaborator with Montréal’s Ambiances Magnétiques scene, the festival this year presented composer-saxophonist Joane Hétu’s Filature, a lyrical work with roots in her early work as a weaver. It’s a three-part work, scored for ten musicians - who included cellist Mélanie Auclair, bassist Normand Guilbeault, and saxophonist Jean Derome - with images appearing on three screens that begin with moving and combining threads that go through various colour and tempo shifts. In three parts, the work combined medieval and contemporary music elements in a seamless way, beginning with an all-male quintet, then following with an all-female, before the two combined for the third and final movement. […]

    blogue@press-3444 press@3444
    1 octobre 2007
    Par Yvan Maurage in Les Nouvelles d’Archimède #46 (France), 1 octobre 2007

    Texte

    «On fait l’expérience d’une émotion brute, fondamentale en assistant à son interprétation de Filature avec l’Ensemble SuperMusique

    En 2007, toute la terre est occupée à s’imprégner de simulacres télévisés, téléphonés, encodés. Aucune Muraille de Chine ne résiste à Google, clé omnipotente. Rien ici ou là qui ne puisse dans la seconde franchir océans et continents. Aussitôt advenu tout sera connu, répertorié, normalisé, banal… Tout? Non! À l’écart de la planète enrégimentée, des «villages» singuliers résistent encore et toujours à la normalisation. Et la vie retrouve sel et sens pour qui rencontre les Irréductibles parmi nos semblables. La musique, fade poudre instantanée, s’est-elle dissoute dans l’onde électromagnétique universelle? Pas toute la musique! se réjouissent les auditeurs de Joane Hétu, chanteuse et saxophoniste québécoise. On fait l’expérience d’une émotion brute, fondamentale en assistant à son interprétation de Filature avec l’Ensemble SuperMusique. Filature transpose sur scène le passé de tisserande de Joane Hétu, en trois actes qui «filent» la métaphore: la Chaîne (cinq hommes), la Trame (cinq femmes), le Motif (orchestre complet… et public ébahi). Contrepoint de virtuose sobriété, la vidéo de Pierre Hébert pare en direct les sons de Hétu, Auclair, Del Fabbro, Gignac, Guilbeault, Labrosse, Roger, Tanguay, Venba et de l’ange oumupien Jean Derome… Programmateurs de concerts, invitez sans délai ces Québécois sur le vieux continent: ce serait la pire surdité que de ne vouloir les entendre.

    blogue@press-3396 press@3396
    1 juillet 2007
    Par Kurt Gottschalk in Coda Magazine #334 (Canada), 1 juillet 2007

    Texte

    […] Weaving is right up there with painting and sports as hackneyed clichés for describing music, but Joane Hétu’s Filature took a tight focus on each thread and every tie in her tapestry. The piece, performed with Montréal’s Ensemble Supermusique, was based on her time spent as a fabric colourist, and effectively displayed her personal sense for composing and arranging and for turning nostalgic memories into music. Pierre Hébert’s real time video manipulations, tight shots of cloth and twine, supported Hétu’s musical vison well. […]

    blogue@press-3375 press@3375
    1 juin 2007
    Par Bruce Lee Gallanter in Downtown Music Gallery (ÉU), 1 juin 2007

    Texte

    «Joane has a gift for breaking up the melody and having different members share their lines so that whole band sounds like one refined tapestry of sound.»

    […] The final day began with a wonderful set by Joane Hétu’s Ensemble SuperMusique called Filature. Joane Hétu runs the great label from Montréal, Ambiances Magnétiques. Her longtime partner is Jean Derome and both of them play alto sax, do vocals and compose at length. Both Joane and Jean consistently release excellent, diverse discs on Ambiances Magnétiques and I always look forward to any project that either works on. Just about every year, someone from this label (like Diane Labrosse, Normand Guilbeault, Danielle Palardy Roger or Pierre Tanguay) does something special up at Victo. Filature is Joane Hétus most ambitious project yet and it will take a while to absorb its many layers of ideas. It featured ten musicians, five women and five men with Pierre Hébert doing video projections. Joane refers to it as sound/theatre and that sounds right. Joane was once a weaver before concentrating on becoming a musician and the theme of weaving is the central thread throughout this work. The first part is called The Warp and featured the five men on alto sax or flute, violin, trumpet, contrabass and drums. The music was an exquisite blend of lovely harmonies, short drones, acappella vocal sections and haunting music. The video images were of a single tree branch with some occasional growth. The second part, The Weft featured the five women musicians on violin, cello, flutes, sampler, percussion & alto sax. Most of the women contributed charming vocal sounds along with their contemplative, cinematic music, sometimes sparse but always enchanting. The third and final part was called The Pattern and it featured all ten musicians. It began with just a few repeating notes and evolved through different grooves and sections. I love the way the vocals and instruments shared stunning harmonies with each other. Joane has a gift for breaking up the melody and having different members share their lines so that whole band sounds like one refined tapestry of sound. It reminded of the superb magic-music that Fred Frith’s Keep the Dog used to play and yes, Jean Derome was an integral part of that band many years ago. The images of twine, knots, rope, faces and hands connected with the music just right. It was a marvelous set and I can’t wait for it to be released on disc! […]

    blogue@press-3342 press@3342
    16 mars 2006
    Par Réjean Beaucage in Voir (Québec), 16 mars 2006

    Texte

    «Pour une fois, j’ai l’impression de donner à ma musique les moyens du théâtre»

    Joane Hétu boucle la boucle en retrouvant ses racines de tisserande pour fabriquer une véritable courtepointe où s’entremêlent théâtre, vidéo, danse et musique actuelle.

    À première vue, l’analogie entre un spectacle et un métier à tisser n’est pas évidente. Pourtant, les musiciens en conviendront aisément, eux qui doivent constamment mêler les textures et les couleurs, et répéter, toujours, des gestes pourtant chaque fois différents. Cent fois sur le métier…

    Joane Hétu, qui fut tisserande avant d’être saxophoniste, improvisatrice et directrice de la plus grande maison de disques de chez nous se consacrant exclusivement à la musique actuelle (Distribution Ambiances Magnétiques Etcetera, ou DAME), a choisi de se réapproprier ce passé refoulé en utilisant métaphoriquement, pour la conception d’un spectacle de «théâtre sonore», les gestes des fabricants de tissus. «C’est du théâtre, explique-t-elle, dans le sens où il y a du texte, des costumes, et parce que l’on est en résidence à l’Usine C durant 10 jours, ce qui nous donne l’occasion de faire beaucoup de répétitions, comme une troupe, mais tout part de la musique. Et puis, pour une fois, j’ai l’impression de donner à ma musique les moyens du théâtre, avec un concepteur d’éclairages (Guillaume Bloch), un concepteur sonore (Bernard Grenon), un autre aux images vidéo (Pierre Hébert) et encore un aux costumes (Louis Hudon), avec deux danseurs (Daniel Soulières et Severine Lombardo) et un ensemble de dix musiciens.» La totale, quoi!

    La saxophoniste et chanteuse, à cause de son poste chez DAME, qui l’occupe passablement, n’a pas l’occasion de jouer autant qu’elle le voudrait, et cette frustration lui a même donné ces dernières années l’envie d’arrêter la musique complètement. «Un soir, j’ai eu un flash et je me suis dit que j’allais redevenir tisserande… Mais ce n’était qu’un flash. Cependant, comme je ne passe pas mon temps à imaginer de nouveaux projets musicaux, j’ai le temps de les approfondir et le petit flash, resté dans mon subconscient, est revenu et s’est imposé à mon processus créatif.»

    Imaginez un métier à tisser: les fils verticaux sont «la chaîne», les fils horizontaux forment «la trame», et l’entrecroisement des deux compose «le motif». Joane Hétu a utilisé ce modèle pour élaborer le plan de son spectacle: «Et en plus, je l’ai sexué! La chaîne, c’est le quintette d’hommes (Guido Del Fabbro, Jean Derome, Normand Guilbeault, Pierre Tanguay et Nemo Venba) et le danseur; ils jouent tout le temps, des sons tenus, parce que les fils de chaîne sont stables, ils sont attachés au métier et ils doivent être solides. On ne prend pas de la petite fibre de fantaisie pour la chaîne, mais du coton, du lin, de la laine ou de la soie; du solide. Pour la trame, par contre, tu peux utiliser tout ce que tu veux, et le varier. Ma trame, le quintette de femmes (Mélanie Auclair, Claire Gignac, Joane Hétu, Diane Labrosse et Danielle Palardy Roger) et la danseuse, sera donc composée de 25 variétés de «fils» - c’est un jeu complètement différent de l’autre. Dans le troisième acte du spectacle, les deux se rejoignent. Il ne s’agira pas d’une simple superposition, mais c’est l’idée. C’est un spectacle dans lequel il y a très peu d’improvisation, parce qu’on ne peut pas tisser en improvisant…»

    Et on retrouvera ça sur disque? «C’est là que passent mes dernières économies! J’enregistre les trois soirs et j’en filme deux, pour un éventuel DVD. Après tout, je n’ai rien sorti depuis quelque temps, et puis… j’ai une compagnie de disques!»

