Si la radio n’apparaît pas, c’est que vous n’avez pas installé Flash ou que votre version n’est pas à jour. Vous devez également activer Javascript.

Radio ›› Pierre Tanguay
Nos enfants
Marie-Josée (2009), 3m15s [extrait]
YUL
Piste 4 de Nos enfants
CD: Malasartes musique (2011) MAM 013

Artistes ›› Pierre Tanguay

  • Articles sur Pierre Tanguay

    Les critiques de disques se retrouvent dans les pages de chaque disque (via l’onglet discographie).

    24 mai 2008
    Par Serge Truffaut in Le Devoir (Québec), 24 mai 2008

    Texte

    Enfin! Bravo! Merci aux organisateurs de L’OFF Festival de Jazz de Montréal d’avoir accompli un retournement temporel. La neuvième édition de cet événement ne se tiendra pas simultanément à l’autre, le «gros», si l’on peut se permettre. Après s’être rendu compte que l’offre musicale se confondait avec hyperinflation au début de l’été, les responsables de l’Off ont décidé de devancer les dates. Bref, il se déroulera du 13 au 21 juin.

    La deuxième modification apportée est géographique. Adieu le Patro Vys, bonjour le Dièse Onze, qui a ceci de bien qu’il est un club de jazz à l’année. Jazz et resto situé au 4115 A du boulevard Saint-Denis, pour être précis. Les autres points de chute sont les mêmes que ceux de l’édition antérieure: le Lion d’or et le Pub Saint-Ciboire. Auxquels s’ajoutent cette année…

    … La Sala Rossa. Et là, si l’on peut dire, c’est l’autre bonne nouvelle de cette année. Voici de quoi il s’agit: les organisateurs de l’Off se sont associés à ceux du festival Suoni per il popolo, qui se tiendra du 1er au 30 juin. Cette alliance, selon les confidences de Jean-Jules Pilote, cheville ouvrière de l’Off, devrait s’étoffer au cours des prochaines années.

    C’est à espérer. Car au cours des prochaines semaines, ce duo d’organisateurs va proposer deux spectacles à La Sala Rossa: le Sun Ra Arkestra, dont on a parlé la semaine dernière, le 14 juin, et le Barnyard Drama, le quartet Lauzier, Myhr, Martel, Tétreault ainsi que Gordon Allen le 15 juin. Prix du billet de Sun Ra: 25$, alors que celui du lendemain se détaille entre 14 et 16$.

    Puisqu’on décline les histoires d’espèces sonnantes, il faut insister sur un fait économique fondamental. C’est sérieux, très sérieux même. Le rapport qualité/prix inhérent aux shows de l’Off est REMARQUABLE! Le coût d’entrée des spectacles à l’affiche du Dièse Onze est de 8$. Ceux du Pub Saint-Ciboire sont gratuits. Ceux du Lion d’or: 20$ en prévente ou 25$ à la porte pour deux shows ou 15$ pour celui débutant à 21h30. Pour les détails, on peut se renseigner au lofffestivaldejazz.com

    Bon. Après lecture du programme, six des shows au Lion d’or sont à retenir: la Fanfare Pourpour, qui aura l’accordéoniste et chanteur suédois Lars Hollmer pour invité. Cette fanfare à la veine humoristique indéniable est toujours dirigée par l’immense Jean Derome. Quoi d’autre? Il suffit d’écouter leur album paru sur étiquette Ambiances Magnétiques pour s’apercevoir que les membres de cette grande formation excellent dans l’alchimie des folklores du monde.

    Le 18 juin, le saxophoniste et clarinettiste Chet Doxas va proposer un spectacle propre à aiguiser toutes les curiosités: Le Mur de Jean-Paul Sartre. Doxas a composé une série de thèmes inspirés, donc, de ce chef-d’œuvre littéraire qu’il interprétera en compagnie de Stéphane Allard et Zoé Dumais aux violons, de Jean René à l’alto, de Sheila Hannigan au violoncelle, de Zack Lober à la contrebasse, de son frère Jim à la batterie, tous sous la direction de Jon Sapoway.

