Si la radio n’apparaît pas, c’est que vous n’avez pas installé Flash ou que votre version n’est pas à jour. Vous devez également activer Javascript.

Radio ›› «Dis, Blaise…» chanson du Transsibérien

En compagnie de ses acolytes de toujours et dans la foulée de Chansons de Douve (AM054CD), Pierre Cartier nous présente «Dis, Blaise…» chanson du Transsibérien, un album double, où il chante d’un bout à l’autre le très épique et très célèbre poème de Blaise Cendrars.

Compositeur, contrebassiste et chanteur, Pierre Cartier cumule de nombreuses pratiques: le chant grégorien et la musique médiévale, la musique baroque sur instruments d’époque, la musique symphonique et contemporaine, le jazz (notamment Thelonious Monk) et les musiques actuelles improvisées.

Cependant, la véritable intégration de toutes ces pratiques se réalise dans sa musique par la rencontre de la poésie et du chant. Après le cérémonial majestueux de Chansons de Douve, sur des poèmes d’Yves Bonnefoy, il prend ici lui-même la parole, à la première personne, la parole ardente de Blaise Cendrars.

«Je ne connaissais pas l’œuvre de Blaise Cendrars lorsque j’ai lu pour la première fois la Prose du Transsibérien, en feuilletant par hasard une anthologie de poésie française. Je crois bien que j’ai été bouleversé par cette écriture qui ne ressemblait à rien de ce que je connaissais, qui me semblait même très éloignée de moi (je travaillais à ce moment-là sur des poèmes d’Yves Bonnefoy), mais qui pourtant me parlait directement au point où j’ai tout de suite voulu chanter ce texte. Je ne connaissais rien non plus du «personnage» presque mythique qui s’était créé autour de Cendrars, le voyageur et l’aventurier, pas plus que de l’homme, dont la voix résonnait en moi, pure et juste, comme d’un seul geste, d’un seul cœur. Vision, désir, violence et tendresse; ce poème disait la souffrance, tout simplement. […]» —Pierre Cartier

Pistes

  • Disque 1

    • 1
      En ce temps-là (prologue) (1999)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      8m54s
    • 2
      Moi, le mauvais poète (1999)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      12m47s
    • 3
      Du fond de mon cœur (1999)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      6m57s
    • 4
      Mon berceau (1999)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      6m06s
    • 5
      «Dis, Blaise…» (1999)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      14m48s
  • Disque 2

    • 1
      Samowar (1999)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      7m05s
    • 2
      Mots doux (1999)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      4m20s
    • 3
      Les heures (1999)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      6m51s
    • 4
      Si j’étais peintre (1999)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      3m03s
    • 5
      J’ai vu (1999)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      5m38s
    • 6
      Dernière station (1999)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      4m22s
    • 7
      Ô Paris (épilogue) (1999)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      6m31s
Durée totale: 87m37s