    Joane Hétu: «Pour une fois, j’ai l’impression de donner à ma musique les moyens du théâtre».

    blogue@press-10505 press@10505
    16 mars 2006
    Par Mike Chamberlain in Hour (Québec), 16 mars 2006

    Texte

    Featuring 10 musicians, two dancers, costumes, sound, lighting and visual artists, Joane Hétu’s latest project, Filature (which will be performed tonight, tomorrow and Saturday at Usine C), is an ambitious one, perhaps the most ambitious in the history of Productions Supermusique.

    The large composition is based on Hétu’s experience as a weaver and her knowledge of how fabric is put together. The piece will be presented in three acts. The five male musicians (Jean Derome, Guido Del Fabbro, Normand Guilbeault, Pierre Tanguay, Nemo Venba) and the male dancer, Daniel Soulières, represent the warp (horizontal) yarn, which Hétu emphasizes is composed of strong, noble fibres. The five female musicians (Hétu, Mélanie Auclair, Claire Gignac, Diane Labrosse, Danielle Palardy Roger) and the female dancer, Séverine Lombardo, represent the weft (vertical) yarn, which is soft and flexible. In the concluding act, the 10 musicians and two dancers come together on stage to blend the music and textures of the first two acts into the whole fabric.

    Hétu is somewhat evasive when asked to translate the metaphor into a description of the music, other than to state that the warp sequence consists of sustained sounds and repeated sequences, while the weft is composed of tones, moods and dynamics.

    The project represents a connection between Hétu’s past life and interests and those of the present. For one thing, these days she finds herself more interested in compositions and projects based on conceptual themes and less on improvisation. Also, she says, as she gets older she has become interested in reconnecting with her past. Finally, Filature brings together artists with whom she’s worked for 20 years or more (Derome, Labrosse, Palardy Roger, Tanguay, Guilbeault), and younger performers such as Guido Del Fabbro and Séverine Lombardo, which also, to extend the metaphor, weaves different generations together.

    But we don’t want to stretch the metaphor to the breaking point, or wear it out, because, as Hétu says, “it all comes down to the music.”

    blogue@press-10506 press@10506
    16 mars 2006
    Par Alain Brunet in La Presse (Québec), 16 mars 2006

    Texte

    Saxophoniste, chanteuse, compositrice, productrice, responsable de la structure de distribution DAME, la Montréalaise Joane Hétu a eu plusieurs vies. En voici la synthèse… étoffée.

    Avant de se consacrer exclusivement aux musiques d’avant-garde et se faire connaître à travers diverses formations (Wondeur Brass et autres Poules), Joane Hétu fut tisserande. Filature, que la musicienne croit son projet «le plus abouti», se veut en ce sens une allégorie musicale inspirée des matériaux utilisés par les tisserands: la chaîne, la trame et le motif. Pas moins de 100 minutes de musique, de danse et de projections audiovisuelles, et ce pour trois soirs consécutifs à l’Usine C.

    «Ça fait d’abord référence à une période de ma vie que j’avais plus ou moins rejetée lorsque je me suis mise à la musique. Je me souviens d’ailleurs avoir été vexée par le fait qu’un article rapporte ma pratique du tissage lorsque j’ai commencé à faire des disques. Maintenant, c’est une façon pour moi d’intégrer ce passé à la plupart de mes expériences musicales qui rejaillissent dans ce projet.»

    Cette oeuvre de Joane Hétu consiste à transposer les étapes de la confection du tissu dans un univers musical. «Le tissage, estime-t-elle, est un métier qui exige de la méthode et de la rigueur. Il faut vraiment suivre les étapes, utiliser les bons matériaux pour accomplir un travail valable. «Et puisque le tissage comporte trois grandes étapes, ce «théâtre sonore» a été créé en trois actes: la chaîne, la trame et le motif.

    «À la base de chaque tissu, explique la musicienne, le fil de chaîne exige des fibres nobles, plus résistantes, plus solides- soie, coton, laine, lin. En musique, j’ai choisi de sexuer ce fil en composant pour les musiciens de sexe masculin de l’Ensemble SuperMusique. Le danseur Daniel Soulières, pour sa part, incarnera l’onde, la tension du fil de chaîne.» Joane Hétu voit ainsi dans ce premier acte une «métaphore de la continuité, de l’union et de la stabilité.»

    «Le deuxième acte, poursuit Joane Hétu, est celui du fil de trame, celui avec lequel on procède à un entrecroisement perpendiculaire pour créer le tissu. Dans le contexte de ma composition, je veux user de toutes sortes de “fibres”; duos, trios, solos etc. Ce fil de trame est conçu davantage comme un canevas d’improvisation réservé aux interprètes féminines de la formation. La danseuse employée dans ce contexte, Séverine Lombardo, aura un rôle théâtral et enjoué.»

    La trame, résume la principale intéressée, est une métaphore de la fantaisie et de l’imagination du tisserand.

    En dernier lieu, Joane Hétu a choisi d’exploiter le concept du motif, résultant d’un choix inspiré des fils de chaîne et de trame, c’est-à-dire la représentation ultime de la confection d’un tissu. Le troisième acte de Filature sera ainsi interprété par tous les musiciens et danseurs. C’est à ce stade précis que l’évocation de la tisserande émergera dans sa globalité.

    Ajoutons à ces éléments de création l’intervention du cinéaste Pierre Hébert, qui procédera à un traitement en direct de courts métrages projetés sur de multiples écrans, sans compter le travail de Bernard Grenon à la sonorisation, Guillaume Bloch aux éclairages et Louis Hudon aux costumes, et nous avons ici un spectacle total.

    «D’une certaine façon, croit Joane Hétu, l’ensemble de mon travail de musicienne se retrouve dans Filature. C’est ce qui représente le mieux ma musique: mon côté bruitiste, mes chansons, mes concepts plus abstraits, mes phrases courtes et nombreuses. C’est pour moi une mise à jour, une façon de faire le point. Je me sens d’ailleurs choyée d’avoir pu compter sur cette équipe fantastique pour parvenir à mes fins. J’ai vraiment travaillé fort, je suis très heureuse du résultat.»

    FILATURE de Joane Hétu, «théâtre sonore» en trois actes présenté au Studio de l’Usine C jusqu’à samedi, 20h30.

    © 2006 La Presse. Tous droits réservés.

    blogue@press-10507 press@10507
    16 mars 2006
    in 24 heures (Québec), 16 mars 2006

    Coupure de presse

    blogue@press-10517 press@10517
    15 mars 2006
    Par Frédérique Doyon in Le Devoir (Québec), 15 mars 2006

    Texte

    Dans les années 70, avant de devenir la musicienne qu’on connaît, Joane Hétu était tisserande. Une autre vie, qu’elle a longtemps reniée. Dans une période de doute et de désenchantement par rapport aux exigences d’une carrière en musique de création, elle a avancé l’hypothèse un peu farfelue d’un retour au métier de tisserand. Ainsi est née Filature, une oeuvre pour dix musiciens et deux danseurs truffée d’images vidéo et d’éclairages.

    «J’ai revécu tous les gestes que je faisais dans le tissage, raconte-t-elle. Dès ce moment, c’est devenu clair que je voulais exprimer le fil qu’on monte sur un métier et celui qu’on passe à travers pour créer le tissu.» Elle a donc créé un théâtre sonore en trois actes — la chaîne, la trame, le motif —, plus construit, moins basé sur l’improvisation que d’habitude.

    «Pour une fois, j’ai eu la volonté de faire comme dans le théâtre : avec plus de répétitions, une conception d’éclairages, deux danseurs. J’ai appelé ça "théâtre sonore" parce que je voulais partir du texte, de la partition musicale; les autres éléments allaient s’y rattacher.»

    Joane Hétu évolue sur la scène canadienne des musiques actuelles depuis 25 ans. D’abord versée dans le rock déjanté des formations Wonder Brass, Justine et du trio Les Poules, elle s’est tournée vers un travail de composition plus abstrait, alliant textures sonores, texte et voix. Membre d’Ambiances magnétiques et présidente de la maison de disques DAME, elle a toujours aimé faire interagir différentes disciplines. La compagnie de concerts Productions SuperMusique, qu’elle codirige avec Danielle Palardy-Roger et Diane Labrosse, a notamment conçu en 2002 la superbe fresque multimédia Each… and Every Inch, sur la vie et l’oeuvre de l’écrivaine canadienne Elisabeth Smart. Pour ses 25 ans, SuperMusique a décidé d’accorder une part importante de son budget à la création d’une production plus importante. C’est au tour de Joane Hétu de piloter la sienne…

    L’esprit du tissage a ainsi déterminé la structure de Filature. Le premier acte ne met en scène que les créateurs-interprètes masculins — Guido Del Fabbro, Jean Derome, Normand Guilbeault, Pierre Tanguay, Nemo Venba et le danseur Daniel Soulières; le second acte, que les femmes — Mélanie Auclair, Claire Gignac, les trois codirectrices de l’Ensemble SuperMusique et la danseuse Séverine Lombardo.

