Si la radio n’apparaît pas, c’est que vous n’avez pas installé Flash ou que votre version n’est pas à jour. Vous devez également activer Javascript.

Radio ›› Les Poules
Phénix
Une vie éternelle (2008), 2m34s [extrait]
Piste 24 de Phénix
CD: Ambiances Magnétiques (2008) AM 176

Artistes ›› Les Poules

  • Articles sur Les Poules

    Les critiques de disques se retrouvent dans les pages de chaque disque (via l’onglet discographie).

    2 mars 2009
    Par Cem Zafir in The Gabriola Sounder (Canada), 2 mars 2009

    Coupure de presse

    blogue@press-10556 press@10556
    6 février 2008
    Par Marvin in Free Albums Galore, 6 février 2008

    Texte

    «They mix well with the larger ensemble creating a well thought out atmospheric work.»

    Le GGRIL is that most cumbersome of all musical monsters, the avant-garde big band. The nature of the big jazz band is to allow improvisation over tightly structured arrangements. The big band is practically the opposite of avant-garde jazz which often respect freedom of sound over tonality, structure, or even rhythm.

    Le GGRIL is centered in Québec, Canada and walks a tightrope between the improvised and the structured. The band’s arsenal of imaginative players borrow as much from post-classical as from free jazz. Their personnel is changeable but the unusual assortment of saxes, clarinet, accordions, violins, guitar and percussion seems to be the norm. The free self titled album has four tracks. Tracks 1, 2, 4 are directed by alto saxophonist Jean Derome with Fire + Bebelle most closely related to jazz. Tracks 2 and 4 are quieter and makes good use of long tones and well placed silence. Derome’s direction and playing is center toward exploring sounds and environment more so than totally free improvisation.

    The same can be said for track 3 which is an extended 11 minute work featuring the improvisatory trio of Les Poules. Alto saxist Joane Hétu, percussionist Danielle Palardy Roger, and samplist Diane Labrosse tends to prefer long drones with free improvisation as accent. They mix well with the larger ensemble creating a well thought out atmospheric work.

    The album is available from the excellent Insubordinations netlabel in 320kbps MP3.

    blogue@press-3499 press@3499
    1 juin 2004
    Par Cristin Miller in Signal to Noise #34 (ÉU), 1 juin 2004

    Texte

    «A drama of highly attuned listening slowly emerged full of simultaneous starts, frequent finishing of each others’ sentences, and sudden collective laughter.»

    The 19th annual Seattle Improvised Music Festival took place this winter over two week-ends in Febuary. This year brought a turning point for the festival, as the long-term orginizers turned over the reins to musicians newly very active in the scene, all of whom are directly or indirectly affialited with Open Music Workshop. Open Music Workshop (or OMW) is a relatively young entity, less than two years old, but has constitued something like a second wave in the improvised music scene in Seattle. This shift in leadership was reflected in the shape of the festival this year, which cast a wider net and included a broader range of approaches to music making.

    The next weekend I also managed to catch Les Poules (Montréal) at Consolodated Works, a large warehouse-like art gallery and performance space. Les Poules have beon playing together for over a decade, and every passing minute of their long history and musical intimacy. Joane Hétu (vocals, alto sax) staked out a minimalist territory of voiceless fricatives and static noises, which she mined over the course of the performance. Diane Labrosse (electronics) explored a similarly focused territory, while Danielle Palardy Roger’s percussion poured out speechlike with orchestraly various gestures accumulating over time into a complex field. A drama of highly attuned listening slowly emerged full of simultaneous starts, frequent finishing of each others’ sentences, and sudden collective laughter. Occasionally, certain silences were allowed to move with grace to the center of the circle.

    blogue@press-2558 press@2558
    16 septembre 2003
    Par François Couture in actuellecd.com (Québec), 16 septembre 2003

    Texte

    À l’exception de la pop sirupeuse, tous les genres musicaux sont dominés par le mâle. Qu’il grogne dans le micro, gratte sa guitare ou s’époumone au saxo, l’homme s’accapare l’image du musicien, autant dans le rock des multinationales que sur la scène des musiques actuelles. Quand la femme s’aventure dans le domaine, elle est souvent réduite à adopter les formules toutes faites de l’industrie.

    C’est pourquoi il est étonnant de trouver au sein du catalogue de DAME autant de femmes à la démarche artistique novatrice. C’est que dès ses premières années, le collectif Ambiances Magnétiques a accueilli trois créatrices dont l’activité musicale, la force organisationnelle et la forte tête ont servi de pôle d’attraction. Je parle bien sûr de Joane Hétu, Diane Labrosse et Danielle Palardy Roger.

    Nos trois protagonistes se sont connues au tournant des années 80 dans Wondeur Brass et ont poursuivi leur association dans Les Poules et Justine. Big band anarco-féministe à ses débuts, Wondeur Brass a servi de laboratoire à Joane, Diane et Danielle qui y ont fait leurs premières armes (Joane, autodidacte, y a littéralement appris la musique). Leur mélange de poésie moderne, de free jazz et de rock-in-opposition est déjà au centre du long-jeu Ravir. Du sextet du premier album, on passe au quatuor avec la bassiste Marie Trudeau pour Simoneda, reine des esclaves. Cette formation prend bientôt le nom de Justine pour trois autres disques (La légende de la pluie, créditée au nom de chaque musicienne, peut être abordée comme une collaboration entre Justine, Zeena Parkins et Tenko) au cours desquels le discours féministe est graduellement sublimé et laisse place à une fantaisie croissante qui connaît son apogée sur le phénoménal Langages fantastiques.