    Le même soir, mais après Doxas, les musiciens phares des labels DAME et Ambiances Magnétiques vont occuper la scène pour improviser à tout va. Autour de Derome, on retrouvera Joanne Hétu au saxo, Charity Chan au piano, Diane Labrosse à l’échantillonnage, Lori Freedman à la clarinette basse, Guido Del Fabbro au violon, Rainer Wiens à la guitare et l’incontournable Pierre Tanguay à la batterie.

    Le 20 juin, le très courageux, le musicien essentiel, le contrebassiste battant Normand Guilbeault va décliner ses compositions retraçant la vie de Louis Riel. Il sera flanqué de quatorze musiciens, narrateurs et projectionnistes. C’est au Lion d’or le 20 juin à 20h. La veille, au même endroit, on aura droit à l’accouplement jazz et poésie avec José Acquelin, Renée Gagnon, Hélène Monette, Carole David et Jean-Marc Desgent.

    Enfin, le 21 juin, l’affiche est alléchante parce que… parce que… le saxophoniste Janis Steprans a réuni trois autres saxos autour de lui pour clôturer cette 9e édition. André Leroux sera au soprano, David Bellemare au ténor, Jean Fréchette au baryton et Steprans, bien entendu, à l’alto. Simon Lévesque à la contrebasse et Dave Laing à la batterie vont rythmer le tout.

    Les billets sont en vente à L’Oblique, à L’Échange, à L’Articulée ainsi qu’à la Casa Del Popolo et à Cheap Thrills pour les shows du 14 et du 15 juin.

    blogue@press-3578 press@3578
    1 avril 2004
    Par Dan Warburton in The Wire #241 (RU), 1 avril 2004

    Texte

    On 14 December 2000 in Montréal, turntablist Martin Tétreault and percussionist Pierre Tanguay recorded an offbeat but affectionate homage to the history of jazz in the form of ten three-minute pieces, one for each decade of Uhe 20th century. Three days later Tétreault mailed a DAT of the session to French improvising clarinettist Xavier Charles, who added his own contributions on 29 December before mixing down and pressing the result in a ridiculously limited CD-R edition two days later. The trio can indeed claim to have made the last jazz record of the 20th century.

    In today’s Improv, whose practitioners scowl joylessly at laptops and inputless mixing boards, it’s a pleasant surprise to come across the same sense of humour that once characterised Lol Coxhill’s and Steve Beresford’s work on the Nato label. Recorded in mono, the first four tracks are followed by a Pythonesque "and now - stereo!" flourish. Though conceptually rigorous, this is no mere exercise in cheap pastiche. Charles’s quotations of Sidney Bechet are as affectionate as they are accomplished, but he makes no attempt to ape the beboppers. Instead he sticks to sustained grainy multiphonics swinging between the left and right channels, leaving Tétreault’s mangled Hammond organ samples and Tanguay’s manic drumming to reference 50s hard bop.

    Similarly, "1960-1970 Free Jazz Tony Williams Lifetime" finds the clarinettist emitting distinctly 21st century spits and rustles. The deliciously cheesy closing track, "1990-2000 Acid Jazz Electronique", leaves the listener in little doubt as to what the musicians think of the genre, especially Charles who spends the entire track noodling, Feldman-like, on three adjacent semitones. The inner sleeve of this vinyl reissue Iovingly reproduces Delphine Touzet’s delightful original artwork - «Sauvons le Jazz!» indeed. It has rarely taken such a hammering as this.

    blogue@press-2514 press@2514
    16 mars 2004
    Par François Couture in actuellecd.com (Québec), 16 mars 2004

    Texte

    Lorsqu’on m’a demandé de plonger dans le catalogue de DAME à la recherche de points d’intersection ou de thèmes récurrents qui esquisseraient des chemins de découvertes, le filon folklorique s’est imposé de lui-même, non seulement par l’importance de la musique traditionnelle dans le développement de la musique actuelle au Québec, mais aussi parce que les disques qui s’y rattachent s’adressent à nous d’une façon qui sera plus immédiate pour certains néophytes.