    «Le fil de chaîne se doit d’être noble, il faut que la fibre soit solide, rappelle la tisserande. Le fil de trame peut être de toutes sortes de qualité, métallique, en velours, etc. J’ai répertorié 25 textures que j’ai transposées musicalement.» Tout ce beau monde se retrouve au troisième acte pour mettre en scène cet entrelacs de générations d’artistes, de musiques, de voix (des chansons écrites par Joane Hétu), de mouvements et d’images signées par le réalisateur Pierre Hébert.

    La vie est ainsi faite de hauts et de bas qui se nourrissent mutuellement. Quand le fantasme d’abandonner la musique a effleuré son esprit, Joane Hétu y a puisé l’essence même du plus imposant projet de sa carrière. «C’est quelque chose d’avoir une aussi grosse équipe. Ça arrive à point dans ma carrière. C’est la pièce qui représente le plus mon univers musical.»

    blogue@press-10504 press@10504
    15 mars 2006
    in L’actualité (Québec), 15 mars 2006

    Coupure de presse

    blogue@press-10518 press@10518
    15 mars 2006
    in Le Journal de Montréal (Québec), 15 mars 2006

    Coupure de presse

    blogue@press-10521 press@10521
    11 mars 2006
    in Fugues #22:12 (Québec), 11 mars 2006

    Coupure de presse

    blogue@press-10519 press@10519
    9 mars 2006
    Par François Nadon in Ici Montréal (Québec), 9 mars 2006

    Coupure de presse

    blogue@press-10520 press@10520
    1 mars 2006
    Par Pascale Guéricolas in La Gazette des femmes (Québec), 1 mars 2006

    Coupure de presse

    blogue@press-10508 press@10508
    1 mars 2006
    in La Scena Musicale #11:6 (Québec), 1 mars 2006

    Coupure de presse

    blogue@press-10522 press@10522
    1 mars 2006
    Par Paul Serralheiro in La Scena Musicale #11:6 (Québec), 1 mars 2006

    Texte

    «Musique actuelle is a hybrid form, born of mixing disparate things. Weaving has similar principles — the craft involves mixing various threads to create a pattem…»

    The role of music in the theatrical arts is usually a secondary one, used to highlight dramatic action or inspire a choraographer’s vision. Music seems mone abstract than words or gestures to most people. With her latest creation, Filature, premiered this month at Usine C, musique actuelle composer, vocalist and improvising saxophonist Joane Hétu sets out to show the theatrical potential of music and how other arts can be put to its service.

    During a recent conversation held at the offices of Ambiances Magnétiques, of which she is the label’s chief adminstrator, Hétu explained her vision as being inspired by the art of weaving, once an occupation of hers. “Musique actuelle is a hybrid form, born of mixing disparate things. Weaving has similar principles — the craft involves mixing various threads to create a pattem, a pleasing artistic form.”

    In this “Théâtre sonore” of hers, the threads are the instrumental “voices” of the musicians, with counterpoint provided by a pair of dancers, and important visual components including costumes, lighting and video projections. Still, the musicians are at the heart of this project, a point Hétu further elaborates upon. “I have to know who I’m writing for. I’m not just writing for a particular instrument — it starts with a particular musician.” The work is dividad into three acts, each based on a principle of weaving: Act I is titled Chaîne, Act II Trame and Act III Motif, weaving terms that translate as “warp”, “weft” and “weave”. “In the opening act, male musicians are on stage with a male dancer, followed by an all-female cast in Act II and all 10 musicians share the stage in Act III, their lines interweaving with each other’s. Most importantly, everything grows out of the music.”

    Even if there are improvised parts, Hétu hastens to add, “The music is mostly written, with the visuals borne out of the music.” In this way, the contributions of video artist Pierre Hébert, lighting designer Guillaume Bloch, costume designer Louis Hudon and sound engineer Bernard Grenon are all in keeping with the music. “So this is a turning of the tables, at least with respect to what usually happens with music and other performing arts,” explains Hétu.

    The musical component will be handled by some of musique actuellets best know characters, among them Jean Derome, Diane Labrosse, Pierre Tanguay and Normand Guilbeault, the featured dancers being Daniel Soulières and Séverine Lombardo. “We’re working with textures,” Hétu reminds us, “but the underlying structure behind these are the music. Always.”

    blogue@press-3041 press@3041
    23 septembre 2005
    in Le Devoir (Québec), 23 septembre 2005

    Texte

    Demain et dimanche, la deuxième édition des Escales improbables prend d’assaut le quai King Edward du Vieux-Port de Montréal.

    L’événement éclectique conjugue cette année autant de disciplines diverses que le théâtre de marionnettes, le chant lyrique, le cinéma et surtout la musique. Des musiciens-performeurs interprètent des oeuvres du compositeur Michel Smith à partir de machines-instruments ambulants. Nicolas Brault fait tomber des baleines du ciel dans un film-conte animé. Jean Derome et SuperMusique proposent une expédition de canot-camping allégorique le long d’une rivière imaginaire. Les côtes gaspésienne et italienne se croisent dans Cargo, théâtre d’image et de marionnettes. On découvre ces performances extravagantes et audacieuses en déambulant au bord du fleuve, comme une invitation au voyage.

    blogue@press-3100 press@3100
    1 avril 2005
    Par Alain Brunet in La Presse (Québec), 1 avril 2005

    Texte

    Partitions grattées, coupées, collées, remixées, transformées. Un quart de siècle de relecture constitue le corpus de Palimpseste d’orchestre, concert commémoratif prévus ce soir et demain à l’Usine C.

    Pour célébrer les 25 ans des Productions SuperMusique, les directrices artistiques Joane Hétu (saxophone), Diane Labrosse (échantillonnages numériques) et Danielle Palardy Roger (percussions) ont conçu ces concerts-événements afin de rendre compte du travail accompli par les groupes Wondeur Brass, Les Poules, Justine et de l’Ensemble SuperMusique dont elles sont les membres fondatrices. Assistées des membres de l’Ensemble SuperMusique, elles comptent y évoquer les tendances fortes de la musique actuelle telles que mises de l’avant depuis 1979.

    Qui plus est, les trois oeuvres au programme de ce Palimpseste d’orchestre nous feront vivre une expérience acousmatique: la musique interprétée sur scène par l’Ensemble SuperMusique sera traitée en direct par les sonorisateurs Bernard Grenon et Martin Léveillé, spatialisée par l’électroacousticien Jean-François Denis. Ambitieux concept, en somme, d’autant plus que l’Ensemble des trois musiciennes puise parmi les meilleurs éléments de la musique dite actuelle: les percussionnistes Pierre Tanguay et Michel F Côté, le contrebassiste Pierre Cartier, le guitariste Bernard Falaise, Martin Tétreault aux tables tournantes, Jean Derome et Laurie Freedman aux instruments à vent.

    «Pour commémorer ces 25 ans, explique Danielle Palardy Roger, nous nous sommes donné carte blanche. Diane Labrosse est remontée jusqu’aux tout débuts de Wondeur Brass à l’époque où on a commencé aux Clochards Célestes (les actuelles Foufs), bien qu’elle ait aussi pigé dans un répertoire plus récent. Joane Hétu, elle, a entrepris de créer une seule pièce à partir de 20 miniatures d’une minute. Ces minutes comprennent aussi des éléments de ses propres projets tels Castor et compagnie ou Nous perçons les oreilles. Pour ma part, j’ai repris six pièces créées au cours de cette période, de la fin de Justine au premier répertoire de Wondeur Brass.»

    On s’en doute bien, il est hors de question de livrer sur scène un décalque du passé.

    «À l’époque, raconte Danielle Palardy Roger, nous n’écrivions pas la musique, nous n’avions pas de partitions. Il nous a donc fallu relire le matériel à partir des enregistrements. Par exemple, j’ai repris les pièces en dictée pour ensuite créer des partitions à partir des lignes développées par chaque instrumentiste. Mais il y a des différences évidentes avec les livraisons originelles; nous partons d’une base assumée par les trois créatrices, on fait ensuite évoluer le matériel.»

    Non seulement l’ensemble SuperMusique s’appliquera-t-il à faire évoluer ses classiques, mais encore la diffusion des sons sera magnifiée ici et maintenant.

    «Il s’agit aussi d’un projet de spatialisation acoustique. L’Ensemble sera assez éloigné du public, il sera amplifié par une façade stréréo conventionnelle, mais le public sera entouré de 12 enceintes mettant en relief des éléments sonores précis. En fait, la livraison sera beaucoup plus proche de la musique telle qu’on la pratique maintenant.»