    Dès la sortie de Langages fantastiques, les trois filles se consacrent à leurs carrières individuelles. Chanteuse et saxophoniste, Joane Hétu insuffle à sa musique un émerveillement langagier et une interprétation mal dégrossie qui se rapproche de l’outsider art. Elle a d’abord mis sur pied son propre groupe, Castor et compagnie (avec Diane Labrosse, Jean Derome et Pierre Tanguay), qui a commis deux albums de chansons sensuelles et tordues en filiation directe avec Justine. Par la suite elle s’est tournée vers l’improvisation, d’abord avec son compagnon Jean Derome dans le duo Nous perçons les oreilles, puis en solo avec Seule dans les chants, d’une intimité intense. Elle a récemment prouvé ses talents dans la composition à grand déploiement avec le magistral Musique d’hiver.

    Vers la fin de Justine, Diane Labrosse a délaissé le clavier pour lui préférer l’échantillonneur. Après un album solo, Face cachée des choses, un disque en duo avec le percussioniste Michel F Côté (Duo déconstructiviste) et une participation à son groupe Bruire (sur Les Fleurs de Léo), elle a tâté de la composition pour ensemble d’improvisateurs (Petit traité de sagesse pratique) avant de se consacrer corps et âme à l’improvisation. Parasites, avec Martin Tétreault, et Télépathie, en compagnie d’Aimé Dontigny, démontrent qu’il est possible de manier l’échantillonneur avec grâce et sensibilité.

    Depuis la dissolution de Justine, la discographie de Danielle Palardy Roger progresse à petits pas (c’est qu’elle est très occupée par la direction des Productions SuperMusique). Son conte pour enfants L’oreille enflée (avec les voix et les instruments de Derome, Hétu et André Duchesne, entre autres) s’adresse au jeune public avec une rare intelligence. Et Tricotage, sa rencontre improvisée avec la contrebassiste française Joëlle Léandre, documente la finesse de son jeu de batterie.

    En 1986, Joane, Diane et Danielle avaient pris un congé de Wondeur Brass pour explorer les limites de la chanson pop sous le nom Les Poules (Contes de l’amère loi, fraîchement réédité). Dernièrement, elles ont repris le collier du trio, poussant cette fois dans l’improvisation riche en textures subtiles, qui marie bruitisme, écoute et lyrisme. Prairie orange marque ce retour attendu à un travail collectif.

    La présence de ces trois créatrices au sein d’Ambiances Magnétiques a attiré l’attention de quelques artistes aux intérêts similaires. Première autre femme à joindre l’écurie, Geneviève Letarte a produit deux superbes albums de chansons poétiques (Vous seriez un ange et Chansons d’un jour). Dernièrement, le catalogue de DAME a accueilli la performeuse Nathalie Derome, la guitariste Sylvie Chenard, la pianiste Pui Ming Lee, ainsi que Lori Freedman et Marilyn Lerner du duo Queen Mab, qui nous ont chacune donné un album solo (respectivement: À un moment donné et Luminance).

    La musique actuelle, un monde de gars? Suivez ces quelques pistes, vous verrez bien.

    blogue@press-3044 press@3044
    21 novembre 2002
    Par François Couture in All-Music Guide (ÉU), 21 novembre 2002

    Texte

    «Lyrics have devolved into abstract vocalizations, the keyboard licks have become treated samples, the beats have turned into textural percussion work.»

    Les Poules began as a side project for Joane Hétu (vocals, sax), Diane Labrosse (keyboards) and Danielle Palardy Roger (drums), three members of the feminist collective Wondeur Brass. The release of their first LP in 1986 cemented the relationships and the musical approach of this trio: a partly improvised form of synthetic avant-pop. The members went on to participate in many other projects. In 2000 the trio itself was resurrected as a free improv unit and a new CD came out in 2002.

    The year is 1986, the location Montréal. A group of avant-rock feminists has been active for a few years under the name Wondeur Brass. Started as a political music theatre, it has evolved into a provoking experimental pop group. At that point Hétu, Labrosse and Roger, the three most avant-gardist elements of the collective, felt the need to retract from the large ensemble (which has counted as many as nine members at one point) to work on their own small-scale project, christened Les Poules - “the chicks,” a bitter name for feminists. The music on Les contes de l’amère loi, released in 1986, shows a sharper focus than Wondeur Brass’ Ravir (1985): post-new-wave in spirit, cold and chaotic, the songs left more room to improvisation and yet packed more punch. Instead of bringing back the other members of WB, on hiatus, the trio decided to sack them and hire bassist Marie Trudeau. This quartet recorded Simoneda, Reine des esclaves under the moniker Wondeur Brass before switching to Justine and releasing two more albums in the 1990s. Hétu, Labrosse and Roger continued to work on each other’s solo projects and co-run the production company SuperMusique, but everyone believed Les Poules was a project of the past.