    Cela peut paraître paradoxal, mais folklore et innovation font bon ménage. Quand les artistes avant-gardistes d’une culture cherchent à outrepasser les diktats de l’industrie musicale, ils se tournent souvent vers les racines, les leurs et celles des autres, à la recherche de nouvelles voies à explorer. Les musiques folkloriques cachent souvent des trésors de liberté et d’improvisation. De plus, leur aspect souvent festif rend l’acceptation de nouveaux paramètres (rythmiques, mélodiques, improvisationnels) plus facile. C’est ce qui s’est passé et continue de se passer au Québec. Voici une piste d’écoute en trois temps, trois approches novatrices du folklore chez DAME: les folklores revisité, réinventé et fantasmé.

    Folklore revisité

    Fin des années 70: le Québec vit un renouveau folklorique grâce à une nouvelle génération de musiciens (on pense à La Bottine Souriante, au Rêve du Diable, à l’Engoulevent). Parmi ces groupes, dont plusieurs endisquent pour la défunte étiquette Tamanoir, se trouve un collectif de jeunes fous, des guitaristes qui pervertissent le reel et le folk par leurs inventions mélodiques et leurs poèmes post-modernes. Conventum compte dans ses rangs André Duchesne et René Lussier, qui co-fonderont le collectif Ambiances Magnétiques un peu plus tard (les deux albums de Conventum, À l’Affût d’un complot et Le Bureau central des utopies, sont malheureusement discontinués).

    Au sein d’Ambiances Magnétiques, René Lussier a poursuivi sa relecture de l’histoire musicale du Québec et d’ailleurs. Sa discographie est parsemée de pièces folkloriques remises à nu et à neuf. Dans les trois albums des Granules (avec Jean Derome), il exacerbe son caractère dionysiaque (Le Boudin de Noël sur Soyez vigilants, restez vivants ou encore La Chicaneuse sur Au Royaume du silencieux). Avec Le Trésor de la langue, il s’est tourné vers notre folklore historique, transformant les mots de René Lévesque, du FLQ et des gens de la rue en un nouveau «Cahier de la bonne chanson». Sa récente collaboration avec le guitariste américain Eugene Chadbourne marque un retour aux sources — leur album L’Oasis sur étiquette Victo revisite plusieurs airs traditionnels des deux côtés de la frontière.

    Folklore réinventé

    Le folklore d’une nation n’est pas qu’un corpus, c’est aussi un état d’esprit, un substrat dont on s’inspire à la recherche d’un nouveau folklore. Plusieurs artistes du catalogue DAME puisent à cette source et réinvente notre folklore (et parfois même celui des autres). Sur La Boulezaille, Pierre Tanguay et Pierre Langevin (eux-mêmes maîtres des musiques traditionnelles européennes dans le groupe Strada) mélangent instruments traditionnels et modernes à la recherche d’un folklore actuel, dépoussiéré du carcan dans lequel aimerait l’enfermer les traditionalistes de tout acabit. Des groupes comme Interférence Sardines et la Fanfare Pourpour donnent à leur pièces originales une forme qui rappelle ici la fougue du violoneux du diable et là la musique des fêtes de rue (la musique du peuple, folklorique par définition). Si sa Musique d’hiver n’a rien de festif, Joane Hétu y redéfinit néanmoins le folklore hivernal québécois, avec beaucoup plus de précision et de force d’évocation que le poème de Nelligan.