    Un quart de siècle de laboratoire, donc, ça se fête en grand. Danielle Palardy Roger ne se fera pas prier pour évoquer quelques souvenirs en ce sens.

    «Nous étions dans une mouvance créatrice en théâtre, en arts visuels et en musique, mais c’est surtout de la musique qu’on voulait faire. Nous formions un groupe iconoclaste de femmes dont l’intention claire était de jouer d’une façon non conventionnelle. Nous ne voulions pas suivre de recettes, nous voulions aborder la musique d’une façon inédite, et ça a donné la musique qu’on connaît. Et qu’on fait encore évoluer aujourd’hui. Nous sommes toujours dans le même créneau, d’ailleurs.»

    «Vingt-cinq ans plus tard, nous jouissons d’une réputation tant au plan de la production, de la diffusion que de la création. On ne fera pas dans la fausse humilité: au plan de la production et la diffusion des musiques de création, notre contribution est grande. En tant que créatrices? Nous sommes rendues ailleurs: nous continuons de fouiller, creuser. Nous n’avons pas une attitude anthologique en ce sens, nous ne faisons pas dans le pot-pourri. Nous revisitons, car nos musiques ne cessent de bouger. Parce qu’il n’y a pas d’intérêt à copier ce qui s’est fait il y a 25 ans. C’est pour ça qu’on trippe tant sur le concept de palimpseste.»

    Palimpseste, rappelons-le pour vous épargner une visite dans le Petit Robert, est un parchemin manuscrit dont on a effacé la première écriture afin de pouvoir écrire un nouveau texte. Est-ce assez clair?

    L’Ensemble SuperMusique se produit ce soir et demain, 20h30, à l’Usine C. Pour de plus amples informations: www.supermusique.qc.ca

    blogue@press-10238 press@10238
    31 mars 2005
    Par Bernard Lamarche in Le Devoir (Québec), 31 mars 2005

    Texte

    Un concert pour souligner 25 ans de musique actuelle

    Pour ses 25 ans, la compagnie Productions SuperMusique se paye du luxe: l’Usine C et un retour dans le passé. Demain et samedi, un catalogue impressionnant de musique actuelle sera revisité, relu et actualisé. Ce catalogue est celui des trois fondatrices de la compagnie, soit Joane Hétu, Diane Labrosse et Danielle Palardy Roger, qui à elles seules peuvent revendiquer un pan considérable de la musique actuelle qui s’est faite au Québec depuis 1980.

    Avec Palimpseste d’orchestre, Partitions grattées, coupées, collées et transformées, le trio de compositrices fera profiter les amateurs de trois nouvelles pièces faites à partir d’anciens morceaux. Les sonorités entendues seront celles, présentées sous forme de pot-pourri ou de citations revues et corrigées au goût du moment, de musiques pondues depuis 1979 en solo ou en collectif au sein de groupes dont les noms ravivent maints souvenirs: Wondeur Brass, Les Poules, Justine, Castor et compagnies ou encore Nous perçons les oreilles. Les grandes tendances des musiques produites par SuperMusique seront remises sur le tapis.

    Sorte de bilan, ce concert fait de commémorations? Pas selon Joane Hétu. «On avait le goût de revisiter notre catalogue. C’est un temps d’arrêt, la première fois qu’on regarde en arrière. En musique actuelle, on a toujours la prétention d’être à l’avant-garde, dans la recherche, dans l’innovation. Au bout du compte, ce 25e anniversaire a permis de revoir le chemin parcouru.»

    Danielle Palardy Roger proposera Music Mnésic, où des extraits d’anciennes partitions sont réinscrits dans une trame organisée autour de brouillages. Diane Labrosse signera Retour sur les lieux du crime, une pièce faite de superpositions de partitions, alors que Joane Hétu soumettra Zig Zag en forme de chants, qui reprend vingt courts extraits de pièces chantées.

    Les musiques du passé seront rehaussées avec des instrumentations différentes, une nouvelle lutherie, des tourne-disques, des échantillonneurs et de l’électronique. «À mon avis, ça fait de la musique de 2005», selon Hétu, qui sera accompagnée, elle et ses comparses, par l’Ensemble SuperMusique, formé de onze musiciens plus que solides, dont Lori Freedman, Michel F Côté, Bernard Falaise, Jean Derome et Martin Tétrault.

    Ce voyage dans le temps ramènera des sons perdus dans les dédales de l’histoire, notamment celle des années 80 et ses ambiances synthétiques. La musique actuelle d’hier n’est plus celle d’aujourd’hui, elle passe dans les moeurs, récupérée des années après par la pop. Hétu reconnaît qu’elle a souri à quelques reprises en astiquant ses antiques. Cette traversée l’aura menée à délaisser la chanson, pour favoriser une forme de musique improvisée, vers une musicalité marquée par le dépouillement, le minimalisme et le bruitisme.

    Le concert sera un mélange de sonorisation conventionnelle et de spatialisation à plusieurs haut-parleurs, une rencontre d’anciennes musiques et de nouvelles. «Ça fait peut-être un spectacle qui peut toucher plus de gens qu’habituellement. Il n’y a pas que l’aspect très abstrait dans lequel on travaille maintenant. Il y a des thèmes qui ressortent. Parfois, il faut juste avoir un petit quelque chose pour s’accrocher, pour pouvoir prendre l’innovation.» À l’Usine C, demain et samedi, à 20h30.

    blogue@press-10237 press@10237
    28 mars 2005
    Par Lili Marin in Radio-Canada: Guide culturel (Québec), 28 mars 2005

    Texte

    Pas pour les Productions SuperMusique, qui célèbrent 25 ans de création en grattant, coupant, collant et transformant leurs partitions en un Palimpseste d’orchestre.

    Jamais de copie
    «Je n’ai pas d’intérêt à rejouer les pièces telles que je les ai jouées il y a 20 ans. J’ai le goût de maintenir le lien avec où je suis dans la création, maintenant», prévient Danielle Palardy Roger, cofondatrice des Productions SuperMusique avec Joane Hétu et Diane Labrosse. Les musiques subiront en direct des manipulations électroniques, puis seront spatialisées via un orchestre de haut-parleurs. «Nous n’avons jamais travaillé dans la copie de nous-mêmes. Ça a joué contre nous, parce que ça a toujours dérouté notre public», admet-elle.

    Exigeante mais accessible
    Improvisée, bruitiste, électronique, la musique actuelle plaît autant aux philosophes qu’aux scientifiques, «des esprits qui cherchent de nouveaux chemins». Contrairement à la musique contemporaine, qui descend de la musique classique, elle n’est pourtant pas «une musique d’université». Dans la lignée des musiques populaires comme le folklore, le jazz et le rock, elle est de tradition orale.

    Des improvisations envolées
    «L’histoire de la musique actuelle n’existe pas, on est en train de la faire», affirme Danielle Palardy Roger. Pour ce spectacle commémorant un quart de siècle de diffusion de musique de création, elle a dû se prêter à un véritable travail d’archéologue, notant les morceaux qui avaient été enregistrés sur disques. «À l’époque, comme nous travaillions en collectif, il n’y avait pas de partition de chef. Chacun avait la sienne, quand ce n’était pas carrément du par coeur, ce qui fait que beaucoup de musiques se sont perdues.»

    Mémoire numérisée
    Afin de remédier à cette absence de traces, Productions SuperMusique a mis en ligne ses archives: articles, programmes, photos, affiches et pochettes de disques qui ont marqué le parcours de la compagnie depuis ses débuts en 1979. Une exposition de quelques documents historiques se tiendra aussi dans le foyer de l’Usine C, lors des deux concerts.

    Wondeur Brass, Les Poules, Justine et les autres
    «Le type de musique qu’on faisait, personne n’en voulait, se souvient Danielle Palardy Roger. Il y a 25 ans, une femme qui jouait de la batterie, du sax, de la trompette, de la basse, ce n’était pas fréquent - ça ne l’est toujours pas - et ça nous excluait.» Voilà pourquoi elle a fondé avec huit autres femmes un premier collectif, Wondeur Brass, que le chroniqueur Pierre Foglia avait qualifié de subversif. D’autres ont suivi, tandis qu’elles poursuivaient en parallèle des projets solos.

    Mouvement international
    Avant de participer au festival français Musiques et femmes, en 1984, elles se croyaient seules au monde à faire ce genre de musique. Elles y ont découvert le Feminist Improvising Group et , un collectif de rock progressif iconoclaste. «C’est là que nous avons été capables de nous identifier à un mouvement. Puis, nous avons pris contact avec d’autres musiciens qui faisaient ce genre de musique à Montréal.» C’est ainsi qu’elles ont commencé à collaborer avec les René Lussier, Robert M. Lepage, Jean Derome et André Duchesne, qui ont fondé l’étiquette Ambiances magnétiques.