    In 2000, Hétu, Labrosse and Roger performed in Victoria and Vancouver (Canada) as a trio again and the use of their old group name came naturally. A year later, Ambiances Magnétiques reissued Les contes de l’amère loi on CD and the trio presented a concert in Montréal. No nostalgia is involved, the old repertoire has been buried. The new Poules play quiet free improvisation. Lyrics have devolved into abstract vocalizations, the keyboard licks have become treated samples, the beats have turned into textural percussion work. Prairie Orange came out in 2002.

    blogue@press-2255 press@2255
    16 août 2001
    Par Réjean Beaucage in Voir (Québec), 16 août 2001

    Texte

    «Après les avoirs vues séparément ou ensemble dans les projets les plus variés, ça fera plaisir de revoir ensemble ces trois super-mémés.»

    Il y a bien longtemps que l’on a vu ce trio sur une scène à Montréal. Bien longtemps aussi que leur seul disque — vinyle, bien sûr —, est épuisé. Paru en 1986 entre deux albums de Wondeur Brass, celui des Poules sera réédité cet automne dans la foulée du 10e anniversaire de DAME. La compilation Ambiances Magnétiques volume 5: Chante! 1985-2000 parue l’année dernière, nous a permis de redécouvrir Les Poules, caquetant sur La chanson du pain. Hé bien Les Poules sont de retour! Le concert du dimanche 19 août nous ramènera le trio en mode improvisation alors qu’elles nous présenteront des variations sur les projets personnels de chacune des trois musiciennes compositrices. C’est qu’il en a coulé de l’eau sous les ponts depuis 1986! Chacune de ces pionnières de la musique actuelle montréalaise a participé à plusieurs projets d’autre membres du collectif Ambiances Magnétiques en plus de proposer des projets solos: Joane Hétu (saxophone, voix) avec Seule dans les chants, Diane Labrosse (échantillonneur, claviers, voix) avec son Petit traité de sagesse pratique et Danielle Palardy Roger (percussions, voix) avec Voyage en aphasie mineure, entre autres. Après les avoirs vues séparément ou ensemble dans les projets les plus variés, ça fera plaisir de revoir ensemble ces trois super-mémés.

    blogue@press-1969 press@1969
    1 juin 1987
    in Auberge Île du Repos, activités culturelles (Québec), 1 juin 1987

    Texte

    «Ici la provocation est un geste volontaire. […] Ici la musique est une liberté apprivoisée. Il s’agit de savoir casser la coquille et se répandre sans jamais se briser. Et si on parle d’oeuf, celui de la poule requiert 21 jours d’incubation. J’admire une telle efficacité, une telle spontanéité.» Ce sont là les mots de Diane Labrosse, qui forme avec Joane Hétu et Danielle [Palardy] Roger le trio Les Poules. Efficacité et spontanéité certes, mais bien plus encore. La musique des Poules en est une sans mégarde, pour la chute de la règle, pour les débordements de la matière, une musique aux gestes rapides, aux sauts périlleux, une ode au parachute.

    Toutes trois membres du groupe Wondeur Brass elles explorent ici une approche complètement différente. Au départ, Les Poules c’est essentiellement une énergie de studio. Six mois en atelier, Ia rentrée en studio au printemps et un disque: Les contes de I’amère loi, arrivé à éclosion cet automne dans la collection Ambiances Magnétiques et lancé au Festival International de Musique Actuelle de Victoriaville en octobre 1986. Cet événement souligné par la présence «live» des Poules s’est mérité beaucoup d’attention à Victo et les a poussées à sortir du studio pour présenter Les Poules en show. Un show aux antipodes des démarches populaires, dans la lignée des musiques montréalaises les plus actuelles, les plus éclatées. Une musique hachurée, multidirectionnelle, riche en sonorités bizarres, faite avec imprudences, accidents et hasard. Rien n’est figé, le leitmotiv de ce recueil naïf et méchant de musiques nouvelles c’est l’improvisation. La matière a été retravaillée jusqu’à la gravure de l’album, alors en show, elle sera retravaillée.

    Avec Les Poules: «Attention!!! Travaux, ne laissez pas la panique s’emparer de vous… restez dans le mouvement des choses».

    Les Poules: Joane Hétu (du souffle, une force, une femme, un instrument, un timbre, de I’énergie. Fait de la musique inutile et aime Simone de Beauvoir): saxe alto, synthétiseur CS-5, voix. Danielle Roger (Once upon a time she had an idea and once upon this idea she had a time): batterie acoustique et électronique RX 11, synthétiseur Poly 6, voix. Diane Labrosse (piano électrique à 25 ans. Un premier band à 28 ans, un deuxième à 30. Convertie au synthétiseur à 32 ans. De plus en plus synthétisée à 33. Midisée à 34 et POULE à 35): synthétiseurs CZ-5000, Poly 6, DX7, voix.

    blogue@press-2167 press@2167

    Autres textes dans

    • Critiques de disques #34 (Québec), 20 novembre 2004