Si la radio n’apparaît pas, c’est que vous n’avez pas installé Flash ou que votre version n’est pas à jour. Vous devez également activer Javascript.

Radio ›› Ellen’s Bar
1 février 2007
Par Guy Darol in Jazz Magazine #578 (France), 1 février 2007

Texte

«Un édifice de munificence, un hommage à la musique naturelle, dénuée d’adjuvants électroniques et de tout overdub.»

Ses idoles étaient Jimmy Page, Andy Summers, David Gilmour mais la rencontre de Fred Frith a tout chamboulé. Antoine Berthiaume, jeune guitariste québécois, eut l’opportunité d’être à la fois formé par le fondateur de Henry Cow et de réaliser un album avec lui. Il n’avait pas 25 ans. L’album intitulé Soshin avait un troisième partenaire: Derek Bailey. Entouré de tels maîtres, Antoine Berthiaume ne pouvait délivrer qu’un style compositionnel libéré, une musique aggravant l’agréable. Avec Michel Donato et Pierre Tanguay, il confirme sa prédilection pour le trio et surtout la qualité d’une jeu guitaristique à la fois véloce et souriant. Le titre de l’album est un battement de paupière adressé au souvenir d’Ellen Bar, une danseuse du New York City Ballet qu’Antoine Berthiaume connut autrefois, au temps qu’il reçut le coup de foudre du jazz. La passion n’est pas flapie comme en témoigne cet opus sans temps mort ni déchet. Un édifice de munificence, un hommage à la musique naturelle, dénuée d’adjuvants électroniques et de tout overdub. Légèreté de la guitare posant chaque note sur l’aile d’un papillon, efficacité de la section rythmique qui ne s’accorde aucun fracas. Quelque chose de grand s’annonce qu’il convient désormais de guetter.

blogue@press-3240 press@3240
1 février 2007
Par Dionisio Capuano in Blow Up #105 (Italie), 1 février 2007

Coupure de presse

blogue@press-3267 press@3267
18 janvier 2007
Par François Nadon in Ici Montréal #10:16 (Québec), 18 janvier 2007

Texte

«La guitare est nue, sans effets, mais jouée avec aplomb et virtuosité.»

Le guitariste Antoine Berthiaume passe de la musique actuelle au jazz sur cet album. Il s’est entouré du contrebassiste Michel Donato et du percussionniste Pierre Tanguay. Pour son quatrième opus, le jeune guitariste polymorphe nous dévoile ses talents de compositeur. À chaque titre, on se balade dans un monde mélodique et joyeux avec un brin de sensualité. La guitare est nue, sans effets, mais jouée avec aplomb et virtuosité. Avec Ellen’s Bar, nous sommes plutôt loin des impros free, mais plutôt dans la grande tradition jazz.

blogue@press-3219 press@3219
11 janvier 2007
Par Mike Chamberlain in Hour (Québec), 11 janvier 2007

Texte

Musicians in Montréal’s Ambiances Magnétiques orbit have historically been musical adventurers unconstrained by considerations of style (or the possibility of fame and fortune).

Guitarist Antoine Berthiaume is a relative newcomer to that circle, at least as far as recorded output goes. He has put out three albums in the last couple of years, but even within that number, one gets a sense of an artist committed to wide-ranging explorations.

Over the years he has benefited from the inspiration of the likes of Derek Bailey, Fred Frith, Jean Derome and especially Pierre Tanguay.

”Montréal is open in terms of so many things. I’ve been able to play with many older musicians just by calling them. Pierre Tanguay is the one who led me to so many different kinds of music. I started playing with him when I was about 19,” says the 29-year-old. “He got me into René Lussier, Jean Derome, Joane Hétu and Derek Bailey… That was how I ended up meeting Derek Bailey and doing my first CD,” he says, referring to Soshin, a set of improvised duos with Bailey and Frith.

Since then, Berthiaume has issued Leaves and Snows with Quentin Sirjacq and Norman Teale, as well as Ellen’s Bar with Michel Donato and Tanguay, pretty much a straight-up jazz outing.

Berthiaume prefers not to dwell on projects once they’re done, so it’s not surprising that he has three very different CD releases planned for 2007: Rodéoscopique, which he describes as folk/avant-garde/western; PantyTron, a duet with MaryClare Brzytwa from California on guitar, flute and electronics; and guitar duets with Elliott Sharp coming in September.

Next week you can catch Berthiaume in two settings. At Casa del Popolo he’s playing with drummer Robbie Kuster and bassist Morgan Moore (“It’s kind of jazz and rock, and it’ll be loud”), and after that he’s at Divan Orange with Donato and Tanguay.

blogue@press-3210 press@3210
1 décembre 2006
Par Pierre Durr in Revue & Corrigée #70 (France), 1 décembre 2006

Texte

Le jeune guitariste québécois, que l’on a pu découvrir en 2003 dans ses duos avec Derek Bailey et Fred Frith, offre deux nouveaux albums, peut-être moins défricheurs que ne le furent Soshin et Leaves and Snows. Le premier est clairement dans la tradition du trio jazz guitare-basse-batterie. Le second est une nouvelle rencontre de guitares, qui s’est déroulée à Kobe au Japon en 2005 avec Takumi Seino. Accompagné d’un vétéran à la contrebasse (Michel Donato) et à la batterie par Pierre Tanguay, Antoine Berthiaume surprendra en effet ceux qui l’ont découvert au travers des deux premiers enregistrements sur Ambiances Magnétiques ou sur l’album paru chez Incus. Ici, la pure tradition d’un jazz pratiqué dans les bars (attention, le titre est en fait un jeu de mot, puisque dédié à une chorégraphe du nom de Ellen Bar) est la marque d’un parcours personnel dans l’histoire du jazz (sa pièce en soliste dans l’autre album en est aussi un indice) parfaitement maîtrisé et la fluidité de son jeu est parfaitement épaulée par la section rhytmique qui, volontairement, ne sort pas de ce côté. ARC - beneath the surface est plus intéressant, dans la mesure où la confrontation se fait entre un jeune musicien nourri aux influences déterminantes de l’avant-garde et un maître de la guitare jazz japonaise peut-être un peu plus conventionnelle qui ici se laisse aller à l’expérimentation. Cette diversité d’approche - clairement répérable car chaque musicien se voit attribué une piste précise - est occasionnellement brouillée: chacun adoptant des phrasés parfois conventionnels, particulièrement dans les pièces solistes, des effets divers, des attitudes plus expérimentales. La longue suite éponyme (près de 22 minutes) témoigne le plus de ce parcours erratique entre styles: tantôt planantes (on pense un court moment à du Manuel Göttsching), tantôt plus bruitistes, les guitares virevoltent et confrontent leurs expériences.

blogue@press-3199 press@3199