    Nouvelle lutherie
    Aujourd’hui, l’exploration musicale passe beaucoup par l’ordinateur et la nouvelle lutherie (instruments trafiqués, tourne-disques, etc.). «Nous avons d’excellentes instrumentistes à Montréal et il y a une relève intéressante, surtout en électronique.»

    Une salle dédiée aux musiques d’aujourd’hui
    «Présentement, nous devons nous promener dans diverses salles, davantage conçues pour l’oeil que pour l’oreille, au gré de leurs disponibilités. En plus de nous coûter cher, cela fait difficile pour le public de nous retrouver.» Les Productions SuperMusique, de concert avec le Nouvel ensemble moderne et Réseaux des arts médiatiques, travaillent depuis 2001 pour doter les musiques d’aujourd’hui d’un lieu dédié, avec une salle de spectacles, un café et un espace pour accueillir des artistes étrangers. Un tel lieu existe à Amsterdam, De IJsbreker (Le Brise-Glace). Il s’y donne environ 150 concerts par an.

    blogue@press-10239 press@10239
    1 février 2004
    Par Marc Chénard in La Scena Musicale #9:5 (Québec), 1 février 2004

    Texte

    Après trois spectacles présentés à la toute fin de janvier, l’événement «Journées québécoises de l’impro en musique» reprend au début du mois avec trois soirs à la Sala Rossa, dès le mardi 3 février. Signalons en passant qu’une table ronde sur la théorie et la pratique de l’improvisation se déroulera l’avant-veille, à la Faculté de musique de l’Université de Montréal (Pavillon Vincent-d’lndy, salle S-484). Avis est lancé à ceux et à celles qui auront la chance de lire ces lignes le premier jour du mois.

    Du côté des concerts, la maison de productions de concerts Codes d’Accès sera mise en valeur au cours de cette première soirée, consacrée à la recherche sonore électroacoustique; le lendemain, ce sera au tour du quatuar de saxophones Quasar de se produire avec des invités spéciaux (voir ci dessous); pour clôturer le tout, l’ensemble SuperMusique, constitué de huit personnalités gravitant autour du collectif Ambiances magnétiques (dont Jean Derome, Lori Freedman et Diane Labrosse) exécutera en première des pièces de Joane Hètu, de Jean-François Laporte et de la percussionniste Danielle R Roger, l’œuvre de cette dernière étant une commande de l’organisme instigateur de cet événement, la Société québécoise de la recherche en musique (SQRM).

    lnvité à ces soirées, le flûtiste de renommée internationale Robert Dick se joindra à l’ensemble Quasar, tout comme le pianiste et pédagogue Jérôme Blais et Danielle Palardy Roger. Le saxo baryton attitré du groupe, Jean-Marc Bouchard, promet un spectacle fort différent des prestations habituelles, axées sur le répertoire de musique contemporaine. «Il y aura une dimension scénique au concert, précise-t-il, puisque trois des participants seront sur scène et trois autres se promèneront, d’abord dans la salle, pour ensuite retrouver les autres sur la scène. Par ailleurs, nous avons bricolé de longs tuyaux flexibles qui font office de bocal de saxophones. Il y aura des musiciens qui agiront comme souffleurs, tandis que d’autres ne feront qu’actionner les clés.»

    Le flûtiste Robert Dick a apparemment conçu un genre de plan de match, mais ce ne sera que dans les heures précédant la représentation que les complices de cette soirée le découvriront. «C’est vraiment une tout autre approche que celle exigeant une interprétation bien travaillée d’avance. C’est tout à fait dans l’esprit de l’impro, où il faut être sur le qui-vive à chaque instant.»

    blogue@press-10225 press@10225
    28 janvier 2004
    Par Frédérique Doyon in Le Devoir (Québec), 28 janvier 2004

    Texte

    L’improvisation n’est plus l’apanage du jazz ou de la musique actuelle, c’est un moteur de découvertes, tous styles musicaux confondus. Tel est le credo de la quatrième semaine de musique thématique organisée par la Société québécoise de recherche en musique (SQRM), Les journées québécoises de l’impro en musique.

    Le nouveau coordonnateur artistique de l’événement, Jérôme Blais, qui a pris le relais de Sean Ferguson, veut ainsi mettre l’accent sur «le décloisonnement des disciplines musicales en improvisation», phénomène prégnant depuis quelques années. «Même s’il n’y a pas de concert commun où ils partagent la même scène, tous les artistes présentés ont une préoccupation commune qui est non seulement l’avancement de l’impro, mais la découverte de nouvelles formes d’expression», explique-t-il. D’où une programmation qui puise dans plusieurs genres musicaux.

    Outre le jazz représenté par les compositeurs Thom Gossage (30 janvier) et Steve Lacy (31 janvier), et la musique actuelle de l’ensemble SuperMusique (5 février) qui compte notamment les musiciens Jean Derome et Diane Labrosse, Les journées de l’impro présentent également l’ensemble de musique ancienne moyen-orientale Constantinople, le quatuor de musique contemporaine Quasar ainsi que Codes d’accès, qui explore les nouvelles technologies et le traitement électronique.

    «C’est un peu des cartes blanches : on a demandé aux artistes de nous dire, par le biais d’un concert, où en sont leurs recherches sur l’improvisation, de nous montrer ce qu’ils ont de plus innovateur», précise M. Blais. L’explosion de l’improvisation et les croisements entre genres musicaux s’opèrent aussi à l’intérieur d’une même soirée. «Thom Gossage, qui est un musicien de jazz, va créer une oeuvre de Rainer Wiens, plus connu en musique actuelle; SuperMusique passe une commande au compositeur Jean-François Laporte, qui est plutôt associé à la musique de concert contemporaine mais qui fait une exploration très originale sur le son et le timbre», cite en exemple le coordonnateur.

    En axant la quatrième édition de son événement biennal sur l’improvisation, la SQRM rompt avec ses trois autres semaines thématiques menées sous la gouverne de Sean Ferguson. Celles-ci se concentraient chacune sur un type d’instrument (le piano en 1997, la voix en 1998 et les cordes en 2001). Mais cette quatrième édition s’inscrit dans le même esprit de démocratisation de la recherche musicale à laquelle aspirait la SQRM en créant les semaines thématiques en 1997.

    L’organisme de recherche s’est alors doté d’un volet concerts pour «briser ses réflexes académiques» qui prenaient déjà la forme de colloques, de conférences et de publications d’articles. Pour faire le pont entre ces deux types d’activité, une table ronde intitulée «L’improvisation peut-elle sauver la musique ?» s’insère au milieu des performances musicales des Journées québécoises de l’impro en musique, le 1er février.

    blogue@press-10227 press@10227
    6 avril 2003
    Par François Couture in Ici Montréal (Québec), 6 avril 2003

    Texte

    Si Joane Hétu est demeurée plutôt discrète ces derniers temps, c’est que les festivités entourant le 10e anniversaire de sa compagnie de disques DAME l’ont tenue occupée au cours de la saison 2001-2002. Elle revient maintenant en force avec Nouvelle musique d’hiver, une œuvre qui sera présentée lors du premier Festival Montréal/nouvelles musiques. «J’avais envie de présenter une pièce intègrant les instruments acoustiques et électriques, ce qui est une grande caractéristique des musiques actuelles», explique la formidable touche-à-tout. C’est une des raisons pour lesquelles elle a écrit ce nouveau cycle, car Musique d’hiver (I’originale) est de nature très acoustique.

    Cette première mouture remonte au début de l’an 2000, moment où elle a été présentée devant public et enregistrée. Évocation de l’hiver québécois en quatre tableaux, Musique d’hiver repose sur un matériel mélodique à tendance minimaliste, appuyé par des éléments bruitistes. Le nouveau cycle conserve la même structure et le même sujet; pour le reste… «C’est exactement l’inverse, souligne Joane Hétu. La base de la pièce tient sur une structure d’intervention à caractère bruitiste à laquelle parfois s’ajoutent des thèmes musicaux, ou plutôt des interventions tonales.»

    Pour l’exécution, Joane Hétu s’est tournée vers l’Ensemble SuperMusique, un groupe à géométrie variable composé de membres de l’écurie Productions SuperMusique. «Jamais ma musique n’a été jouée par un grand ensemble!» s’exclame la joviale dame de DAME. Ils seront sept: Martin Tétreault, Lori Freedman, Guillaume Dostaler, Diane Labrosse, Pierre Tanguay, Joane et son conjoint Jean Derome. Mais… ces quatre derniers ne formaient-ils pas déjà le groupe Castor et Compagnie il y a dix ans? «Faut croire que je trouve qu’ils rendent bien ma musique… Je suis de tempérament fidèle. Vingt ans avec le même homme, quinze ans dans la même maison et mon signe chinois est le Chien: rien de plus fidèle!»

    blogue@press-10184 press@10184
    22 février 2003
    Par Marie Claude Mirandette in Le Devoir (Québec), 22 février 2003

    Texte

    Nouvelle Musique d’hiver, second volet d’un triptyque en construction, donne suite à Musique d’hiver. Une célébration d’une saison bien québécoise que signe Joane Hétu.