    Folklore fantasmé

    Le folklore réfère à une musique instinctive, créée hors des institutions et de leurs codes, la musique du quotidien, du carnavalesque selon Bakhtine. Et quand on veut sortir du quotidien? Il est toujours possible d’inventer le folklore, de faire de la folklore-fiction. René Lussier et Robert Marcel Lepage établissent leur musique actuelle, mélange d’impro libre à l’européenne et de relents traditionnels, comme le folklore d’un monde futuriste, dernière énigme d’un univers déshumanisé. Même chose chez Les 4 Guitaristes de l’Apocalypso-Bar d’André Duchesne qui incarnent le rock traditionaliste du futur (un futur post-apocalyptique d’ailleurs). Dans le cas des Chants rupestres de Bruire, Michel F Côté et ses acolytes cherchent à travers l’impro libre les traces de la musique folklorique des hommes des cavernes. Si nous sommes maintenant loin des airs faussement naïfs de Conventum, il s’agit encore dans l’esprit d’un retour aux sources primaires de l’expression musicale. Il y a plus d’une façon de swinger la baquèse dans le fond d’la boîte à bois.

    blogue@press-3045 press@3045
    1 juin 2002
    Par François Couture in All-Music Guide (ÉU), 1 juin 2002

    Texte

    «If we could give a prize to the most valuable Ambiances Magnétiques sideman (or woman), it would go to drummer Pierre Tanguay

    If we could give a prize to the most valuable Ambiances Magnétiques sideman (or woman), it would go to drummer Pierre Tanguay. Even though he is not one of the nine core members of the collective, he appears on more albums put out by its label than any one of them! But his career cannot be pinned down to the Montréal avant-garde scene. He has also been a valued sideman on the jazz scene, playing with Eric Longsworth, Jean Vanasse, Karen Young and a dozen of others, and is active in world music, especially with his Mediterranean folk group Strada. In Montréal he occupies a place comparable to Hamid Drake in New York.

    Tanguay was born in Quebec City, 1957. He began as a jazz drummer, finding inspiration in the playing of Billy Higgins, Ed Blackwell and Paul Motian. A professional musician since 1978, he also studied African percussion for two years in the Comores Islands and went to Paris to study tablas and Indian music with Anand Kumar. When he settled in Montréal in the late ’70s, he was already an accomplished player. One of the first musicians he hooked up with was saxophonist Jean Derome who would later co-found Ambiances Magnétiques. Tanguay has been his trusty partner for decades, first in the scrapyard ensemble Les Patenteux du Québec and later in Jean Derome et les Dangereux Zhoms and Derome Tanguay Danse.

    Still, at first Tanguay let the Ambiances Magnétiques musicians pursue their experimentations, preferring to ride a softer avant-garde jazz wave. In the ’80s he was part of Icarus with cellist Eric Longsworth and participated in bassist Pierre Cartier’s ensembles. His relentless working schedule and rare listening quality and musicianship established him as a leading session drummer. With Cartier and Derome he formed the Thelonious Monk tribute trio Évidence and by the mid-’90s he was involved in all major projects by Derome, René Lussier, Robert Marcel Lepage, Joane Hétu and Diane Labrosse. With the Dangereux Zhoms et toured Europe and the US, appearing at every major jazz festival.

    Tanguay prefers the role of sideman, but he has occasionally stepped to the front of the stage, particularly in free improv duets with trombonist Tom Walsh (the album Midi Tapant came out in 1998) and Derome (Pinc! Plonc! in 2001). In 2000 he released a first solo album, La musique de mon disque, a collection of experimental ambient percussion pieces. Around the same time he also began to write and perform music for film, theatre and dance.

    blogue@press-2103 press@2103
    1 janvier 2001
    Par Alexandre Pierrepont in ImproJazz #71 (France), 1 janvier 2001

    Texte

    «Mais, «ce qu’il y a de plus beau dans tout ça». c’est la manière douce et friande avec laquelle Pierre Tanguay use de ces ingrédients …»

