Blogue ›› Archives ›› Par date ›› 2018 ›› Mai

26 mai 2018
blogue@anniversaire
26 mai 2018
blogue@evenement
16 mai 2018

Nous vous invitons à découvrir Soweto Stomp par Malcolm Goldstein, le plus récent article ajouté à notre boutique.

1 mai 2018
Par Philippe Renaud in Le Devoir (Québec), 1 mai 2018

Texte

«… variée, audacieuse, décloisonnée.»

«Moi, de la mousse verte qui pousse sur une roche, je trouve ça franchement beau!» s’exclame Louis Dufort. La mousse sur le sol forestier est comme de la musique aux oreilles de ce musicien au printemps chargé, lui qui partage son temps entre ses fonctions de professeur, de directeur artistique auprès du festival Akousma — un mandat qui lui a valu un prix lors du dernier gala Opus, en février dernier — et de compositeur. L’excursion en forêt, faut-il en déduire, est son échappatoire. Et sa source d’inspiration, ainsi qu’on le découvrira le 9 mai prochain au Gesù.

 

La nature servirait d’analogie à sa musique, estime Dufort, figure de proue de la musique électronique et électroacoustique québécoise. Il lancera bientôt un nouvel album inspiré par ses excursions en forêt et présentera en grande première la semaine prochaine au Gesù une composition inédite lors d’un concert inscrit à la série VivierMix créatif, soirée mettant aussi en vedette la compositrice et clarinettiste Lori Freedman et le Quatuor Bozzini.

 

Cette nouvelle composition «terminera un cycle assez intense explorant le côté dynamique de la forêt, son mouvement», un contexte qu’il avait approfondi dans sa thèse de doctorat. Être en forêt, être attentif à l’environnement immédiat, à ses sons, «me plonge dans un état presque pastoral, et c’est ce que j’essaie de recréer dans ma musique», à l’aide de sons cueillis à même la forêt et de sons de synthèse «qui prennent vie dans de brefs instants, des sons petits et courts; ma musique devient très active, nerveuse, minérale, presque chimique».

 

«Et au-dessus de tout ça, enchaîne le compositeur, l’idée d’une grande structure, les branches comme les racines, qui organisent la vie en forêt. J’essaie de rendre ça poétique, mais ça demeure une musique très abstraite et dénuée d’affect, je ne cherche pas à susciter des émotions directes. Comme lorsqu’on va dans la forêt: elle n’est pas heureuse ou triste, elle est simplement là, et belle, parce que je sens que sa beauté est dans sa structure. Suffit simplement d’être sensible à ça.»

Le son sous toutes ses facettes

Depuis plus d’une vingtaine d’années, Dufort explore le son sous toutes ses facettes, développant une expertise dans la musique électroacoustique, musique électronique d’avant-garde et musique acousmatique. Les amateurs de danse contemporaine connaissent aussi son travail auprès de la chorégraphe Marie Chouinard, dont il est le compositeur attitré. Ajoutons maintenant à son curriculum la musique de La chute de l’empire américain, coécrite avec son ami Mathieu Lussier, qui signe les thèmes plus «classiques».

 

«Denys [Arcand] voulait de la musique électroacoustique dans son film, mais c’est vaste, comme monde. On a dû s’entendre sur ce qu’il recherchait, exactement, raconte Dufort. Après qu’on se soit parlé, je me suis mis à regarder ses oeuvres pour l’ONF; dans l’une d’elles, Les Montréalistes [1965], on entend la musique de Pierre Henry et de Pierre Schaeffer, deux légendes de la musique électroacoustique. Ça m’a rassuré!»

 

C’est la somme de toutes les facettes de sa vie professionnelle qui lui permet de porter ce regard, large et inclusif, sur les musiques de composition électroacoustiques et synthétiques. Un regard, une vision, salués par ses pairs en février dernier lors du gala des prix Opus, où il remportait celui du Directeur artistique de l’année pour son travail au festival Akousma — Dufort a également concocté le programme, très éclectique, de la soirée Substrat de vendredi prochain: dans le grand dôme de la Société des arts technologiques, un orchestre de 157 haut-parleurs pour une soirée «entre spatialisation sonore, musique expérimentale, électroacoustique et acousmatique», annonce-t-on.

 

On y entendra le jeune compositeur Simon Chioini, qui, indique Dufort, «intègre les tendances actuelles, autant dans l’électroacoustique que dans la musique électronique expérimentale, faisant une belle synthèse de ce qui branche les jeunes aujourd’hui». Il sera suivi de la compositrice minimaliste France Jobin, entendue à Mutek l’an dernier, du plus abrasif Dominic Thibault et du pionnier Robert Normandeau, «un de nos plus grands représentants [de la musique acousmatique] sur la scène internationale».