    En 2000, SuperMusique présentait Musique d’hiver, une composition pour quintette de Joane Hétu, toute en atmosphère, célébrant l’hiver québécois. Cette année, la compositrice québécoise revient en force avec Nouvelle Musique d’hiver, second Volet d’un triptyque en devenir. Cette fois, Hétu a construit sa composition autour d’un septuor où s’entremêlent la voix, le saxophone alto, le piano, I’accordéon, le synthétiseur, la batterie, les flûtes, les clarinettes mais aussi divers objets dont un tourne-disque et un cd. Au menu, une expérience «bruitiste» mais néanmoins méditative, où les sons acoustiques et électroniques cohabitent le temps de quatre mouvements qui sont autant de tableaux élaborés autour des quatre mois d’hiver, de décembre à mars.

    «Cette pièce s’appuie sur un canevas et un concept "compositionnels" [sic] laissant la part belle aux musiciens, qui improvisent afin de créer des textures et des climats sonores, de préciser Hétu. Les musiciens sont au cœur de mon travail de composition. Ils sont plus que de simples interprètes; ils participent véritablement au jaillissement de I’œuure via l’improvisation. Dès l’instant où l’on entre dans le processus de répétition, je deviens une musicienne parmi les autres et c’est à ce titre que je participe alors à la création.»

    Œuvre pluridisciplinaire
    Afin d’amener un peu plus loin cette idée de collégialité et de pluridisciplinarité, Hétu s’est adjoint le scénographe-éclairagiste Jonas Slowanski ainsi que le concepteur sonore Bernard Grenon. Ainsi, aux musiques et aux textes de la compositrice se greffent des projections visuelles de paysages hivernaux.

    «Avec ses boîtes de son, Grenon travaille l’espace afin que la musique l’habite le plus pleinement possible.»

    L’hiver risque d’être chaud et haut en couleurs grâce cette production SuperMusique/MNM présentée pour souligner le 30e anniversaire du Centre de musique canadienne du Québec. «À l’origine, on avait pensé reprendre la Musique d’hiver mais dès l’automne dernier, I’envie m’est venue de profiter de l’occasion pour élaborer le second volet du triptyque d’hiver L’idée même à la source du festival, à savoir la présentation d’un mélange, d’une multiplicité de genres, invitait à cela. Le festival MNM est une vitrine élargie qui décloisonne un peu la nouvelle musique en créant un engouement pour celle-ci, une effervescence. Il permet aux musiciens de se positionner dans le monde de la nouvelle musique tout en offrant au mélomane une véritable vue d’ensemble de cet univers éclectique qu’est celui de la musique et de la création actuelles.

    «Si je pouvais formuler un souhait, ce serait que les spectateurs assistant à un concert de musique actuelle soit pleinement conscients que les musiciens sont en train de créer l’œuvre in situ et qu’ils assistent à cette naissance.»

    blogue@press-10183 press@10183
    15 mars 2002
    Par Patrick Gauthier in Le Journal de Montréal (Québec), 15 mars 2002

    Texte

    Pendant que les skieurs pensaient avec tristesse à la fin d’un hiver qui n’a jamais débuté, Jean Derome célébrait déjà le printemps avec sa sixième expédition de Canot-Camping, à la Cinquiéme Salle de la PdA.

    Canot-Camping? De l’exploration sonore, oui. Se guidant sur un canevas plutôt permissif, Derome dirige dix musiciens, des défricheurs étoiles, il va s’en dire, qui répondent au chef de l’expédition au doigt et-à l’œil. Littéralement.

    On ne sait plus trop si ce qu’on entend est encore de la musique, mais on est drôlement impressionné par la performance de Jean Derome et l’Ensemble SuperMusique.Si Dubmatique respecte trop les règles, Derome, lui, les repousse d’un couinement de saxophone.

    blogue@press-10062 press@10062
    14 mars 2002
    Par Claude Côté in Voir (Québec), 14 mars 2002

    Texte

    Pour les initiés, il s’agit presque d’une vérité de La Palisse: la scène jazz à Montréal est en pleine effervescence. On pourrait même parler d’une révolution intérieure: les clubs de jazz étant à peu près inexistants, les adeptes de la note bleue apparaissent aujourd’hui dans des endroits aussi improbables que le Cabaret du Plateau, l’ancien Théâtre des Variétés, le Zest, l’Alizé, ou encore la Casa del Popolo.

    Côté labels, ça bouge aussi: Ambiances Magnétiques, surtout spécialisé dans la musique actuelle, lançait récemment son 100e album (Canot Camping, de Jean Derome) et Effendi, qui se consacre exclusivement au jazz, confirme aussi la vitalité du jazz local par le foisonnement de ses créateurs.

    Parmi les événements, la cinquième édition d’Évidemment Jazz, présentée au Zest, offrira une programmation constituée de véritables défricheurs: LML proposera des ateliers d’improvisation pendant trois jours; Voodoo Jazz poussera le jazz funk dans ses derniers retranchements; le Big b’Off alliera poésie et jazz; et la liste s’allonge. De plus, trois nouveaux disques seront lancés lors de l’événement: les premiers du bassiste Normand Lachapelle (étiquette Hursh), et Coral Egan et du guitariste Alex Cattaneo (étiquette Nisapa), ainsi que le plus récent du quintette iks, qui nous livre un quatrième album en cinq ans d’existence.Une belle cuvée.

    Porte-parole, aux côtés de Charles Papasoff, la chanteuse Coral Egan nous propose The Path of Least Resistance, produit et réalisé par ce même Papasoff: "C’est un titre à l’image des deux semaines d’enregistrement intensives avec Alex, parce que le temps accordé était court, et qu’il a fallu foncer sans trop se poser de questions, sans accorder d’importance aux menus détails. Il serait donc erroné d’interpréter le titre comme étant la loi du moindre effort." Mais pour Coral, ce titre prend aussi une autre signification: "Je me suis inspirée des archers japonais qui, selon les rites de l’art zen, méditent longtemps avec la cible dans la mire puis, au moment opportun, laissent partir la flèche." Tout vient à point à qui sait attendre, donc. Un adage qu’on pourrait appliquer à l’ensemble du jazz montréalais…

    Quant au disque, il s’agit d’une collection de chansons pop guitare-voix. Des versions dénudées de Lonely (Waits), A Felicidade (De Moraes et Jobim), Le Poinçonneur des Lilas (Gainsbourg), insérées subtilement parmi les immortelles de Rogers&Hart, Irving Berlin et Johnny Mercer, en plus d’une composition originale, New Light, Old Window, livrée en deux versions distinctes. Lors de la première édition d’Évidemment Jazz, Egan nous avait pris par surprise avec une relecture sympathique de Bottle of Blues de Beck, malheureusement absente de la sélection finale de ce disque. "Je travaille beaucoup par instinct, admet-elle, la façon dont je chante me vient très naturellement. Ce qui est difficile, c’est ce qui vient après, c’est le rôle que je devrai assumer parce que l’attention sera portée sur moi puisque je suis la chanteuse; même si le travail d’Alex se démarque tout autant."

    blogue@press-10067 press@10067
    13 mars 2002
    Par Bernard Lamarche in Le Devoir (Québec), 13 mars 2002

    Texte

    Rares sont les petites compagnies de musique actuelle qui peuvent se vanter d’avoir cent titres au compteur. À partir de ce soir, les Disques Ambiances Magnétiques atteignent ce chiffre inespéré. La centième prise magnétique? L’expédition 4 du projet de Canot-camping de Jean Derome un des piliers de la scène québécoise, par ailleurs fondateur de l’étiquette Ambiances Magnétiques. Ce soir et demain, Jean Derome débarque à la Cinquième salle de la Place des Arts, avec l’ensemble SuperMusique et ses onze musiciens. Nous irons encore au bois pour les expéditions 5 et 6.

    Le saxophoniste, lauréat du prix Opus 2001 pour l’artiste s’étant le plus illustré à l’étranger, se réjouit à juste titre de la longévité de l’étiquette qu’il a créée en 1983. «C’est incroyable. Ça prend des dimensions sérieuses et internationales. Il a quand même une esthétique générale qui se dégage, associée ensuite à la musique de Montréal.» En rigolant, Derome raconte qu’il y a des musiciens qu’il rencontre en Europe «qui pensent qu’à tous les soirs à Montréal il y a de la musique comme ça. Je dois leur expliquer qu’il y a une petite partie du monde qui fait cette musique et qu’on ne joue pas tous les soirs. Ça devient tout de même une référence».