    L’énumération des accessoires dont Pierre Tanguay s’est servi pour faire son disque et la musique qui va avec est tout un poème, comme en ces listes à la Prévert où n`intervient que le plus farfelu et le plus complice des hasards. Par ordre d’apparition: 3 verres à vin passés dans le ralentisseur (ultérieurement ils ne seront plus que 2 et ils seront accordés); 1 orgue a bouche thaïlandais, lui aussi passé dans le ralentisseur; 1 tambour marocain; 1 derbouka; la branche à Malcolm; le balafon et le ghatam; grognements de Pierre Tanguay; sifflement du même; beua, guimbarde, voix, petite vache (qui reviendra) et tourniquet-oiseau; tuyau périscope et flûte dans le tissu bleu; 3 bols à salade en acier; 2 petites boîtes à musique arrangées pour jouer ensemble; 1 poignée de cocottes de pin; 2 flûtes marocaines à anche incorporée, dont une est passée dans le ralentisseur (la seconde fois: les 2 «normalement»); 1 floor tom; 1 vrombissement de mixette à cocktail; 2 papiers sablés, un dans chaque main et on frotte (ce papier deviendra japonais sur un autre morceau); harpe brésilienne, boulier, 3 sonnettes d’alarme (employées 2 fois), un petit bois à katja, des craquements et des froissements de balais préalablement maganés; voix de Pierre dans le tuyau ti que nana, 2 fois; 2 pistes d’anche de bombarde bretonne sans la bombarde; 1 appeau à moineau; 1 tuyau tourné avec voix; 1 brassée de rideau de bambou; rack à 4 cloches; 2 bâtons de pluie, en shaker (ils seront 3 plus tard, mais sans shaker), 1 tama; clochettes à Dodik; 1 tôle en cuivre, ondulée; l’accordéon diatonique; des tablas; cloches à vache dans le ralentisseur; 1 Winnie the Pooh; du lead gazou; le tambour à Katia; le gros Kalimba de Pierre; 2 boîtes de balles de tennis en 2 contre 3; sac de récupération; plusieurs grillons de Saint-Jacques-le-Majeur-de-Wolfstown; 2 pistes de caxixis; la théière de la grand-mère de Pierre; 1 slap surprenant; 1 bouteillophone; 2 crécelles jouets; graines d’un arbre d’Amérique centrale; gréement de métal et balles de ping pong dans la machine à bingo; flûte locomotive, 2 fois; boite à café avec un spring; 3 grosses cymbales enregistrées de très prés; grincements de cymbale; petit bois; pieds et petit réel. Mais, «ce qu’il y a de plus beau dans tout ça», c’est la manière douce et friande avec laquelle Pierre Tanguay use de ces ingrédients pour fabriquer de toutes pièces, pour mijoter cette musique qui reste joueuse.

    blogue@press-1562 press@1562
    1 octobre 2000
    Par Richard di Santo in Incursion Music Review (Canada), 1 octobre 2000

    Texte

    «Recommended for the adventurous.»

    Inventive composer and percussionist Pierre Tanguay presents his first solo record of music made largely from invented and recycled instruments. It’s been labelled as "’heavy new age’ background music"; I’m not sure what "heavy new age" means, and the music on this disc is a far cry from background music, so I’m not sure if this label does the record any real justice. Tanguay plays anything from more traditional percussion instruments and flutes to household objects like bottles of wine, plastic Winnie-the-Pooh figurines, cowbells and a kazoo. His arrangements are complex and deliberate, the sounds delicately rising from a template of silence. The disc begins quietly with C’est pas la mer à boire; its gentle percussion and quiet drones make for a peaceful introduction, leading into the more varied instrumentation of Ma poule, ma fleur, which also rests gently on the ears. The further into the album we get, the more intricate the arrangements; ranging from quiet and minimal, to loud and alarming (especially so with the frantic tones of Une étoile dans le coeur and L’alarme à l’oeil) and everything in between. The only regrettable track here is Ma tribu personnelle, which has this irritating and monotonous vocal chanting that goes nowhere for me. In the liner notes, Tanguay collects the titles of the 16 pieces and forms a paragraph that is only semi-intelligible (you’d have to read it yourself to see what I mean). This is an interesting comment on the album as a whole, because the distinct pieces of music also form this entity that is by no means a straightforward linear composition. It’s clear that there is much hidden within the arrangements for us to discover. There are many voices, many narratives, and many sounds which, as Tanguay points out, "address everyone, anywhere at anytime". The only trick is finding out just what it’s all trying to tell us. Recommended for the adventurous.

    blogue@press-1590 press@1590
    1 septembre 2000
    Par Frédéric Cardin in La Scena Musicale #6:1 (Québec), 1 septembre 2000

    Texte

    «Un immense plaisir du début à la fin.»

