Si la radio n’apparaît pas, c’est que vous n’avez pas installé Flash ou que votre version n’est pas à jour. Vous devez également activer Javascript.

Radio ›› Pee Wee et moi

Par une suite de blues légèrement tordus pour clarinette, Robert Marcel Lepage revisite quelques aspects du style légendaire du clarinettiste américain Pee Wee Russell et son inimitable approche de l'improvisation. Lepage s'entoure sur ce disque d'une myriade de musiciens: Guillaume Bourque, François Houle, Jean-Sébastien Leblanc, André Moisan, Pierre-Emmanuel Poizat et Richard Simas à la clariette; René Lussier à la guitare électrique; Normand Guilbeault à la contrebasse et Pierre Tanguay à la batterie.

«Pee Wee et moi sommes en mouvement contraire: il était buveur, jouait de la clarinette de façon excentrique dans un monde straight et il se mit à dessiner vers la fin de sa carrière. J’ai commencé par dessiner, je ne bois jamais et je joue de manière plutôt straight, entouré de musiciens excentriques. Nous étions faits pour nous rencontrer. Le jazz aussi est une rencontre. À l’époque de Pee Wee, la tradition des fanfares européennes découvre et intègre la tradition du blues afro-américain. Pee Wee était maître de la transformation des phrases blues dans un contexte de fanfares. Mon langage en est plutôt un de fanfares, dans des contextes de blues. Cette distance entre le solo et le contexte, c’est ma parenté avec Pee Wee. Si on ajoute la tendance à transformer le timbre de la clarinette, c’est là qu’à travers le temps, on se croise. Chacun des blues de cette suite est une invitation à explorer un aspect particulier du phrasé de Pee Wee. Pee Wee a dit quelque part: «Il y a des centaines de clarinettistes qui jouent mieux que moi, mais il n’y en a aucun qui joue comme moi». Je suis prêt à reprendre cette phrase à mon compte et j’ajoute que même moi, je ne joue jamais tout-à-fait comme moi-même… Je dédie ce disque à mon ami Raymond Gervais, qui m’a fait découvrir Pee Wee Russell». — Robert Marcel Lepage, Montréal, novembre 2005

Pistes

    • 1
      Pee Wee’s Blues (Russell)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      4m15s
    • 2
      Pee Wee fait des archaïsmes, moi je fais des anachronismes (Lepage)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      3m40s
    • 3
      Tutti Pee Wee (Lepage)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      4m26s
    • 4
      Pee Wee a des papillons sur les doigts (Lepage)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      3m50s
    • 5
      Pee Wee souffre d’une labyrinthite (Lepage)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      4m00s
    • 6
      Pee Wee joue aux échelles et serpents (Lepage)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      4m55s
    • 7
      Dixie chinois (Lepage)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      4m16s
    • 8
      Un, deux, trois, Pee Wee (Lepage)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      3m42s
    • 9
      Blues au compte-gouttes (Lepage)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      5m21s
    • 10
      Le tire-pois (Lepage)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      3m28s
    • 11
      Pee Wee rocks (Lepage)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      3m16s
    • 12
      Portrait de Pee Wee à la face longue (Lepage)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      4m39s
    • 13
      Le contortionniste (Lepage)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      3m01s
    • 14
      Muskogee Blues (Russell)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      4m45s
Durée totale: 58m12s