    Improvisation mixte

    «Sur papier, le projet existe depuis très longtemps, rappelle le musicien. Ça fait vingt ans que je pense faire une pièce sur ce sujet-là, toujours inspiré des voyages en canot que je fais annuellement au parc de La Vérendrye.>, Les premiers coups de pagaie ont été donnés en 2001 à l’exposition de musique du Théâtre La Chapelle. D’autres contrées ont été explorées au Colisée de Victoriaville, puis au Festival de jazz d’Ottawa en juillet 2001. L’expédition 4 a été vécue sur trois jours dans un studio de Radio-Canada, pour être rapportée sur disque. «Là, on a enregistré l’équivalent de six disques en durée. Des trojets différents à travers l’expédition ont été effectués.» Le projet, à onze musiciens Derome n’avait pas espoir de pouvoir le monter de nouveau vu la difficulté de faire tourner des gros groupes. Les onze musiciens-improvisateurs travaillenl dans le calme. «C’est une étude de texture, de température, de microclimat.» L’approche de ce disque est variée. Les idées gambadent sur les flots du jazz, de la musique bruitiste, se veulent référentielles à l’occasion, ou concrètes—les éléments naturels s’y retrouvent, comme le vent, les vagues, les moustiques. L’abstraction reprend parfois aussi le dessus, se rapprochant de l’électro-acoustique.

    Le projet reste ouvert, mais les balises sont claires, explique Derome. «Chaque expédition est différente, l’itinéraire change à l’intérieur de la méme réserve.» Le projet est abordé comme une carte géographique. Certaines des courtes pièces sont écrites de façon précise, parfois des figures rythmiques sont écrites, mais le choix des notes est laissé aux musiciens. Le tout est «une étude des manières de composer pour un groupe de musiciens».

    Loin des big band où les rôles des musiciens sont souvent typés, ici les partitions peuvent se résumer à des terrains ou à des rôles que chacun des musiciens visite à sa manière. D’ailleurs, plus que des instruments, ce sont surtout des interprètes qui ont été choisis. «C’est riche comme matière. Rendu à onze, ça devient complexe. Il faut cartographier ça pour se retrouver et atteindre une certaine efficacité dans le déroulement.» Loin des magmas sonores que Derome a déjà explorés, des couleurs et des lignes seront mises en relief pour ces expéditions. Bien que jouées avec retenue, les conditions climatiques peuvent changer rapidement, tous devront être aux aguets pour ces expéditions urbaines.

    blogue@press-10055 press@10055
    9 mars 2002
    Par Bernard Lamarche in Le Devoir (Québec), 9 mars 2002

    Texte

    Jean Derome, qui vient tout juste de se voir attribuer le prix Opus 2001 pour l’artiste s’étant le plus illustré à l’étranger, nous invite à un concert expédition. L’idée lui est venue, alors qu’il pratiquait son sport favori (devinez lequel), de transposer ses impressions dans son art favori (devinez aussi lequel). Avec ses collègues actualistes, ce qui s appelle expédition 5 et 6, il propose donc une forme de jeu musical structuré pour 112 improvisateurs. A vous donc d’embarquer dans cette randonnée musicale où, on peut le parier, le ludisme et le plaisir seront du voyage.

    blogue@press-10060 press@10060
    9 mars 2002
    Par Patrick Gauthier in Le Journal de Montréal (Québec), 9 mars 2002

    Texte

    L’histoire, c’est bien. La géographie aussi. Alors parlons de Jean Derome, dont le dernier projet, Canot-Camping, est justement une étonnante exploration de l’espace.

    Tiré d’une série d’improvisations dirigées, Canot-Camping est une oeuvre déstabilisante qui promène l’auditeur aux limites de la musique. De l’autre côté, le chaos guette. On n’y met jamais le pied.

    On écoute Canot-Camping et on se dit que ça doit étre stupéfiant de voir, sur une scène, ces dix musiciens guettant les commandes gestuelles de Derome.

    Ça tombe bien: Jean Derome et l’Ensemble SuperMusique s’attaquent à nouveau aux rapides de la musique improvisée, cette semaine.

    blogue@press-10061 press@10061
    7 mars 2002
    Par Catherine Perrey in Ici Montréal (Québec), 7 mars 2002

    Texte

    Jean Derome nous entraine dans son sillage, entre canot-camping et portages. Il ne nous laissera pas deriver.

    Jean Derome a recu le Prix Opus, Rayonnement à l'étranger, édition 2001. Comme quoi, il faut du temps pour se faire entendre! Plus souvent en concert de l'autre côté de l'Atlantique qu'ici même, Derome serait-il enfin reconnu chez lui? On ne s'attardera pos trop sur la question…

    On parlera plutôt d'expédiffon aquatique. Canot camping, c'est le résultat d'un travall réalisé avec 11 improvisateurs, de vrais boyscouts de l'improvisaffon. D'ailleurs, I'album Canot camping: expédition 4 a été composé pour «11 personnes et non pour 11 instruments.» Onze personnes vivantes. C'est-à-dire capables de répondre du tac au tac aux stimulations auditives. Sans frontière entre l'interpréte et la personne à la direction musicale. Ce qui est typique de la démarche de Jean Derome: «L'interpréte est trés important, et justement, comme un prisme, il capte la lumière. Dès les premières notes de Canot-camping, ce qui fait la force de cet ensemble, c'est justement le poids de la métaphore. Métaphore pour pluie, vent, courants. Métaphore pour nuit, étoiles, tente.

    Une dynamite intérieure

    «J'essaye de les pousser exactement dans la chose où ils sont bons, et d'autres fois de les mettre exactement dans des situations où ils vont être déséqulilbrés», poursuit Jean Derome, avec un petit sourire narquois. Et c'est ça qu'une connaissance, disons Intime, des interprètes permet.

    Dans une relation classique direction musicale-interprètes, cela risque de chambouler radicalement la concepffon de la pièce. Ici, tout est fonction de la relation «climatique. (s'il pleut ou s'il vente) entre Jean Derome et ses interprètes. On part d'un point A, mais c'est pour arriver au point Z, et les dérives sont donc trés controlées. Et surtout, ça laisse une trés grande responsabilité à chacun des musiciens. «En improvisation, c'est à chacun d'être conscient de l'ensemble, il y a des décislans trés, trés rapides qui doivent se prendre.» Avant de couler à pic avec les musiciens!

    Voici comment 20 années de pratique de canot-camping ont irrigué la pensée de Jean Derome: «Dans le canot-camping, ce que j'aime comme thémathique, c'est l'aspect anecdotique. Ça rejoint les gens sur une base trés simple: le courrant, les champs, les changements de climat, les possibilités. Les possibilités de façonner, par des signes, avec les musiciens, puis de passer trés rapidement d'une chose à l'autre. La pièce est une mosaïque de petits mouvements. Mais l'ordre n'est pas nécessairement prédéterminé, on peut complétement changer le cours de l'expédition.» Tout est dit.

    blogue@press-10063 press@10063
    7 mars 2002
    Par Réjean Beaucage in Voir #781 (Québec), 7 mars 2002

    Texte

    Jean Derome et l’ensemble SuperMusique débarquent à la Cinquième salle de la Place des Arts avec Canot-camping, expéditions 5 et 6. Un projet qui a longtemps été en évolution avant d’adopter sa forme actuelle, qui reste ouverte, mais à l’intérieur de balises claires. "Il y a eu plusieurs approches, m’explique le saxophoniste. D’abord, je voulais faire une pièce toute écrite, puis j’ai opté pour une version jeu vidéo qui adopterait la forme d’un concerto, où le personnage est opposé à un milieu et doit franchir des étapes, etc. Pendant plusieurs années, j’ai pensé que je la composerais comme ça. Finalement, quand j’ai commencé à composer, c’était pour l’essayer en atelier à l’Exposition de musique (Théâtre La Chapelle, avril 2000)." Ce fut l’Expédition 1. "Passer en un mois de l’intimité du La Chapelle au Colisée de Victoriaville (Expédition 2), ça n’a pas été l’idéal." L’expérience vécue en fin de FIMAV a, en effet, été difficile. L’Expédition 3 s’est déroulée au Festival de jazz d’Ottawa en juillet 2001 et l’Expédition 4 (voir critique en page Disques) a duré trois jours dans un studio de Radio-Canada. Une expédition à New York en septembre 2001 a dû être annulée à cause de ce que l’on sait.

    Bien sûr, l’idée d’une expédition de canot-camping peut évoquer à merveille le travail d’un ensemble de musiciens-improvisateurs. "Je l’aborde comme une carte géographique, un réseau de pièces dont certaines sont écrites, d’autres improvisées; quelques-unes sont des jeux où je dirige l’orchestre avec un système de signes, etc. Tout ça constitue, par exemple, la carte du parc de La Vérendrye, mais à chaque expédition, on ne visite que des parties du parc. On n’essaie pas de visiter tous les lacs, toutes les rivières, tous les campings… Mais on se fait chaque fois un circuit. Et ça dépend toujours de l’humeur des musiciens, ou du temps qu’il fait, parce que si on trouve un coin intéressant, on peut décider d’y rester plus longtemps. En canot, s’il fait très beau ou très mauvais, ça peut influencer ta décision de rester ou de partir. C’est pour ça que chaque version est une expédition. On ne s’imagine pas pouvoir faire le tour en une seule fois."