 

Le genre d’affiche qui excite Louis Dufort: variée, audacieuse, décloisonnée. «Je ne veux pas intéresser seulement un public de mélomanes», insiste le directeur artistique, qui remarque un intérêt prononcé du public pour les musiques d’avant-garde depuis trois ou quatre ans. «Je cherche à attirer un public de curieux, ceux qui vont autant au Festival TransAmériques qu’à des spectacles de danse contemporaine, ceux qui sont intrigués par les nouvelles technologies et les arts numériques. Ce sont ces gens-là qui permettent au festival Akousma, et à la scène en général, de poursuivre son évolution.»

 

«Il faut en finir avec les tours d’ivoire, car ce n’est plus vrai que la musique électroacoustique est académique. Ça intéresse plein de gens, d’autant plus que cette musique bénéficie d’un coup de pouce des artistes issus de la musique underground moderne tels que Oneohtrix Point Never, ceux qui jouent avec les textures. J’adore construire des ponts entre ces musiques et le public.»

blogue@press-5808 press@5808
1 mai 2018
Par Stuart Broomer in The WholeNote #23:8 (Canada), 1 mai 2018

Texte

«At once static and tumultuous, this is depth experience, rewarding all the attention one can give it.»

Founded in 1999, Quatuor Bozzini are distinguished interpreters of contemporary repertoire, including fine recordings of John Cage, James Tenney and Steve Reich. Here they present a particularly challenging work, a three-part, 73-minute piece composed between 2011 and 2016 by Gyula Csapó, a Hungarian composer currently teaching at the University of Saskatchewan. His music suggests the influences (including scale and depth) of Morton Feldman and Arvo Pärt. Csapó’s brief note about this work is dauntingly abstract (“event-fossils,” “fractals”), but the core is in the title, Déjà? Kojâ? part French, part Persian: “Already?” is easy. “Kojâ?” comes with a poem that suggests “Threshold” as the crucial sense, and that this world is a threshold, the beginning of another experience or existence, a step both inevitable yet deferred. The work is monumental, developing thick, often dissonant textures. Its long first section is anchored to a repeating oscillation, brief but slow, between low-register cello and viola and high, reedy violins. Seconda Parte is more varied, adding other sonic devices, including moving the contrast of registers to pizzicato lows and whistling harmonic glissandi from the violins. Terza Parte eventually expands the oscillating figures into a still minimalist, but gradually evolving melodic shape. It’s a demanding work, a dark reverie that suggests anticipation while dramatizing its delay, a sombre meditation shot through with bright highs that are themselves dissonant. At once static and tumultuous, this is depth experience, rewarding all the attention one can give it.

blogue@press-5809 press@5809
1 mai 2018
Par Stuart Broomer in The WholeNote #23:8 (Canada), 1 mai 2018

Texte

«All of Falaise’s works here are at once immediate, luminous and strangely dream-like.»

Guitarist Bernard Falaise is a significant contributor to Montréal’s musique actuelle movement, a member of the expansive Ensemble SuperMusique as well as the trio Klaxon Gueule and Quartetski, a group that regularly reimagines high modernist composers like Bartók and Stravinsky. Lézardes et zébrures is a solo record, but one without solos, a series of pieces constructed from minimal materials. Each begins with short figures, intervals and arpeggios played on an acoustic guitar in open tunings to emphasize steel string resonance and ringing harmonics; these are then looped, with Falaise adding layers of other instruments, among them electric guitar, glockenspiel and melodica. The opening Au zoo sets both a pattern for the music and an intermittent theme, one that’s reflected in titles like Langue de girafe and Mémoire d’éléphant, and even in the CD title — literally “cracks and welts” but with the bilingual suggestion in this context of lizards and zebras. These notions of other species’ consciousness are matched with alternative substances and spaces — Marcher sur la glace or Stalactites et stalagmites — all of them implicit in sounds that repeat and reconfigure. All of Falaise’s works here are at once immediate, luminous and strangely dreamlike. The oscillating figure of Le compas dans l’œil suggests Steve Reich’s minimalism, while the clicks and suspensions of Distillations reference the turntablist’s art, but it’s all part of Falaise’s bright, immediate, sonic universe, developed at greatest length in the imagination of another materiality in Porcelaine 360°.

blogue@press-5810 press@5810