Si la radio n’apparaît pas, c’est que vous n’avez pas installé Flash ou que votre version n’est pas à jour. Vous devez également activer Javascript.

Radio ›› Luminance
Luminance
plucky (2002), 1m31s [extrait]
Piste 1 de Luminance
CD: Ambiances Magnétiques (2003) AM 115

Luminance est le premier album solo de Marilyn Lerner chez Ambiances Magnétiques. Enregistré dans les studios d’Avatar à Québec, il s’agit d’une collection d’improvisations révélant la profondeur et l’étendue de la créativité de Lerner, un concentré de ses influences jazz et classiques additionné d’un petit quelque chose d’inhabituel! Luminance explore une nouvelle dimension. Ce projet est né des frustrations et des défis inhérents à la captation d’un piano. Lerner a fait de cet obstacle la pierre angulaire de son disque. Mordue du cinéma, elle a ni plus ni moins créé une série de scènes musicales en disposant un assortiment de microphones en diverses configurations et en se servant de la qualité du son obtenu comme tremplin pour ses improvisations. Chaque «scène» a donc son propre éclairage sonore. En collaboration avec Steeve Lebrasseur, brillant ingénieur du son et artiste de surcroît, elle est entrée dans la chambre noire pour sculpter, rehausser, agrandir, déformer ou simplement mettre en lumière les qualités sonores propres à cet instrument par excellence des salons bourgeois, le piano. Les microphones utilisés vont des modèles Neumann jusqu’à un micro RCA des années 50 et un haut-parleur de 10 centimètres.

Constituée de 16 pièces, l’œuvre comprend des titres tels Wolfen et Rife (qui explorent des idées et des possibilités harmoniques inspirées des idiomes jazz et classique), mais Codec Moment, qui met à profit le micro minuscule du Palm Pilot de Casio pour déformer le son et ainsi imiter un vieil homme chantant la tyrolienne! Marilyn Lerner joue pizzicato dans Plucky. Elle utilise la série harmonique que l’on trouve le long des cordes graves dans Attends. Elle met des gants en latex pour caresser les cordes dans Eerie et dans Glovys aux accents rock. Pour Road Tango elle agrémente le paysage sonore de coups de pédales.

L’approche pianistique de Lerner trouve sa raison d’être dans son amour pour l’espace, la densité et les qualités résonnantes de l’instrument. Sans effort, elle passe du simple au complexe et crée une œuvre toute en profondeur et en imagination.

Pistes

    • 1
      plucky (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      1m31s
    • 2
      deluge (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      2m26s
    • 3
      rife (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      7m36s
    • 4
      tiny (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      1m55s
    • 5
      bordeaux (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      3m34s
    • 6
      codec moment (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      2m58s
    • 7
      attends (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      3m39s
    • 8
      ombre (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      1m25s
    • 9
      road tango (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      3m48s
    • 10
      cartoon fest (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      2m01s
    • 11
      wolfen (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      11m21s
    • 12
      boum (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      1m31s
    • 13
      la boxe (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      4m10s
    • 14
      black tulip (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      4m37s
    • 15
      glovys (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      3m36s
    • 16
      eerie (2002)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      1m02s
Durée totale: 58m09s