    Les musiciens ont intérêt à rester en alerte, parce que dans la tête de Jean Derome, il peut arriver que les conditions climatiques changent vite! Mais l’ensemble SuperMusique est constitué de canoteurs chevronnés: Nicolas Caloia et Normand Guilbault tiennent les contrebasses, Guillaume Dostaler est au piano, Diane Labrosse à l’accordéon ou à l’échantillonneur, Joane Hétu au sax alto, Tom Walsh au trombone, Jean René à l’alto, Reiner Wiens à la guitare, Pierre Tanguay aux percussions et Martin Tétreault au tourne-disque (à quatre bras).

    Derome, qui recevait en novembre dernier le prix Opus du Conseil québécois de la musique pour le rayonnement à l’étranger, retournera en Europe d’ici la fin du mois pour participer au festival Banlieues Bleues avec Joane Hétu (Nous perçons les oreilles) et reprendre la magnifique expérience tentée l’année dernière à Victo avec Louis Sclavis, Bruno Chevillon et Pierre Tanguay. D’autres concerts européens sont prévus avec le quatuor et sans doute un disque. Pour Canot-camping, pas encore de projet à l’extérieur, mais l’album récemment paru pourrait changer ça. Avant tout cependant, deux expéditions au centre-ville. Souhaitons-nous du beau temps!

    blogue@press-10064 press@10064
    7 mars 2002
    Par Mike Chamberlain in Hour (Québec), 7 mars 2002

    Texte

    The success of any trip depends greatly on the composition of the travelling party. So in fashioning his piece Canot Camping, Jean Derome has written the music with specific musicians in mind.

    That group includes many of Montréal% most adventurous improvisers: Derome, Nicolas Caloia, Guillaume Dostaler, Normand Guilbeault, Joane Hétu, Diane Labrosse, Jean René, Martin Tétreault,Tom Walsh and Rainer Wiens.

    Canot-Camping is a game piece inspired by, and evoking the sounds and experiences of, Derome's favourite sport: camping. The piece was premiered in April 2000 and performed at Victoriaville and Ottawa: that year. The new recording, Ambiances Magnétiques' 100th, constitutes Expedition 4, and two performances next week, at the Cinquiéme Salle of Place des Arts, will be Expeditions 5 and 6. Unfortunately, this work is performed with about the same frequency that Derome goes camping: infrequently.

    While the sounds evoke aspects of the camping experience - waves, insects, thunder - the game approach also simulates the unexpectedness of the canoe trip.

    To this end. Derome directs the musicians with a series of 60 signals. Which signals he employs at any one time depend on what is already happening in the piece, but sometimes Derome might throw a curve ball, or, not to mix metaphors, a sudden rain squall at the musicians. This requires improvisers who can think quickly and react in useful and interesting ways to the situation presented much as one might have to act while negotiating a set of rapids.

    Derome sees the programmatic aspect of Canot-Camping as an aid to those who might be curious about improvised music, but might find abstract music daunting.

    "It's a very abstract piece, he says, "but for somebody who doesn't know about improvised music, it's a good opportunity, because the link with the more exotic aspect of it makes it easier to appreciate. If you don't think about a river, if you're listening to long tones, you might not know what's happening. But because it's a river, some rapids, rain, wind, or whatever, it gives a direct link to the listener, something that they can relate to their own experience of life.

    blogue@press-10065 press@10065
    7 mars 2002
    Par Réjean Beaucage in Voir #781 (Québec), 7 mars 2002

    Texte

    Centième parution pour l’étiquette Ambiances Magnétiques. Ça tombe bien, parce qu’il y a un peu de tout dans ce nouveau disque de Jean Derome: du calme plat et des remous, de la boucane et des bibittes, des odeurs de jazz et des poussières de tourne-disque. Il faut prendre le temps de se laisser gagner par le rythme d’insouciance qui traverse l’album - un petit swing par-ci, une construction abstraite par-là - pour en venir à se sentir en plein centre d’un lac, au milieu d’un rêve. Beaucoup de retenue chez les 11 musiciens dont l’excellente production rend le travail perceptible avec une grande clarté, bien que l’on ne sache pas toujours très bien de quoi ils jouent! La métaphore du canot-camping offre à Derome une partition virtuelle idéale, et la transposition est des plus réussies. 3,5/5

    blogue@press-10066 press@10066
    1 mars 2002
    Par Dominique Olivier in La Scena Musicale #7:6 (Québec), 1 mars 2002

    Texte

    L’«instrumentiste-compositeur-chef d’orchestre-improvisateur» Jean Derome nous a habitués à des événements musicaux inusités, et, surtout uniques, débordants d’imagination et de surprises. Mettant à profit l’art du compositeur, la personnalité des musiciens qui l’accompagnent dans ses expérimentations, les aléas du hasard et bien d’autres choses encore, Derome, récipiendaire du Prix Opus 2001 «Rayonnement à l’étranger», nous invite cette fois à une expédition (ou plutôt à deux) en canot-camping.

    Présenté à la Cinquième salle de la Place des Arts et produit par SuperMémé, Canot-camping, Expéditions 5 et 6 nous invite à partager un voyage à l’itinéraire imprévisible et soumis aux intempéries avec musiciens improvisateurs membres de l’Ensemble SuperMusique. Les 13 et 14 mars, Jean Derome et ses accompagnateurs parcourront un «réseau de pièces» appelé Canot-camping et que son créateur accepte (un peu malgré lui) de comparer à une courtepointe aux morceaux de dimensions variables. «Il s’agit en fait de plusieurs pièces reliées. Chacune est appelée par une série de gestes qui annoncent les éléments à venir, les sections libres ou la continuation d’une même action. Chaque fois que j’ai repris Canot-camping, I’itinéraire a été différent. Je fais moi-même du canot dans une immense réserve, le parc de La Vérendrye. Il est impossible de tout visiter en une fois. Dans nos expéditions musicales, le pourcentage d’improvisation est à peu près le même que dans un voyage. Ça permet de ne pas rester pris dans une pièce fermée (à comprendre dans les deux sens du terme…)».

    «Faire quelque chose d’aussi ouvert avec 11 instrumentistes n’est pas de tout repos, souligne Jean Derome. Il est difficile, lorsque la polyphonie devient très complexe, de suivre les mouveménts de chaque musicien. Dans un orchestre symphonique, les musiciens sont nombreux à jouer la même ligne. Ici, la grande complexité ne permet pas toujours d’analyser ce que les autres font. La pièce balise un peu le travail et façonne ce qui se passe». Pour ce faire, Derome et ses complices ont conçu un système de signes, inspirés à la fois du langage de l’improvisation et de celui des sourds-muets. Ce système compte maintenant plus de 60 signes. «Nous avons passé bien des répétitions à simplement apprendre les signes. Maintenant, je peux faire des choses assez intéressantes: m’adresser aux musiciens avec des consignes sur le temps, les pulsations, enfin des choses relativement précises. Ça n’est pas encore suffisamment précis à mon goût, mais nous continuons à développer le système pour qu’il s’accorde à nos besoins.»

    Dans ce contexte, Jean Derome assume plus que jamais le rôle de chef d’orchestre, tout en restant un des acteurs sonores importants de l’expédition. «En général, j’essaie de faire des choses qui se passent de chef, parce que j’accepte très difficilement de tourner le dos au public. Dans Canot-camping, je suis un des joueurs, mais je consacre aussi beaucoup de temps à donner les consignes aux autres musiciens.»

    Sa quatrième version est celle qui a le plus fait évoluer Canot-camping (après une première dans le cadre d’une Exposition de musique au Théâtre de la Chapelle, une deuxième, au Festival de musique actuelle de Victoriaville et une troisième, au Festival de jazz d’Ottawa). Canot-camping, Expédition 4, le 100e disque à paraître sous étiquette Ambiances Magnétiques, sera lancé dans le cadre des concerts Expéditions 5 et 6. «Nous avons accompli en studio un vrai travail de fond», précise Jean Derome, ce qui a fait considérablement évoluer notre musique. «C’est pour moi une approche beaucoup plus abstraite qu’avec les autres productions que j’ai réalisées: il y a eu une recherche profonde sur les textures, les rythmes, le côté aquatique des sonorités et du déroulement. Après Expédition 4, je voulais abandonner le projet. J’étais donc très content que SuperMémé veuille le produire.» Peu optimiste sur l’avenir de Canot-camping en tournée, Jean Derome, à nouveau très motivé par la nouvelle existence de la pièce, rêve maintenant de poursuivre le projet… sur disque. Alors, à bientôt, peut-être, pour d’autres expéditions sonores.

    blogue@press-10054 press@10054

    Autres textes dans

    • All About Jazz (ÉU), 23 mai 2007
    • 24 heures (Québec), 29 janvier 2004