Scat

(because we all have voices and stories to tell)

Si la radio n’apparaît pas, c’est que vous n’avez pas installé Flash ou que votre version n’est pas à jour. Vous devez également activer Javascript.

Radio ›› Scat

Le tout dernier disque de Tim Brady sur étiquette Ambiances magnétiques présente une collaboration extraordinaire entre des artistes chacun à l’autre bout de la planète. Sur SCAT, la musique de chambre nord-américaine de Brady, rythmée et influencée par le jazz, s’unit au dynamisme et à la virtuosité sans merci de l’ensemble Topology établi à Brisbane, en Australie.

La collaboration entre Brady et Topology s’est forgée en 1997. Une tournée australienne conjointe a suivi en 1999, moment auquel le présent projet a vu le jour. Ce disque présente quelques-unes des œuvres de chambre les plus excitantes et passionnées de Brady, dans les interprétations inégalées de l’un des meilleurs ensembles de musique nouvelle de notre temps.

Le titre «SCAT (because we all have voices and stories to tell)» s’explique par les premier et troisième mouvements, à la forte influence jazz, ainsi que par l’inclusion inhabituelle des voix des musiciens qui parlent dans les second et troisième mouvements. Dans le mouvement final, les musiciens ont à raconter leur vie en 30 secondes, tout en s’accompagnant de leur instrument. Chacun «scate» sa petite histoire.

Écrite à l’occasion de la tournée australienne Brady-Topology de 1999, Lightning Field se compose de deux mouvements. Dans Darkness, les musiciens font face à une partie d’échantillonneur électroacoustique (faites d’échantillons traités de guitare électrique), ce qui tisse une atmosphère doucement menaçante. Illumination, quant à elle, rassemble le groupe autour de l’un des mouvements les plus rythmiques et dramatiques qu’ait pondu Brady ces dernières années.

Composée à l’origine pour l’ensemble Relâche de Philadelphie, Dark Matter (Primal Pulse) est un concerto miniature pour alto, accompagné par huit musiciens. Douce et introspective, l’œuvre est exécutée avec force détail et beauté par l’altiste de Topology, Bernard Hoey.

Dans Struck Twice By Lightning, on retrouve le même jeu d’échantillons de guitare électrique utilisé dans Lightning Field, appliqué à un univers musical tout à fait différent. Il s’agit d’une œuvre de rythme et d’articulation, axée sur le raccord du son sombre et viscéral de l’alto à celui résonnant et pulsant de la guitare électrique échantillonnée.

Notes de programme

Pistes

    • 1
      SCAT (because we all have voices and stories to tell) (2000)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      17m10s
      • 1
        1
        • 2.0
          • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      • 2
        2
        • 2.0
          • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      • 3
        3
        • 2.0
          • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
    • 4
      Lightning Field — Darkness / Illumination (1999)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      17m13s
      • 4
        Darkness
        • 2.0
          • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      • 5
        Illumination
        • 2.0
          • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
    • 6
      Dark Matter (Primal Pulse) (1998)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      16m26s
    • 7
      Struck Twice by Lightning (1999)
      • 2.0
        • Stéréo 2.0 (44 kHz • 16 bits)
      9m37s
Durée totale: 60m42s