    Pour qui souhaite élargir ses frontières et briser des murs idéologiques, voici un disque idéal pour immiscer une oreille dans le monde de l’un des meilleurs représentants de la musique actuelle. Tanguay arrive à créer une foule de mondes sonores aussi diversifiés qu’originaux avec des instruments et, surtout, des objets assez hétéroclites. Imaginez ce qu’un esprit irrévérencieux comme Tanguay peut faire avec, par exemple, un balafon, des verres à vin, un derbouka, des bâtons de pluie, une «boîte à café avec un spring», une «tôle en cuivre», des grognements, un accordéon, et j’en passe! Ce qui fait le charme des compositions de Pierre Tanguay. c’est son humour. Ses œuvres possèdent toutes les marques de l’expérimentation, mais ne sont jamais prétentieuses ou ne font jamais preuve d’un intellectualisme clinique. Un immense plaisir du début à la fin.

    blogue@press-1276 press@1276
    1 septembre 2000
    Par Pierre Durr in Revue & Corrigée #45 (France), 1 septembre 2000

    Texte

    «Attachant, sympathique, voire émouvant, en tout cas rafraichissant.»

    Attachant, sympathique, voire émouvant, en tout cas rafraîchissant. On pourrait citer d’autres qualificatifs équivalant pour évoquer cet enregistrement. Loin d’être un album démonstratif d’un batteur percussionniste, La musique de mon disque est plutôt une sorte de parcours personnalisé d’un imaginaire plein de trouvailles, nourri d’influences diverses, où les sons environnementaux librement créés (quelquefois à partir d’objets de la vie quotidienne) se mêlent à de délicates sonorités issues d’une pratique presque nonchalante sinon discrète d’instruments variés (percussions orientales ou africaines, clochettes, bâtons de pluie, flûtes diverses, harpe brésilienne… ). Cette délicatesse dans le travail de reconstruction d’un environnement sonore témoigne surtout chez Pierre Tanguay d’une parfaite sérénité. Partagez-la!

    blogue@press-1312 press@1312
    1 juin 2000
    Par Dolf Mulder in Vital #223 (Pays-Bas), 1 juin 2000

    Texte

    Pierre Tanguay is ready for his first solo album. it is striking that several other musicians of the Ambiances Magnétiques - collective also produce solo - albums in the last few years: André Duchesne, Joane Hétu a. o. After playing many years in all kinds of groups there seems to come a moment you want to do your own thing all on your own. Pierre Tanguay played with some twenty established groups, such as Dangereux Zhoms, Castor et compagnie and Karen Young and is founder of Strada, Midi Tapant and Derome Tanguay Danse. Tanguay has produced five albums and collaborated closely on some fifty others, and has more than twenty compositions for dance and a number for theatre and film (Allan Booth, Imago and Roberto Ariganello) to his credit. his music shows the wide range of his experience in ancient and contemporary music, jazz, and music for dance, theatre and cinema. Born in Québec city in 1957, he has devoted himself to music full-time since 1978. On La musique de mon disque he makes here his solo statement, using percussion, selfmade and recylced objects and voice. The music on his new cd is best described as ambient-like and minimalist music. Music for imaginary rituals. Not at all the thing you expect from a drummer and percussionist who uses to play modern jazz and new music. So maybe it is no coincidence that Tanguay plays together with Jean Derome in a church somewhere in Groningen (Holland) on 2 September 2000.

    blogue@press-1593 press@1593

    Autres textes dans

    • CFLX 95.5 FM #71 (Québec), 1 janvier 2001