Blogue ›› Archives ›› Par date ›› 2017 ›› Septembre

22 septembre 2017

Aujourd’hui 22 septembre 2017 est l’anniversaire de naissance de:

D’autres anniversaires récents et à venir:

blogue@anniversaire
22 septembre 2017
blogue@evenement
18 septembre 2017
Par Dave Madden in The Squid’s Ear (ÉU), 18 septembre 2017

Texte

«Technical virtuosity meets a virtuosity in cleverness is the best way to describe this music. Homage, respect, innovation: paint that on a banner and hang it at the next Quartetski show.»

Quartetski’s interpretation of classic works has been a mixed approach in the best possible way. Their version of Stravinski’s Le Sacre du printemps adhered near 50% of the time to the mystical original, the other portion being a different type of genius musical accoutrement.* The group’s Prokofiev covers turned the Russian composer into a hard-bopping jazz man. Now the quintet (oh the irony) sifts through 96 acts that make up the first three books of “progressive piano pieces” by Béla Bartók’s Mikrokosmos and offers 25 greatest hits.

The results here are… fun. They range from playful, naïve (per the simpler works intended as etudes for Bartók’s young son Péter) to mischievous to bold to sweet and stark. Livre I: I. Six mélodies à l’unisson wiggles out of the corner with Bernard Falaise’s gentle guitar melody. He hangs on a last note as Phillippe Lauzier’s bass clarinet and Isaiah Ceccarelli on xylophone meander in the delicate simplicity. Violinist Joshua Zubot offers a syrupy line and pause before the group — with Pierre-Yves Martel rounding out the mix on electric bass guitar — slams into a stint of rocking out. Turning on a dime, Lauzier is joined by a drifting melodica until a micro-burst of slinky jazz slips in. Livre III: XIII. Gamme pentatonique shimmers with a bloated pitch-shifting guitar (as in it sounds like someone skronking on a harmonizer pedal), slightly-out-of-tune synth and lively pizzicato from Zubot. An icy, wandering duet of wind instruments (soprano sax riffing that would make sense coming out of Evan Parker) meets lithe, mandolin-like strums, and the band slams back into the relatively pummeling, lugubrious rock; the mania of the sax persists as the rest of the crew hunker into a big ol’ groove.

Livre II: VI. Accompagnement en accords brisés comes with slide whistle sounds, pick slides, sexy rhythmic patterns, fun accordion-like chords (more melodica), the work coming off as Tom Waits scoring a Jim Jarmusch flick; Livre II: X. Méditation adopts the same aesthetic, but adds sultry tremolo guitar to the fold. Livre II: Dialogue is 43 seconds of punctuating distorted crunch whose last pluck probably ended with tongue out and a devil horns hand pose.

Makrokosmos, the final and longest piece at over nine minutes, is the quintet sinking into a wave of droning material with wispy gestures of bowed cymbals, squeaking harmonics and deep rumbles percolating to the surface. The juxtaposition of style here furthers the mystique of the album in that, sonically, it eulogizes the previous tracks. “Bartók, you are why we are gathered today, and this record is an artifact to the influence you had on us. Look at what your legacy produced!”

Technical virtuosity meets a virtuosity in cleverness is the best way to describe this music. Homage, respect, innovation: paint that on a banner and hang it at the next Quartetski show.

*This is an album that will be included in my desert island bunker.

blogue@press-5730 press@5730
1 septembre 2017
Par Marc Chénard in La Scena Musicale #23:1 (Québec), 1 septembre 2017

Texte

«En 2010, le tromboniste Scott Thomson quittait la Ville Reine pour s’installer à Montréal. Désireux de changer de décor, il vient faire son tour chez nous, question de tâter le terrain. Dame Chance sourit dès le départ: le propriétaire du logement qu’il loue n’est nul autre que… Jean Derome

En 2010, le tromboniste Scott Thomson quittait la Ville Reine pour s’installer à Montréal. Désireux de changer de décor, il vient faire son tour chez nous, question de tâter le terrain. Dame Chance sourit dès le départ: le propriétaire du logement qu’il loue n’est nul autre que… Jean Derome! Sept ans plus tard, il a trouvé sa place au sein du collectif Ambiances magnétiques en y devenant leur tromboniste de service. Outre des présences à titre d’accompagnateur, il a également réalisé deux disques à son nom pour l’étiquette.

Depuis l’an dernier, il a rehaussé considérablement son profil à titre d’organisateur de projets. En juin 2016, il a codirigé avec le saxo John Oswald un projet original pour orchestre de cuivres présenté au festival Suoni per il Popolo. Trois mois plus tard, il récidivait en rassemblant une formation ambitieuse de vingt musiciens de Montréal et de Toronto autour du saxophoniste Roscoe Mitchell. Jamais deux sans trois, Thomson relève un nouveau défi cette année en assumant la direction artistique du Guelph Jazz Festival.

Fondé en 1994 par Ajay Heble, professeur de littérature à l’université locale, cet événement mise particulièrement sur un jazz très contemporain, voire expérimental. En 2015, son âme dirigeante s’est retirée de ses fonctions de programmateur, le vide étant comblé par une première directrice intérimaire cette même année et un second l’année suivante. Thomson, pour sa part, était depuis longtemps un habitué de ces scènes, donc en pays de connaissance. Pour la vingt-quatrième édition, tenue ce mois-ci, il compte bien plus faire sa marque derrière la scène que devant public.

Pour lui, tout s’est passé de fil en aiguille. «Le festival était aussi aux prises avec de sérieux problèmes financiers l’automne dernier, son avenir remis en question, mais un nouveau conseil a décidé de poursuivre. Un concours a donc été ouvert pour le poste; j’ai posé ma candidature, on m’a convoqué à une entrevue et, trois semaines plus tard, après le Nouvel An, on m’a engagé.»

Un défi de taille l’attendait, car il n’avait que trois mois pour boucler la programmation, et ce, dans un cadre financier encore serré. «C’est un peu comme un test de qualification, autant pour moi, car on m’a fait signer un contrat d’un an, que pour la survie même du festival à plus long terme.»

Thomson tient avant toute chose à maintenir ce fil conducteur aventureux. Par ailleurs, le festival accueille un symposium dédié à l’improvisation auquel sont convoqués des experts dans le domaine, une composante dirigée désormais par le professeur Heble.

Outre les efforts déployés sur le contenu, un directeur artistique doit aussi penser contenant, soit à le rendre attrayant et convivial. Cette année, Thomson a instauré des arrangements forfaitaires d’un jour (le samedi, journée habituellement la plus remplie) ainsi qu’un service de navette depuis Toronto pour les intéressés.

Bien qu’il soit musicien avant tout, Thomson ne veut pas se servir du festival pour ses ambitions artistiques. «Je serai là uniquement pour écouter. Si les circonstances le justifient un jour, je jouerai, mais ce n’est pas mon but.»

blogue@press-5729 press@5729